<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00356
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 11, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00356

Full Text

Deuxime Ann6e, No 360.


PORT-AU-PRINCE ( HA'iT )


'7


Jeudi, I Juin 1908


m a


J


QUOTIDIEN

ABONNEMENTS : DIRECTEUR LE NU RO
PORT-AU-PRINCE UN Mois. G. 1. l6xUext M agloix.e, M

DPARTEMENTS TROIS Mors. 3.60 -- Les abonnerrents parent du Er 'et dNa I de cheque
RHDACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
tIRANGER........ TRoIs Mois. ( 6.
ANGER ........ TROS MOS.6.45, RUE ROUX, 45. Le manuscrita ins6r64 ou non aBe roetpaa rendut

Pour tout ce qui concern I'Administration du Journa. s'adresser a Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roox on Bonne-Foi.


PorFoi notre CamIpane angi-saxonne?

LA FORME SOCIAL ORIGINAIRE


IV


Ici,jesollicite toute I'attention du
ecteur, non pas taut i cause de l'a-
liditadu sujet que pital:il 'agit, nous le savons, de dd-
terminer les circonstances diverse,
dbreai la principles d'entre-elles,
piont fractionni Iliumanit6 en so-
itdiemmunautaires et en societ6s
prtialaristes.
Tout d'abord .IM question intdres-
Ulesepose:qu'(,tait-elle ou que de-
nt-Melle Wtre a 'orgine'e ? Etait-elle
urticulariste et l; succession des sit;-
de" 'a-t-elle ftapptee de decadence
Ital Udie a moitu~ Ou bien 6tait-
de communautaire et est-elle en
hind'dvoluer avec le temps vers la
formation particulariste ?
Pour r6soudre cette question prd'a-
e, la science social a eu recourse
spracieuse methode labituelle, A
observationn directed at voici ce qu'el-
lri a rdv61e.
Les families pastorales de I'Asie
"ale repr6sente.t, nous I'avons
t le plus pur echantillon de la forine
ail4 cmmunautaire, et ce spdci-
IDestdcidement inaltdrable puis-
worg0misation social qu'il repr6-
tr est encore tell que les livres
Snous l'ont ddcrite a propos
pr ateurs de la Msopotamie.
C pasteurs, en migrant de
Elu d'origine, ont te., en di-
n~ prices, rencontrds par l'bis-
'volaant vers d'autres formes
Ia,; la transformation du pas- (
W~ ~c heur, en chasseur ou en 1
-' bien que cette dernire e
Sne as'accomplisse que sous (
t 0.on d'une contrainte,- est un
i eWrique courant expliqud par (
,abcOurs de circonstances favo-

p t I'6olution contraire n'a d
SWtre observee : il n'a jamais c
S l'historien de constater f
a o, par example, d'une c
SiWUM*eOn soci6t4 de r


pasteurs. L'organisation communain-
taire impose par la pratique do I'art
pastoral, une fois d-!truite, ne se re-
trouve plus.
En possession de cette constOation
important, t science social s'esl
demand si la diversity des organisa-
tions sociales ne pouvait pas ttre le
resultat (l'ne s srie (le moditi.ations
imprimes par les circonstances ;au
tyipe social du pasteur asiatiquo ac-
ceptt come piimitif
Cette hypothleise, nous le stito-ns
liuen, nte pouvait etre accept' qlu'a;u-
tant q(u'il serait possible-, 1,) (t tab)li i
que les families pastorales de I'Asie
central ont pu, de lI, rayonner sur
toute la surface du globe ; 2,, ( ie les
ddpressions subies parletype prunitif
peuvent s'expliquer par les conditioning
d'existence nouvelles impostdes 'par
la nature des lieux d'einigration.
Cette double de monstration a de':
victorieusement faite par la science
social dans une srielde publications
savantes don't I'enumbration soule se-
rait trop longue ici : je me bornerai
A signaler les deux principaux recueils
de cette demonstration, qui sont :
I'Histoire de la forination particularis-
te, d'Henry de Tourville, et Comment
la route crde le type social, d'Eldmond
Demolins.
Nous sommes ainsi autorisds A con-
siddrer la formation communautaire
comme ayant ete l'origine celle de
humanity6, et rien que cela nous fait
voir que cette forme social est cell
du passed et non cell de I'avenir.
Ceux de mes lecteurs qui vou-
draient un 'peu faire connaissance
ivec la forme des socidets familiales
qui Bvoluent sur les plateaux M!eves
du centre de I'Asie, pourraient se ren-
ire un compete exact de 1'immobilit6
roide qui caractdrise (cette forme de
:ommunaute patriarcale que, en Alle-
agne et en France, une cole de so-


