<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00389
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: July 29, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00389

Full Text

peuxibme Annde, N.


398.


PORT-AU-PRIN(CI ( Htn )


Mercredi, 29 Juillet 1908


J


QUOTIDIEN

ABONMEBIMTS : DiLaaus: E NUMLRO 1 CENTIMES
PORT-AU-PRINCE UK Mots. G. Cle6m ent M ag1oi0re, NU
DPARTEMENTS TaoIr Mno. 3.60 Les abonnements parent du i* et do i$ de chaque
AlR.,ML. T. Mi. RI~DACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
trRANGER........ ITaoI Mos. a 6. 45, UB ROUX, 45. I es mauucrits imar6s onu non e seront p reade.

ouar tout oe qui oonomncoe 1'Amiinistration du Joarnal, a'adresser A MonssieuAr Arthur .!IDORF.. 45, e Roux oa Boane-ooi.
-- ...... ,, Nord, l'Au,'ralie, la Nouvitle Z4Tande, f a Lfa Famil, intstable nerend IPs jeu-
nlPfl s Indes, la sui fac d trois coiti-, i n gt'rationsaptesArien,quand elle
S1 Illl l l ll flAlll~ient comin- l'Eulop E 1 .I intro-i it* les rend pas inaptes a tout. Elle
Suit dans routes scs possessions les ilev veses enfants sans savoir d6ve-
-- applica ionss les pl!s rcen~tes do la i Ilpper cliez eux le respect de I'auto-
Qu'entend-on par "famille souche "? science a I'agriculture, a I'industrie,, it1 et de la tradition, combine le fait
aux transports; elle est en avauce la famille patriarcale, sans faire nal-
xv palttout ; partout el'e faith reculer les tie chez eux la moindre valour on-
autres r.:c. s; ses nffants sent ess.en- finale, la moindre idee de se tirer
La zone airop,;ennlriq ii frme Illin- An point de vue de ces caractEres titillinent dou(s de i'esprit d'enitre- d'alfaire tout seuls, come le fait la
bitat de I ,i /,till -couch' e-st le Nord : print ipaux, no is pouvons don- resii-i rise ; le nionde semb 'o rop petit fatinille-soucle ou particulariste. Chez
Norvig-. Si-Ale, iDaiun itk, Atngeter mner les atiributs essentiel- des trois our leut audacp et pour leur tiner- eill, los quialits de subordination et
re, Holland, r-t la plus g'ande par:ie esji!_es de families humaines, comme gie. al'initiative sont Pgalement absentes,
Sl 'Allemagne. suit: A ces paroles eiupiunties A M. I)- et 1'individu qui, en rdalite, n'a pas
Je ne surnais miiux tire, p(ur La l fapille patri a'cdi.rep"'e. ?ute mfnolins,-M. Paul )escamps ajoute : 6t61eve, qui n'a 6tdrendu capable de
presenter los' caracteres princil)aux seu!emnelt I esprit de tradition; et ex- *C'estt elle qui, 1i premiere, a utilisd rien, est la proie disignle de rlEta. (1)
de cette es i ; c de ftmillo qu'eoi lis- clut I'esprit dle nouveautd ; les inachiies A vapeyr, les railway-, a La Famille-sourhe ou particularis-
ant parlor I e 'lay lui-mAnme. La fanille instable r6prosente su- les steamers, le t3l7graphle, e4 teld-i e, rend les jeunes generations aptes
a Sous lItur neill ure former, dit- element I'esprit de nouveaut, et exclut plione, les tra ways, les mintiers me- a so tirer d';afaire toutes seules ; elle
ii, les families souches du Nord of- I'esprit de tradition ; i caniques, Its cbles sous-mari ;s. forme ses enfanfs a Atre capable de
freot trois traits principal. Le pNre La fimille-souche represented i'alt (:'est ell. q(ui a crtd la giandrO in lus- s' tablir definitivement sur un domai-
s'associe ti Itr itier en le mariant au liance e'roite de I'esprit de tradition trie; c'est chez elle qu la press a n, celle porte a son paroxysme l'ini-
f yer dome-,ti qu.... provision de et de I'esprit de nouvciutl. pits soit ddevloppAment I piluS coin- tlative private. GrAce a elle. la valour
fa moit, it li'gue par testam-nt a Que cent mille do ces fami!les-sou- pilet ; c'est elle qui transforme Ic-s d- de I'individu est ament'm son plus
'hrili-r le foyer et I'ateli-r ; n me- ches se mcttent A const!tuer une so i sorts en pays rich -s et lqui r'pazl la Itdaut degre, ii est I'oryganisateur et le
me temps, i1 lui impose l'obliga'ioii cietd et des pouvoirs publics, les ca- civilisation dans les contites les plus maitre de tous les groupements de la
de pratiquer tous s devoirs du pere ractlres essentials de celte sorte de eloignes. a vie privde el de la vie publique ; c'est
de famille enver' ses fires et scours, famillo s'y retrouveront tout entiers. D cidient, ce en sont pas les pou. le triomphe dlu parliculier sur I'Etat. *
