<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00394
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: August 4, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00394

Full Text


Deuxime Ann6e, No 403.


PORT-AU-PRINCE ( HAIT )


Mardi, 4 Aott 1908.


- m -I


j


j


QUOTIDIEN

ABONNEEINTS : DIRECTEUR: LENUMRO -CENT
nomTne celA et aPivtP en M870 et LE NUM .flRO CENTIMES
PORT-AU-PRINCE UN Mois. G. 1. clem ie t M g loizie,
DoPARTEMENTS ToIls Mois. u 3.60 ---c- Les abonnements parent du ser et du ti de chaque
REDACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
ETRANGER........ TaoIs Mois. c 6.
To 45, RUE ROUX, 45. Les manuscript lnsr6r ou non ne serontpa. rendus

Pour tout ce qui conoerne r1'Admzinistration du Journal. z'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonr.-Foi.

a lt oml linlunn Erannr o"me cela est arrive en 1870 et 1871 o'mrce aux .Afracains. (Car, pour four-
i Pr l'expedit.oi de Sirt Samuel liaker, nor los diflicultes qui ler sont oppo-
H aUlUU el li Er grque la ,les:ente du ileuve so trouve s..'s, leos supps ,le ce traic de chair
S1impiaticable pour lebateaux n~gier's, ihumaine imaginent mille ruses et
(** sont lesroutes terrestres de Darfour stratag ames don't I'eflet o plus cl.ur
Sl,, du Kioidofan qui constituent la seule Iest (d'empirer les conditions du vova-
CE QU I RESTE DE L'ESCLAVAGE \Voie de traiisit, et alors c'lt encore ',e que ces enclaves ont i elfectuer
__ ; It lespaules des esclaves que re- d'Afrique en Asie.
t )mtn)e 'cfllt de cette iouvelle com- Avec ce dernier cthaitre, nour ter-
Le lecteur doit se rappeler que difliculte d'une march long tt pt- !ication. mons le coup d'il que nous nous
0os nous etionis anretes sur ce sujet nible A travers les deserts qlu'il aut a Nont sulement, dit M. II. Saint- 6tions propose de jeter en Afrique
sa t relations des Arabes du nord traverser pour atteindre les liiux de l'imaint, la longueur de la marctie se I pour voir quel est. dans notre pi-
dricain avec les N;.gres de I'intdrieur demand. Les voyageurs, peu noin- trouvait augmentcet pour uIx dans une tIio originaire. le sort de se- popula-
e continent. Nous avons vu que breux d'ailleurs, qui ont ossav\ d- proportion coJriderable, mais i taul- tions actuelles vis-A-vis des repr6sen-
cuI-ci sont employs par les Arabes trancliii cos coutrtes arideA:idans les ;ait A tout prix traverser en un point taitas de la race blanche.
4deax falcons ot nous avons dit que meileures conditions possibles, le. ,quelOouquce la va!lee du Nil pour at- d n e
l premiere consistait a lea plier au cotnmern nts indignes habits; au t, indre les deserts situds A 'est, vers Le resut e o en Aq auue es i-
trail de la culture dans les ziribas, climate africain des leur enfance, td- la mer Rouge. Que de procaulions, siblemnt queenAf:ique, aucune es
qui sont des enceintes fortifldes oil moignent unanimement des dangers (qu de ruses, n'employait pas Ie aei- races atrang6res qui se trouvent en
botatissent les caravanes arabes. de toutes sorts que font couri' aux gneur inarciland pour dis.-imuler so.n contact avec le'6rinent noir, riest dis-
Nous avons h voir aujourd'hui la caravart-s le soleil brltlant, la rareYl' Iidaiil jumiiain lTanlttt, ii fallait ,,.-ioe.- le Alrelever de sa condition in-
dzQiBme fat;on don't les Arabes tirent des pits, la mauvaise quality des joul ner daus des endroits retirees et fi.rieure. Au contraire, toites ces ra-
profit des NNgres africains ; cette fa- eaux, litnpssibilit6 de s pr.:u'rt einsalubres ; tant6' on d-vait fran- ce. ont tendancer ee intet.t t exlloitpr
9On, c'est la vente ou la traite. lune bonne nourriture, la longueur des chir A marches forces un long tra- ;cte condition d infrrorit, et clst
Noas savons dejA que la trait ter-' trajets et I'loigerneent des oasis. ;et ; et ces nouvelles 6preuves, ojui- u'"elles folt le plu conscielcien-
rtre se fait de nos jours en Afri- a Tou-s ces inconv6nients, les escli- to, s a tant d'autres, faisaient d'innorm- i seent possibe et, chacne. avoc
que d'une maniere etltdnde ; ce n'est ves negires les ressentent avec I'aggra- brables victims. v le temperament qui la caractncise.
pas cette aflirmation quo j'entends ovation resultant de la march a pied. Parmi les esclaves conduits par cotte -- -
rp6ter ici; je veux examiner les trai- de I'eachaiwnet,du manque de soins. vallee du Nil, unep artie sont emplov6es! T
tementu .abis par les Ngres, dans Le traitant ve -,'attarde pas A attended en Egypte me.me, nous avons dejt. vu
ce tragic jui, depuis tant de temps de- le malheureux negre que ses forces comment ; le rest est destiny' aux A
i, soul,:ve la reprobation sincere ou trahissent ; il faut marcher qual mo- rnarclie-s asiatiques.
hypocrite dlas cceurs europdens. me, pour ne pas soumettre plus long- Pour aboutir A l'Arabie par Zanzi- RF.NSEIGT E.MENTS
I1 ya un endroit particulier du con- temps le troupeau d'esclaves A l'e bar, une nouvelle sorte d'obstacle se
talent nir o la trait se fait absolu- preuve du voyage. On abandoned done dressed devant les traitants arabes: les METEOROLOGIQT ES
ment au grand 'jour ; c'est le grand d une mort certain tous les trainardx.. navires anglais oavrent grand I' il sur -
march, de Tormlouctou, oft s so con- Au point de vue de I'opt.ration la t:aversee de Zanzibar it l'Hadra- O bal ervattoi-,e
attIent les caravanes qui vont vere commercial, c'est la part du feu mout, et it s'agit pour eux de dissimu-
Maroc. qu'on sactitie ; quant au point de vue ler, de caclier de plus en plus leurs un
, o(n N amtnne le Negre, conitne humanitaire, charitable, notre honmm marchandises. a On cachera done les SEMINIAIRE COLLEGE St-MARTIAL
ibeurs on amtne les denrdes ou le s'en preoccupe assez peu. esclaves ; on les empilera comme des
tail. Le:s Talibes, dit M. II. Tout cela, je le repete, se passe au sardines dans les boutres, qui less LUNDI 3 AO:r
anlt-Ronain, les Kanembous, pas- grand jour; les efforts anti-esclava- transporteront aux c6tes de l'Arabie, Baromktre a midi 762, 5*/*
rsavachers de l'est, y conduisent gistes n'ont pas encore pu s'excercer et les apparences seront sauvees. minimum 23. I
CN gres du Niger. Mourzouk recoit jusque sur ce tlieatre intdrieur du tra- a En revanche, les negres entass6s Temp6raturemaximum 37.4
Po le Fezzan et les deserts situds fie human. p6le-mele A fond de:calepnriront faute Trmoyenne diurne 29 5
i Sud de l'Algarie les Nagres de l'in- Cependant, au fur et a measure que d'air. moyen
o que les Bournouens razzient ces caravanes approchent des pays En resume, tell est I'infortune qui Cie clair toute la journ. jusqu 8 h.
daf la rlgion f.)restire situ6e au occupds par les Europeens, les trai- accable les Negres africains que leur d soir.
s4 du lac Tsad. tants se proccupent de recourir A condition social infrrieure livre pieds Nombreux ,clairs au nord apres7 h.
Ds e march pardu danv s l'int6- toutes sortes de moyens pour cchap- et points lies aux traitants arabes, Qu quest gouttes de pluie a 9 Aprs
?r des teires lea navires charges per a la surveillance des agents an- que memo les moyens rdpressifs mis 9 h. orange A I'est.
er Pcher latraite ne peuvent exer- glais ctarg6s de rdfrdner la trait. Et en euvre par I'effort anti-esclavagiste Rosie cc mati 4 ao6t.
o"ler action *aussi bien, le traitant alors les traitants, pour dissimuler tournent A leur prejudice. Le barometre aprts une hausse tres forte
s'en done, pour ainsdire, leur merchandise humaine, ont re- Nous venons de le voir, eneffet, cet dans la soiree, est descend beaucoup
joie. course A des stratagemes qui ne font effort ne restreint en aucune fa,3D la pendant la nuit.
( reaut6. quui 'raccom pgnent qu'empirer la situation des esclaves. trait qui se pratique dans le continent Agistn mirossmique centre midi 30
trai te ), les sowffrances qu'anda- LoSrque lea boards du Nil sont gar- noir, et 1 aggrave, au contraire, la msi et '. de l'aprh,-midi.
IsclaTves Uennnt sortout mue d: s par les forces anti.esclavagists, tuatUon d6)lIplorable fal. par coom- R. BALTENWBCK


