<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00376
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: July 14, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00376

Full Text
Deuxibme Ann6e, No 385.


PORT-AU-PRINCE ( HrTI )


Mardi, 14 Jutllet 1$0@


,0


J


QUOTIDIEN

ABONNEME NTS : DIRECTEUR: LE NU
PORT-AU-PRINCE UN Mos. .G. 1. 0162Ml e t IM a loire, ENTIMES
D1PARTEMENTS TRois Mois. 3.60 Les abonnements patent du Ir et do I5 de chaqe
RkIDACTION-ADMINISTRATION mois et tont payables d'avance
TRANGER.......Ts MOS. 6. 45, RUB ROUX, 45. Le. manuscript insr4s on uon as sroat pm reuas

Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresaer A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rtse RoUx ou S*m-e-i.
_ i .. .. I ._ II .. I n n lII I


Je me propose aujourd'hui de r1-
pondie succinctement A un certain
mombre d'observations que j'ai par-
Sls recueillics dans la bouche de
-lques lecteurs ou que, d'autres
la contradiction a formulees
Si la press, A l'rgard des idees
'.-* orme social et de leur ada-ita-
a' milieu haitien.

Noos sommes, a-t-on dit tout d'a-
bord, des a ideologues pour pretehi-
re reformer la society hi itienne par
ds articles de journaux ; d'oh il suit
qaM nous prechons dans le desert
t que, en Haiti, I'action de la press
it oalle et inefficace.
Noos sommes, nous du Mati4,
lteux places que personnel pour ap-
pr cier I'effet dans le public haitien
d" iddes sociales q.ie nous repan-
dlsm; nous pourrions constituer des
Mrchives speciales lien qu'avec les
latrea et impressions que chaque
coorrier noui apporte de tous les
points do pays et qui dmanent de per-
soanalitts les plus diverses.Un conf.ere
SoOs a reproche de publier avec em-
P:'esement les dloges que nous rece-
vos :nous ollrons de lui mettre sous
Li yeux, A chaque.courrier, ces sorts
*Pprobation ecrite, alin de lui ver-
Mtre de constater par lui meme I'im-
Paubilit6 qu'il y aurait pour nous
itS err toutes les notes dlogieuses
Loiros arrivent.
8& prfois nous en insdrons quel-
i_ ce n'est rullement pour la
ttileaUon de notre chetive person-
ulais pour offrir pr6cisdment aux
.*etures le tkmoi nage du credit
Br par nos idees. Nousne pre-
donc pas dans le desert.
arasi nous n'avons pas d'au
f antion que de reformer los
I. ec'est bien I& d'ailleurs le
eent de toute rftorme du-
6i volontaire ; i s'agit, avant
chose, d'avoir la claire notion
rors a ccomplir par chacun,
s 0 as expos ie6 efforts a
rEt & s xtcreer A faux.


lt puis, mimo i defaut ile c cr('-
dit et de cette acceptatioi, nous par-
lerions toujours lo meme language, cart
c'est celui de la veritt, et la: vrite fi-
nit 'oujours par triomlier des sophis-
mes et par s'imposer.
*


cormme ddpajyse et peu au courint de
!eur nouveau tnmtier, et il est clair
comriie le jour que si I'eoseigtieinent
scilaire actuel est peu profitable A la
fi'rnde ma tent nos coles les 6coles sccondai-
res surtout-, il est du mains fort au
goi't de la petite minority do gens qui
Ie profess.nt : toujours la question de
I'euseignement fait pour les ptofes-
seurs et non pour ies lives.
C'est pourquoi faute de pouvoir
convaincre les maitres, nous croyons
tout deA fninit ntile de rIhercIher


par consequent, ils ont A le modifier.
('ar, ni la science social ni nos hum-
bles efforts ne peuvent avoir la pr-
tention de a contraindre v ou d'bli-
ger les gens A faire ce qu'ils ne veu-
lent pas faire: 'hygiene prescrit la
tenmprance, sans s'inquieter de sa-
voir si les gens en sont plusou moins
capable; le libre arbitre de chacun
reste sauf et chacun est loisible de
ruiner sa sante a sa guise et en d6pit
de I'hygiene.
Si la society haitienne ne se seti
lnaq re natla dg% I-o^Brlir |_ &*


