<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00361
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 17, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00361

Full Text

peuzxime Ann6e, No 365.


PORT-AU-PRINCE ( HAIr )


Mercredi, 17 JSrin 1908


a 6


Ii


J


QUOTIDIEN ,
r u~rJ~r-- 4C-R- -- --------- ,
ABONNEMENTS : DIRECTEUR: LE NUM"RO 10 CENBIME
PORT-AU-PRINCE UN Mois. G. 1. C16m ent IM agloire, ---
DPARTEMENTS TROIS- Les abonnements partent du r' et du 15 de chaque
DIPARTEMENTS Tos Mo. 3.60 D-ADININ moiset soot payable d'avance
ITRRANGER........ TROIS MOIS. 6. 45, RUE ROUX, 45. Les manruscrits inse69s ou non ne serontpas rendmu

Pour tout ce qui concerne '.Administr:rtion du Jo-rnal. s'aissez .. -:r :b'ITD RE, 4, R Roux on Bonne-Foi.
suggtra A ,ne parlie des Celtes habi- repulsion pour la vie sedentaire et la-
P tant Ia Grande-Bretagne la pw isoe de borieuse.
u fire appel a eux pour les aider &a Les nouveaux venus n'ont guere
combattre et dominer les autresCeltes tardl A s'dtendre A travers l'immense
( Bretons, Calddoniens, etc.) avec les- continent jusqu'au versant des grands
SAquels, nousl'avons dit, ils 6taient cons- massifs montagneux de I'Extrmme-
UNE A M RIQU D ESSA I tamment en querelles intestines. Ouest,faisant partout reculer les indi-
Les Ju!os, accept!rent cotte proposi- genes comme sur le petit continent
VIII tion d'inltervention, et A titre de ren- breton les Saxons ont rapidement re-
forts, il. firent appel d nos Saxons poussd les Celtes jusqu'au pied des
Nons avons vu sous empiree de atmosphdriques, des brumes septen- don't ils connaissa;:ent I'esprit d expan- hautes montagnes occidentales. Et,
qullet circonstances, dbrivant du trionales; cela resort du tdmoigna- sion et qu'ils savaient prpdtuellement bien que le nouveau peuplement
ihe et du mode de travail, est nee ge m6me de Tacite et de C6sar, qu'il en quOte de nolveaux territoires d difri- amdricain se soit compose de diver-
lafomation particulariste. Nousavous est inutile de reproduire vici. IL est cher et d coloniser. ses populations europdennes, o grou-
rv comment cette formation a cree hors de oA te que ces conditions ont Voil& comment les Saxons furent pe particulariste a flni par pr6domi-
abord, avec la culture rudimentaire, para aax colons remains peu compa- introduits en Grande.Rtaegne et oe- l ner et par donner sa former & tout ie
l u dis ; ensuite, avec la culture tables avec la fertility des terres; au- ci se passait un peu av"nt 450,3Cette rest.
Maoci6ea la p6che-c6tiere, le norvJ- trement, ils n'eussent pas manqud de route d'6migration 4tant trouvee, a C'est exactement ce qui s'est pro-
ur; etenfin avec la cu't ire exclu- coloniser la Grande-Bretagne par I'a- vingt-deux ans plus tard. une nou- duit en Grande-Bretagne, oi d'autres
ire et intensive, le saxon. Nous al- agriculture tout comme ils F'ont fait en velle bande, non plus de Jules et de sont survenus alres les Saxons, mais
lOs voir ce dernicr typo, le saxon, Gaule. Ulssoe sent contents de l'oc- Saxons, mais de purs Saxons, aborda n'ont pu pr6valoir centre la forma-
dvoloer vers le typve dtinitif anglo- cuper militairement ; cette occupation la Grande-Bretagne, quia ce momrnt- tion saxonne.
uer. e dura quatre sietles. q, dit un auteur, la, se trotva azors peuplee de Celtes Ainsi, la mime race a recommen-
Comme I'indique l'expression, ce c lorsque I'Empire, ramassant ses dter- de m(e rs diverse, do Jutes -t de c6, A plus de nille ans de distan-
ype s'st ,6alisd par la combinaison niires forces centre les Iarbares, 'Saxons. ('est a ce moment que coin- ce, la mnme entreprise. Elle l'a re-
d Sjxons avec les Angles, et cettp rappela de la Grande-Bretague ses ld- mence la raisee histoire d'Angletcrr:c coinmencte seulement sur un plus
combiniison s'est effectue sur le ter- gions, ce fut le depart g&ndral des Ro- Peu de temps bpies, voici ce qui vaste thfiitre, en masse plus consi-
rit0ir de la GranltJ-Brtt gne. II nous mains. On en pourrait presque diPe arrival. Touto la Grande-Bretagne eut ,Iltable et avec un outillage plus puis.
(tot done connalgre lej circonstances Ie jour et I'heure come de la lev6e A s'app;ler de noms rappelant exclu- sant. C'est pourquoi los dvdnements
qli oat introdut les Sixons sur ce d'un si. # sivemrnt I'om igine saxonn ; c'dtait ont pris en Amcnrique une dtendue
rri(oire. Nous gallons le dire brieve- Cependant les soldats romairs so Su-sex, on Saxe dai Sud; Essex, ou plus formidable et une march plus
sent, puis uos nO ferons que men- trouvaient I& constamme; t aux prises Saxe de I~s ; Wess-x, ou Siax de prcipitde. Mais, de part et d'autre,
blnner les ditffrentes ,preuves I'ar avec d3s ptuplades en partie chasse-, I'Ouet; Middl-sex,ouSaxe du Centre. ls risultats ot dti les mdae, en ce
lquoeles le type anglo-saxon a ea dresses, en parties pastorales et enlin, Avant de montrer le mecanisme de sens qu'ilssont de mner' nature et at-
Aptaser sur ce territoire ot qui n'ont faib!ement cultivatrices, toujoUrs en Iabsorption par I'dl6ment saxon de testent les mene, forces sociales.
P que mettre de plus en p!us en re- guerre les ones avec les autres. G'- tous les autres 616ments que nous a Si nous voulons comprendre l'his-
lf sa robust constitution. talent des Celtes sortis de la Gaule et avons vus, Celtes et Jutes, ainsi que toire d'Augleterre, repr6sentons-nous
Come si elle dtait prddes'inda par se poussant les uns les autres du sud de ceux qui viendront par la suite, donc cc petit continent comme une
h Providence a etro touch"e par unei verse le nord, et c'est ainsi qu'ils seeAngles, danois, Normands, rendons & lAmique d'ssai, que la Providence a
rac de formation particuliire, la superposaient les uns aux autres jus- I'avance ce mnicanisme sensible par taillee dans des proportions r6dultes
Grnde-Bretagne a pu clapper a la qu'& conslitier les trois races plus un rapprochement des plus signiica- et qu'elle a rapprochle de l'anclei
1onquAme romaine, alors que celle-J. ou moins distinctes que nous venons tifs et que nous emprutons a II de Monde, de sorte que la race saxonne
'ojours envahissante, so rdpandai! de dire: de chasseurs, A I'extr'tme Tourville: y a trouvd un premier champ do d6-
5ts obstacle sur le sol curopden, nord ; de pasteurs au nord, et de cul- i L'installation des Saxonsf dans le veloppement, mesurd la faiblesse
oodant le sud et le centre du con- tivateurs plus ai sud. Sussex pr.,enie, ., on s'cn tient aux de ses commencements. s
heat, etde 1 s'4tendant jusqu'en Une catg;orie de Goths qui occu- traits fotdui;inentaux et ,,sentiels, le
uiot et m6me dans I'Asie Mineure. patient la pininsule scandinaveet6taient spectacle qui s'est reproduit douze
JO is que les troupes romainesont d6sign6s sous le nom de Jutes, aprcs cents ans a res dans I'occupationr pe-
2P6 11/a Grande-Bretagne, mais mi- avoir 6dttouch'ts par lapremiere bau rmire de l'Amrnique par la ,modme ra-, JJ^jl JJ5J
sDs aet eselement dans la pen- che particulariste que nous avons vue ce. Aux Etats-Unis coinme au Sussex,:
Sd their sos lamain ls peupla- en s transformant en cultivateurs, d-s colons de formation particularise Tribn de Con
oomades et sauvages qui s'y trou- s'arr8trent IA danls cete Evolution et sont venus, aprus les marchands, ta-' SECTION CIVSi
rS de ne pas laisser aux peu A peu se rejetrent sur e corn- blir de libres domaines sur Ia ct6 te udien de mrdi.
,Iai eessource d'utiliser leurap- merce de iner et sur la piraterie. 'ore.,tiire, danis un pays occupy par, 6udiewedumardi.z6i o.
,a 6hantr. D'ailleurs le nord Apr mee depa:t des Romaivs, its abor- doe pen plades qui vivaent mobiles Le Tribunal, sons Ia prisidence de M. Is
a dne fao lr dG d o-rande-Breta- et batail euses, sous le rdgimedu clan, ir sident H. Lechand pread si4 i diz
C I d'une feaon gdndrale, a derent le rivage de Ia G e &j .&
& Ia ~onqute romainee, gn den le'unique but de fire le com- et qui ort tdd dlimindes malgrd leur heure et demic do martin e pro.wac
P donc ? mrce. Maios l'attirail de guerre sous vaillance naturelle, on se sont reti- I rrtt aui declare sl dame Edowrd Dog
l0w11Ument des condition lequel ces pirates so psent rent rees d'elles-m6mes par une invincible ne Idleie Lafonuntms nor00c abi esn


