<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00387
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: July 27, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00387

Full Text
peuxirne Ann6e, No 396. PORT'-AU-PRJNCI. ( H.,r'. Lundi, 27 Juillet 1908
5 --- r- I ._










i Ii


QUOTIDIEN
_ ""-- I-- I- ... I--" -- .. -.f. .I I-IaII I
ABONNEMEITS : DIRECTEUR:
PORT-AU-PRINCE UN MOIS. G. G1. NUle t a loire1ENTIMES
DIPARTEMENTS TROIS Mois. a 3.60 L-- Ls abonnements parent du 1er et du iS de chaqae
lTR. AC'I ION-ADMINIST RATION mois et sont payables d'avance
MTRANGER........ TioIs Mols. 6. [ .
4), RUE ROUX, 45. f Ler manuscrits insbres ou non ne seront pas rendus

Pour tout eo qui ocncerne l'A1dainistr-ticon du Joir.: .'l:- ss':r da Nv' s:.NYj r Arthur ISTI91-OC '. 4, Rue Roux or Bonne-Foi.

l ntiton ou ptu'u, d'une tell desorgani- constitution social, la plupart des
nation, est (, c:rer ine catteorie en- forclions ddvolues, dans les socie 46
OU l st notrie terrain 'ntUent? combrinte d.t D_ casses tm'tipli- a latines, aux pouvoirs publics ; et que
crinque gdndration. ce.c families dressent les enfants A la
Pour notl4 en convainore, no:is vie d'inddpendance, en ddveloppant
LETTRE A M. GEOR GES SY L VAIN 'aurions, Mnsieur, qu': ji ter lei en eux I'esprit d'initiative et en les
-voux sur nous-minnes..io n'ai pas I'in- disposant ia turner cet esprit d'ini-
III mention de vois froissor, inais nous tiative vers les entreprises privees,
ne sommes. vous et moi, quie des agricoles, industrielles et commercia-
J'espore, Monsieur, que tout ce qui personnel parce qu'ils adherent aux Declassds ; cddant a la force des prd- les.
prcsde aura eu pour effet de ddtrui- formules tout dtablies et, qui pour- jug4s sociaux ambian's, nos parents Or, si ces deux propositions sont
r It mauvaise impression laiss"e raiant s'autoriser da vos sentences n'ont pu, en suivant le courant g4nd- tenues pour vraies, comment nier
dt votre esprit par le caractere do pour disqualifler le but de notre ral et par une notion inexax:te de nos que les so-idtts qui pratiquent cegen-
Il cmpagne que j'ai entreprise dans champagne social. veritables interEts, que faire de nous re de vie aient pu atteindre un digr
smilieohaitien. Je rccueille t:op de C'est ain5i que beaacono^de gens, deux homes & qui le problems de'de prosp4ritA agroole, ilae ~sntt
Joo0isance iitellectuelle de l'etude vous croyant sar parole, se croient la vie deviendrait singzilierement com- er commercial plus avaond gao
delay science social our que je ne outhodoxes en me considdrant comitn p'iqu6 le jour ou le capriLo dui ha- celui des soci6tds ot les protin-
mncontente de sourire quand je vous un adversaire rdsolu do la culture in- sard viendrait a noi.s d4placer de no sions liibrales et administrative soot
vois 6crire et ripdter que je suis par- tellectuelle francaise. I itiations a Iministratives. prdponddrantes et ou les pouvoirs
ti en croisade v centre la culture Je seraisun fou, Monsieur, de cher- Aussi bin, to'is me effors tenident- publics empitent sur la vie privde
intellectualle fran:aise. cher a detruire le culte des chose, its a refaire en anoi une formation si jus-qu'ta imposer aux parents le ge,-
Je n'ai ni l'iitentioii dc tirtr une va- francaises dans un pays de langue et pleine'd'aldis, e' j'.ess)e en tout ca;, re d'instruction a donner A leurs en-
nit ddmas.uridet du profit intellectual de m eurs francaises, qui ie pense ,t avec l'aidi' d I)ioeu, y r,'v.sir ail f nts et le mode suivant lequel leurs
quei'ai recueilli des travaux do la que par la France, qu.' ne respire que; oinou-s p) m s -ef .vs. "' vo t i? b;ens doivent etre partagds entire leurs
