<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00412
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 26, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00412

Full Text


Deuxibme Ann6e, No 421.


PORT-AU-PRINCE ( HiTI )


Mercreci, 26 Aott 1908:


J


QUOTIDIEN
-i m .....II- -- -- Im ... ... imil I-- I- -- ill-- I- II-- -
ABONHE1ERTS : DIRECTEUR: LE NUMIRO 10 CENTIMES
PORT-AU1-PRINCE UN Mois. G. 1.. C16I oxt VIagloire, __

D8PARTEMENTS TROIS Mois. a 3.60 Les abonnements parent du *r et du x5 de chaque
HRDA 'ION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
ITRANGER........ TROIS MOIS. 6. 45, RUE ROUX, 45. Les manuscrits ins6r6e ou non ne serontpas rndus

Pour tout c ui concede ministration du Journa 'ade r A onsir rtur ISIDOR, Rox o B e-Fai.
Pour tout c, qui concerie .'Admainistration du Journal, s'adresser A .Monsml-r Arthur ISIDORE, 4$, Rae Roux o Bonne-Feoi.
I IIIIANIIIR -... RIMis. .....6. 45,I IIRUE II Ie maucIt in 6 ou no noirn parn


LES ADVANTAGES D'Ui CONTRACT

Industries textiles.- Appel aux propri6taires

Nous avions promise dernirement le Senat, sur la proposition du Gou-
de revenir sur le contract Audain qui vernpment, ayant conctd6 A M. Emile
seal dans lo course de cette session a Audain le droit d'etablirdans le ddpar-
Wtdadmis par les deux Chambres. II tement de I'Ouest dans le d6lai d'une
noas a semble util en effet, d'atii- ann6e A partir de la promulgation de
r I'attention sur les avantages qui la loi de sanction une usine pour la
4sulteront de I'installatinn dans IP d6emrtie.tinn np.j harhoe rQni fon,-nli:-
pay des usines bienfaisantesappelees s2nt des fibres textiles, tells que les
idistribuer dans beaucoup de foyers agives, (galata ) etc.
dhsolsles sourii'es d'une nouvelle vie Le concessionnaire se reserve P.
plus aisee. outre, d'dtablir ult6rieuremew.d des
Combien do pauvrs gens qui af- usines aux memes fins dans les au-
fiontenten cc motnent les liumillia- tres dpai tements de la Republique.
tions d'une mendicit6 honteuse trou- Mr Emile Aulain a lriAmdiaterneiit
veront les inovoiis d'employer I'sner- rdtrocede Ic btenfice de son contract
gie qui dort en leurs temperaments I uice SocitJ ftiant;aise donit 31. Lioni
d6sespdrds. Car Ie travail r'exigera l est ici le reprsentant.
ni beaucoup d'elforts, ni beaucoup Les avantages que le pays peut re-
d'intelligence: il suftira do vouloir tirer de I'installation des usines que
pour que l'existence trouve chaquo doit mon'er M. Lion sont innombra-
Jour un alimpnt mtrne modest qui bles.
h soutieine et la fortilie. En effect, outre le droit en or que
L'inlustrie textile (lii fait I'objet du la Soci6tt paiera A I'Etat pour la sol-
contrat Autlain tend le jour en jour A tie du produit fal)riqui, on irut eslp<:-
prendreune g'rnde extension dans les rer que des quantit6s de mains
pays tropicaux. Elle consist simple- inoccupees seront employes l)a)
mentA extraire des diffdrentes plants I'usine.
11 en contiennent les fibres textiles. II sera, certes, facile A toss Its i1:-
tte explication parait ktre une la dividus sans travail de trouver une
Palissa.e, mais 6tait ndcessaire pour occupation facile et rdmundratric-. enr
tranquilliser beaucoup d'esprits cha- allant cueillir sur les mornes ls lher-
grins toujours disposes A compliquer bes necessaires au travail et que l'u-
les chole les plus simple, sine achetera.
Parni ces dilelrentes plants don't En outre tous les propriStaies trou-
o0"u venons de pirler, it faut citer en veront un rendement aisd et impor-
Premiere ligae : loreil!, d'dnes, le pit- portant par la vente des herbes qui
, le Piigouin qui existent en si seront sur leurs terrains.
Irand nombre sur les propri6tds hat- D:s maintenant, ils peuvent s'en-
tiennes. tendre avec M. Lion qui recvra
Chez nous, I'industrie textile n'a- leurs offres A son domicile 7, iue Ri-
rit Pas pris jusqu'A ce jour, tout l'es- Gaud, Bois Verna le martin *usqu'a 9
OR don't elle est susceptible. On heures et le soir de 5 h. A Ii.
rP&i9 bien, de temps en temps
leques kilos de fibres decorti- C'est un ties bon contract quo celui
Dtmais ces fibres ddcortiqudes A la qui favorite le travail et permette A
aFitent trop cher ne et nf sont bon nombre de citoyens da soutenir
Sad'ailleturs suffisament travailles. les luttes quotidiennes. En mettant
"arrriver A une bonne exportation : en valeur une cat6gorie des produits
ke le travail de la machine. de notre sol merveilleux, en les fai-
VIta lacune, come on le sait sant appr6cier et en les r6pandant,
d'* t combl6e, la Chambre et c'est fare de l'excellente besogne so-