6"0






pourvoi centre le jugement du Tribunal
civil de lacmel en date du 22 Octobre
1907, rendu contradictoirement entire elle
et le sieur Hugo Jensen, etc.
Puis entend les attaires suivantes
Nrestant Lesinsk i Linour et con-
sorts contre Choucouloute Charles Eusta-
che.
Le Rapporteur, M. le juge I'. Laraque,
donne lecture de sun rapport.
Me J. I.. Dominique, I'un des avocats
du defender, est entendu en ses observa-
tions.
Le Miniscre public, Mr Eug. D6catrel,
conclut A la cassation du jugcment sur les
2e et 4e moyens du pourvoi.
-P. A. Thiodate centre Beauge Limar-
tiniere.
Le juge Edmond Ildraux, Rapporteur,
lit son rapport.
Me VWindsor Michel, p )tr le d6fendJur
est entendu en ses observations.
Le Ministere Public, V. Eug. D6catrel,
couclut au reject du pourvoi.
Marmontel Francois centre Altima
d'Haiti.
Mr le juge Edmond Ikraux, Rappor-
teur, lit son rapport.
Le Minisctre public, Mr Eug. D-c.atrcl,
conclut au rcjet du pourvoi.
Dina Jean-Baptiste, contre Jean Jean-
Francois.
Le Rapporteur, M. le juge Baron, faith
son rapport.
Me Arrault jeune, pour le ddfendeur,
est entendu en ses conclusions.
Le Ministere public, Mr Eug. Decatrel,
conclut au reject du pourvoi.
Vu l'heure avancee, le siege est level.
Tribunal Civil
Audience civil du t6 juint goS.
Le Tribunal sous la prdsidence du juge
A. St Rome, assist du Substitut A. Mon-
tas, a rendu les iugements suivants :
Celui qui donne defaut centre le
sieur O.haris Thomas non ;o:mparant, ni
aucun avocat pour lui quoiquc dmiment ap-
pele et pour le profit joint la cause du dJ-
aillant A celle de la partic qui a constitute
avocats,pour Ltre statue Al' guard de routes
Ies parties pur un scul ct min:ne jugcimcnt.
Celui qui rejette come mai tondee
la fin de non recevoir prdsentde par le ci-
toyen A. G. Boco, ordonne la centre re-
vision d lIophration d'arpcntage taite les
18-19-:o Mai 19o0, les torimalites de la loi
sur I'arpentage prcalablement obscrv ecs.
,Affaires enteadue, :
F. Duroseau centre son pouse.
Charles Maignan centre immanuel
Dyer ( affaire renvovee A hliitiine ).
-- Francois Xavier Massonni conltre Va-
lase Pass6 tt 0 car Bcnclhe lntrvenant.
Edmond Adam contre S:ani.ias Gan-
thier (Difaut ).
Puis le sicge est lev6.
Senat
A la seance d'hier, le Grand Corps, a-
prs avoir sanctions 2 proccs-vcrbaux et
pris connaissance de sa volumineuse cor-
respondance passe au e3 point de son or-
dre du jour : Election du Secrtaire-Archi-
viste. Au Ier tour du scrutiny, 3 candidates
se partagent les 31 voix : Guillot, Granvil-
le et Duplessis.- Au 2e tour, aucun des
candidates n'a reuni la majority, on passe
au ballotage entire Granville et Duplessis
qui out eu le plus de voix. Enfin c'est Ro-
bert Duplessis qui triomphe avec l'6crasan-
te majority de 24 voix.
Derniere heure
A cause d'un petit accident heureuse-
meat sans gravity survenu au paturon gau-
che d'arribre du cheval de M. Charles Coles,
le matchdu at Juin a etC renvoy6 A une
date qui mes ultrieurement fixed.


Arrivages cas, en nous appuyant sur des documents
Ce martin est entr6 le steamer *Presi- pour ainsi dire officiels,- ceux laissis par
dents ayant A son bord les prssagers sai- de graves icrivains de l'antiquit6,- nous
vants venant de : apprenons que des courses de chevaux
Kingston : Mr G. Hcebel, consul, R6v. eurent lieu des le debut des jeux olym-
Isaac Ellias Maris, R4v. Joha'n Yorghis. piques, institutes par Hercule et repris,
Est arrive aussi le a Prins Eitel Frei- apres un assez long intervalle d abandon,
dricksavec les passagers suivants venant de: en 462 avant rotre ere. Ce sont, comme
Gon.ives : M. Michel Abraham, F. P6, on voit, des tires nobiliaires qui datent
lissier, Mme Veuve Hibbert, M. F. Roche- d'un peu plus loin que les croisades.
Ultimo Allen. La carrier olympique se divisait en 2
Cap-Haitien : Mme A. Pierre. parties : le stade, reserv6 aux courses a
Fermeture de la mall. pieds, aux pugilats, aux luttes de routes
erm ture de la masores et 'hippodrome, destine aux courses
Les d6pches pour Jer6mie, la lamaique, de chars ct de chevaux.
New-York et 1'Europe ( vi Kingston ) L'hippodrome affectait la forme d'un
par Ic s/s a Prins Eitel Henlrick v seront rectangle allonge. Sur l'un de ses grands
fermees cet apr,.s-midi a 3 heures pricises. c6bts s 'tendait une collline en pente douce
Celles pour Cayes, Jacmel, Sto-Domin- qui correspondait A ce que 1 on nomme
go, San-Pedro de Macoris, San-Juan de aujourd'hui la pelouse a ; I'autre c6td etait