science social, ni cell do decoura- par elle, qui aime mieux mourir de la M'tant donnr Ia piinle id. vdiili *r, entants, sans aucun 4gard pour la
ger A I'avance touted honne volont' meme mort qu'elle plut6t qule de se a l Ilumire retp ndin par It science diflTrence des aptitudes particulibres!
qui voudrait s'exercer dans cette laisser transfuser aucune goutte de social sur les fails historiques, celte E' comma c'est la science social
branch de connaissances ; mais je sing nouveau i et revviitiant. proposition relevej sous unQ plume qui a fixd sur ce point mes ides, j'ai
dois cependint dire que I'Atude de la Aussi longlemps d'ailleurs qu'un autorikda : C,ntrairer int ai une cru, pour pratiquer la plus ld6mentai-
tcience socials exig3 un etTort intlo- peu de culture intellectuelle sera re icde g.iadralemf:nt admis parmi les re des probitc4, devoir citer m3i au-
etuel suffisant pour que jA sois au- connu ncessaire d ins une societd, Fran tis, ce n- s):it p i I, pJ vji rs tours,alin deoe voler personnlefrait
t-'ris6 de troaver trangr la fatuit6 il ne faudra pas espdrer que, en Itai- pub'ics qui fontt 6tat s social mais desesrecher, hes, etvous d vous6 rier
dnt se parent quelques mauv.tis ti, cette culture puisse etre autre qu, c'cst I'etat social qui cr6- ,les p-u- et aprs vous, M. le Dr Nemours Au-
imailleurs, itnalde d tout effort intel la culture trandaise. voirs .publics A son image. Si nous gusted : o Mais vous que citez qe des
ctwselsirieux, pour d fendre centre Ceci dit, et li part ainsi faite large avions hien c.mpris cotte vdrid scien- noms francais po-r 2tablir votre su-
oi le culte, suivant eux nenac', a la fatality historique qii condamne tifiqce dlia'masntir', nous nous serious pdriotitd anglo-saxonue! a
td choses de I'esprit i notre mentality a la vassalite perma- dpar.no toutes nos revolutions; a j'ai L'6minent Dr N. Auguste fait me-
Libre A n'impoite qll, n'est-ce nente de la mentality franchise, est- cra qu'il y avail un devoir patriotique me quelques citations anglaises dans
Pas, Monsieur ? d coistituer des il strange de penser et de dire que, a fair p -Pitrer ces id~is dins la so- le but d'tablir que quelques Anglais
cflcles fermes oi le Dignus es an- au nombre des a iddes a pratiqudes ciitd haitienne et je m) .mui mis A gobtent fort peu lour propre 6tat de
S eat octrov sous forme de bi'lets en France et que ce pays s'est a.ljuge, 6crire I-dessus. chose. Jo re vois pas trop en quoi
.satistaction, dans des reunions p6- par succrolt, la mission de r6pandre Et tous le francophiles de criailler les avis de qAelques Americaler oe
luesd de promotion q:ii croient dans le monde, il y a, pour parler apres moi de quelques An Tas peuvent Infirmer
hWr le monopole d consacrer les come vous a prendre et A lais- Tout cela, parce qi 3, ri an q 38 sur les r&Mlations te la science social
stolats intellectuals. Cela ne m'em- ser ? cea deux chefs principau c j'ai essay ui n'a pas tt6 constitute par une s6-
ehra pas de penser que le culte Car l'oiganisation social a ses lois, de puiser danh l'histoir e t I'tat des ra d'enqutes du genre de cell qui
choses intellectuelles no connatt et e'les veulent que i'excroissance de societes anglo-saxoones et de d6mon- a it entrep'ise par lo Dr N. Auguste.
fd temples particuliers et que, la puissance intellectuelle, quand sur- trer q'ellei toivent leur prosJbrite Si me il advenait que tous les
souvent, la ferveur et le zBle des tout cotte excroissance s'accomplit relative a leur organisation social, AIglts ou tous les Amricains, pen
Sd,-iers qui pratiquent- ont au detriment d'autres parties de I or- organisation en vertu de laq*ielle : au courant des vrcitables lois des or-
ftef't que los demonstrations ganUism social, oit n smpme d o 'griulur, I'indstrie, le o trave cs


