<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00381
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: July 20, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00381

Full Text

DeuXiAme Ann6e, No 390.


PORT-AU-PRINCE ( HAirT )


Lundi, 20 Juillet 1908


J


QUOTIDIEN

ABONNEHENTS : DIRECTEUR: LE NUMIRO 10 CENTIMES
PORT-AU-PRINCE UN Mois. G. 1. O16a enAt M agloire, _u

DEPARTEMENTS TROS Mois. 3.60 Les abonnements parent du Ijr et du i de chaque
RHIDACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
TRANGER........ TROIS MOIS. 4 6. 4, RUE ROUX, 45. Les manuscrits insBr6s ou non ne serontparrendus

Pour tout ce qui conoerne l'Administration du Journal, s'adresser A MLonsieur Arthur [IIDIOR T-, 45, R ne Rou up Bonne-Foi.
__ l I I_ I I_ II I It II r. I .


le me propose aujourd'hui de tou-
cher a un sujet en aoparence politi-
qu et qui, de faith, absorbe g6ndrale-
ment la plus grande parties des prboc-
apations du pouvoir. Je veux parler
de4 propagandistes politiques. Et
i je me laisse cette fois tenter par
0s tel sujet, c'est qu'il me semble
ritr quelque droit sur lui ; car si le
Spropagandiste politique, en exer-
CMt son art bizarre et original, pro-
doit des effects nuisibles A la pax
1publique et qui, A ce titre, ne peuvent
laser le pouvoir indiffdrent,- il
n'est pas moins vrai que cet etre in-
forme etdangereux est le produit na-
hrtl de notre etat social.
On sent deji I'importance de notre
point de vue : sans anticiper sur led'-
veloppement de mon sujet, je puii
ltisser entrevoir ma conclusion, A sa-
v0ir que, pour supprirner la propa-
gnde, il faut supprimer le propagan-
dite, de la meme maniere qu'il fau-
drait arriver A supprimer le bananier
S on voulait ne plus avoir de bana-
"es. Mais, de meme que, en depit de
suppression du bananier. la terre
fertile en bananes reserverait cons-
1n1ment des surprises tout le temps
00, par lea am6nagements appioprids
" ae I'aurait rendue soit t6fractai re A
eUe culture, soit utilisab'e A la pro-
tion d'autres cboaes que le bana-
rie de a meme facon, on ne peut
Ivegr a cooper court a la produc-
d0 l e Pace social repr4sentee
le a propagandiste a politique
lV remplacant notre 6tat social par
.._social r6fractaire & cette tris-
action.
Sj'ai touched a ce sujet dans
sr' Is temperament hailien of,
opoe du rectangle des D6classes
.dans le trace figuratif de la
hatienne, j'ai 6crit: g C'est
e rectangle des D6classeda que
iS quartier-g6n6ral des po-
at de cette sorte de rebuts
umumae peuvent vivre que de
vei1rtents politiques et qui
IB naos c 0ooa e d'appoler
n aouveTas qtllis mari-


vent parfois, en temps de paix, A liA-
ter et A pr6cipiter par une prop)agan-
de des plus d6moralisantes, et que,
en temps de troubles, ils rdussissent.
avec quelque art, A 6terniser, pour leur
seul profit et au grand dommage du
Pays. a
C'est done la presence dans notre
socidL6 d'uq trop grand n-mb;e de
Ddclassds aui cree. a defaut d'antre


]on ftoute Ia popullion bimiChe. Ic:
at-liers ru'aux et les vii:s 11'ii-
tijIls ntdquit 'nlt ur [ii Iical l tIr
IuLlifes.
Ou'c"'t- ce(Jil ftrllinai ck-t I iiat 101
hilitienine '. L'uniori (Jdes tI-ives, de-
vt~nus de afri 'hi 1MS f
(its ion tu s e C1l-11. ancvili
oci, t ouvalt, F( -41da12$' Ct
i'oppressiotnen miiioins, in~s atiissi lIo
travail et I s dipo-itior.s du Iiavail
ci) lmitis, d'une [a :oi le U
moins.
C'est a pier 'u travail I'aiucell[W


population laborieuse qtw, avcc plus
ou moins de succos, se sont dvertuds


[t L'at10jol1


des ('-Itnments


d'1ite (les


C ;t, i Pit it vwrs les villes, resuiltat le
Il,:wus vi(delt Ile la co:ruptirn urbaine
**t tdo sa proHpa:ittion dans les campa-
I AeS : les lils de paysans, A I'exemple
dei's citaulins, ahandonnent pen a peu,
ciux aushi, l1; function patronale.
4,)(uarid, aIii s'in d'une nationality, le
\viie s fAlt insi, progressivement
dan-s la fo0rtion u'minente depatronner
le travail des incapailbles, I'envahisse-
imiont 6tianger est sollicltd d'exercer
Iii-nimt';e cctte function. (Cela est si
ivrai que inos publicists les plus re-
i maiqiablols, et sans doute des plus
Spaitriotes, ne rongissent pas d'atten-


