<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00377
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: July 15, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00377

Full Text


Deuxinme Ann6e, No 386.


PORT-AU-PR1NCE ( HAiTI)
I/


Meroredi, 15 Jullet 1908


J


QUOTIDIEN

ABONNEMENTS : DIRECTEUR: LE NUMIRO CENTIMES
L NUM "RO CENTIMES
IPORT-AU-I'INCE UN Mois. .. G. 1. Clem enat 1VIagloire, 1

DI'PARTETM ENTS TROIS Mois. 3.60 ----- -- Les abonnements parent du Ir et do 15 de chaqu
REDACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
IT.AN(;.-' ....... TROIS MOIS. 6. 45, RUE ROUX, 45. Les manuscript ins6r6s ou non oe serontpa redosr

p.- u- ;. ;:e qui concerned 1'Administration du JOourial, s'adresser Monsieur Arthur ISIDORBE, 45. Rue Roux on BonMe-Foi.
... -u I I I~ I -- Ir~ I I I| I


L'* UVRE I


D'pui- jilu* 1 )'re confrere t HIlait
littr.ir'e ct -(n(i t!o l s'est m is en te'
de comiui ttic o le discrdditer noti
campa;e ii .(., il a -- come il de
valt s'y ;tl tI mu crie chez nous l
besor dce i!',ti- rendre compete de
ides pad le- jwiolles il entend, lui
son tour. Itv i;ler a notre am6liora
tion social. I'i.ic cela, nous suivon
avee un itel iritrt t:les sujets trai
t1sdans clia:;,ii tie ses fascicules pa
cette inthres-:r nil, revue social.
II va s Ians tle que ce qui nou.
captive pat I I:.rement dans cette
publication. r 'st ce qui a precise
meant trait I question social. A
ce titre, niti tvo'is relov6 dans le
dernier fascii.';ll de notre confribr
deux poirnt- i ci cipaux. C'est d'a
board, sous ,. otie ltl Alliance francai-
se un cminitlt t ndu de la reunion
lecente de c-tt, association, dans le-
quel nious 11I i- :
SLa pi. o, i plus goCtee de ci
a'ppoi, t a i- ,tlle oh M. Sylvain
parley des oil-~i les rencontres pa
S'id&. d !'Aliiance chiz nous, of
se fait depuis qu lIque temps une pro
pagande 1 tibniynto centre la culture
fran(aio ; on Fit.nce, ot a la suitA
de nos rdcerits l,)u!eversements po'i-
tiques, le ,.r.,p,' haitien a 4dt for
malijg. Mai-;s si la carapagne anti
latine i' pa< dlit ninu d'intensite, les
j urnaux de France et des pays de
league frn,,iiase semblenteite revenues
sar notre compete ; une appreciation
plus equitable. T'moin le cas de M.
Jles Bois. Ce r,c-irnment a did favori-
prrls lsuccN q 'obtient dans les mi-
li~ litlraires l',avre podtiqae d'Etzer
Vlaire. a
II a longteimps que je brdle du
dsir de dire mapensee sur ce a cas*
SM. Jules Bois ; je vais me payer
ctO satisfaction.
Ce Monsieur 6crit une critique au
e0t's de laquelle il traite les femmes
lennes de a fenelles.* Sur ce, nos
laoux. lui tombent dessus, ce qui
Sde touted justice. Et, comme cette
1i noui a 6td series par l',term
,._des Annal publication tiU1
Nitr t r6pandue an Hatti, la direc


