<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00414
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 28, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00414

Full Text

euxzirme Ann6e, N0 423.


J


PORT-AU-PRINCE (HAITI )


Vendredi, 28 Aott 1908:


J


QUOTIDIEN

ABONNEMNTS : DIRECrE: LE NUMeRO 0 CENTIMES
PORT-AU-PRINCE Ux Mois. G. 1. Cl6meae t I agCloire, --
DIPARTEMENTS Taors Mois. 3.60 Les abonnements patent dn i" et do u de chaque
HRIDACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
eTRANGER........ ToIs MoIs. 6. 45, RUE ROUX, 45. Lee manuscritse Ia6r6 ou non re uront pas rendus


Pour tout ce qui oo"oerne l'Ad4midlotration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roox oI Bomne-Foi.


n'en d,:lplaiise ati Docteur--se mesurer
Ce que le D octeur nie voit pas ,ve I'agricultu"re anglaise ; mais qui
olire de tres singuliers contrasted avec
d Ia ric ce que noul: avons constant dans les
dais lagricult ure firan ase regions mdridionnales. RN NT
Mais voilA: pour expliquer cette MfETEOROLOGIQUES
Sdifldrence de situation agricole, ii me
VI faudrait rappeler A quel point la r6e-
Les plateau flu Bassin de la Garon- Quant au mdtayage, -c'est le mode gion septentrionale a requ des Francs, Ob servatoirx
as sont caract, ,ises par I'existence de d'exploitation qui r6vele I'Etat agrico- c'est-A-dire de I'le6inent Sa.von qui a DU
grande. propriitest divisdes elles-me- le le moins satisfaisant; car i td 6migre de la Plaine Saxonne dans la SLMINAIRE COLLEGE S--MARTIAL
es en domaines moyens et petits. Ce moigne que ni le proprietaire ni per- Gaule, la formation particulariste et
fractionnement est rendu possible par sonne, en son lieu et place,,n'est dis- I'attachement aux chooses de la terre. J ALT
la culture du mais employed come posd a engsger ses capitaux dans I'A- N'avant ici qu'A donner la rdplique et Brom 2, ou"
element et qui, nous oe savons en agriculture Et alors survient, entire le non ai refaire des demonstrations pr- Baromtre midi 762, 3/-
Bd mieux que. partout, s'adapte aux propridtaire de la terre et un ties sentnes Ade :i cette plaice, je me per- minimum 23.
oyenoes et mrnme aux petites propri- le m.tayer- une esp6ce de cote mal mets renvoyer e D N. Auguste I Tem rnnem 34. o
1e6. Mais pouirioi, peut so demander taillee en vertu de laquelle la terre est la serie d'articles qpie j'.i eu I'occasion oyenn in .
hlecteur, cette sublivision des pro- exploitee on compete A demi. Il'Tcrire qur ce sujet. Ciel clair le main, nuageux l'aprs-mi-
pridtss et leur adaptation A la culture Or, tel est, nous l'avons dit, le cas Toutefois, jee le prviens lue, s'il di. Eclairs a l'ouest A 9 h. du soir.
du mais ? pour la plupart des propridt6s de quel- tient i const tier, ~I sis lqelque me.u- Le barometre est A peu pros stationnaire.
Ilsembler.tit pi'il eiitdt plus simple que etendue des plateaux de la Ga- re, que e soit, les forces agricoles R. BALTENWECK
que ces proprielts restassent grande, ronne. Dans le pays proclame par le fran;itiss, il lui faulra ralattre un peu L'ndustrie dans la R6pu-
fusseut pouIvues de propri6tairesriches Dr N. Auguste a le premier I au point le ses prverntions centre le particu- blique de Bolivie
el rendues propres a autant de vastes de vue agiicole, voila toute une im- larisi e, cai c'est seilmrenrt d.ins les
0xploitations r inuneratrices. mense region veuve de propri6taires regions touchaGs par cette formation L'industrie des banines a t.it des pro-
Ehbien, la raison pour laquelle ii et de fermiers exploitants u'il aira queltue cli tnce de les trou- grs tries satisfaisants. L exportation de ce
aen n'est pas ainsi est que ces dilt6- a Le Sul-Ouest, ecrit L. de Laver- ver. fruit se fit sur une si grande nchelle que
reotes propritds sont prdcisdment dd- 'gne, est la terre classique du meta Je lois dire, avant *le lore toutes la culture du bananier occupe dCji une im-
daignBes par le.s grand propridtaires yage. ci, le mitayage accuse plus ces consi tion sur gicuture mense tendue d terrain ferle. Depus le
talors it a tallu lo morceler pour les l'opposition que la solilarit6 des inti- franeaise, iqe le .ltfiit l'gnergie chez e' janvier 1906 usuauj 30 juin 1907, la
"ettre a la Iauteur de plus petites rBts Au lieu de che-cher 1'augmenta- toutes ces iopuiition dont nous avon compagne a United Flruit a aexpdi de
(1ns capable le les administer com- tion de sa part dans l'accroissement des parole, est imputable autait ; la trop La Cicnaga aux Etats-Unis, par o19 va-
mefermiers ou come metayers. Dans revenues communs, le propridtaire s'ap- g.in6retse nature qu'A la formation de peurs 2,000,o000 rgiimes d'une valeur
L4 region qui nous occupe, ce sont des plique trop souvent A rogner la por- ces races. Ettnt .lonties les faibles- environ P. ,000,000o. La production de
m6tayers que nous rencontrons. Veut- lion de son associe, et celui ci le lui ses humrnine-, nods ne saurions tiop l'ivoire v6getal pendant I'annde 1906 s'est
00 savoir pourquoi ? rend bien. ILe m6tayage n'est plus ici en vouloir Ai ceux qui, trouvant sous levee A 1,875,ooo kilogrammes, contre
11 n'est, en ellet, pas indifferent, lors- une association, c'est un combat. ,. la main des 614ments de subsistence 1,992,0oo kilogrammes en 1905.
le l'on observe un pays au point II faut done, Docteur, apres les pay- spontai ,s, reculent devant I'ellort qu'il D'apres des provisions tres modirees sur
voe de agriculture, il n'est pas sans des Alpes el des Pyrdndes, apres faudrait poir voir sc mulltiplier ces la production u tabac dans la Rpublique
different de savoir quel est le mo- les Bretons, apr6s les Angevins, les subsistances. de Colombie, surtout dans les districts de
d courant d'apris lequel les terres Vend6ens, il faut Bliminer dgalement, It ne faudrait pourtant pas turner Carmen, de Savana et de Sinu, la rcolte
,e t Oxploitees. Est-ce par le faire-va- toute la region don't :nous venons de les lib6ralites nature'les en mrites de 19 doit s' tre alev&e i environ 120,
.-ir.direct du pro pritaire, par le fer- parlor des merites agricoles que vous humans et s'empreser, sans preuve bales de 62 kilograms/ chacne.
Uags ou par le metayage ? Chacun de proclamez en 1'honneur de la France et centre toutes les preuves, d'exalter Ce n est que le manque de facility de
l odes trahit un 6tat diffdrent- de avec autant de spontandit que de hors les uns et de rabaisser les autres, avec transport qui en empeche I'exploitation.
pi0ri1t ou de d6cadence- de I'a- de propose. une injustice gale. Une compagme fran;aise s est organise
Piclture. Je pourrais facilement prolonger mon pour exploiter les mines dans le Dparte-
Sfaire-valoir direct rdvble l'dlat excursion dans toutes les regions du A partir du ter Septembre pro- ment de Santander. Sur tout le littoral du
qlcole le plus heureux; on le con- Midi et du Centre franciis et 16cou- i l ays il existed d'immenses mines de char-
stuns peine, les entreprises agri- vrir des situ itions agricoles plus ou ain,e ri dabonneent n, d fer, de cuivr, de plomb, de cina-
.Wou autres, ne rapportant que par moins analogues. Mais il faut me bor- vant sera mis en vigueur: bre, etc.
Soin dei plus intdress6s. ner, afin de m6n iger les forces du PORT-AU PRINCE: On dit que les gisements de platine de
L4fermage r6vele, lui, un etat agri- lecteur. mois G. 2 3 mois G. 5 Condoto sont lesplus 6tendus du monde
n Ocore assez heureux, puisque, Sans doute, il peut etre donrn de eATEMENn ier ; dans I'inustrie des pierres rd
SMaut du propridtaire, il se trouve constater un 6tat de choses diTffrent mois 2.20 cieuses, on considre les meraudes de M-
E'.ns- les fermiers pour con- dans le nord de la France. La, on zo comme ls plus belles; et les mines de
faire aux terres I'avance de peut trouver une agriculture qui cer- ETRANGER carbon peovent fournir assez de combos-
1 foods personnel. tes a beaucoup A fair pour pouvoir- 3 mois G. 8 tibles poor tout le continent,







