<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00420
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: September 4, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00420

Full Text



Deuxirme Ann6e, No 429.


PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


Vendredi, 4 Septembre 1908:


'


4


j


QUOTIDIEN

Abonnements: DiRECTEUR
UAbonnets: DIRCBUR: LE NUMIRO 15 CENTIMES
PORT-AU-PRINCE UN ois 2 0C Cle6 exnt M agloire,
Tnois Mols 4 5 00 Ig -
DIPARTEMENTS UN Mois. a 2.20 Les abonnements parent do i1r et dou 5 de chaqu
TROIs Mo:s 6.00 KHDACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
TRANGER........ TRaoI Mois. 8.00 45, RUE ROUX, 45. Les manuscrits ins6r6s ou non no seront pas rendu

Pour tout ce qui oonoerne l'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux on Bonne-Pei.

nulle pour les purs article; dile luxe lence cell d, moiivement des caisses
e o8 ( c Ac6tde inconvenientt d'avoir aiecou- 'i'l;rugne fr ti;aises et des deposants
S* I ler un fort stock '.Tarticle ;'t bon mrir- J- vais Ie -omnpleler -ir cre point.
d UUL ~COl 1 "1 C, S ttb4 avait le realisor ,les somme-e con- E,! 188), nous apprend une enqu te
I silderales, I'Angleterre compete I';van- f.,ite sur co suj't Ipar!' l. Matin de Paris
t-- e de pouvoir traiter avec line lienr- lI ntombre des Fr.tnqa;is qui confident
Le D, tfe! N. Auguste a essay d!'i: mnme lai compwraison, -.la question itle stable lont, : cis' ti. r I~im <. lIIurs economiess ai la raisse d'Epargne
tablir 'lue:l i part un parallele eniit e.Ie houille ,tant reserv6e- a-t-il bien, l'it it pou avanc6 it '. lc'i.'ii lziofn, le s'1,t'-vart ;i quatre millions et le chitfre
les pitod~ct; us inclustrielles fran, tise ;an reg.ird des 9 milliards et demi de be-oiiis sont peu va, i tlles et so satis 'lIeposd a 1 milliard.
et anglaise. et come il a cru devoid soie ou d'auties articles de luxe pro- font c:oistarnment ave. !e ins mArn, ob- E.i 1885, il y a cin, millions de dg-
placer son r itirium dans la quantity duits par le FranCais, considered la quan- jets. Faute de pouvoir computer sur Ili posantk, et 2 inilliar.lI d';conomies.
dhhouille 1ii, tie part et d'autre, a ser- lite de cotonnade ou (c'autres articles A visit et le d6placement d'une pareille Er 1800, sept millions de Franiais
vi, a realiri cette production, il e.-t bon riarche qu- I'Anglais doit pro luire clientele, elle est obligee (d1: I'attein'lre ilttposent 3 milliards
arrive a rottl, conclusion que par ton- dans le mtme temps pour atteirnlre par ses marchanls juqu'aux extremi- En 1895 neuf millions ide FranCais
ne de houiiie consomme, le Franc lis cette valeur voir pour la ddpasser et tesles plus recugs n, i, q ^ ^ la I.ta.i 'nsene I argent,
odoUit i ,oublo do oo q.ua ,i na r, ... .....if'l a j-I4' IQniir.l d d I" tj*l I)dl' tge t t
rAglais. Co t qui a surtout permits au si le Docdeur a faith cette comparalso des deux peuples celui q :i, en tele oulo it, s'ertliousiasm le Docteur, a telle-
Docteur uine t.lle conclusion, c'est qu'il comment a-t-il pu sans patti pris li fai- on telle annbe, a fait le plus i' alliire mint inquiett I Etat fra',,;is A cause
a eu l'itngei,)sit de compare, ton le re turner au profit (u Frannais ?' il s pose cette aulre qutii de savoir ,d cett immobilisation des capitaux,
poids, to Ile. ,lurne des marchanlises Si je reviews sur cette question ,de leq.el des deux a les ill tires plu. i,, en 1s5, il a essay tide barrier Ie
proluites, in us leur valeur estimbe en production inidustrielle, c'est pour ar- eteniues. Par ce qi p'I.'. 'le, ii lpp- I1,)t morit.tat ltes reserves les caisses
argent. river sur le clispitre du commerce e rait quo c'est I'AIgleterre' et quoe esl ,',:i, gl cii 'e rendant une loi abaissant
Or, tout 1,. lon le sait que l'indus par une transition naturelle. encore elle lot le commerce Iruiiit I le ,2 0 ) fran-s t 1 50 francs le maxii
ttie frit m.e repose essentiellement II est, e c effet, hors de doute (que plu; dI coti litiots I. sitablj itt ri inim du dlipo)t pour cheique particulier.
sui les f ,l i. tions de lux*, c'est-;i-di- tdeux peuples qui pro luisent des .arti- (: point n 'est p is ill ;i.ron', t' r It il is, quoi lue pelnse le )octeur sur I'ef-
r. qui, sou, tili petit volume, represen- cles si totalement diff6rents et come stability commercia!e, c' en. t lire a- fic,*id des Igislations, celle-ci n'a en
tent une g, i ele valeur. K Pour letter prix, et come quality, et cornme surance l'dc )uler uie Ilniet q ll ntiitt p- ontre une tendl in.e l'origine social
avec ava.,,u.o dans cette concurrence destination, ne peuvent pas avoir une Ide prodtuits daus une ii:n- .iaite ., Is cai-es ne peivent tre at-
acharni6e, ,'it le Docteur, la France mene situation commercial. lis n'oit et ,lats les in ~s co' as tite p les ,is publis.