%.AIJ LAAL,9110 %ALAtV taukl1 V1_111U Pas paut e e s app quer tos regles
On nous dit encore que la rforme convaincre les PARENTs, alin de de ede l'hygiene social, seules appel6es
social que nous prechoms so Iheurte- intdresser un peu A I'espece d'avenir la rendre prospbre, ii lui re I li-
ra toujours A < la force et a la vertu que l'on prepare A lears enfants et, bertd- largement mise d6jA i contri-
des traditions ot un contradicteur, par voie de consequence, au pays. bution- de courir A sa perte et do
interpr(tant complaisamment la pep- Nous sommes dohc bien au courant pers6vdrer dans la voie ruinous dans
see mome de L,~ Play, ccrivait I'autre- du point precis qu'il convict d'ala- laquelle elle s'est engage depuis cent
jour que l'observation des pihnomr- quer et nous continiuerons l1'atta- ans.
nes complexes de la vie socia'e a ne quer ferme. Mais quant A trouver et offrir d'au-
lui aurait certes pas permis de conce- ties remides que ceux quenous avons
voir qu'on pui se metamorphosed de 1 tes prescrdits, nous nous en docla-
fond en comble, d'iprbs un type :dop- Urie troisine objection va ,p !pns its, nous nncbl:us e dcla-
td, uno sociste vieille d'ine forma- ioin et pretend (que a r6cfrmne so :ial tents se lvcnt et parent leur tourm
lion tdljA seculaire. que nous offrons comame la seule con- e lvent et tour
Cela est trts vrai, mais e st-ce edition de salut efliciac, ne peut pas
IA ce que nous voulons ? II ne ino 3 le s'adapter d notre pays. Oh cet argu- *
paralt pas ; car nous avoas ici intmeo meant, jo I'ai sous la main en masse et Pour- inir avec cette srie d'ob r-
trop longfemps parli des rfformes quand on l'a une tois lance, on se nations, nous tenons a fire une db-
scolaires et de nos iddes sur ce point croit, comnan9 Pilate, autoris6 a se la- claration noeessaire.
pour convaincre nos lecteurs que ver lis mnins et a degager sa petite Un trvs intdressant confrire ous
Ioeuvre de rdforme doit btre n6f-s- responsabilit., des aventurei nitiona- disait dernitrement qu'en soulevant
sairement longue pulsque nous ne les, don't tout le monde pou l(ant con- do temps en temps quelques con-
Fattendons g. re que des g6dnrati ns vient avoir ass. traditions nos propositions, il n'-
a venir, de cells que frmne actuel!e- Certes, proclame-t-on, ce que nous ait d'autre intention que dintirosaer
ment I'enseignement des &coles.- disons est vrai, ii est d'autant plus le lecteur haitien A une discussion
a Tout le monde, dit lules Lemaitre, vrai que, li carte dl mionde 1tal6e vari de a question socials, ot queo
sait que la r#fo'me qui envelope et sous les yeux, on peut mesurer le de- va fond, ii est bien ontendu quo qoue
conditionne toutes les autres, c'est grt de force social des diffdrents pays ommes d'accord. ened
celle des individus. Mais, il n'est plus par la measure dans laquelle ils s'ap-
temps, n'est ce pas? de reformer pliquent, consciemment ou non, les Nous goutons fort la pointe de boa-
chez nous tous les individus adults regles de con quite mises en evidence ne inftetion quo cot avis r6v1, ma=s
ou murs. C'est done sur les gnedra- par cette respectable cole d'obser- nous croyons que c'estsouerlneAw&a
tions naissanfes qu'il faut agir; ce vateurs sociaux, aux travaux desquels mauvaisetondance de I'.epritlatin qo
sont nos enfants qi'il faut Blever do les adversaires eux-memes sont obli- dediscuterrienque pourdiscuter.ilwirt
telle sort qu'ils soient plus sains et ges de rendre hommage. Mais, pro- mieux tomber franchement d'acoord
plus forts que uous.. teste-t-on, laiti ne pourra jamais en sur les points qui paraissent saflam-
Or, le malheur est que les adul- tirer son profit; si'l y a Ala sauver, ment elucides et employer tout temps
tes et les mlrs a qui sont charges do ce ne sera pas de cette maniere: cher- economis6 sur la discussion ionutle
donner I'enseignement la ajeuuesse chons done autre chose puisque no-; mar.her a la conqu6te de nouvellee
sont, pour la trees grande majority, tre c temperament est si peu adap- v4eites.
les plus r6fractaires aux idees de rt- table aux idees et conclusions repan- II y en a tant & rdpandre et qui a.t
formes scolaires; cec n'est pas a d6- dues par la Science social. tendent lour tour I On ne troverl
moatrer. II est de fait que, lances ai Autant vaudrait dire au m6decin et done pa de mauvaise pgrce de
milieu d'un novel e aseignement plus a 'hygidniste que le malade so sent part de oe pas noOS pr
A la hauteur des n6cessiteset des exi- peu de gout pour le traitement ou la disacusion ql noe
genes de la vie moderne, lls seraient r6gle de conduit prsoerlts et que, comme unique beuts o


