<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00369
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 27, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00369

Full Text




Deuzibme Annde, No 373.


PORT-AU-PRINEI: ( hAlTI )


Samedi, 27 Juin 1908


- -- I r ~- U


CI-


J


OUOTIDIENr
.Din~ ~~'A-Aft


ABONNEMENTS:


PORT-AU-PRINCE UN Mois.

DIPARTEMENTS TROIS Mois.

TRANGER....... TROIS Mois.


. G. 1.

. 3.60

. 6.


43,nU NIST 43C k'j).


LE NUWiI:J 1 0 CENTIMES

Les abcnnrmem:m..in partcnt du 1.r et du 15 de chaque
.i'is et sont payables d'avance
Le> m malj( i its instr~'s ou non ne seront pas rendum


Poor tout ce qui concern l'Administration du Jour .:


II -r ~ rI-I rr


Ce i e1 plleclie Ml. Q


Tout compete fait, nous ne croyons
pl ncessaire de harder M. Sylvain
top loogtemps pour lui mettre sous
layeu la monographie de la f.mille
ilaienne, don't nous avons fait la pro-
asM hier; cette 'ache nous Fren-
rit eoco:e trois ou quatre numerous
at ous avons hAte de finir avec le
tades erreurs accumuides dans
0frois coonnes et demie de o Hai-
ti sole et litteraire. v
Toutefois, nous nous en voudrions
biprie nos Ik teurs de I'expos6 des
Eclauions positives present6es sur
Ire compete par la Science socialsk
&Ma une sbrie prochaine d'articles
nous relierons sous forme de
teUion A notre s6rie actuelle:
wiquoi noire campagne anglo-saxon-
$, nous projetons de donner toute
"iaclion en indiquant le mat don't
grent nos families et resume par
dence sociale sous le norn lumi-
d'insitibilitM, et en indiquant, en
temps, les seuls modes de re-
ent efficaces et salutaires
renDOns A M. Sylvain et A ses er
%ro. Et, pour cela, ma foi, nous
*.ODs qu'a lire la suite de son 61ri-
taon: autant de propositions, au-
d'erreurs.
A bien comprendre, dit-il, la na-
lde celle solution ( solution de
M ProblBme social ) tell qu'on
( or a Pr6sent6e, elle serait surtout
odre icOnomique, puisqu'elle est
dUiaonnfe uniquement ou a tres
i prs p, la loi du travail. Or,
4 DePly, le mattre de Tourville et
molihns, a mis en relief toute
U rtaice de la question du travail
iola vie des socideta, il se serait
Suatre la pr6tention d'y subor-
d'veloppement des forces
L. syi* 9t orals. D
9 1 in que nous avons vu dis-
Vr ioureusement, quoique A
Sstr mdthode d'observasion
S ar L e Play, oublie bien vite
I o de depart: autrement ii
S- produit la pens6e que nous
Slire et ui sent a cent
Oode de raisonnement


