<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00367
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 25, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00367

Full Text




Deuxi6me Ann6e, No 371.


PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


Jeudi, 25 Juin 1908


m .


j


J


m j


QUOTIDIEN

ABONNEMENTS : DIRETEUR: I NUMPRO 0 CENTIMES
PORT-AU-PRINCE UN Mois. .G. I. C Slo enLt lagloire, E
DIPARTEMENTS TROIS Mois. a 3.60 Les abonnemcnts partent du ier et du I1 de chaque
RHIDACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
TRANGER ....... TROIS MOIS. 6. 45, RUE ROUX, 45. Les manuscrits inst'r6a ou non ne serontpas rendus

Pour tout ce qui concern l'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDOQF~, 1r, R ; R:.,r us Bonne-Foi.
II I I Ili -- I


Pourqoi notre CamI

O la race anglo-saxon
distance A 1


Nons sommes en ce moment au
earntde la constitution social du
type ~glo-saxon ; note dernier arti-
s maontr6 clairemcnt le mecanis-
e per tequel la combinaison s'est
ite entre les Saxons et les indivi
dWalit6s eminentes du people angle.
CeAe combinaison s'effrtctutit en-
core lorsque la Grande-Bretagne fut
double par I'arrivte des Danois pi-
rtes, entire 867 et 931 ; puis des Da-
ois reguliers, entree 100o et 1011.
Ua historien dflinit ainsi les D)d-
ois pirates :
,Ce sont des issues de patriarcaux
n riers ou de patriarcaux labou-
8tra, qui, au moyen des armes corm-
I instruments de travail et au
o"yen de la navigation comme mode
astnsport, vivent de la culture des
I re soit par la m6thode du pillage,
it par la m6thode de la domination
Miteire et de I'irnp6t ; ils entralnent
ike eux un certain nombre d&'ni-
lt, soit de la piche-c6tiere ( les
orvygiens ), soit de la culture en fa-
ill particulariste ( les Saxons ), qui
d n's et les autres cherchent a career
d1 domaines ind6pendants. *
O. le voit, ces Danois pirates
lmlt una peu de tout, et leurs entre-
savient pour but de vivre aux
ds la culture des autres, soil
s pir age, soit par la domination
l ~ae t l'imp6t.
Ia arrive en Grande-Bretagne
_tida avee un 6'at de choses poli-
e ict6ressant j mettre sous les
Sdi lecteur. Nous rservons pour
tardu n coup d'oil sur la forma-
'tai social des peuples com-
r un1s8, mais dies maintenant le
Peat entrevoir les c6'4s carac-
tqo de cette formation par le
SiSdO sivant que trace Augustin
S.ytroi Alfred qui rd aait sur
So au moment de invasiono
Pirates, et qui avait Mt6


