<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00416
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 31, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00416

Full Text

pii6mne Ann6e. No .428.


PORT-AU-PRIKCE (HATIl)


Lundi, 31 AoAt 1908.


I W llI


j


QUOTIDIEN
AIONKEEMNTS D Disas 'r0
JABONizmTS. : DIMCIWR: LE NUM1eRO 10 CENTIMES
pT.AU.PRINCE Un Mos. G.I. C16x exxnt A Cagloixre, _
&PRTEENTS Tos Moss. 3.60 Les abonnements parent doa Ir et doa I de chaque
REDACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
UWRANGER........ Taois Mois. a 6. 45, RUE ROUX, 45. Le" manuscrite Ins6r6s ou non no sront pa rendus

jr tout ao qui ooncern 1r'A4me ivistration du Journal, s'adreser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux o0 Bonne-POi.
plans s une university quelconque, un eut le mallieur de perdre sa femme,
grade quelconque ) qui se soit dlevtd a cela arrive rntme aux m6decins ; apres
une place haute, semble justifier la quelques mois consacr&s aux regrets
conclusion que I'instruction qu'on re- et aux larmes, notre hoinme jeta les
;oit actuellement A I'Universite eat nd- yeux sur une blonde Suddoise qui fai-
Sie lecteur veut bien se rappeler si adonn4s a la pratique des choses po- fast pour le succLs en affaires. Les sait cuire ses beef tecks et enflamma
stesuivi dans cette rplique, il ver- sitives et que, pour cette raison, il ju- chances du gradu qui entrent danis le bient6t son caur. Celenxlant, m6me en
o, en ce qui concerns d'abord ge lui-meme tres sinc-rement,- ne affaires a vingt ans sont nulles a c6ti Amdrique, il n'est paC bien port dd-
ustrie franUa se, i est indiniable s'est-il pas demand s'il n'y avait pas de celle- da garcon qui a balaye le bu- pouser sa cuisini&re, et le veuf amou-
'el est Iobjet d'une depression sen- Ia on plt~nomne d'ordre special intt- reau et dbut6 a quatorze ans commrne reux e consumait a petit feu, quand
set caune de ia ndne roshantp tdierdo e o pliquer. employS. .
It cela, cause de l a tendanc, ressant tie e i elquer. employed. 'idde lui vint de recourir A un strata-
tr l. gouvernement franais Le Docteur s'est content de ,penser M. Henri Clewes'ajoute : gtme. La grane ville tie Chlicago, qui
elt qui porter lea capitalists, ue l'engouem.nt pour les professions a Le gradud n'accepte point de d6bu- renferme dtes chores si merveil euses,
I et ptit. qui soot le plus libralas que nous d8crions tant en ter par en bas. Sa pensbe se porte sur possile entre-autres une FacultA qui
I ~ibre. p courier aprs les pace- France, est plus grand dans les pays 'autres sujets que les affares. peut,en six mois, fire un docteur-m6-
I tou repos plulOt qu'A pron- aneglo-saonst qu partou t ailleurs e Je ne discute pas en ce moment, la decin du premier hornme et de la pre-
I rines de la lutte industrielle. comme ii est un fervent de ces protes- valeur des hautes udes a point d' mire femmevenue c'6tait precisoment
Svue des allaire ni si cette eaveuru esr I'atlaire.
A surpus, lorsque cette lutte nest sions, ii et certainemeut prodigue 1- vue des aflaires ni si cette dIfaveur est i'allaire.
di ello a tendance, le Docteur loge l'Angleterre et aux Etats-Unis ou non justified ; je constate simple- Ds le lendemain, la jeune Scan-
A, elle a tendance, p Docur loge t I ongleterre et aux Eeats-Uni e r li l froa
nnalt lui me se porter su si sa susetibilit d'itellectuel 'a meant lour rle effac dans la formation dinave prenait le train pour Chicago et
hbrications de luxc ; d'oi certaines vait fr6mi d indignation A la vue de la de la jeunesse. six nmois apr q, on annon;ait le maria-
Gence,, non industrielles, mais p6nurie de valeur scientili4ue qui ca- Cette fa4on de fire ne degarnit pas ge du docteur I... avec la doctoresse A.
isiu quo nous ferons ressortir am- ract6rise cette m61 'e. pour cela les universities, car alors elles Ce couple gu.risseur se patrtag. au-
t plus tad Essaons d'exppliquer cet excsappa se trouvent frquentes principalement jourd'hui la clientele, et on alit que ma-
Spoint de vue dle I'agriculture, rent des professions libCrales dans les par des jeunes gens sevrts te la bour ri et femme sont de mpme force. )
avoni montri que tout le Midi et soci6t-s anglo-saxonnes et atssi la pi&- se paternelle et qui parent leurs tudes VoilA, Docteur, pourluoi la science
.e Centre francais vivent de pro- tre valeur de leurs reprtsentants. compl6mentaires de leur poche. m~dicale des .docteurs amrricains of-