endre hommag votre qle t d prof on s. vie pr trou ppon qu me social da- restre-
Sc 4. travail 'entends uni- Et c'est sur co point tout ce qa i je drante A la vie pub'ique et it faut gna t, par exempt, la vie privd as
P di pas lout d cela pour vous mtonsratio entendre par cela: qu les amites prot du champr uelues d'action de poavoirs
Sreirt dispens. de tout effort Car le r6sultat d'une tell organisa- anglo-saxonnes exerceit, dans cette publics,-- I n'y aurait encore sacs-






ir faillite poor la science social qui
n'a pas le don de determiner Les vo-
lont4e et qul, en tenant la situation
soolale actutele des Anugo-Saxons
poor sup6riere, a bien expos la s6-
re et la relation des ph6nom6nes so-
cieux qui conditionnent cette supe-
rio: itd.
Voyez vous, Monsieur, atssi lo g-
temps qne nous resterons clh scun 0
notre plTce, La I'alimse I' ut dit -
no:ss ne nous rencontrerons jamai4 ;
il y a entire nous deux, un fjssa, un
obstacle, c'est la science social,
;core la science soziale, toujours
IA science social. Pour nous ren-
coatrer, vous me dem andz de
le,.nevr obstacle ; je roous demand,
au contraire, de le fr mchir.
Couronnez votre reputation d'hom-
me cultiv6 en vousvouant& I'4tude de
la science social; elle est francaiseet
aucun Faguet ne saurait vous en t!a-
mer. Et le profit nous scra common
Je n'aural p.s besoin dd vous re-
parler de la superioritA socia'e anglo-
saxonoe, sons pine do pitcher un
couverti.
Et de votre c6t ., vous vous epar-
gnerez de vous mnmI la situation pd-
nible d'4crire des phrases come cel-
le-ci :
a Grdce aux vers d Etzer Vilaire,..
nos commnerC nts, nos industries,
nos homes d'affaires, ont chance
ddsormAis de voir soulever le couver-
cle de pl nb sous leqIdel s'6tait ab'-
m6 le credit haitien a
Non, Monsieur, les vers d'aucun
poe to n'ont jamais, dans aucun pays
du monde, r level aucun credit; its
peuvent sans doute va!oir un peu de
gloire A ceux qui les produisent, un
eu de foi tune aussi, en France, quand
Sbint~n ln;, que t s tHbratres en ro-
goe s'y inttreasent et que la France
n'est pas celle de Corneille. Quant au
credit national, hlas !....
Je vous demand pardon, Monsieur,
de cette longue hIttre que je fe me en
vou< offrant I'assurance de mes sen-
timents les plus distingues.
AUGUSTs MAGLOIRE.





RMNSEIGN MENTS
KttTrOROLOGIQ CU ES

Observatoi re
DU
SStINAIRE COLLEGE S -MARTIAL

DMANCHE 26 JUILLET
Barometre A midi 762, t1/r
) minimum 21. 7
Tempratret*ntvm.* 35. 6
moye"oe diurae 27 o
Cid n u anageux le martin; couven
Set ploi i 4 h. du osoir.!Aprs
um GoSa averse d'one demi here le temps
et rcsd pluvieux jusqu'i 7 h. du mir.
Tou : sal /
Le mo wdr est en baime.
R. BALTENWEC K
Distribution de Prix
Ce martin a eu lieu la Dis:ribution dJs
Prix aux 6leves du Lyc&e National Potion.
Magnifique f(le scolaire don't nous pu-
blerons le compte-rendu d6taill.


I B.tte a x Lettres
Port-au-Prince, 27 Juilleit 198.
Mon cher Directeur,
Je lis dans le dernier numero do MCatin
one lectre collective oi l'on relive avec on
peu d'aigrer. one erreur 0qui s'cst glisde
di'-on, dans le r6sultat des examens donni
par votre journal et concernint surtout I'-
leve Francois Manigat, do'Lyc6e National.
Lesauteuo de cette lettre tiennent beaucoup
A la manifestation de la verite et ne soof-
frent guere l'injustice. le les admire et
partage volontiers lear tres belle sagesie.
Mais que voulez-vous, mon cher Direc-
teur. meme pour hire briller la ve6rit, il
auto d'abord se renseigier. Or, cette error
don't il s'agit n'existe pas Votre serviteor
a eu & examiner les dissertations des
el6ves de philosophic et dans son humble
appreciation, it a cru devoir donner.les
m6mes notes aux eleves T. Agnant, L. La-
hens et F. Manigat.
La classes de philosophic n'a pas 6 e ins-
tituec pour crier des philosophes et des
fabricateurs A outrance de systlmes. Son
ambition est bien moindre; son but d'une
portne plus pratique. C'est A donner one
discipline A l'esprit de I'elve dans le tra-
vail et la recherche, A rCveiller en lai le
goft de la mEthode qu'elle vise.
Lors done que le Departement de 1 Ins-
truction publique demandait aux elIves de
distinguer la psychologiedes autres sciences
il ne leur imposait pas une course a tra-
vers toute la psych logie, ni le befoin de
d stinguer A I'iifni la psychologicde la chi-
mie, de la botanique, de la physique, de
I'algebre et de la trigonometric, etc. etc.
II leur demandat dt siparer par Jes ca-
rac'eres tres generaux cette science de
cells sus-mentionnhEs, de fire on choix
serieux dans les sciences ta se rapprochen
-It V Ai- a choogo e de d-lmpee
le sauet sur ce plan.
L'elcve Francois .Manigat et son con-
disciple Agnant *ont et les seuls A bien
saisir We plan et A ne pas se perdre dans
des considerations oiseusessur totes sores
de sciences.
I!s ont comprise la ntcessiltabsolue de dis-
tinguer par example la psychologie de la
physiologic, alors qu'en Allemagne, aux
Etats-Unis, en Angleterre et en France,
les coles derives des tfavaux psycholo-
giques de W. Wundt, de Ilerberi Spencer
'Auguste Comte, d'Alfred Fouille yveu-
lent arriver A la fusion complete de ces
deux sciences sous le nom de Psycho-bio-
logtc. C'est done pour obeir A cct esprit
de justice et d'impartialit don't se rEcla-
Inent les auteurs de la lettre, quen m'ar-
ratant quelques minutes aux bureau do
Matin, j'ai cru devoir rectifier la listed
qu on vous avait remnse en donnant A I'e-
Itve Francois Manigat sa veritable note.
Agreez, moa cher Directeur, mes salu-
tations empressees
Da. J. C. DorasuA u..
Huile do Ooco
GARANTIE PURE
Pour tootes esp.ces de machines. Harais,
capott de voitre etc etc.
Par gallon et oen detail.
No 8 Lwu Tirmoess t.
Preu'A I'angle de la grand'rue ( Sal
Joseph ).
*aW Pour uoe quantity de pleas
fourissabe au fur et A mesare on trait
de t A grd.

