<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00411
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 25, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00411

Full Text


peuxibme Ann6e, No 420.


PORT-AU-PRINCE ( HAITI)


Mardi, 25 AoOt 1908.


UI


C


I -


j


QUOTIDIEN

ABONNEHINTS: DIRECTEUR: LE NUMIRO 10 CENTIMES
PORT-AU-PRINCE Um Mots. G 1. Cll6m rt aIVIfjloire,

DI9PARTEMENTS TRois Mois. a 3.60 Les abonnements parent do ,i et dou Ix de chaque
R .cDAC1I t)N-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
TRAN ER........ T M RUEROUX, 4. Lesmanuscrits ins6r6 ou non s serontpa rendu

Pour tout ce qui conoerne l'Admiinistration du Journa; &'.i:isse o :.~ronclour Arthti r ISDORE, 45, Rue Roux cu Bonce-Fat.
I IY I s r, [I


Ce que le Docleurs ,tie o'it pas

dan~s I'agricidlitre frati,~Cwise


Si la viticulture francaise est d6tini-'
tivement sauvte, come le pense le
)N. Auguste, c'est ce que nous al-
Ioos rapidemeiit examiner.
Tous ceux (ltii ont etudid le meca-
aisme des crises phylloxeriques %ont
d'accord pourt rconnaitre que le mal
Meams par I'ilsecte devastateur est
d'antant plus g'and que le d6faut prin-
tipal develop, par la culture de la
vigne, se trouve tr'o l'imprdvotya'ce.
Eq effet, la pllupart ldes enqutes faittes
*ar ces cri ,,,s concluent a I'abs2nce,
chez le vi iclltears, d1 t )ut fonds ie
rservo.
Pourtant, IA c.onslititutio d'un fonds
de reserve d(evrait etre ties facile
laas und t ltle culture qui, dans Ise
ones andnes 0rapporte jusqu'a enri-
chir. Le malheur est que, avec l'es-
at d'imnpre'vovance, elle d6velope
rprit de prodt lali'd; nous la verrons
rs loin.
Uasceas co ilttions, liS viticulteurs
hi plui proimpts a se reliever ont tdt
SI'issue des dilll'trentes invasions du
p-ylloxera, ceux qui pouvaient le plus
dsposer de grands capitaux, c'est-a-
ire les grands proprio:aires, c'est-h-
dire la minority.
Et alors, pour pouvoir couvrir les
ii de la reconstitution du vigno
l. e grand viticulteur a du viser "A
plus f)rtsren lem nnts, en faisant de
Sculture intensive, enl employant des
6e3dds plus perfectionnds, en chan-
Ieat lee methodes de travail, en mo-
"lat son outillage.
Sy osut, en eflet, surproduction, 4
-,cette surproduction a amend,
--eDe une crise de mdvente qui
encore, l'offre d6passant la de-
o, et qui fut aggrav6e par l'effetl
occurrence 6trangere.
O itque I'Italie est reetee jus-
til'a ri du phylloxera ; elle a
..profit6 des crises francaises
l aitroduire ses products en Fran-
a" o ted de m eme de l'Algdrie.
A t concurrence 6trangere, la frau-


de est crdtin venue se joindre, particu-
liirement le sucrage.
De sorte qu3 la sauvetage a oprcer,
rencontre des obstacles ase- r'-iieux
et don't le p.'us serieux est encrre la
baisse extraordinaire des vins, l.uiuel-
le a naturellement amene une dlnninu-
tion d, 4 salaire., laqielle iA son
tour a produit les fameuses rat'ves
que l'on sait: le souvenir de Mareco-
lin Albert est encore present dans les
, sprits.
Les cliose.s unt pris une tell tout-
iure que, d'un cointnun accord, ipro
prictairtt-s, ouvriers et coinin ,r,; in: '
ont tt iili les bras d6sesp6rtiiient vi
le suptl'nm refuge des comni inau-
taires, vti.s I'ltat.
M. Caillaux lit force promesses de,
16gifCrer le Inieux possible sur les dif-
ftrents int&rots en cause, mai, dit
un conrnmmuniquii fait dans le temps ,'
la press francaise, le minister Iles
tinances con, id;re que, q'loiqu -3i Iie
tr.s grande importance, la repressioni
des frauds n'est qu'un des c,'ts: de
la grosse question economique <'i''
les viticulteurs ont pose devamtl I'o
pinion. 11i tulie, en ce moine t, I,1
regime des alcools.
D'autre part, en ce moment milt-
me, le miniistre se preoccupe de fa-
voriser et au besoin, de susciter la
formation de socidets cooperatives de
vente, d'association de toute nature,
qui grouperont les forces parses des
producteurs. Le gouvernement cher-
che enfin a creer de nouveaux d6bou-
ch6s A I'ext6rieur de facon a 6largir le
champ de la consommation. a
Au fond, pense avec raison un au
tour, a l'Eat et les viticulteurs se ren-
voient rdciproquamentl I solution dte
la crises. a
II y a done crise, et cruise ac'uelle,
et des plus intense. L'inondation du
march haitien par les vins fi anQais
nous apporte jusqu'ici un faible t.-
moignagne de I'existence de cette
cruise.
D'aucunspensent, etjepartagt hum-