puis envers ses propres enfants.. Voyons un ppu. voirs pub i:s qui crientt I'dtat social, naintenant que le lecteur a faith
Rien q o la simple mention de ces D'abord '-esprit da tradition. ,t c'est bie:i c _ii ci qui engendre onnaissance avec les differentes es-
caracltres principaux laisse voir clai- s Tout to monde connait I'attach i- 'leo ,0voirs publics, au gr' ida sa for- pces de fimille et to genre d' duca-
rement ce qui distingue avantageuse- ment de la race anglo saxonne pour ina!ion. Doe i'ui, nous pouvons main- lion que chacun, 4' elles done aux
ment la fannilj souch3, d'une part, ses traditions et pour ses coutumues ; tenant nous en rnndre compete, I'tatt:jeunes g6ndrations; maintenant que
de la famille patriarca!e, et d'autre elle conserve de vieux usages unique- social lui-m4m3 est dtermind par les expressins d monographie d
Part, de la f .mille instable. Inent parce qu'ils sont anciens : les rgiaio failiale. Ia famille s, de a fimilles partiiarca-
Ellese distinguede la famille patriar- divisions adininistratives de IAngle- Ces conclusions snt poue nous de les ,, de a families instables s. de *fa-
Cale en ce (quo esprit de tradition, teoe soot faites de pieces ot de mo- a us grande importance, car elles milles-souche,, n'ont plus de sens ca-
rpr6sentpa pre, pis par I'h- ceaux cosus les uns aux autres nous donnent vritablement la clef chd pour lui ; maiatenant que le lec-
ritier-associdr n'6toufl pas, come des 6poqu3s tr6s diff6rantes ; I insitu- de tou e I question social. Noiu le teur peut entrevoir influence d6ci-
dans la fimille-pa.riaale, 'esprit de Ln de la prairie, les rglements de ivee et measure. sve de I'organisation familiale sur
s I fuillle-patriarCale.i l'esprit do doau pfurrit, ,,,...drt A meorure.aa
sooueaut, puisque, on dehors de la Chambe des lords et dr la Cham- dcomat social, et de celai-ci ur la cons-
AInriiier-associq formant la so:iche bre des Communes sont des coutum, p d l sur families et leur or- tittution des pouvoirs publies, e va
hAiliale et reprisentant la tradition, ellea n'ont gabre 4t6 modfl48es. Dail- cou d eil Sur Is hles et s eur o- essay p b le
Lamille product d'autres enfantt, leurs, en Angleterre, toutes les r6for- gai at on, A ndire, n mot sur ,als ca- dtaty d ce vatir ensemble, de lua
SUi soot les cadets, que li coutume mes sont lentes, elles no se tent pas gndrations nouvelle quI sorga os fare voir les dlff6r forces socla-
tretient pas au oyer traditionnel, et brusquement, mais lentement et s-on aiia e e e e 'esn application et lui fair tucher
ti, devant s'installer au :dehors plus cessivement. On ne fait jamais table onserveio familial o dperplue at u'e duo do d'expliecation a ientiflqe de
S .ins aids de la subvention fa- rase pour tout reconstituer A nouveau. coaractres de la soci t la su;prioritd sooiale anglo-saxonne.
._i,,, dt--d.oo ,ooI' Ad- ---t -a -"" U...
repr6sentent n#cessaire Adreslsez vo A an aditirs a ai s La Famillte patriarcalel dit M. R. (u meot sont ggnl a per nom.
tL 'esprit de nouveaut6 en raison eno ovoquant le tmoignasz imma- Pin, rend les jeunes gndrations ap- -_--- --
iSI'i51101e varidtdque rev~t leur moIle vicillo Angleterre, vous qeuez imml- Pinot, rend h's jeunos gen6rations an
iaue vadrit, ;que rev de lr mo e vdiatlle Amnget vos parole pren- tes a demenrer en paix sons I'auto- L'administration du Matin s
S't e it auu delor, au grd dce ini- diaott lo t'. ritt 6 du chef de famiile, le habitue A rappelle aux abonn6s de la Ca.
S-i se de I aptitude de chacun. dront sde ,jrit. -,, consacrer tous leurs efforts A la Corn-
TIersement la famille-souche se Ensite s'rerQi do quo-. mpi les 'mnaut6, a d6pendre entibremeot.pitale qu'ils ne doivent rien ver-
84i .-ue de la famille unstable en cil (i t est-ce qei a accOm li,
aftite d.e la e fam ille ae p st grades trasfo rmatioos a Ia sur- d'elle. Chaz elle, I'individu est anni- ser, abonnements ou autres
Pi,,8"tt ae "ueaute, qui ea ae- P1a 8 rea t2rrs -?9? C't preci- while, et entibremet aobordonn6e auza .. ,. r..,o
Cettederniere, est te mpr6 par du rob t repcsporSn. hlereot roueml da bod aesur REQUSIMPRIMtiS et
d oyer incr as l. dirAnt groupoments d ignu sur REUS IAdmPnitrf ur
it--- du, foyereinerdu crntans ,e -u-t ace -- glo- do sign-,adoW 1e .A mtnitratur
Pull wdans I'h6ritier-aiatoci. EM a tramfim-,-.'AM-qu-' doye..