Parmi les industries, on conm.,t: des fi-
latures de colon, des manufactures de
chaussures, des salaJcros, des briqueteries,
des tuileries et des raffineries de petrole.
La p&he tout le long des co.es est assez
importance.
Chronique des Tribuna ux
TRIBUNAL DE PAIX
SECTION NoRI,
Six mois se sont &coulks depui'. i bru-
yaite saison des carnivals oi toui utine
jeunesse avide de p'a;sir se livrait A tous
les exccsd' amusements que seuls pcuven
excuser les debuts de la vie et ks illusions
candies que tous nous avon, eues c lai,
sinit cs banes du col',ge.
&caucoup d'animation hier au tribunal
de paix ou comparaissait Maurice M. en
Lcompagniec de nontl',.ux Jimis venus p ,'ir
I'assister dats si plainte centre Ma.daiiz E.
p.Lcsw.' aussi au tribunal avcc sa ir.cr
qu'enclturetwt quelques amies.
Mad ine F est une jolie pc.ice tfenine
A la figure ingenue, .ux ycux cou'ur nim.t-
rin, vifs,donnant une expression de sensia-
liid visible. ll11- ,tr c ip ble d'aimer, de
procurer des iheurs de pisoion A I'homme
qu, v',udi.ait lui lbiser les perites nmins
qu'clle agitait nerveusernent hiir au ir bj-
lll. Son bonheur, daii la vie fut court ;
.apr( bien des luttes,elle 6poua par devant
I',otiiccr de I'l-tat civil, par devant l'Eglise
lc ieuiic \'teandre 1. qui dort n ce mino
lii.1,t IA-bis Jans un coin du cinictiire au
milieu des he.rbes et des rosicrs pousdes au
grd d'une terre ferti'e.
Veuve elle return. sous le toit ma'er-
nrl, et c'es 11 dians cette mais)in de tcndre
atctnion que Maurice M. un jour des carna-
vals, sc serait rendu pour se travestir, et
qu'il aurait laiss6 une chain et une bague
que Madamne E. lui aurait voc:es.
Sur ses dcntanles riit&res,p'u-. d'une tos
mJdame I. dit-il, lui aurait avoui qu'elle
avait rdellement en sa possession la bigue
ct !.i chlai-e. -Mais hier au tribunal, elle a
rite, 'll- a dit n'avoir jinais eu ces objets
ct aloute qu'clle a voulu seulcment pren-
dI- unie pie:e de cinq dollars de Maurice
au benltice de sa mere, M.ne I a qui c.lui-
ci dolt cinquante gourds
l),s tdnmoins soni entendus ; leurs decla-
rations vagues, co fuses, contradictoires
n'dclairent personnel.