-, -~l~llllllllll~l~rII~FCC~-~Y -CII -- -r I -- I I I I I --








Las Elections A C ba Lcbrun Gsston. five i la somm- de quinze
UE L e D Plt rsg urd.s Ia pension a iw,.nt.'ir, que l'poux
UNE DEAClE DU Piw RESIDENT ROOl-ELT ~ cra teni1 dc vcrser chaquc moe s 1 son
OYSTESBAY ( New York ) 3. En re- pouse. Fixe la provision ad libitum i a1
ponse A une depechs rveue hier soir du some de cinquante gourdci une fois pa-
gooverneur Magoon et dans laquelle cr f_'e. Condane e le s.eur Lebrun Gaston
ernier parlant des elections qui viennen! aux d6pens.
d'avoir lieu a Cuba, le president Roose- '?uuvelle composition
velt a fair tdlegraphi r ce qni suit : Pr idence do jngeJh Dupont Day.
Oysterbay ter aour, *Je fc!icite le peupl- Minisre Pb'ic : A. Thibaklt
Cubain de I'ordre qui a preside A ses eec Minis:re Pubic : A. Thibat
u tddca'ordrdqui a pri A ses1c Celui qui dd are Ition Azor irrfce-
tions et d'avoir ainsi proiv% sc capacity ble en selui u dtrare Ion ontre laor cmpa-
pour se gouvern-r. J. ne doue pas q, c Cable en se. prtentions centre la compa-
Icu prochaines enrtions soient ussi nrd gfic e d s chemins de for de la P. C. S
nes et aussi lovales ; et ie me riouis I; dboutc ct le .,:'dimne aux d6pen