C -r C- ~~m c~a~rr-up=r~r~ ~-~*- -. I Ir~ ~










ReNStowGNbMESC is
IETSOROLOGIQUES
o-
ObsernTatoire
DU
SA INAIIRE COLLEGES -MIARTIAL
MARDI 28 JUILLET
Barometre a midi :(2, i ,'
Sminimain 22 8
Tmarp6rature marximumr 34- .
monyene diurve 28 ;
Ciel clair le martin ; nuagenx I'aptcs-mi-
d,. Eclairs A I'ouest dans la soir.e.
Le baromtre se maintient assez bas.
K. BALTIENWECK
Arrivage
Cc matin est entr Ic steamer c Prins
Sigismund avec lcs passagers suivants
venant de :
'ew York : Mr et Mine Rut Miller et
2 enfants et servant. Mine KnaebAl, Mr
J. Cresh Marsh, Mr Harrv Synd.ll.
Cap Haitien : Mr F. Schies. Mr F. R
Rennedy. Mile Carmnlie Toussain;. Mr
et Mme leanty et enfant, Mr Alfred Au
gusted, Mr Alexander Ijibes. Mile Jean-
Charles, Mile Cherry Tessi-z, Mr Elit
Gratia
Gm wes : Mr Berlin. Mr Adam Mr
Ster'in, Mme H Alien e: scrvante. Mr J
Hasbourn. Mr M Kiwat, Mr Jean Mous-
sa, Mile CUcilia Tribid, Mile Joselia Joa-
chim, Mme CUrine Bk'aiplan.
Peret3tu-e de 1 i malle
Ies dtptches pour Ina.ie,. New York
et l'Europe vil Jer6mie par le steamer
*Aflvai e: celles pour Jrcnm;e, Montego-
Bay. J.amaique par le steam.r a Prins Si-
gismund* seront fermees ce soi, a troi,
thurts praises.
Port-au Prince, 29 juillct 1908
Naissances
Notre ami le Deputd A K. D)urand a
recu hier soir un tel6gramme annoncant
que Mme Durand a donn6 naissance
un gros garCon.
Nos meilleurs compliments.

Les 6poux Benoit Armand ont eu ce
martin, A 4 heures, !eur quatorzieme en-
fant : one gentile fillctte prCnomme A.I-
TA.
En faisant nos vacux les p'us sympa
thiques au bbc6 nous pr&sentons tous nos
compliments aux 6poux Benoit Armand.
Egl'se des Gonaives
La toiture et la couverture de 1'Eglise
des Gonaives se trouvent tel ement abi-
mees qu'il est impossible aux fidces de
suivre leurs exercises religieux quand il
pleat. II est souhairer que la proposi-
tion faite A a Chambre par le cddpute
Durw d cmudan i accorder one valour
pow les rarations de cette Eglise, soit
pi o e no se coauderation.
Tribunal Civil
Auswdl civ'k orrdiiare du 9Cardi 28
jflleSt 1to8.
Le Triblnal soas l prtsidence du juge
H. Moudetin, assist do iuge J. I. Desir
rmplisemt les fooc ions du Ministere Pu-
blic, a reods les jugemens suivants :
a..-Celi quicoodamnele sicur J. L. de
Pcio a ltournir one caution de viogt-
Sixe le delai de quinztine de la
da pedment jolgemnt pour la
3imI do Ie l. Caution as le cmndamae
-M ddp-M.


ao.- Celui qui mfit njant le juge-
ment rendu par le Trnb nal de Pax de
Thomazeau le 21 Aout 19po : entire Jo-
seph Georges et Colo u!i.n, ordonne que
le partage de I'eau s-: fora t ir.: les parties
proportionnellemem ; A c.I.udi. e de leurs
propridres, et compense I.s d6pcns,
Pois le siege est level.
Institution Vve Aug. Paret ,
Madame Vve Aug. Paret a i'honneor
d announcer aux families que la rentrie des
classes en son dtablissement aura liku le ier
indi d Oc'obre.
l'ort-au-'rince, 28 Joitllet 1908.
Plusiiur s Gu6riv ons
Miraculeuses


vie organique, Iaquelle et co@titttd
essentiel'ement par des generations sCCeS
sives de cellules s'cngendrant les ones les
autrcs, ce qui product la croissance des ti-
sus de I'o:ganisme et leur rcstaration
qitnd itl ont u~ endommas pr la ma-
ladie, mais ce qui exige d ne manutrc
6vidente le concou-s du temps ; quo'il et
scientfiquement et raisonnablement imps I
ble de supposer des forces naturelles ito
rees qui renverseraient la base essentietC
de la vie, telle qa'elle est dins la creation
actuelle, lequiclles ne pourraient itre sup-
posibles que trAns I'hypo Ihse d'ane nature
o-ganiqe autte que celle qui existed et
crkee sur un p'an different.
a Conformemen: I avis unanime des
-1 --- -I---- a..