r l in -T t a la c 'ci .. et s-ilbtituant tions de Ie Play A l'1gard de la ques-
jjIlx iistins t- pour diriingcr la vie. 'tiio di travail, que presque touted
e ore Sylvain U1 I! tst bienr entendu quie nous ne s:es etnquites, pour ne pas dire toutes,
lprscntons pas cette conception de ot tm fa ite; dans lea milieux ou-
-- I., p'lav coinmie realisant toute la f)r- 'riers (1) On lui a m'me fait le reoro-
.i1i d salut social ; car, dit M. Bou- 'lhe d'avoir, dans les debuts de I'ap-
apriorisliqlue des latinisants. Le Play clii t do Belle, il st vident lqu'ue p ication de sa inmthode, faith tenirtou-
n'a pas cieorvlIj' dans sa tote. pir a nalition df l it nlie ft action ilnnportante te la question social dans le bud-
priori, une formula sociilo dans l1- IIouirrait du faim setait tatalneiit got domestique des families ouvrieres.
quelled ii se serait prooccup, 'It rini- e,; proi ltoutps les sotrwilances et A Apres cela, il est facile de fire voir
get en position plus oi inonl 1 s !,iv- t,,s les dusordres. Et ii eni serait de .31. Sylvain que les considerations
rable les forces inle!locta les ot ino- mneine d'un pays, si rici I fut-il, ou d'ordre economique ne sont, & nos
rales. II tait avant tout observateur et, nul n'aur;iit soui' de la vie, de la liber- veux, que des argumentations nouvel-
comrne hlomme de science, ii ni'a\vit 15, de la propri~tM de son sembla- les en faveur de la supriorite social
nul intdertt.. controuver los tait-, oh- Ile. anglo-,axonne ; si la question social
serves pour a '"* sa conception r i4tait d'ordre economique, c'est asx
serSparticuli .re.p ,.. sa concetion Notre but est de signaler simple- 4conomistes qu'il faudrait on deman-
particuliRere. mnent l'erreur tombe onomistes quil faudrait en deman-
Or, il a observe que les fore.-s i. tel- Sl ei l eurs.u'i ,'qAl tombe '. ', ier la solution et non A une science
lctuelles ou les forces mon ales, Ir'sQc.- lva yt oS r dq, oi du y speciale, laquelle d'ailleurs relive en
en elles momes, n'tlaient paTL sufi- taval. .,e en c u llitaic u en des points les erreurs r6pan-
santtes pour as- Curer la pros. rit c- tr'vi. lar -te rpor ue dues par I'conomie politique.
ciale : en dehors d'ells il v des air t .t n e que E:t puis, on dirait que M. Sylvain ne
ces sociales. e Si la p uissarvi inte~de-c-. t ait dcouler du IIravail que des efets
tuelle resumait en e!la.iJule 1,ies o I Lt.. Svl-ain a dit 11uelque p' onomiquesd
Line fa' urue ta;id
editions de proptrihf- nwition iK, li ,q ae Ijhrrinle TilMdu a Sylvain a dit quelque part, dans
iFrancs e raie la nation du one. la le h a p'otite dis ertation sociologique,
rianceii e et de It 6ldmoralisation prof'onn I
plus prospbre ; iWl n'en est corts p d. D'acor i qu'et-ce, dans lu'11 ne vovait comment rattacher no-
plus o e ; ii n'erl inais q't-ce, das t campagine A la doctrine de Le
atnsi, n'en d-plaise "A M. Sylvaii, Si la pese de Le P:av, qi constitute y t au l do mins de
c'at la isanctt ft l.iade brilliant I Svlvain et aux idls de Iemolins. Pour
crter cote prospiIto, ce'!o ci -ri. ., s p"ret nois I ilire. (pen- iqli connaft les id- s de Demolins
inconltetablelnent a'apa o l ,': i sle dire.ven telles qu'elles sont r6pandues dans
inconte ble edtt l'apa ,, t~, ii Iicl et i 'iC0H 1 en tS)ii d'ii ite ter S lives, a iense de M. Sylvan s
pulations du (centre asiati l:e of I' i as st-livres la pensie de M. Sylvain se
vre de tradition noraYo e.t perp6d el- )u.u"' ciaiit titn' pas tron- condamne d'elle-meme.
element assuree par I'autorit patliar- ,r I. citation et A nous donn-. tout En ce qui concern les relations de
S+ it! i ;tt.tgra de 31 Bdu 'hid
cale, forte elle-marnre di tout le caIlte de l ,lc parge 4- le voici Bnotre champagne avec la doctrine ,
voud A la maoire des anc)tres. v de Le Play, il nous suffira de rappe-
Svout er a mdnoise deus ricetiesi.,
L'erreur des faiseurs de svs.me, S. i L.0 P,; coni.idre !a loi morale ler a notre tcrivain qu'il n'y a pas
6crit M. BouchiO de Belle que M. Syl- tM le pain quoti lien corninm les be- de mortel- lui seul except, bien en-
vain aurait pu consulter A la la pagt' : soinis essitiels de 'liumanit6, il n'a tendu- qui ne soit sujet A l'erreur.
,le son fascicule. coisiste.... a a at!i- jatnais contestE qu'il Wn'y i etit d'au- C'est ainsi que L Play, observant les
baer A la satisfaction d'un l,) soin tres et don't la possession n: ffit dd- -ocietes anglo-saxonnes A I'aide de
special u'e importance exclusive, ) sirabl. II n'a jamais nii les avantages son incomplete instrument d'analyse,
que ce b2soia soit d'ordre moral, du progris industrial, de la richesse, avail pu predire a la decadence pro-
qu'il soit d'ordre intelleotuel. Le'de la science et des arts. II n'en a chaine de I'Angleterre e et juger
Play, continue l'ecrivain, dcouvrit que b'atun que les abus. Et il y a abus, tres faussement les Etats-Unis d'Am6-
ies besoins essentiels de l'humanit6 selon lui, lorsqae la satitfaetion de ses rique *, parlant A plusieurs reprises
sont au iombre de deux seulement et besoins secoinaires n'ewt obtenue qae de la c decadence morale de l'Union .
des plus simples. Le premier est 1'en- par le sacrifice d.s btsoinp primor- A 'Exposition de Londres en 1851, il
semble des inoyens de subsistanc" ne- diaux. a disait des AmBricains: c Leur pau-
cessaires A la vie journalibre de I'in- Pour clore ca point de vue par une I vrete ou plutot leur nullitd se fait d'au-
dividu ; en d'autres terms, son p tin consideration des choses haitiennes,, tant plus remarquer qu'ils avaient de-
quotidien. a Le Play elit certainement deplore de I mand6 une place immense qui rest
Que pretend alors M. Svlvain ? voir les forces inte'lectuelles re-i inoccupee, et que par derision, les
N'est-ce pas IA la question du travail vendiquer, chez nous, la pr6tention Anglais appellent les prairies amdri-
mise au premier pl in ? de d6passer en importance et en uti- canes s.
SLe second, aussi imprrieux, quoi-'lit6 les travaux manuels et les sugges- .9ependant, dans son ouvrage, la
que d'ordre tout different, edt la sou- tion du pain quotidien. (1) Les ouvrages principal de Le Play
mission A une loi morale, c'est-i-dire II n'est as inutile d'ajouter, pour sona les OLVRIEuRS PL'OPtiNS et 1s OUVRI aR
A un ensemble de preceptes, s'impo- fixer M. Sylvan sur les prdoccupa- des Dlzu-Moxwss


I -- -------~I I;-_ _J- I _I I I -~


C


~;`t- e rssr h u Ar~ T S T '1,- 0 IR Roax o Bonne-Foi.