do rien, sort do cdiez lui et vien-- Aii-si ftut f :it tr\s siinplement la
r no j, siI)A(r11'),i (i. i tL iov..ito danoise i
SU o PU d'hoIllllnese viPlllu d li, iliet lt:v)ini- 1: roI'() ut qluement note e'crivain, et Alfri- .,1 Le lecteurin i' doit p .s s'tutonner ou-
trouam i i pe pi s seul. I is). quelled tro ine-iue I e fcaii, c(ar nous s;a-
lne puise sa force de rl _- autrle histoire est-il possibl,'le I retrout- vutis dtjA ljiel pointt Ie ouiverne-
v e puse rce Ule r- pareil acte de self !/i!'ernnenI! et -hos c_.se o I rl ai iro dans les
L'oppression Les Da,'ois plirent ;i. -i impose priocc'jpat ions UaI)glo-sxonnles.
loardement nos Saxons qui, do leur Quoiqu'il en scit, vinwit-sept ans
c6t6. aimirent nmiex payer tri;4 cher a pr4s que le W\Vessex avait accept la
XI que de c:der parmi eix l ogilirr.,neiont royait6 danoise et duianlt lesquels il
presque 6lev6 au milieu des nations ul gouvernerment national aito-rati- idoptait tant't tin roi danoi.s tant6t
communautaires : que. Mais l1 ne s'arr'te pis l'listoi- ain roi s xo ,. 11n noimnin Ilown leva
Le roi Alfred avait p. tr tadid re ;le lecteutr ;a assister '1 q lelq'i' ueine :rinte s.- xoiin insurectionnelle,
qu'aucun dfsos cot atrist ;. i avait chose d'admirable et d'imposant. et, dit Augustlitn TIierry, refoules ra-
parcouru, jeunbi l;rontrdes mrid io- Le roi Albert, abandonnant, par 1- pidermeat vers le nord et chasess de
nale de 'Europe (r) et en avait obser'- seul eftet t~he l n, so, rtves vill en vilbl, Ils Danois partirent sur
V les m Eur romanistes e'ert-, se lan;1 i lours vais-eaux et aborderent, dimi-
ve les m(saurs. II connaissait les n- travers boi ,, seu',-bsol!uiIifi. nufs do nombre, aux rivag'es de leur
gues savantes et la pluI 'ts tchit d'6 pIres in?;Ti-m^ts de's ancienie p-itrie. 8
de lantiquitd. iL supdriorite~ ~ con- ta'hat dtjir.es d'(] Ieopnpressio noie.ee, encore une
Da :ois. Ii toi.b l l d e fo',01.,I'ur l .'oppressio I)olti0, encore une
naissances que ce erol saxor vaita pa.an ou, t Iua.l -i tour de fois, hattait en retraite devant le re-
quise li inspirait une sore ddain set'v domestiqi ven it. i s1m Iveil- d)utable obstacle dC. la vie priv6e !
pour la nation qu'il 1dC verntit. I c1sso du pain s,.xsla c, .i- ,, ,,
flisait peu do cas de-umi;tres et d.-' t a Ci L" cUtn d pa a ti -i
la prui.ence du grand conseil natio- d,3. .Et dutant six noii, 7 1'ext I m
nal. itempli des idees de potvuoir ab voisin.s a soil e ntl(I i l-l .ti, t .
.colu que pr~sente la litlfraturi et l'hii_- t'pmsi vi i en t t .l 1 ll l
foire de l'Empire romxin, ii avail tn attnir- l i VI ;i.- t inl
ddair violent de rfotmes politiques. ,, nuvel o v,- ation, #,t ,oftli. tou-
11. de Tourville, a qui nous enmpruiL- oila ill ctv Sat iaS 1V I or (Sti-:E ET FIN)
tons cette citation, a soulign6 lui-mn latl I .. > t, v i r ,(r le? E o. ,'hr)
me les passages que I'on vient de voit 1 \Vesex et faire allianc- ; .ve A.lfir'ed.
en expliquant : Je souligne les causes Ii W einS t an ali", 7itn -e Ie
qui faillirent faire d6vier Alfre 1 du tv- V t-ilf r ait ais es Da N nalr fapDtes de grain-t
pe axon (cts et lr d'. fIred, 'iej lait I,,us les; Da- Noii tnalgwt' v,, f, zte. de gtaun-
pe saxon. (22) pates du sol .? la Gra:ide-lr- e.iireet d ra i, je ne ous au-
Jo suis vraiment heureux de cette s ( ais pas ie pondii. Avais-je ripondu a-
conjoncture historique pour confJn- t e. tep rive los 1M Victor i)ellbeau ui avail consacre
dro les theoriciens qui aiment A puCn Que(etetylps r, )l ai noin micl niul'os du Nouvlliste a ma
ser que ce sont les rdgimes politiques Daeoi I gul ats, :,li ;I tei r, ic s o i'? J';ii n ros .ii ( uv'ocsion de cau-
qui impriment aux peoples leur cons- Pe i',laint irsquit t >u .pprtprire si avec lui Itielq.ies jours apres I'ap
titution particuliere. S'il en est ainsi, se 1 :ri.iet dpros tl o pialts qt ilo s partition de s. n i artie, etj ous avons
voc un re] communautaire, & uoti6 aiu dtfriineiat des 1) tuois piraat; q it, pariition de .)i aiti].le, et nous avons
voici un rom communautaire. t moitie forcbrent A 6l'nigration : c'e-t tIll ds ,cliang unos points de vue le plus pai-
d moins, quiva certinement dio rois de ces Dan'is rtgulirs. qi cons- siblement du monde. E cependant,
ger nos Saxons ver cette formation titua to Dane ark en reunissant sons sa critilque n'Itait pas bien logieuse.
car, I'hitorien vient de nous le dire, son autorit6 le sud de la Sub-le ec le J'ai respacl6 son opinion, parce que
s ii est rempli des idees de pouvoir Jutland c'tlait la sienne d'abord, ensuite par-
absolu. Ehl bien, on va voir ce qui Comme leurs prJd6cesseurs, D-s D.- ce qu'il n'avait point envisage ma per-
Le ri Are ayant u bsoin de noisrguliers, plus pr6occupes de vi- sonne, mais seulenent I'oeuvre, et
Lrepous er invasion danois eu i, selon vre en gouvernant les autres qu'en encore, parce qu'il no faisait pcint de
repousser l'invason danoise, i, selon travaillant eux-m6mes, se mirent t tort i la league francaise.
la tradition, battre les campagnes et imposer lourdement les Saxons qui, Je crois que c 'st assez pour ex-
los bourgs par son mnesager' de guer- imposer Ion rdement les Saxons qui,
les bourgs par son imesager de guer- apt.s une prerniere contribution et pliquer I'attitude ditfl'rente que j'ai
re portant la flche et I' epo nue et prdvoyant qu'elle serait continuelle- prise envers vous.
criant: Qui nest pas un hommre ment renouvelee, a jugerent plus Je pen (1) Celles, par consequent, qui etaient et court et moins dispendieux de laisser seA ice on vous signalant vos p6ch6s,
soot encore le plus touchees par la forma- le roi de Danemark lever directement je me disais qua vous alliez faire at-
tion commuenautaire. S. X vet p6riodiquement I'mp6t en le con- tension dor6navent, et qu'avec un
(2) Voufa come quoi la des EttNE sid rant comme roi d'Angleterre. peu d'effort, apres avoir reconnn vro
pnut faire 1e marlrur des Etart.