ciale, c'eu-t mn jritor lai s, mpatt1ie
qu'on accu'de seileinent aux (ti ;tl-
iers vraiment di uues efnt 10 rive
n'est pas de ramasser de I'or dans nos
clamps et inos villas duvast6s, inais
d'arriver par l'effoit persevprant, le la-
bour soutenu et lionnte I'aisance,
a la fortune.
STo'ous les homtnes sais exception,
chlerctient A se procurer de I'argeit,
car c'est IA urnencessitt imperieuse
et irlnluctable; seulminent ils ditlfrent
par les moyens qi'ils emploient. v
Les moyens que M. Lion veut em-
uov er m,.itAfnt rCA''fo n,.,,rA";
Dailleurs, pour l'instaliation et la: di-
rection de ses usines, il n'amnenera
pas ici un bataillon de ses cong6ne-
res, c'est A des dnergies et A des i:i-
teliigences liaitiennus qu'il va s'adres-
ser et certainement de pareils moyens
ne peuvent nous laissir indilffrents.
Si de tous les points de la R6pu-
blique s'dlevaient, majestueuses et s6-
\vires, les cheminir,,'es dte vastes usines
appelant au travail lds mnilliers d'liai-
tienu dStourn6s des fii.ctionspubliques


AVIS IMPORTANT

"LE MARTIN "
Q(t' uTI 1)1 IN
DI) IlCIOn)-ADNuMINISTRATIOS
45, flue liou.c, ",.


A partir ldui lr Septembre
claint. Ie tarit d'abominemernt
va t sera mis en vigueur:


pro-
sui-


PORT-AC PRINCE :
1 T-rci C1. r m9ric qt
DEPARTEMENTS
I mois G. 2.20 3 mois G. 6
ETRANG.R
3 mois G. 8




--- 'Industrie au Brsi
L'ndustrie au Bresil


ot par cons.-equent uris d 3 l'erreur Le dtveloppcment fitorable des intirets
rIvohlutioniiaires si- de nombrieu- agiicolts a continue pendant 1'ann6e 1907,
ses entreprisos agicoles, industriilles ma.igr Ia dprliation en valeur du cafe
'-u commercials si'rieusemnent c a- et du ca(itchouc, due en grande partic
lies cli( r Ious attiaioent Ct cetetiaient A la crisc tinancicre. Les conditions su-
chla(liue citoyenl deveiu capab'e de so crirtcs sc ,0o1nt amidliordes et les marches
ijour1rirt ett d( no(rrir la famille, pour l'annec actuelle montrent des condi-
!,s aventuricr s ot le s ambitieux politi- ticns tris satisfaisantes. On prevoit la
ques ne swraient considtr'-s (que corn- protection de cette industries par I'aug-
nim des fous evo(liant des Opoques iicntation des droits d'imoortation, et e
tI,;s lointaines ou on se taisait tuer sucre br&silicn, par .uite de la d&noncia-
pour.... des idles. tion de la convention de Bruxelles, scra A
Nous ne saurions trop insisted sur mie dme de fire concurrence au sucre des
ls avantages du contract Audain qui autres pays. Un fait notoire dans le dive-
mnrite A tous 6gards la sympathie loppement agticole est l'augmentation dans
qu'on doit aux oeuvres do progress. la culture du riz, ce qui diminue par con-
Aussi invitons-nous tous les proprid- s6quent les importations de ce product.
taires d'herbes follies autrefois d6dai- D'apres un arrete du 28 novembre 1907,
gner de s'entendre avec M. L ion qui le Prdsident du Bresil est autoris i en-
leur fera d'excellontes propositions. courage I'organisation d'une banque agri-
--------- -- --.--- -----===---=- cole central au capital de P. to.ooo.ooo,
L'administration du a Matin qui fournira l'argent et le credit nicessai-
rappelle aux abonn6s de la Ca res 1 l'agriculture.
pitale qu'ils ne doivent rien ver- La production et l'exportation du cafe
ser, abonnements ou autres sous le nouveau sxsteme de valorisation
que sur IEQUSIMPRIMIS et ont augmented 'et font ressortir une plus-
signes de M. 1'Administrateur value de plus de P. xoo.ooo.ooo et de plus
'de 1,ooo.ooo de sacs en 1907 sur l'annte
Pri6re d'aviser 1'adrministra 1906. Le cafe brdsilien figure pour 77.34
tion de la moindre irr6gularit6 pour cent, soit 727,187.465 lives sur la
dans le service du MATIN afin consommationr total des Eats-Unis s'ele-
qu'il y soit de suite rsmtd.16. vant A 940.247.3 a livres. D'apri le


-~-----~-r I UL -- ~1~.C~ p- ~ I ~~ _~ =_~ __ __ ,__~_y I -- I
-~------~4~~P' ---- -------- -- --- --------




-~ -


chiffres officicls d 4irifsir la TL-co!te
caffitre du d lr~sji, les crtr&. s twoales se
sont elev~es A 20. 18 :9 ) sac,., cc qui re-
prisen!e un-: 'augK.fl..iuat):ide 9.3j3.80
sacs. soit S 16 pour cemit r. 'n' aivc pr6-
cedente.
Li production dci : -o :I )i mc re 'nontre
iucun signe1 de dic i .itint'- bidi que tout
purte A croire IV prmp l i :ise-
ra moins grainde q ''idn crc I..s cvx-
portations dc cLuaoutcin:ml y CO1rn1
pris cells &! ii t dW, *. I m, cx
p Ci'cd II.upa rar CA in a z ,t-lIt CiV6sLA
41 500 tIlTi'.1 LiI ) I 7, I1%: -80001011-
n.:s en 19,)6. Elli 9o0 I qu'mtii d~ ecionit-
chouc diu moizde enlicr S'c's: 6cvie A en-
vizon .69.o,) tuInIcs, cn r., G .ojJ ton0-
nes cli I 906 ; la c:,m uv.ona1 itA
peu phik. Ii mni e dana I.ui Lzix anili
c 'es-A-JIrc 6(, oo, :onn..,:s.
On )a L2C)i.. *Ll L:m p'i. I-
d) L) d 1 %. SI- c C.. C iii
jI.c-l mi'i r i i ir IL ,ly
It>l 'L :''t I t