Constitution de I Arnjleterre, In pire de
la Science Sociale a parl6 tres avar.-
tageusement de la formation sup6rieu-
re que le jeune Anglais recoit datns
sa famille
D'ailleurs, il serait pour Ie moment
oi eux de chercher plus amplement A
justifier notre campagiie aux yeux de
de M. Georges Svlvain. Nous risque-
rious de lui parlor un ladngagi qu'il
u'est pas suflisam.inenjt ,priJ)ard A en-
tendre Voil quo, darns trois t nisdra-
btes colonnes d sa revuie, noua avons
relev6 A foison de.s ci' erurs de toutes
sortes: di doctrine, interpretationn,
voile iuei o di lanigag-.Nous j tons un
d ruler coup-d'teil sur ion article et
nous y voyons M. de Tourville d6oom-
mJ le chef de I IEol: de la paix so-
ciale, aprbs la mort de Le Plays.
Qu'est ce que cola veut dire ?
Et tout cela, parce que M. Sylvain,
dani la pensee LAt'ive de nous coin-
battrd, est all6 piiser deS citations
tort et a travers dans id t volume de
science social qui n'a d 'autre preten-
tion que d'offrir aux dedutants un as-
pect egn6ral de cette science.
Eb
Savez-vous I'ellet quo jouent les
leillres appliquees au cheval de trait ?
Elles empechent I'animal de voir tout
prLe de lui en le rendant, au contral-
re, habile a voir vingt, m~tres plus
loin.
Eh bion, M. Georges Sylvain a des
oeillbres: I'amplitude de ses cont ais-
sance4 intellectuellefs lui permet do
voir Ires loin devant lui, mais I'em-
peche d'apercevoir tres pre'!. Cepen-
dant trs pres,il y a, entire autres, une
verit6 bien simple qu'il pourrait voir
s'il n'avait pas d'oeilcre: c'est que
pour savoir une chose, il faut I'avoir
apprise.





RENSEI GNMENTS
MtTETOROLOGIQU ES

O bse rvast oire
DU
SIINAtIRE COLLEGE St-MARTIAL

VkSnDRkD 26 JuI
Raruomtre i midi 763, 6"'
minimum 23.
Teonp ratiire maximum 34. 4-
moyenine diurne 27. 9
Ciel clair le martin, covert dans l'apres-
midi, clair a 9 h. du soir.
Orange et pluie au S\V vers 2 h ; au NW
a 5 h. Eclairs a I'ouest dans Ia soir.e.
Le barom6tre est en hausse.
Agitation sismique dans I'apres-midi
jusqu'l 9 h. du soir.
Eclipse de Soleil
Nous rappelons aux lecteurs que domain p
dimanche 28 Juin, aura 1 Port-au-Prince C
one eclipse partielle de soleil. r
Commencement 9 h. 28" 26', du ma-
tin. d
Phase maximum it h. 14" 19' du ma-
tin. c
Fin de I'clipse t h. 12n' 27' du soir.
La grandeur de l'&clipse est o,6r8.
La lone entire par le board supdrieur A v
8*46' i gauche du somnet do soleil, e n
sort par le bord su.prieur i 4934'A droite i
do sommet do soleil. c
R. BALTBNWBCK p


La St-Jean Baptiste en Log
Les deux Loges de I'Orient de Port-ax
Prince L'Amitie des FF.'. rcunis No ter
ct *I'Etoile d'Haiti, No 5,, ont celeb
la fete de leur bienheureux patron St-leai
de Jrusalem. La so!cnniti a et6 part
culibrement imposante 3 tl'Etoile d'Haiti.
Le F.'. Cldment Ph. Nau, Olu Ven6rabl
a edt install et sacred ce jour au milieu d
l'enthousiaeme general.- La fte annon.
cee A midi par Ie canon, prcnait a chaqu
instant un carac:tre de grandeur.
Vers les 3 Ihures, les iravaux s'ouvraien
sous la prdsidcnce du F.'. Rimpy.- L
fanfare, compose de deux corps de mu
sique rehaussait l'clat de !a creidmonie
ainsi que le canon qui, par intervalle re
guliere, menlait sa grosse et formidable
voix A I'dcho bruyant de la fate.- Apre
le sacre, le Vei.'. Nau, daus un discour:
ou il rusune le programme des espran-
ces qu'il fonde sur l'avenir de 1 Ordre et It
bien-~tre particulier de l'Atelier, a enlevt
les applaudiscenitns de I'Assetnblde.
La fct:e prit tin asscz tard au milieu de.
rejouissanccs dtc tou> leis tna:ns.
Api', a j oie et la t1 e des vivants, ii
fallait center aux fi. d&edds. C'tst ainsi
que, hier aprcs-midi, un Rit fuceraire comn
m6morait le souvenir dts chers ff.'. dispa-
rus.
Apres la cereinonie des parfums, l'hon-
neur est revenue au f.. Clement Magloire
de rappeler le bon souvenir de ceux qui
tne sicgent plus parmi nous. Par une ma-
gnitique apotheose, il retrace, a grands
traits, le divouement a 1'Institution des
anciens et par une heureuse transition,
fait ressortir la sublimitc de notre Sociiti.
II de-rande d'envoyer notre encens et nos
flturs A ceux qui ne sont plus de ce mon-
de, car leur ame sera satisfaite de voir
notre pensde s'envoler vers eux. Avec
un accent 6enu,l'orateur ,arle du T.'. C.-.
F.*. Chrysostome Francois, le plus recent
disparu en date. Sa vie. toute de fran-
chi-e ct d'abnigation a eie analysde avec
une vritc s;.isa~ cr;piar une conside-
ratio t^ii.rale, le, Magloire convie
tous les it.c 'a r'inir da. s une communion
d'ides, afin que t.'ir so, -enir ne dispa-
raisse jamais dans le caour ,de ceux qui,
un jour doivent aller les rdjoindre. Dans un
rccucillment profound, la c6ermonie du
rit prit fin tt chacun se retire avec une
bonne impression.
UN 33"
Echos d'Aquin
Monsieur Thdard David, qui se pique
d'une importance don't la trace ne peut-
Ltre trouv6e nulle part, aurait di se gar-
der pour que personnel ne vienne lui par-
ler de ses mdfaits et lui dire son fait. Ce
Monsieur a trop de charges A son compete
pour penser un seul instant qu'il est en
droit de medirc sur le compete de ceux-l1
qui ne lui ressemblent en aucune maniere;
oub!ie-t-il dans quelle condition avait-il
occupy les diverse functions qu'il a indu-
nent traversees? Faut-il que je lui en fasse
souvenir.
A force de bassesses, de courbettes, de
platitude et d'adulation, taites de pieds de
;rue; tout en lechant la poussiere des
,ieds d'un personnage qui fut depute et
:ommandant d'Arrondissement, ii etait ar-
iv6e le tromper. Loin de lui conserver
ne grande reconnaissance, ii n'a pas mal
lit dinsanit6s sur sa personnel. Aujour-
l'hui, il fait one revue des affairs d'A-
luin qui ne le regardent nullement, car
:e monsieur n'est d'aucune valeur morale
-ouvant donner son conseil dans aucune
Icliberation, sinon que pour la mal-
eillance;- il est denu6 ds son bon Juge-
ncet.- II parole avec une ampleur insigni-
iante des operations de la douane ou il
onvoite une fonction, afin de se rattra-
er la premiere fortune perdue; ii no