I -" ~- --- I -- I






fautea, vous U'en commettriez plua. sujet a Mr Adolphe Brison, Directeur de
Ainsi, loin de penser quo j' tais mal- la a Rcvue. .
veillant, je me brrg-is da secret es- Nous avons aujourd'hni la satisfaction
poir quno vo's m'auriez consid4re de reproduire le pass-:. de I'article de
comme un bionfaiteur, come celui Monsieur Jules Bois, on iI exp'ique qu'il a
qui vous aurait ddsil 6 les yeui et f,,it :d victim d'un quiprovo.
voir votre ignorance, m isquelle taii C'est un plaiair de reconnaitre que cet
ma folie Je comptaik sane votre pe I erivain n'a pas deznci:i, come nous le
tite vanit. croyions, de la reputation degentilhomme-
On aurait pu croire que j'avais lt6 rie, de respect de la femne, de politesse en
mechInt en relevant Ilis falltes q Ii 1unll mo, que le Fl'anq;ii .A toujours m iinte-
pouvaient passer pour des erretrs de niu.: A trav.rs les si&cles.
plume co-nmises dans un article deo
journal, p6ch4 peu grave, en soalie! aJe -viens d :-re la victim d'un quipro-
Mais voila que vous vetez essayer de quo qui m'aflige.
4fdulidre c-s fiates, de lts jiislilier, 1) Dlns un Je imes rcctsa.ricles, setrou-
quand elles sont irjlasifliblt-! Cela ve une phrase asscz vive str les a femclesl
vous compromet et aggrave singuli- d'lliii v. D'oi, par la diffusion des ..n-
rement votre cas. Cet ente6ement nales, grand minoi 3 Port-au-Prince et dans
dani I'erreur m'exp!i'liu pourquoi la sympa:hique RKpub'ique. Je rclis mon
vou- cont;nuez de p6cher, car j'ai brouillon:; ai crit les ofemelles de:Taiti.
inalheureusement des tautos a re- ( sur la foi, d'.ailurs, des voyageurs qui
lever encore dans vo; derniers ar- appellcnt ccttci'c la (Nouvelle Cyth&re,).
tides. Oui, Monsi ur I llrr RPaynau C'.t done n 1; .a.. Je n' ai )mais eu
vOu.s (ts recidiviste et iUnpdnitent .. Il'iutnt.ion di fairc d: Li peine A nos loin-
Dans vow aPetits Piop:)-~* (d 1-2 j in, ta nis amiic d iiiti .'t T core moins d'etre
vouns 6crivez : *Les raiso:is sont po.r- injunic C(.!vs clJIL. LiFrance aime Haiti;
tUes sar le Journal ofliciel. O ai, sur! le : 4Analas -' ifcitcnt d'v etre lues
Plus bas, v ,u-; parlozi do41 inOtlitrs' par dc b,.lux ';:ux plcins de pensde ; et,
sociaut plus pratiiques t pIlu- f'r pour ma1 p.ut, )'a.rcsse aux dames, que je
tiles* 'Des moleurs fertile! n ni'ai p."s voulu offenser, mes regrets les
Puis encore: nout; croons que aller lcs plus vit, de 'Fan; is Lt de fdministe
vite, c'est aller sir pour cut involoutaire incident. .
Et puis, vous cite'z u vessi's si coun lEL1S BOIS.
de Lafontaine(?C, ei vous let cite z ,mal :.v,'ait ,Js .,1anals lP'litiques ct Littd-
Toujours cette mn ni de voiloir re- ra ,vs ,.* 1 ,2 dt 7 Juin 1~, o
faire le vers d'autrai La Fontaine _
no prot-.stera pis it e it mort ni
en voyant un pro'easeur de lettres VI timx
ecrire soon noln en un seul mol, ni ori
voyant d6former son verse. Mais les
ombres fraternelles de Calino et d *
La Palice ont da fr6mir d'enthou-
siasme en voyant tomb r do votre In tIcrivant n;o:re Cntrillt de la semai-
plume cette phrase qu'ail auraient si-ne nr dnonc rdicule des
gnbe tous les deux: aQuanil n chevai!l mrn noiux, no n pouvions p.s
prend le morse aux dent. it est rare pen eI q.e IouS aurio(s A1 nOU cngagr
q'il ne s'emnbalUl.i -. .pneuse sur
qt u'il d s4 j Kun). u lun -lais nous y avons
6tie enitrni i' un ac 'ibl co respondant
Maloeureusement, ce t 'est pas tout! qu n'a t e connatre. Et
I)ans votre dernier article ( Paciica- quelles erriurs pro ndcs ans I'argumen-
tour du te juiin, je lis ave- stupenri station de notre avocat... commeriant!...
couri suit : in j ds aeti c stion ue Miir La pre: re erreur es, que Baudry-La-
e= 4ul0 sui,' l aa distinction lue MrIc ydusgs ars
Moravia etablit entrap la liberty et les ""cque!si Paile de no' usrages d'aprms
libertts pulliques nest rien moin a"equc!s lafetmme, tn rd:imn d commu-
que lausse., Un moment, ji crois que nautee gale est le indataire du mari pour
Mr Burr Raynaud admet cette distinc- les dpenses du menage. II parait qu'en
tion, mais en poursuivant ma lecture, disant nos u ges Baudry n'a jamais
je vois qu'il n en eat rien. song, qvue les haite1n penser.ient qu'il
l61las! Monsieur FrBdBric Burr IRay- s agit de eiurs usagcs
naud ignore tout sitnplement e En tlrt, nos usgeshai iens veulcnt qu'au
nrien moins ques signilie: pas dit jtt. contraire ce soit Ie mari qli fis e les depen-
II croit fire : la distinction es- fausse, ses d"'ciretien di, mnige. Si I'avocat ..
et it dit 4u'elle est vraii, sans s'en coninierqaut vent etre renseignd, it n'a qu'a
outer le di oins d i monde, I'aheur nx demander Coby, Dossous, etc, s'ils sont
homme l inombreux s cas oi. pour I'entrctien du
Qui no comprendra pas apres cela menage, a femme a agi combine manda-
que, co-ndna I dit Mr Freldric taire du mari. Ce qu'il apparit, c'est qu'au
Burr Raynaud li--necroant contraire, dans nos usages haiiiens, c'est
pas si bien dire-je no me senate *ter- le maria qui it toutes les emplettes, des
balement liuonilie-i d'nte critique par Ilus imnportantes aux plus humbles ; c'est
lui. ... lui qui loue les appartements, s'engage ou
S M engage la communaute.
Cas MORAVA Faut-il aouter que Baudry-Lacantinerie
a soin de dire que en matiere pareille. il
M. J. Bois s'expliq e a pas de rigle gn&rale: que tout est
f. Boi e pique atire de circonstance que les juges du fl:it
pourront toujours souverainement appre-
On se rappelle que Monsieur Jules Bois, cier ?
dans one critique parce dans les a Annales Les fits gendraux. aussi bien que les
Politiques et Littraires s avait jetd une particuliers, sont que dans nos usages hai-
insulte gratuite et immiritee A la femme tiens, en rAgime de community, la fem-
hahtienne. Du moins, nous le pensions me n exerce pas le mandate tacite qui lerait
ici. que ses actes engagent la communautC. L'inu-
Le Trait-d'Union a et ( Lc Pacif:a- iliti des avis Inatrimoniaux saute videmn-
teor avaient reproduit la lettre que Mon- ment aux yeux de tous.
sieur Felix Viard. Secretaire de Ia LEga- Notre correspondent considered les avis
tion Hali~eua e I Londre, avait dcrite A ce matrimoniaux comme le plus sOr moyen