oil CoI11;ll C L)
des p':u)CdL.. .c t c L "
bkc i ic ;a :. SL I .. : ic ig


darn. t S "\'..ie cs1 .111 L S LXI' r
tatio!IS I (, )0 :.llt Ide 2 W -) tollIC .

ii ~~~p":s -'Irlet IL! i..O .*
tikic 0(mK iIL
Le B-, 'i'it ite 2. 6 6 *s.-, ient s
industrici; aya i: tens m0l i u.i :ipi il d cn
viron 1). ij8,) 1-iouo. l- A izuoiC de.
piinrii r' LiX .C.. JUgilic:J rapiJ~flcl:. cc
qUI cII ').I. LiCOIn m a: n.1 ,o s Itte dani
Ic's rec -,. d JItf rc'i-r p Vt x rta
tiOll. lt i OUVLcr.i.111 it .x .o;e ci ce
aajw it, A I. Uj o ci, c Ii. vl v. ni t, Lia S.
Ic but E d t ii l c ume-i rJva e "Ic c'n '-nAC
auL:cn:in :, tI t 1 B -i t i fihtLire
de :ctic:ltiisiziivai~lcr ;4 J928 br_-
ch, S CE 19. 120 ii zLr~ wii in I en ;emrb'
un elyatai 1de16i.43)9 52 )lireiS.
T,- 6rjtarnrne f I ore
Un tOlcgraininn t .mflo:ii!C ii intrt A a',it
Golve de Mr LVitARI) 1.)LBEAU, c&cdd.
cette nuit.
Condolkances A la farilbe.


R E ArIG M CNTS ten. ,I: lii. par le tribunal envoyant
.Nd..Vi tCOi-.) LE r -.. Q. I' C(ai.i:".\ It Baib.ourx leur Consul.
:, ttc, ,xi la date, du 9 Aouit, Mr
(:),ui ~cncf.al d'Augleterre, apres avoir
SM' .,, DU \ lui rcunit une declaration oftcielle,
SEMINAIRE COLLEGE S -MARTIAL c;,sul geinral d'Angleterre en
II':: i' .,:i- .itroi auix tonctions de ju-
MARDI 25 AOUTr gc l i i. ITot cas que exige l'interven-
B1 r.ommtre d midi 762, 5~" tI~L .'!'I; ,~ il:rit;) judiciaires doit &tre ddci-
mini;num u 21. 8 dJ : ,.n ag hb ltien I.
'"Temperature mtax rmnun 32. l.t ,l;(f I cur de Barbaux souwient que
mrs, ..... T ,:rne 27 9 1 I.t c. dLu ,onMLul n'a rien .A fire dans le
C;el naageux prslIne to ie la journey ; ldcb.i ,. .:jt doiic qu'elle est arrive aprts
ircs clair a partir dJ 8 h. dJ soir. A 5 h. I j ,,:.,neit d incompetence dejA pronon-
25 n du soir, petit: pluie : o,2"',". Eclairs cc. I. l'rbllunal, de son c6tr, declare que
au nord-ouest A 7 h. du soir. .u co. 4::1 d.uraii Jd entendre ses deux res-
Le baromnttre est tn hausse. iI; .I 1111 pas un seul, et refuse
R. BALTENWECK ,!c rc.,cn!r sur sa decision.
Chronique de:s Tribunaux ('!irL\v ,: )rlant de dire : Est-c que
TRIBUNAL DE PAIX c./ q~i ic gouvcrnemnint anglais
IRIBU'NAL DiE AIX iVa :vC. \ 1ci un juge pour connaitre des
SECTION NORD .1i. .s Id sd .ijtIts n ire eux !,
Ilier s'eCt prwsente, A nouiveau au tri I .'iiire en est 1.A.
bunal d- pai., I'atfaire CHARLEY FORCK el -.
BARiOUx A propo; d'un fanal.
1l e est touwe simple :
Birboux aurtit pre: de Charley un final
pour buss, que celui-ci aurait perdu _
apres quelquei jours de service et qu'il au-
rait promis de reinettre en faisant l'acqui- f3)r"i.l reS D pe~ches
sition d'un autre. Charley de le refuser sur -
l'h.ure en lui distant qu'il le lui demindera i' .. M- Rcgult, le ministre de
en temps voulu. Cette demand, au dire I: -.i: M. :ro, rapporte que la procla-
de Barboux, ait sub- rlonnde A la vente ,,.)I i L i tIlN Moulai Hatil A Tanger
d'un buggy. ; ie :,. A incident ; les partisans du
Sur ces entrcfaites des nmalctendus,d'or- ) ii ..L ,cr.un ont jure de protdger
dre prive A propos de chevaux sur- irop:cL.n tid, au Maroc. Lia Liber-
vinrent entire les deux amis qui seimbl'ient 'c .it aaJiOurd h'ii que la France et I'Es-
couler doucermnt une agrdabie petite vie p.i. v i t no.iticr aux puiss.nces signa-
de compatriotes,- A l'anglaise. nir:. .t 11' conference d Alg6siras que les
Birboux fait de vifs reproches a Chirley rTc,:.its cvcnailml nts au Maroc constituent
a,1,; n,1i ns vii.lon' son isu ses u1 e\xc'len:e ,--,-c;,n cY' ;rin; r l i-
ch vaux. be reproches en reproches, la t:u 'rt cet dJ discuter de nouveaux accords
doace amitie se ro-npt et I'afiire d, tinal, .ut: .i pies'ioin manrocaine. Dans les cercles
comnme une arne de repr&saille reniut. i,, on envisage avec calme la nou-
Birboux remet donc A Charley u fanal ve.i. :::k: o au Maroc, on fait reinarquer
que celii ci refuse, dlisant q e ce i est pa' qe .: ciha>dln.iinent de souverain ne modi-
le sien, que la forme, la dimension et les tic cn r:in le problme existent ;que lacte
d&cors ne sont pas les me'mes et reclame d'A .air..is a e conU pour la resolution
sar ce, une valeLr de Vingt gourdes pour de c. probim:ne et qu'il est aussi biea ap-
tous frais de dedo:nmagernent. p,.i: ". ., 1 nouveau qu'A 1 ancient r~gime.
Apies L'exposd de ces fits et la plaidoi- ) ,n i :re C: consequelnc. qu'il ne se-
rie des parties,- un jugement d'incomp6- ra pl; neceis'ire de conviqur une nou-