Ins pontan6es et de la culture La grande question pour I'Anglo- Paul de Rousiers raconte en ces ter- fre tant d'inferioritd .u regard do la
Nous avons seulement fait une Saxon est de devenir le plus tot possi- mes comment il a va un jeune ameri- science m6dicdle fran; iise.
Sen ce qui concern le Nord, ble l'unique artisan de son elevation cain fire son apprentissage d avocat. VoilA pour la qualitid les reprbsen-
s avonspromis, si toutefois leDoc- personnelle. Cest ce qui explique que a Pour cela, son pore ( qui est avoc t) tants des professions lib6rales anglo-
Ke diire, de nous en expliquer par g.n6ralementla seize ou dix-sept ans, i'a mis de suite d;ans son bureau, A un saxonnes. Voyon pour leur e uantit6.
fite. i[ se suffit A lui-m6me et est .deja en pupitre come un simple clerc. LA, ii Avec le caractre instable es pro.
S 0sorteque la France ne dtient pas route pour la fortune, par le seul faith die la procedure pratique, Ipri)'ra- fessions, S rtout :ux Etats-Unis, il
crdqoe l'on voudrait, surle o r- moyen de son 6nergio personnelle. tionindispensable poursuivre fructueu- nest pas rare de voir un mtdecin ou
deis n i de la production in- a Les businessmen amricains qui ont semeit un conrs de droit, et la ofit un avocat ferm'r boutique des que la
eou agricole. le plus rdussi, dit Hugues Le Roux, ont assez serieusement, car il tient la place clientele ns pale pas et recourir A un
1.U vonlons aujourd'hui fire le fait entire eux une petite enqute pour a'un employed. D'ailleurs, it e-t pu)yt et inetier manuel pour magner son exis-
Sur ce que le bocteur a dit rela- savoir A qnel Age its 4taient entrLs dans occupy comme tel, s'dchappant deux tence. En provision de cette 6ventuali-
t. ila place qu'occupent lo pro- les affairs. Jo parole des Vanderbilt, heures par jour pour aller ecouter l'en- te, le tenant d'une profession lib6rale
libraries dane lea milieu An- de Wanamaker, ds Armour. desea v- seignement thdorique de la T.aw school possade toujours quelque, connais o n-
car i a prdsenti A cot body, etc. ( ecole de droit ) ; le soir, ii travaille ces pratiques susceptibles de o'aider i
chiffrs un peu confuc. L ge moyeon o its d6butirent fut chez lui. L'annde prochaine, la Law so tirer d'aflaire : cela s'appelle avoir
Ssatitiques anglo-a ones. ri Aset demss. school lui prendra presque tout son plusieurs cordes A son arc.
staommte esamriosaonscrs Or, il y a trs pen d'Am6ricains qui temps, mais an bout de cette pdriode, Une statistique des professions libde
ttrt qu'il y a infiniment plus ne s'imaginent devoir 6tre des Vander- it passer sei examens et paraitra A la rales qui ne tiondrait pas compto de
t d'hommes doe oi en An- built ou des Peabody, et pour le devenir barne. Total, deux anndes d'6tudes, cette consideration, et it est difficile
1 Iu m Etats-Unis, dana la ils commencent dis cet Age la pratique don't une consacrde presqlueentitrement qu'elle en tienne compete risque d'4
de 175 en Angloterre, at do des affairs. la pratique. a tre inexacte et je me demand si tel
alU Unis, centre 100 en Fran- Dana de tells conditions, les 6tudes On cont;oit quo, dans cos conditions, n'est pas le cas pour la source de ron-
Silajouto a qu'il nesemble ps universitaires iont pas un grant rOle la science juridique des avocats andri- seignements oi a puisd lc Dr N. Au-
l Iant que a valour smcinti- i louer dana s a formation des jeunes cains soit moins profonde quo cell de guste.
deoette mqlie de mi6dcins gene. Quelques esprits ont mdme db- leurs confreres franais. Jeo no ela crois exact qu'en ce qui
5r pport avec leur grand nom- clard qu'elles constituaient un obstacle Si vous voulez savoir comment se concerned le grand nombre des dentas-
pour Ieus cdes affairs. On connalt fabrique un m6decin amdricain, voici tes am6ricains. t II ne s'agit IA, on el-
n homme dola vler duI mot de Carnegie. un des procdd6s, d'aprbs le mrme dcri- fet, quo d'babiletr manuelle et m6ca-
anute as trouvant on fa- Labeo tote total e dmonde des vain: unique, non pas de science th6orique.
l. l ?st. S onstidorable do s af srcm6 ioains dun gl adu4 ( en. a Un esculape amdricain, habitant le De plus, une circonstance particuhire
ibd*sleO, # d a e mllieus tend an Bhomm qi9d st all i prendre petit chef-olie d'on omtd de I'ows, a ddvelopp I'art dentaire aux e ate


dmEw"""- MEN@


c





i___'