de revocation du mandate tacite de la fem-
me. Est-ce exact ?- Quelle que soit I'au-
toritC qui, avec notre adversaire, admet
cette forme de r6voca'ion, ell ne sera ja-
mais asscz puissante pout l'imposer aux
crianciers du maria malheureux. La loi ne
rcconnait pas ce moyen. C'est done une
question de fait. Aucun tribunal ne repous-
serait l'action en pavement de fournitures
de Dossous et de Coby, s'ils tablissaient
n'avoir jamais eu connaissance des disas-
tres conjugaux annonc6s par les journaux
Ce qui est certain c'est qu'en regime de
comanunaut6, le miri est le chef de la com-
munautd, le maitre et seigneur des bicns,
droits et actions do la femme. A ce titre.
e ari cst e aN de rrpondre des frais d'en-
tretien do menage abi honos, ibi onus. En
cas de separation de fail, le mari est tenu
de pourvoir aux d6pcnses de la femme
jusqu'i ce qu'il intervienne une d&eision
ui, en dissolvant le lien conjugal mette
n au regime des intrcts matrimoniaux.
C'est pourquoi pendant l:'sstance en di-
vorce,la femme a toujours droit de fire
condamner le mar i lui payer une pension
alimentaire, suivant ses ficultei et son dtat
Mais jusqu'a cette decision, la femmc
ne peut pas mourir d'inanition. Si Dos-
ccr'a ou Coby, bien qu'ayant lu les avis ou
le :.::i nnnongait qu'il n'.st pas response
ble, etc ,ot vendu a la femme quelques li-
vres de riz, de pommes de teire ou de jam
bon, le maria sera tenu de les acquitter.
quand bien meme ce maria pouvait 6tablir
n'avoir jamais ricn marg6 ptrsonnellenmnt
de ccs provisions. C'est la communaut6 qui
est ttnue de ces frais. Coby ou Dossous
les ont avancees. Li CommunautC et son
chet ne p uvent point s'enrichir axx dd-
pens J autrui. La Communautd et le chef
de la CommunaurC ont vis-A-vis de Dos
sous l'obligation ddrivant de vritable ges-
tion d'affaires. Coby ou Dossous auront
toujours cynre le mari 'action de in rem
veso .-. .
Dans cts cor ditPs, Messieurs les Maris
en rupture, vos 4 avis ma!rimoniaux sont
po 0 vous des frais inutiles et n'ont qu'un
seul sNZt, celui d'ajouter un ridicule de
plus a tre situation.




R ENSEIGNEMENTS
M Tf OROLOGIQUES

Observatoire
DU
SEMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL

MiERCREI1 24 JUIN
[arowntre A ruidi 763, t9"/
minimum 23. 5
SreTl pAratur~Tmaximum 35. 4
.moyenne diurne 28 8
Ciel clair le martin ; un peu nuageux
l'aprei-mnidi ; covert tu:re 6 h. et 8 h.
du soir.
Piuie et orange au nord est et au nord
vers 6 h. Eclairs A l'ouest dans la soiree.
Le barometre se maintient trei blev&.
L'agitation sismiq'e de la nuit pr&c-
dente a continue pendant la matinde. A
7 h. du soir, lg&re secousse vertical ;
vers 9 h. un peu d'agitation.
Depuis cc moment Its appareils sont
rests calmes.
R. BALTENWECK
L'Asile des Alie66s
Lundi 29 Juin A 8 heures du martin, sur
I'ancienne propriere dire Usine de Thor, ii
y aura one petite manifestation i I'occa-
sion de la pose de la premiere pierre de
l'Asile des Alines. .