velle conference des puissances, car i
questions qui pourraient surgir pourr:
facilement t&re resolues par ia voice dii.
matique. Un fait significatif c'est qu'an
de proclamer sultan Moulai Hafid leo
veau ministry des Affaires Etrang res,.
rocain El Minibbli a sollicit6e 'approb.a
de M. Regnault, le ministry de France~
Tanger. Comme ce nouveau ministry a
un protge6 anglais et que les fraais
les anglais travaillent A I'inisson e c
moment la defaite d'Abd El Aziz sea
devour etre avantageuse pour la France
PARIS.- Le roi Alphonse est arrive
jourd'hui ici venant d Espagne Aprtsaat
ddjeund avec quelques amis au bois de
Boulogne, Sa Majestd, est parties pour i*
de Wight ou se trouve la reine Vicuto
Le roi voyage incognito.
LONDRES 24.- Le roi Alphonse est ari.
ve ici ce soir. II se rendra remain i lle
de \Vight pour y rojoindre la reine Vi.
toria.
BRUXELLES 24.- M. Lambert, I'inveo.
teur beige don't le ballon dirigeable doi
tre essay demain, a fait aujourd'hui Mo
ascension preliminaire.
L'arostat a covert une distance de
six metres en se maintenant i une alti.
tude de six metres. II est ensuite tetouro
A son hangar dans lequel il a Ce remi
sans incident.
SAN FRANCISco.- La flotte do pacific
commander par le centre admiral Swinhe
est parties ce martin a o1 heures poor -
noulul ( Hawai ) apres avoir pris sept cm
tre torpilleurs A la remorque.
PARIS 25. Rente 96.65.
M. Revoil, ambassadeur de Francei
Madrid faisant une cure i l'Etablissemema
thermal de la Preste est arrive & Parisce
matin rappele par M. Pichon.
A la suite des Cvenements du Maroc, l0
gEnfra2n1 Raillond, Lyautey et Vigy
rendent a Colomb Bechar poor surveil
les movements de la Harka marocaioe.
L'empereur de Russie commands
p'intre Michel Tkatchenko an tableu
re\-tsentant I'arrivee du President de h
Rlpublique Frangaise et I'escadre A eral,
destine a ctre oftert A M. Fallires.
En raison de l'1pid6mie de fivrc ty
phoide, la garnison de Luneville atd emt
voyde au camp de Chalons.
Un train de voyageurs heurta le bto


E UI c L'r T,. -U A ..1.TI
FL U [ LL'L. .: i ,U ..\.


I'L 2('


I I )0'"


( 1'


IX

cc ,i oiw s ;' 1 ..x n.a >;

et sa u, It .. is 1 t -I' -
des pO.stlorI b l; Cc.; ,
Des dcux o:e on l. t s .t .1 n dcce;::
lutte dololurtuse c: saang in:c. Autour d,
Miragoane, apres chaque attaque g6tnral,
c'etaient de nouveaux cinim nauguraient ..
', D)s le ddbut dIs lhosttiit6s, en deux
lois, le charge d'attiirc:s de lFraice A Port
au-Prince, .tait ift irv1111n, porter de pio-
positions de paix. une prcnmiire fois en er-
voyant .1 Mir.i, .tine 1. il hancelitr de la I.
nation trantaise. M. Boul.inmcrr une sr-
conde fois en \ vi na'nt !ui-imnee. Le Pre
silent Salomon, minttant de clt6 touw faux
amour-propre et nc soneant, en vrai Cht
d'Etat. qu'A eimpchtr I'insurrection dIe
s'tendre, consentait A paver les dettes dc
la Revolution et A protdgcr les insurges
contre tous sivices iusqu'au jour de leur