On est 1A, comme pris dans un tiau,
embarrass plus ou moi.is par les liens
d'une franche camaraderie, par les relations
quotidiennes que la cause actuclle semble
refroidir mais qui doivent naturelieient
renaiire domain, come aux plus beaux
jours des fetes de la bohcme.
La cause n'6 ant pas de la competence
du tribunal, Madame E. fut introduite au
grtofe oi elle dut subir un long interroga-
toire qui va 6tre expcdia au Commisslire
du gouvernement rendant par ainsi I'affaire
du resort du tribunal correctionnel.
M* Girdere, I'avocit de la prevenue ne
fu: pas cntendu.
D bc6 i
Nous apprenons la mort de MARIE HYP-
POLITE CRAMESNIL de LALUE survenue ce
martin a trois heures et demie. L-s fund-
railles auront lieu demain A trois heures
precises de l'aprcs-midi.
Le convoy partira de la maison mortuai-
r., sise R-ie da Centre, No. i6S, pour se
rendre A l'Eglise Cath ldrale.
N )s condol!lnccs 1 la fainille.
Fermeture de la malle
La malle pour St-Marc, New Yoik et
l'lurope, par le steamer holiandais PTrns
It'illem I s;ra fL-rmne cet apres-midi a 3
heures precises.
Pori-au-Prince, le 28 Aouit 1908.
L'Esperanto
Les Etats- Unis adoptent otfi:iellement
l'Esperanto.
l.c Major Stanb, du Corps dl'Armi'-e Midi-
cal est nomne DI)el4gu au (ongri's
de l'Esperanto
On dit de Washington :
L'Esperanto a etd reconnu oficiellement
par le Gouvernement d4s Etats-Unis, par
la nomination r¢e du Major Paul F.
S ranb pour repreienter les Etats-Unis au
4c Congrcs International de l'Esperanto
qui aura lieu a'Dresde. (Allemagne) du
iS at 22 Aoilt.
La librairie du Dpartement de la Guer-
re a ctd la premiere iuititutioii W Was-
hington a reconnaitre la valeur de I'Espe-
ranto comme langue auxiliaire.
L'Esperan'o prend racine fermement
dans le monde entire: ceci est indiqui
par le nombre de groups forms dans dif-
frents pays. A la tin de Decembre 1907,


le total des Ecoles et des Socidtis d6diies
A I'Esperanto dtail de 753, aujourd'hui
elles dpa3scnt 1ooo