So T ) beaux vyex /l( IIs (1 Ipe'c. (C'otait Voil. ce (que, dans sa nouvelle
S10occasionf ohi j na1:wi de ;arler des proccwlpa'ion de combattrenos iddes,
poesi -s di r,.tte co:n[p)atri ot', si tanIrt notre confr6re oftre aux t ddlices *
est qu'elles avaient joutt un rcle dIs lecteurs haitions, come contri-
quelcoiquoe dans le a retirement on bution a la mission social de la pres-
ti tion de ce journal s'est mnue du Ibruit 'lqustionr. se. de Atformer la mentality natio-
,F d favorable fait autour de lui er, in- Que I'on ne so netprenne pas sur nale !....
e quiit&e par la crainte de3 voir c.tte "e Ipen' ot:t vii mon milanique de coln-
- venture diminuer Ie nombre de ses p''tence spj'ci-'!e, joe e veux pas ju-
e abonn6s haitiens, ello a deinanid% A e' l '1civre lpoifticue d'Etzer Vilaire ; ot TI r
s M. Jules Bois de rectifior cette mau- je me 'ClIdandae seiletnll :it si c'est lul
a vaise impression; ce que celui-ci fit rendre J.ate iommage qce tie vouloir
i- avec beaucoup d'esplit dans les ter- la mtler quand tnime a tine sauce oh --
s mes suivants : elle n'a rien a fire. R N SEIGNEMENTS
Je viens d'Itre la victim d'un Cependant, ';i le rappo: teur de 1'Al- MPITEOROLOGIQUES
r quiproquu qui m'a aftligit Dana un lance franAise ar ar devers lui la
de nos recents articles, se trouve une preuve que les posies de Vilaire ont
s phrase assez vive sur les a femelles joud, dans I'esprit de M. Hois, I rle O bservatolre
e d'laiti. i D'ofi, par la diffusion des qu'il a 'lit, .j lui dtemanIde de la oD
- Annales, grand dmoi A Port-au-Prince fournir. t INAIE COLLEGE St-MARTIAL
Set dans la sympathique r6pul)lique. *
3 Je relis mon brouillon ; j'ai ccrit les II me rest pu de placo pour ar- --
e t femelles de Taili. let de la deuxiRCme note rolev'Oe Jlans MARDI 14 JUILLET
Ceci est done tres clair: c'est A la Haiti litthnire et social r. Ie I'ex- .:r om!re midi 762, 5'/"
- suite du ( grand itnoi A Port-au-Priui- ipose en deux inots minimum 21. I
n ce et ee consideration do la a dillu- (: omme 'a rnlo-saxonni-ime viri- ..-peraturc maximum 36.
- sion des Annales. que cN Mon-ieur lisint ne parait ,pas m otre onfi;-re moayenne diarne 28 i
se decide A nous offrir cette esptce propre 5 reliever la soci(t i;:.itin- -
e de rectification. Et notez qu'il affirmo te1,, i! otThco, sou-s tire l' ne Trou- Ciel clair lc muin ; un peu nuageux l'a-
Sd avoir ectification. Esurt on brooil o, lot vel v lgilo plus le -. pr -midi. tr, clair 9 h du soir.
SEli quoi !i e brouillon porte Ta ii le .;ti. 1I ; tetilp 6al ir nlt liai renl c'est lHalo lunaire ce martin is.
Annales impriment ( Haaiti et I'a(1n .iH. P'- (), ld I-) ran 1, 'xc(i sez/ Lc baromtre est eu baisse.
r our laiss. passer II a fall qu'on se e fib'e La)l'o les po)es, -- dbcouver- R. BALTENWECK
i fAchAt tout rouge a deux mille liues t-. ar nolre con(fre;o au tours d'u Tr.bunal de Cassation
A pour que I'attention de I'tcrivain se v-,yaT., ocoC fIs.sion lonItj dCLctie
. portait sur ce lapsus Et encoro1 il les passages suivants: S.CTiOS Cr14L
t i'ktait pas stir que cc flt reellement a Le jlricipal trit de mIn carc ,Audience du mardi 4 juillet 1908
un lapsus; il lui a fallu, pour s'en con- tieo ? --L',t t ulere. Le Tribunal sous la prsidence de M.
vaincre, (i relire son brouillon Qaali fi6que; je pr6f're cliez une fenm- Ic president H. Lechaud, prend siege 1
SEt les francophiles a outrance me ? -La nlascivetd. dix heures et demie du martin et prononce
d exulter et de lecher la main qui louls IMa qualati favorite ? Li faculty I'arket qui case et annule Ijoagement do
a fustiges parce qu'elle est francaiso d'ai. r. Tribunal civil du Cap-Haitien, en date
Je dois pourtant rendre justice A Mon principal d6faut ?- La paresse. du 26 Avril 1907, rendu sur appel et coo-
M. Sylvain qu'il nes'est paslaissd pren- Mon occupation pri'f~rs" ? Lire et tradictoirement entire Ndrestant lncrots
dre a cette grossiere farce puisqu'il a jouer. Lamour et consorts et la dame Chou-
r parld de retirement a, et de retour Mon rtve de bonheur ? Jouir jus- choute Charles Eustache.
asur notre compete a une appreciation qu&d la mort. La Section civil fait place aux Sections-
plus equitable. Quel serait mon plus grand mal- r6unies qui prononcent I'arret qui declare
Maisoh ii devient incomprehensible, heur ?-Devenir sot. les sieurs F. Hermann et C mal fondds
r c'est quand it explique ce a revire- Ce que je voudrais 6tre ? Riche. en leurs demands, fins et conclusions.-
ment P par... I'oeuvre podtique d'Etzer Le pays oi je dssirerais vivre ? les en deboute, dit que la vente do 17
Vilaire II me semble que M. Jules Venise. Avril 90o faite sur des choses dterminoes
Bois doit connaltre tres peu, au con- La reform que j'estime le plus ?- uact a l'espkce, mais non s iclevment
traire, les po6sies d'Etzer Vilaire, car La suppression des Eglises. disign6es que les risqes, dans ce cas,
ii n'en fait nullement mention, dans Etat present de mon esprit? -Quii- ne sot pas A la charge de l'acbhteur,
Ssa note rectificative, oa ii a pourtant tude. Etienne fils et come la dimington de la
6crite Fra Fautes qui mdritent le plus d'iodul- valeur des obligations vendoes a. pfrokvi
a LI France aimo Haiti lea Asna- gences ?- Toutes. pas do fit des vendeasr qsi so troeum
* ls ldoitent d'y Wtre laes par de Ma devise ?- Tant pis. das l'impoaibilsd d'adcad r is sC a


~-----rl I I W--~Y-~ 9-M-.-.r~IC-U- ~-_ ~LII~- LYIC~ 1II11 IC -~I-I:IYC-L~--- I~~-C~ I I











tion,ce que reconnait I'acheteur, decare 1.i
dite convention non avenue, r(jette les
dommages-intircts demand s par Etienne
fils et condamne F. krmnann et Co aux
ddpens.
Plus ricn, le siege tst levt.
Tribunal Civil
A audience civile'ordiniaire du l Juillet Io0'
Le Tribunal sous la pr6sidence du Juge
A. St Rome. assistddu Substitut A. Montas.
a prononcd le jugemnt t siilivant :
Celui qui ent&rine Ic rapport des *x-
peris (de la su,:cc~sin di e u -U .Vxim Sy'
vain Jacques.


