<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00405
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 18, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00405

Full Text

oeuxibme Ann6e, No 414.


PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


Mardi, 18 AoQt 1908;


6


J


QUOTIDIEN

ABONNEMENTS : l Dumcz: LE NUMeRO 10 CENTIMES
PORT-AU-PRINCE UN Mois. .. G. 1. j6 Cl mex0t L Uagloire,
DFPARTEMENTS Taois Mois. 3.60 -- Les abonnements parent do zi et du i5 de chaqu
RDACTION-ADMINISTRATION smois et sont payables d'avance
M"TRANGER........ TRoIs Mots. c 6. 45, RUiE ROUX, 45. Lee manumrit iln6r6s ou non ne seront pu rendus

Pour tout ce qui conoerne l'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Roe Roux cu Boune-Poi.


Comment resoudre


On a deja kcrit bien des ouvra- ;
pour discuter I'utilitd plus ou mojms
grandedu latin et du grec. Je n'entends
pas soulever do nouveau cette grande
question. On commence cependant A
reconnaltre que 1'enseignement de ces
deux langues, sans utility pratique ne
convient qu'A un petit nombre de jeu-
w gens, A ceux qui se destinent au
tcerdoce, ou qui ddsirent acqu6rir
oaeplus haute culture intellectuelle.
Litort est de mettre la masse des
jeaune gens qui suivent l'onseigne-
matsecond tire A une etude qui de-
Trit 6re r6servde A un petit nombre
d'"coles
Mais ce qui aggrave considdrable-
mWit cette erreur, c'est que dans 1'6-
tat actuel des methods d'enseigne-
ment, le latin et le grec absorbent la
plus grande parties du temps consa-
cr4 aux 6tudes. II y a, entire l'effort
demand etle r6sultat obtenu, une
disproport:on qui frappe tous lIts
esprit.
. Olivier Benoist fait ressortir en
tres bons terues cette anomalie : a 4
troi ans, un enfant comprend sa lan-
gue maternelle, A quatre ans il la par-
le. En une annie, au plus en deux
to6es, un enfant plus age, ou un
Idulte, qu'on envoie en Angleterre ou
" Allemagne comprend et parle la
league du pays. Comment se fait-il
qu'apr8s six et m me huit ann6es d'd-
tQdes aborieuses, les 616ves de nos
Nlgeis., qui se prdsentent au bacca-
hut ne puissent qu'avec difficult
, one version latine de vingt-cinq
10, en deux heures, a L'aide d'un
tionaire, et qu'un tiers environ
.tement des candidate arrivent A
atre do devoir passable, les deux
b 8 tiers 6tant ajourn6s ? i
UeI m6thode d'enseignement qui
.1 d.es r6sultats aussi n6gatifs est
*We recent mauvaise. On est ge-
4Ment dispose B en convenir;
t eque l'on apergoit moine, ce
Ss causes qui la rendent inefflca-
t le" moyens de la modifier.
lz Ifhioi NoUr.au.- -*Amont Do-