Marriage 1906 et par consequent qu'il n'y a pas lievi
C'e.t le mardi iS conrann qu'aura li,.1- conidamncr Pedtin Azor solidairemen'
le inari ge de note ami AI.ilis BENOIT j'. .il db,)but Alb:rt Leroy de st
I'industriel bien connu, .avec M!le BI.AScal. tins cI mi, ns contre PtKiion Azor ; cor-
GAITJES. damnte la sus- dic companies A payer a
La &Bnediction nuip::alic ur s.ra dor Albert L*.rov en rep ra'ion du dommage
nd en I'Eglise Cathedral'. lui c.Ius par le ..ipo:ement des cars la
Nos meilieurs souhai's .aux f:urs pouY. onuinec dc nuliC gc(urdcs dans laquelle son
Trbunal de Cassation co iiprin lie.)or.iitcs de mddecins,les frai'
Sec.Tox CRININ .LLE de phii-r ci,:e et i vaicur estimative de
udti,'e ,tra,,cdii d #ll objects pcidus c t la iondamne en outre aux
SudiniIce cxtrrjini 'to J lundI, idpens.
A ;1t i9oS lEnsuite le Tiibunal a passe en Assem
Le Tribunal sous l.i prC.idenci de M bide gtmralc pour rcccvoir la prestation
le Vicc-pr6,ident Ernest IBonhomme pren I Je s ment de Monieur Leonce Coutaid,
siege a dix heurcs et detie du martin ct pro nominm Commissaire du Gouveremen:
nonce I'arrct qai re)ette .omme mal fondi prvs cc Tribuna!.
l'opposition formide par le sicur Fernan1 Puis le siege est Icve.
C l.araquc : I'ordonna cee de non-lieu, rec Ecole die Droit
duc ie 4 luillet 1,)8 par la Chambie d ;
Conseil de I'In-truction criminelle du Tri Mr Da -ts B.l:eg.rd:, ancient chef dc
bunal civil de Jl rmie, en favour de M division au department de I'instruction
Sm tl Pcrp-gna'id,notairc p b liz Jdrtmnie. M Publiquc a &te nomn professeur a I'Ecole
ordoiae en con.cquene qu.: lordonnanc I Natiuonma de D noitll t rcm!.acement dt
n laqu.lle ... opp sitio 1a C d e fai:e soil Me Valcmbrun, p lu dipat .
ex6cutie scion sa formne p t tcneur. No. compliments.
Plus rien le siege est Ilev. Huile de Coco
SGARANTIE PURE

Ad.4deue siile ordin.ire du ludi capotte de voiture ctc, etc.
,.,? ,out tsoS Par gallon et en detail.
Le Tribunal sous li prdsidcncc du jug, No 81 : ue Tiremasse 81.
A. St Rome, assist du Substitut A. Mon Prcsqu'a I'angle de la grand'rue ( Saint
:as, a prononce le jugement suivant: Joseph).
Celui qui admet li d':;nande en di- TN.,t, Pour une quantity de gallons
rorce du s ur Lebrun Gaston centre la da- fournissable au fur et A inesure on traite
me Marie Louise Isabelle, spouse du sieut de gre A gre.