C'ialistes propose aux populations ques violentes et prolongties entire au-
crorine rmod('-le, tenrs et critiques ?
I.a suit de notre expose fera voir N'a-t-on pas lu les polminiques en-
a l un de mes intelligents contradic- tre Sarcey et Mirbean, ou Rostand,
tours de nature, comment le mouve- ;on Zola ? Ne sait-on pas comment
i ent socialist va foncirrement i Flaubert se d6fendit, et avec quel
l'encontre du d6veloppement particu- succes, au sujet de Salammbo Tout
lariste des peupleset combien j'avais, ricemment encore, M. Henri Lasserre
partant, raison de soutenir centre lui n'entreprenait-il pas Faguet au sujet
tque I'avenir du socialism ne se trou- d'une critique parue dans lesAnnales?
Sve pas dans les socitbes anglo-saxon- II me semble que l'on veuille igno-
ncs (1) rer ces choses pour trouver strange
Je vais succinctement montrer et mal venue toute tentative d'un au-
comment les soci;tes pastorales du teur de fair entendre sa cloche apris
SPlateau Cent.al Asiatiqu.o se sont re- celle du critique !
t pandues en Europe. Cependant, je ne croirais pas ndces-
Je promets d'6tre bref et de n'insis- saire d'exercer mon droit de rdponse
ttr un peu que dans les to-'nants de et je ne voudrais rien dire A Monsieur
I'histoire oi 1I'dvolution particularis.e Francois Burr Haynaud, s'il s'dait ren-
s'est accomplie. fermd dans les limits de la critique lit-
tdraiire ; mais je considbre qu'il s'est
fait le porte-parole d'une clique de
R IT I UE r m*'chants et d envieux qui disent tout
A ** bus ce que lui, plus osd, a dit tout
liaut. C'est, par dessus lui, A toute la
clique de mes ennemis que je veux
Je tions A rc A la sortie inter- parler.
festive de Mlo i Fian,;ois Burr Hay-
ntaud centre dans le a Pacifica- Monsieur Francois Burr laynaud
tekir do v \ dredl dernier, apropos est un jeune poite d'un talent assex
de la Cr'te-,.-i 'I'erot. remarquable. II 6tait encore au I.vyce
II parait (ItiP c'est une outrecuidan- ou venait d'en sortir. que je notais
co iinomId de la part d'un auteur de avec plaisir des vers de lui qui pro-
coilbattre les appreciations qu'un 'mettaient quelque chose.
ri itique plus ou moins autorisd a cru I ais voili que Monsieur Fran.(;is
devoir donner sur son u -ivre. L'au- lu rr Raynaud s'est avis6 de se fair
tour qui se rebilfe est un mal appris, critique. Je cro)s que c'est une perte
la critique est sacr(e et c'est au pu- pour le pays, si vite il ne lache cette
blic qu'il appartient de juger plume empoisonn6e pour reprendre
Mais une grande parties de ceux qui la lyre...
lisent les journaux n'ont pas vu C'est un metier dessachant que ce-
la piece : ils ne peuvent done la juger lui de dissaquer lea oeuvres d'autrui ;
que bur la foi du critique, et si le cri- c'est boo pour ceux qui ont plus
tique est de mauvaise foi... d'drudition que de feu sacred, et c'est
Le droit, pour l'auteur, de r4pondre Lamartine, je crois, qui, renoncant a
est natural, ce n'est que le droit de la critique, '6criait :
la ldgitime defense. Quiconque a des ailes n'a pas
Je ne comprends pas comment i-besoin davoir des griffes a
dde peut vends quelquun de le cont i- Je livre cette parole profonde a la
de put venr quequ'un de le con- mditation de Monsieur Francoil Burr
testerRaynaud!


tombien ae fois ia Presse r rancai-
se n'a-t-elle pas retenti des poldmi-

(1) Cet article 6tait dejA redige lorsqu'il
m'a 6t6 donnat de lire dans le PAC IfCATVtA
du 5juln cette pumnse radlcleaemet fau--
quoa le sociaUsme tend A libdrer li'adi-
vidu I a


Je n'ai pas & me plaindre de sa cri-
tique; il aime beaucoup certain pas-
sages de ia a Crete-A-Pierrot ,, s'i en
d6teste certain autres; il fait volon-
tiers ea eritiue ee qu'll me reproche
injatement de fire oomme home


_I ___









politique: ii r('tiro di mne ilince 4111'11
donne do I'autr-e ; mnai.; eci: till, .141 sw
content do cc qu-il Veut ieri InI
laisser.
ijt i),s, je c -,ij;ISitieF! -I I -in-
y:Ois IBurr Rayniicii1, ni II ii i
est iuijii te vets i i e'l' Ie ii Ilr jii
par excs -i de jium''0--Se .AI poil! de
vue des r-lcs doh I ll*():i)111 i U, il
est encore A v.l!e-t'.110' whi 1tB bal'',



de cleiii piq ue d q ui t*;ii:. -;i i cit.

est encore pl.t m jcuote t
II est treinw h1eau d'ltro iii ch., evai e
de I'IdtaI, et de e rtOleral n obm pIi-
blicL, pol'talit tll 1 M! i.AQrltC iIll mactiV`Ultot
br~indrisatt fit. iflttit Mric 41t~tr 6tiii-
Cetlaito Io)Ui' I 1 falls (- ,a
Sacc'Pe de La I.ibt'llw".