4ffaire ,entendue
Lebrun Gaston centre son pouse.
( Divorce ).
Puis le siege est ltve..
Assises criminelles
Aujourd'hui le tribunal criminal rnten-
dera I'affaire du nommi k'noit RI(,nal,
prcvenu de vol avec tscal.id au prejudice
de la dame Mathilde B ice.
La defense scr ra rprscntr c p.ir Me Luc
ThCard ; et Me Innocent Michel Pierre oc-
cupera le siege du Ministere public.
Bonne RBcompense
Notre collaborateur Constantin Mayard
a perdu au course du dcrnier incendie centre
autres choses, un lot de lives qui. suppo-
se-t'il, a pu etre sauve. Parini ces livres c
trouve une collection des (ttLvres de Byron,
de Laboulaye, de Hlerbert Spencer,de Goe-
the, de Tocqueville, dc lean F-inot.
Le .Catin promet une bonne r(omipen-
se a qui fera retrouver tout ou une parties
de ces livres.
Chambre de Commerce
Compatissant vivement an malheureux
sort des victims des incendies des 5, 6 et
to de ce mois, la Chambre de commerce de
Port-au-Prince, dans sa seance d'hier a vo-
tr en leur faveur un subside de Cent dol-
lars or am&ricain.
Cette valeur, qui sera conv''.rtte en mon-o
naie national, tst .i la disposition ics co,-
inites de Secours.
Port-au Prince, I 5 juilltt 190,S.
Lt Prisidenit de la C.wnbrc du Ci,,mm,'cc',
D. Di:Lis(is
Arrivage
Ce martin st entre le steamer a rinns
Eitcl Freiderik venant de :
'./-'-York: A. M. Archer. Mine M. P.
Archer, H. O. Hance, C F. Balcony, In-
les Gonzac.
Cap-Hlaiien : Le sdnatcur L.aroche, Mnme
P. L. A. S&raphin.
Gonaives : Mine Narcisse Romain et en-
(ants, Mine Netl et enfant, Villate Ltgros,
H. Hodgson, Pierre Ctr!estin, Arthur Mige.
Fermetura de la mal.e
Les dp&hces pour Jrde.nie. lai Ianaique,
New-York et I'Europe via Kingston par le
steamer a Prins Eite Friederick a et celles
pour Inaque, New-York et l'Europe ( via
j6r4mic ) par le steamer s Allegliany se-
,ont fermees cet apres-midi, A 3 heures
pr cises.
Bonne R6oompense
Est promise i qui fera retrouvLr un pa-
quet de papers contenant divers effects, no-
tamment : des 6tats de cheques de la Pro-
vince, pour le D6partement de I'Instruction
Publique et des tats de feuilles de ration
de la Compagnie d'Instruction d'Infanterie
du Centenaire, perdus pendant 1 incendie
do 5 Joillet courant.
S'adresser ao Dpartement de 1'Instruc-
tion publique et so No 65. rue Ste Honor.
Port-au-Prince, le 14 Juillet 1908
J. SAXOM JtuS


VENEZUELA

Declarations du Prdsi-
dent Castro A uln
correspondent
du "Matin"

a Voici. dans le faubourg du Plaradiso,
iu fond d'un in jardin furi de glycines, i'a
vilia Z0la. o l habite Ic president. M. R
(jilatii a. ( /uman iL'.tI 'ttC d Ct m'introdui;
aussi u't.
SLe I'resident tst ten vcston noir, cia
vate claire ; il afline de la main la barb-
dure qu'il porte au mention et aux joue.
Tout petit, trapu, Ic teint bronze des nim
lis, dunt on (ne sit s'il. ont du sang no1i
ou indicn, 11 ad .ns ses leux luisant:l
- t .. c T rr. ( iTI 'il it et fortr )uL;:


fran;ais, faisant function de ministre pli
npotentiairc, A la port. sans les honneurs
de la guerre, en vertu du droit qu'ont tons
les gouvernenmLnts de se difendre contre
les periurbatcurs politiques.
L.a Compagnie des cables a t6 au ser-
vice de Matos pendant la Rvolution, t
M. Taigny, alu mnpris dc tous les usages
dip!omntiques, cst intervcnu dans la guer-
rc civil dga Lienut en tiavtur des insur-
ges.
t Cela. vous pouvtz I'&rire sans crain-
dre une ldponrse du Gouvernement de M.
Iallicrcs. je Ic n mts au dfi de soutenir.
quc la Cor.p.:i.li des cib'es tt .c ministry
irt'rim.ire de France n'ont pa t Cti let
instr iments de la revolution recent. J'ai
des documents qui cxpliquent la resetv,
dc votre gouvernemcnt, qui n'a ose sou
ILtir ni son ininisre. ni la companies.
a t e nst point aigu du conlit gene-
r.a du V-.n'zucla centre Its trangr.rs. Mai-
trTs de la vie ccoIno'ique, vous entrez


1 3- lne Pmclamation ry
IU 1i10nr .111 L. Jilh r stir lcs m urs de h
vle1 mciiad mt de mort le Consul
Ruzic tet les mcnibres de la colonies rmw
s'ils ticccssetnt pas d ste msc er desa
poll tlqucs.
1,-1\ .i Le come de Mera,
Fr~sidcrit du Scnat Ik!ge, est mon ici
jouw hui.
IN13. Uri oulerment de terry*
sest pioi(du't A otIeco ellsevelissant Plsinm
ma tis tic P.Ivsalsll. 9 personnesont pri
()1 ) Im\VU. (e\\ York-) 14. ILtrd
dV I K00,ciiiA\e: Se rendI c le 22 igz,
Nte\v-Port ( hode Island ) pour usim,
A Ii ,'.,:,,cc d-cloture d'urte confr1"
navale :enue ici ces jouri derniers.
SI IP 1 1 k-fih k -(- i- i etligramme it
Takbt .L innion,:.c: ] te le'q~uar~ier umiirahis
est dep) ;, iicr matin par I

