<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00404
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 17, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00404

Full Text

Deuxisme Annde, No 413.


Lundi, 17 Aooit 1908.


IU





J


QUOTIDIEN

ABONNEMENTS f: :. : u\ NMI I) ( NTIMLS
PORT-AU L''IN ,E UN Mois. G. 1. lem(-1:Nt .IVNagloire,
DP { LI I S T ois Mos. L C :: ". s du I' et u i e ue
DPAinr.M.N' Tpois MoIs. 3.60 A<.1 .i i, -, et ot pJayabres J':an,-a:e
T NIi ..... TROIS MOIS. (3. 4i .. .\, 4,. I :; ( non ,n, ,er .,i:;.*a rend..,

Pour tout ui concern :'A,-ministration du Jou r: -. s.. C- A h L r S.~O, 4 RCe x n ncCe-Ol.

,) ic ( ,1()(" 1. #(1 )i /)(Id due do Bedfid d6ss6cha une 6ten- fle et ray-grass; 4* anne : bl,. Sou-
due d, 40.000 hectares de marais ; vent on conserve les prairies artificiel-
1 1 II cette" tpndue se loue aujourd'hui de les pendant deux ans, ce qui rend
( i ( 757 a 100 francs 1'hectare. I'assolement quinquennal. Entin, pros
Dans le Cheshire, le marquis de de la moitid du sol est maintenue A
\Westminster est oblige di a rAaliser 1'etat de prairies permanentes.
II jdes merveilles au moyen du draina- la base de cet assolement, com-
Le lecteui doit bien s'apercevoir a La France, elle aussi, est attcinte 'e ne me de toute la culture anglaise, c'est
aittenant Il'il \. a agriculture et d'un flnau qui passe sur elle come Dans le Berskire, M. Pusey est obli- la rave, navet ou turnep.. Cette cultu-
Iriculture t ique la viticulture fran- une des places d'Egypte. Le phvlloxd a g6 de pourvoir A I'arrosage de ses prai- re, qui couvre a peine en France quel-
use n'est qu'un travail de simple r6- d6cime ses vignes. Tout le MNi'l e.st res, a au moyen d'un irrigateur don't ques milliers d'hectares et qui est
lte tenant' le milieu entire les Ira- ruined, le sud-ouest est atteint, tout I'installation a coate 350 francs par peu connue hors des provinces mor
esagrirolts proprement dits et l'art le pays eAt mrhac Mais person line hectare. tagneuses franchises. passe chez
storal; dans ces sorts de tiavaux, se d6courage, et jamais lutte plus Le due de Portland a transformed A.iglais pour le signed le plus str, a-
Spart de 1 nature est plus grande longue n'a plus absorb les force les environs de la petiteotlle de Mans- gent le plus actif du progress agricole.
e celleu 1 travail humain,etdansces vives d' une nation. Mai a;us field, ui n'offraient l qu ds. lan ?es,'-'n C'est par elle qu sles anciennes andes
auditions, A est t~trange de voir prd- jamais effort human n'a Mt6 recoi- une riclie culture. Entre autres choses, ont d1e transformies eu lerres fertiles.
Wnter le viiculteur fran, cais come ipend d plus pr6 ieux itats. j ii d6tourna les eaux d'une petite ri a En effet, cette culture permit do
Stype d';, iiculteur intense. viliculture fran(.ai.c fat sauvce, vi ,- vibre, pour former un large canal nourrir une grande quantity de bdtail,
SulY! lui-,, me I'avait conmpis ; sa- dant que I'agriculture anglaise, plua qui arrose 100 hectares. a par consequent de fumer abondam-
hrase nuti orablP, Igra ment tra- romte au dtcourag.ent, trai i Le due de Newcastle a ( entrepris ment les terres, ce qui rend les au-
'stie pdr I.o l),cteur, est textuelle- jusqu aujourd'hui sa lente et irn dm'- de refaire artificiellementde v6ritables tres rcoltes plus productive. En ou-
nt la suite : Lborage et liable a onie. foits, IA of I'expriance du d6friche- tre, elle nettoie la terre de toutes
sra!ge sont le- deux mamelles don't aUne pltte excursion sur le -;,u ani- intet n'avait pas ridussi. s Les dues les plants nuisibles, par les nomhreu-
France ost alimeitnee, les vrais glais, oa se fait la culture des c- de Devonshire et do Rutland ont fait, ses faions qu'elle exig, et par la natu-
unes et ttldsors du P6rou. It n'da r ales, est n6cessaire pour faire 're1 ,Ies terres improluctives du comte re de sa vhg station .
as dit, coram le veut l Docteur sortir aux voux du lecteur le conitra- de Derby, < une des rlgioni les plus a C'est ainsi que leo A ltglais pro-
Agricullure et labourage ; car en- to entree cette culture et celui ,I,, la i1 ) isantes do I'Angleterre. a duisent beaucoup plus de nourriture
Dre une foia, ettro le simple labn- e gne. Le plus grand propti6taire du Lan- pour les animaux (qu'on ne le fait en
aur qi ii 'a (i' "rernuer une terre M. LUeoace de Lavergne, danr. son cashire # a renouveld .(s terre.s au France avec une tondue doublle. Ils
lile et n'a iculteur complex don't Essai su 'dco oinie rural de I' a imoyen du drainage. se aans le crm- obtiennent par I& trois ou quatre fois
tsCienle et 18lergie doivent trans gleterre, nou~ appeared les tLits sti- t6 de Durhiam, les domaines sont di- plus d'enqrais. Mais cela ne leur suf-
rme l', vre ime de la nature, ants visds en petit esfermes de 25 hectares lit pa,; ils emploient par quantit6s
y a gratide dilF6rence. Dans les environs de Londres-. lr;' ct les termiers no soot pas assez ri- immense des engrais que d6couvre
Je ne vetix p s chicaner le Docteur de Kelvedon, se trouve le do:n tin clies pour fire au sol les avjnces nd- la chimio agricole, ou que, parfois
'avoir enlcvy j la citation emprunt@e de M. Mechi. a C'est une cr6atiiI de cessaires.. Mais les grands proprid- m ome, ils fU),t veair, comm' le gua-
e Sully le mot a pastouragem II a toute pibce, use, conqud e sur I a le tires firent poser des tuyaux pour le no, des extr6mit6s du monde. Les An-
robablement pens6 qu'un genre de mnardcageuse, qui avat rsistl jps#lu'ici drainage, construire fes ltab:es, trans- glais aehlwtent annuellement pour 40
ravail si simple ne devait pas cadrer d to'ste culture. II a fall tout crcr, a ,porter des masses nov ,lles d'amende- millions de guano, et nous pour 2 ou
ree I'ide qu'il se faith de I'nergie cotmencer par le sol. Aujourd'hui, oent et d'eqrai. ; (;n quelques ann6e., ;j millions au plus....
raise. e mot de Sully est cepen- cette terre donna des r6coltes In:;igi- la face dau i)14ys a 14d cha,.ne'. (, Aujourd'hui, plus du dourilme des
~tplus ue ju e Sully edt d, epeee Pour i.e pas fatiguer le lecteur, ie fi- t, ires est drain en Angleterre ; en
SpPastozal, le pastourai d, so, Daus I Ic).n de No I nis par la citation suivante : F.iance, il ven a peine le millidne.
Wlque encore, en France, ans les ve e domaine du come de Leicester. Le c61ibre assolement quadrien- IPour obtenir ce rusul'at, les Anglais
ts favorable des Pyraenes, des* En 1780, I'hectare rapportait A paine nal est coniu sous le nom d'as ole- dtpensent annuellement une moyenne
S etd M assif central. 15 francs, i rappo:te aujourd'hui 75 ment de Norfolk. 11 permet de fertile ser de 25 millions de francs ; en. France,
pendant i y a un passage de la:francs en moyenne. Ce domaine de los trrres les plus ingrates... II repo malgrdles encouragements de l'Adinis-
n 7e du Docteur qui rite toute e a .000 hectares, qui valait a'ors 5 ou 6 se str I'altei nance des c6r6ales et des traction, nous ne d6pensons guere plus
Oae attention. t tu millions, en vaut act.ellement au cultures ,puisantes, en g6nbral avec d'un million..... ,
S Dns la premiere moiti6 du 1. moins 30. Lorsque lord Leicester se Ls plants f)urrageres, qui, ajoutant Mais a la terre ne demand pas seu-
ele, Oerit ilI'Anlete-re, mu de dAcida fire valor lui-mme cs sa au sol plus qu'elles ne lui prennent, element des engrais, du drainage, etc.,
Cherst des vivrs, inquite d'une' bias siriles, il y d6pensa 10 mniillios le reconstituent, soil par elles-momes, elle doit encore Wtre travaill6e de mil-
_ idaustrielle intense, s'affole. de francs en ameliorations de routes soit par leur transformntlion en fu- le manieres. Pour cela, on a ima-
sacrifle on agriculture, elle aban- sortes. Toute cette torre, qui no )or-,n- i r Las-'.ement de Norfolk done gina, depuis quelques annees, un
.toe l'industic a culturee e sa trefois q d seig o la taion suivante : t'o ann3: : ra- grand nombre de machines, que l'on
et e condamne & une ma- toe plus aujourd hui u soul grain ; on cines, principalement navets ou tur- perfectionne tous les jours. Or, a-
gerr o plus an pte-yot l plus brlles rdcoltes de froenent neps; 2 ande : cdr6eles de Prin- cusr pays n''n product et nen emploE
Sassurer son allmentation..Aed d dplus beau bdtail da monde. 0 temps ( orge et avoine); 3* annie : plus gu rA'Angletorr..... L'annonoe