---
ilovelles ELangeres

Dernibres Ddpfches

TANGER 26 Moulai Hafid a &t pro-
claine sultan A Larache ainsi qu'A Ribat et
a Sale.
MARIENBAD 26.- Parmi Ics pcrsonnes
ui ont dejeund aujourd hni aec le roi
Jouard se trouvaient M. Cltmenceau, le
premier iniis;rc frangi iiet M. Isrov'osky,
le ministre des Afltires Etrangeres russe.
Apres le rpis le roi et les deux ministres
se sont retires dans un salon ou ils ont eu
une longue conversation.
LIVERPOOL 26 Une collision s'est pro-
duite aujourd'hui entire le paquebot: Etru-
ria de la Compagnie Cunard et un
chaland au nmment ou le premier s'appro-
chait de l'appontem:nt duquel il embar-
que ses passagers. Trois membrcs de I'iqui-
pag. du chaland ont 6te jet-s a I'eau; par
le choc l'un d'eux n'a pu &tre retrouv6, on
croit qu'il s'est novy. En raison de cet ac-
cidcnt I'Etruria. ne pourra effectuer son
ddpart aujourl'hui. L' a Umbria v partira
A sa pace vendredi prochain.
HEIDDEBURG ( Allemagn2 ) 25.- Un
train special est parti ce matin pour trans-
porter A Leipsick le corps du baron Speck
Von Sternburg, l'ambassadeur d'Allemagne
aux Etats-Unis decade ici dimanche der-
nier.
LONDRES 26.- Gubery, le chef dhchu
de la pole secrete turque vient d'arriver
a Londres. II raconte aujo.rd'hui qu'a-
pros la proclamation de la Constitution il
6tait rest cach6 pendant deux jours, c'est-
a-dire jusqu'au rtcu d'une lettre da sultan
lui ordonnant de quitter le pays dins le
plus b-ef delai. II s'est alors mis en rou:e
pour Smyrne d oiu ii s'es: embarque pour
Marseille et de 11 pour Londres. En arri-
vant pres de Srayrne il a :e attaqup par
un homme qu'il a tue d'un coup de revol-
ver. L'ancien detective a ajout6 qu Izza
Pacha qui se trouve aussi a Londres a la


reputation d'avoir reussi A samtr
me de 75o.ooo dollars doat im
patie a etC place aux Eta.Uis
termadiaire de banquiers greL
Paris.
TOKIO 27.- Le baron -
ki, ex-ministre de I'instructio
remplacera probablement le co
actuellement ambassadeur A Lo-i "
ATLANTA ( Georgie).- g I
tons diminuent d'intensit.
PARIS.- Le succts de Moulai Had
faith de lui le virtuel sultan de Mie "
Ces succ6s avaient 6t6 prie
fraonais et la question de son
connaissance par le goI
depuis longtemps discutee.
On 'dit ici que cette quaweouia
l'objet de conferences entire le ia- l
affairs etrangeres et les member des
diplomatique en residence Paris.
BERLIN.- Le general Da Fomea i
nistre de la guerre du Bresil et bl
Mende de Moraes, de l'armte b
accompagne de leurs suites a riiv M
main, ou ils seront les invitdsde Nf
pereur
Ils viennent assister aou mta
d'automne de l'armie allemnatd.
LONDRE.- Une dep6che de Row ,
nonce I'arrestation d'un dmn e m o
chiste A Vallestuve, oi le Roi Victra
manuel devait se rendre en dkplae.emb.
chasse.
Le prisonnier a avoui qu'il de ai a
ter d'assassiner le roi.


Aux Sinistr6s dec 5,6 et 0
Juillet
La Commission de rEpartition des o
votes par les Chambres auo siubtIs
, 6 et to Juillet 1coule, infor
tresses qu'un dernier delai di
leur est accordE, A partir d
Septembre prochain, afin de
Passe ce delai les registres d
seront irrevocablement clot.
Li Commission avise egaleomnt qbl
bulletins des inscriptions faites mr,
des ecrites doivent 6tre rdclaeds i
du Tribunal civil et par les ayarbo-
eux-memes.
LI Prlsidnt,- LIAomN. j


I EUILLETON DU % M.1IIIN


DI:.. 2,, ACA..AI9()S


(2 1


OMULU1S

ix
IX

Hit .ptcs quc lces rrcs l'U',.cnt dc rcnm-
plh ', M. Tl' vier trinqua avec vs .i:n
raJds, en leu distant gentaiintcit
A vo:rc santit, mnessicurs, ct A la tic
liiltion d, vos vr-Vux '
Mais Octave Merlin, conmme p is J'url,
clise subite, brandit son vcrrc e: s'ccri.
a.'ec fruneie :
Je bois A l'Haitien sans peur et san-
reproche qui, depuis pros de sept mois, di
rige avec un talent et un genie au des
sus de tout bloge, La defense immortelle
de MiragoAne. Je bois A Boyer Bazelais !
Romulus ne pouvait pas se laisser dis-
tanicr; aussi, aprcs s'dtre recueilli une nmi
Intc, ii s'&criait A son tour :
le bois A la conservation de l'hom
ne illustre entire tous. qui preside aux des-
tintes de cette ville. Je bois au Gendral
Boyer Bazelais, le restaurateur des princi-
pes, l'enncmi de la Tyrannic et notre pere
A tous I


