<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00372
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: July 9, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00372

Full Text



pedzix me Ann6e, No 382. PORT-AU-PRINCE ( H~r: Jeudi, 9 Juillet 1908




."- .- ..






QUOTIDIEN
,W ; -- .- n- .. ... ,, = i
ABONNEMENTS: DILCTEUR
PORT-AU-PRINCE Uw Mois. G.. 1. C1e t I agloieRO ENTIMES
DIPARTEMENTS TROIS Mois. 3 60 -Les ab:,nnercnts partent du ir et du i5 de chaque
WRIDACTION-ADMIN[STRLATION mis et sont payables d'avance
eTRANUER ....... ROIS MOIS .. C 6. 45, RUE ROUX. 45. Les manuscrits insArss ou non ne seront pas rendue

oear tout ce qui concern 1A.dministration du Jourirnz,, s aJi.tessr a t rns ~ur Arthur TISTF 1 z e R.x oi Bonue-Foi.
IS. A I I, I0 .T A D I 7 I ti I par TRAITR E ET PARJURE '' m '"'" '(' '"II" 'm", ( 11 1lav
l1t\Al I i l~ ii r4 j~i T IA. J LI r l [i' t< i m u luvji no 1-ss,, de liar,- il s',rilS..,s.'. lout le1 temps qu'il avait
tor t')(1111111 nii t lt.1 ct'.,1 lll tl a r ll e oi (' l I c oir vil lpter extlusivement surt
Sinpris (|ut .'il ri 'itt~tl i ;it pis d. I'appui dIl gpo \'ivtrnorInentl des Etats-
Firmin orgalise tn1 chtllltage en uirope .ouven l .ovenicin.. nt I l Unis pour usiper Ie Iourvoir, il avai
-* 1tmi l(e (it. -o(n Inlan, tt *coltis tti oonr ;la France: I d1O lain du rat de
-- I cot itl O ris. llI ti ie o i ln.'i t vili di oIn L'ifontai no Dante Sa-
Acte d'accusation dressed par A. Charmant t'.t'' ';Vll'i ;tx' lti in -s ''itons' i,'rl),. Maiis dolpuis si dernidre d6faite
S.,iii leriti ." s. I nl tIi 1>.>., i,1 1ti< ,1- tl~ (1Gonall v.a s, oi j-invier dernier, onC
iI- .', (1t d'.tr(t eoli'1,tinnl lui et ses |Il'ti- 1 pe p)ortes du consulat aliiecai n lui
Le Pr6tendant est une nouvelle fois d6masqu6 -*int, .t ui .e I ,;.r.tis,' tuti.it triioes an nez et la premise de
-- lini ot 11 fi t tdo I'o)\vcr 13,B.'/ais.ct sos amis de Saint-Mare par le gouver-
Ie ,e p-arltisais 187. ,mnlnt am(tricain, dontl cinq d'entre
s l L(a nous voit assitg. par le fait ine do ses 'ate a, rs par 1s ba- x out t fi4 imndiatemen
sI i's !/' c ie an lee ear.s la pIopies aC,,bli ifls, a curi st tIiUr d' a- pirs MtTan.ris uII a lit'i.lement deiuis, dis-ie, M. Firmin a reconnu
suo dante pr lI, elle l'autle r fair en so ssa va(tt tout Ionniimen t.'n i ,ls i t l. PI' O t i F i Sa CaUs,
A Chatr ,fitr, uan aitcie ir lrnoiuae Cupedanr, d api's uin co ivtis:;it ioi t~1i. t cta'nrl'ul ue 1 .,,al ni tl he sa person n'tnapireht
de ses erreta-s, ddvoiis les turpi- tnande d'une personnalild lA; ar Nord n favtrise I'a;i;,rel t 'poui- a e onfsa one an nontvernerent
kPr6pare. urant, et d'aprs aussi c ue je vor' d'n atr iti-tine, vie ait de Washingron, malgrt les iouanges
.pr fsais moi-ilntmle, M. Filrmin sur les as- inti I id lii ls tries qu'il a pri wlcdi-u; s na son Prg-
dpartfrif surances (que lui a donn6es le Di. 1o- i, i. r .,' t qdu'il itrdi4u.esA son Pr-
'~e ; p ,t, ,.si o s 1 4I)111- sidenlt dans son fameu.r' livre Roose-
de I. A. Firiin boqtL'il ctrioverait ods capitaux e lllxoux partisons, qlui el i rt lent L.a E'l Haiti. (: Idant, de passage
*I'troIpe, est parti -voc lui aux lils d'v
orgauriser une Iouv ., e 6qu ipe con're : t A :1 r.ri- mis, M. Firmin a adace e fa-
'Opicule de M. le Dr R. Bobo le gouvernement haitien. ko 1 l- l i1;ai, M rnni qi i- ,i oun supFirni et dernier appel au
avisaux preteurs Europ6ens Mars le cOC!6 I)u:je-(ue de cattle odys)- P t i )>i pIui- r-sin *i ;A se.s i is- Conseil d'Etat do cett ville, a lui de-
s6e, c'est que M. Firalin crut tre ha- tos deIti', s'--t onliln rol, ii il- Mldant son intervention aux pro-
Inqu'ici le depart clandestine de M bile, en partanti sublepticcn ll. t, ans kf la f1i .i .jur. d.~li n a'll a srlc nel tlie i os elections pr1sidentielles, en
poor Iaope continue encore ir tno pris ong doses prti- ,'il .' 1 1- F. l H, a Con IIi, sos ptxte (qe le gnral