membres de la commissoon canouque qu,
La a Semaine rligieuae a de Paris vient mea edie commi ss.ion canu
de publier une ordonnance de I'archcve-'a tudid ces faits.
que de Paris a portent jugemeut canonique HUE l1 d Coco
sur plusieurs gu&ri-ons opdrees par I'inter GARANTIE PURE
cession de No re Dame de Lourde Pour routes e cesde machines. Hrnais.
Resumant les etudes d'une commission Pr outes e de machines. a
canonique sur des guerisons miraculeuse Par gallon ct en etail.
obtcnues A Lourdes Mgr Amttee, en ver:n i Part gue Tiremosse dE .
de son a,.torit -6pi-cop.'e, juge et dkclar. Prs le i e la gand're (Sn
que Ies prisons, saVulcnues a Lourdes. de JoPr sq'. ang'e dl gran e (St
Melle Cld.nen:ia;. Trouv aujourd'hui Joseph)
-c ur Agr.4cs Marie, guerie d'une plaie au *L 'a Pour une quantity de gallons.
pied d:oit ; de Mine Authir, n~e Marie fou:nissable au fur et A measure on train:
Lemaichand, gucirie de lubrculose tt d'ul- dc gI a. g .
ceres ; de Mine Wuiplitr. nde Marie Le- Microb de a pares
branch, gucrie de tub.rculose pulmo- L irobe a press
naire ; de Mclle Es her Brachmann, gue- La rcputa'ion dei microbes ne'st plus L
ric de pLrltonite tuberculeuse, et de Mine dfaire. Ccs p-tiLs gaitlards s)nt la cause
Fratioise, nre Labrcuvoics, gurie d'oedl- d'un grand nombre de nos ennuis. Nous
ines'voiumincux, a doivent etre attributes leur devons nos maladies et mc-ne,parait-
A: une intervention :sp/ciae de Dieu, obte il, nos toquades. Nous n'avons pis
nue par I int.rcession de la Sainte-Vierge, de pires ennemis : et Dieu sait car il
ct q i'il faut y voir dLs fid:s miraculeux v. siit tout combitn d'ennemis nous avons
L'ordonnance de ILarchev4que de Paris. Mais il faut itre juste... Quand je das
apris avoir longuement analyst eIs cinq qu'il faut re just, je prends an ton bien
cas de guerison, contikntces cons:dCrants : omatique; et 'en ai honte Mettons
a Considerant que les cinq fits prcitus qu on pe sans trop d'incovNinicont, twe
echappent A toute explication naturelle, just de temps en temps. Eh- bien, pour
quelle qu'ele soit ; qu'en effect : dtre just, signalons c: fait ; on vient de
Prem'arement, pour ce qui concern d~couvrir un brave ct bon microbe, don't
les ifioyens thrrapeu'iques connus, soit il me plairait de fire I'loge,
physiqueis, soit moraux, qu'il s'agisse de C'est le microbe de la paresse.
reuides miateici ol d'influences piychi- L'inventeur -oi, si l'on veut, le trou-
quts, I'exprience demon re avcc evidence veur est un medecin ang'ais. Le nou-
qu'ils sont tous for.cierement impuissants veau microbe a rcia le nom a d'unciaria-
A produire ks guerisons qui prsentent les sis 1. Pen imprte ; mais j'aurais voulu
trois caractercs de celles-ci, c'est-A-dire qui qu'on le baptist plus gentiment d'un nom
soient en meme temps des guerisons de plus facile et plus agreable A prononcer,
graves maladies organiqus, des gairi- d'un nom qu'un paresseux retint sans pei
sons instaananes et enfin des guerisons ra- ne. It est courtois de ne fatiguer personnel
dicales et definitives ; L'uncirrnasis a r6vele comme suit sa
a Secondement, en ce qui regarded les presence. Les personnel qui ont affaire i
forces inconnues de la nature, derriere lui tonbent dans on itat d'aimable non
Itsquelles s'abritent curtains esprits, outre chalance, eprouvent un veritable dugout
qu'on ne saurait Icgitimement nier ce du travail et ne songent qu'A se reposer.
que I'on sait A cause de ce qu'on ignore, On chercherait vraiment A secouer leur in-
il serait tout A lait deraisonnable et anti- dolence Pour d6srer ne rien fire, elles
scientifique de recourir, pour donner la'ont mieux qu'une doctrine, un tempera-
cause d'un fait certain, A des lois purement ment.
hypothetiques, don't rien ne prouve ni On va me calomnicr, si je le dis... Mais
Inaction et la nature, ni m6me I'existence ; je le dir~i tout de meme. Je considererais
que, de plus, non seulement I'existence de comme un heuraux Cvernment que l pn-
ces lois mystrieuses nest nullement Eta- ciariasis a multiplat, chez nouss serava-
blie, mais quelle est invraiscmblable et im- ges. Nous regorgeons d'activiti inutile Par
possible, car s'il est on ensemble de fails exemp'e, quand il s'sgit de conduire le
constants et scientifiques observes depuis le char de I'wt, les bonnes volootes sont
commencement du monde, c'est que Ile innombrables. II n'y a pas, cn France, am
organs letss par one maladie on par un 'petit emploi qui no soit demind6 par ae
accident, ne so restaurant pas d'une ma-'centaine de candidau, on poor I argent,
niere ins-antanke ; que conjecturer qu'il ou pour l'honaeur, ou poor le plaisir, on
existed une loi cachdc, capable de produire encore pour rien do tout,simplemeret poor
un ensemble de taits d6mentant es pre-'le (alt d'avoir un petit emplot..
miers et exactment sur le m6me point, ce Quand an incendle eclate, n'impore
serait admettre, contre toue raison, que la ou, il y a toujours trop de gens quia es-
nature peut se contrtdir et se conmbattre lent fire la chalne : on est oblig d*o -
ele. meme et travailler ainsi spontanment, niser des services d'ordre poor carterIt
Ssa propre ruine qu'en outre ut sroot, dvooments trop abondets.
I't istaece d'une erce inconnue, rdparant Les conductersn do noire jeaoee lai .r
subitement les Ieions do corps human, commandent do ne jamais nre iapdve.
serit nettement opposed on plus scale-o Dux peee On s poet M a
meaLt os o0 s lso plt A ris ea dqIn ai;ri. tot sle de t-
looslses, muai priasope maS de la vie, drae soe beog-de i ton 3at


I


ne faith as une besogne utile et qo
veuille travailler quand mrme on
son l ncrgie en pure perte ou n
en faith mauvais usage ; c'est ce qui a
ve que trop souvent. E: quel boanbe5
le bienfaisant unciariasis s voulait
un peun I'nergie de nos confedere do to
vail, celle aussi de -os cambrioleurs q
deptis quelques mois, n,. percent pas
Minute !...
La paresse est une aimable vent, qu
peu de gens savent pratiquer. Let s '
po-ir s'excuser, en mddisent. Je me
le un vieux savant qui vers ses quatre-v.
dix ans me disait.
Voycz vous jeune ihamme ii fao b
vailler tout le temps. Au moment oi rad
ne travaille pas, on profi:e du travel d'r
trui !...
II avai. passd toute sa vie A &crire
tri, gros ouvr'ge en beauconp de voluas.
Aprcs soixanti ns de perseverance, ill
termina. Le ddbat de l'cauvre avail bew
coup vie.;li, e! la i i n'etait pas non pi
t;cs au courant. Son souvenir ne saaci
c re A qui 'a connu, qu'un mediocre a.
coluragtment A la vie laborieuse. Et c'esa
ciuse de lui. notamment, qu'il mi'a
conven ib'e d esquisser au moins cet
de I'unciariasis s.