bli flent lou iviq, title III .."ritablo S-,-


t;rcsst(s, t 1 pie lI; ineilloutoes clirices
do. s tit pom evjgio~rmji (flraii.ais soit:
de fie p Cuts do I(' cula itiCre dea Ii vi-
pwir tine pItla..%Ol ni un jcif ialis u.I11
a//;' ire' ; A1'i -;sc)CjO1 o e''tte milture c. le
d'aiIt tIo .plantes ; LaIvoir au besoim
1'ecou0i s a I'cftica.;t6 des associations
)1 ivtes Il41it0t (lL1'i' I' Etat- Providen-
oc; (l'avoir, la fitice d't6initrer et de
parir A l Ia rechlerchle de nouvelles lut-
tes ptutiitt (Ilio de s'c~puci'*. sur piace
dauris une iutte souvent intlgae ; 0_ di-
miiiuer Cle; hlabitudes do pi'odiplit6
au profit de ce.fe e s oj('VO%.;vanc(e; 11
Sil mitot, lde avii a se ietou ni Cr, v
(0st-A-iire 't i d i!e C iEivIe de t pIiCU-
1(1ris IC.
M, i Is Iut('t! (4110tie -:w tscrlro ~A 1.
colivCelriIICe 'uui I &'zilde i eon~traire.
b. Do.o Lu l (1iii i'e-~t potut-t' Ire pas ailo-1
pa1ille, al in1) I'd 110 ix' &bl.IVCS 1Ii-
-~Otis et C a hi nc 1'I(,decro 1'o. iite 1 c Ia
viticu"Itue fiit)(: 1~-;c est iaimt~c.



Lois et Acles


CPA
Claudius


Gani


\Voii le.s pi :e-s C u1i r, ,
ciel I'ii poi t.nt 4 llecue ill (l
Acte.; doiil le prt mier vo!u
ja' livr6 au pub!ie.
Le seconJ volume parall
samment,
LIBERTY EGALIT~
REPUBLIQUE D'HAI
Correspondancc
Gen&rale
No 56o-Port-au-Prince, 22
an o15e de l'Ind6penda
LrF SECRLTAIRES D'Er.
.Aux Dipartements de la j
et de l'Intrieur
A Monsieur Claudius G
En V
Cher concitoyen,
La Commission charge pa
collationner sur les texts office
ces publ6es dans votre a Recu


': Actcs P, nous a prdsentr son Rapport
Jont vous trouverez copie sous ce covert.
En nous associant A l'd!oge mdritd que
l.tit de vous la Commission, nous sommnes
!ltrcux de 'vous annoaccr que les D6par-
tcments de 'IntIdrieur et de la Justce,
contormd6nent aux conclusions du Rap-
port, ont pris 1 la date de ce jour un ar-
rtrc reconnaissant A votre Recueil le carac-
tre de publication officiclle.
Agrdcz, cher concitoven, 'exprcsiol
de notrc parf.ite consideration.
J. B. V. LECONTE, T. LALEAU.
,*,
Port-au-Prince, le to AouCt o10S.
A Mesieurs les Secrdtiires d'Etat de
1'Interieur et de la Justice,
Messieurs les Secrtaires d'Etat,
Vous avcz bicn voulu nous contier la
mission de collationner, sur les textes ofti-
citls, les documents qui torment la mitic-
!e du tome premier du a Recueil des Lois
ct Actes de la Rcpublique ( ISS7-IS9 )
cdith par M' Claudius Ganthier, avocat du
b'.rreau de Port-au-Prince, Secrctaire-Ar-
chiviste de la Chambre des Reprdsentants.
(i.ite A l'obligeanc e l'auteur qui, sur
notre dcinande, s'emprcssa de mettre A
notr, disposition les l6Iments propresA tfaci-
iitir notre travail, nous sommes en mesu-
re aujo,,rd'hui de vous presenter notre rap-


lhier port.
Lhier Notre t6'e consistait A v6rifier l'exacti-
tude des pieces publides ; nous nous sorn-
ltint ofti- mes appliluds cette t.'che de la fa;on la
!s Lois el plus minuticuse, comparant avec soin les
ine ebt d%- textes, relevant toutes les differences cons-
:athes, nmmes cells qui ne nous parais-
ra inces- sent pas avoir grande importance et qui,
&ant des erreurs de copiste ou de typogra-
FRATERNITK phie, pourraient t&re redresses par le ec-
teur le moins avis6.
TI Ce contr6le faith dans des conditions si
rigoureuses, nous a permis d'apprecier le
souci avec lequel M. Ganthier a effectui
Aoit 1908 son travail: on y sent constamment
nce la main d'un home qui, ayant l'ha-
AT bitude des texies, sait par experience
Justice personnelle le respect qu'on en doit avoir.
La Commission est heureuse de rendre cet
hhieommage au consciencicux auteur de ce
Snhier Recueil.
WIe Les erreurs relev6es dans cet ouvrage,
sont assez nombreuses Mais elles ont EC,
r nous de ea grande parties, signalees par M. Gan-
els des pie- thier lui m6mequi endonne la listed A lafia
eil des Lois du volume. Nous en avons, A notre uer,