plus honorable, I'etrange industries la plupart de nos gouveranuits. Eti dre le elbv .rnent national des capi-
des c prcpagandistes. v Et l'existence bien, Dieu me garden d'itie propli;te ra;ix et de I'intelligence exotiques !
des Declassds commence mallieuren- de maiheut : ils n'y i&u-siiont* ;.: Dans tous les pays du monde, lors-
sement avec notre histoire m;Cne. .e dans I'avenii, is plus llu'is '\ Ii u;it .1 I la h tI'm tion de dir ger le travail
vais l'6tablir en deux mots. rijssi darts le pass. ..ric,)col et inudustriel n'est pas exer-
D'aprs les statistiques les plus rela- 1. travail organism cl ti ,:'tIhodi p ct'o' ,pari les plus capable et les plus
tivement dignes de foi, le nombre de ne pourra jamats cxi-ter, ~,'; i.lt .- :, ,*.\ v- clansI I'tra3nisation social, I'a-
la population de la partie franc uise te d illes que dnm les c; pi api ,. ,,'?1 ,l i' t fit dtfaut. Et clia-
Saint Domingue. s''levait, a l epop'le I':ir i1 s s iiis de I lite Lna riu l ,' 1:. 1. 0 1i I c u 'ette aristocratic natu-
des gu-rres de 1'inddpendance a en- elli iac. inent prote'er (Lins c' o t dlt'.t, elle est remplacde
viron 435.000 esclaves, 38,000 blancs par le gouvei nemeint. p ir uine sorte d'aristl,'ratie arti/icielle
et :3 000 atfranchis et hommes dle Mais nous avons vu quei' les orni- i t'rt;seite, dans cert.irls pays, comme
couleur. L-a besogne qur occupait nes .d cite ie so ouvet as Noivg.' e t .li uisse, )ar le clergy,
cette population varide peut etre, !ros i'iacieiiile claisse des alfTiancliis (et *.t datis cert.iris autris, come la
so modo, d6terminee comme suit : de-s nulAtire. ; or, cette lIi ,. ; tlou- I'r;ace et nous, par la piissance in-
La plus g ande parties des esclaves jours 1manItliu .1 son role pt.ironall. El-- !tell' -tuell,.
6taient attaches au travail des liabita- itIa' a Ias (e dlessie plar les colons ; .l'ai sous les veux la collection com-
tions ; le rste, libre de tout engige- ele le leur a rude:nicit lt entlir en ipet-L de no're Hulleti, offire'l de l'a-
inent, clait et maraudait dans les ,onduisant les esclavcs a la gueri e. iricahure et de l'iniustrie, et, excep-
parties les plus reculees des camipa- De nos jours, elle continue A d,'ser- lion fate l'un setil agronome, je vois
gnes. fer ce r6!e (t elle le d,'.-erte dAL.; que les conscils les plus techniques of-
La population blanche dtait repattie les pires conditions sociales qui se terts a la culture A nos paysans ( qui
une parties dans les travaux de direc- puissent imaginer : elle allorre la vie ignorent leur A B C ), sent formulas
tion et d'administration des habita- rural et les travaux manIuels et pour- oar des docteurs en medicine, des
tions, une parties dans les travaux des tant elle est assoilite de richesse; e!le histories et des avocats Un pays,
villas et des ports ; et le rest, corn- aspire constamment A la vie facile, la France exceptee, ne peut 6tre plus
pose de a file de famille i, pdrorait et envi age ainsi le repos sans l'effort complitement en proie aux ravages
dans les parties de plaisir, les rdu- pdnil!le qui l'autori.e et le rend sain. de cette aristocratie artificielle repre-
nions, les assemblies politiques et au- De IA, le developlpemrnt exagtr6 de sentee par la puissance intellectuelle,
tres bamboches pareilles, et aussi deux tendances maIheureuses et mal- vraie ou adultdrCa I
encombrait les administrations pu- faisantes, et la creation d'un courant .
bliquee. social absolument ndfaste. *
La population des affranchis et des Cs deux tei-lances sont : I'accapa- Que la desorganisation social soit
homes de couleur renforcait les recent des functions publiques qui le rdsuitat d'une tell formation, rien
rangs de cetle dernidre classes de la paraissent le plus sfir moyen de rea- n'est plus explicable, dtant donndes
population blanche et, les privileges liser une fortune rapid ; ensuite l'ex- nos origins nationals et los fausse
en moins, flottait A la surface de la croissance ddmesurbe ds professions directions adoptees par 1'dlite natio-
soci6td colonial, inoccupee et nati- libdrales et des cultures intellectuel- nale qui, de plus en plus, s'lolgne
vement d6class6e... les, qui paraissent I'acheminement de son r61e natural de patronner Ta-
L'orage survint, car toutes les con- natural aux situations politiques dle- agriculture et I'industrie nationa es.
editions do cette atmosphere colonial vdes. Que notre society sinai deorgani-
lui talent favorable, et 1a bourras- Quant au courant social n6fate, il l6e par le manque de ptrona priv,
quo emporta dans un mime tourbil- est repr6ante par le movement d'6- donned des products tesa qure rIs ol-


L'Etat-civll dJu Propagandiste


I I --'- I -u- u lIICr ---- I I -- --


c







tiorinaire, le )oliticic" et le piopa
gandiste, rien de plus logiqtw morn
rectatigle ules I d 6- ~t li.Jii (V' 1
Content, iious Wiavotis (PI it P( r ''''~
ptmr qtiil contjimi; 'A -,'euiff1 r ji1(isqii
crevdr un beau jour.
Et c'est stril 1o0 lc'es q1ii'il crevec i
ea vert(u do la logiqieie de-
phdnusiilnes sociaux.
Couclusiona -Il;it
ver'ture jw(Ii'a no-~J jfi11r, fi ri [I1'tI,)k
gtndistei, a exist(, a-ns cess-r icL'
solile adt ni vii istratio d inuit'v

Cilesp soit elkC11110113111,ut 41S 0 l,',1(YiVCl
in~sipides et itvivaisornilables, si i illt-
Ine, aux pof ujes dvs -,r,-iriA-; 0,
p-ir conseqcuenit, (les itfclCij(fi-''5ellntt
digeon nant 'l,n-cn-t (de gd)U ltoll lei
poteaux dejil jis Iii a sma sons 01
se payet la joie ile t'.ii (4- '(i[.les
tarnilles prises do lalIi'juc tftigdfi A
leut, tour de, leutirs Mtiijit-!iidt's le r();-
vernemeint ii tr0-;p~i)sab .
OrW, si notr--I'm- toitija oil -1*A talt

(t1 il vt i i i'' I IIi II I V' 1111i
foii'll b ei i 1i V I


1)tliEiVil. AI tt f~liNc1wI I III.A I IC I ,i-.




