<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00378
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: July 16, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00378

Full Text
Deuxibme Ann6e, No 387.


Jeudi, 16 Juillet 1908


'3


4


J


QUOTIDIEN

ABOINNEENTS : DIRECTEUR: 1 E NCUlI1IO 10(.ENTII ES
PORT-AU-PRINCE UN Mois. G. 1. ,lO6rm ent M1 aglo ir, ,
DEPARTEMENTS( TaoIs MoIs. a3.60- Les abonn:n,;nts parctnt du ier et du S1 de chaque
K DDAC'TION-ADMINISTRATION mo;s et sont payables d'avance
eTRANGER........ Taois MOIS. 6. 45, RUE ROL'X, 45. t.c manu:-crits ins-r6s ou non no serout pas rendus


Pour tout ce qui concern 'Administration du Journal SWaALtesscr ~ Mo


L I.- h-
- I .- .%ffb-MY


-. *r I .~~;~~~~!


i n Hat Hn dit M. Demolins, comporte la prtsen- conditioon ou A crder en eux les apti-
Sce du patron, ce drnier dvient vis- ides ndcessaires pour les rendre li-
ritablement responsab'o de la situia bres de Icurs personnel, ont dtd A
tion heureuse, ou malheureuse,. tes un moment donned portes A interrom-
classes infdricures, paiiulq-i cos ,ler- -pre I'exercice do, ce patronage pour
ET LA PRODUCTION NA rTONALE niers dependent directnemet ou in- rentrer en France, en conflant
directement de lui pour leur existen- aux intendants que nous avons deja
ce tout entire a Celtt sentence at- dit le soin de diriger leur exploitation.
IV teoint d'autant plus directement les pa- Or, les pires patrons ont encore 4t6
'ai expliqut' dans mon precedent cos resultats se lit it L't'i' I .lna 1. troos de la poriode colonial qi e lo ces intendants qui, moins intiressds
article comment le changem.it dd rendement du sol, tant au point de mode d'engiagement aulravail, r'i i- A manager les forces des enclaves et
batet d'objet duns la culture de notre vue de la qua-itit6 que de la quality, tait represents par I'esciavage, failst, des animaux, ecedlaient les uns et
Ml a contribute a diminuer son ren- des products. C'est que le travail agri- plus que tout autre, ddpentdre d'eux les autres dans I unique but 4e fair
deent, et a c6ti d- cette premitre? cole 6tait pstronni directement par Io les ouvriers c'est-A-dire les escla- davantago a payer I' entreprise et
aba explicative de notre dctlin.chef de I'entreprise et i apportait ves- a pour leur existence tout enie-; d'augmenter, par conFsquent, leur
g ole, jai annonc6 une second dans ce palronage toute son expdrien- re littralement parlant. revenue a eux.
rison don't j'entreprenis aujour- ce et toute son intelligence. Je n'h6site doncpas un soul instant Comment, apros cela, rendre res-
d~'oi d'entretenir le lecteur. VoilA, au point de vue du travail. A fixer sur la t6te desco!ons eux-me- ponsable de I explosion qui s'est pro-
Je formula come suit cette secon- les causes qui doivent servi- expli- rtes la responsabilitb des bvemsmentsn duite la classes inf5rieure maintenie
because de notre decadence agricote: quer la prosperit~6 donomique e o lt don't ils ont !d les premiere.s viti- dans ses, habitule.s de vi:es origineis
I ddfsut de patronage. Quand j'aurai colonies franqcise de Saint-D mingu w. m s, car leur faute principal a ti de accrues d'ailleurs par la corruption
dit en quoi consist ce dtfaut de p t- Sous cette & facade bril'ante s- n'oxcereer leurs devoirs de patronage mInme de la classes suprieure ?
tronage et comment ii expliqia la rui- dissimulait malhoureusement on 6 li- qte dans la m-sure slri.re des ii 1- M Prosper Prieur a bien raison de
e du trauail agricole haitien, les re. fl.e social bAti sur d~ sable et je vai- r6ts de leur exploitation et do ne pa'. penser que le plus grave dafant du
lttions du sujet nous amZneront t j- essayer en deux mos de determiner les avoir ex.rces en ce qui comne i' m ode d'engagement au travail consti-
ter In coup-d'eil sur les consiquen- les vices de cette construction. la vie priv4e de la clacie inf&rieur.'. lu6 parl'esclavage,consiste en ce que,
ces d ce mcme defaut da patron.ge Tout d'abord, le patronage du colon Nous avon vu dernierenent. dans par le maintien dans la condition in-
dns la vie pritJe et das la vie publique se limitait au travail, et en s'appli- une autre sdrie d' t.des, comment fErieuro de la classes ouvriere, it ne
daw nos campagnes, et dan cetti, quant au travail, il neo 'eeer qiit qu'e. I'dlement parliculariste, migrant de forme gubre de capables et emp.che