I -.L Ic Vt')I III'r(,,repo den t Icoup
de fti,: -


Sdomliner le visirtur ct lui imposer une an- p.ar la torce d.s chose, dans nio:re ic po- S1 ,, i i Le prt ce Ito, rsidentg6
toriti qu il tire A i. t.)is de l'insolence du litique Parcqqu'il y a qucl qucs misiier- nera.l du Ioron en Corce est part aujour.
regard t de l'abo.danc ,oudaine de la de lranaius et des capitaux francais a- Vc d'hni pour Tokio.
ro e nI/ucL.'i, vous avez cru que vous avitz le NI Y, 'i:.- On signule des tenx de
Dls l'entre sans aucun des compli droit de to:enter la guerre civil dans k fort, !c 2e i.ri point, des Etats-Unis. ls
m*ints d'usage que l'on change memi, pays. son: cC Tsin. par ia i rande chaler t
.avec les rois iegres, il aborde l'inttrvicw. -.-- ----- ------== == I ex e c-lheresse.
C'est un monologue qui n'est interrompu Sj 11'' / Nou' clic l',osse ) 14.- Le
que par la traduction du Dr Paul, mon in- Ptea, r Roosevelt .-st arrive ici au-
terprcte, iorsqu'une locution n'dchappe. jou: "1 J ii pour v at:enire le commodore
u J'affirme que )e transcris ici fid lec- L I'!:I qui va tentcr une nouvell
ment, et cn Icur iaissant leur ordre et- expcditi.n .'u Poe Nord.
lIur toirm, les duclarati d prEsidcnt : Dernibres De I,4 a 'te national rest dl-
a Le principal objet de vo:re deman- nbr ordinire.
de d'audicnce est de savoir si mon inten- -- vue d troupes \ Longchamps a euun trs
tion est de repiendre Ite rtla.iions diplo lPARIS it. Le pirlement fran;ais a close grand succfs.
miatiques avec vo:rc p.ays. sa session aujourd hui. La discussion des ==---
Je n reponds pas a C te question. projects de loi relatifs A I'imp6t sur le re- 'irilni te ri aline
C'est M. Arntand Fallirts qu'il vous venu, aux pensions de retraite et au rdta-
faut p'utot la poser. Le Vtandzuela n'a au- blissement de la pine de mort se trouve
cun intert en France. La France a 4.000 done rcnvoyde a la session extraordinaire Catholiques
citovcns ct 12 million, dt francs au \d de l'automne prochain.
ncIzucla. II n'ya pas de r&ciprocirt d'inn P PAKIS 12.'- Parmi les promo.oios annon- e CathOlicism
re:s Jc 11'tn vL\'e p.. 2 votrc pays. No:re cdes aujourd'hui in I'lionneur de la fete -
origine li tiniic oomIiune nou rapproche. nationile se trouve cel'e de M. Jules Cam- Q 'lc .tt:itud Is chretiens protetafi
Ma.ii lc dip[imcatI IL cdcirne a abin onnd bon, ambassadeur de France en Allemagne, doiv,:,: |I pr'nidre a !'eaird des cathd
Ia poiiquiuedcI sentiment; dce fait de la po- |qui est 1noimmni grand Croix de la Lt'gion q1ucs iJ ca.-hoici ine Cete question
liit-!qu d'alf.tir s Or, cj ne veux pas d'at- d Honnicur pour services signals rendus de l'i u '.i gr.,e la tentative de
tairistes etrang.rs, pas d'acc.ipaururs d:ns d.cp:i sn arrive A Br11i.i et ce'le d vet a. t, lda.ltionu de messe, dins
la Rlpubliquc. M. P. L.t i vre, le miniitre de France quec son j avc une ghenert
S Le \Venczuca t.t en inau\ais tcrmcs Cuba., qui .est tfit Ohclcirr du mni.me ordre. ardeur, IICj cciitinc de notable
avec presque tou;t, s puissances. C'est PAs i .- LLa iIe drait ce -oir bril- s nus
I protL't. n Leur criur, st on nous,
mon t.u'.VrI et c e't imoA orguell lanunient illuninde en 1 ihonneur de la fete 1 r o t.lL ur cettel
nue seractcbrce deCain, e s on: ',tc.' .: c pus distin.viler, dans cettel
i Le libdratcur de I'Anirique du Sud, national qui sracc!bri e demain; desb.ls c ~ u cartholicisme, I
Holivar, dont vous voyz ici le portrait a en plain air sont rests ouverts jusqu'J honire s ci insituticls. C'cst pour prici
codt du tnitn, a accornpli ure .uvre qui m ninut. sen:,c: ds i t itution s. c no crivons ce
scra moindre dans lhistoire que zelle que PAIUS 13 En reponse A la dhpeche article.
j'ai entrcprie. II a cliassd par so:i gcnie que le baron de Zuylcn. le prdsidendt de
nilitaiare Is Espagnols, qui nous oppri- l'autcmobile Club de France lui a envoy
1 aient. Moi, je nic siis aitaquc :I un en- pour le faliciter de la victo;re des voitures Nos dcvoirs nv\ cr Ics catholiques, coB
nemi intiniment plu, nombrcux et mieux allemandes dans la course du grand prix, me c-ncrrs i.., au;res Franais, quelle q4
armn. Les homes d'atfaires, les coinpa- I'Empereur qui se trouve en ce moment soit lcur rciiion: ou !eur absence de rdi
gnics cosmopolites out pris possession de en Norv&ge lui a envoy le message sui- gion. sont ccux qu'inspire un patiotis
nos terres, de nos mines, de notre corn- vant: apprecie grandement vos felicitations sincere. IPs sont nos frdres, et ponu
Inmrce. Au Vcnizuela, en Coloinbie, en les voitures allemandes ont eu de la chance. aimer, Ics dJtC-ndre et les secourir, n0"
Bolivie, dans I'Equateur, presque toute la SANTANDER 13.- De violentes tempntes n'avons pas A leur demander quelest I
v ie economiquc et aux mains des 6tran- out cause dt.s d&sastres sur la c6te d'Es- credo rcligieux on politique. Noos k
gcrs. Or, la vie politique ne peut se s6pa- page dans le voisinage de Santander. devons, aunaat qu'.t nos cordligion00
Srtr de la vie 'conomique. La second re- Trois bateaux de peche sont perdus et on la justice git la premiere. C'est done notre inddpen- compete plus de o3 pccheurs noyds. On est nous grAce a la Rdvolution, doot b
dance national qui est en jeu ... D sans nouvelles d'un certain nombre de bi- coup d'entr'eux ddtestcnt 1a mbai,
a Le president, qui s'est anime, march teaux de peche qui sont en mer depuis indgalitds choquantes, qui rendea.
en parlant. II prend son secrrtaire, son longtemps. cile les sentiments de fraterit w'-
ministre et le portrait de Bolivar A t6moin: W ASHIGTON I3. Le 22 luillet, le tiques, protestants, isrdilites, liibW
,- Pourquoi le dissimuler ? Mon reve come Grey gouverneur general du Ca- seurs sont les enfants d'une rtdle
Sest de a regndrerP les rdpubliques du Nord nada recevra A dider les representants de r6unis sur son sein et se doivent, O0 o
du Sud-Amtricain en les reunissant dans la France et des Etats-Unis aux f.tes du seche tolerance, mais un amour "W0
Sune commune defense centre I'invasion des Tricentenaire de Quebec. sans hypocrisie.
i barbares d'Europe et de l'autre Amerique. SAN-JUAN 13.- Le gouverneur a reCu De plus, il va des atholiqo
S Puis il revient A l'histoire de ses de 20 portoricains ui se trouvent au pC- vers lesquels nous nous sentons
griefs centre la France. nitentier de Ceuta (Maroc ) une petition une sympathie chr6tienne. L'
S- Je ne suis nullement embarass6 lui demandant que le gouvernement am6- Gersons, des Kempis, des Pucal.
pour parler du conflict avec la France. ricain intercede A Madrid pour obtenir try, des Perreyve compete dans sro
a La brouille remote A I'aflaire de la leur liberation. Les ptitionnaires furent'grand nombre d'Aines avecs l
Compgnie des cables. 'ai ferm les bu- imcarcris pour delits politiques pendant ommes en communion de
mrea de cette ompqagne eo air I'agent la domination do l'Bepagaoe PortoRico. 'ou admirons.le able et Ie