PoldpICs PallYres


de / JAasPice Si I'Mfcet /fT atI il I1 ,
Mai )

Mj:-dw I crutautrX C Io, .), ; r.- ,b. NCo

Ct,. Inq I c11111 1 ),G I K II1, 2),& C T
I I cr Ii I I, ;I I Co i (), .o Bc ,.r C

i.A. L. r1-rriLru c 3. PAul P-1i1oSW
ilepple "" Co. i. F. Couptt S, lowux & Co
,S. M. Pierre ( miois ..vril ct nmat to,
W. Poilntuatnn i, A. de MatiCis S, Z. Na-
dal & Co 5, Henry Brisson 2, L. d'Espi-
nose Ernest Da!encourt 5, A. Vill-
joint Chs FAUtto 2, Robert Nortz t.
Mine Lagoianni 1, 1. Stemnpcl 3, Chs
Mevs ( un ami ) i, A. L. Gl.&rln ct N.
'Thomas 2, Uiiwi Clu rchut on a. I. PcC-
loux 5, L. JIccoux 2, Un .:Uj(Baip kic
i, E. U.erix i, Vve RaoulJI,
Ei. Robelin i, Plice 1). Clcrtott I Cil.
Gauthier S, C. F. Cairvalh 2, AILICI t -
gitimne j, Chs. Pt ~vr i 1d. Oriol 2,
Monfltury' frtres Mile I remarrce AlifY .


RENSEIGrNEMENTS
MtTP o ROLOGv IQ (T U.-

C10 1-b as 3r-r Oat C i X- C-
DU
SIMINAIRE COL LEGE St- WARTiA'

DIMANCHE 19 JUtILLYT


Baoaromtre midi


:7 4, o'/-


minimum 2n
Temp6raturemaximnum 3
minoveri' diumne 2
Ciel clair toute la journee ; atmo.pl
toujours brumeuse.
Quelques clairs 1 7 h. du soir.
RosCe cc matin 20.
Le barometre est stationnaire.
R. BALTENWBCK


9.
\. 6
8 7
icre


V. ii lelexi v'eloipr.~nIS err__re


V. ici le lex~le re loi' prd'se~dof derrdbv-e
men1t d'le Chnrnbrepar' le D fIUI6 C

Proposition de Loi

(:(Iisid(Itrant qu'une -ia ide parlit,
4-- lo; ville qde 1'c(jut-a n-P Iri nctc a 6tt5 d,6-
tr,.ite oar les incondies qiji y ont 6cla-
td 10.1 5) 1;i et 11) de ce mois.S
:onisi'~rant UeC t est tin devoi'

WW'Co 'del, s
; ~u i IAX~ b iira-~svictim's
d.- (V, w t d(. 4,111. u pym'tilcr

moycus d'c-i ; att-nuier les eflets.

de l'aricti O fi'Je d Ia bonii-lifutiof,
1,:1 Ch 11i11Lre d!. ~~~,o~ ~tit
propsoA o ~ tleoi'op, F-IA' at if a rend u


est fait,-.e c ton-; i )tde doiatic sur


M1. (AMILLE LEON
J.-r DIptA des Cayes


I)(1;H tLII'!'4, ui
SfI iA ti :111101-16:4 A Pot t-.iti-I'riiice, ,I
partir do la pjbic~ttlon t()it-o a prr~seri-
tva Lm : CO P011 U IIdIe 1six ois.
Awl,-2 al,; isIt- ca,; (41 "ecs inat&

ut,.vi'aieiit SI ido lorI'm i-'iiC

Li!iqutic. i I cut sei dit ailliii6 les
(IrEuit, doI doltmia pr -vus 5par Ic tat-if.
ARIT. 3.- 1 it presenteIloi abroge
fill[ (i it Cza
'I kIttt Iiicce du Seci ( tai-
Ilt, & U'ta (. F la c t (l : i]

Fait A la hombrere c, -1 Juillet
1908 an 1O0e de L'ind~pendaiice.
Sijn! C(AMIILLE IfON.
Appi'ouv6
LURENNE I1SGRAVES, \ALEMBRUN,
3AILLY, Em. (ikB dltL, I1EAUIIARNAIS
IN-.IS.NE1S,, 'I'llINc1CLEk SLAFONTANT,