Ptite excursion on me passer I'an vue du soul rendement de la produce la Plaino saxonne et aboutissant en par coisdquent la cla-se sup6rieure
io de fire voucher du doigt au lion, sans penser & org4niser convey Gaule .ous la reports nation du Franc, de so renouveler, lorsque celle-ci est
lcteur le sige precis de notre mal nablement les conditions meme d. est devenu chef de d.miine; ot c+)n- atteiute par la corruption.
social. ce travail. ent sa principal preoccupation Nous expliquons done la prosperi-
En m .mi temps que le colon fran- Nous savons comment, A l'epoq'e s'est portee ur la conalton socaR le d-3 td 6conomique d. la p6rioe colo-
"sapportait,comme 1inents d-, sue. actuelle, I'antagonism- social joue i e se engages dans le travail agricole. niale par: Io le but et l'obiet de I'ex-
Ch. dans son entreprise agricole, Io la tois le r6le de cause etd'eet dan. Le chef de domain franc a commen- ploitation agri.:olc; 21 patr le patrona-
slnlot du dsir depe a richessol ete a slate question ouvire : c'es ce par modifier I'eclavaA romaine e du colon s'exer; nt principalement
t"ploilation des denr6ei commer- la situation resective des clause., trouvd en Gaule en ameliorant la con- sur les r6sultats du travail.
UMs.c188et--dire des denres lui per leur hostility rciproque qui expliquc edition meme de I'esclave ; coci fait, il Nous sommes en mmem temps ame-
eant le plus rapidement de ruali- les crises ouvribres ; cells ci, ds leur transform plus lard l'esclave en serf nes a expliquer la grande crise socia e
ce d6ir, ii apportait aussi rO- c6t, sggravent de plus en plus et on lui donant on coin do du domai- ld l y a cent ans par Iabsnce de pa-
Pl ne a la direction et au co- perptueat cet an'agoaisme. Rien ne a Oo p s. a- e )usI
C. don entsreris- c qui, drns pout .miu d6Amnntrr que cette con- avoir cre iiuiTe aptituTes spcia. U. our ia vie putque, noug oe-
e qde s 'oonmentreprise,- c q, at in comment a eal ouvrib. les; plus tard encore, il dleva le serf voyis dire que si le patronage do co.
_. qeI'homme entreprend, e etIon fomais n'ap "u -.xercer comply
S a premie condition dreest de solution so e et non A la condi ion de tenancier libr, et Ion fanais napu sexercer compl-
tS a premiere condition du re c'est grace A ces tapes successive tement, c'est grAce au systlme de co-
L' habit tion du colon tait pla- La evolution des ealave d Slint-que la fdod tid t leitoriale a pu avoir lonisation adni -aisra ite propre A la
ous sa plus diructo administra- Domigue t l'Ind6pendaoce haltien- en France cette robustesse de consti- race franchise et qui a cr,6 eutre lea
o sa plus directs administra- f Domigue et n a 6 'pe sont autan tution que nous savons. planters et1 ls gouverneurs ces ti-
iy avar sa residence ; le founder dincq e d'un a crtaine question A Saint-Domingue, rien de pareil: raillements et ces agitations qui n'ont
t 'aait trouvaon inspirationdus ouvric:detc d'un soul c ement aigi! la condition de la classes inferi*ure pas peu coL tribune A conduire AA in-
Sains i ma iner combienin cette doe ateliers control e parons. Sur qui rest la meme et I'esclave, come la dependance la classes inf4rieure: dans
irction tagt necossaire B uee dol timber ia respoosabilit6 de cette bete de sonmme, doit produire cons- ces luttes de domination entire les co-
Sti tat nu cssoaire t a une doist g orber apresn d la aelle les ou- tamineot, pour hAter le moment ob le lons et lesagents do la mtropole, elle
rAtreprise qui comtait pafois gr prmedA aqeliers chef du domain doit so retirer a td assez avisAe poor joner le rle
4 em*aine le nombre des bras am. vrlrs, on d6truiaant los ateliers, chef du domains doit ala retirer a 614 aslezavls~opoor jouor I, r
adxne le nombre de i bras oe. r.ot pa m tjaia u ap,,trous la 'et gagner lea rivages m6tropolitains. do troisibme larron.
t des animaux, et par millions noot paS e limr ex-mees lea Coux d'entre les patrons qui talent Gpe ndant lea travaux important
i engage dans I'eploitation. e oUrce do ermer an pu dispose & manager les forces de l'poque coloniale, doot e rui-
( ri no e doit toner dans les o abliseu ss tittion *ocils, dde lavt ane & amlUor lear nes pevent encore s comstator de
obtenus, et le premier de o Dm qu ol Ofo00 0 ore