devra pot tel son effort sur ces objets pis, ils ne pluventt avoir la m~ne sttbilitd ds Ila pro ctii ,'e.-t-'t-lire En 14)), cinq ans apres que la Ioi
ou c'est iIus(I lai chert6 de I main client,'le. L'un i une clientele l e -i- la possibility d ass rei r Il trvail n I' restriction a et.i rendue, dix mil-
d avJ.e que, !'li ibilet6 de l'ouvrier lui ches, Ilautre iune clientele de p.iuvres. mlrine niombrl d 'olv ii.ts et1r coali d Frcnf iss dpolsenlt milliards
fait le pn. sa valour ariststiue son Or, tout riche magasin de nouveautes quent I'existel'e tI leu lS.ttnliesl ; millions
ingenio.ile, ~ii goit entih !...Et it ar- tale somptueusement ses articles dler- Ia, moeis de chOmm e et ioins de r- ion, e million 1 mille
rive ianue ,. bien des industries o'i nier cri et attend la visits des clients ves ; l inis agita'i ;s et llui s de lp ix Ir.nlis delposent 4 milliards 654 mil-
il n'eitre co, me matikre que fer et et leurs emplettes ; c'est, au contrite, .-ociale. lions.
charbon, mais oi tantt6tit l'ant, la I: le propre les mnarchands de bric-it-brac Dai'.les faitrelatils a i.t colo) istIOi, loe millions :5 mille
science inter ent cornme facttur prin- et de verrotenie d'aller au-devant et a nous verron3 l'autres rep .rcussion)ll -e I-'c.an;is potentt 4 milliards 678 mil-
cpal, c'at a Fiance qui l'emporte ; et la recherche des clients pauvres qui ces conJitiois d.e ot ln ce. Ma. lions 77- 0O'O frannce.
lAngleeirre ,'arrive que bien loin, au ne peuvent se d placer ;c'est le cor- nous avons ase m lt pour ouvoi troupe de onomistes
e dU a ran.: mercer Ai bin mnarhe pi a cr~d le col- pondre Aicette,.exchla ttiou in li, le du Et ii se trouve odes economists fin
ouaui dj, ss forms d'une question portage. n Dc N. Auguste : uest ce qui lui( i la le sickle pour applaudir a cet empri-
s ai deplsous en rme d'une questiou- D shortage que, conditions du France) a procurd ce revenue considdra- sonnement du numeraire par une socib-
posee publiquement kmia quelque dou- De sorte que, les conditions du rtdaeaalanfractaire Al'eflort et A *6nrgi,
te sur la itidmit.e du crit6rium choisi commerce dtant ainsi poses pour la bleetfantastiquede40milliarts de francs t6 rFsuacltire sou dI'ort et ux deI m1,
par le Docaeur, en me demandant, dans France et pour l'Angleterre, it devient Ls farniente des g nneratiors anti.ieu- alors v e,gouru d'autres ciux, dee mul-
tus lescas, pourquoi laFrance est-elle, facile d'entrevoir la vbritd sur 6tendue res et le mnque nergie ds gnr- c!es vigoureux graturent les matieres pour
oor la houille, en deficit de produc- et le caract6re daes afaires de l'une et tions actuelles r n fdecondr et triturent les matitres pour
tin e de olautre. A c6t0 de I'avantage de re'a- Le Docteur a raison: comment, i satisfaire i'immensit6 croissants dos
ie a de ua- iser autreop sous un Iaible couie- 'les foces inlastrielles, a gricol.s etcom- be-oins humans, sous l'obsidante an-
to puis en dire autant de I'dvalua- liser beaucoup sous und et dImr l a Fr n.a 6"nt rcellerent iet' que les ctpitaux viennent A man-
tion en ageltt faite par le Docteur, sur- merit, Fiance a le d8savantage de meriales.ie IA Fra l silt i r6eIllement xitte tue les capitaux viennent A man-
tout lor ue I'ot aie propose de compsu- fient foi sr iaue clien tle inltalle ce que nous avons vu, comment expli- Cer a leur euvre fdconde de tran-
out lor.ue I'on se propose de compa- faire fond sur une liente ^ equer son immense reserve d'or et son formation !
fer les forces proiucti)es de deux so- rien nest, en el'et, plus variable que rle uer soe immense rsEtervi quor et son formation
66165. luxe ; a la premiere gone, c'est le luxe immense meve-ui'? Et ,uanItI cette 6ventualit, se rtalise,
PIt.-oil penser qu'i faille au Faln- que l'on rogle; i la premiere rise, C'est lque le Franc;tis sipploe la puis- tout come rdcemment, des homes A
ais plus- pitensitr dqu faielleor pour c'en-t le 'luxe qu 'on supprim Au samce de pro luation par la puissance judgment pourtant sain, plutot que de
produire 9 milliards et demi e soi, fur et l mesuxe que loe moyens l'exis- d'Epargae, et it est d'autant plus c:o 1o- se d6gager el toute ind pendance d'es-
rore milliar4s et demi de soie, fur et a mesu e que lesm ene e me qu'il rdpugne a L1'efort. I prit et de coeur la formula d'an tel
exemple, qu'A I'Anglais pour pro- tence sont Jevenus plus difficiles, en me tu'il rppugne a l'eftort. I prit et de cceur la formula d'un tl
i le billiards de cotonnade? Et Haiti, n'a-t-on pas vu l'importation Le Dozteur, qii nous a gratifies de malaise, accentuentleur g1nufleion d-
te e.umon contradictour a choisi lui- frangaise diminuer ot m6me devenir bien des statistiques, a paeed sous si- vant dolee d'or, et lui renouvellentloe


I I


w i











recomii ins MCO A Vo I ivt IS
I'hiumanit' d tni [errl) b II'N *' I t rifvt
I)Oiic, Si iwous itt 'I I *II'
'':' :fill
les Causes -t!Ill I' iI- K'