i un roman ou dans un rAcit quelcon- M. Auguste Magloire
S) que, on prenait ca et IA, quelques pas- Notre remarquable collaborateur, Mr
I rUlestion du ti sages e;i vous interdisait de lire le Auguste Magloire a &t victim d'un acci-
reste. Quel chef d'oeuvre pourait r6- dent qui lui a fait aux deux mains de dou-
sister a une pareille m6thode de lec- loureuses brilures, le mettant dans 1'im-
ture et quelle idde pourrait-on avoir possibility de tenir la plume.
Pour ce:c il faut observer 1'enfant de ce chef-d'oeuvre ? On .ait asspz Nos lecteurs seront done prives pendant
qui apprend sa league maternelle, par d'ailleurs que la jeunesse tourney quelques jours de cette parole convaincue
la method., naturelle : il entend un au commerce des anciens par cette et sincere, profonde et courroise d chef
nombre c,)nsiddrable de mots et de m~thode parcellaire ne les connatt ,atorisf de notre campaign social.
phrases qui lui sont dites par des per- pas, ne les goite pas, et n'emporte le des vux ie
sonnes ayant intkret A les lui fire plus souvent de cette Etude de six A Le natin faith des vc de prompt
comprendre Avant d'arriver sur ses sept anndes quele d6sir violent de ne gurison pour ce collaborateur au mnrite
I discret dont le d6vouement et Vaintelligence
I*vres, les nmots (t les toursIle phra- plus en entendre parler jamais. VoilA diret dnt le el
ses se sont Installes dans son. esprit, .u 6sultat qui, du moins, est supe- o largement contribud lu assurer
se sont graves dans sa m6moire, ill rieurement atteint; mais ce n'est sans ic prestige et lautorite.
comprenait avant de pouvoir articu- doute pas celui quo l'on'avait envue. Un Consul toujours en vil-
ler un seul mot. e Quand, deux ans En abandonnant uni mnithode qui legiature
environ, un enfant commence a pro- done aussi peu de rusultats, on ne Des renseignements quc nous avons re-
noncerqiwlq us phrases, c'est-A-dire risque done pas grand'chose, on ne us de plusieurs amis de cette place et
A faire des themes, quelle quantity saurait grandement compronettre 1'- confirms par notre correspondent, il res-
innombiahle de verisionsorles n'a-t-il tude des langues anciennes: on peut sort que la Republique a confide le soin de
pas deja faites Ces .-ersions, c'est innover en toutesecurite de consilen- difendre ses interats commerciaux a Bor-
sa mere qsii !e lui a faith faire. Cliaque ce, en tmant bien sdi que I'on n'aura deaux, i un Consul qui sait choisir ses
fois qu't.l'e lui mon-tre un objet et jamais a regretter ce qu'on laisse der- moments de loisir er les passe tranquille-
qu'elle lui en dit Ienom, elle lui faith jrire soi, comme l'a demontr6 avec ment en villegiature, sans se soucier do
faire une version a I'aide d'une tra-i tant d'autorite M. Jules Lemaltre. prejudice cause aux cormcrn.mts. Nous
duction. Voit-on Ie nouveau-n6 peiner _.dy------ -- -- devons ajouter tout de suite que cc con-
beaucoup lorsque sa mire lui ap- u sul est aussi commer;ant et a trouv6 ce
prend a paler, lorsque sa mere hi 1 moyen commode de soutenir avec avan-
apprend toutes choses ? Ce sont d.s tage la lutte avec ses concurrent.
sourires perpetuels changes entire
u v-- Voici ce que nous extrayons d'vne let-
Ce n sont as des sourires (a- R, ENSEIGNF.MENTS tre adressee A un importateur d'Hati:
Ce ne sont pas des sourites g 'a*
changent enire euxle maitreet I':.;.ve~. M TEO OLOGIQUES Vous ites au courant des incidents
II semble qi'on ait accumule Aplai- -- qui s son products avec Monsieur le con-
sir les ditlicultes sous les pas du O b)Mervat c ireO sul d'Haiti Bordeaux, incident don't
malheureux 0colier, en mettant I'6tu- Du nous avons fait part A la L[gation a Paris.
de de la grammaire A l'entree de 1'en- StMINAIRE COLLEGE S -MARTIAL Si dans vos relations, ii vous 6tait posi-
seignement des langues. Par elle-mt- ble d'agir auprs du Gouvernement hal-
me, cette dtude est aride pour un es- LUNDI 17 AoUT tic, il faudrait prier Monsieur le consol
prit r6fldchi : elle est ddcid6ment re- Barom t-e midi 762, 3- d'Hali A Bordeaux de vouloir bien so hi-
butante pour des enfants, qui n'ap- minimum 3 re spplr. lorsa'iil va en villtgiatre,
prennent, quand its l'apprennent, cet Temp raturemaximum car i nest as admissible quun consulate
amas de r!gles de syntaxe et d'excep- moyenne drne 27 7 rested en absence du titulare, sans por-
tions, de conjugaisona et de d6clinai- Ciel trs clair le main ; un pe n- sonne pour donner la signature en lieu
sons, qu'a force de r6p6titions machi- geux l'apris-midi ; covert a 7 h. du soir. et lace d Consul.
.ale3 et par un pur exercise de m6- A 8 4 orage et pluie .2-/ t ce n est ni une fois, ni deux fois
moire. Le baromtre est station nare. c'est toujours la r6me histoire. des que
La m6thode suivie pour les expli- R ALTENWEK M. le Consul a fini d'expddier ses mar-
cations de textes vient encore nuire ALT chandises et quvon n'a pas eu la chance
a l'intee-t. On ne fait jamais lire aux Navire de guarre de le surprendre.
enfants des ouvrages enters, mats Hier est entrd le navite de guerre Taco- On comprend bien que les int6r&tsde
seulement certain passages, et d'une ma de la marine ammricaine, commandant beaucoup d'honnetes commerCants sont
facon extrmement lente, quelques John Hoods. Icontinuellement menaces et qu'un tel 6tat
lines settlement par jour, ce qui, on Le navire jau3e 3o100 tonnes, est arm. de choses ne peut pas tre tolire. D'ail-
ea conviendra, n'est pas un moyen d de 18 pieces de canon et month de 264 lburs, d6noncer le faith an Gouvernement
lee iOntresser beaucoup oe qae con- homes d'dquipage et de :8 ofciers. n'et ce pas do mime cop supprai.er ae
tleot le texte. C'est cotprme a Los saluts d'sage. ont ti6 chag s cbon io)ste et vezatoire ...







Marriage
En I'Eglise Crthddrale sera celebre le
jeudi 2o Aout courant le marriage de Mile
CL&IRE LARRIEUX avec Mr PHILIPPE BRIDG-
MAN. Les rnmries seront conduits A I'autel
par Mme Jules Laville accompagn6e de M
Edmond Lilavois.
Nos compliments aux futurs epoux.
A qui les poules ?
On informed qu'un colis contenant uni
certain quantitC de poules a 3tC d4barque
aux:Cayes, par Ic steamer Salvador. Person-
ne n'ayJnt rEclam6 cc colis, il a etd depose
au bureau du port de cctte vill 1 la dispo-
sition du propriktaire.
Becretairerie d'Etat
ds Relations Ext6rie .res
Par communication date du 8 Aou-
courant, M J. A. Cimpuzinio a notitid A
ge DWpartement que le Gouvernement Cu
brain a decide que la Mission de Cuba en
cettc rcsiadnce nc donnera aSilc a aucun rd
fugi lhartien.