r I -r--l I- -- ----.--w ~--- ILY-- ---y-~- I----------- I


- I


,(


PORT-AU-PRINCE ( HAITl )






os jours, attesteot que certain ser-
viees publics, et Iarticulibrement
ceau de voirie, r'ezecutaient avec sa-
tisfaction par le soin des chefs de do-
maine.
Notre rl6e, dans tout ceci, doil
donc conslster a reprendre l'uavre
colonial au point t, elle a did lais-
ae6, de la continue dans ce qu'ele b,
de boa de la rectifier dain les par-
ties of elle a failli. Nous allons es-
sayer de voir comment tntreprendre
cette besogne.

Resolution

Vu la catastrophe qui a frappe la vili' dc
Port ao-Prnnce les Jdmanche ct lurdi 5 ct
6 Juilet courant;
Vu qu'il es, inJlpcnsab!c dJ secoirir,
duns la measure du possible, Ics victims
de cet epouvantab'e inccndi: ;
LE CORPS l.GISI.TIF
Autorise lI Pouvoir IEx'cu if A ds raire
des 2 ooo ooo de gourder, en bille:s de 5
Jont I'imission esr vote p .r l loi du 4
Mai 90o8 la somine de )i.).ooo goiurde l A
ripartir aux sinistr s de Port-au Princo', :.
titre de secours.
Donn6 au Pjlais de la Chamnbre dcs Re-
prsentants, ce 8 Juillct 1908, an I5oje de
'Indipendance.
LA president Je la Chmbre, G DESKOSILPS
Les secritaires,
J. B. LAURENT, EnILE MAR(:CLIS.
Donne A la Maison Nationale, A Port-
au-Prince, le toJuillet 1908, an rose de
I'Ind4pendance.
Le president du Sinat, S. A KUER.
Ls ecrila-res,
D. Tii:OD3OE, DIOGi 4E LhIR-iBOURS
AU NOM DE LA REPUBLIQUE
Le President d Hllaii ordonne dque la
prdsmnte Reiolution du Corps LUgislatif
soit revenue du Sceaux de la RIpub'ique,
publike et exdcutde.
Donnk au Pa'ais National, A Port au-
Prince, le it iui let 19 8, an 1o0e de
l'Independance.
NORD ALEXIS
Par le Pr6sident :
Le Secr/taire d'Etat Jes Financ's,
F. MARCELIS.
Le Secritaire d'E at de 1 In'drieur.
J. B V. LiCONTE.
rk-


L'Emvre de la Paix

en Amirique

DISCOURS du Serretaire d'Etat Rwot.
Monsieur e Pr6sident, Messieurs.
Nous sommes ici pour la pose d la pre-
miere pierre de I'Editice qui doit abriter le
Bureau de 1'Union Iternationale dess Re-
publiques Amcricaines.
La sage liberalitn du Congres des Eiats-
Unis alourmi les fonds n6cessaires pour
acqdrir cette portion de terrain, mesurant
en toot ciaq acres, pr6s de la mason Blan-
che et des Ministeres, entoures de toas c6-
ti par des rues, regarJanr A IlEst et an
Soi des parcs publics que les soins du gou-
ternement rendron: toujours plus beaux,
realisant ainsi d'employer le capital natio-
nal A la satisfaction de I'orgucil national,
d'cn fire la source du plaisir dont le riche
et le paurre jonissen egt alement.
L'amoMr do bien pubic et I'cnahousias-
as poar l bobert de I 'HamankI qoi j