1' ls uiiv jruILi'Allck 1.i. 1ci-*~ I
fort, imais s'exerf; jt r i is I '. 'I ;Itl cI de m -e.'r', ct toia"t
luxe ; '2'- Iime CxII',sorfi~i i iia. 1,It'..-.i(,*fs et'1)tii *' l 4ii1ie;t
d'd ala144 ttlerti- 4 it o is '.*c~rt# lei lut-
(I4Ja~gtlt', ,,*e ii.' ii '~' T:ifIl'' t.'i 'n. i .d'
'eflrt ; :0Ii 'afllix 4Id, &.; lio g-r-t P.1- i ii,111miI' enicOret
ris, grde ;aux .atiriti !i '- ii; 't ivi''w-i ll:101 1 11
izent. I n. WWu itt' l tnj fl l
Icoutez cC riecit aular,! i' i I 'I'II
typi lue, (FllA-'w 1 e.t
Par Jean d1 (0 s t Iou!e-, It'c V.;il-10 1 at rlliali'c- qa iOUS
a Je descenids t It ul.- Ct'li I1*.tIt i i t' p s ji)li /'-

toss, j'exl A.i ~du 11 iti.:d LA liltto im.0UJ j ouli .l'.,ice tie a ..*s a tii s tie 1,io0011 hik
kilos e charbon. Jo les r io'i f'i i I'a I. Io4 dlo c'h-.ir'lm ai rach,'s ax ai dt-lle'sjl le
Je les hise sui un c:ie ,I,, so') 0 iI so .l
je les emnbtrque stir on ijavii e Po It
tout cet elbot je evcok 621Irigat'S
-, ie laiie, avet. It:ij 1.-,i' 11i t. Ii` :51
il'ibot I p:mlt'r me-% i im p", I

J.-Irt. ..i I., I E m F. N
aL Ma%1i'l S~ljippw)t5 ~mit 'pJ.'g~. c' s :Zr:r T ')LO0G IQU ES

J arrxive 1. 11PutI~ ~'S %(W 1 1It'-ItitI,. .* libi li


,Iais Icsl
ces .IU oljt ('11.l II 11)~l~l Ir s


j I3',r nA I
J'ulis Ejielr insg iutt' 1 jiiiiilit '~i I'' ~lt''rl EE,'AR ~OL~3 26 7IRT

COS (u rtIl li 'hi lt i ''' l tl- ii'3 3I r. 3
(tais2 f tils 7,).o ft!iu li u ct.'i t t i iii i, ( .fd- 12 a-t

lii i~fti' S'l~i t'Olt,1l' i~ Hi11 ij1.tI fluests AI 7C IL Li s
c kt p p ',.I:r IIIII I't Let byruminxc a Iaus~ 3 uf pu

44 I'uticI' pt\'t'I e ''' bun, J lar..- boiltB E
I'UitL~t*v~ ''''~"~'If'1 P~t~r 'tit ~~' Ajour'h i t~ Ia derni~rc p~lr: ie do
62frnct' dvOl' i 's. J ) l'.iIrt'S ue I' rIIj :u Z1C utip 1o0t 1u I1 pri Incur CO f ui 1Iton -
G oinib eii 'chipj t'' a v i laru i Fo ki e{OMA 7I: t p ir n ira n lb. ire s n t 2


tAIit4.Le '' "a S tp:c;i:b prom chain fous ce ux qui n'ont

tnI ~~jJi"l tl e 'It' It' ritit'i u't'S c~iii' "t. "t~il' sero'i: hIre' ITII '.e pri:Jcire 1'ou\'rage
Ilat se'pi t Iettii i() I 'rtlIt z4t-1 S uL( isc I larIai ,rimclit l.,;'AbI le i~r duR
poill. onl 41d ItI S lii!4 I ,; I.1i E. .


t ML ls niontre un noutel as-
*:t Ui .11,'it r. c Ct original, de Fer-
danld jV111Crt do-it la r l lC:.'6i tsoainsi
No, snous siuront gr6 de leur
avoir procure c.s ificrtes et parfois doulou-
reusts impreswivns que laisse la lecture de
cet wrivra,( ui hsnore A Ufl si i tut degrLI,

Tribnn-Al 2~ivil


en fait tt en droit la demand en dot.
ges- intercts former par Madame Vea
MWndlas Dupuy contre le sieur Henri N.
thanael Alien, compense les d4pens.
Le siege est lev4.
Pro 3 d'Aublgny-Beck.r
Parmi les jugements rendus hier par I
Tribunal civil il faut en signaler un d'ue
ccraine importance :
Celui qui donne au fond dfaut coo


