<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00345
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 30, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00345

Full Text



Dpexime Ann6e, No 350.


PORT-AU-PRINCE( HAITI )


Samedi, 30 Mai 1908


j


- QUOTIDIEN


ABONNEMENTS


PORT-AU-PRINCE UN Mois. .

DOPARTEMEN1TS T Kao Mois.

StTRANGER........ TROIS Mos.


. G. 1.

. 3.60

. ( 6.


DIKECTEUR:
Clemexnt Magloire,

RIDACTION-ADMINISTRATIO)N
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMIRO 10 CENTIMES

Les abonnements parent du trr et du i5 de chaque
moist sont payables d'avance
Les manuscrits insrbs ou non ne oeront pas rendus


tout ce qiO cionernie 1'Administration


du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roax oB Bonne-Foi.
I -l I I II I


Haiti et ltnflu


LES PLANTEUIRS POl

i Portugal a de tout tLmps posse-
ltentretenu des colonies en Afri-
met cela tient A la proximity rela-
Ada pVys portug!ais, ainsi qu'a la
tore de ses prolIuctions Le sol du
p est, eii effet, ItI.s lrodui tif en
res comnerciales et il atait, d6s
,tout indiqud pour les Portugais
ir s'assurer au dehors le plus
Idtbouch6s possible en places com-
ieiales et en coLnptoirs suscepti-
ide favoriser I'tKchtage des pro-
Sdu sol national centre d'autres
itdes de necessity ou de luxe.
& cette rdison !e J in.t une autre
Atamssi important pour expliquer
Betrepri-es portugaises en Af ique:
tque le Portugal, d c6 6 de son ex-
tefrtilit6 en denrtes exportables,
"ri pas a se huftire en denrdes
abbistance; ii no p)roduit qu, le
de ce qui est u6cessaire aux be-
de sa population De sorte que,
*6essit6 de recourir au commer-
besoin de debouchds, so joint
I le Portugdis, cello de he liver
tOrmercecommnme moyen do travail
.taoirNt; et cettte double raison
tpique le caractere principalement
uime du commerce portugais
ce qui concern l'Afri4ue, los
utilis6 a par les Portugais sont
uis longtemps, on le sait, cells
trOaabique et d'Angola, et leurs
kt pncipaux sont etux de Ben-
Uet d Saint-P'aul de Loanda
i 4 Portugal, au surplus, a
t AfrS en grande predilection la
i Afre I et m~me une parties
lUres Aaie; on peut en juger par
s ai dcorent la fouction ro
M:I* IYs, le souverain s'inti
a Portugal et des Algar-
A aS t deli les mers d'Afrique;
do Guih6e, de la navigation,
te commerce d'Ethiopie,
46e de Perse et des hldes a.
f.MIe rev6t en Afrique 'ex-
IL PO tase? On pout s'en
i pr c que noug ve-