I II lr III I -







troll yeon ccrttin*
rez lni hli :jl I i h


d ) i-
note


%, (. r


:1 eC rapp it li cw;it 'IL pO1t i \ pi >'\t
il11clit it]p(r,.I!ti'S. A\ Ctlllc c
rirald. ric :'! '. I c( 'en
dail cr tcirur compt( di L li H)'VC,* L c



d' L I .' 11 1 1 t 1 w t
Ac~~~~~ CuI)'i c 't' ;'11 c
Iltitericur lUti. XC Pit':''

I I ni rwu
.11Ut r; I ni. I Cl i- IA 7 '1 1



dII G)U%
L. I *L % LC U du caiatJL rLfA ()I 11,: ii ~
tciir S(OhiiCitLC 11 ',A tivu,'Lr. 21
Nou' iv'fim', L V r .i S.
Cl! lltc'~ .* 1 .p *~ 1


(..,. ,.) I


(: V



Th~ihU yd.iL


1)1I
SEMINAIRE COLLEGE S -MARTIAL


22
['~'~Y1)1 cl tL :t 201.2'!' -(

I..,.I I
I ''


R;. L".!LTENW~ECI{


':4


B 'X3 ~r. (hernin de Fer

I;, :4, t

'. 2 4I

I) ~ J 1 1 1 .10. MI. I


A: B:' t .

4 111W 11 : A.: t:. tc 'u




I' -: r 1 r' u .
1 il'


* ('': n cA


"()I:"





L1 V. 1I




".1 I.U'Il'





*11 po2!11 -11 :

* ~ 0 1 I


Ac ~ ~ ~ ; .. lBc .'..r : 2:Ni
a! I, IV".'I

II:I : .I


2 '


S 1;liniiaat de s-n
qc L:le Icttainfl

Pinchlinat et Iiii fit
mnr t ktorinn' dc
sa poiissoni ctie
ic e IcVoNv.1~'s
11n4- l ci etr, r sonl
t I A krC 111011
Ir,-. Mlii. Mr P;11


du c"-6~ du 1ari(,6 Mrs. Forian Alf N

La bt'613iC~ion 1nuptlr c Ikur rSn dM-0
d, maiin I 'i'm A 7 hturcs 1 I'Eglise Seji
,;eph.
Le mari.ge se f(era dins Ia stffcte iJ.
rnit I citvlc -e I mort du grand-p.*
la oiariec sur-,nuc hier soir.
N u in' oyons nos -"-(eux de bolnrhe
ce lrarr:na et Couplen.
:~'em~rciementft


.1 ii i'.fn I -,, : III Ac c :c -- -
Z"L C 2 i i pirtic d -'s m ircliandises vol~ a a
Ii.i1~e 1u II. Nici.\tse, A Lalue, a Wt rgt
!nviuL \ r 1 *~: aix s iiii viiilants de I6 POiW
I -. '.1'I l I cnC r('IC c C u ..ssuz de tou t Vite
;n *'l r I) 1) ) p.Ircul r to!
r~ *' II. NICAint
C 1r, t o. 1': A r 1'~lh h d
LI' d 1i:, d,: '2 I i t c vClui

IA 'A ~ 1uveijies Etrangere
Ir

,):iaior'ms d.ii'>Lis c '.':uni'- A i ii errxieres D~pechs
Vol;t~nt%'


TI 12\i\ii R dL WC dU SUltaU AW
\:r vA1'Ur II.\AZ' pa I s h, in ,cI dc son fr~re Ma
I )itnd st confrmc I.e camp du Sul=mA
P 'i'prc pendant h l u I.uit du y9 Aoat i
I W~pi O t 1:,.' klui c O, de I'ennei
O I' Ii premiers: c oups de feu. Uas rapp
( 1) i' l nis. Mr quvt qu Iq h deAlteT d'Abd El AzzUt
xw., i Da'1 ; : I ;rI-:; iPa'cmient due a I irjhison de seOUd
I.it.r
M1~:llr & MIM :Cria
'It ..1 i 'J, L. rd % &)LS iMOrL11 aj idila -a` proiam1=6Sultan s
'i.. 1-111 Vi ii Mla A Alanger et CLt' proclamationlM
j .~~ur L: T- ('-vrl:'nhi~~e d ans I -.:t le P'lyS.
_)U, 1-,:stolilctIlol Ila'..ir nomm6S pff IS
n I1)11SIin d&hliu dLlIAcnr qt'11jIS ccepcth
it I vc:rainetec de Moula! Ilatid.
j;:i .ix, nouvielle s ricues curla btaullegis&
1~~uu'Abd El A/'7 dispos~it d'uNIP
trc >iiuitl NLlriquemi mit superieurC I cdli
1PI 4 ll' it que ses canons ont inC malwi
Q "I UT,' oiit rtfus cd fonctionner, r.
Nlo'~.un sc aILIUI p ;xs a en oQUW
Ma fi-i ge Li Paliqn pelrm ni S is cvalers des tif"
!o 1 :er pr p c nidi, l11i11r.sc e Inh1oritc a 1profiti de ceWNW-
2 11. N! n kai hlacl e a ic ci :on pour s'entuir.
I. i P1- MADRID I: nott'c trpi SV-flp- M)IUD La ptc5 espiagole eges.
nosrin.trhY s vin
V, R E N N d: I-,:,: v c I I u t l~uc d'A 1 1 E I A i ts a
c I I r I C t 1-' .n tu it accotpi