S4u.htl'rnr d,. Jcudi Slpt'enbhe itoS tre Becker et C",dit que d'Aubignyet Ci
I.- Trib.nal sous !. pi),iJencc du dc.vn depuis le 6 f6vrier 1908 avaient rigalire.
Leon Nau, as is-e dii Siub;i'ut Auguste 'nent acquis la propridte des objets aisi
.Mogtas pronounce le juements suivnts en vertu du contract sign A cette date tac
Celui q.u penrm:-t A i i d ine Simdon Websc-r, ordonne que le garden se dea
MoirosL G rvais tde c;er son poux dan sise cntre leurs mains des Rus dits ousr
1., form- Crrinare. ( D(vo"c). apres signification de cette decision, v ua
Celui qui permit au sieur Pierre Mi orts moraux"et nmatriels subis par les d
chel-Bap:iste Mirius Gaston de citer son nandeurs ; condamne A leur profit etpogr
spouse dans li firm ordinaire ( D;vorce ) dpara.tion I Becker et C" a I oo dollar
Celui qui condamne la dame V' de dommages interats. les condamne s
Augurte Cany Nico'as d- signifier tout-s ddpens, done acte A Webster de ce qul
ses defenses au fond au situr i. B. W. "' eet rapport e la justice et compel
Francis et la conda.-nic an. ,epns. entire lui et d'Auib:gyy ct C' les dtpeos.
Celui qui declare mal f)iidd les fins B t-)e atrx Lettres
moves et conclusions du sieir Fontilus Port-au-Prince, cc 4 S:ptembre 1908.
Fontange Colin, I'ei deboute,le condamnn Monsieur CL.t:NT MAGLOIRE,
A loo gourdes de dom-na es in:r&:s au o MAGLOI
protit du sieur Val Bruno et le condamne Directeur du nCatin
en outre aux dpcnis. En Ville,
Clui qui declare que dans trois jours Mon cher Magloire,
de la signitic.tio0 du jugenment le che- D.ans le N" du Xit;in d'hier, M. le Di"
val, objet du litige pendant entire Emile ,iccteur de la I'. C S altirme que ,* 'ai
Dc -x it E'!nni-nut.1 D"jealn scra txamind i soutenu la demand de la Glacire en
par un c,.:rt cotnvcn parole p arties.s;inon in'appuyant sur la ndcessit6 pour cette en-
par Monsieur DIv\d Ficlie que le Trib- trcpris d'employcr des products chimi-
nal cmmnict A cet Ltet, dra si la boiterie bluess don't le prix de revient est assez le*
d.)nt est atitLcQ e chcval vcndu A Dcreix !v. ) Je tiens absolument A reliever cette
r6su:te d'uni mil .anien no apparent, ai- erreur.
terieur a la date du quinze DJccmbre 1907. J ai combattu eneffet, la demand deli
pour e're touv:s les formalites sur lexper- P. C. S. que j'ai trouv6e exagerCe ets'll
tise replies, stvu6 ce que de dtoit fllai: reco;nmencer, je n'hesiterais ps s e
Ensui'c le tribunal a recu la prestation minute. D'ailleurs je ne ferais que ret-
de srermet des commissionnd : plir mon r'.e de deput!.
,-. ...... ,- ui.-r u a< I eatiis malade lorsq',e la Chambre a sa-
civi du quarti.x de Sivannette. tue sur la demand de la Glaciere. Je
HI ard E ii : ). n) tni Oti:ier d'Et it souttrais d'une engine phlegmoneuse. Vous
Civil du quarti r dJ Saut-d Ea'.. Ic ,vz, M. le Directeur, puisque vous
'Nou lie compoition z nav iit it le plaiir de me visiter. Les
P. n)e A. C D)cttur, Borno et L. Camille qui m'ot
Puis ous l preenc du je Chm- pEgnet al i eid a S ib;:itut A M.It I;, e tri- le f't d'avancer que j'ai soutenu la de-
bunal pro-oi:ce le jugement suivant made de la Glaci&re est faux et menson.
C-lui qui reje-tt, com-ne mal fondue ger.


SI.*- WVIn-w I I __ __ __ __ __ __ __ __ __ __ __


FEUILLETON DU v M.T"IN
DL .|4 S.Irx 19,I I )oS (27
OM UL US
ROM~lIULU CS


XII


biLIntI', ctnL',ippCd dc to',t: s parts, ils fu- ''DputJ cabritt pour I'acco- recent mar-
rcent .ciharlv.w'. Q lques b'enes respiraitnt chant pieds nus ct toujours v'tu de pan-
,t orc' on Ies alchva-cnic autrcs 1'itint-- tal,,n trop large et d'une grandd' jquette
p d lK :'';iquc. At.gustc KIv.inahI, Sipirc : de diap use dans laqucl! i disparaissait
L-u .i; Morti J.icoL presque.
l'n c'ul exL- t'ut upargn :t Luc Elic. I! Son acted mnritoire d'etre de coeur lui
, lit :in l potr cela. C'est sur la dean valut I'estime de la population et jus-
dIc dp'.ni:c J- la btilc-fi!ie du Pr. :dent qu'A sa mort, survenue v-rs iSr,, Th:o-
S. o: que c :'ii-ci co:n c'tit i ctLte ex-'coly demeura I'enfint ite de Miraone..


lIne decharge formidable retentit et le
malheureux, meurtri par les balls et tout
ensanglante, s'affaissa A genoux, une main
appuye coiitre terre.
D'une voix rauque, ii cut la force
d'exhaler :
Vive !a liberr6 !
Un soldat s'avanca et lui colla la gueule


k cc I)" tn e sa caramine centre oren e
S. ..,cpti,, j o ......- ,- ,,Non. non... Iau ceur fit-il a
Dans les bois, les insIun tr.qus. ccr li.' uns ns de .MIragoine trou- D.ms les lderniers jours du mois de lannant un regard impirieux A I'exic
nis, un un, ou par pets : vr: :.ic vant !ls vainquurs : Desaix Janvier, une patrouille arreta dans les en- teur.
ddfendirent colmme des lion., thisant eco t a l,. Ri c, a cause de Icur extreme virons de Saint-Michel, un vieillard qui pa- Celui ci obtit, et tira A 1'endroit dsi,
quantir: de victims c' tiinalecen: succorii j-u IC-.c, ci.t-on, ct Rousselin Montpe- raissait suspect. grl
brent sous le I ombre : Kenscotf aint, rous, asison JIs services que son pere C ttait Romu'us g r .
Locamar Maalrd,:rank aah., ,.Cette fois, Romulus tomba A Ia r~Vct'W
Loctamar MavardFranck Solages. Charl.s -i C:lai Jas : canmpd'Anselme Propheie, On;'amena en ville ou il fut interroge. roide mot, les bras en croix -
Bazelais, Paul Etienne, Godefrov Nol, atait rcndus A I'armie assiegeante. Apres son interrogatoire, ordre fut donn grand ciel bleu.
prirent ainsi. "Le dernier exild execute fut Mathurin A un d~tachement de le conduire A la Croix Fin
Quelques-uns rrouves sans arnes ou Legros, et cela plus de deux mois apres des Martyrs. Fa rw Hu t.
malades, come Succes B;gaille, Charles I'dvacuation. Recueilli A Dufour par un I' 'y march cAntmient, le feutre sur Port au-Prirce
Desroches, Moreau, Antonin Bony\. Las brave home mi-camp.gnard nomm Thio- 1 oreille. rt au-Pr
cases Samson, Adamar Passe, furent im- colv, qui etait g",rant d'un jardin en cet Art ivd A des.ination, Romulus fut place tj Flurir- 3o JuL I9
m6diatement executes. Lescombattants M i- endroit, Mathurin Legros, se laissa pren- A1 quatre pas du pe'oton d'exdcution qui, -
ragolnais, Merlin en t.te, cur-nt le mn.nc dre A la tin, parce qu'il croyait que l'apaisc- sur "n commandLmenr, le coucha en joue. SOURCES :
sort. I ment s'etait fait ou qu' i iout cas, on L'anticn commissaire fit m-ntalement Impressions et Souvenirs personnel.
D'autres exile s se brCi'lrent la cervclle lui tiendrait compete decequ'il avaitacceptd unc court pr!'re, recommandant son ime Emm. Chancy : Pou L'HISTOIro IMP'
plut6t que de se laiss:r prendre v ''aNts, le principle de la so-imission pure et sim- A Dicu. de la |eunesse, Port-au-Prince 1890
t clurs cadavres servirent de pAture aux ple... Puis soulevant son chapeau, il s'&cria AConiteur, 882, 883, 1884.
chiens affames qui rcdaient dans lecs bois. i Thiocoly trouva mo\ron de se tirer de d'une voix terrible : Charles Desroches : NOTES DE L' t
Ceux des insurgds qui s'6taient ports cc mauvais pas d'avoit rcl616 un exile, en A bas le Tyran Brochure Imp. do l'il.-"I _4
sur Petit-GoAve,liveorent une bataille san- faisant la b:e. Fcu I ordonna le co.mandan du Clavius CLrude, IrmpuooTon I AO
glante aux troupes de cette ville, mais C' tait un vieux noir dans le genre du peloton d'exicution. I ( M onitour du 8 Marn z8o4.


