<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00353
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: June 8, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00353

Full Text




Deuxi6me Ann6e, No 357.


PORT-AU-PRINCE( HAiTI)


Lundi, 8 Juin 1908


--C -- ---- -- -____


6


J


QUOTIDJEN
._I~II ... ........ .... ... ... ....... ..P IL II


ABONNEIEATS:


pORT-AU-PIIINCE

DWPAlTE1 FNTS
9TRANG...


UN MoSs. .

TROI. MOIs.

TRois Mois.


.G. 1.

. 3.60

. 6.


DIRECTEUR:
Cl6xmexxt MLlagloire,
----- -- a
RJiDAC(TION-ADMINI.STliATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMIRO 10 CENTIMES

Les abunncnments parent du z*r et du 15 de chaque
mois et sont payables d'avance
Les nmanuscrits insarbs ou non ne seront pas rendus


Pour to-at C:i .At :. *~*L .&~l ; -


* -Arl.. B 4S kuni Booe-Fo'.
45;U kcu]


1hiiIK L \F'\N1LI;ow .Cc !'est 11 V s 'tsul *mploi de lIa

It hrl c* et I.'I.A~~ 1 jIl t ci ers-I

Iffir (tVO~il, e a*i ~I~ro de sia-
Le IDIRIeUt .. Et a.ii&1IeMIlltutabernei
do ~~~~t~ Incte i'iiIII 1s.i1S. dsl~u.
IT rices mrizeznaire-,9 si Ics nmrcs ne
lodte~s ev inn no 10 ritaiie t;t hs e t fisant al~ittin au mon.-Are Cqii -r&sI'assi,1ithIlcit lcaire% du rn~decin
isow pas d's~tr m, Wies et c'est biet Ki :a ourri, it b'exclamea: L Oui barba- quit en rni.AiZrj profe,.;sionuicile, conls
kendmi lur aiyliti-lcor, ivec touto e, rc sa, IL lS le ,1adait,-&, g se.!'fy r- ciLHnt de [a dignittd scientifiLjuc1 et res-
a sw Ju%6n:t1bo-:juo. Iinterrog3 .i e-tie. ~peclue'Jx do s 's devoirs einvors IPhu-
hi q pik. aIvorin lan~.>t C.~endfant ei, J%?Iot tk' istb do uia~tiitt-, fuec cues iiit Ili i Comp: tIJ4ili~-n
maouimila i(emnI,-i"lu'i s&~tiale-r de 1.a foule, la I)ouI'icex tmerdenairo Con- sions tmeicaiiitil -&, ni le~wiolitlresses ci
w owls, aui tein d III a llkornw es, srvcra toujours son! iinportatic.. to:Aes 1;s imarchand ig.:s, l't mp-ooi d~urw. au-
ff3 a Pelis-z-voltiM tn I i Ia.* que I-; fois (ju'uIIobsftdCk s'oppose hi Val- Ire fUme reite-ra toujot'rs l'idttia
emglbas '`e10ki (i t .o t -r I~i a. 'n t 't'.. 1' cCete t J& ii &rdI il~ec~tmi~nlest de-
imt Sala ail~nt ~ ~a ~pa;- ., p#%,io eI'li z'imuon c gi-ande pour- vcfl u imo;;1
MW. des G pow Ou Ire [ornet ur'n, d". l' te a Iti 'Fllparai'ui o5 i'Ii- Pouiatit i! ~I viai (pime Iei bibroiu
& sale A PtIic S \- /t-,\) p ( i' qiI s ~ 1) y iSjt!: .s U les [dvC.i II (L..; 110, aluiLV iutill icitIc !.'poll, I.;i-
brent iIac6& ;1:1. :a r a I tr.pour 11%r. rae.; O* 0115 ui cs porvl'oi (125 e6ii3..'). "IVZ )e z4d6il'tifsit.Ig a'
b reso irco 31i Go,*uxims )( '~-V,, (lqid tcwiriI(a veCC 10 I !1--;;1,pXj)If!il i n.t.s prn~rt I
dor detel os ll''* a ri-.dri I *r i -:lii :stiI).S(fii i. Ii a 0:tI fI ~IIr.)il.tS lsIt ~'~I' ilmp-
W n it wi e .Iiv Ix I I! t(IWeI'cl~es t rai stirI>is-wnit .a ~(Jul (1-. llnitkid~'it-,s Iiwu- d Ffl IIIC !j' f. rl~ itiJuctt)Ulj( )I S ti ( I
mes phnible: fe IlI!. E I", nto Con u1ais- toi '~ t de(I 1I~ia I i;es du I ait si di lcI J'(!ii:i.t.1%-,~I., I -- en tIabI e .t x
I~Plwpht I'.,; don r liit v.tntfl savt(1a eMVC,tC)) !Cxes. Ce-st el1qui remn- -- d( s zmod'e..auqtel I: .e mati JPiel
IPurtant de Ihii..1. )' Ila I s*(11(3il- t,4:ie to Ic las i~1:.IJI-feizlcie.h C et ~ioN'lillei,(t~t(UI~crs*Afi~i~