Secretair rie d'Etat
de'r'Interieur
Donne avis que, pr d&kiion l gilative,
les sinistrets du to Juillet expire sont appe-
lis. combine ceux des et 6 du meme
mois, a b6ndficier des soo oua gourdes qui
onut destinees a ctre reparties paeni les
victims d& ces deux incendies.
Echo de Lascahobas
Mercredi dernier, a 6rt c lbrd en I'Eglise
paroissiale de Las:ahobis le marriage de M
Thdoma Victorin, greftier du Tribunal d
Paix, avec Mile Cloti!de Dennizard. Les
epoux ont et conduits A I'autel par Mm,.
Thermide RCmy et M. Mdrisca Merette. -
Miles Ananie Dubuisson et Alma Remy
qu'accompagnaient MM. Murat Jolly et
Du pra PC4raie ont qu&6.
Compliments aux epoux Victorin.
Objets voles
Hlier dans la nuit, un voleur s'est in-
troduit chez moi, a enlevd tout mon line
et quclques bijoux de prix.
-Avis en est donn6 a la police.
Port-au-Prince, le 14 Aout 1908.
CHARLES MARTEL.


Tirbres-Poste oblit6r6s
Mr EDOUARD FiRkRE desire acheter des
timbres haitiens obliteres A une gourde le
cent. 19 Avenue Magny ( Chemin du Petit-
Four ).
Loterie de Port-au-Prince
An profit des Pompiers Libres
GARAMTIE PAR GEORGES COBY
Tirage du 16 Aodt 90o8
SER I
Voici la liste d s lo's gagnants:
Le No 13 1 a gagn4 G. 70,
Le '2G1 a* 25.
Les N,' suivants ont gagn6 chacon
G. 10: No 185, 272, 443.
.es No* anivants out gagnA h hacun
G. 5: 07, 93, 123, 200, 328.
Le Contrat Schless
Nous avions promise de revenir sur les
Contracts pr4sentis dernierement par le Se-
cretaire d'Etat des Travaux publics. Nous
commer cons par cclui de Mr J. M. F.
Schiess qui est d'un grand in'er6t, car il
ouvre un merveilleux champ d'activitC
aux energies haitiennes en m me temps
qu'il introduit chez nous un system d'ex
ploitation rmiunerateur don't profiteront
tous nos agriculteurs.
Au lieu de nous tendre sur les avan-
tages de ce contract don't I'ex6cution exi-
gera beaucoup de capitaux et de bras,
nous en mettons les grandes lignes sous
les yeux de nos lecteurs qui seront heu-
reux de voir dans I'avenir I'espoir d'un
travail honnate resolvant pour eux le dif-
ficile problame de l'existence.
Le Gouvernement concede A M. F.
Schiess, pour une pdriode de cinquante an-
nees entire et consdecitives une quantity
de terres pouvant aller jusqu'a cent mille
acres du Romaine de l'Etat situies dans le
D6parement du Nord.
Les dites terres devant, pour comment
cer,cservir I la culture de la figue banane
pour l'exportation, laquelle culture de-
mande une tr6s grande humidity, le con-
cessionnaire choisira les dies terres dans
les regions ou les pluies sont les plus abon-
dantes.
Quoique se rCservant de planter tous
les fruits tropicaux et aussi la canne a suo
cre, I'objet principal de I'exploitation,


pour commencer. est la culture et l'ex-
portation de la figure banane. Come les
plants de figue banane- de la bonne
quality marchande ne peuvent pas se
trouver en Haiti en quantitCs suffisantes
pour 1'Ntendue des plantations projetees et
devront etre importCs de la Jamaique et
de 1'Amdrique Centrale A grands frais, afin
d'introduire et d'6tablir la dice quantity
de plants dans le pays et A titre d encou
rjgcment au concessionaire pour l'inaa-
guration de cette industries dans le pays, le
Gouvernement Haitien s'engag. a payer,
unr fois pour toutes, au concessioninatre
ou A ses ayants-droit une prime de vingi
dollars or am ricain par acre planide en ii
gues-bananes jusqu'A la concurrence dc
six mille acres.
Une fois les 6.ooo acres plants cL
donnant des fruits, le concessionnai e
s'engage A distribuer gratis sous le contr6-
le d'un agent prCposd A cet effect, aux pe-
tits cultivateurs haitiens dans la region des
terres concedes autant de plants qui au-
ront Ete imports originellement pour
planter les 6ooo acres, et continuera A leur
fournir des quantitds additionnelles au fur
et A measure du dcveloppement de cettc
culture.
Le concessionaire p urra crrer des
moyens de transport ou il n'en exis'e pas
encore et ou;ils scront nicessaires pour le
transport .des products de l'exploitation,
par l'etablissement de voices ferries, voi-
tures automobiles, etc.
Aussit6t qu'il y aura des quantith-
suafisantes de fruits pour fire des ex &-
ditions A l'Ctranger, le concessionnaire
s'engage A inaugurer une ligne de bateaux
mensuelle, bi-mensuelle ou hebdomadaire
- selon que le besoin s'en fera sentir-
pour le transport des fruits entire Haiti et
stranger.
Les deux-tiers des employes de 1'ex-
ploitation seront haitiens.
Comme on le voit, le contract Schiess
tend A faire apprdcier le pays A l'extcrieur
en faisant valoir ses resources offertes A
I'exploitation par le Gouvernement lui-mc-
me qui garantit et pro:ege le travail. Cela
suffira pour apprivoiser les capitaux Etran-
gers toujours i hesitants lorsqu'on nous
represent comme un people turbulent, en-
clin seulement aux guerr, s civiles et aux
luttes steriles.


