<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00413
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 27, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00413

Full Text


iu si6me Ann6e, No 422.


PORT-AU-PRINCE ( HAiTI )


Jeudi, 27 AoAt 1908;


*


J


QUOTIDIEN
Jl .....................
ABONNEESNTS : DIRECT: LE NUMeRO 10 CENTIMES
PORT-AU-PRINCE UN Mos. 1. 1. 16m ont M agloire. 1,

DIPARTEMENTS TRaoi Mois. a 3.60 Les abonnements parent du io et duo i de chaque
R DACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
ITRANGER........ Taois Mois. 6. 45, RUB ROUX, 45. Le manuacrita ineDre ou non as oerontpas rendus

Pour tout ce qui concerned l'Administration du Journal, a'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roau o Bomne-Poi.
~V11--IIII


que le Docleer' tie voit Jpas

daw4s l'(i*(vicdltapcs fr'anc wise,


VI


tonne et il ajoute : Si le sol avait!
Mtd plus rice, ii aurait pu triomnpler
de Iapathii de la race si la race
avait 06t plus former au travail, elle:
aurait pu tIi impher de la striilit du
sol. MaIis ils 6taient si lien faits l'un
pour I'attro, que la race ri'a pas en-
trepris de fire violence au lieu, elle


lInous rest, pour linir avec c ?tte que dans les rations des Pyrtnetes et I'a respected.
artie de note r6plique relative a des Alpes, la vie rurale consistait es- IIt tut done aussi, Dlocteur, blimi-
I'Nriculture, it nous rest A conclude sentielleinent da is la pratique de l'art ner les Bretons.
contre le Docteur N. Auguste, quo la pastoral, le fameux a pastourae > de II est une province de France, I'An-
Frace n'est vas a le premier pays Sully. Or, corr.me il ne sa'irait v avoir jou, don't le climate joint la douceur &
kicole de i'Europe occidental n et de pature sans vastes 4tendues etj humiditye.
M 'Angleterre in en est pas davan- comme les vastes 6tendues proi res a a L'Anjou est peu--tre,'dit un ecri-
Ite an des derniers. Mais, j'aurais la pMture tendent A se fair de vain, la seule region de la France'ofi
utool renforcer ces conclusions par plus en plus rares en Europe, voilA le parfait dquilibre entire le climate
qw lquei t6moignages autorisds; je une ex.'ellente occasion pour les ru- du Nord et celui du Midi permette
emande done la permission de les raux 4nergiq:ues do Dr N. Augaste d'obtenir en minme temps les produc-
introduire ici. d'abandonner le simple m tier de pas-; tions de ces deux zones. C'est A la fois
C'est d'ab rd N. Paul Leroy Beau- teur pour quelque autre labeur. Ces une Normandie plus chau'leet une Pro-
lie qui 6crit : a Nous avons des 6co- premiers a ricultcurs du monde vont vence plus iuinide. >
lesen France qui forinent d'excellents sans doute se fair voir en plein corps Aussi bien, les productions herba-
directeurs et coiitre-imatres d'usines ; a corps avc les forces naturelles. g res s'allient-elles avec les produc-
no0 0coles d'agriculture out bien des Or, M. 1B 1tel nous apprend q 'il tons fruitiires pour assurer A cette
Writes; mais i leur faudra beau- n'en est nen, que les paysans des region des resources abondantes et
cIop d'efforts encore pour q(u'elles Pyrdnees ot des Alpes ailment varies ; une parlie de l'Anjou tit for-
produisent de futures et bons direc- mieux vtg.'ter sur place plut6t que tune dans les ppiniBres, les produitst
tars d'entreprises co!oniales agrico- de a se retourner et que ceux que horticoles et cultures inaralcliures.
1; il ite s'agit pas seu.ement pour les ndeessit6s d6terminent parfois h Nons y retr"ouverons la vigec rlui four-
at objet d'orner I eiprii de certa;nes 6migcer vont droit vers la Ie pu- uit des vins tins et des vAns mouss)ux
Maaisswnces, i faut encore faconner bliqlue Aig -~tiied, atlirdls par t.lls im- t.s appidcits.
l caractere, apprendre aux jeunes menses teriitoires Iieibus de la Pam- A la vue de tant de resources, on
p la fois a ob6ir, A surveiller e pa, otf ils altermcint de vastes espa- serait tent6 do s'ecrier qpie I'lomiina
ICmander. La difflcultd de rencon- ces pouri en utiliser I'lierbe. .. ils cul- un telle region est un agriculteur
tade boas r6gisseuis est et restera tivent bien paifois quelques c6retales, tense.
%ogtemp4 I'une des entraves de l, mais seulernent pour la consonmm ti n s t perai, car l est
c01loisation francaise. di personnel. Nul ne faith, propre- n se trou lomper n'ait pcar s besot un
Oa me dira peut tre que cette ci- ment parler de l'Agriculture. pays ofli m a t e deon
ieO ue met en cause quo I'aptitu-' Voiltd done, I)octeur, les paysans pour se liver la culture de donner
doi ids ne grande some de travail, a c'est
~ colonisation, sans toucher aux des Pyr6ndes et des Alpes l1imines bien rAjode om La nae a travaop fait,
,bagricoles de la race francaise de votre formule laudative. r re beau p ar. Par
ble done que pes peoples les L'art pastoral a exerc6 sur les pay- pur qu'il reste beaucoup1 fare. Par
c0lonisateurs et les plus expan- sans de la Bretagne une influence d lui-m e, travail d culture ei-
le dehors sont pr6cissment les primante. DjA, aa siicle dernier, Ar- ge 1 effort v nergique et eersdv6Mrant,
Slea plus agricoles, et que, des thur Yaing avait pu 6crire: La triste la prvoyance l lonli term. Mait ici,
Sl pays don't on peut dire que Sologne, route dsolde qu elle soit, est par suite de la libmralitn deia nature,
Wes agriculture sont Incapa- sup6rieure A la Bretagiie. ILa p part la culture t de bien moins exigteante,
Sde produire de bons rAgisseurs, des rendements sont pitoyables; la ble e e
saait se fair passer pour s6- moitid de la province est aiandon- a
ent agricole, encore moin nde., ( esderniers mots, Docteur, vous
Sele premier pays agricole de Elis6eRec!us, pres d'an sieccle p'u obligent IA liminer encore I'Angevin,
fpt t tard, a 6crit "i son tour: Pr6, de la et aussi le Vendden pour les m6mes
danlt, je veux etre de bon nioitid du d6partement d: Morbihan raisons presque ; et ainsi, plus nous
et excursionner sur le sol consistait encore en vastes domaines gallons, plus.devient rare l'agriculteur
Pour d6cotvrir si rien n'y rdvgtus de bruybres. a module que le Docteur a si brillam-
cOntredire & I'assertion du Doc- Enfin Demolins nous apprend que ment promise, et que nous cherchons
Sl'art pastoral est rest le travail avec autant d'infectuosite que de
avo d6j& eu occasion de dire fundamental a de la population bre- solo.