t6frayer touted les conversations. s"ans q il tralte, dl' ile'r, on \ ;li t 'tl I'..:, Ix G(;o *.iv-s. ace Norsd s, prop )se d'exercer un pres-
lestpas jusqu'ia la police qui s'en 'inconclets, e r a ( lI i .* I'nga 'tni.'nt on ion1 manu milt'zri sur le vote du
occte. I para iue M Firminit ri'oIut rion a v doir dans ce 'il ait i' tot i-: d I'l p Corps LAgislatif alin d'etoitfor touto
OCC _i e. II parait que M. pFirmin, .uxquelsila auI a:tife-taptAio (;l' ,t etonllitutionnel-
intsa vigilance et celle de se. nxquels it n'a aucur mle p .' l an cnt le iaifestation l.le etconstiutionnel-
ers, avait pu se fire d6livrcr dre ni conseil A dernanler. .\ .t ,t M n, di- le de la volont national en sa fa-
Pse-port sois l iomn de Anto- qIuelle ne fut pas sa surprise or.01 lU' ,, t pi, s'-t isola re- our.
.Fonana, qui partit le premi .r descendu it Porto-ico, i atqprit :e i n pays ,i'' I-1 A ., 'l ,i )r A;ant -chou ins, cette do march
r le steamer franais d- le gouvertoement hIaitien avait 1.- ,. ,:vI e drls, d'o, il soitiria Ati-patriotique, comnme nous I'a ap-
., via PorIto-lico-Ne-Y ork ja info'rmt. de son dpart frLt l> COe' valcu, e l nt ,) loo,~ 'e son in- pris un tligramnie reu de New-York
Sproced6 insolite et discourtois, ouis linoi Consul G c. a o .np -1- ;.,bolu limportance morale m6rite d Saint-Thomas, et qu'au memne illtant ,, ,l en ll a i tou les I' in Notes a cette ville oa le N
ltiligane par rapport meme a touted la colonies haitienne, c: te ut. s 1 :til a ,:omini I opi- I f)or- York-ll.rald, c'est du c6te de I'Europe
!allion politique du personra- ville, se meltait dj i d o' :es inatiori dia ,)uvern,,nent pIovisoire, lque M. Firmiirn ourne ses regards sup
l trs mal accueilli plans cer- manoeuvres. tnalgrles i- en' 19)2. jusqu"'i ce our. plants, comptant, come je 'ai dit
iux Saint-Thmasins o Comier on le voit, magres m- Maii est-il bien vrai qi. M. F'i ,nin plus haut, sur I'appui de M. le Dr
tue Snleverle- sentiment de nutieuses precautions pr ises pat M. .t p'a, h tut per.P/iti mrale Bobo et sur les bons offices de deux
gFit & ever le sentiment dede Iiii 1'alten ,tjoz
St de la dinit A la hauteur 'irmin pour d6to.rne: de li 'abten- i i'!el I'Haiti (pour me servirdeo tranCtis expuls&s d'Haiti. M. Auguste
Aussi, lsm tion des anm et des aulres, le ,but du ou' expressionn de M. Bobl ) soit capa- de, Catalogoe et M. Charles Mac-Guf-
.a honeux, confa ne sa- son voyage en Europ ,'e t aujour- Ile de po.usser son insouciance des lie; le premier part domain ou le 2G
SihTe pas ,comment expli- d'hui un secret que p>ur ses propres cthose.ssacr.es jusqu' manquerau de- au plus tard pour France, sur le QIuW
B lfuite ent partisans, dont la plupart ne s'accio- voir de la plus strice'o loyautl, en se bec ,, viA le HAvre, tandis que le se-
at, I'acte i A'il vient d'ac- chent encore A lui quo faute de micux. cotsid4rant d4gag4 dle toutH oblia- cond est patti de Kingston depuis le
a pcar lui-mme rien d'exor- n effect, de tous les chef de parties tio:i de I'acle auquel it e.t fait allusion 7 pour France, via Cherbourg, par la
Fr de qu sont en exile, celte heur, M plu haut ? Non, je me refuse ai le igne du Royal-Mail.
pu croire qu'iltait sieur Firin est encoree sel q coire capable d'une telle infamie, Quant a l'opuscule de M. le Docteur
pu roire qu'i n tait rin semble vouloir agit- snrieusemelt bien que no 's ayons constate avec Bobo, nous avons bien compris,-
at'rel uue de s on'y dnir o non. quelled habiletd iI a su se idrober lotrs nous autres ses compatriots, acteaur
Slst fao. ouloe hypothnse Le but de son voyage du r4glement de la question du M61e et spectators, du drame de 15 et
lque M. Firmi efray M Firmin, qui n'a jamais espere Saint-Nicolas, en 1891, avc la Com- 21 Janvier 90auzGonaives et A rAn
embarrass don't II s gravir le fauteuil de la pr6lidence pagnie Clyde. 'so-Rouge- que co n'et pa. A aooe