Nouvelles Elragrs

Derni6res D6p6cheg

I'ANGER 7. -- Une dephche reCue .
la t legraphie sans fil announce que l'ark
du sultan Ab EI-Aziz a rempori g
grande victoire sur celle de Moulai HA
dans un recent engagement pendant
march sur Marrakech.
C. tte depiche dit que la difaite de l'm
ncnii a 6d6 complete et que ses perteso
dtd de 3oo tues et de soo bless.
Le butin a etC si grand que les tro
imp6rales ont et obliges de le va
sur place un quart de sa valeur.
Une autre colonne de larmne d'Ab-I.
Aziz a battu la tribu des Rechamma quia
partisan de Moulai Hafid ;elle lui a t
io honmmes et lui a faith 200 prisonnie.
PARIS t6.- La chauditre de Ii locomo.
tive d'un train de plaisir venant de Bo
logne a faith explosion entire Louvres a
Chantilly ; le mcanicien a 6tC tat; -p
mi les blesses, se trouvent le chauffeur, l
,:rde-train et 20 voyageurs. Tous lesuwa
gous ont deraill.
BERLIN 16 La Correspondance &
l'Allemagne du Sud journal publikici
ct g~ndralement inspire par le prince &
Bulow, le chancelier imperial, commea
la r&'cnte rencontre du roi Edouard sm
les Ernpercurs Guillaume et FrancoisJo-
seph. 11 dit : a La rencontre de ces somv
rains A Cronbey et i Ischl, ne provoqa
pis dJ noaveaux groupements de paiuo-
ces; il semble au contraire que la tendWa
e.t centre la formation de groupem-
definitif s.
Le ballon dirigeable c Parseval i asl
deux ascensions hier soir. Au premier s'w
rissage, il s'est empCtre doas les ari3,
mois ses varies ont t6 si ldgres, quil
pu faire une deuxieme assensions; cledO
a trrs bien rdussi.
FORTWORTH ( Texas) 16.- Des scha
de desordres se sont passes A Brownael
comtd de Terry. oi, lepartirpublicaiuad"
Idbce en grande pompe l'inauguration dlk
statue equestre du president Roo.ewCd
Lei d6mocrates ayant protests, un coauh
en regle s'est engage centre les deua patiL
m [


FEUILLETON DU a MARTIN v


DU I8 AOUT 1908


(12)


ROMULUS

VI
(Suite)
Quelques seconds aptr,, M Trevier se
trouvait en face d'un homme de taille un
eu'au-dessous de la moyenne et vetu d'un
abit militaire vert fonce et d'un panta!on
blanc. C'etait Boyer Bazelais.
II accueillit M. Trdvier avec aisance ; et
sur un ton de bonte affectucuse, il invita
le commerant A s'asseoir pres de lui.
Le Chef d'ex6cution expos dans un lan
gage tres net le but de son expedition qai
Itait d'etablir le regne des principles sous
1'egide de la Constitution de 1867; dit qie
la revolution itait organise de manitre A
r6ussir indubitablement ; que le fait seule
ment du ddbarquement des exiles A Mi a
gone allait produire une commotion extra-
ordinaire dans tout le pays ; que la Revo-
lution allait se propager comme une trainee
de poudre d'un bout A l'autre de Ia Repu-
blique et que au fur et a mesare des
adhlsions, des comites devront itre
composes des principal persoMnae des


localitrs, lesquelscomitds, au triomphe de
la Revolution, auront A ddelguer un nom-
bre proportionnel de leurs membres-ces
membres-delCgues se reuniront en assem-
blee gnerale pour former le Gouvernement
provisoire qui aura A administer le pays
jusqu'l 1'dlection du nouveau chef del'Etat.
C'est ainsi, par example, que M. Etienne
Tr6vier a et6 choisi pour faire parties du
comite en tant que notable de MiragoAne.
J'ai le regret de ne pas pouvoir ac-
septer dit M. TrCvier.
Pourquoi, voyons ?
-Parce que c'est une idee arretee chez
moi de ne jamais me mcler de po!itique.
Je suis an;i-revoluti'onnaire jusqu'au plus
intime de mon 6tre.
Alors le Chef d'ex&cution se mit i faire
un tableau exact, en some, de la situa-
tion politique du pays, expliquant qoe
I'absolutisme Etant le rkgne du boo plai-
sir ne poovait etre que contraire au dEve-
loppement des upeoles lesquels n'Evo-
luent que sous limpulsion do libEralisme
don't I'essence est le contr6le, enfin il con-
clut de la ndcessitc pour Ies hommes de
mrite de ne pas se ddsintresser des af-
taires publiques, car l'absentiisme, en po-
litique, est chose d'autant plus grave
qu'H ti a une mission d 'onneur A
remplir dans l'histoire de l'hum-itd, et
quo to Mu individuel d4 chaqau hal-