Porto-Rico et St-Thomas, par le sis 4 Prae- flanqu6 d'une chaussde ( les tribunes ) au
evident v seront fermees ce martin a to heu- centre de laquelle siCgeait le jury. Le a pe-
res pr6cises. sage etait figure par un edifice qu on
Port-au-Prince, 17 Juin 1908. nominal la a barni&e et qui s6parait le
RENSEIGNEMENTS stade de l'hippodrome C'itait un portique
MtT O ROLOG IQU1ES prcident une cour spacieuse enfernim en-
tre 2 murs qui se rapprochaient l'un de
1'autre en forme de proue de navire. Dans
C O bservatoire cette cour etaient aminagees des remises
DU pour les chars et des icuries pour les che-
SMIIAIR CO E St-MARTIAI vaux. Telle est probablement l'origine des
S IAIRE COLLEGE St-premieres courses officielles.
MARDI 16 JU Le 30 Octobre 1775 plusieurs seigneurs
pass&tent entire eux une convention par
Barom6tre a midi 763, 3"/ laquelle ils s'engageaient A donner chaque
Minimum 23. 3 annCe, pendant to ans, une some de 600
Temperature maximum 5f. 7 livres pour avoir le droit de faire courir
moyenne diurne 27. 3 des cievaux sur 1 hippodrome de Vincen-
Ciel tris nuageux toute la journey. nes, le t5 avril et e 4 octobre, A condi-
Vent tres fort depuis 5 h. et demie du tion que les chevaux fussent francais et re-
matin. jusque vers 7 h. du soir. La vi- connus pour tels par des experts. C'6taient
tesse noyenne a 64t 9 m par second et a les 2 grades journees de 1'ann6e ; mais il
atteint 16 entire 3 h o1m et 3 h 20o de se disputait en outre, sur le meme terrain,
l'aprs-midi. d'autres courses, que le Joureal de Paris
Couronne lunaire pendant la nuit. avait coutume d'annoncer A leur temps.
Le baromerr(Q Jujours tres elcve accuse Mais le pari aux courses s'est dCmocratis4
une T -';'e baisse, ce matin 17. et r6pandu de plus Ln plus, surtout depuis
R. BALTENWECK i856, date ou pour la rJre fois a paru sur
Remerciements les champs de courses de Paris une insti-
.t nution anglaise, les bookmakers, installed
Mr Alexis Georges, la famille Journel, dans une grande voiture A chevaux, munie
Mr L1 General Lcbrun Georges, Mr le G- d'ardoises, de tableaux et percde de gui-
ndral Dec.u; Avin, Mr Andre Pierre, M. chets : un veritat:e bureau. L'exemple cut
Leon Bongird et tous les autres parents des imitateurs qu pullulerent i tel pint
adresent leurs vif. remcrciements particu- que le ministry e I'agriculture de la Fran-
helr ment A Son Excellence le Piesident de ce dut, enigo5, les expulser des hippo-
Ia Ri'publiquc. aux principles notabilitis dromes.
de la ville et A tous les auires amis qui Des lors, le monopole des paris demu-
les ont assists dans la mort de leur re- ra exclusivement au 'Pari Cutuel, devenu
grett J.s PIERRE JosEPH Ai.xis GEORGES, institution national.
ioidd.:in chirurgin A I'H6pital St-Alexis, Les baraques du Mutuel i Paris font de
xmidccin du Port. jolies recettes. Celles-ci ont ere, pour une
.-C--- .- I seulesaison, en 19o5,de 59,3o6,355 francs
L# courses. lfant d l'ordre du jour, i Longchamps et A Chantilly; 7o.508.9xo.
il nous a semblth intdress.int de montrer francs A Maisons Laffite,: Saint Ouen et A
i nos lecteurs les difftrentes phases par Enghien ; 35. 077. 835 A Saint-Cloud et a
lcsquelles a pass eel important sport Vincennes ; 62.341.295 francs A Auteuil ;
qui passionnetant le public haitien. au total, 227,234,995 francs !
C pous souhaitons t d I'etreprise du L'6tat perqoit un pourcentage de8 0/0 sur
Chae p-de-Courses etud'Etat les m masse A partager entire les joueurs heu-
reux. II a encaiss4, de ce faith, de 1892 A
A PROPOS 903 : 65,100oo,437,75 centimes.
E L Les parcurs heureux ne sont pas seuls
DN P i toucher la forte some en 1906, A
REUNION SPORTIVE DU 21 Colombes, Gelon rapport fr 4 828,50
--pour to francs, les chevaux qui d6cro-
cher.t la timbale gagnent aussi royalement
L ES CO U RS ES ce jour IA, leur avoine. Au Derby de Chan-
Lurorigine. Le pemirs a- illy, Ajax rapport i son propri6taire la
some de 202, 5oo francs. Le Grand
ris.- Les Recettes formidables prix de Paris se montait, en 1906. pour
du Pari Mutuel. Spearmint, i 25o.2oo francs.
T-~ Le Grand Prix ces mots seuls Cveillent
L'usage de fare courir les chevaux, de dan l'esprit des Parisiens l'idee d'une date
ols exciter a letter entire eux de vitesse, re- sensationnelle, d'un v6nement unique,
montevraisemblablement a l'epoque mome d'une solennit iA qui l'on pense logntemps
ou l'homme accomplit ce que M. Buffond d'avance, A uoi I'on se prepare, en Ebau-
appelle ma plus noble conqunte. Eu tout chant, qus lt ?-- des rZ S do fortunee,