compete pour y arriver que sur un person- droit au fond, que i'avis dul ury
nage A tire qui fut son h6te. Ne sesouv*en- de Port-au-Prince, sera sollic itl p
t-il pas qu'au bureau de pavement et A la ties sur la note d'honoraires pr.sent.
douane, come contrrleur oh si I'on le Dr Daniel Domond, i la dame
cherche A verifier des registres de 189o A Liautaud, laquelle est contestie w!.
1896; on trouvera la trace de ses cinq dernitre pour I'avis obtenu et rapporCtJ
doigis maculant A jamais la caissede l'Etat? par les parties conclu et par le Tribl
Ne se rappelle-t-il pas la vente A la crite status ce qu'il appartiendra, reserve les
publique des marchandises arrives sur le pens.
voilier francais *Ange!e* de i888 !... Ex- Puis le siege est !evt.
cellent Neptuoe 6tait un t6moin !.. RevLe du march
Avec les recirs de son neveu rvClaneve du rch
ses criminals sacrifices, Aquin avait pensc Depuis nos avis de la semaine deri,
qu'il se bornerait dans toute sa petite per- la situation de la place ne s'est gure,.
sonne et ns pas jeter sa bave immnonde sur lior'e. Les haussiers cnt eu gain de a
Its gens qui n'ont pis un dossier aussi et ont pu taire quelques ptitts tkif
bien rempli que lui. pour mentir sur Icur 695/690 o0/. Is maintiennent ces is
compete. tout en forgeant des m&chancetis mais sans acheteurs. Des fonds arrive
qu'il d6bite A tout venant. Maintenant il Province pour #tr, convertis en orow
est bien connu mnine par ceux 11 qu'il se encore en coffre-fort attendant la baie.
fiisiit le malin plaiir de chapter pour les! Le march a CtC lord pour les trai
m eux &oufftr. sur France qui se maintiennent 12 1/21i
Monsieur, apprenez que tout l'honneur ,/4 et 3 0/0, suivant valeur et siat.
don't vous faitts parade ne revient qu'A St- Des signatures de Province ont t
Louis David Fl.l qui. par son acte d'adop cies a 1/2 o0'o
tion, s'il ctait dans un piys regulier, su- It Chques sur 'Nut York sent i i /.
birait le bagne pour avoir commis un et les Ch.ques sur Paris sont 4, A i/?.
faux materiel. Contentez-vous .e ce petit La biaisse du Cacao s'accentue touio .
r fois. Nous attendons de pieds tfrmesr on est s 65/66. aaissant.- nde sur eil-
A i.u- b:n entendeur salut! lance sur quality des denres exaidi
s'i mpose.


EMITPES Le Caj/ est A Frs 41.
Tribuual Civil Port-au-Prince, le 27 Juin 1908.
Audience cirile extraordinaire du vendre- i
di 26 Inin 1908 rrivage
Le Tribunal prend siege sous la prbsi- Hier est entree le steamer i PrinsMa
dence duJuge-Doyen D. Maignan. assisted rits avec !es passagers suivant venantsd:
de Mr Innocent Michel Pierre, Commis New-York.- L. Kampmneyer. M. a
saire du Gouvernement. Mme. R. Kesler.
Jugement rendu St-Marc.- Senateur Andrt Guilluae,
Celui qui declare bonne et valuable la R. Cazeau, Andre Fleurimond. Mnmel
saisie-arrtt pratiqude au Bureau general de Dalencourt, Mile. Alice Dalecourt, M.
la Recette et de la d6pense et du Payeur et me Emile Lavelanet, Albert Mael
du Department des finances sur le sieur iy, Lucie lart, Mme Micae JaseM.
Victor Dd rose, -, ,g d vingt-cinq et Mme. Edouard Labrousse ct amt,
Avril mil neuf cent huit, en consequence, j Alice Mucci. Angeline Philippi, A. Ee-
ordonne que les sommes don't le bureau ran. Joseph Fontin, Dpputi K6nol, Anoi.
g6n-al de la Recette et de la Depense et ne Barret. Mme. Mercie Rossignole, Fsci
le pay. ir du Departement des finances se Pierre, Chimcne Isidore, Joseph Hip
reconna.-ontou seront jug6s dbbiteurs, se- Horacius Victorin, Mile Antoinette
ront par e x verses entire les mains des Mme. Murat et enfant, Mme. D0d4
sicurs C. Ly. Hall en deduction jusqu'A Mondestine Eveillard, N. Paul L
concurrence dla some de mil quatre Pendlope Laforest, Mile. Anne FerteJ
cent vingt-six do. rs soixante centimes t tin Alexandre, M=- V Volcy ChauY
celle de cent quatre-vingt douze gourdes Ulysse Charles, Olive Joseph.
quarante centimes monnaie national etc.
Affaire entendue Lois et Actes
1 B. Larrieux contre Dominico Bom- Nous apprenons avec plaisir que lek
bace. cond volume des Lois et Attes de oa
Affaires Cvoqudes et don't les continua- ami M' Claudius Ganthier sera mnis coa
tions sont renvoydes. culation A partir du an juillet prochMi.
20 Defaut rabattu : Edmonde Bobo et Cette nouvelle rejouira tous cenQu
apres 6changement de trois jeux de con- par la nature de lenrs functions rewCos.
clusions sur la demand de Me Mathon sent la haute utility de l'importantnfW
elle a 6et renvoyee a quinzaine. de Me Ganthier, A qui nous reno0o
3 Les consorts Geffrard centre la dai routes nos felicitations.