s
*

*

I
\


i













D'autrs parts, la demand de la P. C. S
g'mit pas pour but d'augmenter le salai
S des m&caniciens, Ctant donn6 que cett-
&ande avait etC faite le 27 Aoit, quand
hChimbre a cidur6 les travaux le 21 do
rsle mols.
Je m'arree ici pour ne pas abuser de
ore hospitality .
e vous sale bien respectueusement.
Dr PLri-s1 SAVAIN,
'ipute an Coips Llgislat;f
*

Monsieur le Directeur,
Le Magistrat Communal de cette ville
'~Urt tous les Syriens tabhlis a Port-iu-
Prin' t se prdeenter a 1'H6tel Communal
saisde leurs dernier passe- ports, L, lun-
di 7 Scptembre courant I dix heures du
autin.
Cette invitation est fai'e en vertu de la
irculaire du Secrktaire d'Etat de l'Tnt6-
ri~ren date du 28 Aout could au No
101.
L'on se demand si les Syriens naturalist
hitienssont oui ou non compris dans l'in-
itation. Jusqu'A ce iour. ii n'est pas en-
core bien prouvd que leur identity soit
Mt!ement etablie.
Ce serait pent tre 1, -no ncnt d.. pn-
lier le Rapport dc la Commission qui -
nititiinstitu&e dans le tempi poTr v''r-
Cer l'identit des svriens natura'i-.(- h11-
tiens, et I'authc:iticid de leurs acts de
tiuralisations.
ous penrons qu'il ne semble pas pos-
ibled'accorder des actes de nituralis.~tion
1 des syriens Jont I'identirt n'est pas eta-
bie, et qu'ils ne doivent pas, par cons-
queni jouir des advantages accords par les '
lo aux seuls nationaux.
La Commune reclamera vainement ces
Pet-ports qu'ils n'ont pa ; ils n'ont pas ,
ta leur acre de naissance.
Bien sincercmnent, 1
C. R. d
Service hydrauliqu tl
En presence de certaines difticoltes, "
'frdre m terit. tt des ennuis que lui oc- s:
ionllnait I'in posib:lit dans laquelle
se trouv.i: de fire une banne et si
quitable rdpartition d'eau dans Port-au- sa
uiCe, lI Commission compose de Mes-
ctRs Thimoci~; Litontant, Emil- WBan-
dad t St-LUger Fortin, charge de la
dftcCion du service des eaux s'est effacee. l
L Minis-re des Travaux Publics Mon-
'er Nama Liraque a procd6 A l'insal- q
"iOn d'un nouveau personnel. p
Monsieur Louis Koy a etd ins'allW en se
.ullir d'ing~nieur, charge du service tech- le
Re, Anioine Sauray, Caissier-Compti- ex
1k. tic
; Ernest Ulvsse, un veteran A la Dis- I1
'*tion des eaux est maintenu A la direc- g
B. se
Le^ ilistre de l'Int4rieur t
tlG nsral V. Leconte. Ministre de pe
rtieur et de Police Generale est re- a
S.ce fnmtin.sur le cCentenaire*. II au- ve
isiti pendant son voyge les Go- La
't St-Marc ou se maintient la plus vi
e tnrnquillii. se
Inc ndie du
iY' vers 4 heures 35 de l'apr&s-midi, 1u
'st dhclar entire Bizoton et Martis- T '


Ioncours empress des
droit, deux mnaisonnettes
disparu dans les flimmes.


habi-
seu-


de Luc Elie au QUESTIONNAIRE
ad ul ( inidit ), copie obligeam-
.comouniqude par M. Charles Du-
%, d Ltc Blie.