Insertion d, mandde

UN DANGER

POUR LE
Petit Comrerce
Jacmea6i
Les Montfleury veulent
s'accaparer des dernieres r
sources qui nous restent

II nous est parvenu qu'une usi--
decortiquer le cafS se fonde A deora
trois lieues de la ville, dans la pili
commundment appelde *Baie-Raymog
C'est une superbe plage, pourvant p.
mettre et faciliter a, mirab!emedts
exportation illicit ; maisi i ce nti
que dans ce but, ce serait ua malfaiti
la collectivite par un parlicuaria,
-nouveau genre poussed outrua,
qui serait devenu alors de recks.
visme ou un ingdnieux mais intolMdra
/goiswe ....
Nous pensions et voulons penser o.
tr.ircmerit :u dessein qu'on prbi
cette compagnie (le dcortiqumnrt
d'achleteurs de cafd vert et sec,atec.
yonis devoir signaler I'influence d M
ralisaitrice que l'entreprise aura so Ms
milieu, qui est tout commercial,o m-
foule de petits conmmeriants haitieu,-
denommmes speculateurs en denr,-
tiennenit lieu d'inteirmediairies stnl
grand commerce, qui a sa based.
lution au bor-de-mer et le proedud
rural.
Ces nouveaux vanus de Moall-t
comme on les appelle ici,-e-a
double quali:' d'exportaleursd lite
mediaires pregnant contact 4
avec I'homme des champs, %d6-
ger la face des chose, ea ntmf
coup I'interm6diaire jacmdiB4, k
lien, sans capital ou n'en n'/Mtt
tries peu pour cone rrene o#s
ment se tenir au niveau doe W e
saire abondamment pourvu.
Ou est done la protection 104
nous croyons avoir droit cbue w1
Que devient le droit du charbofsia
Et, il n'y a pas a dire, noulmW
sarls dessus dessoun, nos reso
#ltant trbs maigres: de quoi, parblW!t
souttnir le manage avec quelqoa
taled!..... Comment alors tenir tilet
si formidab'es concurrents,outillls,
pares pour une lutte.... sans prinl?
Comment peut-on ddlaisser vl
le brilliant ( bord-de mer, pour
mond ou Bossier? Ce serait inc
sensible; car Ia bai c'est Bowsdr,
retraite ; Raymond, plage dotr, q
porter fortune i ces nouveaux
iers de l'exploitalion cati6ere d
ter ses coups meurtriera isnces
aux m6res et p6res jecm6lions, d#
dprouves!.,..
Imprdvoyants ont 6t6 jadis not
geants, pour n'avoir point songi
mer le cemmnerVant hiitien, Is
en un mot; car de plus fortes
rations I'ont compris : tel. l es8
et d'autres peoples quo je yveo
pe',ser d'enumdrer ici. U(Je ji
tion est come une indastri a
elle a besoin de protection POUr
dir et se d6velopper et, daaB 0c
tions, son lendemain eet as
peut soutenir avec avantaI
currency. d'ou qu'elle vilO.t I
pas note cas mnihetreu1O1 '
avons lta livr6sa nous- 4a'
apparition. Dan let cbaP dl
oi il lallattc nint-T