I I -


PORT-AU-PRUNCL ( )







d'loe nouvoll, inachimo e-t, rz An-
gletorre, un siijet gcmidraI do conver-
sation, conllne, en IFalx40, I'annorce
d'un nouveau roman. a
Et lous ces imrnenes Iravatax, ce,;
giganlt.s(Jues dispeni-ife d'argoInt et
d'efforts jijouis, (ue Ia i- i-e ne
connalt ~aI,;')utis ~ilt A qol?-
A Ia prodlmctie)rI d lI der-ic ise de t
fOur rag!re (.t in liutr i- 11,P, ( A, cfl4
le dens cefbolcs dwl Cparle le [o t-iir !
04a done- le IDr N Aiigiite t il vu
que ra -Iicultult- 1),Iai "~ P (Jlp
te III an(It'ouragol.n(ezj1?06 .1-il vu

te Pat i .'vilahdiY agollie *0 ol'111hiuo
Hos MlIans 'endhiowsiasme i o a.' v vi-
g9if fixer ,ise rt son l6dain poau I'' I
cq~r(~alfs eating ies '? FJpoorqvloi vote-
1 ii tam,? (I.' t'f'ewitiaissadwie au VillIa-
fill till 11 d~sc ii~llv tttraII
t faille -uiti ble.'nglo saxon 'ji le I o i ('



La question des Etran-
gers dans les Rdpu
bliques Amdricaines

Comment les Etrangers
sont toujou s les agents et les
b3nqioiers de 1a Pevoluttion
Unoe interv.cUw d IPrO d ident
Us stro. S ouvtni'o. p3rsonna.s
N~cessit6 d'une entente
internal tiona'e.