AVIS IMPORTANT


"LE MARTIN"

DIR ECTION-ADMINISTR ACTION
45, 9lue Roux, 4/I..
A partir di ler Septembre
clain, Ie tarif (d'abonnement


pro-
sui-


ant sera mis en vigueur:
PoRT-Au PRINCE:
1 mois G. 2 3 mois G. 5
DEPARTMENTS :
I mois G. 2.20 3 mois G. 6
ETRANGER
3 mois G. 8


L'industrie dans la R6pu-
blique Argentine
A l'exception d'une augmentation l1gC*
re dans les exportation* de mineraux, lea
products agricoles seuls accusent une Cnor-
ine augmentation. On peut se rendre
compete du rang qu'o:cupe la RKpublique
Argentine dans le monde economique par
1'augmentation de plus de P. 16,ooo,ooo
que 1'on constate dans la valeur des expd-
ditions de ble sur cells de I'annee ixo6,
les expeditions totales de ce produit s dce-
vant environ P. 83,000,000. II y a eo
une augmentation de P. 10,165,360 dans
les exportations de lin ou graine de lin et
de P. 3,593.397 dans celles d'avoine; de
sorte que malgrd la perte de P. 23.ooo,ooo000
cause par la mauvaise rCcolte de mais, qui
ne s'est dlevde qu'A 1,276,732 tonnes eva-
luees a P. 29,653,979, les exhortations de
products agricolcs se sont levees A la som-
me de P. 64,o091,621, soit une augments*
tion de P. 6.436,929.
D'apres des publications officielles rela-
tives aux rendements des rdcoltes poor
l'annde I906-7, la ricolhe de bld s'est Clevde
S4,254,00ooo tonnes et celle degraine de lin
A 825,ooo tonnes, soit one augmentation
lIgere sur les provisions. Sur la rdcolte to-
tale du bli on a garde I.too.ooo tones
pour la consommation national et poor la
semense, ce qui laisse .900o,ooo tonnes
disponibles poor I'exportzion.
Dans le simportations, I'aagmentatioo