isnces et beaucoup de tact. Nous
-s bien du temps que nous na
- pa. de baton dans les roues; mais
dL qu on avait commis la maladresse
cospter ou d'introduirel'61~ment cau-
ure dans notre milieu, on devait
Soir q'un jour sonnerait le glas dui
Coerce national.... Car, pensez-y, il
,,ie loi d'attraction numaine et de
uortout ; et le blanc eat protecteur
Sblanc sous n'importe quels cieux.
L'Europe, fournisseuse de la jeune
iti, menait la politique dconomiqne
comrmerciale du pays a son profit ou
profit de ses national.< qui y re-
~pt. Par l refuse en masse do trai
Slei affaires commerciales A long
me avec nos nationaux,- notre crd-
lit'ait ebranle ou plultt coupe et
Sdevions, dles lois, prendre des
res coercitives po,.r anaihiler cettL-
oitde menaminte qui 61ait I'indice
rne guerre common rciale. Miis ppr-
ne n'y a jamais songti; pas m rne
iministre allect, a cette brancihe.
Cette situation unique lui Ctantt d(li-
uitivement hcliue, le concurrent hlitien
'est trouve dans 1'6tat d'un soldat sans
aie devant les commerCints etrangers
ncouraes, soutenus par curs compa-
triole des grani l s p:,ac y3 euro(j,) ti(liea.
Di6hu dltinitiveitent ,le son ting rand cominer~nt imnportateur et ex-
porttear pour vivoter, 1'h titien accepted,
Srncessit6, a~ tie blouiq(uier ; de
tiquier, d vilncet toujours p ir un
cacarrence deloyale, il se fait poli-
icien opportunist, dd politician,
homme de guerre ou conspirateur, -
dhoame de guerre, rdvolutionnaire,
e rtvolutionnaire, le rebelle fusillable
os ltsillk.. Voila le r6sultat d'une nou-
ele tilection, selection i iebours,
qainousaconduit d2 Gellrar.l jusqu'a
jw rs, dans la situation lamentable
gqteU d6plorent; Gell'ard,, de triste
Miare pour avoir permits I'entrde du
bhcsanscontr6le sur notre territoire, i
m qu'il nous acheminitt. lui Gef-
frd, vers les hautes etudes en decre-
ut instruction pjb!ique obligatoire,
acordant une faveur toute spdciale a
MOt brnche de son administration,- 1
m obliant ou feignant IW'oublier que
Irhame ne vit p s seulement de l'ins- I
heionet qu'il fallait nous prdmunir f
M utn lendemain inq iutant en ne n
isit pas sciemment le patrimoine r
aoionalpourpourvoir i une aristocratic
pdiloquente. II nous a rendusmor-
ajourd'hui aux yeux des iuimor- l
I... Nous sommes par sa faute, de f
an malheureux, chdtifs, battus, p:ar I
M nonstrueux agio; lexibles ~i tous e
Ices; chetifs par manque de rs- s
Utee etn ous sommes venus par avoir a
Mi doeur desagreable pour le nez trop
itif de nos maitres actuels, puisque,
't bien enttndu, le n6gre pue, r
1 Harduin. ,
Voli le bilan d'une trop grande gd- t
to,, -complaisance coupable, C
C n'et pas encore fini puisqu'on
Sgratifier d'une nouvelle plaie 1
*, et cette fois-ci nous serons de I
Ew. -- excusez 1'expression). s
serons bienltt tellement r6duits c
Ic Sera l'4pithite qui d6sormais c
conviendra. '
vy oulons esp6rer que le Chef de 5
l-L qui n pout manquer d'expd- r
Pour avoir vecu, povr avoir suivi
,,tIIstrSne touted lea p rip#ties
IrCwder le pays, pour avoir 6t6
e btons ce 6v6nements prcitds
PI < .avoir en quelque sort tou- o
iL doigt* r. mpcliera que cin-
Clts bhabiiants de la commune
-a- tombe dans la ddtreas Is


Plus grande pour satisfaire 1'ambition
I u', seul ou de quelques unsl...
Quant au grand commerce, personwle
ie peut y penser. C'est un oiseau rare
(l'i s'est echappt5 de nos mains, sans es-
poir de retour.
Encore une fois, qu'on Opargae notre
dorni6re cartonch*, ce r6le d interm6d-
diaire qui itus reste, qui est bien mi-
mine au regardI de ce que nous aurions
dQ Atre, m:ti. qui est encore d'une im-
portance social et commercials tres
grande....
Sans quoi, ce sera, a breve 6chbance,
le d6sespoir dans tous les foyers.
Jacmel, a1 juin 1908.
ROCHER ALEXANDRE