out inspire un citoycn americain, Mr An- a peu de causes, ile disputes on de luttes
drew Crrnegie, dans l'ad ninis:ration de sa qua ne puissent ezre occasion de la gure
grand: fortune l'ont aimnt consacrer I si les dcux parties dsirent rellement la
lotte some Je trois quarts de million de guerre. Le sulet de a dispute centre Ies na-
Dollars A la construction de cet Edifice tons n'et rien, 1 esprit don't ce sujet eat
L'Union Internationale pour laquelle il est considdre est tout.
6rig6 est une association volon'aire don,' I courtoisie d.s vingt RIpubliques qui
les membres sont toutes les nations ameri- ont nc:el~r que le capital des E!ats-Uni
caines, du Cap Horn aux Grands Lacs. Son seul construise cet ddifice, la profonde ap
premier objet est de briser les barrieres priciation de cette courtoisie m,)ntrE par
dignorarce mutuelle entire Ics nations dc le gonverncmcnt A-iricuin. l'aoevre A
I'Amnr;que, en rassemb!ant A la pornte de fire dans Ics murs qut doivent se6'ever A
tons, et en repaiidant des infortnati ns sur cet:e place, ne pt ucnt manquer d'exercer
chaluc paysparmi ki uple d'unautrepays de puissn:cs influences po.r la creation
de)l Union, en facili ant ct Cn stimu~iat les d un srit q!:i rso idra totes les ques-
voyag,.s, le conmmtrce, la bn:ic ten'e'te tio s cn dispute de I'Avenir, et garantir
et I amrie. Da.is ce b.t, il a ei1 tabli A la pa'x du monde occidental.
Washington un office sous la Dirtc ion Puibse la construction aujo:zrJ'hi com-
d'un Bureau compo c des Rcprl.cn:ants A mencde se dresser ,tn face det pisieurs eQ-
Washington de outs les Republiques, nra:ions A ventr comnm I evidence visible
ayant un Directeur nombre d'timp'.ovs tt de traducteurs. du sentiment de bienveillance entire les
l.e.Bur.au a ~ lb'i une librairie, qiii s'est peuples de touies les Republiques; puissent
rapidement dceloppce, d'Histoire,dc v y;- des souvenirs agryables d hospitality et
ges, de descriptions, de statisiique, de d'amitit l'entourer, et que toutes les Ama-
littdrature des nations Anidricaines. I pu- riques en viennent A sentir que pour elle
blie un '-lic ii m.nnsuel sur les evne- ici, c 'est 'eur mason, car cette Maison est
ments publics d'ac'ualitd, sur les condi- !eur maion commune, puisqu'elle est le
tions vu se trouvecit routes les nations produit d'un effort conmui et l'instrument
unies, et ce bul!ctin est r epandu dans tous d'un nob'e but poirsuivi ensemble.
les P.ys. 11 entretient une correspondence ......
6norme avc lous ILs Pay. des deux Conti-
ne:ts, repondant aux questions des chcr-
cheurs sur Ics lois, les coutlnmes Ics con- ll i i U
editions et occasions des divers pays, et it
est devenu un nmoven d'introduc ion et un --
guide pour les affaires internationales. La commission nomm4e par le Con-
Ce Bureau dirigeant est aussi un comite seil communal: po:)r 1 l r partition dn
permanent charge du sui.i dc miller A ce secouis sp6,:,l anx sinistr6 les plus
que les resolutio:is de chique conference ncCssitteux des 3 et 6 juillet courant,
Pan-Atndricaile soint cxecu! cs et que les s'est I 6uiie, hir "A I'Hotel communal.
prdparations convenab'es so'ent fai'Cs pour Kilea decide qu1 les personnes qui ha-
assurer la prochaine Confdrcnce. Iitaient le< quarters du FORT SAIxr-
Beaucoup de nob!cs r b-aux td fices CL.ua, de larue ST-FusTiN (d'IEau Ca-
tiennent le record de la perfection et t- r'aco) do-:i rtae dn 1MAcGASI.NOR L'ETAT,
inoignent de la civilisa ion niodcrne. Lts le I .Court Feo wR.I. etc. etc peuvent
T'reples de la Re;igio:i, dn I'Pariotisme. i- fair ins rreo, pattlir d'aujour-
de i'E seignenen', de lArt, de la Justice, ('lhui, ch'z ha.' laun tdes member's sui-
abondent ; mnas cer cdifi:e est A part, il vaits :
est le premier de son t.pace : un temp'e Monseig.netr igAu'r ( Pre'ly ire
dtd:, al amaitie inr.tcri io.aale. I s:ra c nsa- SI-Annt) ; Mltainc Jul I) Disseck,
cre a la diffusion de ce.te connaiussnce in-. (Itiii di :n'tr.'\, No. 1i3 ; Ml .moar
ternationa!e qui abj it le p.-'iadice natio- .iV-h I )Or.'st, ((,( e PR.iv,', No. 10 ;)
nal ct libere ;c jug ~mn.nt Jids na i )n; Ic ,Ioron ier A. I.u-k-o- (Ruie do la 116.
cioitra cette sympathie 'e id la. simiiitude vela' i ,, N) 1.9 ; M.o-a-i.,r P*'lyiteN
des heurcuses impul-ion; tt des nobles JlA J tnvicr ((GIr-nd'llu No ;) Mon
dtcscins, qui conduit les ho n.nes di: races sieur TIlihinistloleJ tl'eph Ctiaril e, ((ue
et de pays difftrer-ts A fire ul e commu- de la llvo!ution, No. )
nauie, et contrarie la ticn.ance des ins-1 Pr'cnant c coasii4ratio- lit sitlia-
tincts egoistes qui p.ussent kcs nationons on particuliAre d .s snistirs aux-
atmn&s ct ennemics kIs unes core les que!s s'adrese lel- s,cours comrnunan,
autrcs. !a commission fFra uina prernmreo r6.
De e:te source cou'lrt I'ai..i;:ane ir a partition de DeL.c Mille Gour le,, lun-
tuelle entire tonteis es Rpub iques Am..ri. di, 20 juillet courant, A partir do tIuit
caines, de telle sore que la meilleure iheres du malin, 1 I'H6tel communal.


connaissance, et experience et le courage, ----- ----
et I'esprance de chaque republique pre- d ie OTekt re
tera une puissante assistance morale l
pour souvenir et foritifir chaque autre t a j],1 RLI
dans sa lute pour resoudre les probl.mes
de son existence pour aneliorer la libertei : iN Sl3'INEMENTS
et la paix, par la Justice ; et de cette ma- fTE4O P') tLOGIQTTES
niere aucun des peuplcs de ce continent, r i LO IQ E
meme opprime, meme d courage, mCme d ,aret l
appauvri par le desordre, ne manquera de D Uer eA ire
sentir qu i nest pu seul dans le monde, AIE S
ne manquera pa de voir l'aube prochaine e *l AIl r COnLLEE St-iA TIAl
d'ua jour meilleur, en voyant que d6ji le --
soleil s'est level sur les autres. i MERCREDI 15 JUILLETr
Ce serait trop souhaiter que d'esperer Ba:o;et e a mtid 742, 2'/*
qu'il ne s'el6vera pas de controversies entire minimumm 23. 9
les Nations americaines qui ont c: dE6ir Temptraturemaximum 33. 1
d'harmonic don't nous sommes ici un te- 1moyenne diurne 27 6
noignage; mais pour cheque controversy, Le ciel tr6 nuagurux le m rin a E6 con-
sera mise en Evidence cette vCritE qu'il vert toute l'apres midi.
n'y a pas de controversies nationalee si s6 -. Vent d'est assez fort A h. du soir. Un
rieases qu elles ne poissent etre rdgl6te pa- pea de pluie A 6 h. : o,ij/". Eclairs ao
cifiquement si es deux paries d6sarent re- nord et A l'oueot dans la s oie.
element an reglement pacifique *t qu'il y R. BALTENWBCK