H6tel Bellevue.
Le mieux site, le plus con-
fortable.- Champ-de-Mars. -
Cuisaine renommee.- Vue sur la mer.


Pour les Sinistres
?109g( (ntr
l~~g ulll


Souscription aite par le Conseil des
tires d'Etat en faveur der victims de
cendie dies; et 6 uil!et courant.


GenEral NORn ALEXIS ..........
Mme NORD ALEXIS...............
M. F. Marcelin,
Secretaire d Etat
des Finances..... .. G. iSo
F. N Laraque,
Secret. d'Etat des
Travaux publics.... 50oo
GEneral C. Ce-
lestin, Seer. d Etat
de la Guerre. ...... 5Soo
Gal Villehardoin
Leconte, Sre d Etat
de I'IntEri.ur....... 50oo
M. T. Laleau,
Secret. d E'at de
1Instruct. publique 50 oo
M, Louis Borno,
Sre d'Etat des Re-
lations Extnrieures a i5o0
M. Camille Ga-
bricl.. .............. 3)0
M. lc Deput6 B.
Severe............. 200
Deput IH. Jean-
Joseph ....... .... 200
Dteur de la Doua-
ne Thomas Paret.. a too
D- putd Th. La-
tontant ....... 200
Dr Gal de la Re-
cette, C Pressoir. too
Gral Montreuil
Guillaume... ... 2oo
M. St. Julien
Sanon ............-.. .-- 200
M. Dio.tint Li-
lavois ....... ...... 2 200
Total G. 4 700


Sec rI-
I in-


5oo P. or
500oo


S00ooo or.


Noniveles Etrangeres

Derni6res D6p6ches

QULBEC 24. Le Palais du parlement est
brillamment illumine. Le prinde de Galles
y viendra assister I un grand bal donn6 en
son honneur. Au diner de gala, donned
hier soir par le gouverneur general, le prin-
ce avait I sa gauche l'amiral Jaureguiberry,
le chef de la mission francaise ct a sa droi-
te le Vice president Fairbancks, des Etats-
Unis.
C'est hier apr ~-midi, avant le d6fil6 de
la parade historique qu'a eu lieu la srie
des discours otficiels.
Elle a etc ouverte par M. Garneau, le
Maire de Qnabec qui a prononci son dis-
cours de bienvenue en francais. Le prince
a repondu en fran;ais qu'il ferait part au
Roi de ses assurances de loyalisme.
L'amiral Jaureguiberry, le chef de Ii
mission francaise a ensuite prononc un
discourse qui a 6tt suivi de celui de M.
A. Turneon, le ministry de agriculture
de la province de Quibec, specialement
dilkgu6 par le premier ministry M. V.
Laurier.
PARIs. Le commit sportif de 1'Automo-
bile Club a decide le maintien de la cour-
se du Grand Prix pour l'ann6e 1909. II
est probable que le circuit de Dieppe sera
abandonn6 pour celui de l'Anjou.
LONDRES Dans un discourse prononcd
hier i Washing.on, le Secr6taire de la
guerre M. HalIdne a dit que poor des