Octave de la F 'e-Die
Cet apres midi aura la proce
tuelle de la pi.tite Fe- DiP'cu
les rues Bonoc-Poi, du CentCre,
et de l'Egalit6. re, d o
II y a trois reposoirs, le premierik
Bonne Foi, le second A la rue do Cl
et le troisieme A1 la rue du Pon.r
Depart
Voici la listed complete des passe
tis hier par le steamer a AltaiDI dr
tion de :
Pt-Gode : L. Laporte, E. Antoio.
Jackwl : A. Pommayrac.
J,'r,'ml : Silvr.a, H. Cazeau.
?-Gw-York : M. J. Shentol, M. Abui
Fii nqailles
Nous apprenons avec plaisir les f
;ailles de MaJe-oiselle LUCIE FOUIE
avec Monsieur DAT.\ S WX~ALM..
Nos compliments aux heureux fiancd
St-Louis de Gonzague
Le Supirieur -e I'Intitution St-Louia
Gonzague a I'honneur d'inviter lesuar
Elves des Ftcres, A la messe soledml
qui scra chant6e dans la chapelle de lmai.
tution, le dimanche 28 juin, 1 7 h i/
I'occasion de la fate pa:ronale de I'Euali
segment.
Trib nal Civil ;
audiencee civil du nr.'rcredi 24 juis 19d.
Le Tribunal sous la Prdsidence do doy
Ldon Nau, assist du Substitut A. Thibat
i rendu le iugcmcnt suivant
Celui qui permet au sieur Uly Ar
mand de cier son poise dns la for0a.
dinaire.
.Affaires entendues:
Emile Derei\ contre Emmninuil
jean,
Albert Denis centre Mcator Armu
Val Bruno centre Fontilas Foomap
Affiires don't les continuations soet I
voyles A Mercredi.
Pierre Louis Rlmy contre Chrs
Ftvre et Catulle Florent.
Taat centre Paul Perraud.
Puis le siege est lev6
Avis Commercial
Monsieur Donato La Torraca derPnt'
tir prochainement pour I'Europe pri
ddbiteurs de venir solder leurs compak
plus t6t possible.
Port-au-Prince i juin 1908.
Lea nouveau S aateurf
LE SANATEUIR GABRIEL BOUCHo, N"
LouisduNordle 1o Octobre I853.E Ea
Capitaine aide-de camp du GanEral w
cells Bouche. Commandant de la Coem
ne de Saint-Louis du Nord. 1873, S0*
re de la Place de Saint-Louis do N
t 878, Colonel des volontaires de SaiD61
do Nord, i88t, Adjudant-GnCral, I
Gneral de Brigade. 1893 Magistr
munal de Saint-Louis du Nord, I9
pntC de la Commune de Siiat-
Nord, 9o$. R6elu Depute de bI
ne de Saint-Louis dW Nord, 'r9o
de la Commune de Saint-Loouis
Asile Frangais
Messieurs les membres de la S
case de Secours Mutuels et de
ce et leur families, sont pries '
la messe de *Requiem* qoi CI
di pracbain, 29 Juin a SEPT Ull
pIacusS ou MAT rIN, en la chalU
eI. la r saire des Marinsfi ,
des dans 't'ablissement.
Port-au-Prince, le$ oi J* "t
A yPrds^,- t









0llulls Etraing rcs

Dernibres D6p6ches

pA t.-Le Prident de la Republiquc
'C rendu aujourd'iui au Panthdon saluer
ktomlbeau de Carnot A l'occasion de l'an
iersaire de sa mort.
Agiourd'hui eurent lieu les obseques des
iaines de la catastrophe du Puits Mont-
-te.
M, Viviani v assis'ait et prononga un
fcoors.
PaNCETON ( New-Jersey / 24.- M
Gierr Cleveland, ex-President de la RP
blique des Etat-Unis de l'Amerique du
dest mort ce martin A 8 h. 40.
M. Cleveland etait soutfrant dtpuis long-
temps, mais la cause tinatl de sa mort est
ome affection du crcur.
CLEVELAND ( hio ) 24. -- M. Sher-
mn, candidate rdpublicaiii A la vice prb-
eidncc de It RKpubliq.ie, djnt I'6t t de
sntw euit devcnu alarmant va un peu
PAIls23.- O: a reu aujourd'hui des
dMtilssur la rencontre qui a eu lieu le 19
join i Binmang sur la frontier Ton-
inoise centre un dcta-heument de troupes
franc;sei et une band de chinois I5o
tiailleurs annanites qui op&raient dins la
tgion Ilest de I.aok.y ctaient en train
Sd6sarmer des rcvolu'innaires chinoi,
qBi avaient pass la frontit&e quand il.
fortet attaques par un d&tachemen: chi-
nois de 6o0 homrn ,; les fran, lis ont eu
4'tus don't 2 olticiers et les chinois 5- ;
des renforts fran;.ais ,ont arrives sur le
litdu combat en nombre snffisant pour
first Uce toute eventualitd.
TLmN 23.- Le Corps diplomatique
qoi reprdsente Ics puissances ktrang&es au
M=toc est divis sur la question de savoir
elkattitude adopter envers le pr6ten-
me Moulai Hatil don't I'influence aug-
mete chaque jour.
Lts ministres allemand, autrichien, ita
lies, hollandaise, tiennent des conferences
por d&ider quclle attitude adopter; les
aitrMe membres du Corps diplomatique
"st d'avis de soutenir Abd El Aziz, sultan
Kme.
Ss nouvelles ricues ici annoncent
Ine troupe considerab'e de partissans
"sltan Abd El A/iz dmoo heures de marclhe de Fez et se pre-
elitattaquer le pr6tendant Moulai Hi-
Uu' aglais nommn Clark Clemedy a
tfiitprisonnier par la tribu des Houz
deT Ttuan A 32 miles au sud est de
eager la tribu demand une ranon pour
Ia ise an liberty.
l AAVANE 23. -- Le gouvernement a
a* lan ouvelle qu'une consignation im-
~"fte d'armes et d- munitions aavait d
.qu e I~une goclette A Punta del Coco
"i soli itui sur la c6'e Sud de la Pro-
Ided Pinar del Rio. La garden rural a
E.rd de fire une enqu&te sur le
fmd de la nouvelle.
~ o&DE CHILI 23. La situation
'u Chili est de nouveau mena-
ct o0n prove une grande anxiete
i Otles milieux par suite de la baisse
de la valeurde la monnaie. La
a dollar centre paper dtait dans la
de 1 .oo.