dc I 'a Ill I No ,-nWLI ~ h loeoden allant gap
21>r Av .' L r I Hs sur ia c6te O0i


-s________________ .-- I~ IY ~ ;-U-.LF ~l ~ -LiA I- UC ~~;~~ L~~~~~ -~ __ ~P`M~r~C- '- -.`


FEUILLETON DU .l.1TIN
: (is .





VIII


lt l'cx'.i c s '. 1i .i c i 'c ,
cu.iIn J lA i .i p .c ':itt' idan.i la pr.
m i,-cre ,uint:,iine J' \\i n'ac. :' p ls c < ,
cu' C : i ; r. .i c::.i J. I ,:' s'trc- pas e,'
tui A cette 6poque avec DIog.'ie Bras, Ma.
gnan ct Joachim Nicolas dans leur pet;i
cannot.
Merlin bouillonna.
Quand on s'est cng.igc dans une e',
Ireprise rdvolutionnaire come cellc-ci
s'ecria-t-'l, le sort de chacun est lit A cc
lui de tous s ses companions ; en se sai-
vant comme ils 'ont fait, ces messieurs sci
sont conduits d'une manire que je n .
veux pas qualifier pour le moment- mail
je ne les admire pas.
-- Ils ne se sont pas sauves, rtpliqua
l'exile d'une voix more ; c'est du consen-
tement du Chef d'ex6cution qu'ils prirert
la voie.de mer, parce qu'ils 6taicnt centre
l'id6e de l'evacuation dans l'interieur ten-


'c .\' ,.1. \'lus 'ou, r.p ... :I-I .., .:-t 1 pern:ct.aicnt i!c.ux amis. C',taiL une des honoabY
( -. :',,'. r-l ).,- ,:,-,.ir< ',- pa.. .L ',, p sr .c M\iragoALe que lc D ,',eur E'ienn,
S ; : v t.: .' Jc r I' : it .. posai s-- ce'a un c.ar d'or. It s'intur .
..i. n. *, 1' r : r. I ar.iri:nlrement a Merlin parce que wr-
.. H, ..ts : -- I n P1.i, ,lIum -,u: \ rccliautler c:L Admin':strateur dcs Finances,
S :. ,. .: :'A .!' .;A nt. ,.n p. : .p: o- n .im 'li. M. I're- 27 Mars, Ie june home qu t
\ :.. \'. r r is v\i.r. paycur, travaillait sous ses ordres
: .: .. a la .\ : i r. nalgre le bomb irdeient qui con
n. :i.' : A :. : II 'ujt au.i' pul, s'n .it h'e, se L Ie 'arm nmic: rc!.T;: son po l.C carab i ar l'cpau- Trdvicr, muni ds midicaments q
', i i. l ors di crn r armi- I ro't. gcait n cessaires. IIpansa son jean
SI y avait put-cire cinq minutes qu'il conscience, remit A Altina quelq
I- '..: ..\ i. e .. l.i.t,.. q, i l'avai nt trom- E pareil tat d'esprit, cet ,n(nt qu'elle aurait A. fire pour
p in : 1; Lnt J -, ce trou de MirI- lomme nc s,,nge mme: pas A se rendre. Trivier debout puis prS alt
.n.t. a. ,. is oubiiant, Ie pauvrc, Qu'cst.ce done qui le reticent ? :n insta;t, le vieuxmeJecin Pa
combien, a Kingston ii avait pouss A l iex L'honneur, rdpliqua Merlin. nant A entendre qu'il ne tarcrd
pedition, d:sant avc les autres qu'il e-ait Le Prsident Salomon l'accueillerait tir. *
bien prdfdrable de mourir d'une bale en A bras ouverts, dit M. Trevier. En effet, le lendemain dans is
Ha'i que de crever de faim sur la terre C'est r.ai, dit Merlin, s'il se rendait, Docteur Etienne et ses amis q"r
D vaIn cctte deresse, M. vir il gnerai, 'v e, une place et aussi.. ville par le chemin de SaintRoal'
tourna 1i it son'eaimt q ue luii aussi laUweDeux ou trois autres MirAgOAMi,
tourna li t,,e songeantl que lu- au-si Et puisaprt, s cela dit M.Tr6vier, il se d Iart s
,.)aItpus .c ct q ic pure stroura des cn; our contester A I'Hii- voulatnt ps prendre
tt son pait Pauldimon ctaienr jets main- ti leur qui avaient td cnregimentis de W
tenant sur le pav6 de Port-au-Prince sans un corps de voontas ,
itn^ n apr Pai Io (. .or~ saParce qu'on ne vcut pas nous rendre un corps de olontaires ti
Sappul. justice, murmura Meilin qui s'endormit aUS Aire cimp dse asui gesortun
Seulemenr, se dit-il, sculement, ma profondcmrnent sur c<:s derni&res paroles. avec giras ceux q O
pauvre chore Eugenie a d, la t':e, elle En revanche, il convieat
Et M. Tr6vier se remit A penser aux Le lendemain, M. Tr6vi-r ecrivit un acte touchant d'abnegation et
moyens de gagner, la nuit, le cAmp d'An- mot concernant Merlin au D.)teur htienne 'ment c'est la penutration dsas
selme Prophete. Malheureusement ses jam- qui gar-lait encore sa maison avec un ou' afftnr e de deux jeunes gent,