qu'il l'adresse. 11 tend r liability
M. Firmin dansl'esprit des europten,-
dont il est all essayer dc chapter I
conliatnce pour trouver le credit nices
-aire a sa nouvelle entreprise. Or, en
visage 'A ce point de vue, I'lopuscul
do hi. Ie I)r I Hoo n'est qu'un men
song, uia iravail concert et cotI'u dan.
I intention bien arrlde lc f/airc :ut chani
tage n Europe, c'est-h-dire l/y /'apliluer
ce qu'on appelle da, n li la' /lae iuc is-
CROQUER E!.. .. Voilk le cops du
delit A la main a qutlle inonsi-trueu-
se infamie est descend I'liolnme le
plus moual de notre pauvre Haiti !
'oilA aussi ai 'inr-tai de ces mar-
chalids d'orvittan politique a quielle
suporit'fe a dit recourir M. le l)rlIobo
)pour pouuoir inieux accomplir sa be
oygne...
Qu'il plaise a M. la'iiiiin- dians I'in-
teiet de sa cause- de jouer Ie rile
de bouffon (lue lui a assign~ son Dirce-
teu--Politilue, (qu'lls aient d'ua c(.rn-
nun accord, supprintu'. systltmatique-
intlit, Ie noni de Jean-Juinteau, ( le Ie-
ros du 15 Janviei !0)Hi aux (;oinaives),
pour mettre a sa place celui du
y'rrdl la I'irmin ; (lu'ils aienut mnet'-
cotnlnis cet auti e ?.:iTilege, c(,lui 'l a-
voir aii achi Jean-.umneau du hautt
du piedestal de gloire, qu'il s'-ltit
6levt' par sa vaillanuce, par son coura-
ge tt son intrpiditt dans la matlinde
du ce 15 Janvier, pour v placer cet
usurpateur Ghton' ,, (que Bobo ait
pousss son pios6lvtisine, jusqu'A t'li-
re que la Ittvolution du 17r Janivicr,
aux Gonaives, avait ocump la noilioe
du territoire tie la I('publique; que le
noni de M. Firmin, est LE PLUS reten-
tissant de tous les grands noins hai-
liens ; qu'il est l'honme I.E P..us 6mi-
nent, non-seulement d'llaiti et des
Antilles, mais de toule la iace ; que
le Dr Bobo ait dit et ecrit tout cela
en taveur lu liiros qu'il pr6ne, dans
unique but o01 a comprise de
trapper imaginationn des iretOeurs eu-
ropeens, auxquels il va s'adiesser ;
que Mi. Iirliiin lui-ni mc, sans piudeur,
saints modestie et sans respect pour
le grand noim qu'il porte qyant de
I'idsuanitad .oire ait laisst i mpii-
iner touts ces billevesees, qui n'ont
d'ailleuis, qu'un inmrite: celui d'amu-
set la galerie a ses dtpens: l. u'il ait
meme payv soixante dollars pour 1'im-
pression de ce palpitant opuscule, le
s6same devant lequel doivejit c(;der
conimne par entchantement toute.s les
difficultts des priteurs, rien de plus
naturel Mats queo N. le Di Ilobo ait
pouss1 l'astuce jusqu'c nous ali rsser
uii exelmplairded e factuiii c'est un
dtefi que nous devons reliever, et il ne
trouvera pas de miauvaise grace que
je lui dise : )octeur votre tcrit est
un tissu de mensonges !
Lo mensonge est une chose aussi
vile qu'immorale, Docteur et quoi-
que vous fassiez, il est de ces chutes
dout un home ne se relive pas ; de
ces 6venements qui, une fois qu'ils
out traverse sa vie, lui font perdre tou-
te.consid6ration, tout prestige, quel-
que bien dou6 qu'il puisse etre par la
nature ou par I1 tude.
S'll fallait accepter A une autre apo-
quo M. Firmin tel que M. le Dr Bobo
le pr6sente seulement aujourd'hui,
hi'e-t-il pas en ce moment imprudent
de so prononcer d'une facon aussi pe-
remptoire sur son compete, apres que
tant d'actes de sa vie publique l'ont
signale au pays comme un vulgaire
embiti au, un agiotur politiqgu, qui
n'laspire plus aucune conflance ?
Ah I comblen la posp4rit6 serait