made do' quarter des k.gations a d,
les 1uriescuic ct I saltIc A maner ds
all ger des4.
cirs allemandset a provoqu, I'c.a1pi
Ad'unddp6t de munitions. Deux so ar
--" l nds et an fran ais ont ds tn ia
L (onmission charge d rpar- soldats allemands et 5 franCais gti
li. les cirmq cent mille gour.es accor blessds. Quatre autres so dras crit
d&es par le Gouvernement, at litre de s. e sans xs et civik
secours aux victims de, derniers in- NEW-Y K es .-es C onstrai en ce.
candies de Port-au-Prince. porte a la avait d annooc6 M. Henri Fa~r ,
connaissance des interess6s que des excut hiert a premiere enrie ae
r .gistres seroot ouverts au local du blique d'aviation sur le champdie com
Tribunal Civil. de 10 II. 1 h le q de Brighton Beach. Les spectatmco
lundi, mercredi et vendredi de cha- nobre de 2.o00 environ ont als
qice semaine. :afl dc r .ollu-. dlemeure, et alutr'- tenseigne- faic une superb cnvolee.
ments propres A lui fa-iliior la tAche. FERNiE (Colomrbic al.laise ) 2. -CA
Por Aviter les encomhrem.'nt.P elle vil:e a'cxeption de 17 miisons vi
proc6dera par quarter. et commence- d'etre ddtruite par un incendie. On ig
ra :'i partir du MERCnEDI AouT. par encore le nombre cxa-t de, mons mim
ceux comprisAntreles Iues de la 1u- cinq families dcmcurant dans le ha
,ioi et de la RIvolution, de la ville s Port au Prince, le i Aoit't 1908 par les flammes et on n'a aucun espoir
L' Pr&idcndt d' ia CommIisio AsC SAuCr. On c'timie A une centaine
I ON NAU. nombre des bless. Actuc;!ement plade
6.ooo personnel se trouvent sans ari.
S1 -. HAVRI.-- Cald Haiti Cap : 42.5o.-La
paquebots a Montrial et rSchwanboWiq
N olloYlcs Etraeocrcs Paquebois.
PARIS .- Rentc 96 2o.
Le President de la IRepblique quit It
Dermnires D pedCieS Norvege bier, ii fut accompaink paru
Roi jusqu' bord du Verit' Ilurriv
NEW\-YORK .- On crit de Berlin 9ue ra A Pars mardi soir
la section allemande de la commission A la site de I'arrestation des dirigauo
mixte qui fat chargc6 de la r6gularisation de la conf6ddration general du travail, Ik
de la trontiIre du Congo (Cameron) est comit6 d6cida une nouvc:le greve g~nak6
partic pour la colon'e allemande du Togo, de 24 heures qui doi: se termuiner c oir.
sous le commandment du capitaine Von Quelques corporations seulement absr
Seefried. 11 s'agit cette fois de fixer la donnrent le travail entire autres les typ
frontiere Togo Dahomey don't les gouver- graphes. Plusieurs journaux ne parUat
nemcnti allemand et tranq;is ont decide pas cc martin. On ne i igna!e aucan ia
de la r6gularisation. dent jusqu'A pnscnt.
La limit' des deux colonies n'est ddter- Le general Picquart s'est read hiil
mine jusqu'i present que trds inezacte- Anxene on it visit l'Exposition Iri
men:. Elle suit d'apr.i une convention trielle, Commenciale ct celle des Ban
pasee centre I'Allenagne et la France en Arts, les h6piaux et les travaux do am
1897 le mrridien de I'lle de Bayo'. veau port.
La section allemande va s'occupcr des M. Mongeot, ,iputi radical a ~t6lu6i
son arrivee au Togo de regler exactement nateur de la Haute Marne.
la frontier de la colonies et de fixer les FERaIE ( Colo:nbie Britannique ) .
locl!itti qui rcntrent dans son domaine. Le dsastre de :Fernie a cor la vie 170
Ces tiavaux dure.ont environ six mois. personnes, dEtruit les ,-i:lages de Ferui,
PiKIN 3. Un incendie qui a iclate Coal, Creek Hosmnr ct partiellement Is
hier soir a dix heures dans la section ale- village de Michel. Les pertes matTidl


FEUILLETON DU c MA TIN Ah oui, si jamais en un coin de laterre
DU 4 AOUT 1908 () b:lie, Ic bonheur s'est trouvd ripandu sui
une portion du troupeau human, ce Iut
bicn sur la Mir.go.ane du commencement
R O M U L IWS aL 1an i883. Elet &ait toute pimpante de
R IM U L fraicheur et d'illusion, la petite ville. On
b.i:saiti .uacc en;rain, des halles s'dlevaient
i de droite et de gauche ;des jeunes gens
En ce temnps-l, Mir.:go.inc etait une pe- fea ticnt ou se chamaillaient avec le
title ville prosprc ct \viv-inte. L-s v\ici: iris curd Quant au carnival, sans se nrp-
itaeint atlablcs, les temmes e;icloues et les prochcr prrciscdnent de celui de Ve-
jeunrs gens debordant de fantaisic. A quel- nise ou d e llorcnce, il etait cepen-
que hcure du jour qu'on pas.At dans la dant dts pu- simillants. Les autorites
grtnd'rue et dans la rue du Bord-de-mer fraternisailenavc la population. Lecomman-
on bien par les ruelles transverales cou- idam c la Piace i'eiait point MiragoAnais,
Ut V'artere susdite, on elt pu entendre 'cst vrai, mais c revanche le commnaaire
Svoix plus ou moins fraches de jeunes de police, Mr le g6nral RomulasJoseph, Etit
ou de vieilles demoiselles chanant des ro. bien fits de la Cite. Miragoane tait fire
mances ou plat6t une romance: le cRap- de Romuluset Romulus s'enorguellissait de
pelle-toie de Musset I Miragoane. Ils talent taits 1'un pour I'autre.
Sur I'llet, dans le voisinage des cafEs- Aussa, depuis que Romulus a cessE d'exis.
billiards et des magasins de comestibles, ctr, MiragoAne n'est plus Miragoane.
les messieurs imporants de la petite ville, I
c'est-A-dire les fonctionnaires publics en
charge et les citoyens qui aspiraient A les De taille moyenne. le corps sec. et not r
remplacer, se donnaient rendez-vous chez do plus beau noir, Romulus portait gail-
le chapelier Sylla, ancient chef des mouve- lardemenc ses cinquante-huit ans. La sveve
ments du Port, A ce moment a cafetier f. rite de sa physionomie maniale omre
Et I, ,en face de la mer etincelante et d'une course moustache et d'une touffe de
bleae, sons le souffle bienfaisant de la poils d'srgent au mention, imposaits nd
bdse fdele, lesa audiences 9, toujours Is cessairement respect. II ntait au so de
aUnDe, trCommeaiL Mt.... Ipersoae quo qulu'a oa *t jamals maa.