lear r6!h, 3I ,,'=. I;!!*. i a i xa %) ~ds ~iaicdla II .' .'.' 'll Ci (*e!t> lit, St~~i
a !61 f itt d it, ro LIr~u ~ ;p i*c:'_ I1 l.ZjLi. iif Iuteamp, I- eUlI .I 'I v~* a i r
elde twdits lei,, j,* lie jieuva3mit r m I i2 II~g d II 1.th- tan- f ac 14!1 .,tI le t ltt iuje
@b on er k Ul' 111-11 0o)Slit t.10p I III)i1- t'JL111)L-ttUi 14U C 1t O i-I (tW)IS I _-,1, A.X 0*1t I, i hf-in-
0oi. i.i Ala imois..oti to;ribl~e qal ,cfajit chi-> S
[out autre 4?,41IL, eas (VS m wi-ros iljue jour I~ttis to ehain; dois. petits tlil- D l'ais ( ti'ancho s lo ino ) Si la
es trouhbifs .1,3 1Isant.6, to mani- f jot. ,stat is! iq tes ct, anigt~res'. litI noRh) Ut jC w U'rewiah le in:t:.iti it dait-
dolait, ou li viciatiot, do la conk -i lCjt o~r aiuisi dire du sang 1f10gtrlst u etui-'cd-sli oi
BOPpiJOSC (I dunea nanii~re ria- .'eut d,! c~ji p tillts irkes dont lvie 1) :s-tz'a.tii ux tIII itIa.Iilr(-i't lX lidls
At& Un bonli-mvr pour oil3s ex- est ainsi bru~s j'itciacit lrancl~4 Ou fol (altaiits patit Fie rairI)lezli sb0dubi)beroii
~Ileent alldeliaiit peut6tre. Elles iue d'un violent COUP de COUPOI.t. iouein.i boattoilie depoiinmdire I
Onitatlaiter q uelesnelepeuvent Qui Pourrjit dresser le bilan des 11a- ,(1)Eli sointm tedtou'cs les .spt~cesd'aI
m.doivent. (i.e sont elles que ja ladies contagiE uses don't lag Parents, Iaittnlent iIIdoitinie celui pat la femine
d. tWilt Mon cccur et A qoi ja tno Font nullemont rcsponsables ot 11"t resteta le Ill i!!eur, 11,3phis InaturI9l
.IereniPloi d'une nourrico iner- ont W transpiatrit-.es dallns la fauxutite It, plus riiche ein avant~.-rvgts d' ail-
t lA a Conditioni toutefiois do par lavenue inteinpesive de la nour- 1,ui', !c plus cowpr~hensib:o. Si le bi-
sC~tirC.o.ci qaxilt: A vott.'r ri,e imereelitira? Qui poutm'ait faire. le -Jptroridoutlil to charge. avcc as-sez
~~ad ers eftzios, a touii hire- compte exact des dj;5ndre~cen'ls I;'- c'adrcs',4 ,it ledonmne du mnohini uri
.1sarcalitiqiie3r(Fun public ill-fanliles oft les-tI res fumnili ties WUna! p #I t&Xi. JItfiCi&?llefflelt
qu~i ne s~ji pasf-iire la p~ill ien&Avoir du tuut iet.(Ilui wit Mdtratis- ( I'e i Jbr(jiE,)i, mares qui Ites obli-
"onsabiitds. Ilises par un linit au-si vi,iI6 (jdifi#5geso..ido trornper vos enfants, quo d'a-
a~l e I'apilelli! enl efidt, cornbkn gitimle. cheter un biberoti qui e!4 un menson-
~itVirgile luimw~me rudoya Cependant coininoozi le voit s9ufti- ge artificiel, achbetez uno femme et
et En~e. Oil sait qu'apri~s 1.-u'r saniment, sins quo j'aie b;.oin do e. Ic mentirez riaturellemnent !
16leur naissance, IPau- d~montrer, on no pourrait pas4 dire Si I'on a soin de se prdcautionner
'wde s'acharne aprds le hd& sans 6tra injusle que le danger rksid8:
SPOrta sa femme orsear ss pau- strictement dana Is principe jul-M6O 1) Tiaberculo.. bovine.


Let- i

I1 'oinm je I'ai plus Itaut dit, la nourri-
(- c mlrconaire. je lnt saurais trop le
riipArter, restera toujours I'ilhal.
1I scrait a siulhaiter fllt rip ndu dans ros payvs oui les
rnFli;os sont si sontvent inaptes A I'al-
laitement de leurs enfants et o I'lin-
fanticide par ignorance n'est pas prd-
cisHment un monstre que chacun vou-
drait curieusement palper.
En attendant je demeure a me re-
jouir de cette defectuositd social qui
nous accable car il se pouriait bien
faire qu'on abusAt des nourrices mer-
cenaires comme on le fait d'ailleurs
en France et dans preoque tons lea
pays ci-vi-li-ses. II pourrait bien ad-
venir qu'on se pilt a laisser son en-
tant sucer un lait de provenance mer-
cantile et souvent dangereuse seule-
ment pour avoir le temps de se rin-
car de fond en comble, de se friction-
nor, d, se bicionner, de so poupon-
Soer et d'empriurter A la houppe des
traits jainnes. et mentelrs (qu'il fau-
drIai nrettoy.,r au grattoir pour ddcou-
vrii la pliysionomi vraie qui n'en
peou' mais, 6tonlTfe sous le poid4.
Pent-tro e-,t-ce utn bonheur poar
rotn.s; do manil.i-ir de nourrices mer-
c'on;ires pour perinettre aux meres
drt tmrovc-r (d.ins I'allaitement mater-
nr-l. come dans toutes les dAlicieu-
s.?; minutes qii, au couis de la vie A
deux, pr6dcdent la conception, le bon-
heoir, le plus enviable le plus rose et
le plus fini qui se puisse imagine !
DocTEUH C. PEARSON
-- ... .ii. ... I .,H. .