r tiomlp-e, si elle devait juger par I
i, grandeur des evl-nciinents de la g'rai
; deu de I'lionmme ( iii les avait prep)
- I 's et conduits !...
- Et diie que c'est au milieu du silent
B ce le plu- menacant tle ses victim
- d imi', des cris et dossanglotsd'innoni
s bi ables veuves et d'oi phelins qu'il
- fails que M le Dr Hoboo lui drige ut
r temple d'adoratiou : C:'et, s'ecrie-t-il
la plts haute p'r:o.'ifieatiot morale e
i inltllectu' lle de sa race *
S Que nous sessions f't6 glorieux s
ct-ttl assertion pouvait :tre acceeptt't
sails vt'rificalion Mlais, nahllie ereuse-
lillent, ii i'est iiCn de lui qui autorist
ce langag.e.
Si IM le Ir hlobo,, danis I'exubas lilan
expainiion de son admiration pour M.
Firnin I'avait borne ta sa ville natale.
le Cal, peut itre n'eussions nous
rie a dire ; inais I'entenidre non-seu-
lement sur tout iiotr ,pays, voire sur
toute la race linlil, c'est albsolumnlei
faux et vexatoire ; c'est fire de I'llis-
toisi un acte ('accusation contire
toute la i.ace. Non Haiti poss;,de uie
ppini;tre d'lionmes rellement ins-
truits et conimptents, qui ne serolnt
jainais surpa.-ses par aucun colofse
a .c pied d'ar!/ile : LUger Cauvin, So-
lon Mlnis. Joseph Janvier, Jacqutes
Nicolas iUger, Justin I)dvot, Jer'mie,
Luxemnlourg Cauvin. 1)r Louis Audain,
I[ Nernours Auguste, Auguste Boiai-
my, Ilugon Lechaud, Georges S\ -
vain, IEriest lonhomnme, lieslandes,
Seitimnus Marius, liron, (uilhaud,
Micliel t i este, El. Lesiinasse, Murat
lauded et tant d'autres encore, qui
ioigueltt Ca une solid culture intellec-
tuelle ulio morality antique. VoilA les
viris representants de 'l'umanit6
noire en Haiti.
Le Dlr Iobo a et, mal inform, car
ii saurait que celj a qui ii d6cer',e
ie tiltre e pr iier des noirs, au
point de vue intellectuel, s'est tou-
jours Ihumblenent d6couvert, bieni
iialgrd lui, devant 1'6tloqueiice et I'6-
rudition de l.ger Cauvin, qui s'est
aflirm6, pour la derniiere fois. Ca I'Opo
que le son ii tervention plans la dis-
cussion do bail emlpllvytotique qui di-
visait 1I. Firmin et Midnos, ofl, du
haut de sa cihaire de professeur, il
trancliait le dblat, en donnant raison
aux conclu-ions de celui-li, tout en
declarant qu'il avait mal argument en
I'espece, ce don't le colosse int.llec-
ftuel et moral de la 'race noi0re ft l)ieni
ob'lie de so conlenter.
La morality de M. I'nirmin ii'( st pa-s
iiomin, contestablle : l.a moralitte, cor-
me toutes les belles qualilts (qui dis-
tinguent I'loinnme de llien du Vilain,
n'est pas une chose relative ; c est-ti-
dire qu'on est moral ou qu'on noe 'est
pas. Or, quiconquo aurait, dans une
circonstance donn6e, aftiche de l'im-
moralitd, ne peut involuer quoique
ce soit pour justilier sa morality dans
un autre cas. Et je soutiens, sans
crainte d'etre dminenti, que la politi-
que de M. Firmin est un lissu de
mensonges et de fouiberie. Et si ma
voix manquait de force, j'en appelle-
rais au Sdnateur Dutrevil Lamour, A
I'ex-Ministre Brenor Prophite, A l'ho-
norable M. Henri Etienne, aux manes
de St-Lucien Hector, A cells du gene-
ral Salomon, A cells de Jean-Jumeau,
et, enfin, au Gnedral Nord A'exis iui
meme, qu'il vaulut convaincre de son
innocence par sa fameuse lettre du
ler Juin 1907, pnbli6e par le journal
le Matin s.
A son titre de menteur, M. Firmin
ajoute encore celui de escroc-politigue,


li


ts i t fait eni jug Iot l pir le mobile qui
inspira1 '6lot Iotio i de I'opuscule de NI.
lo, Dri Bo1I, 2e ar lo Ipioc.dM peu
1Io01111te (ujil emliployaJ, dans le tomrps,
pour soutirer dt eMI. 1. Faine deux
muille dolI3rs en sits des trois mille
Ju I lii availt prtcP mment preds ;
e ii l par ]a fat:of clandestine iju'il
s'est sauvL% de St-'liormas.
E.ri terminant,. je rappelle A Mr le 1).
lRoh(o qu'i i'v a pas loini du Capitole
,a la R(oche-'T'arlpJ'--ie et. que I hvol-
4"1 i dou t ii W'a pas craint I'iIrtujtion
et donit ii a miemo ht'aO le ci'aterie,
s'erjll iam in & dt'jA ;qu'A cette lIeuro ii
,rrniMIde sous ses pas, et iujenitut, en-
gtout i -; 1le. IvA laves, Iui et e son geant
Je I'flupwin,& W1 irt, o, ifs di sp iratirorit
dvoc totites Ietirs clim-reis et toutes
its values illusions qu'ils caressent.
CORRESPONDENCE

S lint-'IliltornS, kle iii1908.
A NlOrSieUr L. TI.

Dtspateineoiit 41I Ia 0oirfe
( M c i(Fance )


connaissance que M. Firmi i40
ti pour France le premier doe 4
ot que j'ai cess6 de militer MI
part.
11 a en sa possession Ie cot
je signal avec vous en Mail s 1
le transport, dans les Antille,
tWriel de guerre que vous sawS
aucun cas, vous ne devez vouT
au service de ce Monsieur. U
pour vous un danger r dJe
engager avec lui, car non
le gouvernement Haltien et
de son depart et de ce qua'l e
faire en 'France, mais auiel I
strictement surveille au IIAtv
La dame que vous coanairu
6crira sous le couvert du nalo
qui devra lui rendre ses titr.
rigueur vous agirez dans l msem
le vous aura indiqu6.
Ecrivez-moi sous I'adrmw
vous donnera,--pft. restagl.,
Jo vous serre foitenent Ia
vous 'pie de croire ma p!a
sympatlie.
A. CHLM