H' es RVIsl~i' de *joiiei' cc 1ietrsonnriage

'411111".





ullong t Fe tt';1111-1 tin t.,l l

Iutle .I'UIcais (1 a1 401F que lto liatt
son? de.A tw lt 11.11 ,st1 (qItHls lic\ 41, nt
jds u~Igine de1~~~. LI ilt I'.vi:~clci
hut pire' 1i, e j41 1cmill '.l eci ilueliile
d0i'tt' IitIll e do-. ae 11-





grave, maf ell est encore lsris-
'lut~.
dou o e lsc ll- ( il)I l'Il-le til





lo0iiet tretolltls ;Ij J'i ie l Ce& I., It-
Fraalit d Burtil lel :t (i t I i s i to ie s ) 11 ti

'Iittiiidil'- l i dejbt hi, 1t "..~e e ihiit~




(jilC li1solii14 p.t.14111P

IoX-I'wi dmtiCS Iiitiit- l io
U.lf I-It-C11 '1-()1111al(,I'olrlt`






jo I'ai tlit, t elhe Is encorte, I s m'Ct (1 ,'I


toire. Q~umt d NII rV a`it~oi I ui li,
Pimaud au1'ra (bitl u il0im:,* .1 Will
j)IUS. Vic'i se. i~iidii p otit*l .(l 1tIht'


la couInt' 'cin mea h dui-ait Ahjheuii
1)aud(tit c


J'ai eu le cou(rag.1 d e tit' I t1 l;a
barbe ties Atltititiiis c'est-'-dire, en
I'espece, la bit bae dtes purse idt'aIis
tes et des dangereuxx r'veurs qui so
plaisent dans la contemplation des
chimeres, et des utopies, et qui en-
voient du pauvre monde mourir pour
leurs erreurs, que dis je, pour leuis
ambitions
Je ne veux pas Nlre de ceux-l;A, rrm
consciencee me le dtlfend, je dis les
choses comme je les sets et comlnme
je les vois.
Je ne crois pas que cette sincetitil
doive me faire vouer a l'execration
des a honnetes gens ,.
CHARLES MORAVIA.
( La fin A domain).


R ENSEIGNEMENTS
M tT TOFCO LOGIQU ES

(~ 'b~s ~r'at o ir e
DU
4MI N IRE COLLEGE St-NARTlAL
MLRI1 DiR D10 J'IN
I'ar, !n-.'i re midi 762, 3-/-
% uniui:num 21. 9
"praturetmaximum 36. o
moyenne diurne 28.7
CiL4 nuageux Ic nimain, asscz clair 'a-
prCS-uuidi-
Couronmie 1unaire. Eclairs entre 7 h. ct
Ito I I.d u ,oi r.
L1 ?11rolmnleC et e st.i Cilonna.ircn.
R. ALTENVECK
D6-art


P' ('a'* Mr I). J ~uIn VeCC2
Mr E'. Forlcr \lll~hit.


.......... ... ... .. .. ..... i rLSor et prOVe iu A Ll r g ll li tit L I Al-
r,. z.- Mi. 1. Montpciious. ia.ire i-. Hrrmann & C". d&falcatiou faite
Bar Fin-de-Siecl des to o'o al)'ioIs :I la Commission de Li-
Le RBH FI:i iE Sni.i vient de se rouvrir qui;dation du Procs Jde la Consulidition,
-)ous la direction de Monsieur Nestor Da- le l):rct.,ur gincrd de lai Reectte ct d- la
lija. dpcnsc a et auorisc .1 payer le deuxii-
Oii touvcra dans ccct tabsiissetnCnt chic, ine term d-l' Indcimnird a:cordee aux si-
co0lmplCttfnmnt rcstaurc, des consommations istsstr e P.it-Go.'ve.
de pr'-micr c ioix, ct un service qui ne *
l.isse rien A desirer. Conformiment aux instructions du Chef
SecrAtairerie d'Etat du Departement des Finances, la Banque
des Relat'ons ExtArioures Nationale d'Haiti a ede invite A crire a
A Legation de Frane a infre ce D- son Sge social A Paris, pour la mise en
pavement du coupon de Juillet i9o8 de
partement que, en vertu d'une decision du I t u cp de llet o d
Gouvcrnement Franais en date du 29 Emptont de Fs. jo oo oo.
Avril, Ics Agents consu!airc, de France en Avis Commercial
Haiti nc st t p!us A l'avenir autoris., J Monsieur Donato La Torraca devant par-
d-inctr asile aux retugies politiques haittens. tir prochainement pour 1'Europe prie ses
Avis vicnt de leur en ctre donin par tc- dcbiteurs de venir solder leurs competes Ic
igraninme de la L.eation datt du s iuin plus tot possible.
courant. Port-au-Prince, Ie I r Juin 9o08.
M. Jules Laville Trib.nal Civil
Notre excellent ami,l'industritl bien co- Audience civil Ju C,(ercrdi ro juin 190S.
nu, Mr luics Lavillc, a rc du gouverncmcent tranais, le brcvret d'ofti- Ie Trlbunal sous la piidcnce d ddoven
cier de t'Instrnction Publique. Lton Nau assisted du Substitut A. Thibault
M. L.aville, agent consulaire de France, a rendu les jugements suivants
": Jarmie Jepuis IS94. conseiller du com- Celui qui pernmet i la dame Thomas
;nercc cxtcrieur de la F1rance en 1906, J1ardines de citer son epoux. (Divorce).
parlc:ipi commee coinmisairc fran ais A la Celui qui permet au sieur Jean Fran;ois
niuvelle convention co:nmerciale franco- Lebrun Gaston de citer son eiouse, It da-
haitiL nne.j me Marie Louise Isabelle Dulcin6 Freddri-
C'ct'st .i I'ocasion de c,:s dcrnicrs servi- que.
cc~" u'i a rc ;u cette marque de disinc- -- Cclui qui declare que Pinganeau Im-
t) in Je soin government. bert est b.en hritier de Jean Chrysos:6-
Non, lui prsentons toutes nos fmlicita- I te mbert, habile A revendiquer le patrin-
tions. i nine de ce dernier, dit cependant qu'il
tions. .