AUTOUR
DE
TROIS fTUDES

Afin de rendre compete de la valor des
critiques faites A propos du novel ouvrage
de Mr Auguste Maglcire, j'ai la avec one
attention laboricuse et patient les theo-
ries que I'auteur profess et ddveloppe avec
habilete et par ainsi j'ai Po arriver A juger
de I'oeuvre et des opinions dmises.
La premiere etude livree an public sar
le a Temperament haltien est celle do Sor
signie de Mr Fernand Porsenoa.
Mr Porsenas a prmntd ne analyse con-


____ Y ____ U___ __Y


__ Y_ __


No










dense et consciencieu-e sur 'ouvrage de la bonne m.miere de la prse(nter. Voyez
Mr Auguste Mag!oire et a fini p-r unc un pcu ce que les adversaires se disent :
conclusion impartiale sur la val:ur iniitn d'un c td e latin conclut que l'anglo-saxo-
sciuc du livre considtdr au point de vuc n.*nme ne peut fire mnircher le pays, no-
de I'ensenmbce l.a qiiilit esse' rillc de .l ire milieu ne s'y p-.e I'as tt tout de la
renarquable critique du a boir a c: unie part des Anglo-Saxons haiiens ,e borne a
inddIpndiance d'esprit caractdrisec p.ar une d,.s phrases A d, s niots, donntr I't.x mple
bonne foi bien app.rentc. Quti ? M. Pl'r- ser.iit le iceillcur n:oytn d'etre utile no-
senna ct-il latin ou anglo- axon ? S'n re society ; -- de l'autrc I anglo-Saxoi con-
Lud tie i nous I'apprcnd pas ct lui-wncme c u: : a le progress dans le monde est sur-
il a cu Ic soin de nous dire : t qu'il se out ..n!igo-saxon eti quiconquc vcut pro-
dt'barra,-;e de touwe quicsti.n tie thliric ou grtisser ;utrement quc par des phrases,
d'Ycole pour ne discutcr que Ils idces g! quiconjquc vcut acquceir une valour it.trin-
i'r dles pouvant apparicuir a tous sa3ns une f .iqe I5c'llc :t form: r dt.s conwcieuc' s au
picfcrcncc marquee pour tel ou tel autre p:olit de la collctivite don't il fait parties,
piinicip .social. ,) C'c;t en q-oi il diffcrer do;t ddpouillcr sa- carapace latine ct ap-
td Mr Georges Sylvain et de Mr Fequicre, prendre A allonger le p.s d'apres la gym-
car le premier avec tout le prestigieux ta-jn istique anglo-saxonne. D Qui a raison,
lent qu'on lui conniit a conclu nettement qui a tort ?......
a tit cc que le critique du Soir n'a pas Que chicun trav.ille au labeur de notre
fiit, a plaid la cause d'une doctrine A la- Socitdt, qu'il soit latin ou anglo-saxon !
quelle il se range. a f.i- mirovcr les avan- Quoi ? Aurais-je critiqued mon tour (t
t.zges du latin sur l'anglo s.xon tt l'on cst mon insu ks trols analyses ? Loin de a !
convaiincu aprCs I'avoir lu, quc toutes ses j'ai voulu scalement rendre compete de la
pr'fcrenccs se por-cnt sur le systcne des valeur de chacune d'tl'cs et apprecier le
pvays latins. A suivrc de pres, la savante point de vue particulier auquel les criti-
6tude du Nouvclliste parue sous la signa- ques !c :ont places ; j'ai voulu consider
ture de Mr Fdquire, l'on in'cs' pas moins I esprit d s analyses et voir comment les
persuade qu'il a discutd la hli'orie dianui- d cr ':ins out pit envisager w l'Etude sur le
tralercent opposed a cllc dti Mr Svlvain I l'ctiraincnt Haitien o selon la tendance
dins la la Revue de la Socit ti de L6gs- die l'cprit de chacun de ces remarquables
lation : a savoir qu'une socit'ti ne put publicistes. Je conclus avec M. Fdquire :
prospDrer a Icoups de rhetorique, et que iNouvelliste du 20 mai 19o8s que le livre
routes celles qui ont pr&coiis6 le latinis- de M. Magloireest unlivreexcellentet nous
me demeurent avachics et ddcadent irr&- nepouvons que gagner mettre en pratique
1ziddiablement. Mr l:6quirrc es' anglo saxon ses salutaires conseils, et ie finis come
et prche en faveur de la croisade nouvelle. M.Fcrnand Porsenna: leSoirdu I4avril 1908
Mr Georges Sylvain latin latinisant > a si notre D6mocratie pouvait atteindre l'i-
avoud toute sa sympathie pour les doctri- ddal tLve, par M. Auguste Magloire qui ne
nes de progres du grand Demolins qu'il a desire que le bicn, notre Republique serait
lues avec intr&et ; cependint il ne croit une Republique de g'oire, de grandeur.
point que l'Anglo-Saxon soit suprieur au de richesse tell que la Reruplique Etoilde
latin et admet de prefdrence le principle et de notre vivant nous aurions assistC a
contraire. Discuter dans one consideration notre propre apothdose. a
pure et simple la valeur des arguments F. D.
presentCs par Mr Sylvain dans son analyse L'Artic'e ci-dcssus nous a dtd re-
me p.irait de mauvais goit. car il faudrait mis par un deo no leteurs, qui a
tire l'analyse de l'ouvrage de Mr Auguste suivi :ttentiv.nemunl ct eta essay de r6-
Magloire, ce qui n'est pas n&esssaire, ce siumer les dlfffTrentes iinpressions de;
qui nous entrainerait trop loin et releve- critique. qui ont analyst I'Etude'sur
rait plut6t de la critique. le Tempeframentt HiiAtii
M. Fiquiere de son ctei avec une logi- --- ---_, .---
quc serree, p6nitrd p!einement des iddes J T U
modernes conclut que a ce sont les mceurs JIi \. iR X
qui font les lois ct non lek lois qui font
les moeurs... les proceeds dducatifs des
Anglo s-axons auront pour nous les m6mes RENSEIGN RMENTS
\vrtus efficaces qu'ils ont cues pour le Ja-
pon des temps actiucls. METr OoROLOG QU ES
Come on le voir, chacun pla'de 1'in-
teret de si tendance prcfurce, se complaint CL:) jBiaoxe 'v Lt io-l
d.ns ses clii&cres avec toute la tendresse DU
desirable. Mr Fernand Porsenna est corn- SEMINAINE COLLEGE St-MAHTIAt
me on dirait une transition entire M. Geor-
ges Sylvain et Mr F'quiire ; le latin chcz DIMANCHE 7 Juls
lui est couvert d'uiie couche d'ang!o-saxon, a i 7
il prend dans s cehacuc de duex oles de min m 76 5-/
qui est A prendre ; sa facon d envisager le Te. pnratiu mnimuam 5. 23
savant ouvrage de Magloire me semble emoen.e mdiurne 32, o
etre la bonne ; car anglo-saxon, 1'on a de moyenre diurnc 27, 0
la svinpathie, de la complaisance, de la fai- Cil clair toute la journ6e.
blesse pour le d&veloppement d'une these Le soir clairs au Nord. Halos et cou-
que soi-mcme 1'on soudiendrait de la me- ronnes lunaires.
me facon que I'auteur, l'on dfend centre Le barometre a subi dans la journ6e
toutes attaques possibles lea ides que l'on one assez forte baisse.
partage et 'on Whest point depouill6 de R. BALTBNWBCK
toute la partiality voulue pour juger saine Arrivages
meant. Latin, on analyse avec raideur une
oeuvre qui reconnait l'inutilitC d'une doc- Hier est entrt le steamer w Quibec A avec
trine surann6e et qui n'a servi qu'a rendre les passages suivants venant de :
les peoples qu'elle etreint, rachitiques et 'Bordeaux : Mr Fayot et 3 enfants, Frere
flanques. Sans pouvoir etre taxt de mau- Edouatd Boulon.
vaise foi, I'on se trompe dans son jupe- Cap Haitien : Antoine Habib et son fils,
ment et saus qu on s en apercoive, I on Senateur Bliard, Ezra Chrem, Edmond,
tombe dans la colere quand on constate Severe, Senateur Hilaire, Consul Lusieur
que les preferences sociales semblent aller Senateur Magloire, H. Thomasset, Augus-
vers la th6oric anglo saxonne. . Ne se tine Dorinvi Elie Seirere, Isaac Mizrahi,
monuer ai poor ni contre une doctrine eat AmandaJean, Horatio A. Eve, Emile Sayer.