.a.ii-r uencnt pour I'e'rain r leur of- ,que i Bl.clis 6tait inform de la prise
trant mnie un steamer : cutte tin. d'arnics de Jercrnie, 11 n'ctit pas man-
NI1 hurin Lcros, dins sa circulaire du qt o ( dei faire de nouv. Ics exigen-
14 I), C':![rC aux Chic f- ds d;t icrcnts pos- c. on de repousser I'arra; ,:mncnt, que
it.s, a prcttndu, de bone foi s.sas dou- l1j. IL lIrcsident, avait cons.:-Ii Et il im-
te, jueC M. Btirdel cita t pati, le 8 Mi p.I tit itd'viter que les choses ournassent
i'to!l.ur d'unc accep' atio'., L lI pri:':ip~' ', de d ce C :c ti., )i
ces propositions. La vcri:e est quc B13.i- I noble c.spagnol se roidi- le diplo-
ais, e s.aha t pas si da m res vil ts de I' :i ,. tLa. is insisra. et finalctil nit le Prd-
Kldp..~lique tal.inc t tn at i us cn I incur, .sid;t Salonion renonca. Et voila com-
et i niin'an: que l ; itou\vc.cmIlll.t etait ni:. M. Burdel ne retourna plus jamais a
aux .U.s,), ei:iudt to1 : reponu : porlive. 11 Miragone...
ne rLtLuj.t pas, il n'acc.-pra pas non plus --
s'igeniant A demander des modifications' L-; inois passaient, et chaque jour des
dilaroires an project du Corpi diplu.nati- vies s'teignaient dans la ville assidgde.
que. La ma!adie avait emporte Brutus Casimir,
M. Burdel profit de revenir dans la Turenne Guerrier, Joseph Muller, Pio Ri-
quinzaine rapporter les nouvelles inten- gaud et son fils Turenne, Desormes Gres
tions du President Sur ces entrefaites, la seiu, si vaillant, Devimeux Lys qui faisait
ville de J6ermie prit les armes ( 23 Mai ). I'admiration de ses compagnons par la
Ce fait d&ida le Chef de l'Etat A accep'er mathlode avec laquelle il se battait ; enfin
les modifications byzantines proposees pir Mo'u!.:e 'Tufft. B:ain, Rincher et Perpi-
Bazelais. La piee presentee par le charge grand avaient suivi les premiers dans la
d'affaires de France au consul d'Espagne, to-nbe. Lcs balls et les boulets avaient
M. Garrido, pour tre signde. celui-ci rcfusa flit atitant deravages : Dants Martin, le bel
sa signature, parce que la nouvelle de la 6phhbe Planchet Audige, Prdvost Chavan-
prine d'armes de Jdrnie n'y etait pas nes, Charles Geffrard, Gilus Bienaime,
mentionn6e tombereinit sous les balles adversaires ; un
M. Garrido vit un piege contre les exi- mt~me boulet avait broy$ Labossiereet Antor-
16s, IA ou ny avait, semble-t-il qu'une neN!colas Ala Sourceespagnole; Paulimon
tactique, en some nullement malhon- Berthaud, Chanlatte, Roy, avaient tC tuEs, ~
n6te. Le Prdsident Salomon a dA se dire et le Miragoinais'Saran qui, A l'instar dl'


Romulus, etait incapable de comprfd
les idees pour lesquelles il combattait, r
nait d'ttre emporte par un boulet.
Les blesses succombaient presque t05
A present. Pas de medecin, et sUrtont 1
de medicaments Des blessures doata
aurait eu facilement raison, ddiid'e
en gangrene, faute d'antiseptiquG. A
bal Beaug4, gudri une premntre fi d'
ball rescue a la poitrine, fut de noo0w
atteint A la jambe. Le Miragolnat Ai
ne Luly l'opdra avec le contao d'r
marchande de salaisons, et en diercfim
scia avec une egohine le tibhi de .t
reux. Annibal Beaug, aprtes avir
stoiquement cette terrible op r' i
rendit pas moins le dernier soap~...

Du c6te des assidgeants, le.l 2
bre, dans une attaque formidable de
les positions de la place, de cctai'
cadavres jonchbrent les cheai- A.
Piquant, admirable de courage t
pidite, board de la Sentine sirM
deux autres navires de I'Etat, Pn
que dans la petite ride et teCt an
quement, mais Constantin
mandant do Fort Malet, qUo
d6U1 a la hanche et malade, Il'I.
Constantin Rigaud diriges eu
memorable dans one dodis, ap
guste Kavanagh polutaiat w


--


~~ C ~llL ~r~-l ~ rnn II -Y








it, gare du Nord. II y a sept blesses.
hM HenrY Becquerel, secretaire perpc
tgel a I'Ac\idc.m dcs _cit iccs cst decode.
TWR ^ s m res du corps di-
TANGER 2") L.S incnibr.e dU C S-
imatque o:t demand A leurs gouver-
Kimns si oui tu non ils devaient recou
Itrre Moui latid come sultan du Ma-
MADRID. \I. Rcvoi, ambassadcur de
Frn;e AV \'ail Ia (.t6 appc!' A Paris pour
JydiUc;tcr d1' it PARIS.- I.- 1r~:cic1n Antoine lenry
Becquerdl 1.- n ~.t aujourd'hui. II &tait n6
lso 8Mati. prime que l'Empereur
d'Allcmagnle i brise une jambe.
L lJourn re .tc !.it m)cme informa-
tion qu'i.t d: souc,: auroriste.