n cause inmme de Ia decadence de cette
i i marine. Aussi bien, la colonies portu-
S U gaise de Mozambique est-elle sensible-
ment d6chue de son ancienne splen-
deur et c'est principalement sur la c6-
RTUG INT AtFRI E te d'Angola qu'on peut surprendre
ITUGAIS EN AFRIUE I'effet sur les Negres de la colonisa-
tion portugaise.
Jeviens d'endonner une faible idee;
nons de dire du sol portugais, a sa- je la enforce du t6moignage autoris6
voir sagrande productivity en denrees de M. de Preville
de commerce. II est tout natural qu'- a Les esclaves de la c6te d'Angola
un tel sol imprime sur ses habitants sont employs, par les planters md-
une certain formation qui les pr6- m s, a de-s caravenes. (1) En ce qui
dispose au travail agricole enrvue du concern I'dtablissement du senior
commerce, Jest-a-dire dans le but de Gonzalez, chacun de see bourgs lui four-
faire rendre A 1 terre les sortes de nit pour ses caravanes ung bande de
denries susceptibles d'ex ortation, porteurs esclaucs, qu'il corlplete oar
lesquelles doiventt ~re vendues pour dcs porteurs loues. II faut bien c -
arriver d enrichir le plus v.te possible voyer les vivres que I'on tire de l'in-
les planteurs portugais et a leur per- tdrieur. Puis, les propridtaires de ces
inettie, fortune faite, de se retire plantatio.is, no l'oublioni pas, sont
dans leur pays pourjouir paisiblenent avant tout des commer(ants; ils sont
de leurs revenues. amends a trafiquer tout autant de I'i-
En Haiti, nous avons a;:. -.'-lou- voire, des es:laves meme, que de leurs
reusenent et assez longuement 6)rou- r6coltes
ve ce genre d'exploitation pour nous a La culture pour eux est surtout un
convaincre de la nature des effects que moyen de s'assurer un perso ,nel de por-
doivent en ressentir les indigenes de t fa r, les aninaaec de bdt f:isw~t dd-
I'Afrique. Le rapprochement d'ailleurs faiAt dans la zone dquatoriale africai-
est indiqude plus d'un titre : la natu- ne ; et ;tissi un moyen de tirer parts
re tropical du climate fivorise la cul- de, ;oirs dans I'intervalle des expddi-
ture des denrees qui nous sont le plus tions. Ces ila .tours.... sont tous plus
fainilitros, tells que la canne, le ca- ou moins taillt.s sur le modele du
f6, le tabac, le coton; et les colons ctiebrc Silva i'orto, gdogcaphe e' trai-
portugais en Afrique ont et6 avec rai- tant de regres, ou du sonhlor J ,o For-
son compares aux ancient planters rcira, juge do district etl *o,;nis iou-
europzens des Antilles. naire en sclavet. ,
Si I'on veut bien convenir,- et je Est-il utile de rien ajouter de plus
compete revenir d'ailleurs avec le lec- et de conclude que les Portugais ne
teur sur catte important question,- peuvent pas, eux non plis, etre daos n
si l'on veut bien convenir que la si- cos conditions, pour la race noire d'A-
tuation t[es compliqu6e que cree ce frique, tea r6g6oerateurs clherch6s ?
type de grande exploitation dedenrbes ._- .
exportables, ne peut s'accommoder Prire davier 'rarninistra-
que do l'esclavage comme mode d'en- tion de la ovidr irrumlaritr
gagement au travail, 'esprit du lecteur tlon de la oindre irrdgulrit
haitien se representera facilement dana le service du ia lM TINr
tous les faits d'abrutissement, de de- atin qu'il y soit do suit ram.
pression tant morale que physique die
qui peuvent accompagner la pratique L'administration du a Matin
de cette institution et qui, dans 13 cas rappelle aux abonnes de la Ca-
qui nous occupe, ne peuvent qu'ag- pitale qu'ils no doivent rion ver-
graver la situation inf6rieure origi- ser, abonnerents ou autres A
nelle des naturels africains. que sur REQUS IMPRIMES et
Gette exploitation sur les c6tes afri- signs de M. 1'Administrateur c
caines, rendue possible et facile dans
le temps par la prosp6rite de Ia mari- () Non verrons dans an prochala arutcle
no portugails, d6erolt do nos jours & ce quo toos ce caravans.


RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIPUES

Obaervatoire
DU
SEiINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
VENDREDI 29 MAI
BaromCtre midf 762,o-/"
(minimum 23*,5
Temperature maximum 3 2.6
-moyenne diurne 270,3
Ciel toujours charge de cirro stratus et
d'alto stratus ; dans 1'apres-midi strato-cu-
mulus et nimbus.
Halo solaire vers i h.
Eclairs et quelques coups de tonnerre au
nord et A l'ouebt entire 6 h. et 9 II. du
soir.
Le barometre est stationnaire.
Un peu d'agitation sismiquedans la jour-
nCe.
R. BALTENWECK
Les Nouveaux S6nateurs
SIMPLE NOTES
D. TuIoDORE. Ne I Ennery le 25
Mai 1847.
Elu diputi en 1875, puis en 1879 jus-
u'en 1888, 6poque A laquelle, il a &t6 elu
nateur apres avoir pr6sid6 la Chambre
dts Deputes en 1887. Nommi consul
d'Hiiti dans la Dominicanie en t892 a-
pres avoir t&6 Magistrat communal de
Ouaoamintbe. Pendant qu'il ctait consul,
fat choiien z899 i aire panic de la com-
mission mixte de dlimitation des fron-
tiares. En 9po2 6lu SCnateur dans la srie
de 6 ans, puis r6lu le 25 Mai courant en
replacement de feu SCnateur Viau.
*
*
RoURT DAVID.- N6 A Port-au-Prince,
en i859.
Apres les CvCnements de x869, il laissa
la Capital, et alia se fixer avec son frere
lux Gonalves.
II dibuta dans le commerce, s'en oc-
upa pendant une vingtaine d'annes.
Eat on court passage ; la douane des
Gonalves.
Ela Shaawurde Ia Ripublique on 1902,


-'a P


--ONE"


____~


- Z -: mmms


i


m








il vient de voir son minJat r.;,uVc.e
pour une nouvell,' pio,! dc: six .:,
*
S**
VINcEN'T AINL -- ln i,;S ), a.. nt id
Douane a Fort-Lib:r-: ; ; ,, ci t di s
movements du Port d. :-.ai :'. < ;
1890, Inspectcur d: Do',.. .' C.'; 1 i93
commandant de l'Arron lis:i.. ( p;
1896, Peseur A la. Do:n di '. ; 903
1 190o, Commandant d'r !arti,. ,: d'
Cap.