Uois : toutes les michoires amieicaiaes
sont promptement ddtruites par l'ali-
mentation aimale jointe aux boissons
glacde ; il faut done les r6parer, les
rem lacer plus encore que chez nous;
de I Il'essor de cette sp6cialitd. 9. (P.
de Rousiers. )
Une dei nitre cause d'encombie-
ment apparent des professions libera-
lea am'ricaines risi le dans4 I'inl'lpeni-
dance de la personnalitd f6miniin..
a Vous visitez une :cole publiqine, dit
Paul Bourget, voub y voyez les lil-
les travaillant avec les gari'ons, et I' le-
,on faite indillrenmment par un lhom-
me ou par une femme. Vous entrez
dais ua laboratoire d'univerbilt, des
jeunes filles sont penchdes sur le mi-
croscope qui regirdent une preplara-
lion anatomique cite a c!te avec des
6tudiants. Vous recevez tin repooiler
qui vient, sans .se nommer, de la pait
d'un 'r.ind journal : c'est uite femni"
et qui demand A vou- inteivie\vwir.
Vous cherchez I'athlesise vous constatez iele iu Ie nollbie lies f ii-
umes-docleurs est eg;,l a telui dets loin-
mes... Vous alltz datis un l:ibithal, It
secrelaire qUi trai.sc:l it Iets a i '-is e.el tin'
femmeo. lies felinrnes soint ;avocatl. l)e.
temines soit pastcuis tie cci lilnei i'gli-
ses. *
II faut le reconniiilire, Docteur, quail l
VOus inou voyez clie' contre l'enco ll-
bremenit rel l-. pirol'(fciionls liblea-
les et contre l'abus tdes lIudts qui een
ouvrenl I'acc.s, et ciqe vous nous rd-
pondez par ce qui se passe en Ameri-
que, vous tombez mal. Car nous ve-
nons de voir que les Amnricains met-
tent tout just, pour les carribres li-
berales, la mime luide d'aipprentissage
que pour lo premier ,dis rintiers ma-
nuels et que, l'ailleurs, les unes et les
autres servent aux meimes usages en-
trel urs mains: ce sont des outils avec
lesquels ils gagnent leur existence le
plus rapidement, le plus avantageuse-
mont. le plus inddpendiamment possi-
ble. Quand I'un ile ces outils ne rem-
plit pas ce but au gra dte son activity,
ii le laisse et passe A un autre sans se
dire que plus de dignity est peut-6tre
attached a celui ci qu'. celui-la.


Un Anniversaire


Tons les ans, It o Aou*, o0 fetait I1a
grande institutrice qui, avec une simplicity,
on dvouement, uon tact et one grandeur
d'Ame admirables, consacra toote son exis-
tence A la rude Itche ingrate d'instruire et
d'elever la jeunes;e. Autour de la Direc-
trice du Pensionnat Mont-Carmel, fillettes
et demo'selles arrivaient, les mains pleines
de fleurs, dcbitant leurs compliments nai'fs,
qu'ecoutaient radicuses et 6 nues d'ancien-
nes Ci1ves. format une cour d honneur
pros de Mme BELMOUR LEPINE, heureuse
et attendrie.


Le souvenir ie ce-te


fem'ne ad nirable


Mme Vve BelmourL6pine
ne pirira jamais. Combien de fimilles lui
doivent de discrets bienfaits qu'elle accom-
plissait. tout 'naturel'ement. trouvant
chaque-jour dans son ccear de nouvelles
resources de teniresse et d'affcction. La
sainte institutrice ne sera pas oublite.
Nous sommes heureux de pouvoir repro-
duire les traits de M ne Belmour Lepine,
certain de fa:re le p'us grand p'aisir A
tous ceux pui co:miurcnt cette vaillante
haitienne et savcnt combien nob'e fut
cet'e existence.


OC>) eryv tool
DU
SIfINAIRE COLLEGE S -MARTIAL
DIwANCHIE 30 ABOUT
Barometre a midi 763. o"'/
.minimum 23. o
Tempdraturelmaximum 34-o
moyenne diurne 28..2
Ciel nuageux le matin, couvert i'apr6s-
midi, avec un tort ventd'est. Pluie an sud-
ouest vers midi.
Le barometre est en hausse.
R. B LTENWECK
D-ces
lHer ont eu lieu au milieu d'un convoi
"ombreux et recueilli les funrailles de
Louis ICAR'r.
II flit un lab)ritux, avyant comprise des
.on premier 1,,. que le commencement
du boihceur reside dans le travail.
Ancien constiller de la Compagie des
Pompiers Libres A laquelle il consacra 17
annmes de sa vie, les honnLurs lui furent
rendus par 11 Compagnie dont le drapeau
s ilua ce confrire disparu.
Nos condoleances.
Accident
C'est 1'occasion de rappeler la vieil1e re-
P:ommandation des grands parents : Ne
joutz pas avec les armes A feu !
Simedi, dans 1'aprcs-midi aeux jeunes
gens employs aux chantiers de la nou-
velle Cithedralc e mirent a parlor d'ar-
mes A feu. Georges Malval tirant alors son
revolver le montra a son ami Ldonce La-
nor qui se mit A en fire jouer le meca-
nisme. malgrd les avertissements de Mal-
val. Un coup partit soudain atteignant pres
du sourcil gmuchl Lanor inttrlit.
La police arrivee sur les lieux constata
la nature de 1'accident. L'dtat de Lanor
est hureuesement saus gravity.