_ __ __ ,-- ----~l~lu~


I -II ~I -1 3~


; : -


I


$
r
c,. a;R


I








b Norv~ge a fait naufrage la nuit
d*iere pr' ide Sponcvecks. Le a Folp-
enn a a could cun trois minutes sur 1,s
70,pis -,, s ,'.i 3racl nt A bord 40 dit- 1n
act nit nov, i corps jusqu'A present ont
t~ rttiresd 'Vcau. Le capitaine du paque
bo! se trouv. piarl les pcrsonnes sauvees
CoNsTA\I '~"-': 23.- Un violent incen-
die s'e-.t d~.'a cet aprts midi dans Ic
quarier de S: ~iboul ct tn quelques ins
tit est devLnl unc terrible conflagration.
Un fort v,-l .rrajit Is flamines qui pen-
dant six h r out ant fit rage deruisant
I0oo maiso" et magasins ; A 9 heures du
0oirl'irccndic con:inuair mais le vent avait
considrablen: e: diminue de forces.
PAIi a23. L. r&olte du ble en France
s flit en cc cI',n.nt daus les conditions
les plus favor.a;!es
PARIS 23.- Mi'e Julia Subra la c6rlbre
danseuse tr.n ,c qui fut une des mules
de l'Op&ra es :norte anjourd'hui A Au-
teuil I cAg J' c ;r s.
PARIs Ru- .nise : 9 5.68.
M. Ruau e ndu 1 Bigncrcs de Lui-
chon eu il p: ': un banquet de mile ]
converts.
M. Thomso, st p.irti pour Saint Mat'. ,
ou un banqn. '.:i t'othrt p.ir l Muni-
cipa'itd. ,
M r D ; :*: c ,. w 'a t ... I, 5 1 j"
jeaux (AuJd ) .- :t dc 11. g ts I), .:.- ,
depu!d dc ;I iui a t c'.e- d'p A
Cav nnc p.:r 1 i ',ii Uia r r. J'.; 't o i ,
mobi0es tn :' ;: :iot)ln s' st > croule .1
Nenvccl'e i. Savoe il y a scpt
mo! rs tt p'it: A .. bl) sscs.
Un train ow .* vcwiant de Di,o 1 lam
ponna un : :. !n.chalud:scs A Pirri-
gy. I1 yVi un :iir. ct plusicurs blesses.
.Mgr. CarTn:L:i. icien evcque de la Mar-
tinique et Jd,_ .' Loudrac.
NEw-YCo K 2 Six mille ouvriers tail-
.Itrs pour ho:n:,:, sc sent mis en grave
U)oord'hui: :', iille autrcs les joindront
deain, il, r1,",.),t unc aug'nenia'ion
iourna'ijre cI U. r nfls cinquante cen-
times.


HEIDELBLH, :naig2nc ) 2 Le bi-
ion Speck V\ Stcrnourg, ambassadeur
d'Alcmagne \V'Lhing:on cst mort cette
noit des sui' .i'nne pncumonie don't il
Sutffrait depu -A:nIc i ', rnitr
CONSTANT IN~; Un incendie qui
commer;a hi.: .,*, ,nidi ct qui fiut teint
vers minuit a ,!,,i: 2 ooo maisons de
Stmboulet a Li: f.a nombreuses victims ;
looo personu, 'solt sans abri.
".WASHIXSOI.\ .: Le charge d'AtfFires
a "ricain A T.::.:r :cd.,raphie a son gou-
Anement quer I station au Maroc est
&v'nue sbrieus,.


aangement (d'Adresse

.Le Dr Arthur Holly
A I'avantago d'annoncer au public
'se tient it la < Clinique Saint
I tus ) <,inslea rue des M racles,
W3al., en face de l'Imprimerie Na-
1oit s he.res priv&es sont : de 8 A
II eures du matin, les Lundi, M, rcre-
t d tdredi.
'Tous les aprn;-midi de 2 A 4.
SLes jours de Cliniques gendrales
Ileg matins de Mardi, Jeudi et
e"i,8 a 11 hoiures.