Sque d'6gards A Romulus Le temoignage couleurs nationsales ct souvent adveo3i
r des ils concordait avec celui des pires. A la Finance juive, Romulus pensait d
t Hornet de devoir, si Romulus Cdait oswen-'ner au pays one preuve incontestable del
t sib'einent !e maria de dux fcmms l'une sagesse politiquc. Cela ne faisait de mal
: Virgina, mulitresse A la chevelurc soyeu- personae. Paton, le p!us a iait ime
Sse ct a la chair opulente qui lui avait don-'sier e gagnait honorablement sI vrit
t n onze infants, tous vivants ; i'au:rc Is- remie ; Christophe crait subrecargoe h
s menie, app.tissante n6gresse aux yeux de la goe'ette a Dieu protdle app
c brillants t aux lvres sensuel'.e, qui lui nant au commer ant Etienne Trivier,ch
Sen avait donned treize, tous galeinent'qui travaillait e, quality de comintn,
Splins de vie si done Romulus tai;t os- autre fits de Romulus, Toussaint.
Steniiblcment le mari de deux f.nmmnes, du, Toussaint Etait un 4 monsieur 4
Smin il ne semblait pas avoir rence ct se tenant inditfremment chez quait jamais d'envoyer ses canres d c
l'une ou chez I'autre, sans que Viergina en aux notabiliusd de- la ville a6 lW ,
Svoulft a Ismenie ou Ismnie a Viergina. mets de e ,Adw es deJ bjnne a ',I
Ismenic habitat le Detour et Viergina n alle pts csrolre qu'll pli:santa It
sur I'Ilet. Au fur et A measure de leur nas- 'saint Romulus Joseph ne phlim. r
sance, Romulus, par actes authentiques, mais Boyer, lui, ne faisait riet, i
reconnaissait sos rejetons et le Tout-Mi- dait. Persone ana ijamnis su quoi.
ragolne notable les avait tenus sur les fonts' Quaant Rothschild, sa vocltaj
baptismaux. Si bien que dans MiragoAne d'etre coifeur. C'dtait lui qoi
et les environs, Romulus ne comnpt i que' chevenu au Toat-MiragoAne comlst
parents, comperes cc commres. Et I'on Car Rothchild divisait arbitl"rci
sait que pour un Romulus, un compare est' population ea deux catigores
plusquun parent. o es al o.meMssrs et les
Des filsde Romlus. il n'y a lieu de O comme ient les c vI bo a
arer que des alnEs : Ption, Christophe, fiaissaient eIn bo -mouMerS
oer, Toussaint et Rothschild II avait eu bon paui d4 Rothschild
Christophe et Toussaint de sa femme mu- li doe d a Mrmcation. En to
trese, et de sa fmme noire : Pition, Bo- t b 9 d voilr qu'uno homar d
aywt Riodchild. Ba omsociat si d l !auN so ip do s'imragnr


I

I


'-F -rr~r Ir- o,- --I -I --


___ ~
________








L'terJe de Port-au-Pri-cs
Au profit des Pompit's Libres
GARANTIE PAR GEORGES COBY
Tirage le r6 Aoart 90o8
SiR K I
5 SO billet; A une Gourde
10 Lots Gagnants


SIeIt environ vingt-trois millions de '
ftcs. Des milliers de personnel esnt sa i,
CrNSTA TIOPLE .Trois cents office. r
Sbommies du second corps d'armie sont
iYvs ici auiourd'hui venant d'Andrinople
Sdonner au sultan l'assurance de la
Cte des uoupes. Le sultan les re seC cordialit.
STOCKHOLM 3.- L'empereur d'Allema-
S sa suite sont arrives ici aujourd'hui
r Ic yacht imperial Hohenzollern r
Le roi et la reine de Suede rejurent
rwipreur sur le yacht royal sukdois.
Ua grand diner aura lieu ce soir.
LODIES 3. -L'agent du Lloyb 3 Codfor
BnODCC que le transport r Aleppo sesta


On
ijx bu


P. 7-1
so
30
25


Les Administrateurs
ERNEST GOLMAWN, PAUL STKMPFL.
trouvert les billets de la Loterie
reaux du Matin, 45, Rue Bonne-


rsour les rochers de Serpa, sa positionFoi, 45.
t critique. N. B. Le tirage de la Loterie devant
-s avoir lieu bient6-. les personnel qui n'ont
Changement d'Adresse pas pay< leur billet sont prides de le fire
au p'us tt.