Maerige
tir dans les solons de Mme v
Bl9, I'officier dBtat Civil Gid
tet# a procddd a Mariage de'3ei.
Eateh avec Melle. ALICE FgaNh,,
'oIa etaient poor Ia mar : MM.
Dahiocour et Walter Scott;powIL
ri : MM. Etienne fils et Jiin Ms -'
La bendiction nuptiale leur em r.o
dema.i A la Cath senont conduits A l'atel par M .e Cl
SRelbhe qu'accompagera Me Solo S
Toutes nos filicitations x nOs u
epoux.
Fiangailles
Nous *sonR reao le fir M
ailles de Melle Rkas DuLPHuiS mI
JOSEPH BOLItRE.
Nos compliments.
Administration Postal
Lttres recommand&s en soufframU
SERVICE INThrIEUR
Emm. D:sroches, deputy 1h VII
Justin Germain. Louis DucasseD,
Ion ( denx lettres) Hector Denis,
Chirles, Louis Elie. Commandant a'ii
tier Maitre du. i" Regiment, Perhetie
noti, Alice Elie, Mme Rachel Syll6(2 hl
tres ), Mimis' Alexis, Nisida Loois, aM
lite Tuffite, Turenne Cassagnot.
SERVICE EXTARIEUR
Clervaux Paul Sylvestre, Mauine B5
perthy. Jn Charles Pierre, Camillek B
min, Helvtivs Manigat, Ulysse Gui
me, Dyer Amilcar, Mile CI meatin.
frey, Vve Chenet Jacques.
Port-au-Prince 31 Octobre 1 oo
Fermeture de la ma la
La malle pour St Marc, Goo utr
de-Paix, Cap-Haitian, Puerto Plat, m
Christi, St Thomas et I'E1rope parle
mer Mecklemburg sera fermas ce so lr1
heures precises.
Arrivage
Voici la listed des passage arrives pe
steamer a Mecklembrg a :
Jhr/mie : Barthe, H. Cohen, B. Jii
Petit-Godve: Salomon ConstanMt .


FEUILLETON DU


11 MUL LUS


XI


.i I)1 12 Idi/ un
.lr' t cait pir-

II '~' P ~ C. : 1it 0 in)wc: !n1i j I' a d~cla-
i;,,, c 1 i'' k)-i Ls

S L11 COM- Il lt La. r~duis A
v. iii''cr rii. *,I--' (r. cll t !!::IIaux do-
1L.. I iJCt C,)ti: -
(lIL;\;l( ,',S 'IC chi\vaux illlcv~s du-


Le Comit central ct les ;cLts .- 1 '1 a r.ant ii nui. Jnd lc traii d- armde du
rents postes rc'utni, cliunCI t .- i *. I' 'n ,t i. P L >, 11, ,. liiquc, Uo v.r.cmn r, nu -, tcncrLdcs vermines,
.A 'unanimi it6t, LEpa'inond ls r,,' i., 1:, (,,: n' o~ n ii.u 'itte qu'le co::i:r ( ti que; r.as, souris, clhat- ; ils man-
d.s forces rcvolutioni ires Jc Mt ud c*. ('c,, ; C l- ILO:ii d,' CUX _c:ai:!!t aussi les grains de pingouins,
Epaminondas Dcrochls cominan.dait I dC n:rc tLcX I ui o:tn i-riic i daJas c.s gucrrc Ju cuir dc bIxuf qui couvrait les
poste du Detour, c'est-A-dire le post, qit: lIt's ints est a:tivc ju 1pu'A t-ou-. par la a nillcs, ct touts sorts de feuilles trou-
depuis sept mois supportait continiumen: raison que l-s r,:ri\.vi:is n.tionaux n, net v's en ville en se servant de l'huile de
I'efort le plus determine de la masse dc gligerent jamnais de mritre en luniirc les < palma-christi come graisse.,
I'armre assidgeante. actions d'&lat qui s'y rapportai.nt
Comment Epaminondas Desroches avait- Si ce fut ete pour rcndre hommage au Avec le concours du comit6 extdrieur de
il pu, avec huit hommes le plus souvent. plus h&roique d'entre les lhros que les la Rdvolution lequel n'avait qu'un des-
tenir contre le Fort Jean-Louis qui le do- compagnons d'armes d Epaminondas Des- sein : degager Bize-ais-- les insurges jac-
minait et le mitraillait constamment, con- roches le choiirent pour lc p'.aer A leur neliens avaicnt pu se procurer le navire A
tre le rempart comprenant trois canons, let., ils ne furent ql'equitabl: s. Mais il roe.s l'Eider, qu'lls armerent en guerre
dieve A cinquante pas en face de lui, con s:mble qne, outre sa valeur gucrricre, le sous le nom de la Patrie. Dans les der-