fuel ues objecliors et leurs rpon ses








VOL A LA POST

En annoncant I'autre jour qu'un vol
avait &tc commis aux bureau de I'Admi-
nistration postal, nous ajou:itns qu I'in
formation seriit comipl&.,e par de nou-
veaux ddtais.
Cest pour cela qu'hicr notis nous
sommes prdsentis i la Grand Ruc, ou
nous fimes rec;us pir le Drecteur des
Postes, Mr Drossiiut Lilavois qui cta.t dt-
jA prevenu de norre viiJc.
Je vais faire appcler, nous dit-il, Ic
chef de bureau qui vot s contera Iatdi ire
Quelques instants aps, Mr l:on ane
Gabriel, tri&s aimablement se mettait A notre
disposition.
Le Directeur n'dtait pas encore revenue
de Petionville quan I en ouvrant son a car-
rC, on s'appcrut que l'arnoirc dtait ou-
verte. avec, A la serrure une taussc c'cf
Immddiaement on appela I'oqucton de
service, Louis Fortund qui dcnonoi come
auteur de cc vol Ic ftictur Antoine Ger-
main. Tous deux furenr arntc. ct en fai
sant des perquisitions, on trouva chrz 'le
facteur 8 carabines don't i sysiicmc Gras ct
dans les etfets du drnier G. 4 1 nickl.
Ces deux prevenus Sc set)t sousrait>-, a
faction de la Justice, s'dtrant entuis de la
prison pendant le dernier inccndie.
Un autre hoqueton du no n de L,)Ui,,
appeld coming tdmoin a tdt rctcnu par Ic
luge d'instruction.
Le vol s'tieve .A G 1.,7i 28, ditlfcrnce
trouvee ntre 2.8 9.28, clilthc lai-.s la
veille et 1.474 que les niilandrins dcvaicnt
revenir prendre.
Voill toute I'atlaire.


Bonne R6cornpens3
Notre collaborateur Constantin Mayard
a perdu au cours du dernier itncndie entire
autres choses, un lot de livrcs qui, suppo-
se-t'il, a pu ctre sauve. Parini ces livrcs sc
irouve une collection des tVuvrcs de IByron,
le Laboulay,, de llebiit Spciincr,dc G ,,
.he, de Tocqueville, d& Jean Finot.
Le i:at;n prom,:t unic bonnc r' oipeln-
,e A qui cera retrouver tout ou une parties
eI ces lives.
9l


11 a dtd gard une caisse contenant des
livres don't trois ros I)ictionnaircs L'tti
et un registry noir marqud sur la couvtrtu-
:'e : Distribution des Travaux r
11 scra accordct une ;rcs ginircuse rd-
:ompense a qui rapportcra ce calicr aux
>ureaux du z lCatin.


COMMUNIQUE
DE L'ARCHEVtCHE
Aux Sinistres
Par sa lettre en date du It du courint
M. le Directeur proviso:re de la Banque
National d'Haiii a bien voulu niettre A la
disposition de l'Archevech6 la some quil
a recueillie et qu'il recueillera soit, A ce
jour, un peu plus de Dix mille gourdes.
L'Archevach6 remercie la Banque Natio-
tale de cette marque de confiance.
Cette valeur sera remise dans la meme
proportion que les prdcddentes, A MM.
es curds de la Caihedrale et de Sainte-
Anne, coimme, Ju rested, tons les secours
qui seront confids A 1'ArchevIch6.
II rest entendu, que ces secours ont
pour but, non d'indemniser les sinistrds
de len rapertes, mais de leur venir en aide
dans lerns besoins les plus pressants ; c'est
pourquoi, danms l ripa titson des fonds a
c "MM famiid, lk pincipal tlment d'apprd
ciaom fst lewmbrad. ogef b ph A nmurfr. Si


plus tard, le pain des premiers jours as-
sure, de plus fortes valcurs 6taient reinises
A l'Archlvech6, il sera alors tenu compte,
dans les repartitions, des autres besoins
des famillts.
Lts repartitions se f.-)t a toas les sinis-
tres indistinctement. s:ns distinction de
nationality, de religion, etc Si elles ont
did confies A MM. les cures de la Cathe-
dra'e ct dcSainte-Ann:,c'est qu'ils ont det
jitigs plus A mintne que touted autre institu-
tion dc connai re les families, et qu'ils ont
en mains, avec leur- contfrriei de plus
torts cl.ne:'s d'infornm tion ct de con-









Di'
-:NSl IN iES. ENTS'
M 0rFT O Rf1..OI OG IQ ITES



i'-i. -1 ; L COLLEGE St-MARTIAL

LL nI 13 JUILLIT"


lHarcneite 3 midi 763, 8 u/=
minimum 21. 2
t -Afi pAraturf maximum 33. 8
moyenne diurne 23 9
Ie cicl clair Ic main, est devenu nua-
L.-Iux di; to h pour se couvrir complke-
micnt entire ; h. et 8 h. du soir.
A plu~r:trs rtprises en're 5 Ih et 6 h.
petites ondccs, total : o, S de pluie.
Qic!nqcs coups dc tonnerre. Dans la
otircr &clairs a l'ouest. Rose ce martin 14.
I.e IbroInmtre est en baisse.
Un peu d'agitation sismiq'ie vers 3 h.
du martin.
R BALTENWECK
14 Juillet