Assists oriminelles
Aujourd'hoi passe l'affaire de Hearil
ler prdvenu de meurtre sur l pear
de Fredeic Dopuy.
L'accus6 est dtfendu par M" PierreH.
dicourt et Frangois Mathon.
Tribunal de Cassation
SECTION CRI I NELLE
.Audiec. da ti juillet 19o8
Le Tribunal prend siege A dix heartn
demie du matin. sos la prEsidenc.de
le Vice-president Ernest Bonho-nme a.
nonce I'arntt qui rejette le pourvoi tjo
par le colonel Szi -t-Fort B.:Ifort contme
jngcment rend par le Tribunal cortrci..
nel des Cayes en date du 20 Ma ti,
entire lui etSaint Victor Blanc Dellores
Plus rien le siege est level
Projects de loi
Nous dtvons signaler les imporuns
projects de loi snivants qui ont ter dpo-
s4e vendredi dernier sur les bureauxde
!a Chambre des Deputes:
Loi rappor:ant.celle qii prohibel'e
portation do betail ;
Lci creant une direction gnirle
des douanes ;
Loi rappor:ant celles de 1876 et 19oo
sur la regie des impositions direces ;
Loi sur I'assistance publique etla
police sanitaire.
Charnbre des Deputes
A la stance d'h:er le secretaire d'Eat de
t'Interieur a fait le dp6t d'un project de
loi 6tablissant la te6gr.aphie sans fil entire
les diffCren-es villes de la Republique.
Bonne R6compense
Notre collaborateur Constantin Mayad
a perdu au course do dernier incendie emra
autres choses, on lot de lives qui, sapp
se-t'il, a po Ctre sauve. Parmi ces live,
trouve une collection des ceuvres de Bym,
de IUaboulay., de Herbert Spencer,deGo-
the. d- Tocqueville, de Jean Finot.
Le Martin promet une bonne ricompea
se A qui fera retrouver tout ou une paut
de ces lives.
C.
II a etC Cg.rE une ca sse contenant de
lives don't trois gros Dictionnaires Litti
et on registry noir marqn u sur la couvetr
re : Distribution des Travaux P
II ser accordE une tr&i genTreuse i
compense A qui rapportcra ce cahier as
bureaux du NiCatin.
D6part
Htier est part le steamer P,'is Eitdl Fn-
derick avec les passagers suivants pow:
J4d mis: Gu.tave Cdlri. B. Coub 9t 2
enfants. G Weiner, H JEroze, Ch VoI
et 2 enfants, E. Lestage, Ernest Si ms
M. Lacroix, R. Licroix, F. Boncy Chb C_
yemitte, A. Boncy, P. Boncy M. SIaII
B. Oscar, L. Sanon, A. GailbA
A. Pierre-Louis, Th Prin, W.MC
mitte Paul Emile fits, E. Lville,L.
Dr Ch. Samson, G H. Hendrig M. Cap
itte, B. Claude, Mile Harding.
Sano-MCarta : Jose Pena.
Bomane R'tou30tnmpns
Est promise a qui fera retroftsr i P
quiet de papers contenant divers
| tamment : des Etats de ch& ies de l
vince, poor le DIpartement I 'IShe
Publique et des etts de fetilcle de

do 5 Juillet courant.
SS'adresser a Departcens t d lj
tion publique et aa sN 65. f Sl
Pon-au-Prince, le r4 Jiags
J. 91-


_L__


I








-m

Dernibres D6p6ohes

TAKGER 14 Des nouvclles de Fez con
arment le rapport publiC rdeemment an
mmt des prjparatifs d departs de Moulai
Haii, mais ne donnent p s Ia date de cr
lpart, ci la region vois;ne de la capita'e
d Maroc est hostile au pretendant.
On declare qu'aussit6t apr6s le depart
&.Moulai Haid. Fez proc'amera de nou-
mu Abd EI-Aziz, come sultan, car les
habitints de cette vil:e soat trk. ~on--
teois de I'attitude du pretendant.
Les tribes du voisinage n OlOi pas oob.:i
que Moulai Hafid auramt arrcki le frere du
ginral Bigdani.
On .intonce 'galcmnent que de nom-
breux soldats do pretendant disertent cha-
que jour et s'enfuient dans la direction.de
bat.
LONDRES i).- M Gry. secretaire des
Affaites Etrangeres a annoncC aujourd'hui
I h Cha.bre des corrmmunes que Clark
Kermedy, le journalist anglais capturE il
y a un mois par Ics brigands marociins
vait tini par s'cntendre avec cts dcrniers
ao solet de sa rancon et qu'il sera remis
en liberty prochainement.
BErN 15.-- L'affaire du prince d'Elen-
bourg poursuivi pour parjure, A la sui e
des scindales de I'ann6e dernitre A la cour
de Berlin a et& de nouveau premise en rai-
s0 de Ithat de faib' sei physique et men-
ake de I'accuse.
LONDRES t5.- Les amnricains ont rem-
pon aujourd'hui deux grands succ6s aux
pa olimpiques. Melin W. Lheppmn a ga-
pi la coarse finale des 50so m6tres en 4
mites 3 seconds 2/5 battant les anglais
Vbon et Hallonos, I'autre le jeu do mar-
ts a eti gagni par John J. Flanagon, le
piceman Newyorkais qui, a cette occa-
sio, a batt tous les records du monde.
i a lance son marteau A 170 pieds 4 pou-
cs 1/2 de distances, le concourse do match
a t gagne par I'ang'ais Webb qui a par-
courn les 350o mntres en 14 mtiutes 55
second es.
LacourMed. bicycle:tes d: 2o kiia nc-
ts a 6ti gagnEe par K'ng-burry en 34
minutes 13 seconds 7/5 L'.inglais John
clat s.coad et le b!ge Werb-ouck s'et
clIas je.
WAS GTON 14. Au dJeptrcmi.n de
marine on a recu des nouvclles Iann-
irant qVe I'cscidre des cuirasse amri- I
cins qui fait ac:uellcment route vc-rs
I xtreme Orient se comporte d'une fa
(3 que Ies officers de marine coasidudrcnt
co0ame remarquable.
QuEBc iS.- Les cuirasss anglAs
SAldendriae *, E Exmouth 9, a Russell ,
Duoncan *et le croisuor e Arrogant '
at arrives A Quebec o ls prendront part
'es d& tri-centenairele croiseur te V-
a est awi attend, les navires fran-
,.o et ~t Sydney ( Cap-Breton ) ce
svea A QpicV .
' at it. .- Le prince de G dle et sa
-o t M Potsmouth-ce martin sur
cr0 e a ldompcrble t venant assis-
w U d9 QpEbec.
A3- (PR o R .- t La e ni-
a't te partic lirment in.
uoS I amade., de aombreun ban-
i eoauda dam le couramt de la
*S ; *mcitEl sariewa s'6tait
I F^? *""> g* 99o.
qtr. Le jcla a e arrive
Sma inuistre de li gerre offrs
dds a4jeosr ea 1hoasr des