Ce


I I I I


__ ___ ~O I Z1


V;






principal s'est poriee sur les articles desi-
gnos sous la rubrique de Locomotion *
et comprend les automobiles les traverses
en acier, les matiriaux de chemins de fer
en general, les loco-rotives, les voitures de
tramways, etc.
On a exports 7.3t1 taureaux, 44 887
gnisses, 3.759 chevaux, 1,145 mulets,
227 Anes, 19 porcs et 4 chevres On a im-
portz I 303 bestiaux de race, 4 260 mou-
tons ; 730 chevaux et 942 porcs.
Les envois de laine pendant I'anne: conm-
merciale finisant Ie 30 Sepiembre se son
Cleves A 385 157 bales, con- re 406,994 en
1906. Voici par orJre d'impor'ance les
noms des pays impor atcurs : Allemagne
158 745 balees ; France, 15r,7,,8; Angle-
tetre, 4 1,988 ; Etats-Unts 20 260 ; Itl e,
3,463, et pays divers, 5,973 balles.
Le d&velopperncnt des inJus'ri-s du
pays pendant I'annde s'e t nmontrc satis-
tiisant Ies laiterics, les mino:erics et les
ktablissenments frigoritijues niontrent le
progr-s not nil qui doit cxi-.tcr avcc l'aug
mentation des supciticis immninscs consa-
crdes A la culture des cCrCalcs On pensrt
quc la s4ricultuir dcviendr.a Iv.nlt pcu une
es s iniustis i vanitagceuscs du p.yv..
RIN8EIGNEMENTS
MiTEOiROLOGIQU E

Obs3erxvato ire
DU
SiM!NAIRE COLLEGE S -MART:AL

MERCRHIA 23 AOCT
Barometre i midi 763, 2'/"
minimum 22. 4
Temapraturemaximum 32. 2
(m-r--nne diurne 26 7
Ciel assez clair le martin, nuageux I'a-
prt midi, et clair vers 8 h. du soir.
Toute la iouinee, fort vent d Est ;
maximum 12' par second a 2 h. 30o de
1'apres-mindi
Le barometre continue A hiusser.
R. BALTENWECK
SL'Offtciel a
L1-c iMoniteur d'hier public dans sa
parties officielle le sommaire suivant :
Convention h 2iiano-allemande, Ratifi-
cation ; Decret de sanction ; Loi augmen-
tant les audiences du Tribunal de Cas-


station ; Arrt6c reconnaissant comme pu-
blication officielle le Recueil des lois et
actes de la Rdpublique 6dii6 par Me CLAU-
DIUS GANTHIER ; Avis ministeriel ; S:ance
de la Chambre : Proces-verbal d'examen
A IEco'e Nationale de Medecine.
Nomination
Le GCn&ral Henri Goldmann. ancien
Commandant des Communes de Verrettes
ft de S.-Mtrc, vient d'v:re appeld au
Conmnandement de la Commune de Jie-
mie.
Nos compliments.
Vol A St-Antoine
On nous apprcnd que les deux calices
voles dans la Chapelle de Saint-Antoine
ont 6te retrouvds hier martin aux envi-
rons du-Fort Nat onal. C'est un nommC
Ulysse Terlonge qui en a faith la dicou-
verte et a prevenu le cure de la Cathe-
drale.
Rixe en Chemin-de-fer
'Npus recc;'ons i leattre sui'ante a props
lde I' icid, nt que nous avons relate sousce itre:
Port-au-Prince, 27 Ao6t 1908.
Monsieur CLi-MENT MAGLOIRE,
Directeur du a MATINS
En Ville.
Monsieur le Directeur,
J'ai lu,- avec etonnement, il est vrai
- la lettre parue dans votre numoro du
25 courant, sous la signatnre dun cer-
tain David Mathieu, mais je ne m'attar-
derait point cependant A reliever les faits
mensongers et indignes d'un gentilhom-
me relates dans un style combien piteux
par ce monsieur. Les proc6d6s qu'il em-
ploie pour catcher sa bravoure dans sa lon-
gue missive insignifiante et dipourvue de
togique ne peuvent qu' xiter le mepris et
le dedain des hommes de caractere.
Je laisse simptement au public qui a as-
siste A cette scCne occasionn6e pir la rec-
titude et la regularity que j'apporte dans
mon service le soin d'appricier la conduite
de l'homme brave et point vulgaire qui,
pour se soustraire a une tiposte cnten-
dez bien A une riposte s'est enfai dans la
plateforme d'un car ( sic ) ( !!! ).
Le public agpr6ciera par ainsi la haute
valeur de Mr David Mathieu aux ordres
de qui, du reste, je me tiens A n'importe