M. Emile Rouzier


Le.s pales acaddmtques ont t66, sur
la dciande de Mr de Bezaure, appuyee de
M. Cirteron, Ministre plinipotentiaire
de France, accordees A M. Emile Rouzier,
en r&compense de ses nombreuses anndes
de travail intelligent et de haute correction
A la Ligation franCaise.
Compliments A notre ami.
Soci6t6 des Etudiants
Seance des plus interessantes, dimanche
dernier A la SocieSt des Etudiants.
Le prochain voyage de Mr Luc Dorsain-
ville, president de la Socidet oblige les
membres A procdder A son replacement.
Sur sa recommendation, M. Paul Barion,
ier Secr6taire, fut appele par ses colleagues
A diriger la jeune soci6t6. Et M. Nkrette
St-Louts fat promu ter secr6taire, Mr Mau.


n'a pas entierement etabli les droits de son
auteur sur les terres de Comte, et I'admet
A faire la preuve des droits de Jean Chry-
sostome Imbert relatifs A l'objet de ce pro-
ces dans le delai de trois mois, ordonne
qu'il etablis!e par toutcs les voies de droit,
notamment par I'enqua!e, reserve les dom-
mages intdrets et les dtpens.
Celui qui condamne la Compagnie P.
C. S. A payer a Charles Dietz, en repara-
tion du dommage cause A son fils par le
capotement des cars du Ier janvier 1904I,
la some de trois cent cinquante gourdes
et la condamne en outre aux depens.
Celui qui ordonne que le sieur
Edouard Gabriel soit interrog6 sur faits et
Articles.
INouvelle composition, sous la pr-siden-
ce duoue Janvier.

et demanded do sieur G. V. Maklouf tendant


rice Lafleur remplaa ce dernier en quality
de 2e secretaire.
Apres ces lcztions, le tr6sorier de la So
cictt complimenta, au noin de ses col'e-
gues, Ic nouveau President, et remerzia
I'ancien pour le zele infatigable qu'il a tou-
jours apportr aux atfaires de la Societd.
Mr Luc Dorsainville en une court et
belle allocution montra combien il 6tait
touch des compliments qu'on venait de
lui dresser et fit de fraternels adieux a ses
collegucs de la Sociite.
Alors ie nouveau PrEsident, en un lan-
gage intime, rcicrcia la Soci6te de son
vote, nouvelle preuve dc contiance et dYad-
miration qu'on venait de lui t6moigncr, et
idressa iu nomn de la Socite des adieux
touchants et dmus; \ son prdd6cesseur.
Sur la denmnde de quelques membres
un vote de haute esiime fut accorded
1'ancien President. Et pour lui temoigner
de nouveau leur profonde sympaihie, les
membres de la socict, voterent une somnne
pour l'achat d'un souvenir qui lui sera of-
tCrt a l.a vcille de son Judcart.
A SVysrANT
Secretaire "ie d'Etat
des Finances
.\A nvcn d.s tolsM cnci .es par le
r t- i r '. .......u.. u -- l' .


Hotel-Bellevue

DIMANCHE 14 JUIN 109O
A 5 heures de raprs-midi
C3rar-nd Concert
PAR LA
SOCITE PHILARMONIQUE



NOHvelles EUgII

Dernieres D6pecbl

PARIs 9.- L'enquate sur l'tt nl
mis centre le commandant Alfrei
par Louis Grigoire aa couar des g
nies au Pantheon co I'onnerl..
Zola se continue. Grigoite a d.
M&nard come avocat sIuo"dul
I'apres-midi on a confronted. G'i
plusieurs personnel qoi ava *It
de I'attentat conte re e ryfei i
course de I'interrogatoire. :*.a 11
acte volontairement et j'Ifea-"r
mer toute la respoosabilits.
MADRID 9. iLa chamlbi d
adopted aujourd'hui I p k& e
par o Bstillo, minism -"
on emprrat int6riear dec 4 ba o
boarmlbe on cinqulsat*.