f membres dugouvemaemet, des Pr6e::1ent'
des Chambres, des membres du Cocsti;
suApdrier de la guerre des Officiers g~n~-
raux et des cheb de Crps do gouvcrne-
ment de Paris.
Le President de la R6publique acco:pa-
gi de Mme et de Melle Fallires et de
tons Iks membres du government de
Paris :ssistrent la reue sar l'bipp3d:c-
me de Longthumps, i l'issue de a rcvue
Ic Pr6 ident Jd Ia R6publique adressa an
minit-e dc It guerre on tl61gramme de
cflicitalions sur la belle tenue des troupes.
La F6te Nationale a &*6 c6e1brde par-
tout avec un enthoosiftme.
Cc martin le Coaeil des ministres s'est
riuni A I'Elys6e sous la presidency de M.
Fallieres. Le Conseil s'occupa sp6cialement
des diverse questions qu'il y avait A regler
avant le depart du Prsident pour les Pays
Scandinaves. M. Pichoq accompignant M.
Fallicres l'interim des Atiires Etrangires
sera fait par M. CICmenceau.
Le President de la Ripublique accompa
gui de M. Lines a rcndu aujourd'hui une
visit que le Pr6sident du Senat Ini fit le
soir de la c'6turs de la session parlemen-
taire.
L'tx-enseigne de vaiiseau Utimo est ar-
riv4 ce main A i'ile de Re. II partira ven-
.Ircdi iotour la G iyane. Le Journal Officiel
du 14 public Its decorations et les pro-
motions dans la Lcg'on d'Honneur des
minisitr.s des Affaires Etrangtres de la
justice et des Cultes, des Finances, du
Commerce, de la Marine et des Travaux
publics. II publiera vendredi celle du mi-
nistore de 1 Instruction publique.
AVIS ...
Avis


L'Insp)cteur en chef de la Polico
Admiois'rptive de la Capitale announce
aux medecins et aux parliculiers qu'il
d6tient en #oa biireaux qztlqu s vo-
lumes de mwdecine et d'autres ouvra-
geo anglais deposes en ses bureaux
lors des derniers incendies.
Les propriclaires sont pri?-s de venir
les relamer contre recu.


Ligne Hollalaise

L slt.,iuc: Prins Wi lem II I I
venlast dt S',i! attend a i i V'n fre-
"i in ti.i 1 17 co..r':.t, i (Oc ilic:
iln:n.lia: emt- p.)ur St Mare -t .-era.
do r. tourici sametdt p~ur rep.it ir d(lns
kL soint du Dimancle ia'iln pour
Ntw-York
Pout-au-P rinr o, Ite 1 jill t 1908.
GERLACH & CG, Agent,.

Chapeaux I
Chapeaux It
Chapeaux! !
; ILLS DE PORTOS-BCO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffur artiste, qui ioat ave~ le
coaocGrs d'un chapelier remarquab.e,
M JAhs TESTAR, d'iostaller one
FABlIOUB DI CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Sal8m d Cefir. des Lotwvr
Poor tou 16 godrs *t pour toute
le bo arss.


A. G lalt is i Co.

Toutes le. 4l4gances rare4 disc ui-
tes, bruyantes, 4es parfums ;'un char-
ma subtil et deicat, Son Sou-
rive, Floramye, Vivitz,
- des bijux o f '-,en' rv tillit la
Pierre 6.;latan'.r et i,.untaiw.r. de mi-
**u-cul.s obj.t.- d'at B >I t io .,, It la ura-
ce tiste des perles, de.-; bouiaes d'o-
reilles qui s'otonnont de leurs former
varitic, uannauxx de liautcailles offrant
le symbole d'une 6temelle jeunesse
d'amour, orgies de colliers graciles,
de lourdes chalues mnassives, des cus-
cades 6tincelantes d'or, de rubi., d't -
meraudes, tout cela fait un coin de
paradise ( o la rn atis;n
A ide Matteis & Co(
qui est situde aujourd'hul i I'Aiicien
IbA*el Central restaur6 e' embelli.
Cea italieius oat garid6 la nos'aig:e
de toutes les fantaisies d'art adimi-
res jadis chez cux et ajoultailt I ti-
tes ces frivolits at!'ayante-, les ob-
jets in(dispcinsabies qtic t itlamin la
Vie, ili ont chez eux un as-otlin<';it
d'une grande richls e, 1our' to- !f's
gouts et pour touted les bourses.
- l -.- mmm
VERITABLE