LA-dcssus, on pass sous la tonnelle dans feutre largcs bords ; I'on citait encore
la ccti r de la mai.,on un A cette here de Dantcs Matlion quuiavait )oulrne la ttte A
'ap:1--m:di, ii t'isait toujours frais ; s''- l.i blle Mnie T... entin la conversation
tant .asis de c',: et d'autre, les trois Mi tomiba sur l'exilh Rob:r Jc.t, Pierre qui
rago.!ai e se imiriit A vider une nouvelle Ivait pass,_ l'ennemi...
coupe de c hamp.ine, sans s'injuiter du Tout d'un coup, Romulus Mt Merlin se
bomi~,urdcmennt qui maintena.t taisatp par- dressLrent debut ct poussercn: ,:n cri terri-
tic de C.'urs hliabtude. quotidiennes. ble. Altina accourut.
II, c.iusaicnt tranquillemenet des bonnes
vicil'es s:,oires nir.:goinaises. toujours le Atteint A la iute par un b 1caien, M.
mnuillL, relati.s aux fantaisics des vieil- Trivier avait dtd project par tire, la cer-
lards d'autref,,is, les Racine Derenoncourt, velle jaillissant tout alentour.
Ies Mdird Hlogu, les Saint-Just Merlin, qui Le corps chaud encore etait 6tendu iner-
croyaien- que la ville etait leur chose te sur les dalle., la tQ'e avait et4 pres-
puis i s passrec:t aux temps plus regents, qu'entirement broyde, il ne restait guere
Mcriiz rac.nta rpour la millime fois lIs plus que la machoire d'intacte. Altina, A
fac2 ies et les turbulences des freres Lc- genoux pres du cadavre, poussait des cris
pine : Chateaubriand, Nemours et Lord dsesperCa et vains appelant Mme Tre-
Byron. vier qui etait i Port-au Prince, et deman-
Puis l'on pass A de certaines particula- ,dant au mort # pouquloi ii lui avait fa;t
rites du siege ; I'on parla d'Adimar Passe, ca. '.
pechant philosophiquement A la line, sous' Romulus et Merlin rest&rent tres avant
le feu des avisos et de, forts ; de Talley- dans la soire a veiller celui qui avait ete
rand Liroche, grand mangeur de viande de Etienne Tr6vier. Ils sentaient profondE-
cheval, s'en allant d'un pose A l'au're, ment les qualitds de I'homme que Mira-
plaisantant pour soulever la repugnance de goAne venait de perdre. Ils connaissaient
ses camarades et se faire donner leurs sa haute valeur morale et intellectuelle, sa
parts de cette viande ; de I'amour qui ne tolerance, sa bont6, son amour du travail,
perd jamais ses droits et a cc propos I'on sa fermet6 inebranlable de caractere.
citait Kenscoff, jamais blessed quoique s'ex- I Et a chaque souvenir du defunt qu'ils
posant beaucoup et plus remarquable que ,voquaient, Romulus et Merlin pleurerent
personnel, avec sa chemise rouge et son l- II l pleurrent les plus nobles, les plus


pures larmes qu'ils eussent verses de
leur vie detres d'emprunt...
Le lendemain, les deux miragoMi,
malgre les impossibilites de l'hcure, pt
vinrent A decouvrir un ouvrier ec6bl6lp
mi les volontaires qui consentit i fabriqr
un cercueil parce que c' tait poU0 .
Etienne qui lu avait toujours fit du bie
Romulus et Merlin rendirent les d
niers devoirs A leur ami qu'ils por*w
eux mkmes, aux prises avec mille di tes, jusqu'au cimetiere.
La, ils placirent le cercoeil dans le
veau oui reposait deji le vicil AlmaOW
"Trrier. Puis ils se retirkrent, cbluhca
son post respectif.
X
La lutte continuait toojours, rphb
Bazelais, vieilli, dcharne, aim. p'
maladie et les chagrins, onwerCt W
dant tous ses moyens, et is '
senate A tout, il passtit ses ".l
une precision dans la privoy ..0 .I
faith le plus grand honneur. TII
prendre le lit pour ne plus s.
quelques jours auparavant.,
nouvelles measures de d&fens ,e
d'autres remparts que les
avaient leves dans l.e voisill
tier-dndral, il ecrivait &L'Occaih
Ichedu posted de La Croil r,


___~ __~~


- I ~I I II



i
l







I








Ce des pompiers libres

Course d'instruction
Noms des ponpiers qui doivent se
rsemnter ~ a station central pen-
dnt la sernaine dua 31 aoOt au 5 sep-
ternbre
1. CHARLMt.IEs, conseiller. Denis
LaIdais, Lesseps Constant, Edgard
Laroche, Providence Auguste, sous-
oficier. Alfred Lafond, Francois
Mvii, Justin I)orsainvil, JIt Jacques
jrone, Juslin Constant. Legrand Jeu-
di, Fernand Coicou, Octavius Jean
Pierre, Justin Etienne, Victor Canta-
ve, Lonvil Th'6,dore, Justin Faus-
1li, Henri 1icih, C. Etienne Victor,
Jh. Georges, pompiers.
Ls, pompiers qui font parties de la
batterie se ipr&3enteront tous indis-
tioctement.
Port au-'Piince, 28 Aotit 1908.
Le Commandant,
Louis fTIIIART
...---- ----- --

Ligne Hollanldais

Le steamne Prins Willem V par-
tira ce soir ,: t lieures, pour S Marc
et New-York.
Port-au-Prince le 28 Aoutt 1908
GERLACH & Co, Agents.

