<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00403
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 14, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00403

Full Text



Deuxi6me Ann6e, No 412. PORT-AU-PRINCI: ( H:r) Vendredi, 14 Aotit 1908:




I M









QUOTIDIEN

ABONNEMENTS v.. : .,, ,, a ,i1n ,
PURI'-AU- 'INL.L U Moi. .G. 1. Clexm e.t XMagJloirc, j

D:PARI.LMlNNTFS TRoIs MoTs a 3 60 L- es :n:.,. i lu chaq;ue
( K :'DAL. Il ',N \D.MINI: .A i,1)tN c: .,:" .. .. U. .r
TIRANI;i`R ... .... T wis M ':. < 4 x, 4 ..... :... rer u.
Pourtout I LI 0 r r. F.; ni


it ei- 1 cueille '., ) I'bloo n n avant I jdonne If s plus beaux produit-. Jus
S p(i l Ife" D.' f l( I(; )( ;re ai interve'iir que pour i'e'nil- qu'A 'invasion du phylloxtra, elle de
S* lic le proi uit que Ii ollit li>il *ai- e in; ndait rela'ivement peu de fa:on
la ti I' ni r ialI i ,aihnt la ,tatdre. l)mis ets d1llt'eiiits l':ncore aujourd'lhui, ces falons n'exi-
"((1'"! (f f I'' fI l'fP(( 1('(f? esp;,ces de travaix la prt (Ie I'liomn- gent pas, comma? our la culturt,''. ui
me n'est, en ell'et, nii cotnliliudte, ni grand dOploiement de force et du
intensive; ils n'exi-'nt ni mI t _i- rl, main-d'Meuvre : c'est du jardina'/e. Lee.
effort des bras, ni des c0aissiance.-, principles favons sont la taille, I'd-
S'il est vrai,- et je crois qu1 lit porte assez bien les ligueurs de I in- s 'peri(ures. ,ni des m ntli',ds pro'gres- bourgeonnement, 1'ot'teuillage, le pin-
choseest suftis.iament ddemontr e, vEr. iElle ,r.mat selenleent les ,.leIs r-ives, ni un outill pe pI 2 fftionitn. ge e e et le binage. Et ces divers tra-
qte les travaux (de I'agriculture son)t du printetinps, mortelles pour le En France, -puisquec'est de(la l.Fra. vaux, au moins dans la variotd sim-
Msentiellement p)enibles, et qu'ils I -;!I, l,)orgeons ; les pluies et les gels co q 'dl s'agit, l, trav:~il tde simple pie, n'occupent gurre quependant qua-
aot A un point tel que I'tommnc, de l'auto : iio, mortelles pourls frutit-s r'col e est eprtseit,' ipar "!', pastoral. Ire mois chaque annee : ils laissent
Prars'y plier et s'v r signer, a I)esoiin Quant ..u sol, la vign. n'2st pa- qui so pt tique su lto ut daii~, les tiois (lone de I ings loisirs. s
qedes circonstances indluctables l'v *-xigeaunt. l s' ,,commode des terry le grandes regions montagneusissdeos Py- A part cette facilit.6 et eette exigui-
ontraignent, il est just+* de mnes::-. -lus mddocrcs. Elle prefere min'ne les runees, des Alpes et du Massit cen- td de la main-d'oeuvre, la vigne est ab-
r les qualities de I'agriculeui A soni sols calcaire- et siliceux, qui sont trial ; et par Iia cueille'te,' qii s'entend solument 4trangbre au movement
inergie, A son endurance, A sa tena- s uvent inmproductifs pour les itre. ldos productions fruiin lre's parmi l es- progressif agricole. s On salt que la
cit; il est jiste de mnosurer les for., 4 ,-spces cu!tives. quelles la vigqn-, le liataigiiier, le no- culture des cdrdales a at6 renouvel6e
agicoles d'awie na ion a I'intensit dt- a L.es twr'aux crayeux de la Tou iai- yer, I'oVivier. eta singulibrement progress par I'em-
sa lutte co:,tre les 616iments natural ;:o sonrt caveC ts de vines. ( L de Apri-s le travail Ottila mania;re don't il ti omphe d,, L, mvrIn ). viennent les travau. d'extraction par- leaux plus puissants ou plus perfec-
obatacles loppolst. par le sol inne et Aus-i Inan, la vigne s'4tend elle en mi lesquels la -culture, exploitation tionne, ; par I'introduction du semoir
les coodilions du climnat. France .s s ; uil dfficult6sur tounte l i des forces et celle des minei. n mcanique, qui economise la semen-
Le plus agricilteur n'st t pa- celei '.)ne m ,dditerranienne, chaude c -i- Sans avoir besoin d'aller plus loin, ce, permit les semis en lines et rend
qui n'a fait que somar et r6coltt"r Ihe ( cr' s di( Rh line,de lHIterault et du nous voyons done que l't exploitation vp.r cans6iaent i)ossibles les sarclages
bleucoup s'ur ine terre bienfaisanto ('ard ;) ) datns le sud-onist, o la cha- do la vigne ne conslttue pas de la cul- et les binages m6canique .,; par 1'em-
0t fertile, mais bien celui qui, pencih leur est encore stflis inle et 1'humnidi- ture proprement dite ; c'est de la pro- ploi de faucheuses, do faneuses, de