`-----~


A la nullite de la grosse du j
18 juillet 1907 qu'il prtendait t
vu dit-il qu'elle a et delivre par m,
sonne sans quality. et laisse i da
dit sicur Maklouf les frais et dpe
y comiris le cot du present jug ,
Celui qui re;oit le citoyen
Cornet, appelant du jugement do T
nal de Paix de l'Arcahaie du v .pg
Mai mil neuf cent sect, rendu en
le sieur Petit Frere Raymond, dit
etW bien jug6 et mal appel6-statuant,
veau confirm le jugement don't ea
et condamne I'appelant a la somme&d
quante gourdes A tires de domnmu
tlr.ts et en outre aux depcns.
Celuiqui rdjette la demand t
formulee par les Thbophile et conora
declare que lalnullite des significatioMi
tes le 29 Novembre 19o6 par les co
Theophile ne peut etre prononce qua
present.
Les affaires suivantes ont 6t entua
sous la prcsidence dn Doyen LonNIL
Pierre Louis R6my centre C i
Florent tt Murat Charles Pierre, cootia
tion renvoy&e a quinzaine.
J. B. W. Francis centre Mme
Aug Camy Nicolas, apr6s les obsexi
de Mcs I)Dlatour et J. B W. Franci,
Tribunal renvoie I'athlfre a mercredi
chain.
Puis le siege est lev&.
Chez le D%,cteur Gaveau
Cc martin, vers to heures, le laborua
d'El&irotherapie du Dr Gaveau a t a
en pies par le jeune Lon Lafonantq
le Docteur soignait depuis 4 mois.
A remain les details.
Poesio
Nous avons reCu, en une ~~1graoi
chure, les deux poemes de Monsieur
mothee Par.t de Jermie, que I'oa
vient de r6editer Lueurs slrdou *s
nine.
Monsieur Edmond Laforest, sou k
meilleurs poktes, en a fait la pr t2
cette eloquence harmonicuse qui ai a
propre. Nous nous joignons a lat poI
frir au jeune auteur nos coplimaae.
encouragements.







mprunt est le rachat des bons du Trdsor
gt de la dette flottanite.
BCX.LES 9. Alla veille de I'ouver-
ture de la session spdciale du parlement
coroqe pour terminer la discussion et -
mettre un vote sur I'annexion de I'dtat in- A
,endant du Congo, on se montre tras
pesimise. Dans les milieux politiques on esseurs
iosdreque I'annexion est condaCmnte care
onsideeqe .u d. I(:,ornpagnito des Cloem
k roi Leopold, dit-on, a rcfus6 detaired au- Ia Plaine d (Cul-dde-
tres concessions. (Plies n A.s imblite ,
PAins 9. ;oo personnel, y comprise le s Juillt 1t., h i 11
marquis de Dion, president de I 'automo Sige Social, s auA
bile Club ont cti cempoisonn6s par la pio- No 5c.
maine, ce soir A un banquet de I'autono-
bile Club; l'empoisonnement par la pto- ()O )IDE LDU
maine est attribud a un plat de canards 1 ItappoI t di Con
serviau banquet, une pcrsonne est morte tration
et beancoup sont dans un htat grave. '2, Prt'seiitatioln des
PARtS to,- Rente : 95 I5. 3- H, notl -elloIle nt ,
M. Gregori, l'auteur dl I'attentat centre Div
M. Drevfus, intcrrogp par le juge d'ins- Dives.
traction, d&il.ira iacptcr I'entire respon- IPort al--Plririe, Ile '
ability de son aite. Le Prb.ilt, L1 8
Le prife: ce la Scein ct Oise accompa- d:II\VEDEH. I
gp des delyi5., du prt'ident du conseil, ___
du ministry Je 1. a.u.rre tt de MN. Garinn
Renette, expert et arin:ic.r, s'est rendu A IIU t
Travei! fair unr cnquu:e ordonnde pir
M. CIemencca. >,ur le inidJents de la se- l I'tumo ses l' ents,
maine dernirc s'.i' s .- r A Iil, a i\
L'enseigne e2c .U iu 'l no s..r: dcgra- iL. I, *I1- l **t--i.
d VendJred. 11.1 fi 10' fi IH(111 1 l t' I'I
TLIS io.- I.'- i,.Ievque N ikn) ex- e "'s a ,zo'line et'li ,l/
Archevcque de (,.-C rg a td c assassinC ici A lllm )irs l4t''ltriu ,s
ce martin sur le :niar!ics du Palais du S\- 'lctr 'is' ,i piles ; -
node. toutes lic,;es I t, 'c(:li
Les assassins. J :r'volutionnaires, onare, out lur trte ssaires.
pa rtusi 1 s'ehappr. Phi -
Un moine qu: Ia-ompagnait I'Archeve- PhotographiE
que a 6t sricueut icnt blessC.
ST.PETERSBO. ,. Treize personnel
convaincues j'a',nt'cas politiques furent
excuteis hier danr diverses villes de J. r
lEmpire, Li:., 4 A Lodz et .4 Odessa.
16 condamnatio.i, capitals ont en outre 120, .-ue du Ce
tiprononcees p.r des Cours martiales, 8 (Entrela Plharrniciet
Lodz, 5 Vracv;e, 2 A Penza et une A tel Communal ).
Odessa ( TRAVAL'X DE TO11:
QUEBEC.- Le p:,u g4r;::. et le plus ra- SOLIO Er PIATINO. )
Pidees cuirassts anglais I l'lndomptable Cartes Itr a t choisi pour transporter le prince de res'ues.
galles au Canada. AGRANIISSEMENTS,
Quatre autres cuirassis et deux croiseurs-
arrieront i Quebec le 16 juillet pour ATE1Il'L I1)
trre pr-sen 's aux tes qui se pr6parent. Prix Mod
THEANs.- Jusqu'A present le shh n' a
P tenu sa prometse de rcnvoyer les reac- NUVKAU
tionnairesfaisant parne de la (:our, ce qui Cartes Mignonettes.
provoque une certain effervescence. Photo-so
BERLIt..- L'imperatrice Augusta Victo- Otffe ses services a:
iafit aujourd'hui une chutte de cheval. au-Prince, aux gens d
ile ne reut aucune blessure, mais ren- lits actuellement a I)
tL en voiture au nouvean Palais. Ven z e.s;
a--_