Panamas i...
IES .O slides, arrives par le
9S M' LEONIDE SOLAGES.
SRIse d &ong.-Fo*r~U. I


VENTE
?U-DESSOUS DE LA MISE A PRIX


En execution : io d'une obligation hv
pothecaire dimemnt enregistr4e, passee au
rapport de M% Kldber, Vilmenay notairc, et
son confr&re, A Port-au-Prince, le neut mai
1906, et 2' d'un jugement du Tribunal
Civil de Port-au-Prince, en date du dix-
neuf juin courant, enregistr6, il sera
procidd le vendredi que l'on comptera
vinigt ,ix Juin prochain, A onze heures du
main, en l'etude de Me Klber Vilmenay,
notaire a Port-au-Prince, rue du Centre,
N 94, A la vente et au-dessous de la mise ,i
prix tixee par le cr6ancier, au plus offrant
et dernier enchCrisseur.
I De cinq carreaux de terre ddpendant
de l'habitation a Gourreau-Dalance P, sise
dans la plane du Cul-de-Sac, dans la ;*
section de la Croix-des-Bouquets ;
20 Des usines de la dite habitation com-
prenant : io une lucrcrie en pierres avant
un equipage de cin4 chaudires, bac A \e-
sou et plusieurs d6p6:s de sirop; 2' une
guildive tries bien installed, donnant deux
cen's gallons de tafia par vingt quatre heu-
res et un grand bassin pouvant contenir 80
millicrs de nmlasse en bonne maqonnerie;
Vo une chaudiere A vapeur de la maison
Gordon de Glascow, de la force de quin/e
chllvaux ; .o une machine A vapeur, de la
maison Chandre de Paris, de la force de
douze chevaux ; 5o un moulin A vapeur de
la maison Gordon de Glascow, de la force
de huit chevaux.
3" Une grande case ayant deux cham-
bics A coucher, une salle A manger, un sa-
lon, deux grandes galleries et un grenier
lubitab'e, et ayant comme d6pendances
une cuisine, une chambre pour domesti-
qu'e et des latrines.
Toutes ces constructions sont en par-
fait e4at, ne ditant que de cinqans. Elles
sont couver:,4 en tl6es neuves .l nombre
de huit cents fei",.JIV viron ; le tout
cloture en ronces mrtalliques. Tels d'ail-
leurs que ces immeuble; se poursuivent,
comportent et s'etendent, sans aucuex-
ception ni reserve.
A la requte de Monsieur LoZit' autaud,
proprit&aire, demeurant A P y -au-Prince,
ayant pour avocat constittuM' Erancois
Malhon, avtc election d domicile en son
cabinet en cette ville rue du Centre,N 91.
Contre Monsieur Paul Derenoncourt,
proprietaire, demeurant A Port-au-Prince.
Les ench':rs seront revucs au-dessous de la
some de mille cent vint-cinq dollars, qui a-
vait e6t fixde comme mise A prix.
Pour plus amp'es renseigniments, s'a-
dres.er A Me Francois Mathon, ou au no
taire depositaire du cahier des charges,


Fait A Port-au-Prince,22 Juiin 1908.
I'RAN OIS MATON.

Auguste MAGLOIRE
Inforrne ses clients qu'ils peuvenr
s'atresser A lui, aux Bureaux du M'0a-
tin, pour tous renseignenents concr-
nant le fonctionnement : lo des Lam-
pes b gasoline eti manchon; 2o des
Allumoirs Wleclriques ; 30 des Lanternes
electriq tes d piles ; ainsi que pour
toutes piecesde recharge qui peuvent
leur etre necassaires.

NV. Cordasco

Demande des ouvriers
cordonniers sur bane.
Inutile de se presenter
si on n'est pas habile.