I, ra Jacmel, et Hugon, de J6remie,
n" "ient apporter leur concourse en-
St ceux qu'ils admiraient...
FERNAND HBER T.
( A smivr )


di


A ( Mattllis elt '

fouotes !, I l ,c s r-ares d( ---(e-
tos, bru\,r I tl -.. parfI in d'un char-
In- subtil et d,'i. ;t,- Son Sou-
rire, Floramye, Vivitz,
Sdols Ill i x oti s'enorguellit la
pieri'- *,'li- it;-o etl hautaine, de ini-
nu-cl!tes ol)jt-; d'art oft sourit la grti-
ce ttiste des perles, des boucles d'o-
reilles q:i s'ttounnnt de lonrs former
variee-, apnonr-x de fianqailcs offiarnt
le sviymbol: ,,'e t ti nelle jeunoese
d'am,-)ur, ( ;. l collicrs graciles,
de lourdt s ;:ai,;t:-s Imassives, des cas-
cade.s titi( ela sIt: d'or, de rubis, d'd-
mfrl',i!;- toni c'o.a fait un coin de
piaraifllis do ';4 n1 r-on


A ile Ilatteis


(I i t '-i I --, I-, .
(I-ot0 1.
e. to'4' -,
I


i *1


& Co


t~l I.j ItI~iruAi'Ancien
o i "*t enlibe iii.
,,i la~ a io-iaigie
)?~Wa it admi-
vSi i:j,cte-r~ ic' 01]-
1(s ob--
i* rl~miie Ia
I ~~ttinment
*I. o .1, les
te ''. a


A, UEiLEG4NC

CJ~DOL~ 'JERIE,

r. s.


lAUl5 i i:..~ ;: LA eL\I E


q- de. plus.


s.-, c, n ommucles.
P uiI ..Iai .
ex3C t avec
ke-s io-"ax 1 -; L --i1 I".r 4. M aIqUe.
A -i r'i arI rabais.


ALSO N-

A7 Cortdasco


Lai M i-mj qui p-jt rtpondre
A, tow-; tIs -:!I, ,l ,', I d I )ollt fo lt.
lai M ,i o'n1! i ['uls as-orti-e, of' I'on
tr'ouv'ia i dts : 1:l ssml- s de toutes cs-
peces ,t t I lo;l pi ix
La Maisoi ij li ,inp!uoie les meilleu-
re.i foui itumzs.
L,a \Maiso,)l q.i venrA! meilleur
match.
On trouve Jans ses souliers:
Etigance, Soliditt et Propret6-
C(tte Mai.on e-At une dos plus re.
comrn I daible.
On trove iu-si 1Cirages pour tou-
tas les chli 'u-r-s rn)i-S. et coulcurs
A des priKx ,w nic'ag-n's.

Avis
Le public est avisd que j'autorise
Mr F. F. Stines A agir comme ,mon
agent a Port-au-Prince,
Le COMMODORE W. E. MEYER
de Bermuda


GRAND PRIX


HORS CONCOURSE


RIluim Bar'bauecourt

MEMBRE DU JURY


ISS1 Expositio d'iHi i
~.~~d.on I 1, no .1' -' )
I sI Er xo- sit io d'H- at i
.11',I., ile d ,' I' c'. '-
18'3 EL> position d'Amsterdam
Mledaille d'or
1885 Expcsition d'Anvers
Madaille d'or
IS(H Liverpoo
M'ldaille d'A\ gent
1887 Havr
Mtdaille d'Argent
1 .8 Paris
lddaille d'Argent
18,1 Kingston ( .lmaique )
I)ipllne d'honn1,ur
181 \ MfS1lallo d'(Or
Paris Hots Concours
i lrnihtre du .l v


1893 Chic-go
189.-Boicaeaux
MItaiit' d'Arront
1896iRouen
.N I t da i c I 'I )d
hfors (nc'tr f emibrc dii


18)7 Elbeuf
MOdaliile d'Or, Hors Concours
Mt'iul e0 du Jtiry-Grand Prix
IS!s Paris
Mhdaille d'Or, Membre du Jury
1898-99 Paris
Dip'onm IIoer Concours
18 S! Phi'adelphie
M.~'ntionii Honorable
10.1 Buffalo
Mhlaille d'Or
1902 Paris
I ip)i me, r o te (trand Prix
1P0i St-Louis
Mldaill!e d'Or
1907 Spa
NlA;-laille d'Or
1!,7 Paris
l(i'lldille d or
19i, L' ndres