Naissance
Nos amis, les ipoux Ludovic Passqiis,
vienncnt d'avoir le bonheur d'e re dotes
d'une nouveau-nce, A laquelle nous pr6-
senrons, ainsi qu'aux heur ux parents, nos
meilleurs compliments
La nouveau-nee repreente, en ligne col-
iatcrale, la jmne generation .le Son Ex-
c.lltce lhe G.t. Nowt) Ai.\rs sai rn ,
SiRc Liroche, (s', en ct.:t, !.i p, iitc lille dC
\: D).llb('-nar I) -los-ph. not '' i ni it 1 ic
Paris. qui, lui niinte. on le sail, ct le lc-
veu du general Nord.
Nous filicitons donc, en mminle tcmpv ,
le residentt de Ia Rpublique de cel ctTet
de la o!lici:ude divine qui lui a ainsi
.onn, de voir au dclt de a kminme gniera-
ion. A 1. quelle jusqu':ci c.ait limitee la
prophetic dc la bWndd-c ion bibliq'-e.
Navire de guerre
1 Inifti;i;',let, cominindant G A. lior-
r.tt, est n'r, simuedi venint do Ste-Lucic
i Le CPaiu a, comn and.inr T. D. Gr ffin
est t ntrc hiir venant de G(uain'ain o
;es s.n's d',.it e oUit c 'C.,:hin lintre
cos i "r t '.i bitte'ic d F, 1' t St C: ir.
Visite offtciel e
1icr -ima in, l.s ; ;iLnr.iux (Cvii i1u C(.
tst' in t i. II. V. L.ec, nt. o",t c; i vi
siee l K1 :: -:In.aj r du nivi'c Jde guerre
I'Inhtifl,~Y/c. Li reception a cit des p us
cordiales.
Auto ir de l'Insp.ctiot
I, krti,,i Jt.'m n J I C. :
I.cs exanmes s- pou;rsuivent toniours A
l'ins;ect'on avtc bK.aucoup de titvrr et
d'eaithiu.iasrme Cet'e fois-ci le Semina-
ris'c, ont tait tres bonne figure et nous
profitons Jc F'occasion pour -ur pr.senter
I11s p, v t- comnpinien Noui fhlici-
to ,' pluL sp.' .'.cii:cn !t i j :ne ldon La-
i hen, de la Plulosopllie qui. A I'ecrit comnme
I'oral a don nt p!,.:ne satisfaction, ct a
Sforct bicn souvcnt par It.s rdponses un
p1Lu vives nm.is exacts, I'a'tention de ses
a naminateurs.
Allons jeunes gens, compliments !
A. Ss-r.ANT
D6c6s
Nous apprenons la mort de FE:RnAND
'SCLu.Ic'ii -GU RtIFR, ddcedd hier martin 1 l'age
de 22 ans.
Le eonvoi partira de la mason mortuaire,
rue dcs Fron's Forts, derriere l'Archlivclch
pour se rendre A la Catlihdrale.

Les fundrailles de C:LI-U Erti.\RT, d6
ceddce hier 4 hcures de l'aprie-midi, au-
ront litu aujourd'hui A 4 heures Le ser-
vice funrbre sera c6librd A Ste-Anne.
M.iison moru.iire. Grand'Rue, en ftce
de la Pharinacie Ste-Anne.
Nos condoleanccs aux parents de dt.funts.
100 Dollars de rdeompense
Mr Louis Joseph Janvier a perdu dans
la nuit du io courant deux porte-feuilles
en cuir anglais, d'un pied carrcn chacun,
contenant des papers qui ne peuvent ser-
vir qu'i lui seul et non A d'autres. I1 pro-
met une rdcompense de zoo dollars or amn-
ricain A qui les lui rapportera, 450 Grand
Rue.
Arrivage et D6part


T .ItLIEN SANNON. Hier est entree le steamer "Prins I'illeym
III avcc les passagers suivants :
Pri6re d'aviser l'administrasj .Aquin: Mr et Mme Charles Oscar
tion de la moindre irr6gularit6 Etienne,Altagrace et Jeanne Etienne, Mr et
dans le service du aM ATIN- Mme A..Brea,Mlle Berantin Poinson, Hen-
afin qu'il y soit dc suite rem6- ry Lanoue, Emile Jeanty, Rubin Couldge,
die. L. Gsstor,Nanie Lancey.


Cayes Gen6ral Favro' et servit.
MMme B:anche',2 domn.stiqucs, Pollux, C
phael Elie, I atond, Mlc Sm-tiramke e
Claire Sa.s, Laurence Labsens, Polina Od
gK, Charlotte Matuis, Alida Figaro, Chau
Policard. Henri Charles, Ccile St Pr
Georges Jomnalam, Entwslic, M. Malebu
che, Charles Joseph. Eig Jeau, Loui
Gcorges, Lacroix Cristhople, Mmejustim
Cespddes, Raoul Lager, Duracin Vaval,
Mme Anblia Charles.
Jirm;e : Mine N. Cayemitte, Elie Ma.
sour, colonel Oct. Durand Elie Rosilit
Mine M. Belizlire, Arthur Ritmeau, Pild
Youance, Thomnis Dgr.a:T, Ch. Vorb
'Chcile I..:coss, Marius D.soin.
Saint MaCrc : Elias Habib, Docteur Frn.
Sois a!encour, G. Groscau, A. Desandes,
Mine 1. Bazin. Charles Pierre, Marc Sage,
Mme Nathoxel Laporte. Theophile Brfa,
LUonce Pinard, Mme There O0,6 M!k
Lucie Siget, Cldmcnr Pinard, Pierre Chin-
goe et enfrnr.
II cs: reparti avec les passages suivan's
pour:


St ,Marc : Georges Baussin, Boutin, S&
niteur AndrC Guillaum-, V'me Enm. Ni-
coil.at Ibdeb. iMne A'bert Dilencnur, Mile
Alic Da'encrurt,,And.r M&eellus, I.on ID.
vot, NMle Marie Devo',Htbert S: F!eur,Ba.
r;re St Fleur.Clovis Fievre, Matilde Klnol,
Berlin Kino'.Mm-e Wadestrand,Sa.ur Wildi
Victor, Mile Ca!icit Joseph, Emi!e Rrisson,
Mine Marguer;te Pjge et enfant, Auus
Su; police. Mme Narcisse Romnain, L. Rou-
maiin. Mile 'Simonne Romain, Mile Anita
\Vis.Dnmorid Ficvre
'NLew York : Anoine Lueien Pinson,
Rabi G. Kouri. Mme Von 7Zmmertr,
Edonard Reimnbold, Mr et Mine Donate
Latorraca et btbl,Mr et Mme Pedro d'Est.
Changem6nt d'adresse
M- Ch C&sar porte i la connaissance*&
,4s clients que son cabinet est transit
au N- 206 Grand'-R'e M !son Vve PeriT
gord.
De la ration
Le Docteur Thomas croit devoir anno0
cer au P.-veur de l'Instruction publique, 2o
Bureau de la Recette et de la Dipense ct
notamment aux Preneurs de Feuilles d'p-
pointements qu'il n'a pas escornpts1d'
,eul mois de ses appointments come
Profess-ur A l'Ecole Nationale de Mile-
cine et de Pharmacie.
Si, par hasard, il devait tre redoiti
cette dure extr6mit6, il viendrait en yC
sonne contracted
Au cas contraire, il d-cline routes rt
ponsabilites.
Port-au-Prince, le 19 Juillet I908.
Bien de famille perdu
Un de nos amis francais, personnageD
remarquable, nous &crit de Chatillon-s
Loire pour nous demander de lui idt
rctrouver un portrait d'homme du XvA
,icJle rdpondant A la description suivaw:
v Dimensions approxima:ives o 5 '
S65, home a mi-corps, grandeur natlur
tite tournee A gauche, cclairage vena.t
la droite ; figure rasbe portant 45 an
en lumiere, le rest assez sombre ;b, '.
de velours sur la tie ; costUme g
d'intrrieui ; pas de col ; gilet overt "
trant le haut de la poitrine ; la maio
che appuyde sur un livre, lequel
bout. 1 ne'O
Si, malgre les nombreux ve
ui ont eu lieu dans le pays, des t
je l'indpendance jusqu'aujou'hi,
trait, qui date de plus d'un silCl, r
trouvait dans quelque collection 'o
ou priv6e, on est instamm.t1P Pf4 1
en aviser aux bureau do joI nM
rait ddbattu avec 1'inttU "-S
Suxquelles il poorrait mtr .* I








JiyeClles Etraigercs

Derni6res D6p6ches

D.ENKti U i. I .- Le President Falli'
rs es arrive ci cet apres midi.
Li populationn lui a fait un accutci
enthousiaste.
tL escadron de cuirassiers la escor;c
Je Ij ;'are .1 l'ihe'l de \'iVle ou le maire
iu, ai ,uhai: l.i bitin venue. Le Pr&.ident
lui a icpondi cn lquelqlis mots. 11 a dit:
i Je ui au n11011 de la Rdpriibliq c franc iise
ressutr les liens d'aniitdL ,uel; dependent lecs bonnes relations des
Puiza~.-es europccnifleC ct 1, I:ainticn de
i pjix du monde. v
Au moment ou l'emb. ration dans la
qucle avait pris pace le president pour
ilier s'nibarqucr A board du cuirass6 d'ts-
caJre v \ritc ) travcrsait le port. clle a
c :e',le par les canons des navircs de
gLerre et des farts pendant que la foule
ricmb!te sur les quais poussant des ac-
c'amalions.
Auwsit6t que M. Fallieres a cu mis le
pied s'irle pontI du cuiraseL d'L.s:,ira]r
4 Vii-e a son pivlon .a C li h A .\
cone it I'iscadrc a IL.V l'a-icrc.
QUEBEC. Lts Inavires de gutrrc frail-
;is i bord desquels se trouvent les repr&-
sentan's de la France sont arrives hier Les
c7oiseurs-cuirasss a Ia60on Gambetta tt
a' A'niral Aube ,, font I amiration de
tout le monde, A leur arrivee, ils on: d d sa-
lues p.ir les canons des navies de gi-erre
inlais et par ceux de la cit.delle.
L'amiral Jaitdgen Berry accompagne de
sositat-major est ensuite descend A ter-
rc pur rendre visit au gouverneur g6nd-
riaia maire ct aux autrcs autorites.
IEIN.-- Pendant des mannaeuvres de
nui ex6cutues pres d'AugiCburg par une
iamerie de mi riilleeise, les artlleurs ont
r;;n I'orlre de tirer sur un ballon lance
peadant le jour et qui flottait 3 une gran-
de huteur A la giuche du camp. A la pre-
mire salve, le ballon traverse par les pro-
lcctiles est tomb6 sur le sol.
Apris la suspension d'audience d'hier, le
prince d'Elenbiarg est res1e sans conniis-
sace pendant plusieures heures. Son 6tat
sest empire aujourd'hui.
Les medecins qui le soignent dissent
re sa vie n'cst pas cn danger r.
CO STANTINOPI.E.-Les recentes inonda-
,ions qni se sont produites dans le voisina-
g de Toka ( Aste mlneure ) ont eu des
c'nrsquences beaucoup plus graves qu'on
ne 1'avait lout d'abord suppose.
Les details manquent encore, mais sui-
vant une lettre privee venue de Sassoun
I mer noire) deux mille personnel y
compris trois cent prisonniers ont ri.
TEGCLCIGALPA.-. Enl o jours, l gou-
veraement a rdnssi a mettre fin au mou-
vement revo!utionnaire. La bataille dd-
ciive entire les troupes du Gouvernement
t les insurges a et livr&e a Maccaome.
Ces derniers ont ete battus ct se sont
recgi, au Sal"ador.
RAkAT i7 Le sultan AbI El Aziz est
arrve avec son armee a Amara, deux cents
cValitrs, partisans de Moulai Hafid, le prd-
tedant au tr6ne du Maroc sont at riv6s A
arakech.
QERBEC Les grands personages qui
dvent participer aux fates du tri cente-
'aire commencent arriver. Lord Rob!rts
Sle duc de Norfolk n'ont pu debarquer
Iee .lnatin, l'express of viland A board
ourl its s5nt venus n'6tant arrive son
' q e hier soir A i heures, lord
'o s a e t re Dart le general Otter
i'tait ccompaC o e son etat-major, il