Pour les Pompiers
Comitc de souscription au profit de i
pagnie des Pompiers Libres de Port-au T', cC,
TRosi MEi: LIsTF


Montant or d.'i recueilli or P.
Mr Battist, vice-cwnsul U. S.
M' Pierre HudicOurt


I 9
2


Total e 1 16
Montant en gourdes reccicilli :-
Georges Cobvy Mme H. Clavier 5 M.
& J B-itcsh 25, Joseph Katini io, Abra-
ham Stlam= frrces 25. f. G:barra freres 20,
Fari Antonn fr&res 5, H. Atfllck & C' 5,
Jh. Dina 3, Elie Mansour 1o, Abraham
Bach 20, Asse G:orges to, El e Hiki-
me to, Vve D. Laborde to, Me Etienne
Mathon 20, M. Duplessy to, Mine Benoit
2. N. Marcou tanneur 25, L. dEspino.e
io,- total en gourdes G. 230, qui avec
les deux premieies liites donnent la som-
me d, I.425. J gourdes.



eouveiles Etrangeres


Derni6res D6p6ches

I'A;i.s 2 -- A li.su d'unc reunion des
memnbrts du Cabinet et d'uin 'change de
. ,i ., av.; i Cl ernincJ Ir ,i i .e trou-
vc en ce moment :. Carlsbad un corrcspo::-
dant de journaux americains a ete autorise
A\ nnoncer quc la France comp:a:t s'en
tenir A la poli'iquc d sja sp'citie cet que
ts puissances stront laisecs libres de de-
:ider si so a t rude eit pref.'rab'c A cel-
e de I'Allcmiag.c. L'- to '0,es jurinajx
du soir cs" modLrd, mais Lini ct i, indi-
quc la convict;.n que l'opinion des puis-
,ances est in tiveur de la 1rtance.
Le a Temps v ddlare que I'atritudc de
'AlieiCag:etprove qu't l, ci Ln.nf ti're bn-
e a part.*Apres avoir dcmandi I'in:rven-
ion de l'Europe :A Alg&iras, di: ce j >ur-
a1, I'Allemigne pour uit uie po' iiq ue
lan egard pour l'lurope, t.indis que la
rance se consider obligee d'envisager la
ituanon au point de vue general, murlme au
ac;itice de -es propres intdrt;. Le jour-
al des debsa s consider que I'action
e i'Allemaigne cst sans utility et regrctta-
le et qu'clle n servira q'a comnpliquer
aioluticn d, Iruob!in- matocain.
La pres e frangaise tst unanime A dire
ue l'action de 1'Allemagne constitute tine
rovocation ct qu'ecll pourrait etre cau-
Sd'une crise d'une grande acuity. Tous
s j urnaux tont ressortir le contrast qui
Listed entire cette attitude et les d&ciara-
ons pac fiques de Guillaume A Stratsbourg.
s rappellcnt que attitude de 1'Allemna-
ie a 6td aussi incoherente pendant la cri-
d'Algcsiras. Un journal dit que la dd-
arche du gouvernement allemand cons-
.ue F'action la plus malveillante de l'em-
ereur Guillaume depuis son d6barquement
Tinger oiu ii proclama Abd el Aziz sou- 1
:rain ind6pendant de l'Empire chrifien.
a prcsse rappelle I galement I'attitude
olemment anti africaine du docteur Vas-
1 A la conference dAlggsiras et elle repro;,
lit ses depeches dans Iksquelles il atta-
laia l'cxactilude d-s declarations de M.
aillanditr, 1'ancien ministre de France
Maicoc.
BRUXELLES 2. aL'Iidcp.mndance Belge*
Clare aujourd'hui qu'cn envoyant le doc-
ur Vassel a Fez et en adressant sa note
x puissances, l'Allemagne a c3mmis une
)uble faute susceptible de faire surgir
nouvelles complications dangereuses.
COLOMB BECHAR 2.- On rapporte que
Smarocains se retirent au sud de Bou-
nib poursuivis par la cava'erie frangais.
e nouveau d6tadls reus sor le combat


S'hier dient que les marocains ont fait
uvc d'un courage inlompt b'e et que
gre les terrib!es ri. .lges oplcrs dans
: '.rs rings par le tcu !- itrai!leuses leurs
.ialiers ont charge j u ,e oI. : les murs
d blockaus.
WASHIN(O ;. i- I' g'c:idal Calvin
lIwitt ritraite c t n.o i iLir .1 lFo:t Jcl
IU\\Wi'OP :V\- .
N \'V ; Z /. ey. .a -:n favor
Sx-ch t dJ. 1, o'ice s cte: di; .iltan Ad-
dil Haritd ar ivA ici i,.-c'gnito It serraine
drni re est reparii hier pour Londres, sa
presence ici ayant 6t decouverte par des
membres du part de la Jeune Turquie.
MANILLE 3 Le sultan de Dunah ac-
cuse d'avoir participe a 1'expedition qui
tit main basse sur l'ile de Mindanao en
janvier 1906 tuant un nomme Micdonald a
&t6 condanme aujourd'hui par la cour su-
preme A ttre pendu.
IAVANE 3.- Les Zayastas et Miguelistas
du part liberal se sont rdunis et ont de-
cidd de former une alliance en vue de
nommer E. Gomez president d., la R6pu-
b'ique et Alfreda Ziyas vice-president.
LONDRES 3 L'attitude Je l'Allemagne
dans la question marocaine a cr6e une
certain irritation dans les cercles ofti:iels,
les ndgociations entire la Grande Bretagne;
la France et I'Espagne se poursuivent et
il n'v a aucun doute que la Grande Bre-
tagne et la France n'agissent de concert
et obligent Moulai-Hafid, avant de le re-
connaitre corme sultan, A respecter les
obligations du Maroc envers les puissan-
ces
IA I.\1vE 2. Le croiseur Frisland a
ui ti la llollavde aujourd'hui se rendant
ans l.t mer des Antilles.
LE IIAVRE. Cafe lHiti Cap :43.50.
Le a Quib:c venant des Antilles est
I '


arrive au)ourd nut.
PARIS. D'apri lek d:rni res nouvelles
retues, nous avons tu un tut tt sept bits-
s;s dans lattaque de Bou Dcnib Le colo-
nel Allix est arrive apis ;une march
orc6e a B1u. Anam avec 18oo homes
de renforts d'ou il repirtit auussi ')t pour
I1ou Anime pour forc:r le- marocains au
:ombat. M. Ruau est rentrd ce matin A
Paris.


Sacs vides!..


I
(


(


Sacs vides!..