A propose de ia ilpubliqiue dilaiti, j'ai
d&1:' tilt co urnl 1t lcs re-volution naires
kaianut touiours pay&... s udoycs er t pouss6s
ttnrrancers; voi.ii qe nous nous re-
'I face d'une situiion analogue
Vn 1 C .l e Prcsident Castro a faith
A cc pr un journaliste franqais,
des dlarations trOrt intt'ressantes. Sans
doute cLIt lomme qui s'est forin6 toui
setll, .pporte dans tout re qu'il diit une fa-
cond tropicale c un orucil lntan'in qui
fout '.ourirv; wa;s le pasilgc suivant dr
%on interview n'en n'est pas moins A rere-
nir, parct qu'il met en pleine lumicre un
4tat de cho;es &plorablss, et avec lequel ii
va f6iloir comntrtc de plus en plus, ou
plutrt auquel ii vi falloir pcr:er remcnde


promptement. J'ai nomm6 l'inconcevable
pretention des strangers d'ctre les otgani-
sateurs de toutes les revolutions dans ct(
jeunes r publ'qucs de I'am&rique Centrale
et du S.ad
Je laisse la parole A Castro :
Je ne suis nullement fembarasse pour
pirler di confl t avec la France
a La brouille remote a I'affiire de la
Cmcipaglie des c.b'c!. J'ai ferine les b i-
retux de cette compagnie et mis l'ag:en
Iranc is, faisint function de ministry p ini-
potcntiaire, A la porte, sans les honneurs
de !a guerre, en vertu ,du droit qu'ont
toucs!es gouvernemn'ts de se ddfendre
contre les ptrturbaiturs politiqucs.
t La Compagnie des Cables a 6.6 au
service de Mattos pendant la rCvolution, er
M. Ta:gny, au mepris de to-s les usagc
dip!ornmaiq!!es, est intervenu dans la guerre
civil dgilctent en faveur des insurg4s.
a Cela, voui pouvtz l'6crire sans craindre
une reponse du Gouvernement de M. Fal-
lircs. Je Ie m t; au ddfit de sou-enir q'le
la Compagnie des CAb!es et le Ministre
itiiinaire de France n'ont pa, te kls ins-
trunmnts tic la rLvolution recent. J'ai des
docume.us qu'i cxpliquent l1 reserve de
votre (ouvcrncment, qui n'a otd soutenir
ni son ministry, ni la compagnie.
SMr G. CIeienceau a expuls6 Mgr.
Mon:agni.i pour dtsgriefs beaucoup moins
graes que ceux que j'avais centre M.
Taigny.
LA est le point aigu du conflict ge-
ndral du "Vennzuela contre les rangersr.
Maitres de la vie dconomique, vous en
trez, par la force des choses, dans no're
vie politique. Parce qu'il y a quelques
millers de Francais et des capitaux fran-
,tis au Vendzuela, vous avez cru que vous
aviez !e droit de fomenter la guerre civil
dans le pays.
Le President s'arrate un instant et re-
prendi :
Je n'ai nmalgrc tagt de griefs. que des
sentirmentse sympathie pour les Franqiic.
Vous en avez la preuve, puisque je vous re
cois .. Jamais dans mon journal L'x Cons-
titutionnel, mnene au moment le plus aigu
de mes diffi:ult6s avec la France, ii n'a
paru une ligne qui puisse e re desagrhable
a votre Republique. *
Tout est 11 en effect : de quel droit les
trangcrs se nmlent-ils de la politique in-


tdrieure des RIpubliq'es qui leur donnent
I'hospitaliti et de quel droit surtout y
forment-ils des revolutions avec lear or ?
Et it n'y a pas A dire que c'es: lA une
exception ; c'es, la meme chose dans toute
I'Amerique Centrale et dans toute I'Am&ri-
qtie di Sud.
Ec s'il n'y avait encor- que les commer-
Cants europdens qui sou'iennent les r volu-
tionaires, on pourrait trouver li chose mil,
mas y trouver ine tp.c e d'excuse dans
leur ardert d4sir de gigner de I'argent par
n'importe qtlel moven, de fire for une ra-
pidement sans s'embarraser d: vainsscrupu-
les.
Mais ou Ci d vient tout A faith rovoltant,
c'est quand on volt que tout le monle di-
p!omatique europeen, les consuls et jusqu'
au ministres europien aussi bien que les
pretres catholiques fraqiuis sont les pre-
miers A soutenir les revolutionnaires
Autrefois, en Haiti, notre charge d af
faires. M. de Sesmaisons, e'a't de mc:lie
avec les r6volutionaires. tandis que I s
pretres catholiqu-'s franca:s, lte conniven-
ce avec enx et notre propre ministry, or.a-
nisaient I'6meute et la revolution dins
leurs ig'is' transf,)rmres en f irc res? o01
en depot de munitions de cont-bande de
guerre.
Eh bien, je dis que ce sont li des
mctars ddplorables et qu'il est temps dans
I'intert de cesjeunes rdpubliques,dans 'in-
tlet de nos nationaux honnetes,qui y voht
sculeinent pour travaillcr et pour I'honneur
mcme die notre pays, de meitre tin A un pa-
reil 6tat de choses par une entente interna-
tionale entire routes les puissances. Aussi-
t6: qu'un stranger serait convaincu d'avoir
pousse A 'a revolution par son or, il serait
remis A son gouvernement qui le poursui-
vrait apres enquee prelable.
Chaque pays'A sa police intdriepre pour
assurer la s'curi 6 des. citoyens ; ch bien,
maintenant il est temps que I'on songe A
irstiticr une police in'ernationale pour se-
virco:trc les nis&rablcs dloot l'uui.ue in-
dustrie sst de soudoyer des revolutionnaires
A 1 L:ranger pour rpcher en eau trouble.
A ce point de vue Ca tro a ab olIuncnt
raison et il faudra biej q,'e 1'on se decide
A l'6couter.
PAUL VIBERT