I

I







la service de J~us C-hrist. Nous sommlcS que saintPaul ddsignait comme Ri i'imm-
beuteux Icenous rncofltrr.ivcc ces ci- nie de 6ch6, I'adversaire qui s'c' u
dhoiiue~ L dL ctc tratcr!AiIr .VLC CLI alLssus Sie tout ce qu on appelle Dieu. jus-
yalh.urcuselliclit, les pr]UC,_6S que 1. r 4ull s'asseoir dans Il temple de Diu, sL
inspicdlur1 I.1c ri.- roclaniant lui-me'me Dieu B. ( 2 Thess.
ent le plu3 ~oL'*ct :OUt rAcproJllnr c 1I, 4 ). Ce 'est pas A l'heure o6 tout
diIIpie dans Elise romaine sous la vern yde
yl.: nou5 tr.ii:,r ci i.Aux Ilou II i1L t r d un pipe autocrate, que nous avons
roils pour LUX JL.' P I4'/UP ", /'"lu.. Il edrolt d_' ti1us re~clher dans notre s th-
le de'oir de sector& r Ic ramcnCT ritJ UA 1' gird d'un systcme qui a d~iUii un
!,o ,Iiitc, IiJri J Li IC 1! 1, .1pr
de -.uCC i parcc que la messe d'un c6t6, et
Les prcu\- Ic ~ ctlrvcN c Llc- dc I'e 1-re, Li prdtention du pape A l'intailli-
lbondeInI I'.'I itcrat 11C Su:'lc. Si i:lA1; j bilit6 sont de veritables attentats contre
all lit de I otcIVlt1 tihit p,'nir ui. Arl.II Dieu et conrre Idsus-Christ, que nous res-
les prcnid":` 'Itc I- 210,-Iftl:.c 1 a C"'I tons fermes dans certe attitude, q-ii fur
h dis~ribur A; '~ i~ci ~ni .iidcnit .i nI elie des rtforfAtureurs et dont 0on ne s'est
mourir, c t S 10 1 PI M, I. i V jamais depirri sins danger
bien! rcli1c' : .t cju Iia Aniour, justice et pitie pour les catholi-
deUX j)Ux J 2. tii~r[, 1ou.M':: lques dont le plus grand nombre sent ILs
dc Noil'~i. ,l-. Ic p i I- victillies J'un sy.;time don't ils ne %-oicnt
raux d-, I)'V)\ Cn1t c(r. ,,lispas Iecazact're anti-chretien.
ICS etiUsiotvsII. Vi ,wI',I ,- Mais !utre smns txcve er sans ifblesse
gretsd -.itho"! 'C\l 1 11 u, mal n contre It.- sysrtre catholijiie, dforiniaiuo
:a~rc inr C*MO:et caricature du christiaiisinedc
Christ et des ap6tres
Ce :Je .L~l J),1r U 1'2 i
C~e ; c ;L~' ih 'M AT rI1. LELIlf-'X RE.
eP. 111 7 Ul
trare~ ~~'l' u :~C Vo.) rapp s :si
ST -J 0S E P H
6 LEEsii ( NULES ES ItU X V, r DU LAGA-
SIN DE L.ETAT. )
Service bien organis6.- Repas
rez,;n~: it '- OU ) L. LoYIII pa
A ia carte. cuisine excelonte.
UnI 1' I v P .GPRIATATRE : JO 'h I) ?z:W{ VJtR y
Ic r I I '~..:I; ,I ) 1 A ," I -e.