FLORIAN MuiSE. Ne n i 3) a, o'
St-Nicolas, vint tres jeun'e A Poit-, u
Prince, A I'Age de 8 ans, y tit scs ts:tdt
c'assiques et apprit la typographic sou; 1..
direction de Me Mullery.
II travailla dans quclques imprincri s
particuli&es, puis il en:ra a I'inprinerie
National en i86o. I v in ui'a d.eid ir


la Ii.'ne c ',uccup.it 11 divi' 'on Boudtt.
Une cro'incl'e tirana c doni',a I'a'arnme;
une Cv illade formnilab'.: .'c..ucil i- It,; ill

i'J.tcscri:. ib Ic ;l &i1d. t u
., petiL croup- .cw':c par IJ, f u bicn
Vow. ri ,roubi d'n ri ct ,i rv int.
f.,u d h.'-wisii A: !,'o:' r~rA' 311
tt:te, un pissag, al tra. d d.i a.l-

Pour1.:iVi dans sa marche, par la 21re
d..ri-br L-d franjaisc, -Ou; iles o!r\!cs du
co'oncl I.44ftvre, LaJriarinicre bouil'ailt de
c.)Arc, f6 fitircrrmnr Vo)ic-f cc Ct la cut-
bxa dI 7. I'vr t caux de I'Artibnitec.
II cnathvti ix ,.a rctzaati!c en bon oidre, fit
sa j ;)nctio I ivtc Dess.sine;. aui sorrnm~t du
1no11iC dn1 r&CdalvaireCet sau;va ainsi les d(-
bri d cet'e va*llante gir'misuin.
A VEX ANDItE MADIOC


degree. L Ai.tc r dc I.Alb'um fopulaire hi to-
Parvenu A en tre nomnl l)irtcttr, i r, 1 iqu'e -1t rtuistqun. ancien :,nreur dce la
n'en sortit qu'en i903 p oul ntlcr ::u S RCpLb::q'i .ti: !c frrce clde~ de Mon-
nat de la Rdpubli-q. on il r< ,ia., ;.. s:eur Antoi,-n B.ri.trd Thomas Madion
nateur B:auvoir d 'idc. qui a ,(' plu ievrs fois S, cret.iir. d'Etat.
(A Su vre) 1nintin;tt i ttraingr et qui a 6crit l'une
evue d Ma n, .ur.s Ih;trirs d'lhaiti don't dix
Revue d 1 Mar ca'h oh
u '.tSU.L so:.t encore en manuscrit. Ale-
Les transaction, n'ni t :i- Ire M dinu fit rcs :-u.lcs \ Nantts ofi
mnes durant la dtrn :icN l.itai... 'u, n- il p:'it le des;ici e: ia pcinturt sous la di-
tronsen plcine ino:te sai on. I c :aux peo.r rcc ii: de Mr Sotta:, pcintre italien. D )
l'or americain c.t rest din,; s enviroln rcot:r Lai son pivs. ii se consacr.i A ce
de 600 "/', sans gralldic .itr. r*.. grand tr vail, c );iI:U attisic ct h'siorlitn,
Les petits achictLCt .S cCnt n"t Je cn pour-uiva,.t pendan: plui de ving: ans,
converir au fur ct .i in s r" !' :r (._:; vI rcveC de dotir si p.a:'i i l'Iu: 1e tutivre es-
Les Traites sur Franci' sont vcnJucs A scnticl!.:>ment hai'i-ie. C'est grAce au ta-
2 1/2 2 1/4 / 3 prime centre o:. lint ptrsCvcrait d'AL xindre Mad;ou que
Les Chques sur 'Paris .ij 0 prime. nous a oiaiS p.i conserv.r les traits de cLs
Les Cheques sur 'Niw- York s.,nt dcmtna- brands homnincs t les faits saillan's de
des a 1/2 o/O pour Ics pttitcs valcurs ct leur existence.
I /o pour les valeurs au dessus de P. Iooo L'Albuam populair- bistorique ct artis-
or. tique tet appel6 renIdre de grands ser-
Les derni:res nouvclles rcq.e-' d Europe v)ics au Pays et a nos concitoyens, (n fa-
annoncent une baisse encore sur le Cacao miliaTisant les nouvclles g unratirns" avec
qni est maintcnant A Frs. 6.. Les expor- ks figures de nos hommcs illustres.
tateurs du cacao ordinaire ont du .subir de
fortes pertes c.ir, le prix de cette dJnr'e .n Bc- to au1 Lottres
Province augm.n-e chaque our : o:) ple' Fort au-Ftinmce, le 29 Mars 1908.
5o-52 et mime L i centimes sur la pla:c Monsieur Cldnment Magloire
de Port-au-Prince. Direc:zur du a MATIN ,
Le Caft se maintien: ferinc .1 -rs. 41I42.
Port au-Prince, le 30 Mai 1908. Mon Clch Dire.teur,
S. PerniatI'z moi d'user des c -I 'cs d
Alburn POpulaira his r i .ue vo.ie intcr..-.an: quotidict pour rcn.ircici
et artistique di plus piofiml d. :mnon cc(ur, Son Ex-
Tel est le titre d'un ouvrage di grande cc!llnce le G;enral Nord Alexis, d'avoir
utility don't on prepare a:civemln:n la pa- .:g'd si ig6:-reu.cmen; la demand de
blication. Nous en d achons I, r.cit sui- secours tait vant de l'6vacuation de la Crte-A Plieriot : je lui ai faites le 13 mai courant pour les
popula;nons si 6orouv6es des campgnes de
Lorsqu'cn 1802, Ic sold.it ifn a.tisi racon- I'Arrondiss,.mcnt de Jacmel par suite de
tait des processes militalics ct ciatit scs dc,.x annes de dcheresse.
plus brillantes actions, ii dis.ait av:c.: r- En effect, de grades cargaiscns de vivres
gueil, en portant la main A son bonnett : furcnt cxpddidcs :\ Jacmi I, l semaine pas-
J'Ctais A la viyle a Pierrot.* .e d'ordre de Son Excellencet et lcs fu-
Les frangais n'ayant pu enkvcr d'assaut rent reques A temps pour saver de la mort
le fort de la *Crate-A-Pierrot dans la mn- ces pauvres malhcureux.
morable journey du 12 Mars 1802 et les Ce bil acre de bon-e du Prdsident Nord
suivantes, durent se rssigncr A en fire le est t :s significatif .#t il doit etre considered
sisge rrgulier. comme la confirmation du grand int&re
Ds lors x8.ooo homes dc belles trou- que Son Excellence porte non seulement A
pes cernrent troitement cette position, la vaiUaat..cit J"an.U licagae mais encore
a'aprts les ordres et sous la direction per- & tpus les habitants de cet Arrondissement.
sonnelle du capitaine general Leclerc. I Je remercie done encore une fis au
La petite garrison do fort, rdduite A nom de ccspopulations, le Prdsident Nord
environ 8oo homes, sons les ordres des et fe iprie d'agr er l'hommag-. de mon en-
intrepides commandants Lamartinitre et tier dCvoucment.
Many, jura de vaincre ou de mourir. L s D. BERR
La faim, les maladies, les privations de LOulS D. BERROUET.
tous.genres n'6branl&rent pas un instant sa D.putd au Corps Legislatif;
resolution. Tribunal L..ivil
Cependant, tout a coup, l'urdre tormel
de Dessalines, d'dvacuer, parvint dans le .Adience civil d, 29 .Cai 1908
fort: un adroit espion en 4tait le porter ; Le Tribunal soui la prl.6ideoce du juge
il fallout y obeir. D. Maignan, assist du Substitut A. Thi-
Le 24 Mars 180o, huit heures du soir, bault a rendu les jugements suivants :
les Indigenes sortirent en silence, de leurs -- Celui qui ordonne au sieur Lysius
trtranchements pour surprendre et cooper Hyppolite de sigaifier ses conclusions prises I