ire le Fort Salomon, A son tianc, qui le nouveau chef p ssddait des qiali:cs poli- nicrs jours du mois dtOctobre, ce navire
bombardait avec une piece formidable tiques. avait fait une picniiere apparition devant
jour at nait, et enfin contre les nombreux Sitot nomm6, il s'appliqua A trouver un MiragoAine; au momentous un debarquement
posters fortifids dans la montagne au pied moyen de mettre tin A la lutte qui desor- allait tk opdrc, les deux commissaires iJ-
de laquelle il s'tait etabli. cela demeure mais n'avait plus d'objet, B.Azelais etant remiens decache'rent une lettre qu'ils
inexplicable Qu'est Achille A c6ti demort. avaient pour instruction de n'ouvrir qu'a
cet home I D'autre part, les approvi sionnements de ce moment-lA. Par cette lettre. il leur etait
Epaminondas Desroches Ctait un griffe la place 6taient epuis6s, ii n' y avait plus enjoint de ne pas permettre le debarque-


I








I


ment des volontaires de Jdermie Miin-
go.ine A moins qu'eux, les commissairs
jrcmiens, ne fussent en measure de repondve
que pas un cheveu des tetes j&rtmienna
ne tomberait. II va sans dire que d"eva
de pareilles instructions- don't persons
ne saurait :ontester le caract&re original et
neuf- les exiles ne reurent aucUn sC
course, on ne put meme pas les inform
de leur bonheur qu'ils avaient an ua
vire de guerre Ce furent les faction
naires de l'armee assibgeante, qui dd
leurs t qui-vive a souvent injurieux, 1-
noncerent aux assidges que le g Diab
deuil, v tait le bateau deguerre desa .
lutionnaires mais qu il serait
could par le a Dessalines a que le GO**
nement avait acheti recemment etq
6tait entrain d'armer supdrieurerent Af
au-Prince.
Alors le Chef des forces rivolutioa
de Miragoane, pensant que IIa PttY
ussirait bien i pinderer dan I h& ,
prdpara une lettre i'adresse do C@
plomatique et Consulaire A Port a-**"
rdlamnant son intervention et scs b~s
fices pour mettre fin a Ia luttq
rait depuis pros de huit mois, tn
que des conditions honorable fus"
tes aux d6fenseurs de MirtopAe. '*
en outre decide qo'oun Dde. a.0r
membres s'embarquer~it A bd "


Imlow or mp.-,- -








Sv1C1 Cllo81Mes
Iliveuies Etaigers
pernibres Dfp6ohes
W 29. Le Gouverenecment fran-
V rcu one d&peche do general Bail-
Scomandant Ic 196 corps d'armee,
SPoonIce la presence dans tls environs
?$ fracais de Boo Denib et Bou-
seW, d'une bande marocaine venue de
sr'3 et poor attaquer la frontilre alge-
a nouvelle a et confirmee par on
e do Goouverneur general de
t.lAMgrme annon;tit come immi-
wse offensive des marocains centre
eledcn.d.
i innnonoait que la bande ou harka
camprnait environ :o.ooo hommis.
Le ministre des colonies a rceu la nou-
wdle qu'une bande de 250 pirates ch nois
Vi ravigeait It: teritoire tonkinois a t6
prisepar one colonne de troupes fran-
ises. Pris entire d, ux fux, les pirates ont
a 3 tuos.
es francais n'ont perdo que deux
bOT mc.
LA liA~E M .le I.us s'-.i une- dc,
ersonnes qui assisteront au diner q, c Ic
iwnstredes Atlires Eiranngires ctfrira lun-
iiprochiin aux miminbres di c rpi dip'o-
m:rque, en I'honneur de l'anniv.rsaire de
bahfatnce de la Reine,
Pas- Le Gouverenment hollandais a fit
kmlader la France si elle strait dispose
coop erravec lui dns cc qu'ilcompte faire
porobtenir satifTiction au Venhzuela.
Le Gouvernemtnt a rdpondu qu'il allait
odre cette question en consideration.
SrjUUKN&. La flotte americaine a
lfh.cre cet apres-midi dans la biie de
Wlhilip.
AmuN. Le cho'era s'Ist propag4 jus-
l'iLodz, ( Pologne Russe 1.
La autories allemandes redoublent de
igiace. Des cerntaines de medecins ins-
aceors ont eit envoys sur la frontier
ieutale.
us cxaminent les voyageurs et inspec-
ma tous les baitcaux venant de Russie lus-
I'A present, ils n'ont dcouveit accun
cm de cholera.
PAis.- Le c Times a de Lot dres
ammente un intcressant article de son
a#Mopndant, intitule:: c Le developpe-
mat de la marine fan raisee a et qui est
t itdie de la nouvelle tac:ique adopted
P eVice-amiral Iran;ais de GCrminet.
3 t remaiquer que le principle adop-
Wer 'I n des plus originaux chefs de Is
Sincfuankaise tst des plus inlressants ;
I I'wonntr de ses pred~cesse urs, Ic vice-
*" Germinet se base sur le principle
& importancee tactique de la vitesse de
tMUs ounit e de combat.
Ceu le retbur, dir le Timts aux
a ipesde Nelson, don't les
its depuis longterrps ,ct re-
e ngleetrrre ne peuven: tendre
.twer eI nivcau moral et I'ctfiacite
.g ( B o h e tn e ) 2 8 L e ro i
s'est rudu en automobile jasqu'i
o. ila deieun avcc M. Iswolky,
,mone indisposition. M. Ci-
0 na Pu assister A cc ddjeanper.
28 Contraircment aux
St cursaan:t rtcemment, la reint
rlr ler epliquer la situation de
aum frtres de JErmic ct de Jac"
J~rdme et e Ja