- N SEGINEMENTS
MAITiOROLOGIQUtU
am
013 aervatoixe
DU
SE INAIRE COLLEGE S.-MARTIAL

DIMANCHE 16 ABOUT
Barometre A midi 763, 2'"
minimum 22.9
Temp6raturemrnmun" 3.
Sfromenae dioru 28.0
Le ciel clair jusqu'a 3 h. de I'apres-mi-
di s'est convert pen i pen dans la soiree.
A 6 h. om.. plute et orae au nord. A 8 h
to petite pluie inapp6ciable.
Le biromtrre est en hiusse.
Un pea d'agitation sismique dans le
journi's des de et 16
La pluie de vendredi soir a doan! 107,
Sm,'" olt un hectolitre d'eau pir metre
,arr6.
R. B.LTENWECK
(hambre des D6put~t
Slance du Vendredi 14 Aors r9oS
Apres les formalitrs d'usage, la Cham-
bre vo:e deux rappor s du Comit6 de l'In-
terieur, puis entend lecture d'un project
de loi augmentant le prix de la gltce.
Le project a les honneurs du vote imm6-
diat.
La Convention allemina-hitienne est
a to, tde avec quelques molificatioas et le
Ministre de l'Intrrieur faith le dp6ct d'au
project de loi.
Waissance
Hier, A une here du main, Mime Emi-
le Marcelin. n6e Thoby est heureosemeM
accouchee d'un garcon qui a rea le non
de PIERRE.
Nos compliments aux 6poux et meil-
leurs x \eux au bt.
Timbres-Poste oblitfr6s
Mr EDOUARD FiRkRE desire ache!er dcs
timbres haitiens oblitrdrs i use gourrd le
cent. 19 Avenue Magny ( Chemis du Pti-
Four ).


FEUI L _TON DU a MATIN pris d'entendre citer le sien parmi les au-
o tres noms.
Dn 1t7 AOUT 1908 ( ) -- Voil: qui est plus que fort I s'cria-
t-il en se mettant A descendre la grand'rue.
/ M U L U S I- C est Boileau, dit vivement Merlin,
c'est Boileau qui a donned votre nom, rd-
pondant de vous.
VI J'en suis fachi pour lui, rdpliqua M.
(Sui )Trivier, mais je ne puts pas accepted cela.
(S uit) Voyons, Eienne, voyons. ne vous
M. Ttdvicr, tuujouri a.iccom.agne d: nemballez pas.
Merlin, traveisAi I. palace pir ta digonalCe Mais je ne m'emballe pas, jamais je
etse dirigea vers le cater nard la grand'rue n'ai tid si maitre de moi, dit M. Trevier
just au moment ou un tambour suivi de froidement.
qulques soldats venait de s'arrcter tt Tcut en parlant, les deux camarades
faisait entendre un roulement sonore. dtaient arrives aa Bureau de la Place qui
C'6taiu ne .publication. M. Trvitr fat le premier Quartier-g6niral rivolution-
'arrts et one dizine de personnel de Ia naire et se trouvaiet an milieu de deux
Tvile s'attrouperen. Un vieil exile noir gropes dexilds parmi lesquels on remar-
coiffi d'un formidable 4 coma bord- quait des hommes mars tels que Brutus
lats, se mit A clamer on Dcret par lt que Casimir, I'ancien sinateor, qui portrait le
le Comitl central de la Rtcvlution, ddcla titre p'atonique de a commandant en
rait le President Salomon dAich de sa haute chef des force; revolutionnaires Ge-
fonction de Premier Magistrat de la Rd p- lus Bienaimc6 Magnan, Joseph Muller,
blique. Et le vieil cxi:e noir, cheque foi. Adolphe Pinchinat p6re, Diogene Bras;
u 'il rencontrait sur son paper le nom d d'autres moins LAds tels que Jean-Baptiste
President Salomon, ajoutait en hurlant :Ramir Chenet, Massillon Jean-Bart, Bour-
Sce groa cocarl I raine ainc, Auguste K-vanagh, Dfrosrer
Qoand cc publicateur peu banal et qui Billiaudeau, Valmar Pan, Robert Jean-
s'appelait Clavius Claude arrival aux Pierre, Paul Etienne, Turenne Guerrier,
noms des membres du Conite, signataires Laase Samson, Stalslar Bariento, An-
de 'acte, M. Trivier ne fat pas pea sur- tooin Borcy, Moresa fb, JanPierr Ba-