Docteur C. Ga au
MDECIN, LHIRURGIEN
ACCOUCHEUR
Dipluini A lhoni .i! ,i f,' rm',r sos clients,
les mala.l t 1 1 Iblic ni :- 'P t eral,
qu'il a rouin t <,,,
CABINET D'FL CTROTHR"PIE
128. I hi C(i.NTIIE 12,8.
(.Maisoi' 1 i 1, t ),c hn telio,' )
LoS Iltuil;ni, :' / ; i!-i rt'hn i q i'-
is peuvent ,''re i nr' s pair 'Ele,'tro
tirapi,' :'- I, li s'lil!'r n eni t a p p lnli rl'U
danis p'lin, d(. inaux donrt s if-
fre l'hum nlr'', I' )it run int it I spl -
cial sf V'oil [l1 iir sans une opera-
tion chir..r i.i' lt:labrante don't les
suites Sont ovlivet lst I plus graves.
Outre Il tl; i!i. uCint des affections
plietls de !0i f',it.na, des maladi's
ffOMSiqu.R q ",K;, :,,'.i sn, local's, des nf-
lCctieO s gi',,i ,,Ii ;''r(cs, c /!le di sys-
tneervenr. /,.l l Peau. dau Ne, de
SGorge, ds, ).,*,'i'; (,l t/ ('. )e C r, le
I)rGaveau fit in iraiteoinent A domici-
le du Carecr ',i .Si;, et de la Lym-
pkangite ChI '; .
CONSULT .\ I N ET fTiAIT MENTS
De 7 d I in,< ,a martin 't i de I'ap'0s titl

Mr C. L. Verret
Tailleur-Marchand
Done avis ,i l)ieniveillante clien-
tle que sa iai-ion No 7 Rue Tray r-
ereest ferin eil'i is !c lundi 17
iorantj'usqlu'; Iidi :31 de ce Iois ;
Icunsetle .de )o \ voyage aux Caves.
4donne ausi ;tvi au public que sa
iiton ost t nuill's l)in pourvue
tune vari;'ti d )i,'ltlecs doi la hante
'ouveaut i,.,i i .. -:te.
QAUITk SUPfIIEUIlE (;OUPE iAl G,.ANTE
TUVAIL SOIGNE IXiiCUTION PROMPTED.
Prij trs rddu 1

e.t de six autres de ses compa-
S qni entrercnt dans la mer jusqu'l
Untre en faisant jouer leurs carabi-
Prmi les six se trouvait le jeremien
ui futtuL. Aprks uue lutte 6pi-
O6ienri Piquant fut bless mortelle-
I tek bateaux durent rdtrograder et la
Satteinie A la coque par un bou-
Fllr4ngo:Itrer dcrrire les mangliers
.sftrce salde...
l Suite e cet effort considerable,
icsIants furent pris de decourage-
s exiles espeierent its es-
last qu'd la fin.
FERNAND HIBBERT.
1 Auivre )


A. de Malteis et C.

Toutes Ie'- (.I *'nces rares discre-
tes, bruytiites, de'.- parfums d'un char-
me subtil et d!;lt, Son Sou-
rire, Floramye, Vivitz,
- ds iijoux oti s'enorguellit la
pierr.' ,6clatante et hautaine, de mi-
nuscules objets d'art of sourit la gra-
ce triste des perles, des boucles d'o-
reilles qui s'dtonnent de letrs formes
vatidee, anneaux de fiancailles offrant
le symbol d'une 6ternelle jeunesse
d'amour, orgips de colliers graciles,
de lourdes 'haines massive, des cas-
cades Mtincelantes d'or, de rubis, d'6-
meraudes, tout cela fait un coin de
paradise de la maison
A de Matteis & Co
qui e.-t ,itu&5e aujoilrid'hui A I'Ancien
IH6tel Central i'rst;urd et embelli.
Ces italienss out ar'ddt la nostalgia
de touts les fantasies d'art admi-
r'es jadii chez eux et ajoutant a tou-
tes ('s t:ifvolitts atiavyantes, les ob-
jits ,i!-.;r!'- .. bi.'s qutr reclame la
ViW. i;s out chez .-ux u1n assortment
d'uio rt'ande n'clhesse, pour tous les
goflls et p)our toutes les bourses.


Al TLEGIANCE

CORDONNERIE.
E. SE UI
42, Rue des Fronts-Forts.
CHAU:;SURES EN DPFIpT,rOUR LA VKNTz
i':utitu +t soin aux comman-
des tanii i:i q'.ien pi ovince.
C.au.s'ure.-1, l.i: forme et tia-
vail toujo'iis 1t-ax e qtuil y a de plus
no uvtaux.
Formen~s ,nt., i iiie et [ranCaise pour
Mf-ssl i.-s ; .'2,,ig:!tes et commodes.
PI ui I's n; far;; 1.. plusA l'aise.
Tcavi- sol:d. ex6cut6 aveo
des paaux Iae preomi6remarque.
Assutance de i and rabais.
PAtes. Ciracrcs et Liquides

MASON

N. Cordasco

La seule M1aison qui peut repondre
a tou ls Caplt ices du bon goiut.
La Maison la plus assortie, of I'on
trouvera des clia assuress de toutes es-
peces et a tous piix.
La Maisoa qui einploie les meilleu-
res fournitures.
La Maison qui vend A meilleur
mat chd.
On trouve dans ses souliers:
Elegance, Solidtts et Propret6-
Cette Maison est tne des plus re.
commandables.
On trouve au-zsi Cirages pour tou-
tas les cha'isssurts noi's et couleurs
a des prix encoiragieants.