par lui et versdes au Numero 3 aux con-
sor Allen ct condamne Lysius Hyppolite
aux depcns du renvoi.
Ce:ui qui ldelare la dame Alice
Nabal sdpa e;. ,! bien- d'avcc son mari le
,s- i Fcrnan'd Riboiil, condamne le sieur
Fcrnand Ribo'.l pav r a Alice N.,bal a1:
so:n!e de quuirce -,i .e gourdes, tnonVart
dc r.es appcrt; et rc.rsess avec intdrits ld-
gaux Ct co: -1 ne Il sicur Fernand Riboul
aux frais et d6pens de la procedure.
Ctldi qu'i d clare les conso:1t' Dcs-
grang: s mil fnd^s dans lewrs dc'nandes,
fins et conclusions ct les condamne aux
d&pens.
Celui qui c.ond.im ,e le sieur Laurore
hnvier A do'guerpir de la p r inn d'un car-
r. ai ct d,-mi de tcr.e qu'it ccup'-: indu-
mcnt ~r" 'Th *it 'v on Entrep6t Di:p'n, le-
n,!I ffir pi ti- des onze carreaux de terre
.pur:eta..in ,i2ur Nlv;gius Chirles, et
finte pr le di-. si i.r Lauirore Jaivier de
d 1 %i..'l r sl;CLI : i pair a u siur N.\l-
le ret-rd, et le conJamnn diAs A pr-
sent A pav\r ain iicur Nivigns Chaile; l.I
some de vingt cinm gourdes pnor indue
iouissinCe et ccl c de vingt gourdes A titre
ide dommnages int CIiui q,! h ,ni lo.; e la d lib'rition
u conscil de fimille des mineurs Ju!ts,
C'.!iant. E'i B'ich'.r. Jocaphit et Archin
Dcs:'n.
'. t';','s c,,i'nJues:
G Gnillauin., J. Licombe centre les
hdritiers D-sroule.aux.
Madame Ve A. Ll.ivois contre I.L
Commune.
Puis le si'ge est lev4.
D6part
Hier est parti le s/s A Altai avec les
passagers suivants pour :
Jarmel Mrs E. Bellande, R. StaTk.
Jdrmie: H. F. Laraque, Gat Herlegranl
et 'ervante. M. Silv:ra, Me Breziuit, J.
Bigio, E. R.ziiiio.
Nctw-York : W. B'esr, Me Birack.
El.-ctions Sfnatorl;les
Coirme Ic M:tin l'avait annonct, les
eketLons senatoriaks ont pris fin hier.
Ont cdd clus MM. Calico Lerebours, H.
B L.. a.iavache. et Dr Lespinasv-e
c.,s J.. : d. crdi,.rs en rL:mpl ice.nent de MM.
Marius Ga.ston et c. Dennis.
A signaler une luite asstz vive entiree M.
S. Dennis, chaudement recommended par
le ddputd A. Sambour ct le Dr. Lespinasse.
r - -- --- -
LIBFRTi EGALtTi FRATERNITi
RIt'UBLIQUE D'HAITI