ti


Cordonnerie Nouvelle

G. B. PETOIA
143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
C AUSSURES EN TOUS GENRES
3M DAP6T, POUR LA VENTB
EN GROS rT DETAIL.
Exocuton prompted des
COzinandes, tant ici qu'en
Province.
InlPes homes ; 14igantes et ra-
ftnem ;etra


Chaussures
assures de dames( )Derniremo-
6Paris ) et le plus commode:
aatpres pour enfant8 confection-
aPec des Peaua de routes nuances
teo, s4letion et durde irr6procba-
b, des prix avantageux.
tm m.0 PAtes et liquides
hw asure de tout" nuances.


P. .S.

Sunals d I


lic~ll (IC i r c i 41
ir de Ver d ,-~
;ac sonttC~i\~,

I,,:! dui ati CALI








jollll :
bI s I I (FA I I








(:0111 jdCS
LGLOIIIE




zo -i )?1 21, (
I ~ L a t r t;f '?et,
r1-~l ie poll I


L A %,L V--, lLd- -
It tya'"I e, l'1-

T K S s 0RITES SUIt


lEPIiODU'1'11)it N:-,
.LUXE


par doul. P
Die.

eos auties, loc't-
011-a It -aI'zIi
a.yer!


DENTIFRICES

(CIclebres (ies I11. PP. I1&Wijedictiu s



SPL I \LITE ET PRODUCTS HYGIENIQUES


S' 'T,C() C So. N RE POUR LA VFNT-E EN CTRO3

LA' lInl(roI1Iph3bl Elixir Dentifrice

(;''I IIt 'Iaiit Ot it- Sol- K [! 801




La I'midre Do ll,~1!1,':fi- irth (lots 1111. P1:~~. lr~


I~4&Il4b(iliflIs ,-


, \ I:

. i \


\ I I'


.Le.; au"r ez, PF' i i 7 ;11+ yi,,' : -.


Pour les cornnand's en gros:
et deput pourj la


*1~


4 , -


. ( X 571N


* ( *


s'adiresser i I'Agence Gen6rale
Bepublique d'Haiti


MASON JULES LAVILLE
R a;. ? e d(.i .; 4.. e t '


__________________________________________________________________________________________ U


FiI I4)lIIIle(


4 ~ft3..hjh~ajiEEl a;IC'd ? -u
\ .. .


1 .I n I iI, .

Federico Garcia,
ul urt.,l l; uii, t ct ;, :. ,.i 1. 1 1>' l -tl .'
.\ I .\ \1, l < 1I 1 I '(, ,,| i ) t t + I t *a 'I .t .


t.0 I S (I1t I Ii I -t S t I I I j t, 't I I" I k11
ve. l1. G arcia tst4n iriS I 'I i e ,t I I-'S-
mIeIiini ritf-stt par tatit tt-persotinps,

pOsitim) d ._-> t oll 5 1-s d4 'tIt
1)IOUV*(IHI'tller VeilleoUX et III'".'iLi.e'su ir-
hlurnaini.
\vez-vous 14esoi0i do It, ci irvoao
('tin iflre qui a don nit, des 4enit;iries
*dc preiuves de spovon-s Nii1u-
letux, Vrltt-vo-, ussirdaris la vie -
Voul('Z-vO-s ( ttC)ulnritre les s cree tie
ceux qui vous haissent, les jtit'es
que volis devez ('vilIcr, Ies rtem;Aes
qili u9iisserS t S 'os maux, adrt-ssLz-
vous au li~o1esseur Garcia, Grand'
Rue No 18.