TloutL It hconil
atjoutkl Iiui f2.ant Is
1-4 Juitdtt 1-89 -


frantaisc est en liesse
grande date his'orique
ou la Bastille fut ren-


verse.
Les drapeaux fran iis flottent par toute
la ville, belle reception A la ILg ttion de
France. Ce ntiiin M. P. Carteron, en bril-
lant uniformni d'oftici.r de Marine, s'est
rendu b,,rd du ChG sceloup Lubat oui
une salve dc 2 t coups de canon a tdc tiree
a 8 hlures. Une autre scra tire a midi et
une troisiitne au couchtr du soleil.
Eclatante manics'atii)n qui rcunit tous
les tils de France dins un tni.ne sentiment
de pattiotisme.
Tribunal Civil
Audti, Pc .'i'il ordJinaJirc' u I3 Juillet 9toS
Le Tribunal sous la prdsidence du Juge
A. Champagne, assistedu Substitut A. Thi-
bault. a prononce les jugements suivants:
Celui qui admet la demand en di-
vorce des epoux Demosthenes Sam et les
renvoie par levant l'officier de I'Etat civil
pour le fair prononcer.
-- Celui qui ordonne que dans la hui-
taine de la signification ae ce jugement,
les Germain seront tenus de constituer un
nouvtl avocat.
Nouvelle composition sous la presidence
du juge A. St Rome.
-- Celui qui condamne la dame Marie
Chrispin a payer A Mademoiselle Euphe-
nie Munier dans le ddlai de deux mois le
montant de l'obligution hypothCcaire avec
les indemnnitd &chues et a choir dit, que
faute de quoi le bien hypothequd sera ven-
du.
Celui qui donne main levee de I'op-
position pratiqude A la B;nque Nationale
sur les ti res roses par la dame Veuve Chris
pin tires portant les namiros 15799 -5779


5916 i777 et 5785,titres don't est porter
Ic sieur L. Grosnon; 2* les numeros S830
et 5818 don't est porteur le sieur J. Deleo-
ze et condamne la Veuve Chrispin aux
depens.
Celui qui nomme les citoyens 1. Bis-
toury et J J.V Innocent A I'effet d expertise
le prx.Jdu bail de Ih'ibitation Torcelle a.
Celui qui ordonne le partage des suc-
cessions Amnicar Basquiat et Monbrun Bas-
quiat.
Ensuite le Tribunal sous la prisidence du
Juge doyen Dupont Dava commence l'en-
qu&ee dans le divorce concernant les ipoux
LUandre Larencul Mais vu I heure avancie
la continuation a eti renvoyve a Lundi
prochain.
Devant la justice
Accompagnc de son avocat, Me Pierre
SHudicourt, Mr Henry Allen s'est constituC
prisonnier.
On sait qu'un arret du Tribunal de
Cassation avait pour cause de suspicion I&-
gitime. dessaisi le Tribunal des Ganaives
de l'affaire qui sera entendue ici. Mr
Allen est prdvenu de meurtre sur la per-
sonne de Frediric Dupuy.
Les ddbits promettent d'etre tres intd-
r(ssants.
Session Criminel!e
La session s'est ouverte hier. On a pro-
cedd a 'appel nominal des jurts qui s'-
talent rendus en grand nombre au Tribu-
nal civil. Aujourd'hui devait etre jugd le
nominee Aurdlus Turenne, prdvenu de tor-
tures corporelles suivies de meurtre. Mais
I'accusd 6tant mort en prison, les juries ont
det renvoyes apres lecture d'un jugement
condamnant ceux qui ne s'itaient pas pre-
sentes hier a huit gourdes d'amende.
Ecole des Sciences appliqaess
Concours d'adenission r9o8 io99
Le registre d'inscription est ouvert A
par.ir de denia'n de 9 h. a rt t.. du ma-
tin.
Le concours aura lieu cette ann6e en
deux sessions; la premiere et fixbe au mer-
credi 22 Juillet couranr; la date de la dcu-
xicrne sera ultdrieurement indiqude.
LA DIRECTION
Bonne R& ompense
F.,st promise A quii'era retrouv.r un pa-
quet de papers contenint divers i ffets, no-
tamment : des etats de cheques de la Pro-
vince, pour le Departement de I'Instruction
Publique et des 6tats de feuillcs de ration
de la CGmpignie d'Instruction d'Infanterie
du Centenaire, perdus pendant l'incendie
du 5 Juillet courant.
S'adresser au Ddpartement de l'Instruc-
tion publique et au No 65. rue Ste Honord
Port-au-Prince, le 14 Juillet 90o8
J. SANON JULES
Departs
Hier est parti le s/s Praesident l avec
Its passagers suivants pour Kingston :
Louis Laroche, Jh. Sipari, Conendre Jo-
seph, Daniel H. P. James, Gustaves H.
Werner. Mine Neret:e et 5 enfants, Au-
gusta T. Smith.
4*
Est parti aussi hier le s/s a Montrdal *
avec les passagers suivants pour :
Cap-Hailiea : Mme Marsh, Mme Vve
Cliemlia Marsan, Adrien Zephir, Carmen
Wilson, Mme Anasthasie Mars. un b6be
et 5 enfants, H. Thomasset, Mine Her-
mann In-Charles, Henriette Gentil, Mine
Vve Hdraux, Mme Ddlinois, Elina, Clara
ldjoie, Saboarin Benjamin, Augustine
Dorainville, Habib J. Amary, Jean Stam-
bouly, Mr et Mme Jeant un b6b6 et 3
enfaits, Sulfgr Jeannot, Pierre I. -
lia Denna, Blisebeth Joseph, Mile Adhli.