St TAmas : Anna M. Doumough, Seur
Romelia et deux enfants.
Porto-'Plata: Maria Cabrera, J. Ramis
Lopez.
Hier est entr le steamer 'Prins ~aurits
avec les passagers suivants venant de :
St Marc : Dubreuillc Lorquct, Mme Vvc
Philippe Auguste, A. Guillaume, P. Dcme-
Aar.
Message Prasidentiel
A4c,'omp :gnt I'Exposd Ginbatl ,de la
Situation
Messieurs les Senateurs,
Messieurs les Diputes,
Depuis la sortie des Chambres, le Gou-
vernement a eu le regret de voir bon noin-
bre de proiets qu'il avait A l'etude pour
I':mtlioration de la si'ua:ion financiere, le
ddve!oppenent de la riclhsse publique au
moyen de l'appel aux capitaux strange rs
ct A l'activite &rancg&e, s'arrkter net et cou-
rir risque d'avortcr A cause d:s incessantes
agita:ions suscitdes dans le Pays par une
tourbe de gens ambiticux et v&reux.
Vous allI z pouvoir vousen convaincreen


.xaminant attentivcment le document que
je vous transmits et oh les Secretaires d'E-
tat qui ont charge d'administrcr la chose
pub!ique vous font l'Expos6 g6ndral de la
Situation.
Vous constatercz, avec le cceur soulevi
d'une patriotique indignation, comment
l'dlan imprimn d la march des affaires a
subi un brusque arri&, comment les acti-
vitns ont tC detournees des voies de pro-
duction pour se donner aux preoccupa-
tions stCriles de la politique, aux craintes
insecurity6 qui paralysent I'essor des entre-
ses privies.
Le Gouvernement, lui, distrait du soin
des affaires administrative, d,. maintien
de 1'Cquilibre entire les interets individuals
de toutes les facili-'s d'ordre general A pro-
curer aux travaux des citoyens, le Gouver-
nement a dCi consacrer tout son temps et
ses resources & combattre les ennemis de
l'ordre.
C'4tait du temps et des ressources per-
dus pour le Pays.
Depuis ces derrt..rs troubles, l'inquietu-
de a domine dans les esprits; l'incertitu-
de a regne dans tous Is resorts de la vie
national.
Apres la paix r:ab1ie, le Gouvernement
a eu a mediter douloureusement sur les
depenses excessive et imprdvues causes
par la rebellion, les .6tournements de fonds
publics pratiquds par les insurges, les in-
cendies qu'ils allumrnent, les pertnes en
hommes, les graves pdrils auxquels ils ex-
posrent la Nation, tous les prejudices ma-
teriels et moraux qu'ils lui ont causes.
Oui, Messieurs les Scnateurs, Messieurs
les Deputds, voila l'aeuvre des Firmin-
Jean-Jumeau-Mdrisier, de ces ctiminels in-
dividus qui se prdvalant impudemment
de toutes les venus intellectuelles, n'ont
pas craint d'employer pour le triomphe de
leurs vises subversives, les moyens, certes,
les moins intellectuals : la violence, 'im-
cendie et I'assassinat I
II en est r6sultt un arrtt dans le dive-
loppement du Pays et les plus inextricables
embarras pour son avenir.
Mais I'opinion a fait justice de I'acte in-
surrectionnel du 15 Janvier et de son odieu-
se r6cidive, deux mois apr6s, le I$ Mars,
dans les circonstances particulbres, que
tous, vous connaissez.
Aujourdbhui, le Gouvernement vient,
fort de I'appui hautement manifest, des po-
pulations, vous depeindre la situation tel-
le qu 'lle est, ct vous demander votre pa-
triotiotique concocrs pour I'adoption et
i'application des remkdes qu'il doit vous
propor. I