sur un sol malfaisint et inculte, glat- Itotenl.l6re ( cr us du lBordelais, de duclion fruitiere oh li part de la nua rateaux automatiopis, de moissonneu-
to et laboure pour rendre la tenre I'Arnmagnac ) di.ns le Centre ct ture est plus grande quo cell. de se--lieuses; pA'r l'al)ittageiA la vapeur;
meilleure et qui, assez souvent n'est 0 lOest, uan pMu moins favorable.:, i l'liomine. Mme lorsque, dans ce g n- per tout e unte sie d'instruments de
par d ses efforts que p:r dos r'- ctuse de l'insuftisanc., de la chaleur re d'exploitation, le travail de I'hom- terne, haclio-paille, coupe-racines.
,cotes aussi maigres que difli miles et de la trop ranie abond inc de me se complique, ii est encore la plu- concasseurs d(e grains, etc., qui ten.
L' rnrteded l'agricult(ur s3 m ne- F'umnidit6 ( crus de la Loire et de la part du temps a moins pdnible, plus dent A remplacer dle pius en plus le
sure done : lo A 1'6tat mwme de la ma- Charente ) ; et enjin dans l Est, mn'is attrayant, que cluii d-. la culture pro- it avail des bras par le travail mdca-
lre premiere fournie par la natur.-, dans des coIuitions plus difi,-icis present dite, c'est-A-dire de la cal- unique (t a augmenter la puissance
iest-.-dire A I' tat du sol et du climate; ( crus de la Bourgogne, de la Lonaine tare dishes cr .l. et des plates fourra- d, production. i La vigne, par sa na-
Sl'intenqith du travail human pour et de la Champagne. ) t'*res ou indulstrielles. ture memo, est exclude de tous ces
arriver a tire part de ces 616lm nts On peut done dire que, au point d-3 ,i )'t- x.itla t ,', d, \ iprogr-s.
otrels. vue du sol et du limit, la vignc la francais de travaux agrico'os absor- Telle est, en deux mots, 1'exploita-
Nous gallons, A ce double point de couple douqce on France u; la matire bantam les forces vives de la nation ,tionque le Dr N. Auguste nous prdsen-
Ise, examiner ce que le Dr N. Auguste premiere est surabondante. laissez la vigne, Docteur, cAt es co- to come le t6moignage vivant de
Idit de la viticulture francaise invo- II n'y a A faire ascon travail d'as.o- teaux prodigues, et transportez plu- 'l'-ergie des cultivateurs francais !
qu1ecomdae le dernier mot des for- element ni de fertilisation arliflcialle. 6ot vos regards dans les val!e. ou l'a.vre potit. et agrcable vigne, qui,
%agricolesfrancaises et voirjusqu'a A consider les choses sur ce seul peine r6ellement le peti: e.ultiv.iteur en depit de la veitu protectrice de tes
q l point il est vrai de dire que la point, on voit done difflcilement qu'il francais et sur le- plateaux ,oh la gran- f.uilles, vois ain'i 6taler toute ta nu-
cture de la vigne absorb a les for- y ait lieu d'absorb3r Ias les forces de culture est plus digne de teter ditA, par le fait d'nn arri-re petit-fils
Svives de la nation. vives d'nne nation. 9 MaiN voyons vos elans administratifs. capois ie Nod !... Dieu vcuille quo, on
.oyons d'abord pour le sol et le maintenant pour le travail, car c'est Mais enfin vous avez choisi la vigne; rnanire de represailles, tu ne .lui re-
"y *t peut etre IA que le Doctour va nous je suis ob'ig4 de m'y tenir et je vais joues pas le vilain tour don't a 4t6 vic-
D etoatesles productionsfruitiercs, faire toach.r du doigt les forces jeter un coup d'oail rapids sur les time l'arribre grand-pere un jour de
rit Demolins, c'est encore la vigie agricoles extraordinaires de la nation raisons qui devraient vous interdireI vendanges, et don't, a en croire laBi-
se plalt le mieux sur les c6teaux, francais. de citer cet arbuste comma le plus ble ou la lgende, est sortie l'originelle
S.qu'elle .exige an plus haut degree Les 6crivains qui s'occupent de eloquent t6.noin de i'6nergie des agri-n mal6diction de notre race -
e, Chaleur intense et shche. Les classer le travail humnain dans lordre culteurs franc .ia. ...... n ,-
grinds eunemis de la vigne croissant de la complication et de i'ef- a Une fois planted, dit un auteur, laI PriAre d'aviser 1'administra*
leneffet l.e froid et I'humidit6 fort, considbrent que le plus simple vigne continue a produire pendant de tion de la moindre irr~gularit4
.t la vigne ne redoute pas le et le plus facile des travaul est la lon ues annres. C'est meme vers l'A- dana le service du MATrm a ala
Sfaol n abMoloe ; elle sup- simple rdcolts ( pAtarage, pche, chbas- ge e vingt cinq i trente ans qu'elle qu'll y soilt d suite roa4d .