I quel jour, quelle here oil je ne serai pas
Iretenu dans montravail.
Dans ces intentions, Monsieur le Direc-
teur, veuillez insurer ma lettre dans les
colonnes de votre int6ressant quotidien et
croyez A mes sincires cordialit6s.
I CHRISTIAN PINCHINAT
Chronique des Tribunaux
TRIBUNAL DE PAIX
SECTION NORD
EnlIvement de femme
Edmond R. et Ftrnand V., deux inmimes
amis, ont compare hier a la barre du Tri-
bunal de Paix, 'un pour se plaindre de
I'infidelitk de sa femme Sylvia l'autre
pour se justifier, se d6fendre de I'Pccusa
tion d'eu!vecment don't il est l'objet.
La dame Sylvia aux manieres capti-
vantes et A la physionomie toute seduisante
faisait, ce nous semble, assez long:emps le
bonheur de Edmond R. qui, de son c6t6,
l'adorait come on ange et avait une con-
fiance peut-ttre abso'ue dans cett mignon-
ne creature qui partageait sa couche,
Mais il semble que la dame Sylvia,
come presque toutes femmes nCvrosdes;
ne pouvait s'accommoder d'un seul amour,
il lui fallait les caresses et la passion d'nu
jeune, capable d'apaiser lei sens au mo
ment des grandes crises. Fernand V., I'ami
d'Edmond, I'ami de la mason, comme on
dit coniramment, etait tout trouvi pour
lui procurer les douces jouissances d'uno
AMOUR CACHI FernandV. est r6ellement
tout jeune,beau garcon aux muscles exces-
sivement bien d6veloppes
C'est, en somme,UN BEAU MALE. Madame
Sylvia s'est defendue avec une indignation
que I'on serait tenti de croire vraie. Elle
aurait affirm, jur sur r ses grands dieux
que sa vertu de femme est npcore intact,
qu'elle est honnete et qu'clle le sera toute
sa vie.
Mais n'est-ce pas Henri Heine, qui a dit
quelque part : Oh ne jure pas, je ne crois
pas au ser-ment des femmes.
Sur la declaration d'Edmond R. concer-
nant un vol d'argent faith dans sa malle et
don't il aurait voulu rendre responsible la
dame Sylvia, le tribunal A congidii les par-
ties, demandant que les formality; soient
regulierement remplies.
Edmond R. va constitur avocat.


louelles E
---


Dernires D6

PARIs a.- Le gl d'Amade,
dant les forces au Maroc t:
les debris de I'armde d'Add
comment A se rassembler i
labli son quarier.On pense quo l
Abd El Azis fait ses prpAratis p
plier vers la c6te de i'Atlantiqu.
LoNDRaS 26. Le co
a Times A Tanger dit que
a autoris uone dc!araiion d'apr
il se conformerait A l'acte dl
qu'il acepterait la respontabil -
contractEes par le ministry des dair.
gtres du Maroc mais qu'il de
enlqe'e sur les dnttes prtvees
Aztz avant de consentir A les payMr.
BREST.- L'equipage du charbCil
demand Tompcorpi allant de Id
Alger s'est mutind hier soir pendm
le vapeur se taouvait dans la IMaal.,
a eeint les feux et mouill6 le d ia
large du Conquet.
MEXICO. M. David E. T
a eit renversd par une bicyclneti
tre de la ville et releve avec an hij
re et des contusions au visage. L'dm
M. Thompson ne donne pas de ailm
inqluitudes.
PERIM.- Le vapeur franoais ct
Huel a s'est dchoou au large de lce
Des remorqueurs soot parties Ai
Le a BrCdy Huel a venait de
et aprs avoir fait scale a Alger a
A New-Ghang.
PARS.- Rente frangaise : 96.~0
M. REvoil eat hier et ce madW
f6rences avec M. Pichon. .
M. Cailltax rendit hier sw
de Korytoroski, ministry des
trichien.
M. Castaing a i66 nomia
Justice de paix A Fort-de-Franoc.
MM. Eug6ae Bizot, doput d e
Mascart membre de l'Accad6mi de
ces sont decddks.
La HAYE 25 M. de Reas.
Hollande au Venezuela qai artnl
cut ce martin one entrevue avc


FEUILLETON DU ( MATIN P


nu 27 AOUT 1908


(20)


ROMULUS

IX
(Suite)
Ce fut alors qu'un moyen loc.l vint s'of-
frir aux assidgeants pour mettre fin A cette
guerre aftreuse qui semb'ait ne plus de
voir se terminer.
Un houngan nomme Ti Blanc proposal
ses services A Anselme Prophete. II se fai-
sait fort d'entrer a MiragoAne tout seal c
d'assassiner Bazelais -et Bizelais mort c'-
tait la fin de la guerre.
Mais comment ferez-vous pour pe
nitrer dans la place ? demand Anselme
Prophete, intrigue.
-C'est mon secret, dit finement T,
Blanc.
On lui'promit la forte some, et TI
Blanc se retire en s'engageant i mettre son
project A execution la nuit suivante. En
ef et, vers minuit, il quitta le rempart an
pied du Fort Brice, tenant i la main on de
ces grand triangles en bois qu'on act
come ettrave a coo des salman do-