Dans la certitude que nous aura i
aide que nous reclamons, je saisis cates
casion ponr vous assurer. Messieursn kt
nateurs, Messieurs les Dput6s, de mau
haute consideration.
NORD ALExB.
Port-au Prince, 6 Mji d
D6c6s
Le G'1 Cic ron Francois a eu la dedg
de perdre son fits CHARLES CHRYSOmB
FRA.V(OIS, d6ecd b hier A 7 heuresdelji
a 1'Age de 38 ans.-- Les funeraillesa I
lieu anjourd'hui & 3 heures de lapriP
di A la Cithddrale.
-Les funkrailles de MARIE LAUgt
FiLICIE NELSON, Vve CINUAs CATHfIti
auront lieu cet apres-midi A 3 heures.
-- Lee 6poux ERNEST RIGAUD oat
egalement 6prouvis par la mort de lfr
dernier n6, d&cd6e hier A l'ge de 16 mi
L'enterremcnt aura lieu cet aprs-nmid.
-Les funerailles de CONDORCET Lu r
dec.d6 hIer auront lieu cet aprts-aidit
Ste-Anne.
-Hier, ont eu lihu au milieu d'
grand concours d'amis les funrailla i
comb'en regrett6 CHARLES BARTH, qI
laisse le souvenir dun home de griA
correction.
Sinceres condoldances aux fmillesa i
prouv&es.
Une piquant plaisanterie
de la a Princesse s Ahlo
Une depeche de Washington aun %
York Sun nous come aujourd hui la df
ni&re plaisanterie de MmeLongworth,hiL
du president Roosevalt.
Rt.vtue d'un costume de ce blend ch..
yant auquel die a donnh son nom, hlaI
cesse Alice, dit la d6peche, pntp i p
avant l'ouverture des travaux pa
res, dans la tribune de la Chami;n
vant, au moment de s'asseoir, n
sur le plancher, la fille do pr6sidwikra
sa pour le ramasser, et, peut-6treisM
ser a mal, le posa sur one 'chail
d'elle.
Le r6sultat ne se fit pas attendre ;p.
ques instants plus tard, on l6gan1t 1
man s'asseyait sur le clou, mais pour.
lever immediatcment en frottant cOua
partic charnue de son individu et cnS
nurant quelques paroles energiqma i
plus deplacees en tel lieu et en telleo
pagnie.
La mimique do malheureux pamt
doute si dr6le A la princess Alice q ,
pouvant retenir un Fol 6clat de rite,
quitta immidiatement la galeric Ar
mieux pouvoir, an dehors, donnDrf
course A Ia joie que lui causait le rews
sa petite plaisanterie.





Dernires D6p-
Derni~ros DP


ST. PATErsKOUsG o.- On tt*
grande .importance on itiL
meant inspire qoe public
journal ocficel Rowa. Toot t
vant chalereusement I1t 0roc i
centre do roi Edonard et U T I iw
cet organe declare que I sug
nouveau groupement c le its
pour le moment impossib ii t
outre a bon oombre de jOarOt
I'accentoation de cla tedncd D a
de qu'ils manifestent dars km'O
commentuires su r la visit do r
BU, ,ir ,we S.- plIusit U
soir, 7comnrit lc Soir diat
jet d anneron do Coag; A I
an dom datrwe pu ai&