H6tel Bellevue. -
l,e n icux situd, le plus co.
fil able.- Chanp-de-Mars.-
i:jisinic renoinmnie.- Vue sur la ar.



Noouviies Elranglnm


Derni res D6p6ohea

REVAL 28.- ( Soir ) Pendant le diafr
de gala qui a eu lieu ce soir A bord do
yacht imperial a Standart ,, les navir
de guerre russe et francais eaient brillun
ment illumines avec des guilandes de
lamps electriques qui dessinaient len
coques et leurs mArs. Dans son toast,
tsar a souhaite la bienvenue A M FalHi6r
en Russie et a exp:im6 la conviction
sa visit contribucra A r.sserrer les liens a
anitie, qui unissent les deux pays et seirin
:. maintenir et consolider la paix-du mWo
dc; le President de la Republique frgaia
a idpondu en remerciant le tsar de I'cci
qui lui etait fair, il a ajoutr qu'il d
heureux d'affirmer les sentiments dV
mniti. constant et fiddle qui lieles dc
peuples et qui est consolide par l'entreW
actuelle, et servira, non seulemeot ip
rantir les intrcts communs de 1 lira
et de la France, mais encore l'quilibre,
ropden. Pendant le diner, les msl
des navires de guerre ont fait entead .
airs anjoues pendant que le Pr6sident H
licres dinait I bord du 4 S-andart ',
d6tachement de marines fran'ois i
part A ui diner suivi de concert iAlod
cuirass6 d'escadre russe a Tsarvithel
frequents applaudissemenu qui s C.
entendre de ce navire temoijnat. .
camaraderie des marines des Aeo
HoNG KONG 27. U n iphon l
soir a minuit de nombreases viaBGUI .
mi la population chinoeS de cett
importance des dCgats est imnmbe.,
BERLIM 27. La voiture tam ..:
prend part a la course d 'aso ob
York-Paris est arrive ai ce i a
heures ; clle est rcpartie I t
demie pour Paris. ,
LONDRBs 27. Sir Charls DilhS
rares anglais qualtfids peer ^
opinion str l politique
do ridicule IldMe d'sa p ''