Havre : Pcre Liagrc, I:rcr Ccran, l
et Mill Gros'.on et cL*tlnt, Mine V
Arthur Chabeau, Marcelle Derenonco,0
Isibelle Chauvet, Mr et Mme EdmAe
Lespinasse, Maria Lespinasse, Sceur Ars.
tide Marie, S, ur Arsene.
Fort de-Frne : Mine \'ve Desmi.
'Basse-Terre : enrieicr Lagrenade.
'Porto-Plata : Sussel KN tapp.
Pori-de-Parx Germnaine CasstaoL
Chimene Isidore c t cenfant, Mret
Alcide Charlemagne, Cius, John Laroche
Vacina Alvarc/, MuCe Labon, Lise Labon
Vronique, I)a:buu/, Anne Dar&oanm
Mile Lucie D.iarcourt, Mr Btstien, Miw
Bissiinthe.
Autour de i'Ecole de Droit
II nous est revenue que, mialgrd les in
cendies de ces jours dernicrs, les exameni
de I'Ecole de Diloit doiveit d6finitivemea
avoir lieu le 27 du 1nio, de iuillet con-
rant. Nous trouvonj quc la decision mi.
nis erielle est par trop srcvre ; car la
jeunes Ctudiants ont cn parie igard lears
ouvrages et de plus quoi.ue djai prdparts
aux examens il, > 'ont cii tc: c les matires
du programme qu'dpirscs.
Le Ministrc de 1 Instruction publiquo
aurait dil, nous Ic penson: prendre en
consideration la disposition actuelle de
l'esprit des Ctudiints, et renvover I oc-
tobre la premiere sdrie ct la second A la
fin de novembre.
Us ErLcuIANT
Le conseil communal
et les slnistr6s
Le conseil comm.unala a decide, dan sa
seance du 8 juillet courant, de venira.
secours de la portion la plus indigentede
victims du sinistre du 5 juillet. Un e-
prunt de DIX M\LL-. gourdes a etd vet
cet effet don't on a distrait Quinze cea
pour 'amortissemennt du compete d'iah-
mation de la Societd des Zdlatrices de S-
Vincent de Paul, et Cinq cents poor fris
journaliers d'atsistance publique.
Une commission coipode de Monsei-
gneur Bangd, curd de Ste-Anne, de MM Po
lynice Janvier. judge au Tribunal civil, A.
Jackson, contr6ler a la Douane, Thdmis-
tocle Camille, de Mnus Julien DussecKCe
Michel Oresre, a c ii w :inde par le coo-
sell pour procider Ila rcpirtition des
huit mille gourdLe vtcLs .a tire desecours.


-
Nonelles Etrangeres


Derniares D6peches

RABAT 12.- Le sultan Abdel Auiis
quitt6 Rabat pour se rendre a Marrakesc.
PARus.-Les employs des bateaaux On-
ches de la Seine se sont mis en gr~e
pour obtenir u n reduction des heoresde
travail et des pensions de reiraite.
L'interruption du service des batau
monches cause beaucoup d'ennuis
tourists qui se irouvent en cc mo1slt
Paris.
M Constant, I'ambassadeur de Fr ori
Constantinople, a dit cette apr6s-jmid qd
n'aiontait ucane foi a a nouvell 1
I'Allem gne avait pris charge de la po
tion dessajts turcsen Chine ;ljusqu'i
la France qui a exerce ce protectoratut
Constans n'a recu jusqu'A prsent ScO
information ve a un ctihvSge u
ManmRn.- Des depeches d rAl c
ville 46 la prince de Valence, amD i
lue de mai us de souris se n0t t
es das rpage ouh e olS001 .
a 4 era vag a
PAUMA.- Us 6Ileclof lS
Puuu~ Clccloa l