tien est repr6sentarif de toute une race. moment silencieux, puis d'une voixcalir
Done, ne nous abstenons pa,, conclut-il. il dit en appuyant sur chacune de a
M. Trevier Ecoutait cette voix chaude, paroles :
colorde, nuancEe, don't l'acccnt de sinceri- II vy ceux qui font les rdvolationsa
tC le frappa. Dans cet hommne au visage ii v a c.:ux qui les provoquent-- ies Ws
pile, au front large et a la b.A be de pro- coupables, ce sont les derniers. Or, I
phete, il sentit un orgueil i;arnense- et et positivement acculd au r61e d'insau
si comme personnel ne I'ignor:-, la vanity par 1.1 nani&re abominable don't les ACCe
est un ridicule et mmem un v 'c, I'orgueil tio:ls legislatives ont edt faussdcs par
qui est le sentiment qu'un hamme de va- adversaires...
leur a de sa valeur, est une quality et une Helas fit M. Trevier, c'est11le trir
tres haute. L'orgueilleux fera le sacrifice c6td de la vie qu'il faut toujours oe t
de sa fortune et de sa vie pour cc qu'il affaires humaines soient melIes dB i-
croit just pas le vaniteux qui n'entend v.in manuvais. Mieux et vale poor f 0
que donner une idWe avantageuse de sa d'accepter le fait accompli et de mainmi
personne sans possdder des qualitis soli- votre lib)ralisme sor le terrain de ladi
des de fond. .ion i la tribune, dans le journal, et
Alors, Monsieur TrEvier, nous pou- le !ivre que d'arriver. o0 TOO
vons computer sur vous. etes. Si le pardi liberal est dhtruit dagk
C'est impossible. J'Eprouve one sym- lutte que vous engage la caabine i
pathie profonde pour votre personnel et main, c'en est peut-6tre fait de Icep
pour vos idWes, je vous sens un grand cceur perd a jamais son equilibre politi ,
ct une grande ame, c'est pourquoi j'au- part national qui resterait, seual
raise aimE A vous Itre agr6able en quelque qui n'aurait plus d'adversai "s po
chose- je vons admire et je vous esti- ter avec lui, cesserait de se .doFw'o
me, mais pas jusqu'A me jeter dans une arriverait bien vite se subdiW
revolution. Et celle que vous inaugurez petites cliques d'ignorants, t vcbia
me parait si grosse de consequences ddsas- pouvoir pour la satisfaction dolw
treuses i vous echouez, que le tremble rien tits et non plus pour hla 1 a9W "
qu'en peasant A la responsibility morale id6es. Vous voyez que c'4 |
qu p0sra stor vote om. mime du progrts an Hjtei qel m j
LU Chef rvtoluIonaui r demeafa ua prisentement en0 eo.


I ~____~~__~~~_~_








n cnaine de coop de revolver 8nas
L r des coUps de poiog out et Echan-
et comume rdultat one persons a
dkc, trois ont at.mortellement bles-
Sst tnec vingtaine plus ou moins
SFGIELD (Ills ). 7. La guerre de
, qui commnena ICi vendrdi soir est
p mpris terminhe. La nuit dernitre se
ia mns incident.
aLUN 17.- Le capitaine Von Krogh,
- e do Ballon militaire allemand Par-
Sal s'est brisk le bras en atterrissant ici
SMtin.
SIATrL ( Washington ) 17. Le sloop
d geee 4 Bear a qoi vent d'arriver
U gdi Alaska ) y a d6barqud 75 a-
ar_ pecbears de phoques surprise se i-
miti d'illicites operations de peche. Ils
mot juges prochainement.
CONSTANTINOPLE. Osman Nizami, Pa-
chi a i6 nomm6 ministry de Ia guerre en
Iapplccment de Redjeb Pacha, d6c6d6
DMESDE.- Le 40 congrks international
d'peranto a commence ses travaux au-
owrd'hui.
PAls 17.- Rente 96 45
HAv. Lee Prins Der Nederlanden a est
Pus.- Le President de la Republique
quir Paris ce martin se rendant a Rnm-
bouillet ou il passer les vacances
Aajourdhui eurent lieu a Toulon les
obsiques des neuf victims de la Cou-
mrne M. Thompson y assistant.
LeG*" Picquart s'st rendu A Camb-ai
ditmache pour presider le 23' congress re-
gioai de gymnastique.
I. M. Ruau et Dujardin Beaometz pre-
di6ant i Riom les fites A l'occasion do
=nom s international de mosque.
N. Charon s'est rendu a Nantes pour y
p iier n concourse de gymnastique.
SILS re depute radical, ancient ministry
do l skateur de la Sa6ne et Loire.
I. Emmanuel Arene, sinateur de la
Cane d"cidi.