Pour les Pauvres


Liste de souscription en faveur de l'Hospice
ke Saint- Vincent de Paul (MCois d',Avril)
J. Dejardiu Th. Luders, P. io, Aug.
Ahrendts, to, Gerlach, ro, C. Lyon Hall
& Co ro, F. Herrmann & C* io G. Kei-
tel & Co o, Otto Bieber & Co) o, L. Len-
gandonck, io Simmonds ,fr&res, io Ban-
que Nitiona'e d'Haiti, 25, Louis Lota 1o,
Gaiton Revcst & Co 5, J. Laville 5, Paul
Painson 5, Hepple & C"s F. Coupet i,
Roux & C 5, Olivier Cutts & C" 5. W.
Pohlmann 5, E.Castera 5, A. de Matteis 5,
Jh. Nadal & C' 5, Henri Brisson 2, Louis
d Espinose 5, Ernest Dalencour 5, A.Ville*
joint, 5, Ch. Fatton 2, le ( Nouvelliste a
s, Robert Nortz 1o, Mme. Lagojannis r,
Un ami ( B ) r; E. Stempel 5, Mile Maria
Riob6e Lespinasse & Co 5, Un ami ( Ch.
M ) r, A. L Guerin & N. Thomas 2,
Usine Chataublond 3, L. Peloux & C* 5,
L. Jaccoux 2 ,E. ;Dereix 5, VvWRaoul Jn.
Baptiste E. Robelin 5, Pharwacie Cler-
mont i, Chs' Gauthier 5, C. F. Carva-
Iho 2, Albert LUgitime 5, Chs. Perval I,
E. Oriol 2, Monfleury freres 5. G & C.
Regnier 5, Madame Fraenckel 2,'Mme Her-
mance Alfred 5.
Nous ne remercierons jamais assez ceux-
A qui jusqu'ici, ont bien woulu nous don-
ier leur obole. Ils nous fortifient dans
'accomplissement de nos devoirs et nous
ont esperer que l'aeuvre ne prira pa3
nalgr- les noinbreuses difficult6s que nous
encontrons.
Cette oeuvre 6tant d'interet general corn-
me nous FIavons deji dit, et etant donnee
a satisfaction intime que l'on 6prouve en
aisant le bien, nous voulons croire que
es indiffrents, ceux-11 qui nous ferment
ncore leur bourse, pensant au mal qu'ils
e font A eux-memes, nous viendront en
iide pour nous permettre de fire face aux
nille besoins de 1'Hospice.
Donnez done, vous qui le pouvez. Nous
Ie vous demandons pas votre fortune,
mais bien une parcelle de ce que vous je-
ez chaque jour dans des plaisirs que vous
,ub!iez sit6t apres avoir c6t godt6s.
Le concours de tous est n6cessaire pour
a bonne march de cet 6tablissement don't
utilitye ne saurait etre contested par per-
eonne. Et pour qu'onen soit convaicu il suifit
iue nous mentions sous les yeux du lecteur
:e chiffre qui, quoique loin d'tre banal,
a'est qu'un aperu des depenses A fair :
;o pauvres A P. I par jour pour nourritu-
e et m6dicaments : P. i.soo par mois. Et
nous sommes, s'll vous plait I plus de
:ent malingreux I Pense-t-on que les re-
cettes s'6l6vent A autant ?
L'Hospice peroit approximativement
ne valeur mensuelle de 80oo, soit :
Subvention P. 00oo
Patents de voitures 2oo
Soscript ion 300oo


I




I






TANGER 5 On a requ ici des detail
relatifs A la .dvolte des 4.000 homes de
troupes d'Abd El Aziz Le faith s'est produi
A Ksarel Kebir A 58 miles au sud de Tan
ger Les troupes du sultan se rendaient de
Danger A Rabat lorsqu'elles rencontrerent
une centaine de cava'icrs de Moulai Hatid,
ceux-ci portant des lettres, qui orjon-
Snaient aux sold's d'Abd El Azi' de pren-
dre la direction de- Fez pour se joindre
aux forces du Sultan du Sud. Malgre les
efforts de leurs officers qui furent d'ail-
leurs rendus prisonniers, les soidats se
mutincrent et rcconnurent Moulai ILitid
come sultan. On rapporte qu cinq ian-
cais resident A Ksarel Kebir. ssmt dans une
situation critique a la suite de la rmutinc-
lie ; les cinq francais se ser.ient rt'tgids
dans une maison actuelleinent assi.ede pair
des indig&nes qui cherchent s'emparcr
de leurs personnel; les indignces sont sur-
excitrs et la situation :. Ksarel Kebir est
considered come tres serieuse.
PARIS 15 -- Pendant qu'il attendait son
tour d'admission aupr&s du Gal Picquart,
le ministry de la guerre auquel ii voulait
demander une petition, un individu du
nom de Bellanget a sorti un revolever de
sa poche et s'est mis A tirer dans routes
les directions. Deux balles sont allies se
logerdans un fauteail et uje autre dans
le bras meme de Bellarir'; ce dejnier a
&t6 mis en e6at d'arrestation; on cro'lt qu'il
est fou.
TOULON iS.- L'ancien ense-igne de
vaisseau Ull:no qui a dtd pub!iquem.nt dd-
grade il y a quelques jours et qut v.i etre
prochainement d6portd a l'ile du Diable
( Guyanne franqaise ) a fait appel a la clh-
mence du President de la Republique.
Le prisonnier a 6galement envoy au
ministry de la Marine M. Thomson une
lettre dans laquelle il dit que le verdict de
la cour de cassation est illegal et qu'il ne
s'est jamais rendu coupable de trahison.
Ullmo est en ce moment a l'h6pi:al de
la Marine.
PARIS i5.-Une dtpche de Saint-Peters-
bourg au Matin dit que 1'Imnpratrice
de Russie souffre d'une maladic de coeur.
PARIS 15. Le; garCons de cafe s'agitent
de nouveau. Oi craint qu'ils ne se d4c!arent
en greve pour ob:enir une augmentation