Changement d'Adresse

Le Dr Arthur Holly
A l'avantagc d'annoncer au public
qu'l se client a la a Clinique Saint
Jaquaes dainsla rnt des Miracles,
Nh 2830, en fice de I'Imprimerie Na-
tionale.
o Ses he r,*; ,privde. sont : de 8 A
II heures du iiatin, les Lundi, Mrcre-
di It 'endredi.
20 Tous les apris-inidi de 2 a 4.
30 Les jours de Cliniques generales
sont les matins de Mardi, Jeudi et
Samedi,8 A 11 lheures.

Panamas ...
El6gants. solidej, arrives par le
I Wontrdal a.
Chez M"1 LEONIDE SOLAGES.
22, Rue des Fronts-Forts.
-_ I I
on semble sentir dans 1'air le souffle pri-
orstur d'une prochaine solution. 3
Dsa pensee, cette prochaine solu-
tion, c'aient les Jacmnliens en armes qui
alaient venir dflivrer les d6fenseurs de
agone- mais il se trompait, le souf-
qu il sentait dans l'air, c'tait la mort
q'approchait, la mort mystirieuse, repo-
"te et donce, qui s'avanCait lentement et
6pportait la paix, a vraie, la sainte paix
St'ombeau.
Jusqu'au dernier moment. pour ne pas
dOrager sescompagnons, it sut se com-
etrun visage serein tant l'ame itait
fet trenipe chez lui.
e here avant qu'il eut ferm6 les
i pour toujours, Talleyrand Laroche
r'tait de le voir, annonsa Mathurin
inalade, queleur Chef allait mieux.
FERNAND HIBBtET.
^A safrn)


Docteur C. Gaveau
MEDECIN, CHIRURGIEN
ACCOUCHEUR
Dipl6mi de I'Universitb de Harvard (E. '. A.)
A l'honneur d'informer ses clients,
les malades et le public en g6ndral,
qu'il a rouvet I son
CABINET D'ELECTROTHERAPIE
128, RUB DU CENTRE, 128.
( Maison de feu Dr Duchatellier )
Les malades savent aujourd'hui qu'-
ils peuvent 6tre gu6ris par I'Electro
tWrapie scientifiquement appliquee
dans la plupart des maux don't souf-
fre l'humanit. IIs ont un interct spe-
cial a se voir guerir sans une opera-
tion chirurgicale delabrante don't les
suites sont souvent les plus graves.
Outre le traitement des affections
speciales de la femme, des maladies
chroniques gen~rales ou locales, des af-
fections gdnito-urinaires, cellet du sys-
tjm, nerveux, de la Peau. du Ne:, de
la Gorge, des Oreilles et des Yeux, le
Dr Gaveau fait le traitement a domici-
le diu Canrer du Sein et de la Ly'n-
phangile Chronique.
CONSULTATIONS ET TRAITEMENTS
De 7 d 10 hrs du mating et de d 4
hr; de l'apa's-midi


A L'tLEGANCE
cORDONNERIE.
HE:. ran3PB
42. lhae des Fronts-Fons.
CHAUSSURES BN DBP6T,POUR LA VWNTE
Promptitude et soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveau.
Formes americaine et francaise pour
Messieurs ; 6legantes et commodes.
Pour les enfants le plus l'aise.
Travail solide ex6cut6 avec
des peaux de premi6remnarque.
Assurance de grand rabais.
PAtes, Cirages et Liquides
MASON

N. Cordasco

La seule Maison qui peut repondre
a tous les caprices du bon goit.
La Maison la plus assortie, oih 'on
trouvera des chaussures de toutes es-
peces et a tous prix.
La Maison qui emploie les meilleu-
res fournitures.
La Maison qui vend A meilleur
march.
On trouve dans ses souliers:
El1gance, Solidit6 et Propret6-
Cette Maison est une des plus re.
commandables.
On trouve aussi Cirages pour ton-
tas les chausssures sois et couleurs
A des prix encourageants.

Avis
Le public est avise que j'autorise
Mr F. F. Stines a agir comme mon
agent & Port-au-Prince,
Le COMMODORE W. E. MEYER
de Bermuda


Produits Hygieniques pour la Toilette


Si^ Recomnaad6s pour -
A CREMEIIIilC e, n)U^Ce r
SPiUORE V e LOUTe r
is Opu di visage t o d. aW--
a 4 SAVON 10
.IOWr.69.ramg5t.lluaI.PAISZ a Iter16f Ic6 ImltatIon6

Sadoucit I'dpiderme auquel elle
LA donne une souplesse et un ve-
LA loutt incomparable en lui com-
S. A muniquant son d6licieux par-
fum. Elle conserve I'6clat et la fraicleeut du teint, car cite est souveraine
centre le hAle, les piqdres d'insectes et les eruptions de la peau.
r-- --"-,-. sans bismnuth, invisible, adh6-
1 ll i V r 3 krente, impalpable, pr6parde
L A t'i 1 1 j 3 sp3 cialement pour les person-
L ,,, t ..i nes qui veulent avoir un teint
.ir6prochable ; son parfum ddlicat, son veloute out contribud a faire d'elle,
la Favorite des Poudres de Toilette.
A Lase de :r6rne Simon,
L I prp1al sclon les pIincipes
LE plu!s scrllpnulelx de I' ltyiene
I Tpossdcie ; unil ccitain degre
toutes les qualitds bienfaisantes et pr6s!rvatrices de la Cn:inUe Simon ; il
est particuliirement recommended pour la Toilette des entalnts ct i)our les,
dames don't la peau est delicate.
Agence Gdn6rale et D6p6t pour Haiti
A la l eaotropole
MAISON JULES LAVILLE
993 Rue du Magasin de I'Etat, 93
PORT-AU-PRINCE ( IIAITI )