Entrepot General des Grandes fabriques
DE CALC(I(UT'TA (IN)E) 1)UNKlERQUE' ( FRAn C:) .T i)UNI)DE ( ANc.I.KTE-re f )


SACS


sp6ciaux pour


Caf6s tri6s
Cafes ordinaires
Cacaos


1,es Types Curants constamnent en Stock par balles de 400 sacs,
lepuis 2 ) centimes or jusqu'A SO centimes or pour grandeur r6gu-
iires 65x110 centimetres et 70x110 centim6tres.
Poids del 3]'J livieb jusqu'd 3 livres.
f- acs sur modules et sur types dts acbeteurs.
Prix a forfait pour livraisons mensuelles francs port de d6barquement et, si
n le d.-i, e, Droits pays.


50.000 Sacs de 1'Inde

Doivent arriver incessamment par Balle de
300 sacs.
r Iix excepticnnellement avantageux

S'adresser JULES LAVILLE
AGENT ET DEPOSITAIRE GkNIkRAL
93, RUE DU MAGOASIN DE L'ETAT


___


L'Us;ne de P6rigoy
(Cayes)
Informe sa nombreuseclientele qu'elle
:;1 ,ipris la fabrication de son sucre si
juwtement recherche.
()1 en trouvera toujours a Port-au-
P'rince, chIIz M. Roberts Dutton & (C.
A9, Ru7e Courbe, Place de la Pair.


Mme Vve I. B. DEHOUX
19, PLACe DU PANTHiEO4, 19.
Annonce au public qu'on trouvera
A loner, A son domicile, Chlises
ne-ive verre ., fanaux et ca-
bArets pour mariagA, enterrement,
etc, etc.

Mr C. L. Verret
Tailleur-Marchand
Donne avis Ai qa lbinveillante clien-
tele qnu sa maison No 7. Rue Travmr-
siere est toujors bien pourvue d'une
variAtt d'6toffes de la haute nou-
veautW parisienne.
QUALITI SUPIenIEURE. COUrPE ILi.ANTE
TRAVAIL SOIGNIE. EK-CUTION PROMPTE.
Pri trhs rduwt' !


Avis Important

Afin de prottger note nomn ain-
si que nos articles contre toute
concurrence ddloyable, nous avi-
sons le C(lonnerce en g ;ilral que
ii'sormais les ferblancs de mante-
gue de notre ftabricationr porteront
en caract,'.res indle6biles Ie poids
let t e exact de la mant'-gue qtl'ils
'ontiennent.
HELSTEAD & Company
JERSFY (ITY. N. Y.











Francise
Fab ticant
L~a Mantil'acture
tin garid stoic k,
ro-,i elt en dtsail,
tous p'rei pour

Las co Im I 3 l .j
die I ittiirieur p42)1
'dani- uric semain
2:3, Rue d-s
PORT-AU


- ""bOI TCOEV


Ph ,'n$ rrtva nh i Pn


I a Artistique
da chalissures E, IU 'IISSY
3 a toujo-m:ir, en d6pbt J0 M 1) L S
itete eii 123, Rue du Centre, 120.
de cliatssu ies etj ( E-ir rola I' II -l Ot I I .. t et l'MF -
tel ( Cminrnural ).
EMIMIES, I-IANTS (ITIRAAAUX niK TWIT;rEs SORTS SL7R
'? dt-s coiinelre toIIs I's SO. E- I)L& I INO. )
ir.1orit t~tr-e *cxecultes (4'U/T5 tCS dfriYt/UeS, flOUVLlleleIt
C it Ieu p,.&*.j re~wcs.c
AGRANDISSHEMF.NTi, 11EPIIODUCTIONS.
Fronts-Forts, 23 ATELIE11 DE LUXE
I-PRIN(E (1HAITI ) Prix Modare s


Changement d'Adresse


NoUVEAUTiE:
Cartes Mignonettes, par douz. P. 7
Photo-soie.
4"vn '11- -. 1 -_ ... .,.1 : I 1


) unire SOs servICes atu puuLicute orut-
Le Dr Edmond Hera x au-Prince, aux gens des autres loca-
Informe ses clients et le public en litds actuelleiment B Ilort-au-PTince.
nediral que son cabinet est trans- Venez essayer
tfrd. 1Gr,, RIt.) 1 Centre, en face du
Petit ThlAtre Svlvain. Maison F. BRUNES.
'oirvu d'appareils 6lectriques quii, 195 RUE
g'r;*"e aux r6cents iprogres accomplish 195 GRAND 'UE 195
daris la ,science constituent des agents Dirigee par
Srapeutiqes do premier ordire, il I
Ointrprend ra l e raitenent des mala- L H I
die.s suivante, A
Cancer. lupus, ncurasthl:iic, ndvralgie, Ancie' mrnmb-' ;e Ia So(et: Philan-
l vst'rie, livpoconjrie, piralvsic, ataxie lo- thro..i ue des na I -:; tatliurs de Paris
,:,mo tirc,. r umanatism ,, g ,u te, sciatique, Vie:'* i r. : :." (rr;r ch,,)if d'd-
a~thrite dJ forvnante. chorde; p ralysie agi- tofte.- .i ,Oi o t,-l, :ti!r al* .'r., c.heio-
tl')rt, as:h im 6pilepsie, dilata'ion de l'es- te, c .i"iote tiuir tell, ,*': "':o na--
t)tnlma, liarr!he chronique, ictbre, troubles de p-.ti- iii .:.:. *~': clie tiP'e une
foictionnels du cxcur, arrtrio-sclerose, im- .ell* ,ollecti : P .- c-a nir,
puissance -dnitale, phtr;sie, goitre exoph- 1Ie gi' de ret.'-, et ,. p;'qai de
tariniquc, 'Jiabcte, chlorose. obtdit6, mal tou 4: i.!'-
de Brigth, dldphantiasis, h morrhoides, SDp iai~:.4 de Co.'umes de no-
arnmnorrhde, dysmbnorrhde. hmorrhaie, ces.-- Coupe' Franca:se, Anglaise et
"tt'rine, mdrite salpingite. fibromes, ainsi Amdriciine de la derni6re perfection.
quc des tats morbibes tells que: anomie, La m:aison confectonne aussi des Cos-
cachexie et stdrili:d de I'homme et de la tunwis m!lthtires. habits brod6s
femme. dolmas tuiaiTuos, habits car-
Consultqtions de 7 A Q heu- r.s. *'- .-,' grades.
r ds du matin et de 2 A 5 heures
du soir.
d sir- Cordonnerie No uvelle