a et escortL A travers la ville par Iin d6-
tichement du Royal Canadien Artilltrv.
BERLIN.- Aujourd'hui au monmcrn de
it reprise du procs du prince Ph I ppc
d Eulenbourg, le docteur Hoffmam, Li.v' t
par le tribunal d'txaminer l'accusd a dd-
clare que 1'6tat dv s.int ne lui pernm-ttait
pas d'assister plus d une heure aux debats,
il a ajoutd qu'apris la seance d'hier le prin-
ce avait failli avoir une attaque d'apc-
plexie et quc sa faib'esse augmentait de
jour en jour. Le prince 6tait couch sur
une cini&re place en face des cinq judges.
LONDRES 17.- Le concours de fugofwar
ui a eu lieu aujourd'hui au S'aduiom
e Shepherds Bush, a donn6 lieu A une
protestation de la part des amcr;cains qui
ont prdtendu que I'dquipe anglaise avait
viold les rglements du concourse, cette pro-
testation n'a pas tte accepted.
GENEVi. I.- Quatre mile personnIs
se sont irunies au;ourd hui ici pour pro-
tester con:re l'extradiiion du terrorist
Nassilicil qui cst r6clatnm par les autoritis
russes pour meurtre commis sur la person-
ne du prefet de Penza. Les manifestan:s
ont ddcid6 d'adresscr aux auorits. feder&i-
les une petition demandant la denoncia-
tion du trat6 d'extraditin.
PARIS Le gouvernement vient d'inter-
dir t !' n;gr.t ion des nationaux frana:s au
13 ( ii ; i adoption de cette niLsure a :te
provoq. c, p.r l'jpplica:ion J s nouveaux
rTIini.u uti d'imii migration Bresiliens.
Pi.KIN. L'empereur Tsai Ticn est ma-
lade depuis quelques jours comment il est
inrerdit aux medccins europdens d'cntrcr
d.ins le palais imperial il est impossible de
ca-nnaitre la nature de sa ma'adie. On croit
ccpvndant qu'll souffre de la dvsenrerie.
HONoLULUt Une epid6mie de ficvre
scarlatine regne ; du cuirass6 d'escadre
* Nebraska a une demi douzaine de cas se
sont dclares hier, les malades ont -e:
transfirds sur le navire h6pital a Relief *.
Le a Nebraska N va &;re isol6A
ST-PITERSBOURG 18.- Le a Novoe-Vre
my ) a public ce matin une d6poche
de Tabriz ( Perse ), relatant que les revo-
lutionnaires de cette ville ont 6t6 battus
par les troupes du gouvernement et que
les cavaliers de Rachinkhan pillent actuelle-
ment la ville mettant tout A feu et A
sang.
SALONIQ.UE 18.- Le generall Osman Pa-
sha, commandant les forces turques A Mo-
nastir a did assassin ce matin dans la ca-
serne de Monastir par un officer appar-
tenant au movement de la jeune Tur-
quie.
CONSTANTINOPLE S. Les inondations
recentes dans le voisinage de Tokat ( Asie
Mineure ) sont beaucoup plus importan-
tes que ne I'avjient annonces les pre-
mi&res nouvelles bien que les details man-
quent.
MANILI.E 18. Q.uararte autres passa-
gers de 1'embarcation A vapeur qui coula
le 16 ont et d6barqies ici aujourd'hui
par le vapeur a Buenasusrte a qui les re-
cueillit au naufrage oui dix personnel p&-
rirent.
PARIs x8. Rente : 96.ro. Le Prdst-
dent de la Republique quitta Paris ce ma-
tin se rendant a DunKerque ou ii sest em-
barque A bord du cuirasse w Vrite a. M.
Fallieres fut recu A la gar-- du Nord par 1 s
membres du gouvernemnt, leslchargis d'af
fires de Suede, de Norvege et de Russie,
par les g6neraux Florentin, Dalsein et le
Haut Personnel de la Ci* du Nord et par
quelques sdnateurs et dbputei. Le President
remit la cravate de commander de la L -
gion d'honneur A I'ingPnieur en chef Pie-
ron et des mbdailles d honneur aux emplo-
yes et ouvriers. II fut salue avec enthou-
siasme A son arrivee A Dunkerq e. Le
maire pronona une alloctiona A laqelle
M. Falhtres rfpondit bribvemten. IIt s'et e


enmuire embarqu6 sur le vapelrf Buffte a
qui 1'a conduit a bord du cuir as- Virite.
I official public un dcrert par lequel M.
( !cnenceau est charge : par interim des af-
lailes dtrangcres pendant l'abscnce de M.
Pichon qui acctrnpaguc le pr sident de la
Rdpublique.
Au Maroc, confor.ndnent .iux instruc-
tions du gouvcrncmeit, le Gil d'Amade
t6iegraphie que deux bja'allons rcntrcnt en
Aigerie.
L'amba.sadeur d'Esp.i,,ie. Ic ministre des
Pays-Bas ct Ic clargS d'.'tiir d- Bavire
se sont rendus A l'Elysde pour remettre au
nom des chl fs des missions accrddites A
Paris, 11. souvenir A Mile Fallieres a 'oc-
casion de son marriage avec M. Jean Lanes,
sccr&tire de la Prcsidence.
-A
Vin de Bordeaulx

Le vin de la maison BOub6e
frdres de lIrdeaux so vend che/z
MrApp. CIPOLIN, 1,. (Gratnd-rue
en fac't d la (Companie (Gn6irale
Transatlantique.


VERITABLE

K OULA-C IHAM P i' GNE
1; GOUIEf.S A,4 DOI'Z./. N


A Vendre


chez G.