Les Magasis de la MCtropole
Maison JUiLt IALVILLE
93, RUE DU MAG lSIN DE L'tT.T, 93.
Viennent derecevoir par ?es steainers FranQais et Americains
les articles francais d- premiere fraicheur :
Pates de foie gras tiitl'ts I Satcisses d'O(xtord
Boudins noirs S.o.cisses de Cambridge
Andouillettes Maquereaux : l'liuile- Amieux
Cervelas Sardines lines Iouit freres
From ige (roI'ite rouie, dits Ttei de Moutarde en pot- c Ma Voisine a
More. Pictkles au vinaigre et a la moutarde


Saudcissols tie


Lyon


Petits Saucissons d'une Livre environ
Jambons d6soss6s Beurre Bretel, boite d'une
Fromag~e d.,' ;oida ( pIte grass hioll. livre
Iliscuils fins ()l Boi sOi ts de 2 iv !It'-tc lrard:;aise, Mlatrie Atlantique
lHonbonrs :ssortis. I; It un et !)Io le
Beurre de table de Normandie
l':n )I ile de i liv I'. 1, i' ) .


Cigares de


la Havane (.,buitt ole ciii tit";


(;eine Londres et Conclacs'
Prix exceptionnellement avantageux


1



4




1
I


Arrive par
le dernier steamer

Mac'Nish's Kola
DE KINGSTON
En vente
Chez Ca(itr ollnchlard
Rlue C t
,a &


Companies P. C. S.

AVIS

Devant renouveler
le 1"' Juillet prochain
les cartes de libre cir-
culation, mises le 1A'
Janvier 1908, la Direc-
tion prie les porteurs
de ces cartes de bien
vouloir les presenter
en ses bureaux, sis au
Champ-de Mars A par-
tir du 25 de ce mois,
afin de pouvoir en ef-
fectuer l'dchange.
A partir duler juillet
prochain toutes les car-
Les de libre circulation
roses sont annuldes ;
seront seules valables


A. de Matleis et C.

T"l' te.- i, 'wl4 an .n.-c rares diseci-
tes, Ib)rt.teut det. ds pat utins d'un char-
iI, subtil et dtlicat, Son Sou-
rire, Floramye, Vivitz,
e- s hijoiix oii s'enorguellit la
pierre 6claitante et hautlaine, de mi-
S)tis(les objetsI d'arl t oii ourit la gri-
c'o tliste des peirl's, des boucles d'o-
cillies luii s'Mtoirrent de leurs former
vdat ir' a;iiealux de tiia in.;illes offrant
Ie s\vibole d'u te .*ternelle jeunesse
:td-s tirliwelai tes d'or, de rubis, d'6-
rieraude-,, toi.t cela faith in coin de
paradis d1e a 1ai ison
A de Maltteis & C"
1111 est siti' .ijonrd'nii A I'Anicie
IItel (:Centrfl re.st:turi ct embelli.
(.e, italiens ont gard<' la nostalgie
de toutes les f.Ita-; ies d'art admi-
rees jadis chl i. elix (I ajoutant A tou-
tes cesf frivolitt'ls ;ttrayantes, les ob-
jets inlisplens)aIblc s que reclarie la
Vie. iI- out ch( z ux un assortment
d'une gande ricliesse, pour tous les
"goits et pour touted les bourses.
A vendre
I'ne propriitte, sise A l'anglc des
I'tes St olloiot et de la Revolution
l e la cortenance tie Trente quatre
pieds de profondeur sur Vingt deux
de large.
Pour les conditions s'adresser A Mr
Victor (olle, ai bureau central du T&-
l6graphsl terrehtre.
Port-au-Prince, le 23 j']in 1908.


les jaunes. GRANDE HALLE A LOUER
Port-au-Piince. 20 Juin oos -
Port-au-ice, 20 Jin 1908 46, Rue R6publ!caine, 146.
LA DIRECTION.1 S'ADMRESS A M' CATINAT FOUCHARD.








TANNERIE CONTINENTAL
DE
Port-au-Prince
CAPACITY 500 PEA UX PAI JOUR
PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS.
Vente des chaussures : c -vreau-glac6, Vcrni et cou-
leurs, pour Hoinmes, Daimes et Enfants.
( |~OUTONNvK, ILASTIQJLE iT. LACE )
Eu gros et en detail pour toute la lepublique.


HRTAUR: BELLEVUE
Place du Champs-d -M!arr
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
Mine Ierlnance ALFRED. direclrice
T616phone, 220
APPARPTEMENTS POURI FAMILLE
DINEIRS-LUNCEHS.
Installation modern: et conforl.,l' --- VYe ur la ;inr. Tempe'rature
Jouce et rdgu:iire. Lea Tramwaiys des e'r:,ent l'HJt,!-Bellevue lottes es l 7 Minutes
PROPRI"TFI SPA(CIEUSE, S'OUVRJ\NI' SU1t DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de rdception.-Piano.-- Gramophone
Sonneries Electriques


Table d'H6te


fous les jou-s, de midi ( 2 heures,
do e 7i h ei.!-ez did ir t


VIN DE BOIRDIA Try-
-- ----w,
MiDOC VIEUX '
PUR ET VERITABLE


Wirri(Itic de (P)rallons -
I )arne-jeannec de 5 Vllons (non comu) pris litda rf-j o n1 te) 1otllrdt'd- -
Pit 1, gallon
1 2 gallonn
( A gallon
En vente, Grand'Rue ( Ouest, No 134
G. (Gortlasco
N. B. Notre vin est i' ildporlt'l Ifedisonls .sn.Ii'!1nps et lionnrttes
illeatU et Ot! le10 VelkdOlli tel i11, Ii n)U IC I't! oceVofS. C 'est l)OLIF1JUOi
garantisson4 abolument pint.