19t7T Jnruestowvn
N!, laiile d r


Ju'ry


MIdiftllek\EU VE I") '%Nh 11T, set-tle dt'p(, I do lItnm (Itite Rhmin
I/tiam-11 Iv~dO, IVs*IAC H(- Ilai fAte des foi muflh ,!u ~i t' it lait ubteiuir au Ru
VU, be ,i111,000t Io, M1d a ill es d'()r de ltoules 1K\i' tuIfa iIIs suite des
Saffli, is de letu so, mait, et se tienlt a Ilt an e',. [,AIi -i- oB ue des C~sars
N- 7, at la di-;p,)sition de sa noinbretise de:I ta!.' ii. nt It--, corninandes so-
rou0t exe.cut~ts avec Ie ri~time soin que parl I i I;----


MAGASlIS DE LA METROPOLE

Alaison JULES L.AVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT, 93.
Vionnent derecev oir par les steamers FranQais et Americains
les articles franQais de premiere fraicheur :
its d~e foi,* glt t ,i ,s Sauci.sc d )x ford
Boudins noils Saucisso'e le clambridge
Andouillct!es l aquei iix :i Il'luile- Amieux
(:ervelas Sardiri e liines- Louit frbres
Frl' iage r'oeiit ,' ni dits T" te de Moutar ,1- *' p)ot < Ma Voisine a
More. 1Pickles ; vintaigte ot A la moutarde
Saucissons de Lvon


SPtits Sauc;ss


ions d'une Liv/.e environ


Jambons d6soss6s Beurre Bretel, botte d'une
Fromaige (;,I da (p.;ite grass lioll.) livre
Biscuits fis ()Olibt, BuAtes do 2 liv. fiere f.Amn;: ;ise, Marque Atlantique
Bonbotis assortis. Brune et blonde
Beurre de table de Normandie
En bolte de 4 livres P. 1,40 or.
Cigares de la Havane en boite de 25 cigares
Genre Londres et Con'has
Prix exceptionnellement avantageux
'c "


H6tel Bellevue.
L" mieux situe, le.plus con-
fo table.- Champ-de-Mars.-
Cuisine renommde.- Vue sur la mer-

A vendre
Un buss et plusieu's chevaux de
trait.
S'adre ser d l'atelier No 28 Rus Cowrbe.


Avis


Un- roi M
mon, altllaitf
Sainave No 110
un prix moderd.


sise Rue de la Rdo-
A celle de feu FMlix
est mise en vente A


S'adresser au No. 148 Grand'Roe.
Port-au-Prince, le juillet 1906.


- I C I I


-- ----


r






Changement d'Adresse

Le Dr EdmondIII lei'aux




C~n~rluus nurs~I Ie, n11vralgie
COIfol t i. r time goit s1.titud
100 :1U 1* P'-41 i"; UPic~ lcls



LIfte, 1 endra le '.plft-aiilnit des mala-
(lief~s '.-;Uiv ant#_- (, :-
Cancehrh UPUS, neurathmnip ,e, ntvrolges
hyst~rie, I'Vpocondrie, paralvsie. ataxi~e 10-
cl'noir.icU, r1 tatisme, goutte, sc;atique,
I~fornmnt chor'trt; p~iral\ysie agi-
y Liz 5V:antia i 'i morn de roes-
,liirr:c' -lr.ni,;,c. Lre, troubles
r~:rJ~~ rl:re exoph-
a Ob"itC, Mal

Ldcuic. ?ft:!u ).n.lronics, ainsi
Z ~ r ,<* .h1v I'inunme et de la
fe!IIrn l Cu.
Cons~lt~i~ons d2. 7 'i / heu-
re- do Iniatin e. de 2 A 5 heures
du soir

Au (Ieortcr eisi!
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A 11101' n-H'ur d 'Carni n et A ses nom-
III-'LIX ('befitS de Io h tr,itale et de Ia
lot OVIOit,' 'iI'ulvienti de s' tr:snsferer de
li Rue des Fronb1-;J rtq, avet' son meme
stock do chaussures, ( dla Grand'Rue
ati N'1.-)' wIVO' t'iii-; Oi'i ,t i0j ci-dessus.
eroli- ct I s t i Ou 1's set'vis
+ils Iil, tlt'me co ditot-; c est-&-
IA~ t' ~ d ',',, d'e-.eoinpte sur 1.4
Votito vst ri gOss"MIS oublei&'les rue-
in('-'. sm ii s lit I t _rn fl tex~ titude.
La M -;ie-;i sO ehai'go toujours de fai-
re pi-eudr'e les ,mosures ; domicile.


abrkkrint de chaussures
L.A Ms'i I'a"'ur.0 a toujours n d6-
0": un g( v I A.' ,our il vent*
01' bf 9'( "t S"A 11.-- d chaussurem e*
tods geU(',)s _mr
ki Ew;P ANTSp~~ U~WT
L.4s c)l,.n1u ti d', de do c('(uma'awtiL
did I'latdrijur po*,j-,,kLat (ttre 914c~utiob
dausua se;9-"ina inA I-u upAs.
23. ru ,!es F -o-'os-For:g, 23
:),IV rt A"'!?VftCt ( 5FAT'ri

Chapeaur I
ChapeauIll
Chapeaux I I
PAILLE DI PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ
J[sI SAN MILLAN
Le coiffour artiste, qui vient avec I-
crrcours d'un chapelier remarquable
Md hIME TESTAR, d'instalber flue
FABRIQUE DI CHAPEAUX
PLACE GIEFFRARD
Salon 4. Coiffure dIw Lowuvr
Pour tous lea gobui et pour tote
i se boer(1~.e


Photographie I ANCIENNE
,artistique DISTILLERIEBARBANCOURT

J. M. DIIPLESSY LEON LIAUTAUD & Co
120., Rue du entire, 120. DE 'T
( .it D lli L ,t I.y ..ii t I'l. U U L .
k 1 1 a' m *iii I -- l 1 1 I % If I -.