KOLA-CIIAM lIAGNE
6 GOURDES FA DOUZ I.1K'S
A Vendre chez G. Blot
67, RULE DU MAGASIN D.-: .L'TA't
Seul reprJentant de W. BUU 11


(GCUOVA1Vi


cs). _


Changement d'adresse


tk;


MadirlalmJustiii
Il11 ge Ile


Il'trallij81111ofce sAes
.3 ioilt provisoire-


C,, RluE MACAJ )LX, 65.
4 Ibulevard des Veuves ).


lPanlamasln !...
Eltei lt.s, soli arrive par le
. .Mlontrial .
4:wez M'" LEONIDE SOLAGES.
22?, Ri v 1't I Fronts-Forts.

A Vendre
In grand et j >li piano de concert A
. O,. s croist, 4 pour calise de depart.
S'adresser suns retard au No 91,
Iltu du Peuple.
Profilez de I'occasion I


Prduits Rygijeiqdes p-ir la Toilelle



CRIME Bhwcp, cIDOUCI
POUDRE- V UO


~jf aeII(so, ~~UI~lf)'jtI Ia ld (jtdzai aufluel die

r~ F .J~igI'g 'r~iiddoIlt~ une c,jui.It~se eL uN ye
Lqu~q UncJEULUELIi en Ink corn:
furn. ERle conisorv.e 1'6z1l et It tra Zacheuir du tejutf, car olle cit o0UVeraine
centre Ic hale, les picQires d'insiectes et les 6ruptions do da pean.
sCs bisnutn, invisbIe, adb4

Pn1 qLW A I "vir 33 BuiI
.rLe~ro~hable' son parfum d4lii'at, son velouM i ont contribute iafre dlIel,
iv FnavoritO des Poudres do Toilette.
& base d i Crame Simon,
prmnqar4 selon aIpciup
l pus scrupuleux del'ym
coutl. h les q iaqldt biensl sa etes at pres atricens do la C em* Simo
oat p&rticuli~rement recommar4s poiw as Tollotie desn nvist b et poad h6,
dames dont Ia peio e3t dlicate.
LAeno. GH rsm nt Dp~t pour le aiti
0. Ho. I o vtzsopo e
MAZSON .TULUS LA VI LL
9]F Rot. ds MqAuI sd de CNIua, 98


I -IC- __ _~ I II


<^






Qhange.ment d'AdreseA
Docteur Mathon
BOI-VuIaA,
EN PacE OD Mr. HAgTOR JIN-OSNPH.
CABINET DE CONSULT TION :
9 HRe Roux, 4d C0f de fI'. jprimerie
V. rr 7 f/? (1 I1/2 h ures.
dr meatin.

A Vendre
A LA LIIIRAIRID DU 9 MATIN a
A m prix d'une gourde
CONSEILS AUX MERES
Par 1e Doctaur HYSON

Arrive par
le dernier stearner

Mac'Nish's Kola
DE KINGSTON
En vente
Chez Catinat Fouchard
Rue du Ceatre
-i
On trouvera
LE MARTIN
A& 'H6tel-Bellevue

TibMre Zphirin Bell
Fabricaut de chaussures
Rue Tirenasse, facade Nord de la
Place de sa Croiz-des-Boasales.
Annonce A ses nombreux clients et
an public qu'jls trouvaront chez lui
un assortimnot complete de chaussu-
res pour dames, homes et infants,
confectionnees avec des matbriaux
de premier choix.
La maison s'occupe aussi do toutes
sortes de reparations.
SPECIALITi :
P 4WTOUFLEK MULES

Un home
extraordinaire t..

Tout le monde a entendu parler du
pouvoir miraculeux des grands ma-
gontiseurs, bien que, jusq 'ici, ao-
con home de la c61brit de e
Federico Garcia,
Gradud. diploma et m6dailld de l'Institut
X. LamoTT SAGE, Rochester. New-York
no a soilt offert pour permettre A
tons de mettre sea talents A I'dpreu-
ve G. Oarcia tonn6 du scepticis-
me manifesto par tant de personnel,
'est d6clar6 pr6t A mettre A la dis-
poition de tons son savoir et son
pouvoir merveilleux et presque sur-
humain.
Avez-vous besoin de la clairvoyance
d'un Btre qui a donn6 des centaines
de preuves de ses pouvoirs miracu-
leux, voulez-vous reussirdans la vie;
voulez-vous connaltre les secrets de
ceux qui vous halssent, les pigesm
quoe ous devez 6viter, lea remedes
qul gu6rissont voe maux, adressez-
ooas ao Professeur Garcia. Rue
Roes, cl-devant Bonne-Fol, No 55.