Avis
Le public est aviso que j'autorise
Mr F. F. Stines a agir comme moen
agent a Port-au-Prince,
Le COMMODORE V. E. MEYER
de Bermuda


HORS CONCOURSE


GRAND PRIX


hu in Barbaicourt

MEMBRE DU JURY


1881 Exposition d'Hai'i
( Mention Ilonorabl )
1881 Exposition d'Hai i
Mhldaille de Ire classes
1883 E position d'Amsterdamr
MAdaille d'or
1885 Exposition d'Anvers
Medaille d'or
188i Liverpoo'
Mddaille d'Argent
1887 HAvre
Mddaille d'Argent
1889 Paris
Mddaille d'Argent
1891 Kingston ( Jamaique )
Dipl6me d'honneur
1891 MAdaille d'Or
Paris Hors Concours
SMembre du Jury
1893 Chicago


1897 Elbeuf
M6daille d'Or, Hors Concours
Membre du Jury-Grand Prix
1898 Paris
M6daille d'Or, Membre du Jury
1898-99 Paris
DiplAme Hors Concours
1899 Philadelphie
Mention Honorable
191l Buffalo
Mldaille d'Or
1902 Paris
l)iplome de Grand.Prix
1901 St-Louis
M6daiille d'Or
1907 Spa
Mddaille d'Or
190J7 Paris
MMdaille d'Or


Mhdaille d'Argent 1907 Londres
1895 Bordeaux Medaille d'Or
Medaille d'Argent 1907 Jamestown
1896 Rouen
Mldaille d'Or Medaille d'Or
Hors Concours, Membre du Jury
Madame VEUVE BARBANCOURT, scule dtpositaire de la marque Rhum,
Barbancourt et seule propridtaire des formules qui ont fait obtenir au tRhum
Barbancourt les Mddailles d'Or de toutes les Expositions a pris la suite des
affaires de feu son mari, et se tient a la meme Ihalle sise Rue des Cdsars
No 7, a la disposition de sa nombreuse clientele don't les commandos se-
ront ex6cutees avec le meme soin que par le passe.


MAGASINS DE LA METROPOLE
Maison JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'VTAT, 93.
Viennent de recevoir par les steamers Frangais et Amdricains
les articles franQais de premiere fraicheur :
PAtds de foie gras truffes Saucisses d'Oxford
Boudins noirs Saucisses de Cambridge
Andouillettes Maquereaux A l'huile- Amieux
Cervelas Sardines fines- Louit freres
Fromage crotlte rouge, dits Tete de Moutardle en pot- K Ma Voisine a
More. Pickles au vinaigre et a la moutarde
Saucissons de Lyon
Petits Saucissons d'une Livre environ
Jamhons d6soss6s Beurre Bretel, botte d'une
Fromage de Gonda (pate grasse holl.) livre
Biscuits fins Olibet, Bottes de 2 liv. Biere francaise, Marque Atlautique
Bonbons assortis. Brune et blonde
Beurre de table de Normandie
En bolte de 4 livres P. 1.40 or.
Cigares de la Havane en botte de 25 cigares
Genre Londres et Conchas
Prix exceptionnellement avantageux


H6tel Bellevue. -
Le mieux situa, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars.-
Cuisine renommde.- Vue sur la mer-
-- p
A vendre
Un bass et plusieurs chevauz de
trait.
.Sadrewr d 'a V leU No e98 Rue Cowrb.


Avis


Une propridet
nion, attenante
Salnave No. 140
un prix modern.


sise Rue de la RAu-
a cell de feu F6lix
est mise en vente A


S'adresser au No. 148 Grand'Rue.
Port-au-Prince, le juillet 1906.






Changement d'Adresse

Lo I )', Edsionida Ilor(t allx


PetWiit (IIIIot re Svl in
grace aux rtcenis puogi s ac olnidlis
Jaiis Ila s( :iertco ci wsti t uC;t de., ;ajntills
1IIaIt)eUtilifeS (deI remie r oi'd rt', ii
eIntreIreldra l Ie traitemenpft des mala-


dies suivatites :
Cancer, lupus, neurasthenie, nevralgie,
hystzrie, hivtncondrie, paralysie, ataxie to-
colnotrice. rhumatisme. jooutte, sc';tictiqe.
artlirile ddc'formante. chor',t- ; pirak-i ,i-
"'Itel, a'tI11ilo-, ePllep sie dilla-Lti o~n de I s-.
tclrnic, (fiarrhcc chroniqute. icro. troubles
fonction.els dui c~vtur. -irt,-rio-sc!'eroo~, i l-
puissance ,niltle, pht!iisie, zoitre e ,oph-
tat i~i hi it, iate, chloroc.a
de Brigthi Pphlantiais. hTrnorrhoifdes,
atllflorrh~e, dvsmenorrbcfe. h~morrhviaie,
uterine, r rite saloingite. tibromes. uins;
que des 6tats morbibes tel- ue :nclmie.
caclhexic et strilit6 .AeIe de la


Au dernier cri!
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A I'honneur d'annoncer A ses nom-
brdux clients de la Capitalo et de la
pIoviuce qlu'ilvient de so transfcrer de
la Rue des Fronts-Forti, avec son mpme
stock do chaussures, d la Grand'Rue
au N- 153 avec l'inscription ci-dessus.
Les clients seront toujours P9srvis
dans les inmines conditions ; c'est-A-
dire avec les 5 0/o d'escompte sur 1:1
vento on gros ; sans oublier les me-
mo- sins et la memo exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re preudre les measures & domicile.

rani isco DESUSE
Pabricn.mt do chaussures
L.a .MAnfacture a toujours on de-
p)5t UD ~a'ti qttock, pour la vents
ei -ro,- t i4tail,- de chaussures on
toas o"m'1 i> nr
) vuu F.dPwKI s, EmANWTS
L.ai cu)a ai*des de9 comiJm;1iuac E
de I'iut'ri;ar pourront Atre ex,-.-:uth4t
daus ua s-amaiune a i)u p--As.
23, rue Jes Frouts-For., 23



Chapeaux l
Chapeaux 11
PAILLI DI PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec 1.
eicours d'un chapelier remarquable
M. JAIMs TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Sa*pn do Coiffre du Louvre
Pour tons lea gott et pour toutoe
I as boarmes.