27 Wdaille i le otitesles Exositioii s du Motide y comprise la Mb
'daille d'( 4r, 4ip'i'll vieit ul'(obteir de I'I'Nposition de Jamestown (19M7)
M aIrcuxxxe v u ie Vuu A a iC le
Vvv%; trntiolit ag'.In V.R p. A ''llr~p


( Tit.AVAU; DE TOUTrS SORTS S R
1SOLli K" I'LATINO. )
,:artles tris atrtistilqes, nouvellement
re '~t's.
AGRANDISSEMENTS, REPRODUCTIONS.
ATELIER DE LUXE
Prix Moder6s
NOUVEAUT :
Cartes Mignonettes, par douz P. 7
Photo-soie.
On()e ses crt'vices a'l publicdo Port-
au-Piince, aux Cens des autres loca-
liti. actuelleinet A Port-au-Prince.
Venez essayer


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'KUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancien membre de la Societi Philan-
thropique des maitres tailleurs de Paris
Vient de rec.voir un grand choix d'd.
tofles li.igouale, casimir alpaca, chevio-
te, choviote pour deuil, etc, Recomman-
de particulierement A sa clientAle une
belle collection de coupes de casimir,
de gi!dts de faattisie et de piqu6 de
toute baaut6
Spicialit. de Costumes de no-
ces.- Coupes Fran;aise, Anglaise et
Amdricaine de la derniere perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumrs militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits oar-
r6s. et etc. de tous trade.

Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA
143,'GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS GENRE
EN DAP6T, POUR LA VKNTE
EN GROS RT DETAIL.,
Execution prompted des
comrnm ndes, tant ici qu'en
Province.
Formes a homes ; 616gantes et ra-
tionnelles.
(:Ciaissures dle dames ( Dernidre mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
nees avec dcs Peaux de routes nuances
d'une selection et duree irrdprocha-
bles, 5 des prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquides
Pour chawsur. ds tout nuances.

e. Toulez-alu partlClIr
S SBRUTUITEIEIT
AU PROCHAIN TIRAGE
S ode10 I'BONSi OS PAlAMA

ESOSULTS 100.000W
SLtl 100.000'
Envoyez ce BON-PRIME
& M. L. DUGOARDID Direct, du
Crdfdit F nloafeaer ade 1-rIee
t, Rocheahouart, Pari.L
Ad'-e*se
% Jor
d"el c


V 1 ai p VUlU, IUA a uzt.luma.uu,.. v s.
SUCRERIE E r DISTILLERIE DE L'tTOILE

Plain e d t Cul-de-Sac
DEPOT : Place de la Paix, a c6t6 de Matt6is
Lee commander tant pour l'lle qne pour I'Etranger seront expedi6be av
promptitude et r6gularite.

ET
H0fci ^"3 BELLEVUE
RISTA URANT
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
Mite ermance ALFRED, directrice
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation moderns et comfortable. Vue sur la mer. Tcmpirv Ar
doewc et rgulire. Les Tramways desserfoentt 'Hdtel-Belleve routes lss 7 MIM
.?ROPRI'TI SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROIFENADES JARDINS
Salle de reception. -Piano.--Gramophone
Sonneries Electriques
mii d^IbtA teIs les fours, d& micl d 9 heures,
Table d'U6te d 7 .N q, .u o.,

Les jambons et lards "Swi

de leur marque "Premiumn


Les jambons et lards Swift MZ
Premium ) sont bien connus et prt6fkb
W tWit oute autre marque. L'ur popularity6 et
A leur quality r.IguliPre. ainsi qu'& leur le
apparence et a leur go t d*licieux. LeOS
S( Swift's Premium U. S. Inspected a sotm
S. ques au feu sur la couerie de chaquoeP
/ qui est emballe planss de la toile et do P
SWif S .f parchemin. En achetant des jawmnbot
lards, veillez A ce qu'on vous livre la &DMr
Swift's Premium. x


Saindoux pur Swit"

marque Feuille d'Argent


i u ~, C'est du saindoux tout-&-fait pur, 00
sort du fondoir, mis en seaux m talliu C^
mti m6tiquement fermds, 3, 5 et10 liver. J
saindoux type de l'Am6rique, il joait d'
reputation, et la vente en est 6normr.
Ces articles se vendent A 1'6picerie de
Zak6, chez Mr Justin Thomas et obe0
Mr Henri Brisson.