me H. Price. ( continuation renvoyee A
une autre audience ).
40 Le Tribunal entend les observations
produites par M* Delatour pour A. Gustave
et Me Leger Cauvin pour Mme Vve Ca-
mille Jeanniton, aux fins de rabattre un
default pris par Me LAger Cauvin centre
son client. Le Tribunal apres avoir entendu
le Commissaire du Gouvernement decide
ou'il y a lieu de rabattre le defaut et or-
donne aux parties de poser leurs conclu-
sions. Me Lgrer Cauvin a decid qu'il ne
peut pas plaider ce martin et obtient le ren-
voi de cette affaire A une autre audience. Le
Tribunal faith droit i la demand de Me
Leger Cauvin, vu I'acquiessement de Me
Delatour.
Sous la Presidence du juge-Doyen Jan-
vier, a rendu le jugement suivant :
Celui qui rejette la fin de non-recevoir
soulev6e par la dame Euagnie Liautaud
come mal fondde ordonne avant fairel


D6ces
Nous apprenons la mort de ~.C0 a'io
na Jacques Lararre, Veuve Crsspiiwl Chi0
pin, d6cdde cc martin.
L'enterrement aura lieu aujourd'hoi
heures de I'apresmidi en I Eglise
Anne.
Nos condoldances.
Asile FranQais
Messieurs les membres de Is Soci'w
caise de Secours Motoels et de Bi
ce et leurs Amilles, sont priC d at
la mess de aRequiem qui es dra
di prachaiu 19 uiS AuSr grl S d1
PrlacIss DU MATMW, c a *IScbAll, c.
le, A la m6moire des Mainir fs
dis dans l'Btablisseoent.
Port-au-Priuce, le S JoS ao .
Lf rWa F. C








Histoire d'Haiti
RAPPORT AUG. SCOTT
5 1bM1ioriti des ~coles d'Haiti, on
W pas d'Haiti. Telle est la conclu-
r dcolccrtante de I'entrefilet du a Nou-
ia IA propose du magistral rapport de
S tguste Scott, inspectear des ecoles de
(i5ocscription de LUog-ne, sur l'cnsei-
e t de l'istoire et de la Giographie
Monsieur Scott a dit vrai en signalant
augacune qui est un danger national;
t kts autrts inspectteui, en faisaient au-
ao, tOU cons aterions ave: peine que ce
,s pas sculement dats les itablissements
tcoiecirconscription que l''6eve de la
dose suplrieure r6pond naivement ue
%Achaldonosor fut parmi les Cac quesd a-i-
i: pM tl Cap-Haien, cest le Chef-lieu du
atutmm t de l .ArtI'lmit'.
oossoinmes persuade qu'ailleurs, les
p.cteun n en entndraient de plus fort et
'v.C lai mame d inevolture, I'dtcvc ques-
uoand repor.drait, par cxcmp!c, que la
Ctd-'Pierrot st situ&- dans les hauteurs
SFort-ljcques, Ia Butt, de' V'rtiires i L.o-
gite, la Citadtclle Laft rricre, dans les mor-
w iu Cibao, donnant ainsi une preuve pa-
We de son ignorance de la topographic
alitax historiques tdmoins dcss entrepri
s ubrdies de nc p irts.
Ctpecdant, i.ous nc manquonx pas.
comme la tort judicieustimint fait re ar-
qier le Nouvciiis:c a, de prdcis d'his-
siaect de Gdographie tres inttressints.
Toojoursest il qu'il semble que Its tldmients
kcesdeux maIicres si importantes, sur-
Imtpourun jeunic people, laissent nos
iMitocurs dc la pr v uce complktement
Wetrnts.
PFrquoi cet Ctat d'iine chcz ceux ap-
pU enoseigner les hauts fits de nos
am ppur arriver A l'ind6pendancc ? Faut-
Is'iyrendre A Itur incurie '
.Caqwtions poses, nous joignons no
at oi celle de Mr Auguste Scott pour
.rl IDlpartemcnt de 1'lnstruction Pu-
i, de donner une solution satisfaisante
I t trooblant problime, en dem ndant
iamDnnt aux autrcs Inspecteurs de la
iabilique un rapport sur les mnmes ma-
Iism.
lppeons-nous que Ie manque de con-
Moc s giographiques et topographiques
ail'un des tacteurs des de6astres de la
Im een 1870.
loculquons done a nos enfants par tous
moyens possibles, 1'amour de 1'histoire
de la giographie de notre Pays; la pas-
desancatres qui combattiront sans s'in-
si cela leur profiterait aeux memes;
,osrurrent en consolidant par des me-
tsages et pr6voyantes, 1 Independance
Sh Rcpublique.
"courageons fortenant tout ce qui a
i I'tltde de notre histoire; faisoas que
71ionormie mrnme de nos ancatres se
W as la mnmnoi e de nos 6eles- ma-
ikment en placant leurs portraits sur
4L ccs publiques, da -s nos ecoles et aus-
t le lives classiques A leur usage.
cucllahnt les fruits de luttes hdroiques
o_ P1tra, b1nissons-les en les popula-
att ravaillons de tell sore que nous
t b6nis a notre tour par les genrna-
l ftUfs A qui nous urions appris la
I .ons pas surtout que M'Histoire
.doit tre enseign6e que par des
,- : outile de dire le pourquoi.
HArreum.