PUUAsiD limmar
(64 Swell)


Wilhelmine jouait d'une samt excellen-e.
Son accouchement est tris prochaintmment
aItt ndu.
VIoEME 28 Une dpeche d'Ischi an-
nonce que 1'empereur souffle de refo dis-
sement et qu'il est cnroue Malgre l'abscr-
cc de fievre, il gardra la chamnre sur les
conseils de ses m dJcins.
TOKIO 28. Le Dunearn a se rendait
de Nikolaiesk Turquie d'Asie a Singa-
pore ; il avair Git escale A Kamratsu pour
y fire da chatbon. Parti de ce port Ie 24
Aoht, il se trouva bient6t au centre du ty-
phon qui a cause sa perre.
LINCOLN 28. M. William J Bryan,
le candidate du pr i dmocratique a pri-
sidence est arrive ici aujourl'hui aprs oune
absence d'une semaine au course de laquelle
i. a prononci des discours dans I'lowa,
1Illinois, 1'Indiana et le Kansas et a assis-
ta a des reunions politiques A Chicago,
St-Louis et Kansas City,
MELB3URNE 29 La flotne amircaine
trait ce soir A 9 h:ures au large du Cap
Wilson situed 125 miles de I'en-re du
P.rt de Mclbonrne ; les navires matchent
en colonn. de fi'e.
La fl t e arrivera domain marin A Port
Philip Head.
Bn'k.os-Ai.r; 28 LI Chlmbre des de-
P',t, s a ,or, ,,r cr dit d.- 65 mil-
i' '' I d t ,!'l..,r dc.s'ind A fi-r fLce aux
arinenwtits nI.1vaj' ; on cre;t q,'e ce vote
%cr reniui nil pr les m J:tni::ions q,'e la
'maori'- di SUnat appar'er.ia u m)n int '
de ce credi t t son objet. On croit que
Iatuitude do S hnat provoquera un conflit
=ntre les deux Chambres, car la Chambre
des deputies refusera les amendments du
premier en ra;son desarmements actuelsdu
BrCsils L'opinion gtenrale est que le gou-
vernement est en faveur de 1'augmenta-
tion des moyns d. defense du Pays. quoi-
qu'il pense 4ue si les credits quil deman-
de sont votes un blemert avec le Bresil, ce qui rendra uni-
tile la defense d'une aussi forte some.


Avis Important

Afin de prot6ger notre nom ain-
si que nos articles contre toute
concurrence ddloyable, nous avi-
sons le Commerce en general que
d6sormais les ferblancs de mantV-
gue de notre fabrication porteront
en caract'res ind&lebiles le poids
net et exact de la mantegue qu'ils
contiennent.
HELSTEAD & Company
JERSEY (ITY. N. Y.


Baque Hatlionale d'Bali

2Oe Repartition
Conformiment aux instructions du
Sect dtairi d' ltat des Finances et du
Commerce la Banque Nationale d'llai-
ti a I'bonneurr d'informer lei interes-
ads q'ils penvent,A partir de cejour,se
presenter a ses guichets our toucher
une vingltiam ripa -tit on sur le sem-
prunts suivarlts :
Kmprevnts du Gmnt. d'Haiti 6 o/o
Intirets du ler au 30 Septembre 1908
1/2 o/o ( demi pour cent ).
Emprvnt< du G',nt. d'Haiti I/.4 o/o.
Intre6ts do ter aa 30 Septembre 1908.
1/4 o/o ( un quart pour cent).
Contre requ et sur presentation des
bon -orio 8 Aot 0
F'ort-a-PrIDoo, l St AoWt 106


I


JV. DENTIFRICErp
e~Y~.' :.10. cyst


DENTIFRICES

(lebrces des RR. PP. Benedictins
DE I'AII\AYE IDe SOULAC (GIRONDE)
Nouv(..ux envois de
SPECI\LITES ET PRODUCTS HYGIENIOUES
I.A MASON A. SiEGUIN DE BORDEAUX ,
SEULCONCE3SIONNAIREPOURLA VENTE EN GROS

L'Incomparable Elixir Dentilrice
des II1. PP. llcnt'dictins par son usage journalier assu-
re la sanit6 cd lia (Gorge, de la llotuclie et de plus, patr sui-
te de la solidit, qu'il conu-:erve anx dents jusqu'A 1'Age le
plus avanc6, il facility le travail de la digestion en per-
mettant la mastication complete des aliments.