zelais, Alfred Brizard, Aluibal Beaug6,' connaissait bien, rejoignit les trois premiers.
Thermitus Rosier, Antoine Nicolas, Vin- C'dtait notre ami Romulus.
cent Guerrier Loiseau, les m: sieurs Pass] Etienne, addio I lui cria I'ancie
( de St-Marc ). Mods, Ccr elias Pcrpi- commissaire.
gnand, RtsilusRincher, Char'c, Desroches, B3n voyage reponJit M. Trevier.
Philoxene B zin qui etait genrIr de Desor- Et les quatre cavaliers remontarent as
mesGresseau, Paulemon Bernh : Ilqui tait galop la Grand'Rue, atteignirent ai N00o
frre du tribun... velle-Cile et bien 6t on ne les vit plus.
II sembla A M. Tr6vier q-i quelques- Les groups d'exilds.conversaient encore
uns d'enir'eux se plaignaien: lu brusque dans la rue et sous la glerie qiand sortit
depart du navire amiricain Tropics- le- du Bureau de la Place, un hommegrand et
quel devait rester A leur disposition pen- maigre ayant sur la t te enveloppte d'as
dant au moins trois mois. mouchoir rouge, an chapeau de panm01'-
Parfaitement. insistait un june exile, il traverse avec precipitation la gdrie e
Bfzelais nous avaitlaiss6 entendre que cela ouvrit les bras A M. Trivier :
strait ainsi. Embrassez-moi, pitite mo i.
Attendez-moi ici, dit Merlin A M. Et Boileaa Laforest car c'tait lai -
Tr6vier, en se dirigeant vers le Bureau de colla sa booche edentie et rentrie o"
la Place, rempli de monde, je reviens toot'la bouche d Etienne Trhvier. rSs ae
de suite. bienveillant et admiratif de Mrl m1.
Eh I devant !... cria one voix der- avait suivi son general. Pairs p.
rire M. Trdvier; celui-ci dot s'effacer poor pr6sent6 le commerfant Miragoa lis
laisscr passer trois cavaliers d'aspect roman- amis, Boileau lui dit: :__
tique sons leurs dolmans sombres et leurs -- Venez, pitie mais, ventles .v h
grands feutres noirs 'rekv6s au c6tr gau- Et ii introdaisit M.. Trt Cvir da
che par l'attacbe d'one cocarde bicolore. maison of logeait le Chef d'rOc Ui
M. Trivier reconnut parmi eux Doperrier. B.ileau pen6tra seal dins nuse *I.
Cazeau don't on n'oubliait plus laphysiono- ap-6i avoir cuo~6 A vix basse s
miebrone, jeune, energiqueet belle do mo- qu'un, il sortit en failat Sig"w -
ment q 'on I'avait apercae une premiere merant qu'd poovait entrar.
fois. Un autre cavalier vtU d'une tuniqu Pmws M
milital i boutons d'or quo M. Tri6lr ( A s0 "


I __ --


_ I,






S -Mariage
.l dans les salons de Mm
k ater, le marn e civil dd
CTENS aveC c( ALEXI
S de a marine etaient MM
rt et Fernand Riboul, -
maeS: MM. Mitellus Benolt
kg. Bouchereau.
H'ion nuptiale sera donnie de-
am s du matin, en I'Eglise Ca
Lp maris seront conduits A l'aa
ta Karvanagh accompagnde d
compliments aux nouveau
Objets voles
rar a n uit, un voleur s'est in
cit roi, a euiev6 tout mon ling
s bijoax de prix.
ca est dounn A la police.
an-Prince, le 14 Aout 1908.
CHARLES VARTEL.
ministration PostaeO
SERVICE INTLRIEUR
s rtcommtand'ies 'e souffrance
GrigoireObas, Paul R. Maurice,
Alphose, Marion Manigat. D:sto
wr, Ption Lours Clh rls DI)mos
S. Sam, Victor Toussiint, Fdli;x
H. Coq, ,Dura Coq, Polux Paul,
Ce Chairs, Ma'l lrbe, d&pute Si-
(3 lettres), Denis St Aude,
Candelon Rigaud, GnCral Th A
y (2 le-tres ),Adjudant Silencicux
Edonard Gateau, Madame Alc&e
SEmira Herode, Marie M risier,
FnDocoiJ Vve II. Dugu6, .Madame
lmiB'!, Toib Saixtalee Mile E Jn
l in roturne a i 'exptditeur
r: Antoine Leroy, Expediteur

S17 Aout 908.

LOTERIE
dePor-au-P since

rmafnl, i dix h cures, a eu lieu
SWionCoatrale des l'owpiers, le
ier ti~ gde la Loterie organisee
r des Pompiers Libres de la
bIe.
hi la listed dos lots gagnants
S13) a gagn6 G. 70,
421I a 23.
Smivants ont gagn6 chacun
:IM', 372, 4D3.
'ilo ivants ont gagne chacun
7, 93, 123, 200, 228.