A Vendre
h Pa. et joli piano de concert ,
,5~OrIses pour cause de depart.
P r sans retard an No 91,
?opIe.
I'e ocaion I


o' novelles Etraiigeres

Derni6res D6p6ohes

PARIS 25 Par 128 voix centre 125 le
senat a vote cet apres-midi I'urgence pour
la nise en discussion do project de loi re-
latif a-i rachat du cbemin de fer de l'ouest;
il a ensuite adopt par i z voix centre I 16
le premier paragraph de ce project de loi.
La victoice du government a &t suivie
d'un discourse de Mr Cidmenceau qui a dd-
clard que le rachat du reseau de l'ouest
itait une des reformes essentielles comn-
prises dans le 'programme du gouverne-
ment; il a terming son discours en deman-
dant le vote d'un ordre du jour de con-
fiance.
PARIs 2). I a commission ,de< rtformes
ind;c;iireq de 1i Chambre des ddnutth,
decide & niourd'hni de prsenter tine mn-
tion en f-venr dlu ma-inrien de la peine de
mnrt en Fr.inc- et retirant l'anntii prtc&-
demmpnt rP'r*5d i i nrnier de loi du r'on-
ve rnment rnir l'iholition de cette peine.
T-\'r'-; ?.-- On rnpnrrte onp Monla';-
Ifi6.1. Io nrttendant a-n trcine lu Maroc, a
Sttt nrrc'-'mA sn tan a Mo Ne(dor.
NFW-YORK 26 Les nbhCieie trcs im-
,res;nnnantes de l'ex-Pr Cleveland nnt en lieu auiourd'hni
I.A.no ( Texas ).- Deux cents hom-
mes 'rmts attaqu&rent et capturbrent hier
a v;lle de Viexca etat de Coahuila ( Mexi-
qne ) trois nersonnes fut tures et plusienrs
iaites blesses.
Trois trains charges de troupes ont quit-
t6 exicoM se rendant & iesca.
BOMBAY 26.- A la suite d'rtne collision
entire an ex~i. -O.~yain de marchan-
discs pres de Barreda de nombreuses per-
sonnes furent tuees et blessdes.
PARIS 26.- Rente : 94.40.
An conseil de ministries ce mati:; reuni
A I'Elisee sons la presidence de 1. Fall;e-
res, le conseil s'occupa de fixe-la ligne de
conduite que le cabinet suiu,'it.
Auiourd'hui e Senat -l'provos de I'ar-
tice 11 et dernier du dfojet du rachit de
I'Ouest d6cida pour hAter la discussion de
I'imp6t sur le revenue de refuser toute in-
terpellation on question A la Chambre pour
les iours autres que les vendredis.
Hier la Chambre vota le project 'de loi
sur le contr6le de la dur6e du travail Elle
continue aujourd'hui la discussion de l'im-
p6t sur le revenue.
Hier au Senat, M. Prevent, rapporteur
de la commission des chemins de fer, rd-
pondit A M. Caillaux et proposal d'ajnurner
le vote de I'article premier du rachat de
I'Ouest au mois d'octobre.
M. Clemenceau intervint pour combat-
tre le renvoi et posa la question de con-
fiance A ce sujet par 128 voix centre 125 .
Le Senat repoussa la motion et vota en-
suite I'article er par 151 voix centre i 16.
Aujoard'hui le ni dr dicautte article II
Le Vice-amiral de Reserve Regnault de
Premesnil est dm cd6.
-_ -
Auguste MAGLOIRE
Informe sea clients qu'ils peuvenr
s'adresser a lui, aux Bureaux du M a-
tin, pour tous renseignements concer-
nant le fonctionnement : to des Lam-
pe A g azol ne et manchO ; 2o des
A llumir Aecltriqu ; 3o des Lanternei
dletriqase d pile ; aiosi que pour
toutoe piec4 leur 6tre n6oCMsaure.


Cie des Pompiers Libres Compalnic P. .
Cours d'instruction


.&A I A V r ,- yC
le dernier steamer

Mac Nish's Kola
DE KINGSTON
En vente
Clhez Catinati Fouchard
Rue du Cenutre

A Vendre
A LA I.iRAMIlRI DI' 9 MATIN *
Au pri.c d wi' FourJe
(X\SKII, ^S'AUf:Ki
Par le Joctrd'r HYS ON
----
Avis
Le sonssi.nf, jug. coninissaitr det
la faillite des sieurs A. et I Sada, cen
vertu de l'article 471 du code de com-
merce, convoqtle les critanciers de la
diite fai'litt 'A so reunir au local du
Tribunal de (:Iminii-ce de ce resort.
lI vetirredi tois Juillet prochain, t
dix litures dti rna in, aux tins de pro-
ctdir coiiforrnterment a ax articles 73.
et 475. du susdit oje, it la norina-
tioi des syndics provisoires, le temps
de la gestion de l'c'gent provisoire
avant pris tin.
Port-au-Prince, le 27 .luin 1908.
ALIX ROY