lacmel, Ie 27 Mai 1908, an i905o de
I'Independance.
L- Magistral Communal
SA Monsieur CLEMENT MAGLOIRE,
Directeurdu tCatin
Port-au-Prince,
Monsieur le Directeur,
I'ai 1'honncur de vous remettre, par
I'tntrcmise de mon ami le deputy Louis
Berrouet, une r6plique necessaire I I'auteur
de l'article intituld: Les drames de la misre *
pour I'Administration Communale et insd-
rd dins le ICatin du 22 Mai courant ;
avec pri&re de lui donner hospitality dans
le p: us prochain numrodevotre interessant
journ.l.
Veuiillz agreer, Monsieur le Directeur,
avecmes remerciments, mes salutations les
plus distingudes.
AL. CIMAAN.


I 'Y71-I -~ -I I L-


A PROPO8

L'ADMINISTPATION COI

Nous avons lu dans le N* da.
du jcu;nal Ic .latin tin arice
: Ls dr.auies de la Miskre pOr
ristatiton Comnmunale.
Le commencement de cet au
de la grande s&chere!se qui sviti"i-
sit dlans I'Arrondissement de JacI
puis quelque temps, laquelle a
nee mis&re affreuse qui a eu poar 4
quence l'dvasion des campagnards de
certaines sections rurales et leur ion
en ville.
Cct dta de choses, je l'ai siga I
au lorg dais inon discours promal
ier Mii sur 1'Autel de la Patrie, Isqdi
edi public dans le journal rAk&t L
Mai courant. C'est Ic fond de Mo
course qiii a d reproduit, en d'aum
n:is, ct qu'on p.ut compare avecke
ilencement de l'artic!e en question.
le ne vois comment 1'Admiist
Co. munale pourrait privoir et
cLitc gan:de s&chcre'se qui dure
p:,!s qu ueus anndes et qui east
ii\'tablc de cette grande famine.
Ccpend.it des explications sot a
.aires sur tous les faits a la Chi tp
l'Adminis:ra:ion Communale et qi y
ltd signals s.
Rclativeine: t a:ix indigents qai
jouuiiclcmnent dans les rues et ,ia
ban'ieics, lesquels sont inhua ri
Commune, celaconst;tue une vd idk
den-ie.
C'cst une situation vraiment
ntlle. II faudrait aussi demanded
nation avec toutes les cerimoair
de ceux qui meurent sur les cdhp
bataille : ce qui est impossible.
11 arrive souvcnt qu'au d&ees d'o i
gent au March6 en fer, sous one p
et dans la prison, la Police
trarsporte le cadavre du malheorMw
la petite maison situde 1l'entrde ici
tiere, en. attendant que la fosseli
sde et qu'on lui prepare one bill.
les ind g-nts transports dams i
ne sont pas ainsi inhumts ; etct
tout pour ne pas laisser exposerso
vt.s sous des gallris ou sur as
pub!ique ct compromettre aidsi
I'hyg'ine publique, qu'on s'
les transporter ailleurs, en atl
prdparatits n6cessaires A klur
Quelquefois, il y en a, parcmi .
reux, couverts de plaies et d
succombent dans certain 9
puis la veille, ct qu'on est o,
d'enterrer sans plus de cir 1
pas compromettre davantage 1s
que.
Ce sont des cas isoles qyu ne
etre pris pour rigle.
En consultant les rcgistre de I' El
vil, on verra que, sur la r6iusi:ion
Commune, des actes de ded.s so0nt
ss pour ces indigents et q'arvs est
au Cur de la Paroisse poor leurs
railles.
Des rapports ont it: t dglireate
A l'Admiistration SuphricaO sur C
de cho-cs don't valableesee, fon o
*%re personnellement resp@eble,
que c'est la consequence .trCUC
virimable 6pidemie cause Pk l]
suivie inbvitablement d'otie disete