De grace, Mesdames, Messieurs, et pour
les pauvres ct pour vous-memes, venez en
aide a cet itablissement de charity. Ainsi
vons ferez bien.
M. BENOIT, avocat.



louelles Etranges

Dernires D6p6ches


Remercie bien sincerement les nom-
t)rtix amis et lo public bienveillant
qui lui ont doinn tant de marques de
sympathie A I')ccasion de la doulou-
reuse circonstance qui a si penible-
imen3t impiressioinn6 tous dans lajour-
nt4 du 11 du courant.-- 11 fait, avec
I'aido de l)ieu, tous ses efforts pour
retonstituer le plus tot possible
son Cabinet d'Electrothelrapie don't
I'utilitH est Icconnule par Io public.
En attendant, Io Docteur Gaveau
announce qu'il se tiont A la disposition
des malarde si domicile pur des tiai-
tements nmdicaux et des operations
chirurgicales.
57, RUE F~iot'.- PORT-AU-PRINCE
Consultations : i 4 heure; apr. mid.


VIN DE BORDER UX

MfDOC VIEUX
PUR ET VERITABLE.


Barrique de 60 gallons .......... ... ..... ...... Dollars
Dame-jeanne de 5 gallons (non comprisladame-jeanne) Gourdes -
Par gallon .. ..
a 1/2 gallon
41 1/4 gallon -.


P. 34
P. 22
P. 4.50
P, .25
P. 1.15


En vente, Grand'Rue ( Ouest) N0 134
G. Gordasco
N. B. Notre vin eat import de masons s6rieuses et honn6to do Bor-
deaux et nous le vendons tel que nous le recevons. Coet pourquol nono i
garantiUons absolument par.


- I -- I


de salaire et une dimunition des heurs
de travail.
Rio 5. -- On croit savoir que Ie Ou-
vernement Brisilieni achet6 I la maiso
KrE:pp cent vingt batteries d'artillerie do
icaimpgne don't vingt cinq sont dj arri-
v es.
PARIS.- Rente 94.45.
Au Conseil des ministries ce martin
I E.vske reuni sous la prdsidence M. Fal-
liercs, les ministres s'occuperent des af-
faires extirioures en course ainsi qua des
affaires du Maroc.
Le ministre des travaux publics entre-
tient le conseil d'une lettre reque de la com-
pagnie d'Orlhans faisant connaltre quell
ktair pr6te A signer la convention Etat-
Or'c ns Ouest don't il fut question A dif-
ftrcnres reprises, d'apres laquelle les Com-
pagnies oue t c: Orleans cuieraient A 1l'tat
I 027 kilome:res de voies ferries. Le con-
seil decida que M Birthou communique-
r.it cette lettre au sdnat ainsi que la re-
oMlSC concluant la noin acceptation poor
a'intant des propositions de la compagnie.
Le conseil s'occupa ensuite du voyage pre-
sident en Russie ct aux pays scandinaves.
I.- minisre'des'travaux'publics estautorise
dil d'poIcCr un proict de loi tendant I mo-
di;ti.r Li loi de iSS o sur 1'organisation des
checmiins de fcr J'intcrIt local. A la seance
du sdnat .ujourd'hui M. Barthou donna
lecture d, la lettre de la compagnie d'Or-
a.its ainsi que la rdponse de Mr Labiche.
Le president de Ia commission demand
le renvoi de la suite de la discussion A
Jeudi

Avis Commercial
Monsieur Dona:o La Torraca devant par-
tir prochaincment pour 1'Europe prie ses
debiteirs de vcnir solder leurs competes le
plus t6t possible.
Port-au-Prince I x juin 1908.

Le Docteur Gaveau





I


TI


PREPAIRATION


CONT


'ALE


DE

Port-au-Prince
CAPACITf 50 PEA UX PAR JOUR
DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)COULEOUS.


Vent. des chaussures: Ckxvreau-glac6, Verni et cou-
1*urs pour Bonmes, Dames et Enfants.
( BOUTONIN, ELASTIQUR sr LAC*)
r gros ad on d6tail pour toute la Rdpubl qu,.


c C', fxA" ',.c-4A::N'T"BELLEVUE
Placed 4'c Chamrps-da-MLcrs
POiRT-AU-PRINCE (HAITI)
Mine Hermance ALFGi-D, direcirice
T4i p a orzs, 220
APPARTEM-EVI-S PCOUR FAMLffl[E
DIN I, F.P- Y a- LtJCH S .
1.&Uhtian wodwna' ': ronortlib!I. -- Pues ur laz mer. Tesmpira'ue
dmwee ed rpwiire. Le TramronagY dde'R" l '! i4-Bel-evve Iout-Ae l.8 Mit w
PROPRIIrI SPACIEJYE. S-OL(t XNT SUR DEUX RUES
PROtMEwNA,.DBS JAaT)INS
Sall de rcrceptior. --Piavno.-Gteasspkhoe.
Sonperies ltlectrique
Table d'H~t~p "Ous "jours,,do ,widI df mr2f
Table d'fl~~te 7u XL: jor~~d ~~ 1 t A6CI
Pout 7 lyie iq eilrrt ho Tlee



Frodait Byleigls pour 1i Toflene


LREE J **EI 9 3H-aUmm -
*^B~~~'uls ka^J in-1-^rts ^M- m


;i(ot,.'it I'dpid rrnie auqijel ell
do(uI)'' Itotin SoupI.-oSe et( Un V
LoiAitO inrcomparable on lui com
= I Tm mruniqudnt son d~licieux par
rn. Elie conserve l'6wi0. t1.-t .. iair du Ieirt, car elle est s)uverain;
Centre le bale, let piqfires Iin'ecte st ef eruptions de la pean.
sans bismuti, invisible, adhd
LL A rente, impalpable, pr6pard
__________________~ sptcialement pour les person
fies qul veulent avoir no toinm
urduwcbable son parfum d6ficat, son veloutA ont contribud A faire delia
aIl de To"Idttos