Au dernier cril! rn ^2


FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A l ilorineur d'arnoncer A ses nom-
breux clients de la Capitale et de la
pf)vi Vino, '* 'il viorit des transfAror de
la Rue ldes Frots-Fo rt., avec son m6me
stoo-k dtc' l ,l.ssiresl, d la Grand'Rue
aj: N' 1 >'av v I'iiscription ci-dessus.
Lo.S hcli !ti s )ro!t toljours servis
dans le-;s mn, c'onliitions ; c'est-a-
dire ave', 1 ',, d'es rnpte sur la
vente n gros ; saun oulblier les m6-
m.ss soins et la mernme ._xavtitude.
La Maison se clha"e to)ujours de fai-
re preadre les mrs.are, A domicile.

Chapeaux I
Chapeauxl!
Chapeaux I I
PA&LLE DK PORTO-RICO
ACCOUREZ (CHEZ

)OSf SVN MILL4N


L.e c,,,lf ,. :ur tiste, qui vient avec le
coic-ours d'1n chapielier rremarquable,
M IAIM. TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour toui lIs god&b et pour toauts
l1, bou;rswi. I


U U. rtI IA
143, GRA D RUE, 143
I'ORT-A '-PRINCE
(^nAUs.UPES EN TOUS GENRES
KN DEPI-T, POUR LA VENTE
RN GROS ET DETAIL.
Exrcution prompted des
comn andes, tant ici qu'en
Province.
Fori ros A hommes ; 6legantes et ra-
tionmrl'les.
Cha.is-uies le dlaine-( Der nire mo-
do de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour' erifa !ts confection-
necs avec des Peaux. de toutes nuances
d'une selection et dur6e irr6procha-
bles, A des prix avantageur.
COrages, pates et liquides
Pou' rh-m--tsures d,- 'utes nuancs.
aL I MeI


Yoiulex-YoulloparticIper
BRATHITEMENTT
AU PROC1AIN MIRAGE
7) d3'N IAO NSLOT* FANAMA
* .u....u LOTS OO.OOO0 '
i ~6008000'
GROS z1) 1 rImo t
I M. L. DUIAIADV I rtrdu
19, rue Rochechouart, IParis.
NO "n
Ad esve


TANNERIE CONTINUE
DR


TALE


Port-au-Prince

CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEOIS
Vente des chaussures : Chvreau-glac6, Verni et ooM


leurs, pour


Hommnes, Dames et Enfants.
( BOUTONNA, ELASTIQUE ET LACE )


En gros et en detail pour toute la R6pbliM



H UNT BELLEVUE
Place du Champs-de-Mars

PORT-AU-PRINCE (HAITI)

Mme Hermance ALFRED, directrice
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-I.UNCHS.
installation modern et comfortable. -- Fuesur la mer. Tempdraitr,
iourc et rdguliere. Les Tramways desservent I'Hdtel-Bellevue toutes ls 7 Iiw
PROPRITI9 SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Saill de reception.-Piano.-Gramophone.
Sonneries Electriques
TablA e &H ts les fours, do midt d Iheres,
Table d'H6te 74" d -, d, du ,4,
de 7 A 8 8-ure- du se/r


SL' LEGANCE
CORDONNERIE.
IM3'.' ,,=UE; X=p
42, Rue des Fronts-Forts.
CHAUSSURES EN DEPOT,POUR LA VENTE
Promptitude et soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
(haussures de Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Former amnricaine et franuiaise pour
Messieurs ; 6legantes et commodes.
Pour les enfants le plusA I'aise.
Travail solid ex6cut6 avec
des peaux de prenmiire marque.
Assurance de grand rabbis.
PAtes, Cirages et Liquides

MASON

N. Cordasco
La seule Maison qui peut rdpondre
a tous les caprices du bon gout.
La Maison la plus assortie, oh l'on
trouvera des chaussures de toutes es-
peces et a tous prix.
La Maison qui emploie les meilleu-
res fournitures.
La Maison qui vend a meilleur
matches.
On trouve dans ses souliers:
Elegance, Solidite et Propret6-
Cette Maison est une des plus re.
commandables.
On trouve aussi Cirages pour tou-
tes les chausssures noirs et couleurs
B des prix encourageants.


A. de Matt6is & Co
Maison fondue en 1888.


Derniers articlCes re

Parfumerie Houbigant; R
yal Houbigant ; Fougere Royal; Pa
tum Ideal; Savon, Poudre ; etc. t
Coffrets de parfumerie tres lt61
Parfum renomm6 Astus ; Lotion,
coflis.
Lampes. Fouets et Cha
pour buggy et buss.
Argenterie de lux", Bilb
Moustiquaires, Irossos, Pipes, F
cigarettes, Cravates, MaroquiBerif
toutes qualities.
La M:aison a toujours uo grand
sortiment de Bijouterie, dArge
de Diamant, la disposition do
en general et A la portee de
les bourses.
Atel'e-s d'aoriogerie at
Bijouterie : Gravures, Co
sur command.
Achat de vieil or et viild *'
diamant et pierres prdcieutv d
mod reds.
ACHAT D'ICAILLES DE Ca
Prix exceptionfel

Avis


public est avis6 qOs
F. Stines agir colo I
A Port-au-Prince,
Le COMMODO RE W. E
de Btrmiv


Le
Mr F.
agent


I -- ~~-


I


I
I


i
I