S'agissant do a Service dsligeos
vu a un des chapitres da'b.ge c
nal, s'il fallait se baser sar ks
naires alloud pour ce .sr il'
temp. ddjl .u'on p0oanit o ae
cents o a 5 chtafi@
friis feeds






U --~~____ -. --- -


,Commone ne peut plus les en-

t's ,le fosses d'indigents et d&tenu;
create par les cantonniers pays
l Commune, avec assistance de 1.
i cOaMonale.
oncerUamt ~tat sanitaire de la vilk,
ia 1iuqo'ici, a notre connuss-itS ce, au-
1pid e signaled en ville et la mior
Sn'est frequent que pirmi ccs mial-
ux indigents qui, le P'"s souvent,
nt soarir en ville vingt-quatre ou!
ace huit heures apr.s leur arrive. II
Ia nmac qu mneurent av.nt d'arrivcr
lle: das les ba.ilieues ou sur les
chemins. ,
S'agiisaut de l'tat d'is.t'a brite du Mar-
oe fer, on constatera que le tab'eau
en est fait est tres exagdr&.
LeConscil Comnuna!, pir un arr:.e'
d.6 depus quelqie temps, prilve un
it de le I6gal de d- ux ccinrines sur
ue ilporteur qui y 6ta!e ses mar-
discs.
Cae valeurs n'cntren: p.s A la c.iise
unable, attend qu'clles sont aban-
s exclusivem:nt A que'qut'un qui
peroit directement tt s'occupe per-
lcment do nettoyage di cc march&c.
La question dun agent atfectc A la per-
n du droit de place qui aarait frce
main i one march:mde ,( caym. i.'cs
dux sous.en de:hors du m.archl, p-irt
pper i I'Administration Coinmuni e
ii,je 1'affirme, n'a jamiis coimis d ab:as
persoane, ni dispose illg:ile:enct des
communaux.
Voos pensez u'avec Tr, me miilIc gour-
s(billets) l'Adniai,,sation Conma-
pourran mieux gerer les int'rts de
,adminstres. Vous avez parld de I' ra,
v6tust de la prison et d'une some
Quinze cents gourdes a!loade pour cet
iice.
Voe article dtant adress6 & l'Adminis-
SCommunale laisse entrevoir que
vanelear a et touch6e par la Commu-
e, undis qa'il n'en est rien.
1a budget des rccettes communales se
re par un total d Vingt six mille
rde eTiron, y comprise six mille
ples de subvention accordde par l'Etat
I'r exrc:ce 1907 1908.
htivempent aux recettes ordinaires per-
M par l Commune, nous donnons ci-
e lev rek de ces recettes pour les
tracstres d'Octobre 1o07 A Mars
y, d'aprs les registres du Receveur
amnnal;
c Oobre 1/31 Recu de


Wovemabre
vr Ilan
ani


divers
1/3o id
113 id
t/3r id
1/29 id
1/31 id
Total


S2.121.95
7.040.95
2 570 30
857.30
2.256 40
2.448-75


~ "#' Cm oforme au livre de caisse
i maille trois cents trente et une
mau te cinq centimes)
Le Receveur communal,


Tt el s, il y a une pr6ision
*500oo prdes pour droits de pa-
f;L.tie cinq cents ) et que la
Sb~l4speqr.u que P. 8.338) huit
cs 0 trente huit gourds) d'oi
no de onze cents et quelques
*eale bI de nos provisions pour
ie -iucer de recettes.
tp mou d'Avril se sont ele-
SL k~r3.o (trois cent aqatre vingt
S u trs ttete centimes).
e ur i _oir que les autres
I; 4PJoeiller, AoAt ct Sep-
biM nalera ftl a& rP...iem