Irportante Declaration
L'auteur de la lettre revetue de la
signature de Monsieur Joubert Nico-
las est connu. Voleur qu'il Foit cru-
cifid.- Cependant, pour ce qui a trait
aux prdten iu faux don't parole si chau-
dement Mr F. B. dans son avis -faux
don't on seinmbe vouloir raprocher la
paternity a uin etre qui m'est cher-je
declare dnergiquement etre habitud a
dresser certain plis pour ce Monsieur
don't les mains et la .tte varient sen-
siblement depuis tant6tdeux ans, ceci
sous sa dictLe.- Le public pourra
arriver maintenant A tout deviner.
C'est ainsi . !!
Jacmel, 24 Juin 190
TaIMtt BERNIER


les jaunes.
SPort-au-P'ince, 20 Juin 1908
LA DIRECTION.
,~_,2-~ ----~ ;- --------

A. di Mttis t C.

T'outcs Ie-. 1Cit'.i.ules lates dliscre-
tes, bruva.ites, des pa urnums d'un char-
me subtil et ddlicat, Son Sou-
rire, Floramye, Vivitz,
des bijotix o,'i s'enorguellit la
piprr'e dclatantp # liLatitaine, de Imi-
rnisc' ule ets d'art oir sourit la grai-
ce trlste des iperlIes, des boucles d'o-
ieilles q( i s'Mtoitilnen!t de leurs former
varide", artinauxx de liant;ailles oftrant
le symbol d'uiie 'teinelle jeunesse
d'flourl orgies do colliers graciles,
de lourdes cli;~ies Inas~,ves, des cas-
cades .tinceiaintes d'or, de rubis, d'd-
ineraudes, tout cela faith 'n coin de
paradise de la maison
A de Maittis & Co
4l11i est situde alljo rd'hui a I'Ancien
Hotel Cential rest.ur et emnbelli.
(les italiens oit gardc la no.taigie
de toutes le.I faitaisies d'art admi-
r6es jadis chez eux et ajuutant a tou-
tes ces frivolitts attrayantes, les ob-
jets indispensables que idclame la
Vie. ils ont chez eux uu assortment
d'une grande richesse, pour tous les
goits et pour toutes les bourses.
----
A vendre
Une propriete, si-ze A l'anglc des
rues St Honor! et ie la Rdvolution
de la contenance de Trente quatre
pieds de profondeur sur Vingt deux
de large.
Pour les conditions s'adresser A Mr
Victor Colle, au.bureau central du T&-
legraphe terrestre.
Port-au-Prince, le 23 juin 1908.

GRANDE HALLE A LOUER
146, Rue R6publicaine, 146.
S'ADosass A M' CATMAT FOUCHARD.


Liste des pompiers qui doic ,t se pr AVIS
senter d la Station Centrale' lit'n1t la .
seraine du v29 Juin att 3 Jutil.'t Devant renouveler
ALFRED BORDU, CO.nslt Denis. *- Juilet prOC
Laidais, Julien avmon .'. ,l, i le I Juillet prochain
Benoit Michaud, Joseph. I".ubile'"i, les cartes de libre cir-
sous-offici rs Alexius A. x-<, Ala.a culation, 6mises le 1er
Loiseau, Autile Bauduy, Asi it ntd hils,
L6opold Pierre, Henri Riche, Louis Janvier 190, la Direc-
S. Salomon, Victor Prosper, Justiu ition prie les porteurs
Faus!in, litffin Cliampigne, Alb-rt de bien
Geo:ges its. Louis Lochaird, Charles de ces cartes de bien
AbLe:aid Millhiade Abollard,. .iJose,,h ivouloir les presenter
Georges lils, All, :se Louis Ctiarles, en ses bureau, sis au
pompiers.-
Lisle p.omnpr ers i service ,penda,,i Champ-de Mars a par-
la .ceni'ne iu, -I ,o jt iai. i qui doi- tir du 25 de ce mois.
vent suitrelecours d'istiuclion pendaut afin de pouvoir en ef-
cettc se. t it i.t lr )I:.'\AUT I'APPI'L A-
TIOx. fectuer l'6change.
Ciiii,',i it-Sn^, Valmoni, Destin. A partir duler juillet
Port au-Prince, ti; .nini W08. prochaintouteslescar-
Le Commandant, .es de libre circulation
Louis f'T IllHl" T
Louis OI lT roses sont annul6es;
A-rriv-, ais_ seront seules valables








TAWNERIE CONTINENTAL
DE

Port-au-Prine
(APA(.IT ":-K) I-\,AUX PAi .10OUR
PREPARATION DES PAUX ,EE VI(GT-QUATRE (24) COULEURS.
Vente des chaussures : C;:xvrenuglac Vrni et cou-
lburs, pour Hornmes, Da an's et Enfants.
( I(OUTO .NSI. I'LA Ti -':E 1: ILA(.: )
En gros et en detail pour touted la Republique.


ET
HM ST STA UAT BELLEVU
Place du Cihamips-de-.4ars
PORT-AU-PRIYN CE (H ALT'I)
M"' lermance ALFREjI,. dlireclt-ice
T6l6phone, 220
APIPAJTEM IEN -, iTl: t FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation modern* et conforlab.'e. -- uesur la m.r. --- Tempdrature
duac* st r fgulire. --- l. 'Tramrnway.j s 1i,. r s'.,t I'ftcl-: 'levue toutesles 7 Minutes
PRPR8RITEI SI'ACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -- JARDINS
Salle de receplion. -- Piano.- Gramophone
Sonnerios ElePtri qu.s