etAllem3gne ; le discourse pessi- o a
0prvof-on a11 semaine dernire jair
SCromer I la Chambre des lords u-.i Ron aisi
rou'accentuer le sentiment de mal.rs
q acraintc d'un conflict provoque par :
qiI s Le steamer Prins Frederik
0 ks anglais.
OIDES 27.- D'apres les journaux Ion Hendrik vsnant do sud eat ;ier-
is ii lexiste un grand scepticisme par- du iei vendredi I'* 3 courant, il rcpar-
i is membres du part de la jeune Tur- lira dans la soir.e pour St M:rc el
l quant la sincrit~ du sultan dans les New York
iiresqu'il vient de dcider. Lesdepeches Port- :ia-Prince, le 29 Juillet 19 :.
sn aujourd'hui de Constantinople in- H
ijqt que Rashil Effandi, le frere du Sul- GERLAC H : Co,
, lttera pour la possession du tr6ne si; AENsTS
ae mier' (st ob!i,, d'abdiquer. L'id6c III I.
IAbdul Hamid de cCder le tr6neA son fits Bor a
SEhbin rend furieux les partisansV n de Bordeaux
lail Eflandi ; celui ci est tre populaire Le vin de la maison Boub6e
ims arme et iti pourrit s'opposer forte-
nt al'uProjeetis de son frore. fre rea de Bordeaux se vend chez
P u s.-9 Rent Mr App. OLPO LIN, 155, Grand-rue
Le President de la KRpublique arrival hier on face de la Compagnie G nerale
iReval, il fut rtu par le Tsir A borJ du, Transallantique.
ycht imperial Standart v sur lequel, -r- -
0t lieu un diner otffrt .1 M. Fallires et Changeaent d'Adresse
i sa suite par l''Empercur Russe. I I
I mastine d'aujourd-hui fut consacrce Docleur Mathon
avisites des navires russes et franqais, A la Boes-VRn A
remise des Iadea A ]a famille imperi'le BOIS-VERNA,
emise des cadeaux Ea famille imprle Mr. CTOR J.-JOSBPH.
etdes decorations. .n nE CONS T
. Pichon fit ru -Cz marinl cn un ;. n- C.tlI.\ET DE CONSULI TION
ctpr;vre par l'emprcur. M I.vlsk in 90 It ~ x.r, i c6tl de 1' nl,'riamerie
aisne'des affairs 6tr.angrs de Russie, rci- J. Vervollo'. 7 1/ .d9 /Lt heures.
&itvisite au president de la R publique. du nmatin.
Une conference imnportan'e aura lieu cc _. .n- -
irentre MM. Ivol-ki. Pichon, N.lidow VIRITABLE
aTouchard, ambassadcur de France A S- ..... ..AII.A I A
acasbourg bt KOLA-CIIAMPAGNE
i. Clemenceiu r; i ce nmatin les mt nL-S DOU
ns de la contederanon gndralc du coin- GOURDES rA DOUZAINE
are, de l'indusirie ct de i'agracilturc. A Vendre chez G. Blot
Leministre du commerce inaugura cet
.abmidi au grand palais, le 3s salon des 07, RuI DU MAGASIN DR L'ETAT
imalies du mobilier. &Sul reprd estant de W. Bi H
t Maojan,sous-secretasre d'Etat de 1'In- o(KGNAIVEs).
hir inaugura hier A Douville le bureau
SFes,e group, scolaire et 1'exposi- P',s !. .
L'officid promulgue aujourd'hui la loi E14gnt3, solid-., arrives par le
atOisant an gouvernement de d&cerner .onti, sol arriv
u certain nombre de decorations de la Id- Chz 5 LEONIDE SOLAGC S.
iodhonneur A occasion du cinquan- Chz M LEONIDE SOLA E ;,,
enairede la Socct clinique de France. 't,1 "d ?r, -i o_ "
HGiGKOsG.2SS Au course du typhon ---
qipssa hier sur Hongkong cinq steamers Changement d'Adresse
a le torpilleur anglais a Witing furent
lds Ila c6te. 'n steamer inconnu coula
li que plusieurs chalands. Quinze mai- L s sousignes ont I'h n eur d'avi-
's frtnt detrui es. Les jardins publics ser le public et leurs clientsri lu'il
hktu ravages et 1e rues hloqudes par les viennent de Ir.nsfrer I' atelier d '-
kiavgs et les res bloq s pr ls b6nist.ri%, I.E PROGRIS du nujr.
L stmer anglais i Brra.- et le stea- ro 116, an No 132 de la inmme rue,
ae" Vandalisa, s'abord&rent et se firent ancienne m ison A DE MAI TEIS &CO
0considirables avaries. La maison informed au-si qu'elle a
CroxN.- Le steaner chinois a Ying, besoin de bbns ouvriers edbnistes
d, I du port de Hong Kong ayant Port-au-P since, 30Juin 1908.
d ri cents pissajgers chinois coula MARTINO & FERRARI
1 CO"s du typhon d'hier. MRI &F R
QhEc. Le prince de Galles se prdpa- -
Squtter Quebec dans le courant de la ChRpeaUX
r". rent en Angleterre sur 1' In- Cb ape... I
gaq"b 1. Les navires de guerre 6tran- L apeaux I I
iatiroot demain. ..a.. 1
1AMT.IOPLE. L' situation est plus ChapeaUx I 1
d e piqe ordere de libirer les ,lILL DK POlTO"RICO I
WPO iitiques a dti donnd. FAILLE DE PORTO-IC
U OUR.- Le chol&a qui a fait ACCOUREZ CHEZ
brition en Russie est trs virulentMILL
p Sur douze cas ii y ceut onze I SAN MILLAN
I spropage rapidement. e coffer artist, qn viLnt avec le
IAGU3. L'armie et la marine e eur arts, qui ,ient avec le
coSidA armbl et la ug maent e concirs d'n habpeler remarquable,
'r- ablement augmenimes. JeI TESTA R d installer ane
On trouvera F&3I1O9U DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
LE MATIN 8bsi^ de Cwjwed V Lw I
S ,l'6tel-Bellevue Pour toas les goats t pour 1r.ti
Ie boarSli6


A. de Iattis cI uC.

Toutea le, lIgN r .: i itt-; di.:-, Z
les,bruyant, %..les (- irfutils 'uin cl:har-
me subtil l e dtlicat, Son SOU-
rire, FloramyT e, Vivitz,
-- d 's bij-',,x l(, i' ,: i-,liit la
pi-rr' iatsl imta*', e it! i i t;i.; i. 1 n mi-
uscule. s objetl.s d'a:s 1 ou .o,.<: it Ij gara-
ce tiste des porles, des boucles d'o-
reillps qui s'"tonnont de leurs formes
val i'et, a:,'i.aux de fianailles offrant
le symbol d'une iteruelle jeunesse
d'amour, orgies de colliers graciles,
de lourdes chalnes massive, des cas-
cades 6tincelantes d'or, de rubis, d'&-
meraudes, tout cela fait un coin de
paradise de la maison


A de Matt6is


& Co


qi.i est situde aujourd'hui A I'Ancien
HI6tel Cen'ra! rpstaur ct embelli.
Ces italiens ont gar16 la nos'algic
de toutes les fantasies d';irt admi-
reesjadis chez eux et ajoulnit A ton-
tes ces frivolit6s aliay.antes, lu-: ob-
jets indispensables qu r'cclame lai
Vie. i\l out ch'z eux un assortment
d'une grande rscliPsse, po:ir totus les
goits et pour toite. le.s bIo.rees.


Photographer
ArtiUtsque

J. M. DUPLESSY
120, Rue du Centre, 120.
(F etrela Pharmacie Bayard et I'H6-
tel Communal).
( TRAVAUX DR TOUTBS SORTES SUR
S4oLIO rt PIATaIN. )
"artes tr s arlistiques, souvnellaml
refues.
AGRANDoISSaINTS, RIPRODUCTIONI.
ATELIER DE LUXE
Prix Mod6re
NouvRAUTi :
Cartes Mignonettes, par douz. P. 7
Photo-soie.
Offre ses services au publicde Port-
au-Prince, aux gens des autres loca-
lit(s actuellement A Port-au-Prince.
Venoz essayer I

Avis
I'ne proprictl sise Rue de la Rdu-
nion, a'tinanto A celle de feu FBlix
Sa.!:ive No oI ) est mise en vente a
un prix mod]6r.
S'arlresser an No. 148 Grand'Rue.
Port-au-Prince, le juillet 1908.