raisons qu'il ne croyait pas nce.ai4
diviluer. la marine anglaise serai t
dc I annie proclaine.
La course dite de Maralthon a Etd
aujouird'hui par un ambricain: M _U
VIENNE. Le marechal Osmn
pacha, le nouveau commandant Rig
du Vilayet de Monastic a 6t6 en ir
des membres du part de la )jene Two
On dit que ce 'coup de main a ej l
sans effusion de sang par Niazi bqy, L
des jeunes turck A Kesna avec le tcoam
d'un miller de ces derniers.
LA HAVANE.-- Les pr4paratifs pom
elections du icr Aout sont maintenam .
minis.
BOMBAY. Des disordres ont &;i pw
ques ce martin par 20000 ouvriers timf
qui se "sont mis en greve hier. Un ie
cement d'infanterie anglaise appeal -
les lieux, s'est vu oblige de tier m
grevistes ; l'un deax a Et tu et six .
tres blesses. Plusieurs policemen antdla
un indigene ont ete blessed. LesIaex
tiers se sont finalement disperses.
LONDRES 25 Don Carlos doc dM&
drid et pretendant au tr6ne daEsmIM
dangereusement malade A Milan uae
mcur de l'estomac.
Ti-IIRAN 25 Une forte canoaa&is
lieu A Tabriz et dans les environs, a
personnel auraient 6it tuecs on blade
La population a fait appel au Shah pur .
termndiaire des Legations.
COPFNHAGUE 25 On made qaew
gouvernements danois et suedois oat a.
clu une alliance offensive et dEfensin.
CONSTANTINOPLE 25 L'6dit do Sal
restituant la constitution de I876 W l
le people froid. .'aspect de la ville me
jourd'hui normal ; aucune manifeain
de satisfaction ne s'est produite jUaq'I,
SAINT NAZ4IRE. Le paquebot a FuaO
est arrivE.
SuiDE.- Le President de la Ri
visit ce martin le chateau royal
holm ou le roi Gustave V lut offrit a
jeuner. M. Fallilres est entree A Stkodda
cet aprcs-midi.
M. Cherioux,president du Conseil m-
cipal de Paris a ete invite par la Ma ANi
li6e de Christiana A assister anx fAtes l
nees en ihonneur du President de hi
publique. 11 quittera Paris demain se "
dant dans cette ville, accompagne di
M Joseph Menard, Vice tdsident do Cu
seil Municipal et Tailliart, Chef d Sad
tariat.
M. M. ClEmenceau, Viviani, g0 _nl
quart, Maujan, sous-secrEtaire dT'E
Ministere de l'Intirieur auitteront hI
remain mati t par train special, se M-11
A Cacn. M. Ch6ron,sous-secrdiwre d'Es
Minister de la guerre partit hier soirt
la mime destination.
MAROC. D'a prs une deptche 1e
de Casablanca le came rigne dans l4P
QukBEC 25. Le prince de Co"a
passE aujourd'hui en revue la floue i
national mouilllec dans le St-iai
Une salve d'artillerie tirde de la w
a announce le passage de son Al Ud
dans les rues de la ville; d, otS
tirees par les navires de goerr I' a
au moment ou il s'embrqmnit da okk
loupe a vapeur a bord de laquellr 1
passer la revue. De no
BOMBAY 25.- Dc nouveaBi
ont ncessitC aajourd'hui I'S tn
des troupes. La dEcision des tai.Oi
fire tirer sur les 6meutiers c a
product un eflet salsaaire, car ia
s'est de banucoup am6liords cc sir,.
PARIS 2a.- La procla.,,tio' dae 4
segment done constituo on T l
prouist one excellhomwt 3p
Bourse toutls ale nleon 6
mornt. ... ,_
BmaLm 8s.- Ue dpboi ""






hat do Lokal Anzeiger a A Tbhnrn di
q'en raison des mauvaises nouvelles re
* de Tabriz, le chah a donna l'ordJc
e-voyer une batteries de montagne t
i tpiginents d'infnteric dans cete ville
utres rcnforts seront envoys plus lard
Mans Ics troupes seront places sous It
Mommandement de Maire-Es-Suhanch. 01
porte e les troupes du chah sont
oS de munitions ; un autre camp re
nch a ta 6 6tabli au nord de Teh&ran
por protcger la ville centre Its insurg6
quel on dit marcher dans cette direction,
BERNE 2j. On a perdu tout espoir de
rtrouver les corps des ouvriers italiens
i ont pri hier dans le tunnel du Loets-
r. On a dcouvert que le lit souter
ainde la riv:ere Kinder se trouve sur une
iurance de 200 pieds directement au des-
sus de la vote du tunnel et que c'est 1'ex-
p!osion de deux dip6 s de dynamite qui a
i causi du dJsastre.
SAs JUAS ( Pur:o R;co ) 2 Porto
Rico I celbr aujourd hui le dcuxieme an-
aiersaire du debarquement des troupes
m&ricaines A Guanica. Le gouverneur Post
it les autorites insulaires ont pris une part
iminente aux fe:es ; one revue et un ban-
quet ont eu lieu A Ponce.
LAPAZ BOLIVIs: 2j M. Fernando Gua-
challa, nouvLau president de la r&pub'i te
de&livie et ancien ministre d_- cct e rtpu-
blique i Washington est nort subitem nt
hier soir. Le defunt qui avait etd lu le 4
ui devait entrer en functions le 24 aout.
On ne croit pas que la mort de M. Gua-
chlla soit ca'ise de de .ordres.