II IIII









dsiioa duroi de refuser toutes les nouvel
Cn0cessionsproposees par le cabinet pou
.ar lcs adversaries du project et assured
e majority A la Chambre des repr6sen
t ut s.- Le a Tlaegliche rundschau
bie aujourd'hui sous reserves une d-
cl ion, dans laquelle, iit st dit, q t
.qlUte pour I'instUuction du proce, du
acePhilippe dT'El. nbourg accuse, de par-
Pt a conmpromis un grand personnagc
quS cupait un pass oflii:el A I court, cc
nmal ajoute qlIC, quand I Empercur a et
stde cettc afaire, il a reLvd de se; fonc-
tns le personnage en question et l'a fait
Sde quitter sa demeure officielle A Ber-
VIENNE Sur 1l reqwte de la Cour
arprtme de Berlin, les autori:es judiciai-
myviennoiles ont invite toutes les person-
a i avaient etd en rapport av:c le prin-
a Philippe d'Eulenbourg, 1endant les six
amdes, 1896-1902, qu'il occupy 1 pose
d'AmbassaJeur d'Allemagnec fair une dJ-
clration sur la nature de lears iatatio'is
avc Ii.
POST D'ESPAGNE ( Tr'nitC ) 5 Deux
as mortels de peste bubonique ont i6t
dkouvers ici, aucun autre cis n'a d' rTp-
porti et les autoritds ont pris touwes les
esares necessaires pour prevtnir la pro-
tion du fldaa.
OUL ( Corde) .- On aniionce que
io 26 Mai au 4 Juin 362 cordens ont e:'1
ito dans une serie d'engageircnts avtc
s troupes japonaises, on ignore les peries
de ces derniers, nais ont croit qu'elle,
oot tr6s levees.
AxAPOLIS ( Maryland ) 5.- Huit per-
aacs out t6 tuees et une vingtaine
Mea6s dans une collision qui s'est pro-
ite entire deux trains electriques du Was-
lam Baltimore and Annapo'ic electrical
uilway.
ItnwrAam ( Californie ) $.- Quatre
hoaes oat it6 tues et to blesses 1 bord
do aoiwar c Tenessee par l'explosion
rUE loyau de vapeur.
PAWs 6. L'¬ion produite par I'at-
mtocontre le commandant Dreyfus pen-
dantl reception des cendres d'Emnile Zola
a Panthon se came rapidement.
Po T VICTroRI (Angleterre).- Le yacht
royal 'Victoria and Albert ayant A son bord
kroi Edouard VII, la reine Alexandra, la
Fiacesse de Gilles et une sui:e nom-
me est part d'ici ce martin au jour A
dttiation de Rival (Russie), en passant
le canal de Kie. Le nouveau yacht
roi a Alexandra rejoindra la flottille
yaIe I Brun-Buttel (Prusse) et se tiendra
al disposition dans la Baltique.
StI.r-PeTERSBOURRG L'empereur Ni-
al AVec plusieurs membres de sa fa-
lleimperiale accompignes d'une suite
",ause quittera Peterhof detain apres-
"li destination de Rival ou il rencon-
0 le roi Edouard et la reine Alexandra
asouhaitera labienvenue. Les yachts
mPdriaux Standard, et tEtoile Polaires
'rets du croiseur *Almaz etP de quatre
.tre torpilleurs arriveront a Reval dans
k a*Lr du 8 Juin.
Leyacht royal a Alexandra v a
' aile de son helice brise aujour-
i m P6i arant dans le canal do Kiel
Sn t~ remorqu. II n'a A board que
pmlpage. II se rend a Bruns-buttel A
" C.atre de 'autre yacht royal tVicto-
a_ berto a board duquel se trouve la
' l roale.
ItuD.- Le bruit court dans les cen-
SPliptques que 1'Espagne va probable-
a r tvoyer aux puissances signataires
" .C Ad lgtsiras une note expliquant I
y arou d~sir de le fire, elle ne peut i
Its measures proposes pour la po-
Sports malrocains
'uamiral Jaurtgaguiberry a 6t6 i


nommn chef de la mission qui reprLsen-
Str.t la France aux ftes du Tricentcr:ii;e
r Ie rl foundation de Quebec.
VIENNE 6.- Seize ouvriers ont etd ;
ct dix-sept plus ou morns grievtmnent v, .-
so' pa.r une (xp'oi)io qui s'est proJ-ii-
c. miatin dins unc t. .rique de ccllu otJ
SO(.taking, t ubo!rg dc Vitcnne L','xplo-
S'ri a tite s.iiv c d'u u incciic die lui .1 co I -
P'ctemnc;t dcttuit la ftbriqje I1 tani,
core qui:r c ;:ivriers. L'cxplosion es' -
trinudec l. c blibustion spontanlc JI- p u,-
,i-re Jd: cellu.oid.
PHIL\DELPIIIE. L'inauguration de la
strtue de I'cx-prsitlent Mc KinI-y a en
lieu aujourd'hui en pr ecnc- d'ain f1ut!e
inornie.
TIILR.AN Le nouveau minis:.rc pi -
sanl a &td dtfinitivemen: reconstitud sous
la presidence dc Mihir Es sul'anch.
PARIS 6 Rente 95. 47.
M. Simyan part ce soir pour Liboune oi
se ;i nt actullement une conference tl'd-
graphiquc intcrnJationale.
Hlier la Chambre vota la proposition tell
qu'elle fat vo:dc' par le Siniat tendant A
modifier I'article du code civil.
D;iormais lorsque la separation de corps
.iur. d'irJ 3 ans, le jtugcnciint sera converti
de d-oit cnI divorce sur la den.'nde tfrim
par I'v:i ds cpoux. Cctte loi scra applici-
b e A IA'\ l'rie, la Guadeloupe, la Martini-
q'ie cl la Runion.
La Chambre vota ensuite la proposition
mod1fiant I'article 3II du code civil ten-
dant A la 16gitimation des entants adult&
rins A la stance de jeudi au Sdnat M. Ba-
thon terminal son discours en faveur du ra-
chat de l'Oaest. M. Prevet papporteur
commenca la r6ponse en combattant les
argumentations du ministry. La suite du
discours est renvoy~e A jeudi prochain.
----~- -- -L


Phot6graphie
Artistique

J. M. DUPLESSY
120, Rue du Centre, 120.
( Entrola PI'larmii ci l tlyard et 1'116-
tel (ommunial).
( TrIAVAUX DE TO('ES SORTS S'R
SOLIO Er PL4TINO. )
(Cartls t- s artiitiiques, nouvullenent
rctque.
AGRANDISSEMENTS, PRODUCTIONS.
ATELIER DE LUXE
Prix Moderns
NOUVEAU'r :
Cartes Mignonettes, par douz. P. 7
Photo-soie.
Offre ses services au public de Port-
au-Prince, aux gens des autres loca-
lites actuellement a I'oit-au-Irince.
Ven z essaye: !


Redaction du Matin"
Offre d seslectdurs les Trois Volumes
DE
EDMOND DEMOLINS
Au prix de Librairie
Francs 1.So ou P. 0.70 or.
A-t-on interet
A s'emparer du Pouvoir
A quoi tient la sup6riorit6
des Anglo-Saxons.-
L'Education Nouvelle
Ei VaNTr A L'IMPRIMERIi DU MWalin.