Quant ai c i. .I ) Ii, i n ro :.i i U : u 11
)e ric 0Ufl!1. I~ It UI C IIIUIC IL1I C_ )I I V
Ile eDl*Cr) :U' a J .1 ia- Pr 't' .'.ivs C c :
celle du vil i 1- iL I i C 11. 11
cites : Gue (i
fud 'ait''udc '!': "'o' r c' h'i~utnlot<' "I
uiS CalVil lC: F L I U I A juri1u C1 c
ffO'jsson, ci pi-mt par-
nay et Du %Iw. ::i Cc fut Lt. F it i dLc I-- m)o
pFres du RcL.- V kuLJ, K
6loOues l t itl
S affaib'I~s 'I in. C j), j O L t 1 1h I C'esr nu:rc C: CI i;:1 tri c.
contc~tab"C.
Dira tf a r-~i~)t~t.1
Les ltnirp, C.,t 0 L
Loin Jt s tV I.

cu~cr ~, IIIz
polul nols pC.%
u i c tmnk. L
ai E A. U: ~UI 11 (: c n, 1 CL 1 )
d zarre q u3 I .. 1., : j v C J
Ter Diecu dan, 1i. 1110! cau
que lour ce cil u:It :,iiultrituji 12. iKuX. cU
qi le fair adOr2 r ln rt
ce dogme est d nui i, rc u lrIIs toll,
grossier iii iter, itsmc lac pici r. 1) .1j C' 1C -
tale du za:ho ic:isin- Pour 110 L. -res :c' a i
ldO!1..rie souS sa torine l plui 6repuI" 11: 1 C
et la Plus inpic. Piut3t que Ic 1i) t ia
mcr elle, l lisrt
~e ite uls ,e lau'S~tre it nia r. vr I icr, b i C -
le A petit teu ; es alauriens, 'p't 1i:e
d(leterleur bonne- ,au irio1n: dc ic I'
Ovation de I'hostie, prcferaient endurcr 1i.
SUppliC' de Ia lbtorxna ei. Us a'.ictI
&'cur l'hoinncur de vicu : de li leur Ii-
tfIsigeanze JU SUet d- Ih Mes;c Icnon
Cft i cette attitude, nou; n,: le pourrioti!
qlco cessant d'tre des protestants 6van
0i4ques.
E. papaue, a-t-elle diminu6 Se--, pr -
tions depuls Ie seizieme sit'cle ? Elle
4aaccrues, au Contraire, dans des pro-
lis 6flnorres. La proclamation de
Fft bdij1t du pape a 6t le couronne-
It d'Ui n 6difice bAti avec les usurpations
SPt~tcnrions du pontife romain, celui


Chal


peaux!

Chapeaux U


Chapeaux 111
FAILLE DE PORTO-RICO
-Ac(c(OUaEZ Cni2Z

.iOS, ESA NMil.4 N


eI
f 33 -ik fE (Z 'r- A xX


i*..ACE, C4 t,FR A R 1)

*~ ;~ ~ ~guuws et $poocr .Oulos
Oil .( .o t llve *** t
On lriivera~C


Un b)ni IIbtiss, tib i -n iC loIt"
par Ireui i.. pour couii's's -en %-Ilr
campaign e.
S'adresser au Mafina.


et1 Iii


Avis Commercial
Le soussignd, done avis au public
et commerce qle p;n laInt son albsnce
en Haiti, Mr Nicolas Cordasco est
charge de sa procuration.
Port-au-Prince, le 4 Jaillet 1908
G. A. BERTOLINI.

GRANDE IIALLE A LOUER
146, Rue R6publhcaine, 146
S'ADRESSER A M' CATINAT FOUCHARD.

A louer
Maison m*ubl4e Rue Eugsne Bour-
jolly.
Pour les renseignemeats a'adreser
au bureau do journal.