I *t'


LA COMPAGNIE

D v.'v ; p ,' en o '11 *
de :a (Con. -


't r ie-.peroii j e t es Ci-


ions cornomme Seci t'aire et TrIssorier,
et (jlu ;iIi pol(it de ~'d:It'. h Cu)Iiltla-
"p~ill 111, -HiA I4S)JIiilf' )111 iiu 'u -


Lia C:uzpitni ,it de IW)veloppenent
(14. WlI( t.i I ( Ia G 4i i vt Iv, 1) rfite (tIe l'oc-
p4mr a)0 iwiicul (joe Nosisleur
II sn iiFc;r irii est -ion seul repr(sen-
tant en haiti.
Le P,*4sicfcal de I or Compagnie de
Def'veloppement de l'lle de la Gondue s
CHARLES W. R{USSEL.
Port-au-Prince, 29 Mai 1908


bj) I~4~bll('h(!i4.bt ills


P I IfIP.n (IC Itii,.11KI tr': N

Ax ti sti que, a te:fiie

,ESSY: (u I cfrine a 11;Iais
nIEtr i ti1eColognett1eifive etra-fitle.


Balnque Iatlinale dc Hal ti

lIMPIUNT- DU (r UL'ERNENMINT
IPiovi som 1
19' ldparlition
Confornmment aux instructions du
Secretaire d'Etat des Finances et du
Commerce, la lanque Nationale d'llai-
ti a I'honneur d'informer les interes-
ses qu'ils peuvent, a partir de ce jonr,
se presenter a ses guichets pour tou-
cher une dix-netidme R/partition sur
les Emprunts suivants :
Emprunt Gouv raement d'Haiti (; "I
1 t' du 1" Juillet au 31 AoCit 1938
hmprunt Gouternement d'Haiti 3 ..
1/2 /o. du 1" Juillet au 31 Aoft 1908;
Contre reCus et sur presentation des
bons.
Port-au-Prince, le 8 Juillet 1908.


I


I


I


I .-I I .'I I ( I I ) 4 I I I i i I i i I ( 14 h ; I I I t -





4. .~.-


TANNEif1E CONTINENJTALE
DE

Port an-Pri: tc

CAR:\(.:RNfD ">TX I' C ,I'' \ l(;_!
PREPARATION DEc PJX DL r CT ATR (4) COULEURS
., ,. .,' ". ,: 7 F 4 ) COULEUR$.


Vente des


chaussure3 : C ;- j -c. Verni et


cot


Li


leurs, pour Eorxioo-rr, o -':; -- a~:


En gros et en detail pour toule la RIpublique


A L-,LEGANC E

CO RDO N ii. P~ a ;i
3R:. EJV"U3

C12biS; l--, FN !of 1I N,.

de s tmiAU t'a 1,1.I':
Chlauss-Ilr,a. d'I'Iii t j t t -( K 4
vail toujo wsli t iit i, Iplus
nouveau x.

M i eou i It s a rif.tiit : jo n dtIl I
Travail solide exgcu,,i avec
des peatix de rJ:'2-v:oI rrla rque. Mt.
Assur~irwe (ilo Vr'jd 'UOwl ie
p~tes C!


ALEX NE


%eidi.-irin Bell
da chaussures
:, 'lo Nord de 1
I,mIbreur clients E
t! fw-varont chez Il
Ilji,-t de Ch.iu ssu
j~~llllt-eCt enfants
.t'IC (des materiau

u, Isi de toute
iA
~3 a IP S


i i. ~r rrivtis par
SNIDE t-JLAGES.
I O -Frts.


lE VE I


Ce : ~ v.'i 11,e I ) ,L.' pa 'J:,: !-i lita"I' lilt du nioude
ent eci iii p mm st -. ''ii a I .
Les ma1:la~aliws (ILU I WO, 1- i i)oat a4.,] I lo) if'-, 1* it, I W iiii atisifl. son,
uOris par suit em1oij.a.
Jamais d'insucc(s ?
Se vend .i touts les Phw--rnacies
D~p't Gdneral: Ali). P-T M.,!A. RQUETS
21. a- a ( a' *


_ -


B BELJL E VU E

O-kU --P11N'F, -,HAiT I)
NO!( 'icirmance ALFRED
To&tphone, 22C
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DTNI ERS-LUNCHS.
Installaio-?a mo.-Ict t '.oiettale. -- Vue.u!u !ca n Tcmp dA mr@
douce f r4tulikre. -- La'. TL-a,m se ipts clreI 'Hftd- Pt-1.cPtvae tout" le 7 Minwsvt
IROPBljTi :-p.A"CjjSE, S'OUVRXN i' -'!JR DEUX RUES
PFA C. hIM. N.&D ES JA EA D f W S
Salie -I'e, reception. Piano. -Gramtop hone.
Sonneries ]Clectriqusx