mestiques pour les empecher de pniCtrcr et I'animal s'abattit en poUssant un cri ho- de lui adresser le Chef d'Etat pm
par les cl6tures privies Au bout de quel- main. Le poste entier se precipita vers la qu'il aurait la gloire de servir.
ques pas, Ti Blanc se pass le tribart au- bete et vit Ti Blanc tendu dans son sang, Ah I cet avenir brilliant, il raO
tour du coo, et merchant A quatre pattes, le tribart au cou. toute son ime.
il se dirigea vers le rempart du Quartier- Quelle deception Cependant M. Trivier tost
general, en poussant des grognements si- Les pauvres exiles avaient cru abattre l'idie qu'il allait revoir bient6t ,
gniicatifs. Le houngan se disait qu'en le un cochon, hilas i ils n'avaient tud qu'un affections, fit fire un modesice f
pregnant pour un cochon, les exiles ne se home de plus. A ses camarades, apres quoi it la
seraient point occupies de !ui, et qu'ainsi champagne. .
il lui serait loisible de gagner la demeure Dans les premiers jours dOctobre, M. Romulus crot A one plis
de Bazelais et de le poignarder. C'est IA Tr6vier s' tant senti on martin assez solid champagne, A MiragoAne au 3
ol Ti Blanc se fourvoyait. A ce moment sur ses pieds, prit la decision d'2bndon- bre 1883, cela parat fables 1s
la, un cochon avait plus d'importance pour ner la vylle. II attendait la uoit pour met- -Voos saves, Etienne,
les nsurgds qu'un home; aussi, des que tre son dessein A execution ; dans lIaprLs- ment I'ancien commisaire qJ
le factionnaire du rempart du Quartier- 1- midi de ce jour son ami Merlin et son home strisea. ..
neral que commandant Brave Bdliard de- ami Romulus viren i free visited, M. C'est parce qo tIe
puis la mor de Disormes Gresseau cut Tr6vier les recut avec sa cordialitd habi- ls, que. oi evs ofe d
pera la grogneDaut lonin d'on porc tell. ma tit i qis qu'Ocs 3
s ravanat son c6th, it court rdvetller Romulus comment, par rclamer un cuarili a asses soeW nt i
-doucement ses compagnons en lear an- rhum qu'on s'empresa de lni servir et dant qui'l Se fislt trakter
non-ant l'excellente aubaine qut lear arr- qu'il lampa avec d lices. Pas sons I son temps.
vait comme on secours inespir6 do ciel. coop de cette douce impression, it se mit _.1nes do. I s'd,
Les meilleurs tireurs parmi es exiles do A taler ses reves d'avenir, qu ad Ba sela is ..
rempart armrent sans bruit leurs cara -serait Prdsident d'Harti et -i. Romulus, Tros boatelle I
bines ei djidans ears imaginations d'affa- Commandant de 1'Arrondissement de Nip- Ainsi Altina me tmr
mds, ils se voyaient savourant des sau- pes... me jurait, sor saints La
cisses et des c6telettes,'des e grillots et Merlin, de son c6te, caresait des rees avais tout bou.
do lard exquis. A dix pas do rempart, le tout aussi pleins de charms ; il se voyait Vous ne voales dose
trois meitlears ireurs parmi les exlEs, dis- d)a ministry de I'ostraction Publique, c dre qa'Atia et one
tingutrent en effect on quadrgupde qui ces temps faturs, et 1 songealt am toar re elle vi it a
cherchao t diae acor I Uoo. simnat la nouveau o'il dneat I an adiscoat .s u pas mnd tra s il
mason do do. Its ain fet sSax omp -l-meu qae ms manq uemt p imercle que s es y e


I







Sfidern, ministry des Affaires Etrangres.
TtSIAw 25.- Des rapports alarmants
SIr progris de l'insurrection populaire
s Is provinces de Fars Laristan et Kha-
0 oat Wt recus ici; Ile gouverneur de l'u-
Sdes provinces a etC assassins.
L'impssibilitc dans laquelle se trouve
k shah darr*ter le movement constitu-
tinel Tabritz a un mauvais effect surla
Olation et en general et l'encourage a la
TAER 261.- Abd El Aziz et ceux de
aspatisans qui lui sont rests fiddles mar-
Cat vers la cote; ilssont atttendus i Ca-
blanci.
SYDWEY 25. La flotte amiricaine quit-
an Sydney demain se rendant i Mel-
bourne.

ilu tl- -
Docllur C. Gaveau
IEDECIN, CHIRURGIEN
ACCOUCHEUR
Dipl6me de l'ii critt de lHarvard (E. U. A.)
A 'honneur d'iuformer ses clients,
les malades et le public en g4n6ral,
qu'll a rouvttrt o,,t
CABINET D'ELECTROTHtRPIE
128, RcE I, CtENTRE, 128.
(Maison dc feu Dr Duchatellier )
Les malades savent aujourd'hui qu'-
is peuvent atre gu6ris par l'Electro
tLrpie scientiltiquement applique
dans la plupatt des maux don't souf-
fre I'humanit6. Ils ort un int6r6t spd-
cial a se voir ,u6rir sans une opera-
tio chirurgicale d6labrante don't les
Mites sont souvent les plus graves.
Outre le traitement des affections
pki"tes de la femme, des maladies
droniques genurales ou locales, des af-
fctions gdnito-urinaires, cells du sys-
the nerveux, de la Peau. du Net, de
la Gorge, des Oreilles et des Yeux, le
I)D aveau fair le traitement A domici-
le du Cancer Ilu Sein et de la Lym-
phangits Chronique.