U ciaioN NA gricole
bIT np~I^T'F ATRE


t Ions tout abandonner aujonrd'hni pour PriAre d'aviser l'administra,
e klrurer ce dpanr Regrettons le et fi ,,1: n de la moindre inrtegularitE
Snotre devoir.-- Je vous propose dolc lc na 1* service du e M rATIN
t nc point lever la stance avant que vous fn r qu'il y Soil d, suite r.e3,
nayez entendu le rapport des member s ru- di;:
; raux sur les plant.ations, apporter certaines -L- -._- -
e reprimandes aux ng'igences, s'il y en a et ih
i apr6s cela, cc qui, du reste,constituele gros C apeaux !
A de la besogne. nous 16verons la stance ct
- nous irons tous en corps riuni pr6sen- i aI
I ter nos condoleances A la famille Vaverne Cih: a I I I
s Gideon ; je pense qu'ainsi nous aurons
Smieuxfait. Apr6s plusieurs observations AILL DI PORTO-iCO
e les deux propositions miss aux voix, celle ACCOUREZ CHEZ
Sdu membre Labisssere est votCe A l'u- A URIZ LHEZ
nanimit. S
On procede au rapport oral; tont mar- 3S .N MILLAin
che passablement bien dans les plantations. Le coiffeur artiste, qul vient avec le
En general la rCcolte ne sera guere abon- concours d'un chapelier remarquable,
dante, les terrains chauds en certain en- Mi JAIMI TESTAR, d'installer ure
droits devant primer les terrains froids et FABRIOUE DE CHAPEAUX
cela Ctant en quantity restreinte. Les cul-
tures de vivres alimentaires sont tr,; fo- PLACE GEFFRARD
rissantes, et la r&colte de ce c6tc depassera Salon de Coiffure du Louwre
les provisions. Pour tous lea gotas et poor toutes
Apres plusieurs autres observations de boarseu.
pen d'importance touchant les plantations,
le vol, et le vagabondage que I'associa-s Pompies
tion price de reprimer, la since est leave Cie des Pompiers Libres
et les membres en un seul corps se ren-
dent ch, z laVve Daverne G&dson A laquelle COurs d'instruction
le l'res'dent doit prtstnter les condoleances
de l'associ tion. .
A. BENEDICT, M PAYEN. JUSTIN SERAPHIN, Lisle dets ponpiers qui doiCuati se pr,-
B. ALFRED, M. M. LABIS-IERE. T. LOCIHARD, senter d la Station Centrale durant la
L. IIEUTELOU, N. INOCENT, D COLLINKET, semaine du B7 au 31 Juillet
JOLIus JOLICceUR, M. DAUTRUCuIE. PFlTION ROY, cons 'iller. Georges
Laroche. Justin Bernard. Lahens La-
roch, IBenoit Michaud, Mourlon Ivp-.
A n n polite, Aain Loisean, Elie Fi's-Aime,,
Armand fits. Cadet Lafond, Em. Sal-
ado Chriatian Mrtil i ti n a nnlr il.


& --" .. Toutes le3 61egances rares discrb-
DE tes, bruyantes, des parfumsYun char-
l'Arrondissement de L6 :gane me subtil et delicat, Son Sou-
rire, Floramye, Vivitz,
Slanc du r 'Dimanche de juin 90oS des bijoux od s'enorguellit la
Aprs la constatation de la majority par pierre 6clatante et hautaine, de mi-
lappelnomimal des membres tant urbains nuscules objets d'art ot sourit la grA-
que ruraux, le president a ouvert la prd- ce triste des perles, des boucles d'o-
ente stance. reilles qui s'dtonnent de leurs formes
Oa procdee A la sanction d, proc&s-ver- vari6ee, anneaux de fianailles offrant
al de la derniore s4anc:, conm: .de cou- le symbol d'une 6ternelle jeunesse
itme. d'amour, orgies de colliers graciles,
On s'est longuement 6tendu sur la dis- de lourdes chalnes massive, des cas-
writion subite et fatale du membre actif cades 6tincelantes d'or, de rubis, d'6-
Dlerne G6deon que le sort, dans un mo- meraudes, tout cela fait un coin de
meat de brutale realisation a prt nature- paradise do la maison
Mct enlev i l'affection dc ses se mbl a-
b. Come signed e conlolainces et du A de Mattiis & Co
egret vraiment sincere de I'association et
10 1'impulsion de divers membres le pre. qui est situ6e aujourd'hui A l'Ancien
dent a propose de lever la stance A fex.- 6tel Central restaurd et embelli.
trodinaire et en signe de deuil, pour Ces italiens ont gar36 la nostalgia
.lr presenter la famille du regrettt des de toutes les fantasies d'art admi-
Prots de condo!ances. res jadis chez eux et ajoutant A tou-
Ai moment demettre la proposition aux tes ces frivolitds attrayantes, les ob-
oti, lemembre Libissie-e a r&chm la pa- jets indispensables que reclame la
, Pour proposer la modification sui- Vie, ils ont chez eux un assortment
..'; i s'exprime ainsi qu'il suit : Mes. d'une grande richesse, pour tous les
i* i n ien t planer aucune doute godts et pour toutes les bourses.
la lnsmc-rit des regrets que l'associa-
Sattache la brutality de la disparition
metubre Daverne G.dbon; moi je par- Changement d'Adresse
U.P regrets de association qui a per _
' loi Un membre actif, en un mot un
fwr z6C et regretted en lui tout par- Les sousignds ont l'h'noeur d'avi-
irkment lami qui m'a toojours prou- ser le public et leurs clients qu ils I
sft one sympathie constant I aflec- viennent de transfer I'atelier d'- I
lprus or iale. b6nisteri a I.E PROGRI.S P du num6-
ed at, jepenseque c'ex t une erreur ro 116, au No 132 de la mrme rue,
l Iance i l'extraordinaire en ce ancienne maion A. DB MAITEIS &
SIN b; rappelez vous que nous' La maison informed auss iqu'elle a
sos qu'une fois par mois besoin de bons ouvriers 6bnistes
3,irl au bien-ttre co.mmon. DA- Port-au-Prince, 30 Join 1908.
H ot pour Iinoonnu no nous p- ARTINO & FERRARI
-- plu, c't ea vain que nous vou- MARTIN