Blot


67, RUE: D'J MA<;A-IY -4 R i.'TAT
Seal reprdse lt at de \ IIU(:CH
( (GovAIVEs).

Chapeaaux
Chipeaux I
ChapeauxIll
PLILLE DE PC4tTO-RICO
AC._(OUREZ CHEZ

JOSE S.AN MIIIAN
Le coiffeur artiste, qui vieiit avec le
c'otcours d'un chapelier reinarqi,:ible,
M JAIMR TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Sirlon de Coiffure du Louvre
,:r) :ouso les goAth et pour toutes
-- oo- -
Changeinent d'Adresse

Is sousigines ornt h'ln leur d'avi-
ser le public et leurs clients qu'ils
viennent de tr nsf!ier I'atelier d'e-
b6nistpri, *a LE PilOGliiS du num6-
ro 116, an No 132 de la mnmem rue,
ancienne m ison A DE MA'ITEIS &Co
La maibon informed aussi qu'elle a
besoin de bans ouvriers 6bdnistes.
Port-au-Prince, 30Juin 1908.
MARTINO & FERRARI
=:: l -I I--
Avis
L'Inspecteur en 'chef de la Police
Administrative de la Capitale announce
aux medecins et aux particuliers qu'il
detient en ses bureau quelques vo-
lumes de medecine et d'autres ouvra-
ges anglais deposes en ses bureau
lors des derniers incendies.
Lee proprietaires soot pries de venir
les rtclamer contre recu.


Cie des Pompiers Libres


Cours


d'instruction


Liste des pompiers qui doicent se prd-
senter d la Station Centrale durant la
se, aine du .20 au 25 Juillet
G;ORGESt; JACOB, conseiller. Julien
layinond, Lonclce St-Surin. Leonce
HPl.,'ide. so.Us-offiiciers.- Aurile Hau-
duy, Auguste Toussain t, I.opold
Pierre, Bonn.it -ux I'ien-Aimin, Cic6on
Fleurian. Ilerlmann Chancy, FrAd6-
rique Champagno, Fr'dtrique Cessent,
Fra, cois Micliol, CGeorg.s Magloire,
.lu-tiin 4.al ill. l'ltfin Chtiia page,
lBe n d ln\-a llPhilippe Delva. Atit.
Josapliat. Micius Iti i'n, Vallon Julien,
Charles Abellard, Mviltiade Alellard,
llcnry Richtd, Alphlonse Louis Chlarles.
pomni c? s.
Port ati-Prince, 18 Juillet 1908.
Le Coummandant,
Louis fiTHliiART



A. e Mall is el C .

T"l tti s ,10, .'. l' iei rale- d(isel -
tes, ibruv.atite s. d(es atfin t ltu (l' ilciar-
In1, subtil ,it d(';li'at,- Son Sou-
rire, Floramye, Vivitz,
des bijouix o'i s'ertoi, guellit la
plierre tc l tante et hiauai tie, de ini-
ii',CUles objtlts- d'i a t 1 (i +-oul it la gra-
ce t iste des i(t'les, ldes b oucles d'o-
icill ls t qii s'tollloltne t die lenirs forines
va i Aes, annc auiix de tiaii.-ailles offrant
le symbol d'une 6tternelle jeunesse
d'amour, orgies de colliers graciles,
de lourdes chafnes massive, des cas-
cades ltincelantes d'or, de rubis, d'd-
meraudes, tout cela fait un coin de
paradise de la imiisoni
A de Matteis & Co
41i est siti6e alijoiiild'lui A I'Ancien
Ilotel (Conitral r' st.taurri et ermbelli.
Ses it.ili'Iis tiout gardt la nostalgia
dol touts les fa.ttaisis d'ai t admi-
it'es jadis thez ieux et ajoutalit A tou-
tes ces frivolitts- attrayvaites, les ob-
jets indlispens.ables lque ri'clame la
Vie, ils out (che:z eux u as.sortiment
d'une grande riciesse, pour tous les
gouits et pour toNtce les bourses.


On trouvera
LE MATIN
A l'H6tel-Bellevue

Changement d'Adresse
Docteur Mathon
BOIS-VFRNA,
EN FACE DE Mr. IIECTOR JN-JOSEPH.
CABINET DE CONSULTATION:
9 i, Rue Rou., d :etd de l'Imprimerie
J. Verrollot. 7 1 '2 d 9 1/2 heures.
du martin.


Panamas I...
Elegants, slides, arrives par le
a Montrdal a.
Chez MY LEONIDE SOLAGES.
99, Rue deis rets-For"t.


--~ ~-







M-AGASINS DE LA MATROPOLE
Maison Ju1,Es LAVILLE
93, RUE DU MAG&.SIN DE L''TAT, 93.
Viennent derecevoir par les steamers FrnnQais et Amdricains
les articles franq iis d premiere fraicheur :


PAtk~s dde foic gras Ifutftts
Roudins ijoirs
AnidouIIlott et
Cervelas
Frorma'e croftlt rouIIe, di Is
Miore.


ISnti I ss cs d'() xti-d
>. i~i~s.5de Camnbridge
I dquoreaLIx :'i I'tiiile Am jeux
Sinfin10es linres- LouIit fr,res
(I(- t outide 011 O pOt (( \ta VOisitle
1Pickles au vinaigre et ut Ia rIoutta'de


Saucissons de Lyon
Petits Saucissons d'une Livre environ


Jambons d6soss6s
Fromage de (onldat (l);itt grasse toll.
Biscuits fltis ()libel, lBoi!t de 2 liv.
Bonbons assortis.