a4


_ __ ___ ___ _.___


I









oat eu lieu aujourd'hui dans l'isthme
,'otdonnC lieu Aaucun ddsordre. Don Jos
iningo de Obaldia, ancien ministre de
Pnama 1 Washington a 6ta ilu president.
ss partisans de M. Ricardo Arias qui a
rsimment retire sa candidature s' tani
ebsnus, il n'v a pas eu d'opposition. Da
motes les ville de 1'iat arrivent des dc-
pches annoni-ant que la journey s'es
psse dans Ie plus grand ordre et ce
tOas les votes out t en faveur de M.
Obildia.
jMxico.- -Le Mexique suit avec un vif
inertt ce qui se passe dans I'Am6rique
Centrale. Le president Davila du Hondu-
s s'est plaint au d6partement d'Etat de
latitudee des presidents do Salvador et du
Guatemala ; le secrdtaire a refuse de dire
en quoi consistent ces plaintes,:miis on
nit qu'il se fait en ce moment on actif
change de d6pcJies entire Mexico et Wa-
shington et que les deux gouvernements
sont prti a itE:rveair aussitot que le
Honduras en fcra la demand.
PARIS. I.e J!eval Seasick de l'6-
curie de M. Van Derbilt a gagnC aujour-
d'hui le prix du President de la Republi-
que de 20.000 dollars, A mason Lafitte,
1pres la course. M. Vanderbilt a etE feli-
cat, par M. Fall'ires.
SYDNTY ( Nouvelle Ecosse ).- Lts
croiseurs fran;a-: a LAon Gambetta ,
Amiral Aube et, Destrie 9 venant
de Brest sont arrives ici.
L'escadre est sous le commandement de
I'miral Janneguiberry qui a son pavilion
Sur lea LCon Gambetta .
L'escadre restera ici quelques jours et se
rcndra ensuite Quebec pour prendre par
auxi tes du triceutenaire de la fondtion
d cette ville.
WASHITOs i .- Les troupes de mari-
eavoyees dans l'isthme dePanamapour
ywnrer la Ib-brtr et la r6gulariti de l'6-
SIro prsidentielle vont 6tre prochaine-
mnt rappelees.
BuLN 13. L'I6at de santC du prince
Philippe d'Euknbourg est devenu tres se-
rieux, les d6bats dc son process continent.
LoNDRES 13.- I.e roi Edou-rd a ouvert
tsjeux olympiques aujourd'hui, les jeux
Scront une des Lr.tades attractions de I'ex-
posimion franco-ang'aise.
Tokio 1,.- Le iarquis Tako Ka sura,
preidnt du POL\I.au constil des minis-
tres soumit aujourdi hui ru Mikado Ies
rOm, des noveaux membres du cabinet.
PARIS I.L Clumbre des deputies vota
samedi le principle du rachat et I'exploita-
tio provisoire du chemin de fer de
Dans sa s6ancec de ce martin elle vota le
t de loi b el qu'il est modifi par le
a erelatit aux credits supplimentaires.
Eauite M. Clmrenceau donna lecture du
Cet de cl6ture.
Ce marin dans sa sEance, le sInat vota
s crdis supply eentaires ; ensuite il vo-
Sprojetde loi sur les quatre contri-
a, puis Mr Briand donna lecture do
Mkrtde cl6ture.
SViviani s'est renda A Montmedy o c
;P'gora une ecole professionnelie de
S1 iauan assist a I maise en exploi-
ia de M ligne de Bambezieux A St-Ma-
Id. Dujardin Beaume.z s'em rend
i.l'atdun ou apr s avoir visitE l'h6-
M fial gura le course secondaire de
f ulles.
.1r0aal official public Ia listed des de-
et des promotiomr dans la Legion
ptor les ministries de la Guerre
rCbme, radical socialiste, a lta dl. i
SValence L. Personnel des ba-
t est en e .


Pri6re d'aviser 1'administras
.~on de la roindre irr6gularitC
it ns l service du MAT [L N
tfin qu'il y soit de suite rs-ne-
ti6
L'administration du Matin s
rappelle aux abonn6s de la Ca-
pitale qu'ils ne doivent rien ver-
ser, abonnernents ou autres
quo sur REQUSIMPRIM3iS et
Signs da M. 1'Adiniisatrateur


6C-Xotel-lFestaurantx t
ST-JOSEPH
( ANOGLDE8 RUES ROUX ET DU MAGA-
SIN DE L'ETAT. )
Service bien organis6.- Repas
A la carte. cuisine excellent
eROPRItrTns : JoszPs DESRIVIItRE


Changement d'Adresse

Les sousignes ont l'h-naeur d'avi-
ser le public et leurs clients qu'ils
viennent de transfer I'atelier d'd-
benisteri., a LE PROGR1vS. du num6-
ro 116, au NO 132 do la mnme rue,
ancienne m aison A DE MA1 TEIS & C
La ma.i-on inforine au--i qu'elle a
besoin de buns ouv iers b6enistes.
Po t-au-Piince, 30 Juin 1908.
MARTINO & FERRARI


Chapeaux !

Chapeaux i
Chapeaux! ll
FlAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ


JOSI SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concours d'un ch-polier rernarq-iable,
V( JAIrM TESTAR, d'installer uue
FABRIOUE DE CHAPEAUX
Pl.ACE GEF:'RARD
Salon de Coifure du Leuvre
Pour :ous los godtf et pour tooku,
*-I b'i.r- on.


Oni Irouvernt


Un bon buss, tres biion alleld loner
par lheure pour courses en ville Et i la
champagne.
S'adresser au Matin.


Avis Commercial


Le soussigne, donne avis au public
et commerce que pen tant son absence
en Haiti, Mr Nicolas Cordasco est
charge de sa procuration.
Port-au-Prince, le 4 Juillot 1908
G. A. BERTOLNI.


GRANDE HALLE A LOUER
146, Rue R6publicaine, 146.
S'Ar-SBS A Mr CATINAT FOUCHARD.


,,--- -i I-~
A louer
Matson m-ubl6e Rue Eughne Bour-

Pour lee reoseignements s'adreser
ku bureau do journal.


I



|


1


VERITABLE

KOLA-CHAMPAGNE
G GOURDES r.A DOUZAIlNK
A Vendre chez G. Blot
07, RUE DU MAGASIN Du L'ETAT
Seul reprdsttant de W. BUClI
(GONAIVEs).


Changement d'adresse


iA. de laIt is et C.