g tIpI4 1 AMiSl wlt l l IJI lullit:; UUI, y v I
Leon Fontaine, Ls. S. Salomon, Ed-
gard Daguerre, Clement Thrazibule,
Lhonce Cyrille, Francois St Sumd,
Daval Duvallier, Nestor Michel, Pau-
ldus Paul, Chs. Innocent, Fdlix Etien-
ne, pompiers.
Port au-Prince, 25 Juill-t 1908,
Le Commandant,
Louis TrlliART


b


line propri6td sise Rue de la Reu-
nion, attenante & cell de feu F6lix
Sal iave No i1) est mise en vented A
Iin prix modern.
S'adresser an No. 148 Grand'Rae.
Port-au-Prince, le juillet 1908.

Vin de Bordeaux
Le vii de l:a maison Boubde


freres de Bo~rdeaux se
MrApp CIPOLIN, 1 Ti,
eon face de la Coipagnie
Transatllntique.


vend chez
Grand-rue
G6n6rale


Photographie
Artistique

.J. M. UPLESSY
120, Rue du Centre, 120.
( F-trelia 1hi trn t:ie BayarJ et I'Hl-
tel Communal).
(TRIAVAUX DK TOUTES SORTES SUR
;OLIO EC 1PIATINO. )
t:art.I trisi arlistiques, nouvellement
revues.
AGRANDISSEMENTS, REPRODUCTIONS.
ATELIER DE LUXE
Prix Mod6res
NOUVEAUTA:
Cartels Mignonettm, per dour. P. 7
Photo-sole.
OfTre ses services au publicde Port-
au-Prince, aux gens des autres loca-
lits actuellement a Port-au-Prince.
Ven*z essayeri


MAGASINS DE LA METROPOLE
Maison JULES LIVILLE
93, RUE DU MAGASIN DE L'tTAT, 93
Viennent derecevoir par Jes steamers Francais et Americains
les articles frangais de premiere fraicheur :

Piats de foie gras truff4s Saucisses d'Oxford
Boudins noirs Saucisses de Cambridge
Andouillettes Maquereaux i l'huile- Amieux
Cervelas Sardines fines- Louit freres
Fromage croote rouge, dits TOte de Moutarde en pot- a Ma Voisine o
More. Pickles au vinaigre et a la moutarde
Saucissons de Lyon

Petits Sauc;ssons d'une Livre environ
Jambons d6soss6s Beurre Bretel, boite d'une
Fromage de Gonda (pate grasse ioll.) livre
Biscuits fins Olibet, Boltes de 2 liv. Biere franCaise, Marque Atlantique
Bonbons assortis. Brune et blonde
Beurre de table de Noraandie
En botte de 4 livres P. 1,40 or.
Cigares de la Havane en botte de 25 cigares
Genre Londres et Conchas
Prix exceptionnellement avantageux


On trouvera
LE MATIN
& l'H6tel-BeUevue

Avis






MAGLOTIE


45) RUE ROUX, 15


lournaiixi, b,'oclt ites, billets de


( (a 1101es


(IC fiaiwyiIies,


Srogrammes, affiches, el tou s
autres travaux Billets d'enterrenmelt el cartes
de visit a la minute.


Tib6re Z6phirin Bell
Fabricant de chaussures
Rue Tiremasse, facade Nord do la
Place de la Croix-des-Rossales.
Annonce A s i no'nhireux clierits *'t
au public q.'ils tronvaront clhez lni
un avsoiinmoat complete de C;hiussu-
res pour dtmos, homn3s et infants,
confection nes avoc des matdriaux
de premier choix.
La mason s'occape au-;si do toutes
sortes de reparations.
SPECIALITI :
PANTOUFLES MUCrL'S

Un home
extraordinaire ..
Tout le Ind le a entendu parlor du
pouvoir miraculeux des grand ma-
gn6tiseurs, bien quo, jusq I'ici, au-
cun hommo de la cl6brit6 de
Federico Garcia,
Gradut, diploma et mbdailld de I'Institut
X. LAxorrs SXGE, Rochestcr. New-York
ne se soit oftTrt pour permettre A
tous de mettre ses talents A I'6preu-
ve. M. Garcia 6tonn (lun scepticis-
me manifesto par tant do personnel,
s'est declared prkt a mettre a la dis-
position de tous son savoir Pt son
pouvoir merveilleux et presque sur-
humain.
Avez-vous besoin de Ili clairvoyance
d'un 6tre qui a donn1 ds cetntaines
de preuves de ses pouvoir. i iracu-
leux, voulez-vous r6ussirdans la vie ;
voulez-vous connaltre les secrets de
ceux qui vous haissent, les pieges
quo vous devez 6viter, les remOCdes
qui gu6riment vos maux, adressez-
vous an Professeur Garcia. Rue
Roox, ci-devant Bonne-Foi, No 55.