At. dC 1MaItis ( C0.

routess Ic-z I'Xe-z
tes, r anis (les ',jm li-lunc a
111' subtil ct 'Icai. Soil Sou-
rire, Floramye, Vivitz,
- des bijoux otX l tiiij't a

ce triste dots pot'rles, des hi)o.chlo. P
reilles qui sY'tonr!nlt do .iei irfornie:;
varides, anneaux de fiaIc:ailles otifrait
le synibole d'une kternelle jeunesse
d'arnour, orgies do, collicis ac~i li
de lourdes cries I mans;ives. J )5 4'f-
cades Mtinicelantcs (For, (Iitulk adl-t"
ineraudes, lont t'AI.1 tIli'11 11
ra I'd i -4 nit( 1 I-o


ho~tel >1eiti'ai 'o~t HII t'

tie tt Il( I It'

tes c .; fi vi V(Ijt.:~ .~
.S I. S II
Vie, 1-4 on


.4 4I .


ous p I' t `-- ~~ ~ ~
VGr RiTA i-.L I


* .


Blot


--a
Sr


Changement d'adresse


X i i ~'. u-i im 1:irmi annotiet, A ses


H;UF '.:MACA IOUIX,




Itl I I a filas
t~-.-1)11( ',.ariv~s par le

:'I `"Fer LI':4)NIDl SOI LAG(ES.
Ilk' ~- /!~kr,; &5- ".

A Venidre
i'!i gIr wdel Iiii plan)o de concert A
msI IttuiI au No 91,
Ik Ell- I iI l' tLi pie.


,ll aei mligs pour la Toiletle


NsOpAIMdu visa gelr et d Sis
CREM gflapceplrv aDoUCIR
-4 -% j-'
P011DRE VEUOUOZTERq
SAIVOQN NIXN o ft du wisago O do* =4kW
3 MOL6Q4, C3, Ir:G SL &:t'. F Z 'C .~e~ri u6cr 1e6 ImitatIfl6
C~WA L W W


L3
-i

Tn
'-W


I ( dGiIw t 1 () Ulj.tZr -e et tin ve-
Sloutt' iiiEcbimpari.ble en lui com-
f;'L.bz m11unipI ar4 t -0n (Plicieux par-
Cum. Elite t..Jiiii'i du tieiijt, car flle cAt souveraine
coritre -,t Iesi ur 'A t'ruptionis de la peau.
-s;~o~s~qrrsS4 111S b fi;n.utli, iiivisible, adhd-
a i eate, impaljpable, prdpar6e
Mita1J'irlerment pour les person-
nes qui veulent avoir un teint
.1 r("'56)UE)CIdbc~l ~ori 1irtu Iw d aiw:tt, son veloutd ont contribud & faire d'elle,
Ia Favorite s ICPoudie-7; (I., Toilette.
A I)dC 410 Cr6rme Simon,
LE j,pa 6. elon les Principes
leis p.-; scupuleux de l'hy ien
U josss! un certain -grd
touted ites (411 ttis b'a ri':t; et lpr&-;rvatrices de la Crme Simon ; ii
est p:irfirulii,roinent Irecoinmandd pour la Tuilette des enfants et pour les,
darnes dent la peau est delicate.
Agence G~ndrale et D6p6t pour Haiti
.di. la. A ttrow pae
MAISON JULES LAVILLE

SRue d MaWg.M do sEuas, 9


A Vendre chez G.


- ----~-;-~--~T~==_~=~


\I


I


(; V I (A ,; 1). 1 r* A








Changement d'Adresse
Docteur Mathoni
BOIs- 'ERNA,
FN F-ACE DE Mr. iECTOi .IN-.INOSI'lH.
CABINET DE) CON.SILT.t 7IO. :
9! liue Rouv.r, dc .d i/ Il l'lo,,1,p'rienr
.I. Verrollo'. 7 1,' i 9 I I irs.
di martin.

A Vendre
A IA\ .ltl.l.lARIE D1I' M\ATIN ,
Au prixc d'une qlourde
CONSIILS AUX MN'1:HS
Par le Docteur HYSON

Arrive par
le dernier steamer

Mac'Nish's Kola
DE KINGSTON
En vente
Chez Catiniial Foiuncnar
Ru,' cdu Ir,-

On trouvera
LE MARTIN
A l'H6tel-Bellevue


Tibere Zep hirin Bell
Fabricant de chaussures
Rue Tiremasse, faCav1 N,: tl do
Place de la Croix-des-loas.-ulxs.


l a


Aunonce A ses nuibriiux clients ,of
au public i'll s ftr v,'i )o nt c-h'lz I i
unl ;a4so 'hiiillle;il t '()III|.!' t res pouri dai -nt. llnitii t ,'.i;,t-
conlfectionIees w !vt 't c <'ii.iLX
de premier choix.
La mnaison s'occupel ;rtti-.- I ltOtlt's
sorts de rIparations.
SI'PCIALITL:
P ANTOU T TP S MT .E1LZS

Un home
extraordinaire !..