seront plus heureux que le mois d'Avri!. I riodes triennales Monsieur Adricn Be!-
Ceux qui voudront avoir le dUt.1 l : eIt actule-nelt Mons' ;r Joseph
n*'ffres, tant de nos recettes que d is '. -liei.-
d6penses, s'adresseront I'Aminist:.ia n puis sx ans q g rc l'Atminii:-
communale, oi tous les lives sero:n!iI ; t. i n crn -i :i'. !-i. s i r. r
1 leur disposition i d gu. n' .vcn. ,, T...
Mon administration rend regulcrc.m nt .t ,x bsoi,,s c i:: tn; i p ac
co:npte, par publici:6 donn e dans le jor- a.c po.p.in ; c .. c ;n-
.al tL'Abeille,, qui s'ddite A Jacme!, d.- i pg:c ni rem .; att. uc ,Ir o-
tous ces acts : avis et arretds, pro:s-%. r- :c.i:.t' : ':;,s
baux, comp ability, tout y est public. I. C p ..!:, i v' a d ni :i n
nous payoui trente gourdes par mois p.> 1r n;.cs : v.s p cs, ,. i-
ccs publication. pros hs n I .c, .0po: m lts 0 -
S'il y a des recettes qui n'y figurent pas mes c1haigLts qu mnoi, qui ont rcmp!li
ou des ddpenses louches ou exagI6tcs qui toutes I-ursoblig.tions en quclquVsmois! .
y figure le public est en mest:r:., et D'au:trs aim n'strateurs des inter~rs pu-
vous particuliirement, publiciste, de ks blics pcuvcint-il oin dlre auta.t?
signaler. Jacmel, 27 Mai 1908
A part qu'au vote du budget de I'cxer- AL CRAAN.
cice courant le conseil, en raison de la si- Magistrat Communali
tuaion gnCrale, a 6td con, ciencieusemene I
oblige daugmenter les appoin:enients d- -- -
son personnel, il a dcpuis l'annde dcr- rTri
niire, affect deux importantes branches de I |
ses recettes: l'impot locatif et les droisi d : UI I ll
fontainc-marine A l'dificition d'un ho:c _
de ville sur la [I'a-e-d'armes.
L'H6tel a quarante pieds fran;ais de fa- Derni 'es D pceh-s
cade sur soixante dix pieds de profondeur, --
y compris lcs galleries. LONDRES 28. Le PrJ :c. n I-.i:il!.; c'
L.e C,)os.il communal s'cst rendu cnl I,) i EJ,,.,rd oJ. a;,s o:r
corps si:n di dcrnir. 23 da courant, a 1ua t tt ; de dC ra-
cinq I:arts et demie d. soir, pour visitor, ; i a., ( de i r:;.
le_ iravaux. Le rtz-d;-chausse qui a qua- P con.is a nbrc d'u ..
larmi ks con, ive s ain io.nbrc d'uneC
;oize pieds d'dlc a'. on cs: a-tiv" At la hau- cc:vaine sc :rouet pr:' c d. ( llc-
feur voulue, sans c.mipter un entablement 1, n e, br, uL" i
de trois picds frainu)i; d. hautcir, en tout d'anJ.:i's inini.str s et NM. \Whi:c!.w iei..
dix sept pieds francais. l'amhass:dc:,r d s Etts-Unis a LO);c.c.
Cette semaine, IEntreprenear en corn- M. Pichon, ministre des Aff.ircs E ran-
mencera les co!onnes de la facade princi- g res FranCais et M. Pai! Cimbo!, I'am
pale. bassad-ur de France ontee uni- longue con-
Si le conseil pouvait pr6voir qu'une ca- fdrence av.c Sir Edward Gr:v, le secretaire
lamit6 pareille s abattrait sur la popula- desAfarEtrnrs ags nno
tion, 11 cut 6C sage de sa part de surseoir eAffairesEtangters aeig'ais.Ornanno
l ce que toutes 1s question inmeress !, 1i.
A cette construction, sque I'auteur de l'a- politique de 'Agleterr t de la France
ticle on qdI le on a vo-6e avtc (nae
tde en q estion a voe ave (nous, y ont d discutes. Cet en:re.ie:a a prou-
comme anton membre do conseil com- v que 'accord le plus conpl t rt ne tn-
munals en faveur de l'ddification dun tre les deux puissances,
asile pour ces ma'hcureux do:it la sit .a- I ARIS 28.-- La question d'unc a!lince
tion l alarme A just tire; et pas pus qu: franco-.ing!aise conrtile c r.' c )i1 -
moi. tee parics principauxjourna.!lx. I.- Tcmips
Mais nous ne sommes pas au temp dis dSi d.que si 'entente ang' .t;c 1Ctr. or-
prophktes; et ni vous, ni noi, n'avons etc mait cn alliance aucune c ;u.:in d'pI -
prevenus des ann&es de vachIs m.aig.-s. ma:iqu." ne :erait plus nature. c.
La plupart des compAyriei.d&s autrs BEKLIN 28.- Les bruit; r. 'ti'. Ai : nt .
points du pays, qui nous visitt., s'ac- alliance franco anglise sont c.a'ut, ici
cordent a dire que cette ville et une des avec une grande a-tention.
mieux tenues de la RCpublique .rt c'et ici Tout en ne p.:,ant pas qu'unne aLiban-:
que l'on rencontre quelques fanaux e'ai- soit sur le point d, se fair., ia i G ''!e
rant nos principaux qiar:ier !.. de VIoss c t i :tement cmuc p r ic> li' -I
J'affirme, je le repete, ales s ct fits d troi:s qu. u:i s nt it Franc_- et I'AnT1lc-
publics de mon administration sont 11 tcire et qui tait ta-it res.ortir laccuci faith
pour L'attester,, que le Magistrat colmmu- au Prtsid-int F.l!.r(s.
nal, les principaux fonctionnairs co-n- Cejouit;alud; quceles autres puw'.s.acesde-
munaux : Receveur communal, Secriet~re vron: falre.;ppei toute leur habiL t pour se
et autres n'ont jamais b6neficie de quoi m..t:re i mncr dc fire face :f la ieualion.
que ce soit, en dehors des honoraires ou MANI.LLL 28. M. Moret y P~ntdcjdcr-
appointements legalemen: fix4s par le Con- gist, ancien premier .n;nistre c cles autres
scil, et que les membres, tant de mon chefs des parts libcil et rdpublicai:i ont
conseil ac'uel que da cons-il priced-nt, pris la parole dans une r union mo stre
u'ont janals voLt des contracts ou des en- qui a eu lieu cc soirau ThdAtrede la Prin-
treprisas de faveur; que Ie Magitrat co-n- cesse pour protester centre le pruoje de
munal, pour avoirfau itc.rtais travaux loi du gouvernement relatifA la repression
important, tels que le nu n6ro-age des du terrorism.
maisons et la pose des plaques indica- ST-PlTERSBOURG 28. Le cuirass6 d'es-
trices des rues, la r6fection d'une prtie cadre < Pierce le Grand a qui se.ait 6choue
de la rue de St-Cyr et des accords des hier soir dar le golf de Finlande s'esrt
rues adjacentes, des ponceaux sur nos ca- r-nflouc ce soir par ses propres moycns.
naux, etc, des commander de tomberaux, II s'est ensuite rendu A Reval; on n'a pas
de lampes pour l'eclairage des rues, de encore pu se rendre compete de i'importan-
petrole, etc, a toujours d6fcndu les int- ce de ses avarics.
r.ts de la Commune pour uniquement Is LIMUA 28. M. Augusr:o B. Leguia a de6
honoraires qui lui sont l1galement accor- 6lu President de la K eiub!ique tn rcmp'a-
des; qo'il n'y a dans son Conseil au- cecmnt d. M. Jose Pardo don't le mandat
cun membre don't l'honorabilitc paisse expire le 24 Septembrc prochain. M. Lar-
*tre mise en doute, ni par des actes, ni rabure Unaence et Ic do.teur Belisario
par des raits, ni par l vandicte publique, Sosa out tc! elus Vice-Presidents.
ainsi que des receivers cowmmvan~ruxs qui WASHINGTON 28 Le S6nat apres avotr
se snt succedd pendant ues deu p6e discutr sommair.ment le Currency bill