CONSULTATIONS ET TRAITEMENTS
De 7 d 10 hrs du martin et de 2 d 4
, de rapres-midi

Mr C. L. Verret
Tailleur- Marchand
Denne avis A sa bienveillante clien-
S'ue sa mason No 7 Rue Travyr-
rEst fermee depuis le lundi 17
ourant j'usqu'a lundi 31 de ce mois ;
cause de son voyage aux Cayes.
Idoone aussi avis au public que sa
a&ison est toujours bien pourvue
'4ome variety d'toffes de la hante
"o0veautd parisienne.
IIUArL SUPIRIEURE. COUPg LIIGANTE
-"TAIL SOIGNB ExLCUTION PROMPTED.
Prix trds rdduit I
lYti aviez bu la part qui vous avait
.Ah I Octave, fit Ronulus avec re-
otdtS U cach'm'aa.
i-dolonnez-moi, Romulus, exclama
*I, mais j'Etais si heureux -et vous
ie dans le bonheur on oublie ais6-
as eamis.
Yoil qui iest consolant, s'6cria M.
inl dibouchant avec prEcaution
au venture arrondi.
FE-MAmD HInuT.
aA sdMwr) 4


A. de lalleis etC .

Toutes les tlgances rares discr&-
tes, bruyantes, des parfums d'un char-
me subtil et ddlicat,- Son Sou-
rire, Floramye, Vivitz,
- des bijoux od s'enorguellit la
pierre eclatante et hautaine, de mi-
nuscules objets d'art ou pourit la grA-
ce triste des perles, des boucles d'o-
reilles qui s'6tonnent de leurs former
variees, anneaux de fiancailles offrant
le symbol d'une 6ternelle jeunesse
d'amour, orgies de colliers graciles,
de lourdes :halnes massive, des cas-
cades 6tincelantes d'or, de rubis, d'6-
meraudes, tout cela fait un coin de
paradise de la maison
A de Matt6is & Co
qui est situde aujourd'hui a l'Ancien
II6tel Central restaure et embelli.
Ces italiens ont gardd la nostalgia
de toutes les fantasies d'art admi-
rdes jadis chez eux et ajoutant A tou-
tes ces frivolites attrayantes, les ob-
jets indliipensables que rdclame la
Vie. its ont chez eux un assortment
d'une grande richesse, pour tous les
gouts et pour toutes les bourses.


A L'tLEGANCE

CORDONNERIE.

42, Rue des Fronts-Forts.
CHAUSSURKS BN DkP6T,POUR LA vmrNT
Promptitude et soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Formes americaine et francaise pour
Messieurs ; 614gantes et commodes.
Pour les enfants le plusA I'aise.
Travail solide ex6cut6 avec
des peaux de premi6remarque.
Assurance de grand rabais.
PAtes, Cirages et Liquides


MAISON

N. Coldasco

La seule Maison qui peut repondre
A tous les caprices du bon goit.
La Maisou la plus assortie, od l'on
trouvera des chaussures de toutes es-
p6ces et a tous prix.
La Maison qui emploie les meilleu-
res fournitures.
La Maison qui vend a meilleur
maiche.
On trouve dans ses souliers:
El6gance, Solidit6 et Propret6-
Cette Maison est une des plus re.
commandables.
On trouve aussi Cirages pour tou-
tas les chausssures noi's et couleurs
a des prix encourageants.

Avis
Le public est avis4 que j'autorise
Mr F. F. Stines A agir comme mon
agent a Port-au-Prince,
Le COMMODORa W. E. MEYER
de Bermuda


, -n!


Celebres des


111. PP. Blliedictins


DE L'AIBAYE DE SOULAC ((IRONDE)
Nouvaaux envois de
SPECIALIZES ET PRODUCTS HYGICNIQUES
I)E LA MASON A. SEk;UIN DE ItIOIHF.AUX
SEUL CONCESSIONNAIRE POUR LA VENTE EN GROR

L'Incomparable Elixir Dentifrice
des RR. PP. B4n4dictins par son usage journalier assu-
re la sant5 de la Gorge, de Ia ouche et (if Iplus, par sui-
te de la solidity qu'il conserve ;ax dents jusqu'a lI'ge le
plus avance, il facility le travail de la di'-stion en per-
mettant la mastication complete des aliments.


La Poudre Dentifrice des RR. PP.

B6ne dictins est le p('.e de i'Elixir.


E4DFF~f~
TED


des RR.