L'administration du a Matin s
rappelle aux abonn6s de la Ca-
)itale qu'ils ne doivent rien ver-
ier, abonnements ou autres
mue sur REQUSIMPRIMES et
ign6 de M. 1'Adzministrateur


Produils lygieniques pour la Toilette


i e:mmaWs( poor,
C l fRfpBicp iKR, aDoucI b
POUDRE vE ourTn

S. w801.6 mbTse Aus -MutaA 4 6r k16 flitatiOn6
tw J


FrluD.V. U di.! ril


Ir l ;' U1II VCI


LIA, L9I1 l~lUI~Ik4 UJLE, !l~

fun. Ello co;i-;,-rve l't? i. et [a frdfll**dit dii
coljtz'e le hAle, !es pititjiirc.- d'insectes c:t leS eruptions de la peau.
,F ot -P -A uI .



1a Favorite sit I'ou~iz'tl Ac' TI' ct!t c:


, ': 'a' i-


LE


- w ,..-U I -.


touted les quAlittis b''f II-re .7; t1 i

danics dont Ia peau c e.6t #ica!t.


, com-
p parl-
fa t C ieih


I


a, a..


t:t. '.1! I' -


Agence G6ndrale et D6p6t pour Hi'.i
A. let V[tertzoi3ol
MAISON JULES LAVILLE
9., Rue du Magasin da I'Etat, 98


USINE A GIACE
DE 11
Port-au-Prince

SOC1iETE ANONYME
CAPITAL 150 00) DOLLAR.

Messieurs les Action;nires .,soio con-
voquts pour l'Assemiblt'e G;;t'ii;cie rd-
glelmeltaire du Manlit 30U dli co'iiat,
A 3 heures lIts prtcises de I'jpras-
nidi, au Siege princiip.l, ru,' dii Ma-
gasin de I'Etat.
L'ordre du jiur comprerdra :
1o Le rappoItl d isage sur les coip-
tes, la In i che d.'s allaires, etc, etc.
'20 Iropo ition et di-cuss-ion (dI routes
mesure3 proiprs assur'r la bonne
inarche de I'entrepi.;se.
3 La formation Ju nouveau Cons il
d'Administra ion.
Messit urs les Ac itirn.a:ires lqui, p.,
suite:d'empetcheinerlt,u poui',ai njt pivu
assisted a l'As semblde, de Iont s'y ai i-
representer par dts m-indataires mu-
nis de pouvoirs en r6g!e.
Port-au-Prince, le 2Juin 1908
!- I-- ---L -!


Auguste MAGLOIRE
Informe ses clients q i'il.- peavent
s'aJresser a lui, aux Bureaux du ICa-
tin, pour tous relneigliem 'nt4 co)ne r-
nant le fonctionn meant : lo de ; Lan:-
pes t gasoline et A manchon ; 2o des
Allumoirs liectriquAs ; 3, )des Lant trnc
elsCtr.qjs d ples ; ainsi que pour
toutes pibctAde rechange (jui peuvent
leur 6tro n eagaire.


LA COMPAGNIE
I) :
D~veloppe~ncnt tie 'Ile
de ]a Gon~ve

'Av' ( le'.114~ I **~l'!.-t i a rI aa- IIf..p-11 Iir do


et q~j'J gI~l 1it', do a I1.! 1!'h 41 -
* 10 ~ I d II ti 1 SIC I*' 1ll. i U irin
L:I & .!i-(

(it, ic d". "ila IAp ,11 I i C ( 11" i'oi-
-i "Ij I-)W


,is' lo ri, leen-,.t ,I 1' /q r di' (IC-;

II in!4' I%,IC I 1( 1 I '




ou. RE BL BI REd I...
0aa roeillure, la pIlu avaniagruse
est cell L d dte a i
GIRAN Dl-S 1311ASiRRHIFS VtiL''U AES



A CTI~DE M'~AMX G. SEav
Soc-Mv, OU Capita'l die .3.510.000 fe

ou Blondle n c~sik~e & 21 lih-ocs.
Onr la trouo~e au prie de 6 d0 ollars bit~
caisfe dc 21 lit-ex~. ou au Vfanl.
Chez L. de Gassion,
A COTR DE N14DAMA Gy. -ER14P
Et au Bar de la Po~te,GRAND'R-, a
Vis-d-via la Post*


*.*a


L


LW

won









T AN NERIE CNTINEfMTALE
DI

PTori -au. *1 .rF

(1APACA-. 8-l UI
PREPARATION I' V A i'
Vente des chauss'are.- :A( Ks .u g' tct, V(.ni Ct cou-
lours, pour Torinines. 'Darues e', Efuiillts.

( grosT1 4etM (trt IeACg R

En gros e4 eli pour toutelP olll la Re~publipie.


A L'ELEGANCE

CORDO IN N;R .i1%.


.42, K I ,IL. -
(IIAUSSURFS E IN If:Pf'., p :w, .*
des~ tant i. I ''' ~)



Messieurs ; MI(lt imii e,; t,! i~d
Pour les eiifaiits 'plsI'dV
Travail solide e xcscu*. c a-.ce
des peaux de pi .LxA1(%rex narqiio.
Assurance do grand rabai.:.
PAtas, Cirag;3z LA L.iquizvu-s


TihQitr Zephirin Bell
Fabo ic* ie chaussuros
Ittif- 1:.-(.'~i .i N ud do la
.~!ii,'cr cnombreux)L'~l clieutss c
1 ''Lh (1~i l'l11,4 ti-olv~liont CheZ li

1. -~(s I I I cI' IeoiiiItnt det elifallu ss
ci(: c~tjiiir~i6s avec des maciriaux
In rrti ~cori ~'E:vC u yt au ;~i d cu uc




Patamas ZOO...
I4lflt ar4 )I;i pa, ariiv& v patI'
aVotrCIa! ws
Ctiez A11-e LEONIDE SOLAGES.
!2, R.'te4,dcst Fronts-Forts.