Tout I1 liontile a entltil n |.;ilor dit
pouvoir mirAculeux I.s .i.is 1in,,-
gnu tiseurs, l)ien c i e, iu l :'ii. au-
cun home de la cdl6)iit' Federico Garcia,
GraduO, diploine ct mnitlillr- ti l'Institut
X. LAMOTTE SAGE, Iochlister. New-York
ne se soit offert pour peil'iiett ;'.
tous de mettre ses talents I'preu- 1
ve. M. Garcia dtonn4 dI scepiticis-
me manifesto par tant de per.-onnes,
s'est declare pret a mettre a la dis-
position de tous son savoir et son
povoir merveilleux et presque sur-
usmain.
Avez-vous besoin de la clairvoyance
d'un 6tre qui a donned des centaines
de preuves de ses pouvoirs miracu-
leux, voulez-vous r.ussirdans la vie ;
voulez-vous connaltre los secrets de
ceux qui vous haissent, les pieges
quo vous devez Oviter, les remade I
qul gu6rissent vos maux, adressez-
vous au Professeur Garcia. Rue
Roox, ci-devant Bonne-Foi, No 55.


l uqitste MIGLOI IE


iiai it Ilo forifetion Ii !1Ili 1:)lo Idos Lay) -





ETUDE
DE
Al1- Charles Millerv
NOTAIRE PUBLIC
53 !?il a'P91 ou a vPfiie, 5.';
Heures : 8- A ~ midi e-t '..rS A 51,'

Photographie
A.rtistique

JI. Al. I)HILESSY
12'- 'ie d, *Pt3ntrd. 420.

I ~ I F, r I i
I I E N\ E N F--z Y~ I 1 1) u i~s v


P9vix Mol] re,
N, ) I v1..\t i


C3 .: :~: ':,: l ;rt ::j. r !:.c. uz. P. 7
Pf!lOtOzJ e


7eril z e~s'ver!


A-~;s*~j F.


~s.


ION 3*RAND'kUL- 1195
Dirigc-e par

HD, -E I

lhrfwi,-Ue mal w ,.r,:q )ac, 1R rl sri

'4 Iv t --o roncv,% ;,lr g n fid C I


o r t "All. ~ I


I- ~ ~J


St~i -i "!, ni "mr-






Mfeilleure Farine
dui Monde,
>-le qjui d-ricw I 0 meiliwur pain.
;" i produit. la plus do paiin
( ii dowine ie .iD le 1 Zj et
Pllu-; lfIger, I
C.'est ia Pillsbury's Post de
'ilsblry Waghburva Flour Milo (,'. t
Kai. ASaolis RqfF-
IPr. CASTERA.


T-A, ERIE CONTINENTlALE
DE

: A Tr; : i ;- e", J(U 'K


PREPARATION DES PEAUX :' ""GT-QUATRE (24) C3ULEURS
Vante des chaussures : c"vreu-cilce6, Verni et co


leurs, pour


Hornmes, Dam#,-; E:if mnts.
( BoUJTO'fNPE, [.2 \ 'IAyUE FT rLACIK )


Eni ros et en detail pour toute la Republiqu


H


ET
RNSTA TRANTr


BE!I LEVUE


Pla :e:., .~ -eMr
PO~crk-Ar NGfE (HAITI)
''Dr 220 rctriCe


F F. -VrE E N:'"-


DINER iL: TncIli Ss
.*-r' ; rn -r 7i'empdrat ure
i':'' ,' r '. 7i': l-i'l!9& I. loutesbles 7 MiWj
v. :'i:'; '; 'lJI( )LEUX RUES


p -%-,CYE N AV-


-. AH0 T )NTS


Saill- df rortevti, *- I;rrnohone


T~4fr ~F-P~.~


A, LELEQANsG!E

CCO)RDON N hFR IE
E&. ~EioIEH;Y~bI~
.2, c J 1-o--zs-For ts.
' Ii IA :.-- vI I FsE.N 1j,'- '4i)r .P 0 U i'LA V \


toutce 4"Ill a de p?!i;.-
It
des ~ ~ ~ ~ C tu 71c q'e1 m.A


Travail s')1ide ezecu-. Aav:c
d~-s peiux cc~ remlriwvo de. .


An dernier cri!
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI


A l'honneur d'annoncer A ses norn-
breux clients de la Capitale et de !;
province qu'il vient de se transfdrer de
la Rue des Fronts-Forts, avec son mtrne
stock de chaussures, d la Grand'iue
au No 153 avec l'inscription ci-dessus.
Les clients seront tonjours servis
dans les memes conditions ; c'est-A-
dire avec les 5 o/o d'escompte sur I.,
vente en gros ; sans oublier les me-
mes soins et la m6me exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re prendre les measures A domicile.


&QUZ- 11 ut.'s, fie mn:i d 2


r1, ro1 tnerie Nouvelle


G B, PETOIA
143, GRAND'RUE, 143
IPORT-AU-1)PRINCE


I A U- RES EN'TOUS GENRES
Dk( IPOT. POUR LA VENTE
RN GHKO FT DgTAIL.,
T 1x ct inyn prompte des
.rnng~1rId~: stant ici qucen
P rovinrl".
!. !' .i Ii' .aiile11~s 1 el,2antes et ra

t )I lus commode
* ; III't-~ :, ~Col COlfectiOD'
'I' .1'( r d s !IUeau de toutes f inVO
et duree irr6procb8
'.-,~ A (I : avairitd.teu1.
C> magC4s, oiteS et liquidel


Fran cisr o DESUSE
Fabric-ant de chalslur2

~~gzd ,z#._ck.- pocr III
0:10 ~:of 3t6taliY---de chaUSSuI
pourroor
11.)imMs, Fgimxs, ENVACrS
j .sj riorynmavdtq des co)WWr 0S
dto I itit~rieur potirront atre
d v' o --se ufaii10 A peG pis-
2.3. rue dog Fronts-FottUS
p4rGT- A1U .WPIECS ( 116I0


I


FAM t~IL 1E


Wit-~l