GRAND PRIX


HORS CONCOURSE


Rlium Barbltancouil

MEMBRE DU JURY


1881 Exposition d'Haiti
( Mention Hlonorable )
1881 Exposition d'Haiti
Medaille de Ire class
1883 a position d'Amsterdam
Mddaille d'or
1885 Exposition d'Anvers
M6daille d'or
18(i Liverpoo'
N1idaille d'Argent
1887 HAvra
Medaille d'Argent
1b89 Paris ( Exp. Univetselle.
Midaille d'Argent
1891 Kingston ( Jamaique )
DiplOme d'honneur
1891 I M6daille d'Or
Paris Hors Concours
Membre du Ju y
1893 Chic go
M6daiile d'Argent
1895 Bordeaux
M6daille d'Argent
1896 Rouen
MHdaille d'Or
Hors Concours, Membre du Jury


IS<7 E'beuf
M'daill~& d(')r, 110 Co irs
MealbIre du .III -'t ,nt l Prix
s189 Paris
Mtdlaill.' d'o)r, MNlmrelle l Jury
18ElSj9- Paris
l)iD 1 ,''rn 1 l.)r. (Conco)iU's
I'99 Philadelphie
Mention Honorible
1 )1 Buff lo

190,2 Paris
l)iplome de ( rand Prix
190' St-Louis
McdaillIc d'Or
1907 Spa
Mddaille d'Or
1907 Paris
M.daille d'Or
1907 Londres
MWdaille d'Or
1907 Jamestown
Mddaille d'Oc


Madame VEuvE B VRBANCOURT, seule ddpositaiie de la marque Rhum
Barbancourt et seute proprietaire des foriiules qui out faith oltenir au Rhum
Barbancourt les M6Jailles d'Or de routes les Expositions a pris la suite des
affaires de feu son mari, et so tient a la mnme halle sise Rue des C6sars
No 7, A la disposition de sa nombreuse clientele don't les cortnandes s-
ront ez6cut6es avec le mme soin que par le passe.






Francisco DESUSE
Fabricant do chaussures
L.a .Mantufacture a loujours e6 depbt
ni r:nrd stock:k, ipo'r It vente en
,I. I reno detail, de chaussures en
t-', ,ttr.s pour
Iou M I\Es. FEMME, ENFANTS
L~u commander dds comme,;iante
d I' l'itit'iur pour.'ont 6tre "extcutees
dal.s ire semaine A peu pres.
2: Rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCI f HAMTI )

Changement d'Adresse

Lef Dr Edmond 1n6ranx
Inf,1',o.o s;Ps clients et le public en
'rt;'l n l son cabinet est trans-
f,' J,;. t4 ui ndu Centre, en face du
Pltit l'th~tre Sylvain.
I' x rvn d'a.ppareils Alectriques qni,
'*rico aux r.cents prngrqe. accomplish
din-; la t-rionce constituent des agents
tlh''i'ntinlep de premier ordre. il
tulttlp "r,4idra le 'raitement des mala-
(dics cnivantes :
(Cmcer. lupus, neurasthenie, nCvralgie,
t,' 1h.% lvrpocondrie, paralysis, ataxie lo-
conn"c-Y,.. rhumatisme, goutte, sciatique,
.n ri', W,'t~rmante. chore; paralysis agi-
ta.r, >,.Vnm., 5pilepsie, dilatation de l'es-
tomac. .harrhec chronique. ict&re, troubles
fonctio.,elJs du ccur. arrtrio-sclerose, im-
pui'ssace s6nitale, phthisie, goitre exoph-
talmnifque, diab&te, chlorose. ob6siti, mal
de Brimth, Clephantiasis, hCmorrhoides,
a'n!iorrlhdc, dysm.norrhie, hmorrhagie,
ut que dIs ats morbibes tel que : antmie.
cachexie et stdriliti de hommee et de la
fern me.
ConsfUlttions de 7 A Q heu-
res dir martin et de 2 A 5 hours
du soir.

Au dernier cri!
F'RRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
X I hli'oinur d'annoncer A ses nom-
br-wix 'liinon's de la Capitale et de la
provivi (l'il vient dese transfdrer de
la Ru, t-i, Fronts-Forts, avec son m6me
sto k -do? rhassurea, d la Grand'Rsw
au No 1. 3avvc I'inscription ci-dessus.
I.s ,'i,.nt seront toujours servis
d-A le J m':nes conditions ; c'est-&-
dirr av ,.' les 5 */ d'escompte sur la
vente en gros ; sans oublier les me-
mi, soins et la m6me exactitude.
ItA Maiion se charge tonjours de fai-
re orAndra leR mesnres I domicile.