La; Po;;lre I)entifriee des RR. PP.

Iei'( iiVctlillS est le pnrieux auxiliaie de I'Elixir.

L La Pai e li.,wentirice des 11.
-11". *filKC t '*mi^^y'- seule (n
-- 4I I 'll (l ll) ( i tll l et vecl'E-
EsRR Ixmr.


Lcs autres Produits Hygi6niques de la Maison SEGUIN sont

iPoiidre de Itiz aadlh,0'er1n extia-line a LA MADONE ) ;
Ea ti de quinine lp'rtcieuse pou[,r stilnuler le cuir-chlevelure et
Eau de l line, enlever les pellicules.
GlycVerilne anglaise co tie les geriuics et la dureth de la peau.
Eau de Cologne leWitive exlra-fine. cn tfluon,toyen tla-
(coi et petit tlacon.

Pour les commands en gros: s'cdresser A 1'Agence G6nbrale
et dep6t pour la Republique d'Haiti
A la IMEetr-opole
MAISON JULES LAVILLE
9, ?Rue du Magann l'S~liat. 9
I tHit'T .\' IIUN :: ( HAI.11TI )


ANCIEi NE
DISTILLERiE


I3AI I ANXCO-)RT


LEON LIAUTAUD & Co

RHUM DE L'ETOILE
27 'laii t el to lutls 'it s I:xpoisitions dli Mondle, \ coinpris la Iie-
daill,1 t(l w, ,Ilil vientl (l'obl)tenir il,1 il'l positionn de.lJainoitown ( 1907)
1VJlarcrque de 1'"Eltoile
Vrai proiluit de la Canne a Sucre


SUCRERIE E DISTILLERIE DE L'ETOILE
Plaine dit Cul-de-Sac
DEPOT :Place de la Paix, a c6te de Matt6is
,Los .oii tinl.es ta'it pour I'lie que pIour l'Etrarger seront expedides avec
piomptitude et r6gulaiit&.


Une propIt siM6 Rl-ie eP la IORU-
trioti, atenawtt A ce~tllo d f.'u Fix
Salnave No 1'4J est mie en vente A
no prix rnodr't.
S'aIresser au No. 1U SGrand'Rue.
Port au-P-inc, le juillet 1008.


Panamas i...
E16gant~t, solide3, arrives par 1
a Montrial a.
Chez MU" LEONIDE SOLAGES.
It, Rue des FrAots-Forgs.


I


-- --







Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en dAp6t
un grand stock, pour l.a vente en
gios et en detail, de ciaussures en
totus genres pour
HOM\SIES.. FE\IMES, E'.\ANTS
Les commarndes des colmmer" ints
de I'inittrieur pour:ont atre 'exzcutt.es
planss une semaine h peu Ir's.
2.3, Rue des Fronts-Forts, '23
PORT-AU-PRINCE ( AITI )

Changement d'Adresse


f(fre ses services ail pulDicle t'ort-
Le Dr Edmond H6raux au-Prince, aux gens des autres loca-
Informe ses clients et le public en lit6s actuellement A Port-au-Prince.
K Iral q,'e son cabinet est trans- Venez essayer!
f6r. t, 1hRUe dIu Centre, on face du
Petit ThAtre vain. Maison F. BRUNES.
Pourvu d'appareils 1lectriques qni, I
grace aux rents progrf u accomplish 195 GRAND'RUE 195
dans la siejnco ronstituent des agents, Dirig6e par
tlhrapeutiqupl dt premier ordre. il i H
entreprendra le traitement des mala- L. HODELIN
dies suivante. : I L UUI
Cancer. lupus, neurasthenie, nvrailie, Ancien membre de la Societd Philan-
hyIstrie, hvpocondrie. paralvsie, ataxie lo- thropique des maitres tailleurs de Paris
comotrice. rliumatisme, goutte, sc;atique. Vient de recevoir un grand choix d'.-
arthrite ddformane. cliorte; paralvs'ie .i- toffes diagonale, casimii alpaca, chevio-
tante, asthmc, rpilepsie, dilatation de l'es- te, cheviote pour deuil, atc, Recomman-
to"ru., diarrhde chronique. icrtre, troubles de particulthrement A .-s clie;?iAie une
fonctionncs ldu criinr. artrrio-sclerose, im- bell, collecti'J: Jde co'p- .1-, tcasimnir,
puissance enit.lee,isie, goitre exoph- de gilet4 de fantaisie et da piqu6 de
i-altnique, diabte, chlorose. ob6sit,, mal toute b.iauta
de Brigth, dlphiantiasis, h6morrhoides, SpAcialit6 de Costumnas de no-
amrnorrhee, dvsmrnorrhee. hemorrhage, ces.- Coupes FranQaise, Anglaise et
utdrine, mrite salpingite, fibromes, ainsi Amdricaine de la derni6re perfection.
que des dtats morbibes telk que : anemi. La maison confectionne aussides Cos-
cachexie et st&rilit6 de l'homme et de la tumes militaires& habits brod6s
femme. dolmaas, tuniques, habits car-
Consultations de 7 A Q heu- r6s. e*t ,.c. de tons grades.
res du martin et de 2 A 5 heures, -
du soir.
s---o- Cordoanerie Nouvelle

Au dernier cril r.


FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A I'holnpiir d'annoncer A ses nom-
breux clients de la Capitale et de la
province, qu'il vipnt de se transferer de
la Rue de. Froits-Forts, avec son meme
stock de crhaissires, d la Grand'Rue
au No i7) 3avoc l'inscription ci-dessus.
Les clients seront toujours servis
dans ies menes conditions ; c'est-a-
dire avec les 5 o/o d'escompte sur la:
vente en gros ; sans oublier les me-
mes soins et la m6me exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re prendre les mesures & domicile.

Chapeaux I
Chapeaux l
Chapeaux 1l1
PAILLI DI PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
coucours d'un chapelier remarquable,
M. JAIMK TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Ciff re d. Louvre
Pour tons les goftA et pour toutsr
ls boarses.


u. B. r ITuAu
143,'GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS GENRES
EN DoP4T, POUR LA VKNTE
EN GROS ET DITAIL..
Execution prompted des
commandos, tant ici qu'en
Province.
Fortnes a homes ; 6lgantes et ra-
tiorriielles.
Chanssures d(e dames( Dernibre mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
nes avec des Peaux de toutes nuances
d'une selection et duree irr6procha-
bles, a des prix avantageux.
Cirages, pates et liquides
Pour chaussures de touts nuances.

S, V.uls2-Y1ii3 PaLtelp4
J ;Y- C.JITIEMENT
AU PROCHAIN TIn3E
t 10 N~ "'ES LOTS FANAMA
GROS LOTS oo.o
100.000'
Envoycz c, RON-PIT.ME
M .. L. DUQARDLN, D irectr du
Credit F'isancrder de Fra eP
19, rue Rochechouart, Pari.
A desse


Photographic
Artistique

J. M. DUPLESSY
120, Rue du Centre, 120.
ef l tr la t'h1r -n iioe I, yard et I'H6-
tel Commuial).
( TiAVAUX DE TOUTES SORTS SCR
SOLIO Er PILATINO. )
Cares trs artistiques, nouvellement
revues.
AGRANDISSEMENTS, REPRODUCTIONS.
ATELIER DE LUXE
Prix Mod6r6s
NOUVEAUT :
Cartes Mignonettes, par douz. P. 7
Photo-soie.


TANNERIE CONTINENTAL
DE
Port-an-Prince

CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)COULEUS,
Vente des chaussures : Civreau-glace, Verni et ooU.
leurs, pour Hommes, Dames et Enfants.
( BouToNNA, ELASTIQU rrT LAce )
En gros et en d6tail pour toute la R6publique



Har UR BELLEVUE
Place du Champ-de-Mars

PORT-AU-PRINCE (HAITI)

Mine Hermance ALFRED, directrice
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation moderne et comfortable. Fuesur la mer. -Tempdratwe
douce et rdguli~re. LesTranmways desservent I'Hdtel-Bellevae routes le 7 Mmfdi
PROPRITI~ SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de rkception.-Piano.-Gramophone.
Sonneries Electriques
'T ablow d'HU j i.s fours, ds Mwdii d *he>. ,
Tabli d'H de 7 4 8 her d& seir

Les jambons et lards "Swift"

deleur marque "Premium "


Ies jambons et lards a Swift a marqnue
a Premium a sont bien connus et pref6rfs A
toute autre marque. Lnr popularity est dnio SWif
A leur quality regulibre. ain-i qu'a leur belle ,
apparence et A leur goill d4licieux. Les mots
( Swift's Premium U. S. Inspected sont mar-
ques au feu sur la couenne de chaque piece,
qui est emballe planss de la toile et du paper
parchemin. En achetant des jambons et des S
lards, veillez A ce qu'on voii, livre la marque
* Swift's Premium. _

j Saindoux pur "Swift"

-. marque Feuille d'Argent"

C'est du saindoux tout-&-fait pur, comw
sort du fondoir, mis en seaux m6talliquda, 1,
mdtiquement fermbs, 3, 5 et 0 lives. COd
saindoux type de l'Am6rique, il jouit d'anfl
reputation, et la vente efn et 6norme.
Ces articles se vendent a l'6picerie de I
Zak6, chez Mr Justin Thomas et chess
Mr Henri Brisson.


Imprimerie C. Magloire, 45, Rue Roax on Bonne-Foi, 45. '


I