raes Etgegrcs


DMpfohes


SUne premiere enqurte
e decouvrir la cause e c-
SlUi s'est produite hier i
aent cole de canonnage
S a. II a cependant 6t6 eta-
b en rialitd deux explosions.
l cause par la flamme de
i en se communimquat i
j'aun matelot tenant dans
Woque i'explosion de celle-
mn servant a eu les deux
. Assit6t que la nos klle
i- -strpa"ndG A bord do
'J.rQipage s'es. divis6 ea


deux sections pendant que I'une se portrait ti aujourd'hoi d'ici poor son voyage a la
e au secours des blesses I autre iteignait un J couverte do P61 Sud I
e commencement d'incendie provoque par Cette expedition ui est absolument pri- Un
, .explosion de la deuxieme gargous i, v* c est dirg e par e Docteor Jean Char- union
LEMANS ( Sarth ). Un accident arri cot, le mime qui tena une semblable cn- Silna
v ce martin a I'a&roplane de M. Wright treprise en 190o. un pr
Sncessitera des reparations qui dureront De deduction faite, des jeunes gens sa-I
robablement une semaine. Aprcs deux vants qui accompagnent le docteur le S'ag
superbes envolies, I'aviateur amrricain a Pourquoi pas s est monte par on Cqui- p
vulu tenter une nouvelle methode de prge de 28 homes.
descent II a arrct~ son moteur alors qu'il WASHINGT( Le Gouverneinent turc
se trouvait A une descent graduelle. II est a rot;fi l.e I pirem.nt d'Etit qme iHus-
e a crcire que ses calculs n' taient pas tout sien Kazim Bey qui est ea ce moment mi- Le
a fait justes car l'aile gauche de la machine nistre ds Turquie i Bucharest a 6t6 nom- 1. I
K a heurtC assez violemment le sol. md min:stre A Wa hington en remplace- Ie pul
M. Wright n'a pas etC blessC. ment de Mehmnd Allyey. sence
ST-SiBASTIEN. Le roi et la reine dEs- HOMGKONU 15. On comment cfavora- cOra
Spagne sont parties aujourd'hui d'ici par le blement ici, la proposition mise en avant charg
Ssud-express. La reine se rend A lile de par le K New-York Herald a d'une allian- Po
SWight pour y rendre visit A sa mere la ce de la Chine avec les Etats Unis, 'allian-
princesse de Battenb:rg, mais elle s'arrre- ce qui serait de nature A assurer I'intigra-
ra un jour A Paris. Elle voyage incognito. lite de la Chine et A arreter les empietc-
Le roi accompagnelareinejusqu'a Bordeaux ments de la puissance japonaise. Ch.
oh il r.s'era quelques hcures pour se fare TANGER. Les troupes du sultan Ab-El-
examiner par le docteur Mouse qui I'ann6e Aziz ont repris leur march sur Marrakech,
dcrniere l'a oerd pour un polype au nez. Eiles ont recemment remporl one victoire
Demain il &embarqucra A bord de son sur deux co'onncs de partisans de Moulai Le1
yacht a Giralda > avec ltquel ii ira aussi Hafid, avant de s'enfoncer plus avant dans A I'
t6t aux rCgates de Bilbao. l'intdrieur. qu'll S
MExico. Par suite d'un dboule:nent Les troupes imperiales ont effectui lear Ja-q
i8 ouvrlers ouit 6t e6nttrres vivants il y a jonction avec la tribu des mongni chichoua Nos 28
cinp j,'ur, Jans unei m ne dc Sl- ta Galtru- BARCELONA.- Deux individus impli- tional
bis pre; de Pachuca. Six ont :6 retires qu6s dans I'attentat anarchiste do 8 aost, 1, S
vivan-s. C" mitin on n'a pas encore pu dans lequel le capitaine et deux matelots iI lie
Farvenir jusqu'aux diuz- autres dont qu':- d'ur bac A vapeur ont tC blessd,s ont di et v
ques unes sinon tous vivent encore car on &t6 arr rts ici. un d'eux est un cousin 2 1
entend tres distinctement ks signaux qu'ils de Jean Rull, I'arnachiste qui a et execu- 30 L
font en frappant sur des tuyaux. Plusieurs t6, it y a une semaine. sont I
equipes de sauveteurs percent un tunnel Same,
eu plein Roc pour parvenir jespu'A leurs
camarades. Mr C. L. Verret
SN-JUAN. Les fetes du 400o anniver- Talleur-Marchand S
saire de 1'Etablissement des Espagnols dans Donne avis A sa bienveillante clien-
I'lle de Porto-Rico par Ponce de Leon ex te que sa maison No-i7 Rue Tra- r- ti
plorateur cspagnol se sont terminees par 6 e que nsa mason No7 Rue Tralir- Se ti
sibre se tiendra fermde des lund I pour
une rception au palits du gouverneur, Mr 3 d
Post io au pais du gouerneur, courant j'usqu'& lundi 31 de ce mois ; chaises
SAIT-PETERS RG 1 Au cours de 1 cause de son voyage aux Cayes. L'EN
SAINT-PETERSBOURG 14. Au cours de Q^ s a s bli ue es
la dernire quinzaine de nombreux dces II done aussi avis au public que sa sIBREs
css par des robes intes u t main est toujours bien pourvue ae est
causs par de roblesd utee varidto d'1toffes de la hate service
enregistres, ici le service de la sate declare d ure varitoffes de .a te sevi
cfticiel!cment que Stint-Pdtresbourg estI nouveaut6 parsienne. putatio
menace par le cholra ; des measures pre. QUALI r SUPiRIEURE COUPE *ALGANTE famille
ventives sont prises. TRAVAIL SOIGNE. EXiCUTION PROMPTED. S'AD
OLENDORF ( Partemberg ). Padl Mau- Prix trbs rdduit I des Ces
ser I'inventeur du fusil qui porte son nom
a invented un nouveau fusil militaire que AGASINS DE L I
l'on dit remarquable. M A l
LONDRFS. Deux personnel ont et I
tuees (t six au.res b!essdes par 1'explosion
d'un balton qui faisait des ascensions A Maison JULES L
l'cxposition franco britannique.
lARIS. La reine Victoria d'Espagne est 93, RUE DU MAGASIN I
arrivee incognito ici ce miuin apras une Viennent de recevoir par les stearme
promenade au bois de Boulogne, cie con- les articles franQais de pren
tinua son voyage. Sa Majest6 se rend A
'ile Wiaht auprfs de la princess de Bit- PAtts de foie gras truff6a Saucis
tenberg. Boudins noirs Saucis
LE MANS (Sarthe ) 5 M. Wibur Andouillettes Maque
Wright, announce son intention de concou- Cervelas Sardin
rir pour le prix de 5o.ooo dollars offrt Fromage croe rouge dits Tte d Mouta
par un journal de Londies au premier crote rouge, dits
aviateur qui se rendra de Londres i Man- More. I Pickled
chester. Saucissons de
II ne prendra part A ce concours qu'a- p ts ls nsd
prks avoir terming ses affaires en France. Petit Seuo'aons d'une
PArIS.--Le Matin ) announce queo 3 to ns daso as s
officers de marine franCaise ont construit Jgnbons d 80889 B
on apparel de telphone sans fil, qui pre- Fromage de Gonda (pate gras e holl.) livre
tendent-ils, est de beaucoup superieur a Biscuits fnls Olibet, Boltte doe liv. Biere
tout ce qi existed. Bonbons asorti. Brone
Ces oficiers disent avoir reussi i Ahban- Bonbons t. Bru e
ger des conversations entire Dieppe et Pa- Beurre de table de
ris. Ces deux villes sont separces par une Ea bott do 4 livrss P.
distance de 5$o kilometres.
LE AVRiE. Aux acclamations d'une Gigares de 1l HiavanO
immense toule, a "milieu de laquellese Gere Lardr C
I trovaent des represenIants do Gouverne-
ment, le vapeor a Poorquoi pas a est par- PIlE a aepnmn ralmennt