Le Gouvernemt1
fiat."OAa ID rrnn ttf


.M A rlinmi, a qui des 10on -~1ni-i t-. 5AW
v6c a Saint-'l'lT nas, en 190;t, j'avais pour lessintietr
reiis le second l double dlu contract --
sigIt" entree .louls I, lei i mai 'lK) pour Le Cabinet au grand complex s' pi
le materiel utl .ielre don't nous avons sent hier A la Chambre des Rapul
arr'tfi le Iimoje de paiement et d'en- oi la seance a dtd ouverte aidi.
voi, est pa.rti le ter Juin courant pour Au nom du Gouvernement M.K,
l'Elurope. II va eusayer de trouver les celin, secretaire d'Etat des Finmei
tonds nidcessaitrs I'achat d'un navire i la population 6prouvde l'eprI'u
et d'uln imatiriel de guerre pour I'or- profonds regrets en meme mtap
gaiiisation dl'une nouvelle expedition timoignage de sympathique
armnie centre le gouvernement qu'il pour sa belle conduite. Puis il
n'a pas su vaincre en janvier 1908. project de loi demandant des
Pour des raisons- qu'il n' estapas nd- vant A Cinq Cent mill gourde
cessaire ide rappeler ici, j'ai roinpu en secourir les sinistres.
visi.re avec lM. Firmini, et il est par- M. Thimoc's Lafontant, an, ir
ti sanls i'avoir remis les dits docu- population de Port-au-Prince dk
ments. En conslquence, vous tes te- le premier depute, remercie le
nu pour avis qlue M1. Firmin n'est ment et principalement le GCal d
Inuni (t'aucun pouvoir de moi, I'auto- Alexis qui a eu I'initiative de ce
iisant A agir en mon non, et encore Puis II propose A Messieurs les
omis *- vous olffl'ir, en garantie du de porter ce chiffre i Un millil U
paic:ueW* tdu dit mut'riel, les litres de amendment est combattu par M.
rent e ulr I'ltit fials:ais qui sont dd- celin qui exp'ique le danger qa'il yd
poses clih. le notaire. Par le mnme A voter un pareil chiffre A un mtalod
courier, j'ai eci it MadameM., a Pa- la crise financiere bat son plein. lAP
ris, qui doit r6clamer ses papers du vtrnement, ajoute-t-il, neveat pslik
notaire, lecontrat 6tant devenu caduc A une nouvelle emission ; c'est P W 4
par son inrxecution Toutefois, il qu'il s'en tient A ce demi-milliojw qi
vous est facultatif de contractor avec lagera bien des infortunes.
NI. Fit niin, s'i tfait au comp'ant avoc L'urgence et le vote imr n i n
vous et dans les mntmes conditions. des par le Gouvernement sont aF
Malis j'ai pour devoir de vous prove- la loi est vote.
nir que, non seulement la situation Le Matin se fair I'organe de Is
politique de M. 'Firmin a prodigieuse- tion sinistree pour remercier e
mert cliang, -depuis le dernier dcliec ment du G6neral Nord Alexki
que son parti a subi aut Gonaives, pas rested insensible A ses malhe
mais il n'inspire plusaucuneconfidnce Prince n'oubliera jamais It
a personnel, son incapacite politique avec laquelle les secours oat
n'etant plus a demontrer -.
En tout cas, je vous conseille de Bonneo R6ompM
voir le commandant P. avant de vous Est promise A qai fera retWro
engager dans aucune venture oh vous reau amiricain et tie table i
pourriez courir le risque d'avoir des coulisses en cedre jaune d(C
ennuis avec le gouvernement haitien l'incendie.
Veuillez, je vous prie, m'accuser S'adresser A M. TaoDooR3
reception de la present et agreer mes
bien sinceres salutations. RonnlLI R6oo
A. CHARM NT. Est promise A cCloi
Saint-Thomas, le 18 Juin 1908, 4o,Rue du Centr chsw
Au Commandant P. Bailly une valise contei3e
de la marine marchande sauntor or protde de de
Au Hvre monte dame r, mootur
dessus on portrait de
( S: int : ) canotier et atres obi"et
France erreur chez Mme Sdp
Mon cher Commandant, trouvait Mr Bailly sa .
Je m'empresse de porter A votre die.


I ______ ___~ __ I __


I


1


Q










Les Sinistres

Voict d'.utreS htl de lp.-opritetaires t'
Foovis dins I a1v Ic de dinmant.hc

Drnad Cacde, Mine Cinev Nico'as M rnL'
A43ses B~lizalre, N'arun.i Gucrrier. Clo-
nU Moraille, MNIill -Ari',to;f11ne Duver-
oo, Die I)eski~iI11ip2 Lanibert, CidcWiSC
;Pico, Tharn ollitace, Hrikiers Du-
p ll, Emilie Chardonlact, Mllne I FUSCCI
tpelre, Phjil0!nI e I. u torest. Clara d'A-
qiil iJeritier, ,Lrloljr ( jcirges, Miic
Veove CamilleI
sibh Dufort. Mill': io Rsquer, XI-
vier Mondesir. ( 2 JIA1',11' I Mine Ar!&'ne
McVs, JuieIC [ )L ,,It)..I 10I bACe I? tterrl~rc,
licEmeliaJo'erv-; II .3 B )uvcrneau, Jo-
spb Archin .AI% it (, -,10'!. Oscar Ris,:tcr.
DrV. Ls. Gl!2e". NLM Ixone Vi-ard ,1
r~iers Rivlre. Ve J* I Mnlc Iic(-
tor Beiubrun. Gil. Me!tll1r 1thii1c. I(oc-
kdo Bizile. (2 rt i 'i i I Iiriticrs 'Vc La-
rochel, Joseph Lai o!\. DorC6, I icriticrs
Th~iismene/ Znimo. Adon inc Fan fa1n. Mtne
Micanor Dieudui,:,c, I Dmne Pedro( )