Toutes les l6egances rares. disci'
tes,bruyantes, des parfums d'un climr-
me subtil et dblicat, Son Sou-
rire, Floramye, Vivitz,
des bijoux oft s'enorg lellit la
pierre delatante et hautaine, de mi-
nuscules objets d'art oi soint it la gr;s-
ce triste des perles, des boucles d'o-
reilles qui s'dtonnent de leurs formes
varide-, anneaux de flanqailles offrant
le synbole d'une dternelle jeunesse
d'amour, orgies de colliers graciles,
de lourdes chalnes massive, des cas-
cades 6tincelantes d'or, de rubis, d'O-
meraudes, tout cela fait un coin de
paradise de la maison
A de Matteis & Co
qui est situde aujourd'lhui A 'Ancien
li6tel Central restaurd el embelli.
Ces italietis ont gardd la nos'algie
de toutes les fantasies d'art admi-
rees jadis chez eux et ajoutlant ton-
tes ces frivolit6s attravantes, los ob-
jets indispensable quce itlaine la
Vie, ils ont chez eux un assortment
d'une grande richesse, pour tous les
gouts et pour toutes les bourses.


Barau announce A see
se tient provisoire-


f6l, RUE MACAJOUX, C5.
( Boulevard des Vetues ).


Panamas i...
Elegants, solides, arrives par le
a Montrdal s.
Chez M1' LEONIDE SOLAGES.
!2, Rte dis Fronts-Forts.

A Vendre


Un grand et joli piano de concert a
cordes croisdes pour cause de depart.
S'adresser sans retard au No 91,
Rue du Peuple.
Profltez de I'occasion I


3lhAVi Iffa A C -





LA donne une souplesse et un ve-
lout6 incomparable en lui com-
muniquant son d6licieux par-



LA Il rente, impalpable, prpar
S POURE cialement pour es pe n-





nes qui veulent avoir an taint
irprochable ; son parfum d61icat, son velout douct contribute aire d'elle,
la Favorite des Poudres de Toilette.
.. .. base de CrAme Simon,
u I prpar6 scion les rincip c
"Ilil ]liIl l es plusnscrupuleux delihyeu pa
fm Ee c e I t et la possrade uncertain soere
toutes les qualeles bienaisanstes et preservatices de la Crpme Simon ; a
est particuliIrement recomrnind pour la Toilette des eafants et pour ole,
dames don't la peau est de late.
Agence G6n6rale t D6p6t pour Haiti
es pls rupuleu depo le

MAI8ON JUL O8 LAVILL1
980. J M Alfpos e un certr 9a
98, 16** de Meadalr de I'Ble, 98


Prduills ygieques pour la ToileIIe


_


-___


.-.U,


i


.g.


Madame Justin
clienles qu'elle
inent :


I


I


I


N.4








___- _; - -- -- ----- -- -- -- --- -


Changement d'Adresse
IDoe(eiir iathi(mI
BouS-\ ERNA,
V.N FACcFt DE Mr..

Ru R, Ie Rev ,(, j ,'
du lldti)j


A rVeidre
A I. l.I i it \ Ii !K ,I N 1 \I I N
.1u p, i,' 1 r, e rniouardle
I) NSI1S.\1 .\AI MI I
Par le Docteur HYSON

Arrive par
le dernier steamer

Mac'Nish's Kola
DE KINGSTON
En velnt
Chez Catini t Fonchard


On trouvera
LE MARTIN
A l'H6tel-Bellevue


Tibtre Zephirin Hell
Fabricant de ch-ausures
Rue Tiremasse, fac:adl Nol d de la
Place de la (roix-des-l:ssales.
Anniowit- A s iicil lii ct\ it t
an publ- ito .'i l It i dV i' t 'l i
u0l 0 1 .;010 llt 'llt I,'nill ptt- l,* .;h i -..-1
ie-s 1)0ll ('dall -., hl l' i e- t't t lj it-.,
Lco ife tl nnl t ,-, t t:,v4' 1'.-, IIi !'e I.,IIX
de pireiiiei r clioix.
La l air Inu i s'occupe ALU- .-i .' t' tint(0-
suite- de tV;parations.
SP(:IALITI:
PANTOUFr.ES MULES

n i10Mon II .
lnu home
extraordin:iire!..

lout le iiuil, a eritte :. i i ,uK ( i,
poulvoir iraiuli\it \ I.1 ,i I I-, m' i ,i i-
gil6tisei1rs, IPieiI ip ", i:'I 4 t au-
cun hloinr ite doti la t'hl'it ,Iitc *t
Federico Garcia,
(iradtu-, tiplomic cet n n ldaill. 1t, II',,titnut
X. LAMOTTI: S.\(A I, Ihochester Ni \\ York
ne se oit ot'ert )pour I'' iiettlo
tous de mettre ses talents a I'tpreu-
ve. M. Garcia 6totiini stI scetticis-
me manifesto par tant de peisontiies,
s'est d6clarc prkt mettre a la dis-
position de tous son savoir et son
poovoir merveilleux et presque sur-
umain.
Avez-vous besoin de la clairvoyance
d'un Wtre qui a donnei des centaines
de preuves do ses pouvoirs ilmiract-
leux, voulez-vous rduissirdans la vie ;
voalez-vous connaltre les secrets de
ceux qui vous haissent, les pitges
que vous devez eviter, les remnides
qui gu6rissent vos maux, adressez-
vous au Professeur Garcia, Grand'
Rue No 168.