Avis
e propri6et sise Roe de la R6a-
attenante A cell de feu F6lix
ve No 140 est mise en ventso
ix modern.
dresser au No. 148 Grand'Roe.
lort-au-Prince, le juillet 1908.

Avis
soussign6 a I'honneur d'informer
)lic et le commerce qu'en l ab-
de Mr ClIs PERVAL part le 13
nt pour I'Europe it demeure
4 de sa procuration.
rt-au-Prince, ei 17 AoOt 1938.
L-on DEJEAN Avocat.


ingement d'Adresse

3 Dr Arthur Holly
advantage d'annoncer au public
se tient A la a Clinique Saint
uEes dansla rue des Miracles,
/30, en face de l'Imprimerie Na-
e.
3es he.'res privies sont : de 8 A
ures du matin, les Lundi,Mercre-
vendredi.
'ous les apries-midi de 2 A 4.
.es jours de Cliniques g6enrales
es matins de Mardi, Jeudi get
di,8 A 11 heures.


Paret C


0


iennent A la disposition du public
location de voitures, corbillards,
, etc.
ItREPRISE GliNERALE DES POMPES FU-
dont I'organisation a etd perfection-
: toujours prete A rendre les grands
s qui ont etabli d6finitivement sa re-
n en la rendant indispensable aux
s frappdes par le malheur.
)RESSER A M. S. PARET, 73, Rue
Stars.


METROPOLE
,AVILLE
)E L'TAT, 93.
rs Frangais et Am6ricains
i6re fraicheur :
ses d'Oxford
ses de Cambridge
reaux a l'huile- Amieux
es fines- Louit fr6res
rde en pot- a Ma Voisine *
Sau vinaigre et A la moutarde
Lyon
Livre environ
ere Bretel, bottle d'une

francaise, Marque Atlantique
et blonde
iorm"ndie
1.40 or.
en bottle de 25 cigar
onchas
avantageax


I I







Changement d'Adresse

Le Dr Edmond H6raux
Informe ses clients et I~ public en
g6n6ral qie Fon cabinet est Irans-
fMr, f8i, utue du Centre, en fa' du
Petit TheAtre Sylvain.
Poarvu d'appar, i's 'crtrnqts qui,
grAce aux r6cen's progvts accomplish
dans Ia science constituent des og'nts
thdrapeutiques de premier ordre, il
entrep-endra le raitement des mala-
dies suivantes :
Cancer, lupus, neurasthinie, nvralgie,
ysdre, hypcondrie, pralyste, autaie o-
comotnce, rhmatisme, goutte, sciatique,
arthrite diformante, chore; paralysis agi-
ante, asthme, ,pilepsie, dilatation de I'es-
tomac, diarrhea chronique, ict6re, troubles
fonctionnels du cceur, artirio-sclerose, im-
puissance gdnitale, phthisie, goitre exoph-
talmique, diabcte, chlorose. ob,it6, mal
de Bri h, 6liphantiasis, h6morrhoides,
amfnorrhe, dysminorrhie, hbmorrhagie,
uterine, mCrite salpingite, fibromes, anms
que des 6tats morbibes tel< que : anomie,
cachexie et st&rilit6 de I'homme et de la
femme.
Consultations de 7 A heu-
res du matin et de 2 A 5 heures
du soir.