Le D, Edmond H6raux --
Informe ses:clients et le public en AVis
1 ral Rue on cabinet est trace d Une propridtc sise Rue de la Reu-
r,16l, Rue du C(entre, en face du union, attenante A celle de feu Fclix
Petit Theatre Svlvain. Salnave No 144) est mise en vente &
Pourvu d'appareils l6ectriques qui, un prix modern.
rice aux r4cents prgrs accomplish ,
dans la science constituent des agents Sa Iress r au No. 1 8 Grand'Rue.
thdrapeutilues .de premier ordre, ii Port-au-Prince, le juillet 1908.
mtrep:endra le 'raitement des mala- h-----o
dies suivantes : Photographie
Caner, lupus, 'neurasthinie, ndvralgi,. Artistique
hrnrit, hvnocondrie. naralvs:e ataxie lo- I


-&-..- ... ------ .
amnoncc, rhumatisme, goutte, sc'atique,
sihrite deformante. chlorde; paralysie agi-
ote, asthme, 6pilepsie, dilatation de 1'es-
loc, diarrhea chronique, ictire, troubles
mcionnels du ctur, artnrio-sclerose, im-
[mncc genitale, phthisie, goitre exoph-
al, diibte, chlorose. obieit%, mal
th, 6ilphantiasis, hbmorrhoides,
one, dysmanorrh&e, h6morrhaie,
Irine, mirite salpingite, fibromes, ainsi
qu des tats$ morbibes tells que : animie,
achie et stirilit4 de I'homme et de la
imm.
Consultations da 7 A 9 heu-
M du matin et de 2 A 5 heures
du soir.
-- -

S. Paret C.
Sc iennent la disposition du public
Pour location de voitures, corbiflards,
ctaises, e:c.
t'EREPRUIE GSERALE DES POMPES FU-
f'tasdont l'organisation a ti perfection-
d st touiours prtee A rendre les grands
tncs qui out itabli d&tinitivement sa rd-
o en la rendant indispensable aux
s fhpptes par Ie malheur.
S'ADRESSER a M. S. PARET, 73, Rue


RoulusJoseph se fit abaiss6 A lui
Ip tite de ses ciseaux Dans ce
improvirs et aristocratique, il y
'"_tincts d'un proscripteur farou-
sn Marat effrnC II ne parlait que
'4tl du monde afin de sauver le
Ctali tndant qu'il vous coupait Jes
poqul amait i inoncer ses .sidA.,
POr vorus donner des taes, vous
P*e oe r-P om vous distriboer
cher C Io passt pour tre trks
ot 't tout le monde le craignait,
ptn disait-on, mais revenons i

F&RLMAND HIUsrT.
( A suwre )


J. M. DUPLESSY
120, Rue du Centre, 120.
( Etrela Pharnncie B yard et I'H6-
tel Communal). 1%
(TulAVAUX LE TOUTES SORTS SUR
SOLIO E PLATINO. )
Cartes tras artistique., nouvellement
revues.
AGRANDISSEMENTS, REPRODUCTIONS.
ATELIER DE LUXE
Prix Moder6s
NOUVEAUT : -
Cartes Mignonettes, par douz. P. 7
Photo-soie.
Offre ses services an publicde Port-
au-Prince, aux gens des autres loca-
litds actuellement A Port-au-Prince.
Ven.z essayer I



A. de Jaltleslet C .

Toites les 4ltgances rares discr6-
tes, bruyantes, des parfums a'un char-
me subtil et delicat, Son Sou-
rire, Floramye, Vivitz,
- des bijoux oi s'enorguellit la
pierre 6clatante et hautaine, de mi-
nuscules objets d'art ot sourit la grA-
ce tuiste des perles, des boucles d'o-
reilles qui s' tonnent de leurs formes
varies, anneaux de fianCailles offrant
le symbol d'une 6ternelle jeunesse
d'amour, orgies de colliers graciles,
de lourdes chalnes massive, des cas-
cades dtincelantes d'or, de rubis, d'6-
meraudes, tout cela fait un coin de
paradise de la maison


A de Matt6is
qui est sitau& aujourd'hui
H6tel Central restaurd et


& Co
A I'Ancten
embelli.


An
Ca
Fr
NIC


MAGASINS DE LA METROPOLE
Mason JULES LAVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'TA&T, 93.
Viennent derecevoir par les steamers Frangais et Am6ricains
les articles franQais dq premiere fraicheur .
Ates de foiee gras truiITes Satucisses d'Oxford
iuditis noirs S.icisses de Cambridge
Idouillettes M;iljuereaux a I'huilc Amieux
irvelas Sardines lines- Louit ftt*res
homage crortte rouge, dits Teto de Moutarde en pot Ma Voisine .
ore. Pickles au vinaigre et A la moutarde
Saucissons de Lyon
Petits Saucissons d'une Livre environ