Avis
L public est avis6 que j'autorise
r. F. Stines A agir come mnon
wat i Port-au-Prince.
Le COMMODORE W E. MEYER
de Bermuda
=....4%


- Cest vrai, dit Bazelais, soucieox,
%m Me plant i lui-mcme, aussi j'ai
Whc"p r6sistC avant d'entreprendre cette
Options. A part Paul, Price et on ou
Sraares de mes amis qui etaient con-
.u oes ces messieurs me pressaient.. Un
rTallerand Laroche m'a dit : Ah I si
(dat Bice ... Ce mot m'a cingle
mt a n coup de fouet...
S'.apeant qu'il s'etait Egard sur la
te des confidences, le Chef d'execation
usitesta, il s'cria :
- ais je triompherai, parce que...
-Pce que...
Sarce que Ia Providence ne m'aban-
S... it M. TreviPr come sil
S.entendu.
LPro idence, rpde Baselais avec

taeh leva et exprima le desir
.. Ch rdvolutionnaire lui dit :
4s*i Yos refuses de vous associer i

ft 4ditl, onsieor I
u hOs.Ma e qtuirdent as pm
debm I.ter msis s'sriem sat
dm hes i, M. Ts iar ne w


Cides Pompiers Libres


Cours


d'instruotion


List de Pompiers qui doivent e
prlenter d la Steation Centrale pendant
t usemaine du 16 au t1 Aodt 1908.
ARTHUR ISIDORK, corwiUer. -Julien
Raymond, L6once Placide, Ldonce St
Surin, Em Louis, ou-officiers.- Au-
rble Bauduy. Auguste Toussaint, L6o-
pold Pierre, Bonacieux Bien-aine, Ci-
c6ron Fleurlan, Herman Chancy, Fr6.
d6rique Champagne Louis Chbry,
Fr6d6rique Cessent, Francois Michel,
Georges Magloire, Justin Camille,
Ruffnl Champagne, Renaud Duval,
Philippe Delva, Antoine Josaphat,
Louis Lochard, Emmanuel Victor,
Mucius Brun, Alfred Nazon, Michel
Lilavois, Vallon Julien, Charles Abel-
lard, Milthiade Abellard, Henry Ri-
che, poNmpirs.
Port-au-Prince, 18 Aodt 1908.
Le Commandant,
Louis ITHEART

UII professeur serieux offre ses
services aux families pour lemons A
domicile.
S'adresser au Bureau du Matin.
Port-au-Prince, 12 AoQt 1908.


A L'tLIGA


CE


OORDONNERIE.

42, I~e des Fronts-Forts.
cHUSSURES MN DtP6T,POUR LA VErNT
Promptitude et soin aux common-
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame former et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Formes am6ricaine et franchise pour
Messieurs ; e61gantes et commodes.
Pour ls enfants le plus I'aise.
Travail solid ex6cut6 avec
des peaux do premi6remarque.
Assurance de grand rabais.
PAtes. Cirages at Liquid..

Panamas ...


ElEgants, solides, arrives par le
Montrual ,.
Chez MI LEONIDE SOLAGES.
fs, Rse des Frots-Forts.
J A-- IIO .. --- w
conversation A voix base avec sa femme,
pu!s apres avoir dieean6, it monta dans sa
chambre. Qoand ii en redescendit, il te-
nait A la main one grose valise et de-
manda son fils.
Aprs bien des rchcrches, on flit par
dcoouvrir le poit P aulmo sur I'luet a
1'eadroit oi les frires Laroche common-
Caient i Clever on rempan.
M. Trvier adressa avec dooceur des re-
proches i Ienfant, plos i It'embrassa ten-
drment Ainsi quo Mine Trevier.
Un instnt Spr on pouwai le voir,
sa valise i la main, traverser a place dams
la direction nord. Arrive devant is maison
de l'amrical Mitchell as sommet do Ia-
quee flottait le pavilion .toild, il y pdn6-
,. Btiepra Tdvier dsit a coesulat.
P Am m HBMr r.
(JsuEW)


DoctUtr C. Gavon
IEDECIN, H IRURGIEN
ACCOUCHEUR
Dipl6m6 de 'UniversitI de Harvard (E. U. A.)
A 'honneur d'informer so., clients,
les malades et le public (< I g6ndral,
qu'il a -ouwvet son
CABINET D'LECTROTHERAPIE
128, RuR DU CENTRE, 128.
( Waison de feT Dr Duchatellier )
Lea malades savent aujourd'hui qu'-
ils peuvent 6tre gueris par I'Electro
tdrapie scientifiquement applique
dans, a plupart des maux dont souf-
fre l'humanit6. Ils ont un intiert spe-
cial A se voir guerir sans une opera-
tion chirurgicale d6labrante don't les
suites sont souvent les plus graves.
Outre le traitement des affections
spdciales de la femme, des maladies
chroniques gnidrales ou locales, des af-
fections gdnilo-urinaires, celle du isys-
t1me nerveux, de la Peau. du Ne', de
la Gorge, des Oreilles et des Yeur, le
Dr Gaveau fait le traitement A domici-
le du Cancer du Sein et de la LU/m-
phangite Chronique.
CONSULTATIONS ET TRAITEMENTS
De 7 d 10 hrs du miltin ct de 2 d 4
hrs de I'apres midi

Mr C. L. Verret
Ta,lleur-Marchand
Donne avis & sa bienveillante clien-
tble que sa maison No 7 Rue Trav r-
sibre eat fermee depuis le lundi 17
courant j'usqu'A lundi 31 de ce mois;
a cause de son voyage aux Caves.
II donne aussi avis au public que sa
maison est toujours bien pourvue
d'une vari6td d' toffes de la hante
nouveaut6 parisienne.
QUALITY SUPIRIEURE. COUPE ILEGANTE
TRAVAIL SOIGNI. EXECUTION PROMPTED.
Prixz trs reduit I |


Avis
Une propriety rise Roe de la R4k-
nion, attenante i cells doe fe FlRi
Sainave No. 140 est mise en vented &
un prix mod6r6.
S'adresser au No. 148 Grand'Rue.
Port-au-Prince, Ie juillet 1908.