Maison F. BRUNES.
i L6GRAN0'A.LIE 195


Dirigme par
i.1mAnr'1 W


C,)I i( C ti i QcL7u1 .t Yi L i

l colz.( ie* it
Sp-;ca i z 6 d Ct-, u- a: d rio-
Cos.- Cc-a;PlleT1:i'; c t
Am~ricaine de It c. cri. ; pe: section.
La nais'uj c dre4 :-.e aieai i )r C's-



Cordounprie Nou- vele


G. B. PE T;,0
i-143,1G Bi A ND R U Z, 14 3
P -T-Ar U- P 1 N C E
CI-AAUSSUTiKS EN T.jL'-; GGRNUS
V4 DEiOF. POUfR LA VTNEM
RN GROS RT DXT'AIL.
Ex6cutiof prorpte dos
commandes, tant ici qu'n
Province.
For;n!eIs Ah- Ifnlhivc:-) I c&t I'a-

de 4tVi ris ) et le plus coImmode, :
chau.;smivs pomr etifank corifection-
noes avoc des Peau.L de toules nuances
d'une selection et dur&e irrdprocha-
blo-, ', I d.-,; 2pix avantageux.
Cirages, pates et liquides
Pour ehau,.zures da tout .inuanrs.






rxr
--' t I





II


V'%1L--, 6 ~ft&- vok U;


z'notograip11
Artistique,

J. N11. 1D11 I lESSY
120, Rue du c&n~t.v, 100.-

VA U D KE i'K'Yls S SIMTK S1R
c:ic ts tre.s irlisiejuetrs, ,soutvellmennlj
AGRANDISSEMENTS, IREPRODUCTIONS.
ATELIER DE I LUXE
Prix Mod6res
NoUVEAUTB
Cartes Miq'nonettes, par d,,uz. P. 7
P!hto-soie.
au-PriMIre, i 11iX x (Ivs a ut re s loca-
Ven4z es!ayar!


Iormrnes, Dames et Enfants.
( BOUTONAN, ELASTIQUE Tr LACl )


femme. L. jJl L.i
Consultations de 7 (A heu- Ante:: memt.r- l Si.", P. ,-
res du matin et de 2 A 5 heures thropique des ..e t,1.s Pris
du soir


I -


TANNERIE CONTINENTAL
DI
Port-au-Priuce

CAPACITY 501 PEAUX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAUX DL V!NGT-QUATRE (24)COULEURS
Vente des chaussures : Cavreau-glac6, Verni et cou.


leurs, pour


En gros et en detail pour toute la R6publiqu



H AURAT BELLEVUE
Place du Champs-de-Mars

PORT-AU-PRINCE (HAITI)

M,'" Ht rmanee ALFRED, directrice
T61Aphone, 220
.PPAl I TEMENT POUR FAMILLE
DINEJR:S-T U NCHS.
IAtuallhtia',, n.mo'ern et ronforit:bl'. Fue suw la mer. Tempiratu
douc ct rtjeu.c't. -- Lcs, r;a:,:'.;ays C.sse'r,,en I'M 1iHitl-Dellevw. touiesle 7 MfWI
1RlOPRIrT T: SPACIEUSC, S'OUVRANT SUR DIEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Saleh d* reception. -Jiano. -Gramophone.
Sonne.-ies t ectriques
Tabloh d'H6te u ;1'S ".t .S.,) daa A2hur...
---yi (Iido 7 >8 ha,-u, du ,

Les jambons et lards "Swift"

Side leur marque "Premium"


/: Les j:ambons et lards Swift marqg
SPremium sont bien connus et pr6fkth
'S\i.- ritoute autre marque. Leur popularity eat do
/-, VA leur quality, rtgulibre, ainsi qu'& lear i b
apparence et A leur goilt ddlicieux. Les mWo
.a Swift's Premium U. S. Inspected ,sontaW-
y- .- l qut s au feu sur la couenne de chaquepi"
.I Swf (iqui est emballode plans de la toile et do paPil
\ -" ^ patrchemin. En aclietant des jamboane Itl
.- ..r S s lards, veillez ce qu'n vous livre l mIF
"-iem Swift's Premium. *

Saindoux pur Swift"

) marque ,' Feuille d'ArgeW

j ~:'C .: C'est du saindoux tout-A-fait par,
sort du fondoir, mis en seaux mdtalliqou.
S m6tiquement fermes, 3, 5 et 10 livrs- Cal
saindoux type de 1'Am6rique, il jouit d5r
reputation, et la vente en est 6norme.
Ces articles se vendent A l'6picerie de
Zak6, chez Mr Justin Thomas et chbe
Mr Henri Brisson.


Imprimerie C. Magloire, 45, Rue Roux ou Bonne-Foit 45'