Jambons d6soss6s Beurre Bretel, boite d'une
Fromage de Gonda (pAte grasse holl.) live
Biscuits fin;. 01ilet, Bottes de 2 iv. ltit're fian-'ai.,, Mtiple'i Atlititque
Bonbons assortis. I:tiu nel blonde
Beurre de table de Normandie
En boite de 4 ivire., I'. 1, i. or.
Cigares de la Havane en botte de Genre Londes oe (:oncrhis
Prix exceptionnellernent avantageux


Les jaiiiboins e lardIs '"Swi"

de leurr Inal-41 lie, PrO111*11111 `


I.C'. J;AI~ibon-. t Lud .tj t 'A If t iatu
a Pit'niniinn Sont bi*nii coInIus et
touted autre rmarqjue. Ieur popularity est due
A leu' quali[6 rguhiirc. aiii ju'WA Ic ur belle
apparence ct Z LIleir goilt d4'i:ieuix. Les mots
c Swift's Preiium- U. S. rispectt it sont mar-
quils ai feu -iir la. cottemie (it! chtli'lue pii;,e,
qui est elnl)alkce lans de Ia toile ct du p ipier
parclheinin. EI actietant:tdes jatinboris et des
lards, veillez a et- qu'on v us livre la uinarq ue
c PtrS I'iemniumu.a.

Saiidoux pu I-r Swift

marque "#1 Feuille (lArgent


C'est du sainduux toitt-Ciit ptir, Cotn ii
sort du fonidoir, mis cvi Seaux tialhit' -S lthr-
mu tiquemneit fermtls, :3, 5 et 10 lives. ;'est le
saindo'x type de L'AmLrrique,1 ii jouit d'unie 1ihute
r(Aputation, et la vente en est ('iorine.


Ces articles se vendent A l'6picerie de Mme
Zak6, chez Mr Justin Thomas et chez
Mr Henri Brisson.


Changement d'adresse
Le magasin Hepple & Cie est trans-
f6r6 de la rue Traversitre No3 A la rue
Courbe No 86, ( encoig,.ure de la rue
Bonne foi et rue Courbe, en face de
la maison F. Herrmann & Cie. )
-'- .

H6tel Bellevue. -
Le mieux situd, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars.-
Caoline renomm6e.- Vue sur la mer-


C ie Pe Trianstlantiique

Le steamer QUtBEC est atten-
du vendredi 7 AoCtt courant et partira
le meme jour, a 6 hieures du soir pour
Petit-GoAve. II sera de retour dim:an-
che 9 et partira A 0 heures pour St-
Marc et Gonaives.
Port-au-Prince, le 3 Aolt 1908.
L'Aosrr, F.M. ALTIERI.


I lot 1
2 lots de G. 25
3 lots P. 10
5 lots A P. 5


- LIILII II I ~ I I


I









Au dernier eril
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A I'haonnor r d'qainnronvr A ses nom-
brojrx clients. de la (':pitd!e at de la
prnviijv:c .I1'i vint i,, s.- tr:,nsf.ArAr de
la Rupe d, r r,.Fr >.- ..s, :ivec 'on rn nme
stock de rCi iss11rs, ; In Gruatd'Rue
au N' I.'';av ; I'ins.'rIptio, n ci-dessus.
l-o clie-,rt soe,)n4 tonljours servis
daris Ies meinms conditions ; c'est-A-
dirrt av.-. I,, ',, dt'scompte sur la
vent a ,n ,s ; na ; li leS me-
I1,14; sfiirl^ (>t !'1 l rn'.niQ (xactitude.
I:t M:ii- s4e c(h itrg toujors de fai-
re preadre les mesares A domicile.
.e--- ----- -- : _II

Mac Nish's Kola
DE KINGSTON
E-. vontc
Chez Ca;tin:l Fouclhard
f?.' 1,4

i ir i ,I: n ; '. par le

Ch i,. '! ') DI.: IS ();, i S.


ETUDE
1)1
M. Cliarles +fillerv
NOT \IRE PUBLIC
.' 1li' l i ,,), o4 l P ,rle, 5-3
Heures : Hs a midi et .-s* A L 51
,. ..-- ..,, h, ., i E
...- p aussures
S, .- a Ioujours on de
p6 u, pour la vente
en v d chaussurea on
tous e A.! -, jour
'* INFANTS
I. ommercants
de 1' :cuji" cetrpr execut6ee
dAn '.* :**'--* -. ,e prbs.
S-* ...:. F '..s-F.orts, 23
-'1 .. VAITi )

Cordnotnerie Nouvelle


G. B. PETIOI
1 43, GRAND'RUE, 143
P!' IRT-AU-Pl SINCE
c:HAIUsSUHS RN TOUS GENRES
EK DAPAT, POUR LA VENTN
Wn anos a w D*TrL."
Execution prompted des
co-mmrnandes taut ici qu'e
Province.
Formes A homes ; Ailgantes et ra-
tionnlipd ps.
(Chaulasures lte dames( Derniare mo-
da de Paris ) et le plus commode :
chans;ures po.r enfants confection-
rines avec des Peaux de toutes nuances
d'une a6lection et dunre irr6procha-
bles, & des prix avantageux.
CLrages, pAtes et liquides
Pour chsauurse d4 toutss menoen.