- -- -


RIENSELGNEMENTS
M~tT~tO3ROLGIQ UEi


DUi
SININAIRE COLLEGE S -MARTIAL


JEUDI 1 3AouTr
Baromkic A I idi


minimum 22 9
Temperature mqFimum 35- 4,
wmyenne diurne 28 2
Ciei nuageux le mitin ; covert I'apres-
mili.
()i-et al' sud .A i li. 2ce I'ap't-s-midi.
Quclques goutics d'ciuvers 5 h. du soir.
Le baromn;:r' et en bii se.
Un peu d'ag'.iatwon sitnitl e Jans la
journee.
R. BALTENWECK
Ntcrologie
Son ExccLtInce le G6ncra. NORD ALEIS,
PrCsident de la L'p:bliqwu,, ct Madame
NOKD ALI:\IS, MI nc \'ve' hElind Liiochie
et ses enf.uiit, Mr D.ibtn.ar Jj-Joscph, E.
E. tt Ministre Pleniputcntiairc a Paris, Ber-
lin, etc., Mme Dalbeinar Ji-Joseph et lcur,
tnfants, tles fainilie IL.ro-li., Moreau Jn-
Jos.ph. Fabre, Albar-:, Bla-chlct, Djgu'C,
Auguste, Martin, Lecon-e, Menos. Ilyppo-
lite, Blot, Simbour, K :.npiintri:, Paret et
tous les autres par.n: t alllis.
Ont la douleur de vous fire part de la
mort de Louis EDosND LAROCIE, 'Dipute
de la Conmmune de Cati;\' au Corps Lkis-
latif, cic&de hier martin.
Les fundrailles aurcnt lieu au Cap-lat--
tien.
Nos synpathiques condoleances a la fa-
mille du regrett~ ddfunt qui laisse le sou-
venir d'un homine du monde charmant et
correct.
La Commission Communala
des Gonaives
ARR~TiE
Attend que depuis quelque tcmnps il
existed un grand dlordre dans I'exploiia-
tion de la carriere de roches du Morne


Blanc et que la Commune ne jooit d'au-
cun revenu d'un bien qui lui appartient ;
voulant y mettre de I'ordre A arret6 et ar-
rfte ce qui suit :
A partir de la publication do present
arrie.d il tst defend de taire des roches
dans la carriere du a Morne Blanc a sans
une autorisation special de li Commune
et visde par le chef du Port.
II est defendu A aucun carrier do eMor-
ne Blanc de laisser enlever ses roches
sans le contr6tl d'un employee de la corn
mune.
'T'ous contrevenants au present arrmtC se-
ront poursuivis par devant qui de droit.
Le present abroge tous costumes ou
usages qui lui sont contraires ; il sera
lapres avoir d e approved par le SScreiaire
d'Etat de I'Inerieur imprime, public et
execute A la diligence des agents de la
commune attaches A cc service, et sous le
contr6le du Receveur communal.
Donne en I'Hotel communal des Gonai-
ves cejour, 30 Juillct 1908, an to i5me de
I Independauce.
(Sign ) J N ST AMA.D, J. B.V. CA-
lifCHE.
Le Pisident,- P. A. DAUPHIN.
Cert fii conforne,
L'emnppl) de a Con,,nune, D. PAPAILLER
Vu : Le Secitairt' d'Etat de I'latirieur.
J. B. V. LECONTE.
Les elections A Cuba
Voice; le texte de la dp che du gouver-
neur Magoon, qui a provoque la depche
du President Roosevelt que nous avons
dejA public :
La Havane, ter Aoiut 1908
Le President, Oyster Bay,
a Les elections pr vinciales et munici-
pales ont eu lieu a jourJ'hui dan-- toute
FIle de Cuba. Six gouverneurs, quarante-
Shuit conseillers provinciaux, quatre ving-
deux maires pt douze cent ,quarante huit
cor.seilltrs municipaux ont ete elus. Dans
la ville de la Havane, le nomrbre des vo-
tants a ete d'environ 0o o/o de celui des
e1 cteurs enregistres. Ce pourcentage sera
sans doute plus elev6 dans les provinces.
La tranquillity la plus absolue n'a'cesse de
r6gner dans I'Ile. Seules les autorites ci-
viks ont ete employees au mainiien de
l'ordie. La champagne electorale a etE ac-


tive et conduit comme s'il s'agissait d'une
election national. Dans presque toutes les
villes, Ic patti nationalist avait des can-
didats et dans quelques autres les candi-
dats independants ont etC mis en ballo-
tage L'essai de la loi Clectorale a :et des
plus reussi. L'ordre qui a preside aux elec-
tions et le nombre des votants dissipcnt
tous les does quant A 'heureux rCsultat
des prochaines elections et en ce qui con-
cerne I'habilete du p.uple cubain A se
gouverner.*
Un homrnage bien m6r.t6
Insertion demanded
Quoiqu'on en disc, nou, ne pouvons
nous empacher de rcndre un just hom
mage A I'activiti energique de Mr Paul
Perraud, Ingenieur-Directeur du chan icr
de la CithCdrale et de nos jeunes ingd-
nieurs haitiens MM. Hermanr Doret,I
Paul Gard6re, Etheart, etc. Ils s occupea:t
avcc un soin bien jaloax des travaux de la
nouvelle cathCdrale. L'energ e et le dd-
vouement qu'ils mettent dans l'accomplis-
sement de leurs devoirs soit au-dessus de
tout eloge.
Nous envoyons aussi a Messieurs Henry
Troye et Valy, contre-mnitres, et enfin A
tous les ovvriers, I'expression bien sincere
de nos plus vifs compliments. Aussi c'est
pour nous l'occasion de con:titer avec un
reel plaisir, la supCriorite du travail en
Haiti. Prks de quatre cents ouvritrs ga-
gnent leur pain a la sueur de leur front,
grace A l'heureuse initiative du Gouver-
nement du Gal Nord Alexis.
Souhaitons du plus profound de notre
ccaer le develo pement de I'industri.: dans
notre here Haiti, Pays essentiellement agr i-
cole.
Cependant, rous ne dcvons pas man.
quer d'envoyer nos felicitations au person-
nel du bureau pour le ze.e qu'il deploie
dans I'execution des instructions de leur
cher directeur.
UN ADMIRATkUR.
Objets vol6a
Hier soir, pendant la nuit, un volcur
m'a devide mes deux malles,et a emporte
tout mon linge et les bijoux de ma feue
mere que j'aatis gardescomme souvenir.
Avis A la police.
CHARLI s MARTEL.