MAGASINS DE LA METROPOLE
Maison JULES L VILLE
93, 9UE DU MAGASIN DE L'TAT, 93.
Viennent de recovoir par les steamers Frangais et Am6rioains
les articles frangais de premiere fralcheur :
PAt&s de foie gras Irufft Saucisses d'Oxford
Boudins noirs Saucisses de Cambridge
Andouiflet!l s Maquereaux i I'huile- Amieux
Cervelas Sardines lines- Louit freres
Fromage crotte rouge, dik Ttee de Moutarde en pot- Ma Voisine a
More. Pickles au vinaigre et & la moutarde
Saucissons de Lyon
Petits Sauc'ssons d'une Livre environ
Jambons d6sossds Beurre Bretel, bolte d'une
FromiaKge (,oaiJ.d (pAte grasse itoll.) livre
Biscuits tfis Olib ., i ,l es do 2 iiv. Biiere franCaise, Marque Atlantique
Botbons assortis. Brunn et blonde
Beurre de table de Normandie
En bollo do 4 livres P. 1,40 or.
Cigares de la Havane en boite de 25 cigares
Genre Londres et Conchas
Prix exceptionnellernent avantageux


TANIERIE COUNT
DR


ALE


Port-an-Prince

CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
PREPARATION DBS PEAOUI D VINIT-OUATRI (24) COUOL55S
Vente des ohaussu reS : Chvreu-glao6, Verni et oou-
leurs, pour Hommes, Dames et Entants.
( BouTrow t* ELAsTour rt LacA )
Eo gross et en d46tal poor toute la R6publq .


- ___II I






Au dernier cril
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A I'honneur d'annoncer A ses nom-
brtui clients do la Capitale et de la
province q'il vient de se transfdrer de
la Rue dtes. Fraonts-Forts, avec son men
stock de ch;:ussures, d la Grand Rue
ain N- 153 avec l'ine.r'prtioi i-dessis.
Les client; seront t,)':nirs servis
dains les. mAm,1.s conditionA ; c'est-A-
dire aveiC los 5 o/o d'escompte sur la
v.nte en gros ; sarn oiulitf I"S me-
mos soins et 1a mmrn' exac'itude.
La Maison se charge toujoljrs de fai-
re preadre les nmesires A domicile.
LA. NOUVELLE
MACHINE A COUDRE

L'HAITIENNE
A Une bonne machi-
DIes4 co, Ilt re A I un
prl ixiih.
La in tclhiie tiln
long Irs, unt. I,,,,e
i;aa ette ,ti i s'entlile
i lle-lnelalt une ai glil-
le eoourte qui se met ,'X ilec-iniir en ipl.
ce, uite Calnniilte (qui s -' giarit auiltol.i-
tiquement ail mnyen l'ul.ii roue folle
s3ns qu'on ait besoiin la machine. Ello est bien coniistruite,
bien finie et gentiiiltelt li4c-orde. Cette
machine est faite en le nx geures. Sur
une base en bois oi n 1 le IP. 8 or



juj li ]li. e


en bois co,.rbe .......... '. 10 or
Je serais leureux l i;, vou- voir etsi .iyler
cette illachille, soilt q *w, v0o1. 1 iitllVOyil0z
VOs Olidres ici lirece'teltilt suit que vous
me les allressicz par i'ziitreniisi., die vos
corresipoinlatis I 'l of l'i I;' orlt-u- prince.
Avecc cha;lic ni.ichliine j'envote sains
augnmentatioli de prixi, les ac.essoires et
pieces suivantcs:
I soutacheur I broilcir
1 plisseur I otateur
4 ourleurs (gran- 1 iecl-Ae -biche
deurs assorties) i birtte ,'imilei
I guide avec vis remprlie
6 canettes I tournl vis
1/2 ,louzaine I'.ai- I livre 'l'iiistrlctioi
guilles
(ette inmchiiie est faite splJci:loeline
tailleuis t contllric res..
Nicolas CORDAS '0,
SU'L AGENT
157, Rue Rdpublicaine ou grad'Rue,
Port-au- Prince.
Vous trouveiez tdgalerneit routes les
Machines A coudre de Singer Manufac-
tare Co.
Pour des commander speciales de-
mandez renseignements.

Arriv6 par
le dernier steamer

Mao'Nish's Kola
DE KINGSTON
Ei vente
Chez--Catinat Fouchard
Rue du Centre


Un homme
extra ordi u ireI**..

polivfi fl mA')f-lilIpI-d
gnnefiso~urA, bieti (Ijo )C.-t 11oi, au-
can lamninife do ia '*le'hnit.' '4d
Federico Garcia,
(Gradwu%, diplorii et ndzuaits dte institute
X. Lhirrm SAG(, Rochceter. New-York
rie -4 soit offTirt pvir perin-Attre A
tous d n, ttre ses talents A I'dpreu-
vo M. Garcia tonn4 'lIi scopticis-
'no manifpsiL. par tant do personnes,
s'est d3ilare% pitt A meitre A la dis-
position de tous son savoir et son
pou vo jr minevefileux et presque sur-
humain.
Ai~ve-~z-v' p1.; l-oit ide I.h clairvoyance
Iita :~~ ~ IuItit 1 t!es ceiitaii'ie.
10 ,Pi'eu; dc i ponvoirs miracu-
i-ImX, vouI'-z-v'.u. russir dan. la vie ;
v.)'Jl /voua- conI; itree I.s secrets d-
ezix '::n v!I hati"sont, les piges'
TiC vo" '; levez (viter, les remtd es
qui u.-r nt v: ) s m at x.adressez-
VOIIS ;oil Profoseur Garcia. -eRu
I"o-IuX ci-fIevan! r Boi ne- Voi, No 55