Avis
Le soussign6 a l'honneur d'informe
Ie public et le commerce qu'en I'ab-
sence de Mr Cas PERVAL part le 13
courant pour l'Europe it doneam e
charge de sa procuration.
Port-au-Prince, le 17 Aodt 1908.
LEON DEJEAN Avocat.
--I--

Chaugement d'Adresse

Le Dr Arthur Holly
A l'avantage d'annoncer au public
qu'l se tient A la a Clinique Saint
Jaques dansla rue des Miracles,
N'). "28/30, en face de I'lmprimerie Na-
tionale.
1" Se heares privies sont : de 8 A
11 Iheures du matin, les Lundi, Mercre-
di et vendredi.
2" Tous les apres-midi de 2 A 4.
3 Les jours de Cliniques g6n6rales
sont les matins de Mardi, Jeudi let
Samedi,8 A 11 heures.


S.


Paret 4 C.


Se tiennent A la disposition du public
pour location de voitures, corbillardsj
chaises, etc.
L'ENTREPRISE GENERALE DES POMPES FU-
NEBREs don't I'organisation a tC perfection.
n6e es: toujours prate A rendre les grands
services qui ont etabli definitivement sa rtt-
putation en la rendant indispensable auo
families frappees par le malhear.
S'ADRESSER A M. S. PARET, 73, Rue
des CUsars.


MAGASINS DE LA METROPOLE
Maison JULES LAVILLE


93, RUE DU MAGASIN DE L'ITAT, 93.
Viennent de recevoir par les steamers Frangais et Am6ricains
les articles franqais d3 premiere fralcheur :
PAtes de foie gras truff6e Saucisses d'Oxford
Boudins noirs Saucisses de Cambridge
Andouillettes Maquereaux i l'huile- Amieux
Cervelas Sardines fines- Louit frires
Fromage croite rouge, dits Tete de Moutarde en pot- a Ma Voisdne
More. Pickles au vinaigre et k la moetrde
Saucissons de Lyon


Petits Saucissons d'une Livre environ
Jambons d6soss6s Beurre Bretel,
rromage do Gonda ( pte grasse holl.) livre
Biscuits fins Olibet, Bottes de 2 liv. Bibre franvaise, Marque
Bonbons assortis. Brune et blonde
Beurre de table de Normandie


bolts d'ane

Atlaatlque


En bolt de 4 lives P. 1.40 or.
Cigar do la Havano on botne de cigars
Genre Londre et Coaches
Pris inoeptlonanll ment arantaeaix


-- I I- I I II I





___ __ ___ __ -1 II


Changemrnt d'Adresse

Le Dr Edmond Hdraux
Informed ses clients et I- public en
g6n6ral que son cabinet est trans-
fe'A. 1r8, Ilue du Centre, en face du
Petit Thl~atre Sylvain.
Pourvt d'appiar-ils 6lectriques qui,
grace aux r6cents progr6s accomplish
daus la science constituent des agents
thdrapeutiques .de premier ordre, ii
entreprendra le ,raitement des mala-
dies suivantes :
Cancer, lupus, neurasth6nie, nivralgie,
hysterie, hypocondrie, paralysis. ataxie lo-
omotrtce. rhumatisme, goutte, scitique,
arthrite diformante. chorte; paralysie agi-
tante, asthme, ipilepsie, dilatation de Ies-
tomac, diarrhea chronique, ict&e, troubles
fonctionnels du cceur. art rio-sclerose, im-
puissance g~nitale, phtlhisie, goitre exoph-
talmiqutee, be, choose. site, mel
de Brigth, dlephantiasis, h morrhoides,
am2norrhde, dysm6norrhde. h6morrhagie,
uterine, m&rite salpingite, fibromes, ainsi
qie des etats norbibes ttl; que : an6mie,
cachexic et sterilite de I'hommnc et de la
femme.
Consultations de 7 A heu-
res du martin et de 2 A 5 heures
du soir.

Au dernier cri
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A I'lionnour d'annoncer A ses nom-
bihrii clients de la (:.pitade et de la
pe,'vnace (tq'ilvient d.1s,) tran-sf4rer de
la Rfue dei Froats-Fob,' avec .-sn nmene
stock de cha:usS'ires, d la ;'rand'Rue
P.i NJ 153 avec l'inscription ci-dessus.
Les c!i.nt~s soront toujours servis
dans les m4mns conditions ; c'est-A-
dire av 'c lea 5 %o d'escompte sur la
Vrllt, en gros; sans oubli-r les nme-
m-i. sinas et la nime exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re preodre les meisres a domicile.