Loterie des Pompiers
MM. Go!mann et S'empel M
aux personnel qui n'ont pas p
billets que ccs numdros ne pna-.-
pas au tirage de la otetie qun d
lieu dimanche 16 du courant i la St
central des Pompiers.
Assemble Natiormle
A li suite du v'e de la Rpomj
Corps Lgislatif a 1 Expose GEnnl h
Situxaion, le president de 1'AssemblC l.
tionale Mr S. Archer a formE une Comri
.ion clhrgee de remettre cet important &
cmuent A S I1. le President de la RiEp
iqu -
CLt'e commission est compose daes
nrtiurs Leconte, Laurent, Morisset et is
dcputds II. Dorcinvil, Calixte fils, L. C.
in ille e: B. Jn- Francois.
A rrivages et D6parts
Voici la listed des passers aririv& an
h .r sur le stcamer Quibec.
St fCarc : DWput6 J. B. Marcelin, .
Jovic Lamothe.
Gonaivi' : M. A D. and; Justin DCjoit
Sviars A.loise. G istav, St Lin, rXav
Marie Paula, BRigitte, Ravie Felicite, AM
F cl trf, F':ibert,Cl6omine,MrE Geffta
It.,ihl l),s-us, A Bonaparte, MIUE
Eug, .w, M. Pierre Jean Moassa, Paul M.
r: c. Mle E isab th Pierre.
*
*
I.t ausi entrd avant-hier le stem
'Pr;:i','nt :Iavc Ics pasi2gers suivants:
5!, 'D).,in', : Ignacio Gonzalez, Loc
R i noud.
Ctes : Ait Matard, Joseph Volda
F St Firmin, lug. Duret, A. Janini.

I st cntr, ce matin le steamer
'.:n.nt de New Yoik avec deux
M G. Cesvet,consul d'Haiti Ai w
et Pere Roujiland.

Le steamer Quelx est repani iia4
Ics pasagcrs su!van:s pour:
Illire': Victor Comeau, M. et Mme
val it enantir, Mme Blesia Barbte,
Olive, So(ur Albine.
Cap: Gibriel, Mile Marcel A.
Mclvil Bloncour', Eiie Fertre,
Mme Chdrv Augustin, Jules DEW,
Neade, G. 'Tanner, N. Lemoine, Ros


FEUILLETON DU e MATING t
DU 14 AOUT 1908 (1O)


ROMULUS

VI
(Suite)
M. Trevier p.ilit et pojr dire quclqL--
chose, muimura :
II n'y a donc pas eu de combat ?
Non. Le gros des exiles a ddbarqj e
A Saint-Romme. puis s'est divise en tro's
colonel sous le comnmandement en chef c
Boyer Bazelais et sous la conduit de DWsor-
mes Gresstau, BrutusCasimir et Boileau L--
forest qui oat m2rch6 sur le Bureau de !a
Place par la Source espagnole ; lorsqu'on
fut arrive du c6te du Fort Malet, que'qu, s
coups de fusil ont e6 tires en I'air ; ayar~t
entendu cela, le Commandant de I'Arron-
dissement, le Commandant de la P;ae t
la Delegation du Gouvernement se so::t
enfuis sans regarder derriere. On a retrou-
ve quelques plumets par terre cc martin
dans la Grand-Rue. Le commandant d:
1'Arrondissement est chez Ahrendts. L s
exiles ont occupy immediatement !e
Boreau de la Place et lance deux ou trois
furies. A ce signal convene, leur bateau, le


: Tropic est venu mouiller dans la radc
ct a debarque les autres exiles et les caisses
de munitions. Voill.
M. Trevier reprit :
Vers les qaatre heures, quelqu'un
qui passait A cheval, a appele mon ptre.
C'est Boileau. Je le tiens de lui-mi-
me mime lorsqu'il est venu me chercher ;
il ignorait qu Almonacy ft mort, c'est
mot qui lui ai appris la nouvelle. Il m's
aussi beaucoup demanded pour vous... Vers
les cinq heures et demie, it m'a conduit
en p.rsmnne au GenEral en chef 4 qui
il a dit en me frappant sur 1'epaule :
Voici on home que je vous done.
Sga-on Boy,.r a pris ma main entire
les siennes et a causi avec moi. C'est un
homme tout de bun, Etienne; aussi je suis
pret A verser tout mon sang pour lui,
tout mon sang... Certenant, ajouta Romu-
lus, je suis oblige de vous quitter, je dois
me rendre en mission pros de Cleovil
Mode avec deux exiles. En attendant. ne
perdez pas one minute, on vous attend au
Quartit r- general.
En prononcant ces dernieres paroles, Ro-
mulus s'en ala.
Demeure seul, M. Trevier, nerveux, se
mit a se promener de long en large dans
la chambre, en faisant claquer ses doigts,
puis 11 s'ecria tout d'un coup :
Mais que liable me vet-on 9