Au dernier cril
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A l'honneur d'annoncer A ses nom-
brnux clients de la Capitale et de Is
p*ovi ce qu'ilviqnt d.3 sl transf6rer de
SRue des Frorts-Forts, avec on m6me
stock de chaussures, 4 la GradfRule
au N- 153 avec l'inscription ci-dessus.
Les c!ienti setront toujours servis
dans les inin m conditions; c'est-k-
dire avoc les 5 /o d'escompte sur la
ventd en gros ; sans oublier les m&-
mera a')ins et la mn6me exactitude.
La Maisou so charge totijours de fai-
re preudre les mea'ireo domicile.
-- ..
Francisco DESUSE
-abri.cant de ohaumsur
l.a "M '.l'f'.-e a toujours so 46
p6t uo Kgraad ? ) ltk,- poor Ia viwto
on R',)s at d ail, -- do chaussurs m
U-)4444, V Lea c ~isru udl.es des coainm.rcant
dans UO a nsi;. -..3 1 A *'
2.., ': *.' .IAV.1 I
"i---- --c -rrwrrlrhrr~r 'f-
Chapeaux !
Chapeaui 1!
Chapeaux t I
F ALL D1 PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concours d'un chapolier remarquable,
M JAlMs TESTAR, d'installer one
FABRIOUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiuffr du Loweu
Poor tous os gofats *t pour toutes
les bourses.


IPhotographequ


J. M. DUPLESSY
120, Rue du Centre, 120.
,(tfitrala Phiarincic: B-yard at I'H6-
tel Communpl).
( TRlAVAUX DE TOUTrK SORTeS S:'R
SOLO ar PLATINO. )
Carter rrs artihliques, nwuvellsen
reuees.
AGRANDISSMLBNTs, RiPRObDUCIONs.
ATELIER DE LUXE
Prix Modrts
NouvIAUTi:
Cartels Mignomettes, par dous. P. 7
Photo-sole.
Offre ses services au publiode Port-
aa-Prince, aux gens des autres loca*
lites actuellement & Port-au-Prince.
Venez essayer I


Mason F. BRUNES.
196 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Acie msmbre de la Saocil PAhin-
tAropique des ma.'rers tailleurs de Porfs
Viert de recevoir uc grand choix 4d'*
toffes diagonale, casimir alpaca, chevio-
to, cheviote pour deui, etc, Recomman-
le particuliarement i sa clientele une
elle collection de coupes de catimir,
le git! toute beaiu6A.
Sp6cialit6 de Costanmas de no-
ces.- Coupes Frangaise, Auglaise t
,A.raraiae de la deraiAre uttl
La mason confectionne auss des Cos
-ame~ mitltaires, habits brodd
touIna-t 'an ues. bIabits car-
fee, .1 *it.- 4
LA
Meilleure Farine
du Monde
Celle qui donna le meilleur pain.
Qai lroduit le plus do pain.
QOi done le pain l plus blanc ot
le plus leger,
Gset la Pillbury s Bet de I |
Pillsbury Wasbbr Flour Mil Co.-
Minneapolis MiLt.
Eta. CASTEBA. Reprwain.soE

C)rdonnerie Nonvelle

G.B. PETOIA
i 43,3GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURKS RN TOUs OGNRES
I D*ePT. POUR LA m=&
me o0Ro rr D*tAIL..
xecutpon prompt des
oonmmwares, tant Ito qu'en
Province.
Formes a hommes ; 61Egantes et ra-
tionnelles.
Chaussures de dames ( Dernimre mo-
le de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
Snes avec des Peaua de routes nuantces
d'une selection et dur6e irr6procha-:
bles, i dos prix avautageur.
Otrages, pAtes et Uquideo
PeWH Aassu-us de ltMot Muew .


Hr BELLEVUJ "


Piece du Chsapd-o Nwa
PORT-AU-PRINCE M(HAII)rrI

M' 114'ermance ALFRED, directric.
T616phono, 220

APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DIM hzm8-lmUN0ES.,
swnaUahio,, sedwn m at ortabl.. Fvr SIs ws..
deuce of riguli&re. Les Trernuv deeaervse e3 ig.ao~ a. v
PROPRIETE SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR Dlii RU=
PROMBNADES JARDINS
SalU do rkeption. -fPtwoe.-Grwmmophm.
Sonnerioe sIleotrique


Table d'H6te


iow ks jeurs, 4. domI 49 4 w,
do 7 A 8 how*@ de wi


- TANNERIE CONT


PREPARATION


TALE


DR
Port-au-Prince

CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULIOU,


Vente des chaussures: Coivreau-glao6, Verni t ome
leurs, prur Hommes, Dames et Enfants.
( Bobroxxi, E.LAtQUr rr Lact )


En gros


SLes jailbons et lards "Swift"

^ de leur mlarque "Premium"


Sr Les jambons et lards a Swift marqN
/ Premium sont bien connus et prfrttlr
S'! f toute autre marque. Lcur popularity et di
A leur quality r*guliire, ainsi qu'A leur bob
apparence et A leur goat dlicieux. Les mob
/ t Swift's Premium U.S. Inspected a sontmit
l es au feu sur la couenne de chaquepit
S* / ('"quli est emballee plans de la toile et do pupi
parclhemin. En achetant des jambons tI
\ lards, veillez a ce qu'on vous livre la mar
Swift's Premium. .


Saindoux


9 ....~'
i.


pur Swift"


marque "' Feuille d'Argent'

C'est du saindoux tout-&-fait pur, eoa0
sort du fondoir, mis en seaux m6talIUqo4'
m6tiquement fermds, 3, 5 et10 tliv. C' db
saindo2x type de l'Am6rique, il jouit da 3
reputation, et la vente en est 6nonB l


Ces articles se vendent A 1'6picerie de o
Zak6, chez Mr Justin Thomas et ohe
Mr Henri Brisson.


et en detail pour toute la R6publiu.


- --- c------ I ra I


-- I I


I, ,