VERITABLE

KOLA-CIIAM I PANE
; GOURDES ,.A DOUZ.lINE
A Vendre chez G. Blot
(i7, RUE Du MAGASIN )B L'ETAT
Seal repr6eniant d VW. I UCIi
( (ONAIVES).

Miaison F. BRUNES.
195 G(RAND'HUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancie membre de la Societ Philan-
Ihropique des matires tailieurs de Paris
Vi.it de rtcetvoir un f and choix d'd-
totles ,lir go. al. casimii ...pca, chevio-
to, cLhoviot ,,)Q- ,.'-,il, ,-;,, e.:omman-
de particulibreu.t' ii .; -lierntle une
bee clli caAimir,
de gilats .d- 'i_ .w, e' :ie iqu6 de
touto b'3a ^(.
Sp6cialit ;.i Go3~ac.t'rnrs de no-
ces.- a- .u1.'.- ,. sc Auglaise et
Amiricmine !ie ,j .*',.r i .re perfection.
La iri'lson ;-: :jl *..i "' :s Cos-
ta u -i :-;2.O i m .:: : ;.", t : +'.-. r
i',;Ls tls..'c f, L ar-

LA
Meilleure Fari?.r
tdu Munde
.eile qui dujo ie 0eit nr nic.
Qiui 'rol. .i Du D 'S e l !ie
Qai donut i- .r in, ',- s bi,; a'c et
le plu. 14,-io,,
('est la Pillsburv's Best de la
Pillsbvry WVasti'arn F.our Mils Co,-
Minl a poli ; t, i;t .
C --.,. f' :-,T-:-- ,"; -. ; ,t-- .

Chapeaux I
Chapeaux I!
I Chapeaux I I 1
PAILLI DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MIILN
Le coiffeur ar tiste, qui vieot avec le
concourse d'u i chapelier remarquablo,
M. JAIME TESTAR, d'iusta!ler une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GFFFRA RD
Salon de Coiffure du L.u,'re
Poar tous le.: godts et po,,r tioUtes
1 *s4 b(ur

TibBre Z6phirin Bell
Fabricant de chaussures
Rue Tiremasse, facade Nord de la
Place de la Croix-des-Bossalets.
Announce a ses nombreux clients et
an public qu'ils trouvaront chez lui
un assortment complete de chaussu-
res pour dames, hommes et enfants,
confectiono6es avec des mat6riaux
de premier choix.
La maison s'occupe aussi de toutes
sortes de reparations.
SPtCIALIT t:
PANTOUFLES MULZL


LImp. C. MAGLOIRE

45, RUE Roox, 45
TELEPHONE.

Joturnaux, brochures, billetsde

marriage, cartes de fian aille,

nrogrammes, affiches, et tow
autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et carta
de visit d la minute.


H T BELLEVUE
Place du Champs-de-Mars
PORT-A U-PRINCE (HAITI)
Mlne Ilermance ALFRED, directrice
T616phone, 220


APPARTEMENTS


POUR FAMILLE


DINERS-LUNCHS.
Instala:d on moderne rat comfortable. Fue ur la mer. -Tempdralwo
iouce et ir u,!ultrc. L.e Tramways desservent I'Hdtl-Bel-Bellw touS es les 7
PROPRIPTP SPACIFUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDIN8
Salle de rdeeption.--Pino.-Gramophone.
Sonneries Electriques
Tablell-a rl'HoA te'us les ours, 4d m/ Table d'Ha te '" "7 d uo,,. d, .,i S ,,,
4 7 A 8 heurss dw s*4,

T A NERIE CONTINENTAL
Dr
1Port-au-Prince
CAPA:ITE 500 PEAUX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)COUL11,S
Vente des chaussures : Chvreau-glac, Verni et om-
leurs, pour Hommes, Dames et Enfants.
( IoU;TOvNE, ELASTIQUE ET LACI )
En gros et en detail pour toute la R6publiqU.
I I I I I


A LtLEGA NCE
CORDONNERIE.
3 'tO'IF O3 ;
42, Rue des Fronts-Forts.
CHAUSSURES EN D1P6T,POUR LA VENTS
Promptitude et soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
(Chaussures de Dame forine et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Former ambricaine et francaise pour
Messieurs ; le6gantes et commodes.
Pour les enfants le plusA l'aise.
Travail solide execut6 avec
des peaux de premiere marque.
Assurance de grand rabais.
PAtes, Cirages et Liquides


Docteur Mathon
BOIS-VIRNA,
EN FACE DE Mr. HECTOR JJOm4'
CABINET DE CONSULTATIO:
9 J, Rue Roux. 4 cdd doe
J. VerrolloO. 7 1/2 d 9 1
du martin.

Auguste MAGLOIND
Informe ses clients qo ilsP ,
s'adresser A lui, aux BareaP
in, pour tous renseigneneDit
nant le fonctionnement : 10lo
pes & gasoline eta S)il
Allumoirs Aetriquu ; So de
mctriqwe d pies; -n s
toutes pioesde recbaigeP I-
leur Mtrs nde6 aif.