En cet instant, Octave M.rlin, armed jus- -- Excusez-moi, monsieur,
qu'aux dents, penetra dans la chambre. mais les autoritis en fuite peuveot
On ne vous veut pas JI mal, Etien- avcc des forces pour essayer de repeD
ne, dit-il. Le Chef d'executio:i dsire s'en- la \ille que nous n'occupons d'aillern
tretenir avec vous, come ..vec une des coinme base d'operation... pas plIA
notabilitis de la ville, voila t ,ut. Je suis n'tst quc coiime base d'opration que
envoy ici pour confirmer la communica-'occupons Miragoane. Ce matin
tion que Romulus a eie charge de vous nous exp6dions des missionnaires a3J
fire A cet guard. des principles autoritis do DW
M. TrEvier prit son chapea et s'kcria : du Sud et de Arrondissement
C'est bien, j'y vais. JAvant lougtemps done, nous 1e"roe
II s'engagea dans l'escalier. Merlin le sui- march sur Port-au-Prince. En att
vit. L'escalier aboutssait en bas A une salle monsieur, je me vois obligE i rV'
a manger. M. Trevier y rencontra un exi- de quitter votre agrdable conimpae
16 tresbeau. muni d'une barbs noire s,,mp- nie ren.re aupirs de moo aimu
tueuse, qui sirotait une tasse de cafd. das Desroches, afin de lui donc U
L'exile se present de lui-memn : 'de main dans la construction d
M. Perpignand, de Port-au-Prince, Delour 'ont il ale commane"
fit-il. Irevoir.


Enchan'C, monsieur.
Votre femme a eu I'amabilite d(
m'offrir une tasse de cafe... Quel d'lice
monsieur, que le c.af de notre pays Ei
quelle joie de rentrer dans sa patrie !
Le fait est, grogna M. Trevier, que
vous y rentrez un pcu brusquement.
Oui... Nous venons renverser le
gouvernement de ce monsieur Salomon,
ajouta l'exil en faisant une pirouette le
plus joliment du monde pirouette qui
lui permit d'etre tout prki de la table sur
laquell 11 d4pos a Me vide,


--- Portez-vous bien.
SDans la boutique, M. Tivief
c femme tries occupee A vendre
Sun grand nombre d'exilds jui '
marcher dans l'eau, par suite 40
Snteuve defectueuse des ca40o
quement.--Mme Trivier lit aI
selle Lambert, de J&Ertle, tt 0
Sls Samuel Blanchet qui dWkit
Sville, lui avait amen6 sesl
ce sentiment louable des
I fait toujours Me rblh


I


_ I I


I I I ur


-- r Ir -- -r


o


? 6 1, ") f'





N


Ba he, Otto Schutt, Mine
GiPillaoume et trois efants, rree
y Chanta Civil, Lydia Gousse,
-jjoa -ie Laroche.
*~ .rPix : Eldonor C. Shaw, Luoci
U Mile Laborde et une bonne. Ptre
S Brunette Germain, Rose Horace
gent, Valcina Alvarez. Frtre Thdrance,
olAkxis ,Duvivier, D. Pierre-Louis,
Gco"s Stines.
la steamer PraZident est reparti avec
Irs wgiers suivants poor :
KiSt.s: G6nral Th. Vilmenay, Tho-
m Louis Lasethy, Aristote Psan, Alexan.
dx Dbcs, Mile Nones, Samuel Messam.
permeture de la malls
La malle pour New-York par le steamer
hollais Prns WVillem I sc.ra fermde
cette aprs-midi i 4 henres pr6ciseS.
Port-au-Prince, 14 Aot A u .


Hlcelle Etraiieres

Dernibres D6p6ches

TOULO 12. Six homics cret .
to ct dix huit auCres b peassi par l' x; .,
sion d'n canon a board du bntimjnt cole
de cnoonage la Cojronne s. C:- ac;i-
dent t arrive au large des i es dHy&res
pcndut que des recrues s'exergaient au tir
d' canuo de 164 millimetres. La culase
id pice a saute ; trois des blesses sonar
him tat desespdrd. D'apres les ex-
Mts et ancient serait d Ala ddecomposi-
e Is poudre 1,, la mtme qui fut cau
&k k pene du cuirassi d'escadre ,Jenav
Ceedaat les homes qui se trouvalent
ba oorlel au moment de accident
ce dernier strait d A il'dchauffe-
Itla piece caus, par la rapiditd du
KULrAniR ( Maroc ).- On vient de
Ssh anuvelle de l'aisasitnat 4'un
i ang'ais par des homes de la
'tbu dErm:qui, des partisans de Mou-
Tarwu. Une dpeache de Fez date
S8 ofdit dique la nouvclle que le sul-


wmaient one seule et grande et compact
mille.
Mme Trivier praenta i M. Trivier ses
itnts, comme si elle les connaissait de-
Is dix ns.
fienne, voici M. Duperricr Cazeau
- elkacmel, monsieur !
t cadunt, monsieur.
- M. kInhaud fils.
- Ah! le tribun... tres heureux, mon-
ear.
- M. Albert Elie. M. Gaston Elie.
LAlpho.us Brthole. M. Danats Ma-
a. M. Constantin R;gaud. M. Ju-
. Arbthnott. M. Alexandre David.-
L Ly. M. BIlomon Duvivier. M.
las.- M. Roy. M. Char-
S- M. Warlock DEjioie.
Sles mertments de mains de se multi-