lice, Antoirlnec 1:1 iK da fLIip' 1
N'1111i Jen I~ iii- All Q\I 11.
Charles, Geor"C' -4~.71clit. XtolCUS'C
Iii. Mile Lsc X :.Awc-.or Samison .i
chelTanis, Mnin L u /CIpIvIvr. \Vc I.i1an-
6YElina NViV"un.I Ji .cl~s:UjC ~
Willinms, Gal, C: CT i S'-Icu i, S~en v-U'
Esziue ;cune, MI;-w Bci it. Min l c-
gte Dsi' e, VC IU. P:P!I-OntIaid, Mine Mar-
cellOs B.-liczaic. I) ni ) h,:-t a .ind,
hiet, Me C, audlu- (JIU1,1ecr, Minc C'au-
Lios Gauthier, L1<'.arna I) ap'cssv. Si~na
wcr Diogene V1111c.,:, iif r \ oit;liit,
U1. DeriscITEi;i
lin, Heriticr1' ra'ii JPierrc, Ser-
fiia VandcmIerC, I:' Ug. I NlAtt11i1eu prC, L
L. Wri (2


RINSEIGNEMi ENTS


obbfie A,-Nr4- t(- i ire

SIIN4~IHE COLLECE St-MAkRNA.


1omtre i cMidi


p ratur eIIII 111 uII

Citl Cair I11.11 i Conu dri i1, 2
d4 woir.
A6 h. orage ct plui
Le blrorn e cst "tationnaire.
R. BALTENWECK


- 4
(4 ..)
I -I
[ i .


Arrivages
C mnaiin est ,ntrd Ie Stearimt Mont-
Svec les passagerssuivants venant de:
G ldve: M. Devieux, Mme Rosette
Albrt Delbrune, Mile Louisina Bri-
St infant, Mme John Leblanc.

otr ssi cc min le steamer
t .ea* 1 avec les passagers suivants ve-
iSton:GAchille Barthe, Thomas Mac-
.' G. James, Russel Knapp.
Charles Ca emitted, Ch. Clau-
H. 'h arding, M le Claire Harding,
ShNany. L. Kcrhler at enfant.


lit r I). S t o!i N I
ii rville, Mni IC (... I Iillot ,11 I I I
1)1!1, BI3Ug II IC I\ \, Nl c C ;I InHc
LL 2 servant~,,,(, orges Blione.
M. M1luus Nicolas

Intnii I puuc ~u'Il a tranr~sI.rc
1) U r--i ru x Ipr. rs.o, iremnent A LI C.d I
JiCi \f~d I'll \ eU-ye Pitrigord en I'l-
II St zlion Cuntrale des Pomipiers.


MAGASINS DE LA METROPOLE

Maison J.iui:s LIVILLE
93 HUIE DU MAG&.SIN DE L'ET&T, 93.
v'ienrent ,ie r~. > oi -ir e.s st- iners FranQais et Am6ricains
it. irtt e.:; i 1 ,1;: i pTrnier fraicheur:


tic.
dcL


13 ~I~jIa 'i As


NloureIles Etranqeres

Derni4res D~p~ches



\ oRk S -La 1.-u L uni e
ont fiit r hit 1-v ncrke pl us Cc :1 .e!



'I p rrc, l
'-i ir. k) & :. -. ii x ',in- 1Ih 'Ll.

a iC r'll~ll, cr i: JWF' Kc)U "
CI~~~~~~ '-p r ti rp;c,,~ ;~ i


len~ 1 ii 11 1C" C lPh~lL 1J.(!": ) rg u'
JC 11,1l1l'C lC TI 1 1),1 )111 S llt U.,: 11 .')l L:, )
11 J'O LcI I C D C n Wt' C h. lt


C i, 'S ,(It (: 1 .

S dti ues Louit.'tr uies
It I~t % I/I\1A I --.1e0 C i t MA \~I A~ i


j2~ thu
4,? I*.


SaiieissmIis de LNmia
Petits Sac*Ssori>' d'u:ieLivro environ


Jambons d6soss6s Beurre Bretel, e ne

l, >-'tIB u l ilu-e i .I t t. ,- det t ab \ l;.,eii tde iN r.- a. nd' \Ltvl ie \tla liqut


Beurre de table de Normandie
I 'll d oI 1'. 1 1 .,1 1


Cigares de


1a IHavane


Pri\ ex4 i ;tow enneel ~ I 4 C i fn1t 3o 1X


Changement d'Adresse
.C'~1r:1~ C~~trcIc I~niui ~I)oct etir ~lr U cilt 4
IUI\A La C i 1.0i~i 11A
I. I
ile IC C JOUrs. CI

ri ip21ril la vie de 1,:u.,t C n.,p,:1, --, 1U s' Re Rue .dii t ,4W !'n 'rdcr
Cciltlt i"i atijourd'h ui darns une t-,ri] .jcU Icr71e1i '
produ t", t ijA nijues. Qua:r r pc:1rsolciiL 0111t fl I/u m,111
A.C~ LUtcLS.