Arrive par
le dernier steamer

Mac'Nish's Kola
DE KINGSTON
Ea vente
Chez Catinat Fouchard
Rus de C*,tre


Maison F. BRUNES.
195 GR LND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
A ~:~ie? n ~n.bre de la Socieg Philai-
thro;-ique des mf7tres taillturs de Paris
Vie-it d( recevcir an grand choix d''.
tottes ditgonale, casimir alpaca, chevio-
to, cheviote pour deuil, elc. Recomman-
do pa, ticliAremnrtt a sa clieutAlc ane
to!le collection de coupe de casimir,
,i gi'et dae fat'ai-io- at de piq6a de
t.3ute k,;-iutA.
:Spe-ialit6 de Costuimes de no-
ca. Coupes Fracsaise, ALAtaie eat
jmn'ic fjie dJe la derni6re perfection.
, r-it.so; nri:lontle avisi les Cos-
a:. -j?- "i ilt'- ia- s, habits .brodls
._< .- : --.-. .: nJliq a1%s, ha its car-
:.-.. c, ,, ton. yr e .


Meilleure Farine
di M ,n4ee
r.i!!t qui donna e le dilleur pain.
OQli produit le plus de pain.
Qji dione le pain le plus blanc et
le pl:s iRger,
C os' la Pillabury's Best de la
:i'!:;l.bry W.ihiburn Fjour Mils Co,-
Yine a .olis MjinD,
(,- -- ..g ----tta.t

A Vendre
A' 'A~tI IwtI DU ( MATING A
Au prix d'use gour le
CONSEILS AUX MERES
Par Ie Docteur HYSON
-, ,
Auguste MAGLOIRE
Informe sea clients qu'ils peuvenr
s'alresser A lui, aux Bureiux du Ca-
in. pour tous renseignements concwr-
nant lo fonctionnqment : to dos Lam-
pes guazoline et manchon ; 2o des
Allumirs Aleclriques ; 3o des Lantermes
A*triques d pltes ; ainsi que pour
touts piboesde rechange qui peuvent
leur etre na~oesarea.


Im (C.


PREPARATION


DES PEAUX DE VI fiCT-QUATRE (24)COULEUUSO


Vente des chaussures : Chvreau-glace,
leurs, pour Hommes, Dames eL Enfants.
( BourotA, ELASTIQUE ET LACE )


Verni et 00o


En gros et en detail pour toute la Ropubliq



H rl BELLEVUE
Place du Champ. de-Me
PORT-.U- PRINCE (HAITI)
M( Hlermance ALFRED, direetrice
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCH8.
Installation moderne et confortable. Tuesur la ser. Tespretw
'ounc el r#ru!ie. Ls Tramways desservent l'HMlte-BelUwv toewei 7 Mint
Ilt PRt9iTi SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUMS
PROMENADES JARDINS
SaUBo de rnpon.-PimMe.--GOr.rlphtr.
So"nderie filectriqum


Table d'H6te
A*o- Iq


A ELEGANCE

OORDONNERIE.

42, Rue dts Fronts-Forts.
CHAUSSURES EN DkP6T,POUR LA VENTE
Promptitude et soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qt'il y a de plus
nouveaux.
Formes ambricaine et franCaise pour
Messieurs ; 61igantes et commodes.
Pour les enfants le plusA l'aise.
Travail solide ex6cut6 aveo
des peaux de premi6remarque.
Assurance de grand rabais.
PAtes, Cirages et Liquides

Au dernier cril
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A I'honneur d'annoncer & ses nom-
breux clients de la Capitale et de la
province qu'ilvient de se transfdrer de
a Rue desFronts-Forts, avec son m6me
stock de chaussures, d la Grand'Rm
au N* 153avec iinscription ci-deseus.
Les clients seront toujours servis
dans lea m6mes conditions ; c'est-A-
dire avec les 5 o/o d'escompte sur la
vente en gros ; sans oublier les me-
mes soins et la m6me exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re prendre les measures & domicile.


bew ke l dwo, amWA e9 oosr
do 74A 8 beiurw .dus


Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA
143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
(HAUS.;URES EN TOUS GZNW
N* D CP6T, POUR LA VMRNT
rN GROS ET DETAIL..
Execution prompted de
ccnmmandes, tant ici qu'6
Province.
Forces A hoinmes ; 16gantes at
tior nelles.
Chaussures de dames( D)eri~0
de de Paris ) et le plus commOd:
chaussures po,r enfants confedw
n6es avec des Peaux de touttes 1e
d'une selection et dur6eiropw
bles, & des prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquids
Pcur chaussures de touteS MSfI

Francisco DESU8
Fabricant do coao1r3
M
La Manufacture a tojouri
p6t un grand stock,- POW 1.
on gros et detail,- de cb w
tous geores pour
HOMMaS, FaEuss, EVP
Les commandoes des c
de l'inatrieur pourront teW
da'a une semaioe ai P*a 0L
23, rue des Fronts-Fo
PoSaT-ao-PRWC ( mi


TANNERIE CONTINENTAL
DrE
Port-au-Prince
CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR


marriage,


I '