7 76bas do CrEWA Siumom
tea plus mpaim xdo=
possbde Aun certain
lolss ieqoaitfs bienfaisantes at preserrices do Ia laCr m Sio I
at alclbernent recommended pour la Toliette d. enhuts ot pour lou
iiess devr la pea eeM delicate.
Ageno. GOn6rale at Ddp6t pour ZuUti

Elrlm~ 1 gr 4I trap4O1*
KAISON JULMO LA"VZLL
M. he do Roauuido g ?5h s9


ETUDE
DE
Me Charles Millery
NOTAIRE PUBLIC
53, Rue du Port ou Pavfe, 53
Heures: 8h1s midi et ~- A 56
Archives de Mes. Madiou, Servincent, Car-
r6, P. Fr6dkrique, Solages et Rosemond.

SUn hom me
extraordinaire !...


i
I
1
]
4


Tout le monde a entendu parlor du
pouvoir miraculeux des grands ma-
gn6tiseurs, bien que, jusqu'ici, au-
cun home de la c616brite de
Federico Garcia,
Gradud, diploma et inedailld de I'Institut
X. LAMOTTE SAGE, Rochester. New-York,
ne se soit otlert pour permettre A
tous de mettre ses talents A l'dpreu-
ve. M. Garcia dtonne du scepticis-
me manifest par tant de personnel,
s'est dcclard pret A mettre i la dis-
position de tous son savoir et son
pouvoir merveilleux et presque sur-
humain.
Avez-vons l)esoin de la clairvoyance
d'un Otre qui a donnd des centaines
de preuves lte ses pouvoirs miracu-
leux, voulez-vous rdussirdans la vie ;
voulez-vous connaitre les secrets de
ceux qui vous baissent, les piiges
que vous devez eviter, les remedes
qui gubrissent vos maux, adressez-
vous au Professeur Garcia, Grand'
Rue No 168.
M-- -- .I' .- --=M.
Cordopnerte Nouvelle

G. B. PETOIA
143, GRAND' UE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSIURES KN TOLUS GRNRE8
Rw DIP' T, POITP LA VKI.TS
VN G-FO rr PTTAIL.
Execution prompts des
com:nandes, tant ict qu'en
Province.
Forms A homes ; 0416antps4 et ra-
lionnelles.
Ch:jnssures d d damee( Iferni~rre m
l, de Pori* ) et la plus common, :
-hauisures po >r enfants co feftion-
ides avec dk s PeauwL de routes nuampc
'oune aslection et durte irreprocha.
bies, A des prix avantageu t.
Cirages, pAtas et liquides
Peor ca amuenu Fs tou W, Mwas.

Chapeaux !
Chapeaux It
Chapeauxr I
PAILLK DI PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ
JOSI SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concours d'un chapelier remarquable,
M. JAIMn TESTAR, d'installer one
FABRIQOU DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Saens de Ceffwr diu Lowur
Pour tons l gtotau et pour touted
Ins bourse.


Maison F. BRuNs.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
A ,cien mcmbre de a SocieJ hjl
thropique d.s rattres tailleurs de Pa
Vient de lecevoir ur grand chczr:
tonies tdiagcnD.le, casimir alpaca, c
to, cheviote pour deuil, etc Recomm'
de particuliArement A sa clientAlJ ,I
belte collection de coupes de caim
de gilets de fantaisie et de piqui
toute beauty.
Sp6cialit6 de Costumesde nc
cos.- Coupes Fraunaise, Anglaisae
Amdricaine de la dernijre perfct:o
La maison confectionne aussides Co
tumes militaires, habits brode
dolmans, tuniqes, habit ca..
Cr@,. eCo toL, de toes gradel.

EMILE ROCOURT
(.onsi.L;,iataire des fabricants de =+
cliines ; coudre r Singer et W:
eler Wilson v de New-York.
NMalines i, dale et a mah: :
1))Iin jnarclh( iexceptionnel.
.Jli:mic, 11 Mai 1908

Dr. John SeetualM


Diplome
Sciences,
Diplom6
lege
Membre
Station,
Membre


du New-York Im &i
dt Piladelphe 0OI i
dipl6mb du Aluh


du Psy


oe New-York,
Membre du Hygienic
New-York,
Mtembre du Hatha Lo
temple, de I'Inde.
Le Dr Seetulsingh offrs
professionnels au public
RL'U DES PHILOSOPHER.-

Fr:ncisco ESD E
Fabricant de chasb*Wu
La Manufacture a toa "00
j6t un grand stock,- 2p i 'ec
in gros et d4tail,- doe cl :'"
ous genres pour
HoxMMs, FaMMIS, BIWM
Les conrnpndes de~es Ia rc
de l'int6rieur puuoUt WS
tans une semaine A p** 1e
23, rue des Froam- y
PoeT-AUr.-Ua MJT

An dernie' crie
FABRICATION DE CHAUSSUBES
D. FERRARI
A I'honneur d'annonfl'er a ses
breux clients de la (:a itale est d,
province qu'ilvient dd t. transfeBi
la Rue des Fronts Forts a,.ec sOL
;tock de chaussures, tin irad
au No 153 avec l'inscription ci-aur
Les clients seront tuuJO ss
dans les m6mes conditions ; C
dire avec les 5 o/o d'escompte
vente en gros ; sans oublier I0
mes int e e t la m6me exactita".
La Maison se charge toujOa ,'"
re prendre lee msures A dOli'


v


som
41t