[-.I CA i l'Or t' ,111 c
t (..I V C A L: o 1 a t 1 C u!i I A r r
~t~lj!4)O.'I~fC.,1 .1 G ~ciiA c

cILI C 1 C 1f)T iJ" ot Ii JA c CU, .()I-

111imc r-ir tI.; it e p uL) t1 n.s : cCO 111 1 U 0 P'
ziUl Lr M I' 1 i 1.!II) r(iI C.122 m i pt ) r A! It

1.1 s l dit N Ic I c c i II pr rk : i C I1' ):, t







ai t, di cadi~ssonc: c~c:t~
Ia W1 .c liII K"lc! A 1 ruii i'-M D
l11u 1 liXt. dc 1 C .1 i C7)214 iC 1 11C C (.4f, .


14dl5 Ct L I.Am rUtI p. .1C dh..' l'utcA N I

Ui e IC ill cIIA IIc I \I I X M
Lc St na,1 i rc Ur1.1stL tI c :ciri tr:.1 -'cI









A Vendutlclc-, ') cz
dc flaC loitdui o aI i :12-O :i ulriAS~










ch indist ct lesfakificl i ns dI drmT e
La liru Sit delaNI.n cus p -li (Ii ov
la NI. cl11a n, -U r aden 221 ciI!.02 I



iu tLA-Cl HA1 IIU ie .IruIIcGNE


Al Venture hs.G Bo

Li u prolipif isentan t de W. Bdi.


U GOU(I)ES AIDOLVA).


AVIS
k )F lt I ti-












l~~~a 1ec tJe -1F A C 1euuc
pc r 1 S t M i t(li ive. I





w s vre.jt t Pore t
Onrt eitru er

Le tea1;i'H.t I Me ntl-Bel se
I'('t4)Lll e 9, Coula llt all 13,11111 Ut 11
r'a le imt~me jour A i) fliers tit'.,~
prrCcli e" putil. st-Slaw e tt (sollaiiv es. 11
ievienidra le 12 et paitira, le 13 p~out
Por~t-de-Paixx It3 C~ap, escales e t 10 HA-i

UAGAENT,
F. M. A LTI ERI

On trouvera
L~E MHATINY
a MoHtel-Believue


A-is
Ni ri I t 3 ananin -
J it --m iteh o ltie, Id
l itim i ant t'~tt' I





ill lit 1vto, flue La
Il Ic N -1 (j W 'rr,'.coi- ISt', inirialle- )
PJ)gI--au -111; ute. le 8 JuilLet 1VNIS'



fIt .1 i& iliivt-[CIli 1't dA,.Idoeell aig'elit
I lout, o",.2 ti- 1tiAFtIM, e le
twit 1111.-->-i liCIC ji lwe Ii 'a

Ohl, -i t I icw i im itii.

Avis iflmpiitdant
.ld ic, c!;I


U A U; 1 K I '. lieC IIC ~CttII led
1:1211 1 1..ht-., ,twr~A) i, 1tunie alie tdc
lU~I c: 2 c c:u uic~ ..oitll.Aflt noIzIr n;enru
tiotanitrnent
li'rc'. dc l/.I ,kC0 id'6cono-
!!Ic puO. 21 uC, :1.1r pour Ia majeure
jirt1L C JiC litiai:c. A 1.
p1)loliictd..AU,I Uric reCorIFrcase Aux par-
Iu Icr) 1i q i niC iedrLit Iles offrir et qui
.Oudront le a tcnlr ct Iui enl donner Avis.
Dcmcure, Avenue Magloire Arnbrois,
Nu 8S, derriere L'Exposition.

Changeiiment d'Adresse

Les soumigntS' s t I'ti-naeur d'avi-
ser le public et leurs clients qu'ils
viennerit de transferer l'atelier d'd-
b~nisteii, a LE PIROG(;HI::Sm du numd-
ro 1116, au Nil 1312 de la mime rue,
aticiennie muison A DE MAITEIS &C*
La maison informe aussi qu'elle a
I)Lsoin de boris ouvriers dbdaistes.
Pot t-au-PNince, .3OJuin 19W.
MARTINO & FERRAkI


U L


I I ItI I, I I I I I t 1 1 1


I








Q[ iPiciF I


: 0. T


S. 5


Ij




(Cordovjriere Notivell.

Q. B. PETOI&
14 3, (" l) A T D' F f T 143


~2~itci ~r, o Ke d e 3
C!I.1rlamandt- ; ?'.!C rlXF~I
F3 L I 1- 4I n
4 1 iitus'm I.,. toI 1 4 I1



d 'ui I I I i'' Is.'!

Pour ih'zusiur.-.; JL ,u'


Photographic
Artistique

.1. If I)l I:,l SSY
120. Hti dii '7 nL:: 120








S t t i 'tli I I.