Auguste MAGLOIRE |
Informe se clients qu'ils peuvenr
s'alresser i lui, aux Bureaux de Ka
in, pour tous renseignements concor-
nant le fonctionn- mest : to des Lam-
pes a gasoline et a manho n; 2o des
Allumoirs Alectriqus ; .3o des Lanterne,
dltrr.qdes d piles ; sinsi que pout
toutes pieceade rechange qui peuveni
leur 6tre onca saires.

ETUDE
DE
Me Charles Millery
NOTAIRE PUBLIC
53, Rue du Port ow Pav&e, 53
Heures: 8e A midi et 2 A W&

Photographie
Artistique

J. M. DUPLESSY
120, Rue du Centre, 120.
(Entrela Phartmn cie Bayard et I'H6-
tel Communal).
(TRAVAUX DE TOUTES SORTS SUR
SOLIO Er PLATINO. )
Cartes tr8s artistiques, nouvellement
revues.
AGRAYDISSEMENTS, REPRODUCTIONS.
ATELIER DE LUXE
Prix Mod4r6s
NOUVEAUTI:
Cartes Mignonettes, par douz. P. 7
Photo-soie.
OtTie sos services au publicde Port-
au-Prince, aux gens de. autres loca-
lit6s actuellement & Port-au-Prince.
Ven z essayer!

Itaison F. BRUNES.
10% GRAND'RUK 195
Dirig6 par

L. HODELIN
Ancid msembre de la SoC Phiae.l
thropique des mattres faUlars do Paris
Vient de recevoir un grand choix d'd.
tollea diagonale, casimir alpaca, chevio
to, cheviote pour deuil, etc, Recommanr
Je pa,'ticnli rament a sa clientele une
belle colletiot. de coupes de c.simtir,
le gil't. de fautaisie et de piqu6 do
toate beaath.
Sp6ctalit6 de Costumes de no.
csa.- Coupe. Frangaise Anglale et
Amd~ricine de la dernlre perfection.
La mason confectioone ausst des Cos-
tumes militaires, habitat bro44
4ol'rans, tJniquasa, habits ear
-AA. w.o c S. d4 tons trade.

LA
Meiileare Farine
du Monde
&:elle qui done le meilleur pain.
Qui produit le plus do pain.
Qui donned e pain e plus blanc et
Ic plus e1ger,
C'et Ia Pillabury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co.-
MiameapolI Minn.
Era. CASTERA Rg srentg


PREPARATION


TALE


Port-au-Prince
CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)COULEU|IS


Vente des chaussures : chvreau-glac6, Verni et con.


leurs, pour


Homes, Dames et Enfants.
( BoUTONNI, ELASTIQUE ET LACk )


En gros et en detail pour toute la RepuboUl


H o"" BELLEVUE

Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
Mr6 Ilermance ALFRED, directrice
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Its:all.tion mrdcre et comfortable. Vuesur la mer. --TempraLtwr
to-'cc c' t /.,,.i'.?.i Les Tramnway. de.servent i'H6tel-BeUevue toueevle 7 im
fi-); 'RItTIt SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX ROES
PROMENADES JARDIN8
Salle de reception. -Piano.-Gramophone.
Sonneries Ileotriques


Table d'H6te


A L'ELtGANCE

CORDONNERIE.
0E. SE3ME
42, Rae des Fronts-Forts.
CHAUSSURKS BN DkP6T,POUR LA VENIT
Promptitude et soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
Chpussures de Dame former et tIa-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Formes amdricaine et francaise pour
Messieurs ; 614gantes et commodes.
Pour les enfants le plusA l'aise.
Travail solid ex6cut6 aveo
des peaux de premi6remarque.
Assurance de grand rabais.
PAtes, Cirages et Liquides

Au dernier cri!
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A 1'honneur d'annoncer A ses nom-
breux clients de la Capitale et de la
province qu'ilvient de se transf6rer de
la Rue des Fronts-Forts, avec son merme
stock de chaussures, d la Grand'Rue
au No 153 avec l'inscription ci-dessus.
Les clients seront tonjours servis
dans les memes conditions ; c'est-&-
dire avec les 5 o/o d'escompte sur la
vente en gros ; sans oublier les me-
mes soins et la m6me exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re prendre les measures domicile.


los w U jours, do idi 4 2 heur-c,
da 7 A 8 hmrss dueBas


Cordonnerie Nouvrd


G. B. PETOI0
143, "GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURKS EN TOUS GoENr
!N DAP6T, POUR LA VKR
EN GROBS T D*rAIL.
Ex6cuton prompted de
commandos, tant oei qu'
Province.
Formes A hommes ; 616gantes dt
tionnelles.
Chaussures de dames( D.rnvir.
de de Paris ) et le plus coMmd.1
chaussures poir enfants coo000
nees avec des Peau.x de l o tt w
d'une selection et dur6a qH1
bles, & des pril avantages.
Cirages, pAtes et liquid
Pour ckavuures de totS T...


Francisco DESUSl
Fabricant do obhofs


La Manufacture a toUjoGf
p6t un grand stock,-- p Isr'
en gros et d6tail,- de c,-W'
tous genres pour
Hos, ru, Fuxas, ElfAe
Lea commandos des
do l'intrleur poWrrei t O 9W
dans une senol e A pearP-
23, rue des Froe-ts-ro
IOll,-,nu-n mx( slap


TANNERIE CONTINUE
Di


_ II II I I __ __ __