Beurre Bretel, bite d'une
) livre
Ilibre tran',aire, Marique Atlantique
Bruno et blonde


Beurre de table de Normandie
V1n boite do 1 Ivrc> P1. 1, 0 or.


la Havane on boite de 25 .iga-'s


Genite Londreset C:onchia
Prix exceptionnellement avantageux


Tib6re Zephirin Bell
Fabricaat de chaussures
Rue Tireinasse, facade Nord de la
Place de la Croix-des-Bossales.
Annonce A ses nombreux clients et
au public qu'ils trouvoriot clhez lui
un assortiment coinplet de (.h.iuss:i-
res pour daelll, limrnmies et entrants,
confectionn6es avec des tnattriaux
de premier choix.
La mason s'occupe au-si de routes
sortes de repaiations.
SPiCIAIlTP.:


Un home
extraordinaire ..

Tout le inonde a entendu i)pat lir du
pouvoir miraculeux iles cgraids ma-
gnetiseurs, bien que, jisq lfic'i, au-
cun home de la cel6brit* ide
Federico Garcia,
Gradud, diploma ct nmedailltc e l 'Institut
X. LAMOTTE SAGE, Rochester. New-York
ne se soit ofTert pour permettre A
tous de mettre ses talents A I'Opreu-
ve. M. Garcia 6tonn4e lu scepticis-
me manifesto par tant de personnel,
s'est d6clar6 pret A mettre A la dis-
position de tous son savoir et son
pouvoir merveilleux et presque sur-
humain.
Avez-vous besoin de la clairvoyance
d'un Atre qui a donnt des centaines
de preuves de ses pouvoirs miracu-
leux, voulez-vous rMussirdans la vie ;
voulez-vous connaltre les secrets de
ceux qui vous haissent, les pieges
que vous devez 6viter, les remedes
qut gu6rissent vos maux, adressez-
vous au Professeur Garcia. Rue
Roux, cl-devant Bonne-Foi, No 55.


I Maison F. BRUNES.
I 195 GRAND'RUE 195
Dirigee par

L. HODELIN
A ncien membre de la Societd Philan-
thropique des nmaires tai!ieurs de Paris
Vie:t do recevoir un gratid choix d'd-
't)e: s di.ct'otIdle, casimir alpaca, chevio-
.(o, ;:l:viote pour deuil, etc, Recomman-
.ih' \,.rUticulibrament A s3 clientele une
) ile collecta,)n de coupes de casimir,
,'1 Vilet de fantaisie et de piqu6 de
eou': beauth..
SpAcialit6 de Costumes de no-
ces.-- Coupes Fraugaise, Anglaise et
Am4ricaiue de la dermiire perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tuixaes militaires, habits brod6s
tlt -r s, tuniqus, habits car-
-4 0 .-e- !, toBs Zradep.
LAk
Meilieure Farine
du Monde
,0',c qai done le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain
Qui donne le pain le pl'.s blanc et
le plus leger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co, -
Minneapolis Minn.
Era. CASTERA. Raprdse+nant

Arrive par
le dernier steamer

Mac'Nish's Kola
DE KINGSTON
En vente
Chez Catinat Fouchard
Rue du Centre


TANNERIE CONTINENTAL
DE


PREPARATION


Port-au-Prince

CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)COULEURS


Vente des chaussures : Chvreau-glac6, Verni et cou.
leurs, pour Iomrnmes, Dames et Enfants.
( BOUTO!NE, ELASTIQUE ET LAC- )

En gros et en detail pour toute la R publique

b --
H oE BELLEVUE
RESTAURANT BE LL
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
Mme Hermance ALFRED, directrice
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLEI
DINERS-LUNCHS.
Installation modern et comfortable. -- Vuesur la mer.---Tempdrature
louce ei rdgulidre. Les Tramways de.servent I'Hdtel-Bellevue routes les 7 Minst'
I'ROPRIeTI SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de rdception.--Piano.-Gramophone.
Sonneries Electriques


Table d'H6te


A LEtLEGA NCE

CORDONNERIE.
3E. E JE=P3;
42, Rae des Fronts-Forts.
CHAUSSURES EN DEP6T,POUR LA VENTE
Promptitude et soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Formes ambricaine et francaise pour
Messieurs ; elgantes et commodes.
Pour les enfants le plusA l'aise.
Travail solide execute avec
des peaux de premieremarque.
Assurance de grand rabais.
PAtes, Cirages et Liquides


Au dernier cril
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A l'honneur d'annoncer A ses nom-
breux clients de la Capitale et de la
province qu'il vient de se transferer de
la Rue des Fronts-Forts, avec son meme
stock de chaussures, d la Grand'Rue
au No 153 avec l'inscription ci-dessus.
Les clients seront toujours servis
dans les memes conditions ; c'est-&-
dire avec les 5 o/% d'escompte sur la
vente en gros ; sans oublier les me-
mes soins et la m6me exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re prendre loI mesores a domicile.


to"i les jours, 4. do idi d f he'Ur,
d4c 7 A R hou-tas du so


Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA
143, 9GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS GENRES
EN DoP6T, POUR LA VENTe
EN GROS ET DETAIL.;
Execution prompte des
commorndes, tant ici que'n
Province.
Formes A homes ; celgantes et r-
tioitnelles.
Chaussures de dames( DernidreUV
d. de Paris ) et le plus commode:
chaussures poar enfants confection"
nees avec des Peaux de routes ntwaxw
d'une selection et duree irr6proch
bles, a des prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquids
Pour chaussures de touted ame#.


Francisco DESUSI
Fabrioant de ohauores


La Manufacture a &toujoun i
p6t un grand stock,- pour
en gros et d6tail,- do chaulz'
tous genres pour
HOMMUs, FauIma EN A
Les commander d des col
do I'int6rieur puus toot tre
dans une semaine A poe pr-
23, rue des Froam.FOrts. ,
PoT-AV-rWacm ( m


Cigares de


---I