P P :l.Iid ic1rin s 11'1"4,"'o < ItIc ou
P P .. I e Iledi tillS i,. ,III it iel' E-
I, \I F


Les autres Produits HygiBniques de la Maison SEGUIN sont
Poudre de Riz adh6rente extra-fine a ILA MADON: ;
Eau de Quinine precieuse pour stiinuler !, .ir c-ctievclure et
Eau de Ulinine, enlever les pellicules.
Glycerine anglaise co.:tre les gercur.es et i diret; de la peau.

Eau de Cologne 16nitive extra-fine. .c i' sttf\c on la-


Pour les commandos en gros: s'adresser A l'Agence
et dep6t pour la R6publique d'Haiti
A la l etro 0ole
MASON JULES LAVILLF
93, Rue du Magasin de I'Etat, 93


Gdndrale


PORT-AU-PRINCE (HAITI )

ANCIENNE
DISTILLERIEBAR BANCO() 'IRT

LEON LIAUTAUD & C0
RHUM DE L'ETOILE
27 Medailles de toutes les Ixlpositionls ili Mondel, V ,o'nipris a la Mc-
daille d'Or, qu'il vient d'obteniir d,1 l'x l,,ositii, n II, .l; .la..w&\vi ( 1!'07 )
IIaxrqcue e I'toil e
Vrai product de la Canne ia Sucre
SUCRERIE E r DISTILLERIE DE L'TTOILE
Plaine du Cul-de-Sac
DEPOT :Place de la Paix, a c6t de Matt'is
Les commander tant pour l'Ile qne pour 1'Etranger setzit expodiees avec
promptitude et r6gularitd.


H6tel Bellevue.
Le mieux situ6, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars.-
Cuisine renomm6e.- Vue sur la mer-
A vendre
Un bass et plusieurs chevaux *le
trait.
S'adrerser d l'atelier No 38 Rue Courbe.


Avis


Une proprie4t sise Rue de la Reu-
nion, attenante a cello de feu FMlix
Salnave No. 140 est mise en vente A
un prix modern.
S'adresser au No. 118 Grand'Rue.
Port-au-Prince, le juillet 1908.


DENTIFRICES


La I-PaOIte D)entifrice


I I ,






DESUSE
la chaussures
Z -e a


La Naniif.zcturo a toujours e dcI'j 0
tin grand stfoo k, -Itor It 'eL.f ell
gros et en dttaiI, de clizlusstires cli
tous m grres pour
lIOM.%IEA, FE'IMEK\S, NI>Nl'.\NTS
Los eoinmarides dts comment')''
de I'intlrieur pour.oitnt iOro 'ec1cUictt's
tlans une semaine 't pel jtri-s.
23, Rue d;s Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE (1HAITI )


Changement d'Adresse


Le Dr Edmond Heraux
Informe ses clients et Io pilb)lic en
gendral (qIe son cabinet est trans-
fr6, 168, liiR d(i Centre, en fa, e du
Petit Theatre Svlvain.
Pourvu d'appareils ,lectriqnes qli,
grace aux recent progr&e accomplish
dans la science constituent dos agents
thdrapeuti(qlus .d premier onlre. il
entreprendra le 'raitement des mala-
dies suivantes :
Cancer, lupus, neurasthenic. nhvralgie,
hysterie, hypocondrie, paral.si,. ataxie lo-
comotrice, rhumatisme, route, scatique.
arthrite ddfirmante. chor,'; paralvsie ~ii-
tante, asthma, cpilepsie, di'.attion Je I'es-
tomac, diarrhee chronique, ictire, troubles
fonctionnels du cc-ur. arrt rio-sclerose, im-
puissance g6nitale, phthisie, goitre exoph-
talmique, diab&te, chlorose. obesity, mal
de- Brigth, dlephantiasis, hmorrhoides,
amnnorrhCe, dysmenorrhee. h6morrhagie,
uterine, merite salpingite. fibromes, ainsi
que des 6tats morbibes telg que : anomie.
cachexie et st&rilite de I'homme et de la
femme.
Consultations de 7 A heu-
res du matin et de 2 A 5 heures


ul soir.

Au dernier cri!
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A l'honnsur d'annoncer A s'Ps nom-
breux clients de la Capitale et do la
province ql'ilvis nt de se t ri',-.;fl or de
la Rue des Front.-Forts.. nver son ne ne
stock de chiusisures, d la Gr(ond'Ru.
an N* 153 avoc I'inscription ci-,lessus.
Les clients spront toiijours servis
dans les mIunes conditions ; c'est-a-
dire avec les 5 %o/ d'ecornpte sur l.,
vente en gros ; sans oublior les me
mes soins et la mnme exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re preodre les measures A dioricile.

Cbapeaux I
Chapeaux t
Chapeaux II!
PAILLI DI PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ
JOSJ SAN MTLLAN
I. coiffeur artiste, qui vient avec le
concoars d'un chapelier remarquable.
M. IJAm TESTAR, d'installer une
IABRIODU DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
B4eo de Coiffwre du Louvre
Poor tons les gotes *t pour toutem
l .eboearsf.