'i e, voici e gE6nral Ddsormes

Se yles premiers se rctiraieat,
.Uqaiqt encore : c'itaient 4es
satas come Franck Solages
tiilloe ; des gentlemen come
wi Touurait; Lroche des
k mb.o tcorq nUe is tour-
AHa:] 4 pl ti
r~d:


tan Abd El Asia.. a travers Is rivire L'offidcl promulgue is loi frappmt d'an
Omer Rebia a decide le pretendant Moo- droit de sept francs pa cent kis le ma-
lai Hafid a envoyer one armed de d 5 oon ince brat on dess6ch.
hommesa iMarakech. Ci troupes sOlt LA HAVANzB I.-Au tcors d'un meeting
sous le combmav ement de Moulsi Kebir,! du comitj ecdcutif et du pati Libral tenu
on frtre de Moulai Hafid et do caid Mad- icl hier soir Mr Alfred Zayas remit si dt-
ni Glaooi. Une autre armie do prdton- mission de cindidat A la prdinJence de la
dant qui etait parties deMarrakech il y a Rpubhique, et aussi de president du pati
une semaine ect bloqudC i Kemfra par liberal.
des tribus partisans d'Abd El Aziz. STr-PeTIRtSBOURG .- Une dcp.che de T&-
Un certain nombre de gueriers de la hran announce que des prparvift. sont faits
tribu des Benzarons qui est favorable au en vu du second couronnemt t du shah.
sultan ligitime ont battu la tribu Ben had- HoXGkoNG. -- Un miller dc somdais A
den qui est partisan de Moulai Hafid. Honkong pres de Wuchow se sent muti-
ISCHaL ( Autriche) i2.- Dani Ipres- nds hier. Its nturent leur commandant et a
midi, I'empereur et e roi oat fait une pro- homnins qui euaient i son service puis at-
menade e auom e e adans le environs traurent le camp Donyan et pillrent l
de la ville, village. Des troupes ont et envoyies
LONaDs 12.- Quoiqo'elles ne doivent centre eux.
donner lieu aucune transaction diploma- LA HATE. Le ministre de la marine a
tique, les visits du roi Edouard aux em- abrTga son congl et a repris la direction
pereurs d'Allemagne et d'Autriche soot doson minister. Le croiseur eFriesland-
considiris dans les cercles officials come ne parira pour la mer des Antilles qu' la
d'une grande importance en ce qui con- fin d'aoit.
cerne les relations de I'Angleterre,dle i'Alle ISCH. Le roi Edouard st part ce
magnet et 1'Atche. II a t public d martin pour Marienbad ou il fera one cure.
nombrceu rapports sur les conversations ..
echangees entire ks aouverains ct leurs mi- -. -V
nistrcs, mais an Foreign Office, on dit 4u- Mr C. H. Verret
jourd hui que la plupart de ces rapports Ta lleur-Marohand
sont inexacts ou antisisteos.
SONDEsBURG ( Allemagne ). -- Par suite Donne avis Bsa bienveillante clien-
d'une erreur dans la transmission d'un or- .l.e quo sa maison No 7 ue Traiv r.
dre, quatre matelots de la marine militaire sire so tiondra ferme d. lundi 17
oic Frri hier soir. courant j'usqu'a lundi 31 de ce mois ;
S. .( ea cause de son voyage aux Cayes.
LA coroNE (rEspagne).- Le navre II done aussi avis au public que sa
cole amdricain ?.,asca est arrive ici aujour- maison est toujours bien po-trv-t-
d'hui C'est le premier navire amiricain d'ane variete d.to.ffe. de la hate
qui depuis la guerre hispano-amwricain ai~t dune vari6t d esate
touchi It L3 Corogne nouveaute parisienne.
PARes Rente: 9i QUALITY SUPiRIIURE. COUPE ALEGCGNTE
Une terrible catastrophe s'est produite TRAVAIL SOIGNt. Ex-cUTION PROMPTE.
A bord do vaisseau cole La eCouronnes. Prize trb irduit I
Une cartouche d'un canon de 64 fit ex- -
plosion tuant 4ix apprentis-canoniers t" lChangemenAt ld'Adres se
lessant seize officers, quartiers-maitres et C a1me u n .A res
apprentis-canoniers don't sept grievement. --
Une enquete est ouverte pour rechercher Le Dr Arthur Holly
la cause de l'accident. j 7
On signal 4. puvelles se s d A l'avantage d'annoncer au public
.. .... s..... n,.velles secouws d; .
tremblement de terre i Constantine. Iqu'l se tent & la t Clinique Saint
Mt Ramondou, prefert des Ardennes est Ja-qluesa dansla rnu des Miracles,
nommd secrEtaire gEn6ral de la Prdsidence i N. 8/30, en face de l'lmprimerie Na- t
;n replacement de Jean Lanes, anomm4 tlonafla,
trdsorier-payeur de 14 seine et-Oise. tl Ses here privdes sont : de 8 A j


1i heures du matin, les
ef Meer adi_


Lundi, Mardi


I


Avis Important

Le soussignd, bien connu en ville
tant par la rectitude de sa conduits
<(i'en quality de travailleur serieux at
ami de la scurit6 publique, aepnone
a;u public qu'il n'existe aucun rapport
entire les membres de sa famille trms
connus exempts de reproches avec
curtains individus portant le meme
norm que lui poursuivis par la justice
pour vol et autres causes.
Port-au-Prince, 1:1 Aodt 1908.
AUGUSTIN CADET.
Planteur-Industriel
Sous-Chef de Bureau d la )Douane.