Frau~is(o DESUSE
F'a rioa t de ohaumsures
L.a M.iufacture a toujoars e 4d
p6t ua grand :;tck,- pour la veato
ea .coa e. dMatail,- do chaausurw s
tous gto ras oiur
H ')maA. Fatuaes, EnrArre
Les coman iodes des commerWants
doe 'itArieor pourroot Wtre e.xdutde
deas oae semaine i pen pris.
23, rue d4s Frouts-Forts, 23


4 w&rm)


t^ ---;-.L 11 I 1
Chapeaux !
Chapeauxll
Chapeaax111
PUILLSI FRTlltO-
ACCOURZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qul vient avec le
concors d'un chapelier remarquable,
M JAIMB TESTAR, d'installer one
F&BRIQOU DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Solo" da CefTua dn Leumw
Pour tous les goc et pO toe tes
In bourses.


GRATUITEl ET
SAU PROCH-AIN TIRAGE
/ :) 10 K" I LO3SPANANA
iP fC K' E" ^ EOfOOO'
Stioaoooi
*zv r
M. EnvoyI t B.I.,N-P'ItMa
a r. JDU)a. kL!-i. ;reett dU
CVJ L, rue no;hechouart, Pari.
Ad. esse

Photographie
Artistique

J. M. DUPLESSY
120, Rue du Centre, 120.
(E'trela Pharmacie Bayard ot I'H6-
tel Communal).
(TRAVAUK DE TOUTES SOlTITS 8t'R
SOLIO Er PLATINO. )
Cartes tris artistiques, nouvellement
refues.
AGRANDISSEMENTS, REPRODUCTIONS.
ATEIIER DE IJUXE
Prix Mod6res
NOUVEAJrTI :
Cartes Mignonettes, par douz. P. 7
Photo-sole.
Otfre ses services au publ;cde Port-
au-Prince, aux gens des autres loca-
litWs actuellement a Port-au-Prince.
Ven.z essayer I

Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
An^es membre de la Socitef Phtlan-
thropique desc matrs tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand ch.iz d'h-
toffee diagonal, casimir alpaca, chevio-
to, cheviote cur deuil, etc, Recommar-
de particulierement sa clientAle un,
bele collection de coupes de casimir,
de gliets de fantaisie et de piqu6 de
toate beaut6.
Sp6cali t6 d Costumes de no-
oe.-- Coupes Frangaise Anglaise et
ALdricaine de la dernidre pertectioi,.
La mason confectionne aossi des Cou-
turmea militaires, habits brode a
dolmans. tuniques, h fbtis c-.
rO., eta eto. de tnow.* grads.j

Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA
143,'GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CIKAUSSURNS UN TOU8 GENRES
m 3DMT, POUR LA TksT,
M1 M*r 3r DETAIL.'
a M Ioution pronptS d.
oommands- tant ioi qu'.n
Vrow !,no*.
Former i Lhomnre ; 61gantsa et ra-
tionnelles.
Chaussures de dames ( Demre mo-
de de Paris ) et le plus commnde :
chauasures pour en ants confection.
0oes avec des Peaw.s de routes nuanue
d'une election et dare irredpocha-
IOsra, pdte t liquid.
s e l shouin r d. sm mi. U .. .


H ?-- U BELLEVUE
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)

M.e lHermance ALFRED, directrice
T1pphone, 220

APPARTEMENTS POUR FAMILLK
DINURS-LUNCHOS.
Installation modern d t 5o forble. Fruewr la IMer. -2TsedUmg
dece as revliAr.. --L* rumreny desurvnws laHI.-B.aev tleesis. 17 m
PROPRIlTE SPANCIUS-:, S'OUVRANT SUR DEUX RUU
PROMENADES JARDINS
SaU deo rnerien p.-Ple.-ormopt
Sonneries leotriqu-


Table d'H6te


dos I. jwr, 7 Asd4149 h Iw'ed


-- I -


TANNERIE CONTINENTAL
DR
Port-au-Prince

CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR


PREPARATION


DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEUIS,


Vente des chaussures: Chvreau-glao6, Verniet c0 o


leurs, pour

En gros


Horrtmes, Dames et Enfants.
( BorUoxxt, ELArsIQus Er LAc )


et en


-C -
- -


d6tail pour toute la R6publiq~


Les jambons et lards "Swilf"

de leur marque "Premium"


Les jambons et lardsa Swift a mar
a Premium a sont bien coonas e prtrPrrl
touted autre marque. Leur popularid ut I
A leur quality rggulibre, ainai qua' leor b
apparence et A leur gott ddlicieux. Le mA
a Swift's Premium U. S. Inspected a sonote
ques au feu sur la couenne de cheque pli
S qui est emball6e dans de la toile 0t do pIq
S parchemin. En achetant des jamboms ud
lards, veillez A ce qu'on vous lire aI n
a Swift's Premium. x

Saindoux pur "Swit"

marque Feulle d'Ari0t

C'est du saindou' toot.-ftit PW#
sort du fondoir, mis en rUatmadl
m6tiquement ferm6s, 3, 5 Ot 1 OU d
saindoz type doe 'Amrriquo il j0d1 J
reputation, et la vente on eat dOr


Ces articles so vendent & I'6pioer
Zak6, ohez Mr Justin Thomas 6t '
Mr Henri Brio.son


-- e


-- -