Table d' Hte


tau les jours, de mldi d 4P hurso,
-4U 7d d a8 rmrs du :oi


KOLA


KINGSTON
MACINISH'S KOLA PUPY, P
MA;CN fish's I It(oN BRI EtWE
En Vents
chez Caft--ukt hF chard


L- Mainoii d'Importatiof
41x~ste Es 1cm2L
Port-a u-Prince
4o, RLE BoNxE-.'or, 40.
kImI.Ve a sei nomblIreux clients
qie Hnouvellcment assortie
Sd'uii :c l (li'titit do Chapeaux
p ir ~.n I ] Utailis g*''.Iies, formnes

I'adres-
a se
L V\ iL F.N I I--r I- a1t r, en bron-
tC II' 1i
1-
i, d-
o dt ii..t,~ td
do Bilo. '
ix


::, ,,, ,' ..... '.. ,( :s ;^ Po' d'ots a fleurs

L.A


du Monde
i qai ;do:nt le meilleur pain.
i poduit le plus do pain.
danc: o le pIin le plu.blanc et
Pinil,:,urr's Bert. de lA
S'.. :; Ficir Mils Co,-

rr -./ ,

~_g4t) osthellle Romulus
Di '.il ateuliquoriste-in-
dustriei,
IiipI';,.!1 ,1't "'In'dailld a Il'Exposition Uni-
'~'t e r lle de Stint-l- ouiis ( Etats-Unis
d'A merique )
.A : v ,' A it -; '.ieits taInt A Port-
at-!';t ;' e qT dtani. lie autres locali-
t's. i' a .tr nsf.ri st maison de
coiln1 '11 'r si. .i. i Jev.:tit ;i 'avenue
St M.,; tn, I l irue IK puh:icaine((,rand-
Ri,- },itHe No 3,, non loin de la ga-
re ,lu Nord.

Chapeaux I
Chapeaux1!
Chapeaux l1
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSf SAN MILLAN
L3 coiffeur artiste, qui vient avec le
concours d'un chapelier remarquable,
M. JAIMs TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coifure du Louvre
Pour tons les goats et pour toutg
lea bourses.


Maison F'. IMIUNES.
195 GRANL ltm, 193I'~i
D irigef p

L HOUfla"EfLI N
A nr.1 '; Phila
thj~jli~ C4~),;.763 L-,. ",'s 'I PaHl
til de rct:kwv .` N.o aA Ixd'C
tollIC; j al-gonale, cUSI-11I ;'litn~, cei
to, che;iote uou(r Ieu t' -
de p.rticulierement an,
bel e col~cctiou de cueuel 'Ie casimj1
de gi0tq do fantaisi t ie i.t di
toute bsju-L.
Spdciaiit6 d l Cc rmes de Po
ces.- Coupes Fiaui A.- Anglaie
Americaire de a dlai; ri : eriection,
La mai;oi cor'Aectlow des Cos,
tumes nrii.tairos cjj brodb
dolmans, tuniqr.- -habits car
rds. is-.-: tiC, J-P tor; -1

EmILE n11W.01r11T


(:onisi I~zimire des
clilleas couallre v S
eler Wilson Pi de
M ac illc" 'f t'.&I'st


,!' !-; de ma.
r et Who.
Yoi k.
,' i.,iain d'un


I 'n I C' 1908.

Dr. John Sevaitisingh


hpimmc~r6 du Nc.,*%li,,M
Soiionces,
Diploni6 dt I'l ade C CS,
lege.
Membie dipl6tn6 A; \ Krnmini
ciatioll.
Mfembre du 1'syc I C S
de Now-Yoik,
Memerbr du Ilygi i.l- Institi
Nemb-. rk du Il r ya IHii
templj:', de l'Irde.
Le IDr Seclulsingh st's
professionnels au Pull,- "llaiti.


tut de
al Col.
i Asso
sociey
rt de
andoos

Mcnica


RUE DES PHILOSOP I -- JIRMIE

Francisco .ESTSE
Fabricant de c-.aussurU


La Manufacture a
p6t un grand stock,-
en gros et d~tail,- c
tous genres pour


* *l c~ors inl
aurs !a ugtd
('h~aussgrs~ i


HOMMizK, FEMM INI IANTS
Les commandos d.- .:ommergan
de l'intrieur pourror' e ex6cout
dans une semaine a -'. a pres.
23, rue des Front- 7: 23
POMLr-AU-PRIN ct ( mHA )

Au dernier cril
FABRICATION DE CHAUSSgII$
D. FERRARI
A l'honneur d'annoncer A s3r
breux clients de la Capitale 0e '.
province qu'ilvient dese transf6iW
la Rue desFronts-Forts, avec son m
stock de chaussures, la hi Gr
au No 153 avec l'inscription ci-of
Les clients seront toujours 9"
dans les m6mes conditions; cI*
dire avec les 5 o/o d'escompte BSi
vente en gros ; sans oublier ls:*
mes soins et la meme exactitUde
La Maison so charge toujo
re prendre lee m resres &


I _


*[


I