Chapeaux !
Chapeaux I
Chapeaux
FAILLg Dg PORTO-RICO


ACCOUREZ CHEZ

JOSe SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concours d'un chapelier remarquable,
M JAIMI TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon do Coiffure du Louvre
Poer tons les gofts et pour tonW
lea boarses.


1). 22
1' 1.50
1, 2.. 1 .5
P'. 1.15


de Bor-
nous le


Photographic
Artistique

J. M. DUPLESSY
120, Rue du Centre, 120.
f( .tela !hiiim t~i.i itya'i d et I'HA-
tel (Connm un.tl).
('' TAVA\U DE TOUTrES SORTS ST R
SOLIO Er PIITINO. )
.Cartes tr,;.s artitiques, nouvellement
re<'ues.
AGRANDISSEMENTS, REPRODUCTIONS.
ATELIER DE LUXE
Prix Mod6r6s
NOUVEAUT :
Cartes Mignonettes, par douz. P. 7
Photo-soie.
t)t're ses services au publicde Port-
au-Prince, aux gens des autres loca-
lit4s actuellement a Port-au-Prince.
Venez essayer!

Cordonnerie Nouvelle

B. PE TOA
143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS GENRES
EN DEPOT, POUR LA VENTS
EN GROS ET DiTAIL.
Execution prompted des
commandos, tant ici qu'en
Province.
Formes A hommes ; le6gantes et ra-
tionnelles.
(:Caussures dle dames ( Dernibre mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussurc. pour enfnrits, -onrfection-
noes avec des Pec~f '":-f qoTotes nuances
TI'une selection et duree irreprocha-
bl,:,:, a d prix avantageux.
6'ages, pates et liquids
Pou;. chaussure. de touted nuances.

S LA
MeilleuikFarine
du Monde


Celle qui done le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc et
le plus leger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Erm. CASTERA. Reprisentant.
LA MAISON


A\ L"ELEGANCE Le Docteur Gaveau
Remercie bien sincerement les nom-
CORDONNERIE. breux amis et le public bienveillant
qui lui ont donn6 tant de marques de
Ssympathie a l'occasion de la doulou-
42, R ie des Fronts-Forts. reuse circonstance qui a si p4uible-
CHAUSSURES EN DVPDT,POUR LA VENTE ment impressionn6 tous dans la jour-
Promptitude et soin aux comman- nde du 11 du courant.- II fait, avec
des tant ici qu'en province. I'aide de Dieu, tous ses efforts pour
Chaussures de Dame forme et tra- re'onstituer le plus t6t possible
vail toujours tout ce qu'il y a de plus son Cabinet d'Electroth6rapie dpnt
nonveaux. l'utilite est reconnue par le public.
Formes americaine et francaise pour En attendant, le Docteur Gaveau
Messieurs ; tlgantes et commodes, announce qu'il se tient A la disposition
Pour les enfants le plus I'aise. des malades A domicile pour des tiai-
Travail solid ex6cute avec tements mddicaux et des operations
des peaux de premi6remarque. chirurgicales.
Assurance de grand rabais. 57, RUE FAROU.-- PORT-AU-PRINCe
PAtes, Cirages at Liquides i Consultations : 9 A 4 houres apr. mid.


." 61RATiUifElBTE
AU PROCHAIIN TIRAGE
3^ } 10 N- ?S : ; TS P/,'

ur' c'J JUo
I M. L'DU'A : da
\^ t'V; Oter nciv d F'rq"



Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 196
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancien membre de la Socielt Ph.
thropique dl maftres tailleurs de P*
Vient de recovoir un gland choix A
toffes diagonale, casimir alpaca, cbhh
te, cheviotepour deuil, etc, Recomra
de particulierement A a client
belle collection de coupes de cmui.k
de gilets de fantaisie et de piqu6 d
toute beauty.
Sp6cialit6 de Costumes de no-
ceO.- Coupes Franwaise, Angltlu dt
Amdricaine de la dernibre pertctMri
La maison confectionne ons der Cou
tumes militaires, habits brodsi
iolWmsn. tuniques, habits or
r6s. eto etc. do tons grade.


Francisco DESUSI
Fabricant de chaussur
La Manufacture a tonoursn mM
p6t un grand stock,-- tcur I& v"
en gros et d4tail,- de chaussour
tons genres pour
HOMMxs, FIMMIS, ENrFAr
Les commandos des commnuab
de l'int6rieur pourront Atre eXcuti
dans une semaine A pen pris.
23, rue des Fronts-Forts, 23
POaT-AU-PrINCE ( Asm)


Au dernier er4
FABRICATION DE CHAUSSUia
D. FERRARI
A I'honneur d'annoncer A sesDO
breux clients do la Capitale et
province qu'ilvient dese transferW
Fa Rue des Fronts Forts, avec so a
stock de chaussures, d la
au N* 153 avec l'inscription ci
Los clients seront toujours
dans les m6mes conditions; '
dire avec les 5 o/o d'escompte ,
vente en gros ; sans oublier
mes soins et la m6me eMact
La Maison se charge touj
re prendre lea mesores
--
ETUDE
DE
Me Charles Mi
NOTAIRE P13
53, R1u du Port Pa-3
Heurea: 8e A AMidit
Archies do Meo. MYdjoS,
r6 P. FraMrq, Iob*"


III