Table d'H(6tM


'E


tO=A les j -L -~' mqidl d 2 heures,
;tr '0 hxui-s du toi


Prduls Hyqloiueslqucs Pillilrt~



dMr~MEcpj1 U izr01ocr
POOUDRE VELtOUTt iS
vla ptou du IV'ago et dot -sdin
J. SIMON. 50, Faabbor St,.Xatin, PA11.1' ,Cf ucfr le r' i tatlon6
~~Kpl~iq~P. 'IU~*C~~~~~RF~J.;bV~PY~tr;=.;L~ ~"a c SAMU~i
L Lp "Xl~~~)ci~


co
Ono

rA


Sadoucit I'epiderme auquel elle
SA donnle une souplesse et un ve-
S t. lout6 incomparable en lui com-
..' .:.. a muniquant son delicieux par-
fum. Elle conserve I'eclat ct la fralclieti du teint, car elle est souveraine
contre le hale, les piqires d'insectes et les 'ruptionis de la peau.
S- -. .. sans bisnjuti, invisible, adhe-
LA rente, impalpable, prdpar6e
S' : ; spocialement pour les person-
..... nes qui veulent avoir un teint
air6prochable; son parfum ddlicat, son ve:outVt ont contribud A faire d'elle,
ia Favorite des Poudres de Toilette.
-* ,"' fV base de Cr6me Simon,
LE -S prdpard selon les principles
-* .. k les plus scrupuleux de l'hygiene
S' possede a un certain degr6
toutes les qualitds bienfaisantes et preservatrices de la CrAme Simon ; il
eat particulibrement recommandd pour la Toilette des enfants et pour les,
dames don't la peau est delicate.
Agence Gendrale et D6p6t pour Haiti
.AL la IV6etr'opcole
MAISON JULES LAVILLE
93, Rue du Magafin de rI'ta, 93


Photographic
Artistique

J. M. DUPLESSY
120, Rue du Centre, 120.
( l ti',.i'ela i '1 it ,n tuie t t y.trI et I't6-
tel (tommun:li).
('I'IIAVAUX UD TOUT.S- s ORTeS S- n
SOL.IO Er PllATINo. )
:arles Ire's arlitiues, nouvellement
reruets.
AGHANDISSEMENTS, IEIPRODUCTIONS.
ATELIEII DE LUXE
Prix Moderns
NOUVEAUTI :
Cartes Mignonettes, par douz. P. 7
Photo-soie.
(Olre ses services au publicde Port-
au-Prince, aux gens des autres loca-
lites actuellement a Port-au-Prince.
Venez essayer!

Cordonnerie Nouvelle

Gi. L. PE IA
143, GRAND'BUE, 143
PORT-AU-PRINCE
(:HAUSSURES EN TOUS GENRES
EN DEPOT. POUR LA VENTS
KN GROS ET DI TAIL.
Execution prompted des
commander, tant ici qu'en
Province.
Formtes iA homines ; dldantes et ra-
tionnelles.
Crliaussures de dames ( Dernitre mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussuresipour enfants confection-
ndes avoc Ues Pe~e-.. .t + .s nuances
d'une sAlection et dur e iirrprocha-
bles. A 'o.s ~ ';x avafta-i, x.
cjrages, pates -t. liquides
I)~uruchnu.ssre. de tosutes nuances.
.-...-.. ?-..- -----
S LA
M1 illte n .)C f~arine
dit Monde
Celle qui donne le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui done lo pain le plus blanc et
le plus leger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Era. CASTERA. Rwr44sentani.
LA MAISON
--- ~ ~ ~ ~ .. .
Le Docteur Gaveaui
Remercie bien sinctroment les nom-
breux amis et le public bienveillant
qui lui ont donned tant de marques de
sympathie A I'occasion de la doulou-
reuse circonstance qui a si p6eible-
ment impressionn6 tous dans la jour-
nee du 11 du courant.- II fait, avec
l'aide de Dieu, tous ses efforts pour
ret'onstituer le plus t6t possible
son Cabinet d'Electrothdrapie don't
l'utilite est reconnue par le public.
En attendant, le Docteur Gaveau
announce qu'il se tient A la disposition
des malades a domicile pour des trai-
tements medicaux et des operations
chirurgicales.
57, RUE FtROU.- PORT-AU-PRINCE
, Consultations : 2 b 4 hiuru apt. mid.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'hUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancien membre de la Socde Phil
thropique des mattress tailleurs de Pe
Vient de recevoir un grand choi d',
toffes diagonal, casimir alpaca, chi.
te, cheviote pour deuil, etc, Recomma.
de particulibrement A sa clientele w
belie collection de coupes de cauiir,
de gilets de fantaisie et de piqau di
toute beauty.
Sp6cialit6 de Costumes de Do-
ces.- Coupes Francaise, AnglaiM
Amdricaine de la derni6re pertecia
La maison confectionne aussi dms g0
tumes militaires, habits broli
lolmans, tuniques, habits re
ra. tto etc. do toune rade.

Francisco DESUSE
Fabricant de ohaussurI
La Manufacture a toujoors M*&
p6t un grand stock,- pour la 1&
en gros et detail,- de chaosswure
tons genres pour
HOMmES, Fammas, EnWArs
Les commandos des commeruib
de l'intdrieur pourront 6tre execoti
dans une semaine A pen prbs.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PoRT-AU-PmRAC ( uRm)


Au dernier cril
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A I'honneur d'annoncer A sees O
breux clients de la Capitale et ds
province qu'ilvient dese transferer
la Rue des Fronts-Forts, avec aon flt
stock de chaussures, d la GralrJ
au No 153 avec l'inscription ci-del
Les clients seront toujours ase
dans les memes conditions; c'est
dire avec les 5 o/o d'escompte ar8
vente en gros ; sans oublier les I
mes soins et la meme exactitude.
La Maison se charge tonjours do'
re prendre les mesuess A domicile
. .. 11041h,.-
ETUDE
DE
Me Charles Millery
NOTAI RE PU1BLI
58, Rue du Port u P49,
Hears : 8b h A idi t la'
Archive do M ladle r~
r, P. Frdriqua, --..