-- -a- --- ---


A LEXINE I


ALEXINE I


Etets-Vuous (, f. '? i
No vou- ists'-v' .i- ;upI II ti.ric d v oI()t, do, viguour ??
e taiqllor /1%k Ia.-~ Ii-;4-1 11* -2 'q1A

Lo IIaI : p r~I(I ~I oi. ; d).. Ft 1: ttifl t I T')JWI I I inaTIt i 0411

Jamais d'insucces ?
Sc v A : touts les Pharmacies
D6p6t G~n6ral : Aib. DEXSMARQUETS


IC30

1uV TA L'i,'A; .% I

Place cdu ck zs-de-Mars
PO T-fa.U-PR tNCE (HAITI)
Mmc Hermanee ALFRED
T6l6pho.ne, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DMER~S-TsUNCEIS.
haUsalli io ,Y6'nod'r, n .j e'o osftable. --- I-te ur li mer. Tempirat ur
gloweve lt rilgwihd. -- Ld t'&:~'aG.i dc ; r ''Jtcl-ftel!eus# touto sls 7 Minutes
1'-()NU i ,-P.%,C#1c:EU-F. Sj'()IJVH kN r sUiR DEUX RU;,' i
P}F OU ILi NAD L. S J 'a"'3- -1 1 6
&&!e. tie r4(:rption. -Pia-ro. Gramophone
a. Sonnaries E1'.ctriques
Table d o~te t '(' a


KOLA


.Ltt
Ir VtV d
i~ &L
MA~~,CNJW<:- C'
~c~c : ;'Jf
CL -;'


ep lez


I.


3) re3s~e 1
Port-a l-Pi
4E4), rUE B oN

.X :Il.~a saslo


1 :. (a


I,,. .










I. '
4.~~ ..
Ic\ zlr'

a


I :


4'1


.d.k .


..
,2


D .r. John Sectulsiu.
y'i;pkoro4i du N4e% -Yotk I:,Zstitut do

DIlj..Vn4t1 Adt PiladelphO O pfical Coel

bii'qr~r e Xemb-e dfpkbtnd Ou A'lumini AW
V~i %&.l~ion,
Metnbrd'd' ?Syehbfojjical So
q de NeW-YoIk,
~!lr'bre 4 dUygjiit euJo ~instibt* i
Ni '~~w-Ytt?kj,
I!!mb're du flartha 1~6lps Hfnd~oS'

!.'I;, Srze:adslskh op. ses wwriii
t.ro/'~siostrtels ~au public J'laiti.
64


E. 154;. r-
te
2:) A N 3ilt ,



ChapIX c i II
Ch vcux 11




PhALLI DI PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
!.' oiffeikr ati.tC, q'ui vi.rt aVeC Jo
conic-ours d'u chnpdAl r reinarqu able,

FABUMEL*E ,- zApEAUX
Pk.ACE (WFFFhJR)
S'!lnn Coij'ure (,'u LvUit're
Pout tous kIjs 1rcts et pour tout"
les bourses.


lUtE DES P'IILOSOPHES.- JEHRE- t

Francisco DESUSE
rFafricant de Cla e. ssures
La Manufacture a tot.L; 0 en1W
p6t un grand stock,- p -:a vW
on gro; et detail,-- de c~. ssur1
tour, gerer i. pour
HOMES, FzMMRS, l > PTS
Le6 commandeP desa ccmersf
de l'iot6iriur pourront At,' e6bcUit
dans uie. semaine a pena vOe
23, rue des Frouts-Fo s.:0 3
PoaT-AMP-PRlMCS ( i't I

Au dernier c
FABRICATION DE CHAUSSU -I
D. FERRARI
A l'honneur d'annoncer ses
breux clients do la Capitale et
provi-co qu'il vient dese translf
a iue des Fronts- Forts, avec sonI
stock de chaussures, 4 1 l
an No 153 avec I'inscription cid
Les clients seront toUIlours
d;ns les mmes conditions, c
dire avec les 5 O/o d'Ceso olP te1
vente en gros ; sans oublier
mes soins et la mrnei eacl3cl
La Maison se charge tooujou
re prendre les moeetreen Ado -


)- i c '`


: .** -' *


Maison F. B11
195 GRANV'RUP L96
Dirig6. par
-'0N LIN

S.' ?, J4 )''fl. jDaf f.~t 1*;~if

ii t;; Ies r an g:.ndchg
te, cl -Ui' I '. CaOlit 1, exc,
l r It le t icmlnct A A& climtdl
tbelf- collection -J coupes do
oaO0 1COl do ivilety de fantaisie ot do lpij"

-F'or, 10. Sio. cia 6 L dtL Ccatpl
r'tbrellx clicts c-.es.-- Coupce FranCaihm,
Anidricir Ce .u Ia- dednl we,
to; Ctd Ut .mainri -confectwnne i ddz "
rsl i xw;~vjrii.alros, babit
I F

1.,., Df 1TA11 Emae iocouRT
bi-oIAiow C (owiji-,ataire des fabricants
cLhincs A coudre wSinger et,
i 'l -1e (Zel -Vilson d e. NXW-York.
a' ~ Mac~Ilne- Ct j..jd~de et & mais
1)".11 11- Ji.Im i 'IIh M aie r -9tio n n t
Rsr1smie, 11I Mai 190L..-_rW.