Francisco
Fabricant d


Cordounerie Nouvelle


G. B. PETOIA
143,'GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES RN TOUS GRNRES
RN DAP6T, POUR LA VBNTe
RN GRS03 T DtTAIL.
Execution prompted des
cormmandes, tant ici qu'en
Province.
For ncs A homes ; l1gantes et ra-
tior, Inel!les.
Cliau;strles de dames ( Derniare mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
nees avec des Peaua de routes nuances
d'une selection et durde irrdprocha-
bles, \ des prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquides
Pour cautuarem s de toviwa muc.

0 ulIz-1oniTOiparttcipe
BRATUITEMEHT
AU PROCHAIN TIARQE
Sds 10 N'SONS a LOTS FANAMA

1' O1 060LTS 00.00'
Envoyez co BON-PRIIME
M 1- DUGARDIN. Dilrect, du
Credit enarrelr do li s.
nu RocLhchouart, Parb.
I dreuse


TAN


I


Photographic
Artistique

J. M. DUPLESSY
120, Rue du Centre, 120.
( 1',ttela PIh itrnu zci Itlyai rd et l'HO-
tel (Communal).
( T'AVAUX Dg TOUTS SORTS SFR
SOLIo 1.P I'LATINO. )
('artes trWs artistiques, nouvellement
refues.
AGRANDISSEMENTS, REPRODUCTIONS.
ATELIER DE LUXE
Prix Mod6r6s
NOUVEAUT*:
Cartes Mignonettes, par douz. P. 7
Photo-soie.
Offie ses services a'l publicde Port-
au-Prince, aux gens des autres loca-
litds actuellement A Port-au-Prince.
Venez essayer

Maison F. BRUNES.
195 GRAND'HUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancient membre de la Societd Philan-
thropique des mattr.s tailieurs de Paris
Vieto! de recovoir u': giand eboix d'6-
toffts di" ge' ale, casirmii a.ia a, chevio
to, ch ''iot- pour de:il. etc, KR. omman-
de pi-ticuli`er'nent A O clientMle une
bell" collection d. c:oup.is 4-d ca.ios !r,
d4 vi''t de fantaiirAt 1to ie lqj de
tOutw*4 b-la!o.
Specialit de Costu'mes de no-
ces.- Coupes Frauoiase, Anglaise et
Amhricaine de la derni6re perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmanaf tuniques, habits car-
r -s. e*-- b do tn," reader .


leurs, pour


Hommes, Dames et Eniants.
( BouTroNN, ELASTIQUg aT LAct)


En gros et en d6tail pour toute la R6publqlq
H __I-I


Ern
HTrA URIA BELLEVUE
Place du Chapa-dpe-Mar

PORT-AU-PRINCE (HAITI)

Mme Hermance ALFRED, directrice
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE


DIxERS-rLuNcHs.
Installation modern' rt confortab'e. Vue uur Is ur. Teuspdreai
louc' ci rigusire. Les Tra *'('ji Tnsvetve'L I'Hrddel-Bellem toisea e0 7 7 m!
PROPRIETPEP SPACIELP-4X S'OUVRANT SUR DEUX RUUM
PROMENADES JARDINS
Salle d4 r1ceptioi.. -Piaio.-Gwrausopho.s
Son naries Ileotriquse
toaw Usjours, do m. sdAtheures,
Table d'U6,y 7 e 8 hevrs dA nsoft


Les jambons et lards "Swilt"

deleur marque "Premium "


Les jambons et lards a Swift marque
*Premium sont bien connus et pr4efrds
toute autre marque I. our popularitO est dnic .B
A leur quality r6gulibre. ain i qu'A leur bell
apparence et A leur goflt d'icieux. Les mots
( Swift's Premium U.S. I,spected a sont mar-
qu6s au feu sur la couenn, de chaque piece,
qui est emballee plans de I;h t ilt ot du paper
parchemin. En achetant d,:- jambons et dest t
lards, veillez a ce qu'on vo:: livre la marqun\ t
* Swift's Premium. *


-4..


Saindoux pur "Swift

marque Feuille d'Argi


C'est du saindoux tout-&-fait put,
I 7 sort du fondoir, mis en seax m6tal
m6tiquement fermds, 3, 5 et 10 lir-.
saindonx type de l'Am6rique, il jouit
reputation, et la venten en t 6norMD.
Ces articles se vendent & l'6picerie d',
Zak6, chez Mr Justin Thomas et c0i
Mr Henri Brisson.


Imprimer C. Magloire, 45,,Rue Roux on Bonn--Pd, 45


PREPARATION


IERIE CONTINENTAL
DR
Port-au-Prince

CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULIIS


Vente des chaussures : Ctivreau-glace, Verni t oM