Avis
Une propriete sise Rue de la R6u-
nion, attenante 4 celle de feu FMlix
Salnave No 140 est mise en vented a
un prix modern.
S'adresser au No. 158 Grand'Rue.
Port au-Prince, le juillet 1908.

--
Ligne Hollandaaise

Le steamer uPrins Willern II
venant dui sud, est a tendu ici ven-
dredi le 14 courant. II repartira pro-
bablement dans la soir6e directement
pour New-York.
Port-au-Prince, le 13 Aolt 1908.
GERLACH & Co, Agents.


fHamburg Aimerican h e

Le steamer a CHEOUSKIA venant de
Cuba, Jeremie et Petit Goave, est at-
tendu ici samedi le 15 courant.
II partira pirobablement le meme
our A 6 heiares precises du soir pour
Gonaives, Port-de-Paix, Cap-Haitien,
Jonte-Cristi. IPur to Plat:a_ Sanchez.


-- Veuillez m'excuser, messieurs, de ne 20 Tous les aprs-midi de 2 a 4. Samana, Saint-Thomas, HAvre et
pas rester plus longtemps avec vous, mais 3e Lea ours de Cliniques gAn6rales Hambourg.
le me vois force de me rendre 4 l'appel 4e sent lea matins de Mardi, Jeudi et Port-au-Prince, 8 ,oa.t 1908.
votre chef. Samedi,8 A 11 heures. G. KEITEL &k Co, Agents.
-Ah I tres bien... tres bien...
Et accompag d Merlin, M. Trvier ACIENNE BARANC UR
sorrit sons la galerie, Le T rop Avait lov I
l'ancre et s'en allait, Un gai soleil Eclal- DISTILLERIE A I.U S
rait la place d'armes animee par le va-ct-
vient de nouveau exilEs : ils s'appelalent A TT /
Brave et Alexis Biliard, Loctamar Mayard, LEON LIAUTAUD & C
Mathurin Legros, Lucdna Lveilll, Obrien,
Moulite Tuffet, Valery S:erlin, Prdvost Wl C [T
Chavannes, Luc Elle, Planche Audi#g, i
Charles Lassfgue, Ch rules Mathuorn,
Edouard Buthler, Labossitre, Aim Leros 27 M6dailles 4e toutes les Expositions du Monde, y compris la Mb-
joene, Jean-Bapistc Legros, Alex U daille d'CO, qu'ii vient d'obtenir de I'Exposition de Jamestown (1907)
a-ce,, Blain do Cap) et son bea -fils
Dant s MaIrtin Pio Rigaud ( d St-.Marc Mede toilee
et ses deux fil Turemce et Williatm
toos, jeones et vieu, ux tati -_ iU.
pleina d'enaiun Lesa de Vrai product de la Canne & Sucre
40gO4 c i, lts Pourcely vi' lea Spire -
Loque, lI Morel Jaob, lea oSt SUCRERIE ET DISTILLERIE DE L'tTOILE
Loigne, les Rousselin Monatlrou, t li
Derenoncour, tles Quara moz et ien-."
Drte EoOTr, hrsa deeI?& prspiv dPlaine du Cul-de-Sac
'ntkoui as a e A e P DtPOT : Place de la Paix, a e6t6 de Ma it61s
F m1 rHt 1. ooma0sa1s0 ta80 poor I'lle pau r Is'Etraogpr -root expedMe aM
a ) a r lart.


_ I ILI_


;= I W


*


I







Changement d'Adresse

Le Dr Edmond H6raux
Info,'rmno -es clients et I puIblic en
Kg6)nral i(le on cahitit est trans-
fMrr. IO, Hue (i :dii cntre, on f.,'o du
Pelit 'Tliutre Sylvain.
I )',Irv'1 d'apppar its ,I,*'r i l,"s grAce aux re6en's progress accomplish
dans la science co',stituent de s ,U1 nIt,
thdtrapeutijqus d(to prmi.r ordre. il
entrep-endra le 'raitement des mala-
dies suivantes :
Cancer, lupus, ncurasthCnie, n6vralgie.
hysterie, hypocondrie, paralysie, ataxie lo-
comotriace rlumnatisme, goutte, sciatique,
arthrite deformante. chor-e; paralysie agi-
tante, asthme, 6pilepsie, dilatation de I'es-
tomac, diarrh'c chronique, icre, troubles
fonctionncls du ccur, arttrio-scleose, im-
puissance ,cnitalc, pllth.isie, goitre exoph-
talmique, i-Jab:c, iloros. ob&cit6, mal
de Brigth, c phantiasis, hicmorrhoides,
aminorrh6e. dysm6norrh6e. himorrhagie,
uterine, mdrite sa'pingite, fibromes, ainsi
que des 6tats morbi!bes tel, que : anomie,
cachcxie ct st&rliit de I'homme et de la
fen mme.
Consult-ations de 7 A '* heu-
res di mnatin et, de 2 A 5 heiares
du soir.


Au dernier


FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A I'bonneur d'annoncer A ses nom-
brutx clients de la Capitale et de la
province qu'ilvicnt d- j transf.rer de
la IHe dea Froits-Forts. avec son me~ae
stock de chaussures, d la Grand'wR
au N* 153 avec 'inscription ci-deAs.
Les clients seront toujours servis
dans les memes conditions ; c'est-A-
dire avec les 5 /o d'escompte sur la
vente en gros ; sans oublier les me-
mes sains et la m6me exactitude.
La Mason se charge toujours de fai-
ro prendre les me.ires & domicile.