-ALiisint F. B It ESOD,
1': 'iRJ!;ND'RUJE 195~
D urigjda par

H OODFtIN
-mxm?re -:ie L-C SOCieti Philant
Zmo vitafirC; faiUsurst de Padis
I~~-~.!vi gr-is il choixi~i d'd-
41 Si714 tatt.?rr tatj. Aeya, ebcoPmiro
a ~ clieutsle une
'A. 4-)Upid s do iod ir,
i --t ;i ''--nit~ da iiiu6 de


*,.al -e ~b Costumes do no-
'Goape Frangalse Auglaiso et,
~o? '.LrloJ de o adernilre psrfoctlou.
naitn -c Cmnfectio'-ine aussi des Cow-
.a ru is rn:;taires, habits bro~s,
--i t.* t-arniquais, habits car-

XLA
Moi1. Itare Farine
1u Monde


"kik-l qu. d'.inee i meilleur pain.
Qui prodIuii le phls de pain.
Q)uii.onno lo pain Ie pll's blane et
P3J PIL1.3 1ger,
C.'est la Pil.3sbury's Best de in
'ilksbuiy W,'4arn Flour Mils Go,--
M1iPQ~91is MiuD.


Tibere ZUphirin Bell
Fabrica'it ds chalassures
R~lie Tirarnasse, faqale Nord de Ia
1 .I..,s '3 In CroilASz3-S0,-R ainc.,
Announce & ses nombreux clients et
a i public qi'ils trouvaront chez lui
u i awutrimeat complet de eh-miasu.
ris pouir darnm, hornist et enfantRd,
c~flmctionn6es avec des matdriaux
-1-i premier chruix.
LA r -i-4o s'olacupe auisi de touted
)rtes do reparations.
SPtCIAUTC:
O YF MVLN Trr.?' LTC S


lul)p. C.


MAGLOIIq


St5, RUE Ro]x, 45
"' -" TEL "IO'v .


.
JOurll.1,4n.1., rbil, tres.9 hblle8sl








* ,i i ,i e d Ia nmiinudte.



H -S' BEILLEVUE
Place du Ch .-s-de-Mars
PO R T-AU PF : N C2 (HAITI)
Manw Ilermance AL s'i ED, direclrice
T4lpphbcrt, '2'20


A PPA PTEV*.EXTS


I'sUl FAMILLE


DINFtSt G 1i1S.
j. w::7;.aId)'Z .,i.'d i i.c : cO,.fortble. -V Vue zur la oer. ,mpk afws
7 dev* v- a aC.t I'Mtof B.Pl-evue loute iale 7N4
t. Sr V'~! EUSE. S't U v Rf 1N ST UR DF UK RUES
i1MENADrc:; -JAI DINS
.4SvlIe Ic reaprti,,j._ -- -,o.Gramophone.
z-. -i jerie a i riques
~ 2;'~ !es Li ~da rldl 4V heurm,
41w. 7 A v Ju i i c


A L'FLt GANCE ICordonnerieNOUv


CORDONNERIE..

42, Raie des Fronts-Forts.
'ChAUSSURFS RN DkJ'6T,POL;R LA VENTh
Promptituile et soin aux cominan-
des tant i qu'tn pioviIJCC.
Utiaussurem ', Ie Dame formtn e t a-
vail toujours tout ce quit y a de plus
nouveaux.
Forms am~ricaine t fraz~aise pour
Messieurs ; Ml(rgantes et commodes.
Pour Ies enfarits le piusA I'ai.e.
Travail solide execut6 avec
dis peaux de premittreruarque.
Xss-ariixe de. grand rab-i-. -
PFl'ts, irages en tLiqu&ids

Francisco DESUSE
Fabricant do chaussures;
La Manufacture a toujours eQ d&
u6t un grand stock,- pour I& veat*
in gros et dltail. de ctlauseures o
'ous genros pour
HowIws, FaIgvss, EPAvwrrs
Las commandos dos commrgarga
4e N'iutdrieur pourrqnt 4tre ej6cutde
iaces an& semalue & pae pram.
23. ro f dde s Fots-For'at,
PoIL?-AU-PrUcR ( SmA)


G. B PETOII
143, GRAND'RUE,B14
S PO RT-AU-PRINCE
i'HAUSSURES EN TOUS 0100
KN DEP6T, POUR LA V
EN GROS ET D*TAILMI
Execution prompt
comrnmandes, tant ici
Province.
Formes hoinmes ; 1ganDte
tionnelles.
(:.aiissuteis Ide dames ( DerU'
.1. de Paris ) et le plus
,'olhiussures po'ir enfants
tsePs avec d-s Peatua de lot'
'tine s':ection et dur6ee
1 s., .i d.?s prix avantagel. a
Cirages, pAtes et Ii
Pour chaussures de teio

A uguste MAGLO
Informe ses clients qu'ils
s'adiesser A lui, aux Bur"t
in. pour tous renseignemenal
nant le fonctionnfment : i O
pes i aQazoline et h nahd";
A4 llumirs oleclriqus ; 30 do
0flectriques d piles ; .- ll d
toutes pibcesde recbange
leur btre n6cssairs.


_ __ .L L L-~~ __~ ~~ _~____~