Photographic
Artistique

I.. III:P'lEI SSY
R12 d R, ;. d ', : ,nt.'e 120.
i i I -
t' i', t I ,, ,s 1 l 1
SI 1 1)


ATELE l.Il K \ \
Prix Mod.rOs
., VEAl i I; :


C~1 :,1) -,r P. T

It !1-I I I I utres !Oca-~






'O l '1 oi ) O e
Vei zi;









ETUDEI




;I I t11 et


43' .~ ~ I


i ,I


le t 1,2C ) U
'.Pi~ rb' t e 2 z:&ci,'ze I ~h' o.(-
I 'l t -S P't1 O, ri ; .ts~ t

*5p .4


It. (e, t, k o An t .;0' dt




41A
S -(' J -





elie ariiae

du Mondie


ioilae qui douuui I1 rneilleu, pain.
Qui proiuit Ie plus fe pain
)ii doriri l0 L1i1 le plvs bl'iac
(Yest la Pillsbury's Best de
I)',b'brv Wasbburu FL %r Mils (:I..
MCATPIOA!iS 4i&. prA
Er,. CASTITRA. RaPkpr~,i:~Jc


et

la


T ANNERIE CONTINENTAL
DE

Port-:lu- Prince

CAPIAC(1T 00 PEAUX PAR JOUR
PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)COULEURS,
Vente des chaussures : Ctivreau-glac, Vern et cot
leur-, pu r toirnmes, Dames et Enfants.
( IlB TONN'' NE, LASTIQUE ET LACi )

En gros et en detail pour toute la Republipm



H BELLEVUE
Place du Champs-de-Mars
PO Ar-AU-PRINCE (HAITI)
N1 lie;ininace ALFRED, directrice
T616phone, 220


t "P %. t EVENTS


POUR FAMILLE


D INERS-LUNCHS.
. .' ,-' o /',ortable. Vuesur la mer. -Tempdrature
- -. ..-'* T-ra Ltay.s decrr'ent I'H6tel-Bellevue toutesles 7 Minwl
it ii;.:'i: 'ACIIEU;SE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -- JARDINS


Salle de reception. -Piano.-Gramophone.
Sonneries Ilectriques


Table .I'H^ote I -7eA


AL'E L.EG CE

CORDONNERIE.
1_E. ]E I E:
;2, Kiic dcts I:ronts-Forts.
('.IAi s>.L; F. EN' DI"'PtT oI U LA VENTE
i ro.pr i .u:iel ft oill a. cxCo rlmarj-
1If es ti ,;'l i> i (ij 'f-ti {*!U lii ,Tt..
1 (:.hauss .I1t\ ,c D ile1 trrinle t, ti a-
ovuil v .) it lit ,.i'il V a do plus
I1ilt.',Ld X.
F'i)r iiio.^ ,< 'ii t i ,tiii< e t Ii I'i .; i .tise !no ur
.1 l .Mi'- i ~r.-, ; i,) .;I **, 54 illl 'iJes.
I'ULIIIS .i e il it .s IV lIw:."l 1' t i-.c.
Travail sollde exicutY avec
des peauy ,de pr-c:- eCr nreirrque.
Assui'iance de ia I'd raih bs.
PAtes. :i rates et Liquidcs


An derpiier cril
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A l'honineur d'annoncer A ses nom-
bieux clients de la Capitale et de la
province qu'ilvient dese transferer de
la Rue des Fronts-Forts, avec son meme
stock de chaussures, d la Grand'Rue
Sau No 153 avec 1'inscription ci-dessus.
I.es clients seront toujours servis
dans les mnmes conditions ; c'est-a-
dire avec les 5 o; d'escompte sur la
vente en gros ; sans oublier les me-
mes soins et la meme exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re preodre les measures A domicile.


jours, 1d omidi d T hcure,
18 heuras du soi-


Cordonnerie Nouvelb


i. B. PETOIA
143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
C:HAUSSURKS EN TOUS GKNRMI
EN DiP6T, POUR LA VINTI
EN GROS NT DETAIL.
ExAcution prompted de
commandes, tant ici qu'en
P province.
Iormes a hiomines ; lgantes etrn
tiorinelles.
(:haussures de dames ( D)ernlirt
d, de Paris ) et le plus commlod
chaussures po Jt enfants confectio
iries avec des Peau. de toutes m04
d'urne selection et dure irrdproc
bles, a des prix avantageax.
Cirages, pAtes et liquid
Pour chawssures do toitsa M tOl.

Francisco DESUS
Fabricant do chaS"U

La Manufacture a tojooln U
p6t an grand stock,- poP1"s
en gros et detail,- do cb-s--
tous genres pour
HoxuxS, FMRx-, WAN"
tes commands des
de l'intdrieur pourront ,
daos ooe semaine A P ".
23, ruedes FrontWIoI
PoAT-Ao-WaC ( 1@ I