'racunris.'o DESUSE
k aorrant de chausaures
.A- \ r,' i 're a toujours en d6-
p6t u .-. ,<1 .t 'zk,- pour la vents
*n 's .s ,: *,- 'a chaussures on
to it A ; i* >a ur
U ,w s, r. wm s, ENFAJTS
I.Os c.>n tunis ds comii'rcants
de I'intAriour oourront 4tre ex4cut4es
dans aue soaini A pe. i -sa.
23, raa 'es F-ro:;.a-Frtcr:, 23
___. ,- ... .. : a .l r )
C-.-.... .. -. .- -

Chapeaux !
Chapeaux!!
Chapeaux 1
PAILLI 01 PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec 1e
eoncours d'un chapelier remarquable,
M. JAIVm TESTAR, d'installer une
FABRIQUB DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon d4 Coifwrd 4 Lwsure
Pour tous s le goAs et pour tonteo
1 I bourses.


Photographic
Artistique

J. M. DUPLESSY
120, Rue du Centre, 120.
Sel( itr'.ia (*sh ,.nri Ityard et rH6-
tel C(ommunal).
(TItAVAUX DE TOr)UE SORTE8 StVR
SOLO K: PLATISo. )
'Cartts Itrs artisliques, nouvellement
revues.
AGRANDISSEMENTS, REPRODUCTIONS.
ATELIER DE LUXE
Prix Mod6r6s
NOUVEAUTA:
Carter Mignonettes, par dous. P. 7
Photo-soie.
Offre ses services au publicde Port-
au-Prince, aux gens des autres loca-
litbs actuellement A Port-au-Prince.
Venoz essayer I

Maison F. BRUNES.
195 (GRAND'UE 195
Dirig6e par

L. HOaELIN
A;Mw.e'i inemmre ; le SocidW Philan-
thropiq;te Pie.i mwx;.A rs ailWlear de Paris
Viejr :*e re.,evoir un grand choiz d'd-
toffe.3 diaifonale, casimir alpaca, chevio.
te, cheviote pour ,eaixl. t. tc, RWcommau-
i3 particali6errAeent a sa clientAle une
bldle collection de coupes de caqimir,
Ie gi!ets de fanatisie et do piqu6 de
touts benaatt.
Sp6cialit6 de Costumnes de no-
ces.-- Coupes Franra:se Anglaie et
A.mricaine de la derniere protection.
La mason confecutonne ausi des Cos-
tumes militaires, habits brod-4
1olmacA. n. uues, habits car
ras a..* % 4re(a-d.
-~ ----
I A.
Meilleure Farine
du Monde
Cellie qui douhp le meilleur pain.
Qui product le plus de pain.
Qui do"ue J pain le plus blanc e
1e plus l,6ger,
C'est la Pillsbury's Best de Il
Pillsbv -y Washburn Flour Mila Co.
Minneaiplis Mirn.
Ecu. CASTE~A. Repdsa lwst-
-. --. _.
Cordoannerie Nouvelle


G. B. PETOIA
143, 1aRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHIAUSSURBS EN TOU8 GKNRUS
31 DtapT, POUR LA V anTI
*m GoRS NT DtAtAL.S
4zaoution pronpto des
oommaende, tant lot qu'en
Province.
Formes k homes ; 6legantes et ra.
tionnelles.
Chaussures de dames ( Dernire m.
de de Paris ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
ones avec des Peaws. de touis nwanuo
d'uoe selection et dur e irreprocha-
blo, & des pril arantageu.
Oirages, pAtes et Uquid.e
PIeW c |auseursv eds am.u m-


fISA RA BELLEVUE
Place du Cha p-do--Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)

Mine Il ermance ALFRED, direetrice
T6l6pbone. 220

APPARTEMENT8 POUR FAMIILL
DINERS-LUNOC8.
Installation wodermns oofortare. Fuesar loa mr. -A
PROPRIlIT SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUM
PROMENADES JARDIN8
SaUl de r4ein.-Pmsiane.--w.op .
Sonneries Electriques


Table d'Hote


got" I"a jestd, 4. sm a d S
do 7A8 hewe w AnEr


l3--

TANNERIE CONTINENTAL
DR
Port-au-Prince

CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULI1t,
Vente des chaussures : Ckvreau-glace, vernSi ot o
leurs, pour Hommes, Dames et Enfants.
I ( BoUToNNi, ELASTIQU Krt LAC* )


En gros et en detail pour toute la R6p


Les janbons et lards "Swil"

de leur marque "Premium"


Les jambons et lards a Swift Ml
Premium sont bien coonus et pilrdl
toute autre marque. Leur popularlt6 4t
A leur quality regulibre, ainsi qu'AL Il b
apparence et A Icur godt delicieui. LI N
Swift's Premium U. S. Inspected s *IM
quts au feu sur la couenne de chaqWl *
qui est emballde *ians de la toilet ot d
parchemin. En achetant des jImbeult
lards, veillez A ce qu'on vous lir Ie 1 s
Swift's Premium. a

Saindoux pur "Swift

marque Feuille d'Arg
-


sort du fondoir, mis en toehaux per
mdtiquement ferm6s, 3, 5 et 10 lir I
saindoux type de I'Am6rique, i jooit d' t
reputation, et la vente en eat rme.


Cos articles es vendent & A'6piorio do
Zak6, ohez Mr Justin Thomas t Cob
Mr Henri Bri lon.


_ ___ __


- I


~bi~r,


ertl


,,
~s-
'-''
r
U, --- \~L_