Chapeaux I!
Chapeaux! ll
'-?,' E DI PORTO-RICO
A :COUREZ CHEZ

0,!)S SAN MILLAN
,: -r': artiste, qui vient avec le
.. ...; I an ch'apelier remarquable,
.. i : 'TFSTAR, d'installer une
5 -Q3.I:UE DE CHAPEAUX
.ACE GEFFRARD
S:ion de Coiffure du Louvre
Poo : ous les goAts et pour toute-
i L.- *r' S*S.


Photographic
Artistique

J. M. DUPLESSY
12), Rue du Centre, 120.
( ':,t'efla Ph1 i n t i;it 1tyarId et I'Ho-
tel C:nnmunal).
( I'tAVAL'X DE TI)IJTKS SORTES ST R
'Sl" E'- I'LATINO. )
'(artes tIrs artistiquLes, nouvellement
ret'ues.
AGHANDISSEMENTS, REPRODUCTIONS.
ATELIER DE LUXE
Prix Moderes
NOUVEAUTE:
Cartes Mignonettes, par douz. P. 7
Photo-soie.
O(l't ses services ai publicde Port-
au-Prince, aux gens des autres loca-
lit6s actuelleenet A P'ort-au-Prince.
Venez essayer!

Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirigee par

L. HODELIN
Ancien membre de la Societd Philan-
thropique des maftres tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'6-
toffes ,liagonale, casimil alpaca, chevio
te, cheviote pour deuil, etc, Recommrun-
de particuliAremenit A sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
,ie gilets de faatiisie et de piqu6 de
touted b;autlA.
Specialit6 de Cost-ames de no-
ces.- Coupes Fraunaise, Anglaise et
Amdricaine de la derni6re perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militares, habits brod6s
dolmias. tuniques, habits car-
rds. e e et c. do tons grader.

Cordonnerie Nouvelle

G. B PET 1A
143,1GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS GENRES
EN DIP6T, POUR LA VENTE
EN GROS ET DETAIL.
Execution prompted des
commander, tant ici qu'en
Province.
lF'oines A homines ; 6lhgantes et ra-
tion nlelles.
(:hausuues le dames ( Ierniere mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
nees avec des Peaux de toutes nuances
d'une selection et dur6e irreprocha-
bles, A des prix avantageux.
Cirages, pates et liquids
Pour chauBSuros de routes nuances.

Yo1olt-vons partieiper
GRATUiTEMENT
AU PROCHAIN TInAGE
de 10 N-"BONS a LOTS PANAMA
V(I OCR03 5600-000'
Su100.000'
Envoyoz ce IDN-PTrliE
a M. L. DUOARDlq. D.rc'tr du
Cvrddat F'ina.ned.r de Fr.,'ae
1, rue Rochechouart. Paris.
Nomr
rAdrcse


TANNERIE CONTINENTAL
Dre
Port-au-Prince

CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR


PREPARATION


DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)COULIgUg


Vente des chaussures : chvreau-glace, Verni *t OOw


leurs, pour


Homes, Dames et Enfants.
( BOUTONNk, ELASTIQUs ar LACE )


En gros et en detail pour toute la R6publl"q
,----- -_ -- ---- ._

H Wr BELLEVUE
RKSTA URA NT BELLEVUE
Plack du Champs-do-Mars

PORT-AU-PRINCE (HAITI)

Mme Hermance ALFRED, directrice
T6l6phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation moderne ,t comfortable. Fuesur la mer. Tempdragure
douce et rdguiire. Les Tramways desservent I'Hdtel-Belltvue toutaese 7 Hinu
PROPRIITI SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDIN8
Salle de rdception.-Piano.-Grcwwopone.
Sonneries Electriques
T abla d'H^ t L fours, do madia d f s Wr.,
a e d 7 A 8 hers d se.r


Les jambons et lards "Swift"

deleur marque "Premium "


Les jambons et lards Swift marque
a Premium a sont bien connus et prdfdrds &
toute autre marque L. tir popularity est due wif
a leur quality rdguliire. ain.-i qu'a leur belle
apparence et i leur gofil dslicieux. Les mots Ti.
a Swift's Premium U. S. lospected a sont mar- '
qu&s au fea sur la couenn, de chaque piece,
qui est emballe planss de It tile et du paper
parchemin. En achetant d,.s jambons et des S\vif S
lards, veillez A ce qu'on vous livre la marque
a Swift's Premium. --


Saindoux pur" Swift"

marque "' Feuille d'Argent


C'est du saindoux tout-&-fait pur, co
sort du fondoir, mis en seaux m6talIusiq 4
mdtiquement ferm6s, 3, 5 et 10 livreo. C'
saindoux type de l'Amdrique, il jouit d'an b
reputation, et la vente en est 6norme.
Ces articles se vendent A l'6picerie de
Zak6, chez Mr Justin Thomas et chOS
Mr Henri Brisson.


Imprimerie C. Magloire, 45, Rue Rous oa Bonne-Foi, 45.


- I -.R