:elle qui don' e to meillour paiu.
Qui product le plus de pain.
Qui donned to paiu le plus blaue et
le plus 16ger,
C('est la Pillsbury's Best de la
PillItury Washburn Flour Mils Co, --

Elira CASTElAk. Reprisentant.
LAP MASON

itlGRANDE 1i.I I' ALE A LOU, i i
146, Rue R6pubc aine, 146
SADuidonSS lo paiu e CAT ls FO auc et
le plus legor,
C'est la Pillsbury's Best de la
|'iilsbary Washburn Flour Mils Co,--
Miabieapolis Minn.

LA Mt-AISON

GRAND HALE A. LOUI+:
146, Rue RHpubltcaine, 146.
S'AnDRssR A M' CATINAT FOUCIIARD.


rn p
-juT


tc* d s-
* .-.- 1iLL'.~ 2 .




*~m. chiaussures,

i !av9ente


*~. '4)V tNFANTS


:l I~.. : Fortrb .. 23~u 48

''; ~:~ -r~~:: s VAITI)


.4t deroll inerf en!i
F A R'I: )N D f C 11 4 U S S U U RES

A bD. F'ERRI3ARII
''Oi
LtU ,






I':11 V 1 :1


4' .iI bl. lifnB ll.
N r d I zi



1)1 r II cI I oI t- C
1de c1-v ussures



LII ..-1 ') i1Iittu C1 ft (10 :tiLIS
flomile.,et efants,,
confectmI1it cUI) ave c dcs nai a -I tu x
de pI'mi11c 1hi x.
L~a 111,tl -;oi s'occ u a Ui M-ide ft lilt s
soi tc de r ti-pauations.
'-: TA I T P


A Vendre
A L.X LIIIAIRTE DU i MATIN u
A u p)rix (1 itne (/u rfe
C-)N SVlLS AUX Mlf]RES
Par le Docteur HYSON


W.Jsno F. "WAITNIES.
I h -%N, 1) 1

~ ; : i

1 ) So ,Philan-
~ 2 : 'S~rSde. Paris




w f :. ep iqu6 de


A- njair et


A U ELLGAINCt
CORD 0 N NPR fE
E~iJE; uFP
.42, RLI c k ru'v
(:HA 'SUi~~'SEN Di- 1-'"TY(WR L.' lA VEN 'FF

PI.-wiptllide et III WX c lirl'ti
L ciC alth It I Ell

I(t:1 le o, 1l I st ;Iili& Ct ttti IC a-



Trav; i1 solicie exS':'u-vc-C-
1 s e 7 1 x d )p- ,nil.r n 1 I3 rqU,
A.-s,1urance dfe v!aild I' ib h-Z.


Arrive par
le dernier


steamer


Chalpe:" ui A




PAILLY DE F'D;J2-f!:





%i JAD-f: TES'TAR.. qlii .' Ut
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRAHD
L~VL i *'` de Cuilvre du Lc:''.re
*:~ !. 51 et po t3uLr S
-tB r I:i 3


TANNERIE CONTiNENTALE
DE

Port-au-Prince

.'PA.:!T" -0,00 I'P AUX PAR JOUR


P::.PARAT~lO D-5 PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEUIS.
Vente des chaussures : (-vreau-glace. Verni et coo
1-urs, pour Hornrnos. D imes et Enfants.
( Il t:'rov'.. i:, A.\-rT Qt'E ET I..AC )

En g!ros et .,n daliil pIotr loute la lepubhlqu.



H ii BELLEVUE

Place du Champs-de-Mars
PO) r-AU-PRINCE (HAITI)
M : II rmnince ALFRED, directrice
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS. .
Installation modern- et comfortable. Vuesur la mer. --Te.
oi-a eit rjgulikve. L s Tramways desserient I'HSJel-Belleuue toutI t
iBRORItTi SIPACIEUSE, S'OUVRA.NT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Snalle de reception. -Piano.-G- amophone.
Sonneries flectrique- .


Table 41"'lRot''


tia sles four*, do widl 4 t heurelo
do 7 4 8 hw.' dU m ,


r ~ -


'Ft ..
I rP r


- I '' I I I -r II


mums~,


, -- Z__ -


S-t


Mac'Nish's Kola
DE KINGSTON
En vcnte
Chez Catinal Fouchard
:Fue du Ce stre

l1 n liomme
extraordinairel...

Tout le Inonile a entendu parlerdi
pouvoir miraculeux des grands m.
,.iUtisCurs, lien que, jusqa'ici, a.
Cun liomme de la cdltbrit6 de
Federico Garcia,
(rai \ I.A.\MorTT SAGE, Rochester. New-Tlt,
ii,' se soit ot'rt pour permettre
!oIus de mettre ses talents A I'dpr,
ve M. Garcia 6tonnd6 lu sceplidi
Im' mii:;iftstO par taunt d s's(t d'-clarn' pu't ~' mettre A Ia di*
l,'(-liti~n d o tous son savoir et SOe
IOuvoir inetveilleux et presque or
tiuitaia n.
A\\'ve'-v'ous besoin de la clairvoynace
,l'iin 're ui a dounn des centaina
dte In' i ves de ses pouvoirs mirac
Il'ex \vonilez-vous r us-sir dans la vi& ;
v'.u/z vous conniit r les secrets
ruIx (Iiqi vous haissent, les pil
que vous devez tviter, les remnd
tqui gui~ i. sent vos raux, adresu
voUs au Professemu (arcia, GrauI
IBuie N 10. 1


I