adopt mcrcredi par la Chambre a d6cide
uc la discussion continuerait remain ven-
rdi. On croit que le vote aura lieu dans
I'apprts-midi et que l'ajourncment du Con-
c :; scra prononce. Aussit6t apres, le Pre-
s. : t Roosevelt a sign le bill sur la reor-
g i- ition ct I'armnment de la milice
d r. ta.s-Unis. I.a dipensc prtvue pour la
i1 i.. en vigucur de cette measure est de
di:x millions de dollars.
l'.",is 29-- Rente : 95 90.
II\VRE.- Caft- Porto-Cabello: 52. Le
a ;,:ebot a Prins Willem III a cst arrive.
PARIS 29. Le President de la RE u-
blique assist avant-hier a un diner oert
par Sir Edward Grey et se rendit ensuite i
ui Gala A I'Opra Covent Garden.
IIier il visit l'h6piial francais. Le soir
il offrit un grand diner A I'ambassade de
France. re P residentt quitta Londres cc ma-
tin tt arrival Calais cet apres-midi.
La Clhanbre des ddpits continue au-
jonrd'hlui la discussion d- I'inp6t sur le
revenue.
I.e Goivecru ment lddpose au debut de la
.ancc u", prciet d. mandant un certain
i:Onibre de recompc,~e e cI)omplementaires
pour lc cc:p, cxpcdit;onnaiec du Maroc.
Un~e explosion et lieu A la poudrerie du
Mi:ulin Blanc blessant grivement trois
olivricrs.
Si or. ( Cord ) 29 D'apres les rap-
Spr' s 'nilit.ii es, des troupes japonaises eu-
r nt dans le coutrant de moi cinquante trois
rn.co-;lres avecdc s insnrgescorcens au court
dt quells 55 9 rcbc!lc-s firent tues ct de
nomllbrWux autrcs' blessis on captures.
I br.o .\\n 2"9 Le prince heritier
d'Alktiagui est arrived ici sur le cuirasse
a Deutschland ,t qui prend part aux manoeu-
vres navales allemandes dans la Mer du
Nord. Soixante dix navircs de toutes classes
p't'ncicnt parc ces maneuvres.
CONSTANTINOPLE D'apres des dep6-
ches de source officielle reques ici aujour-
,d'h'i le nombre des tues et bless6s A Vathk
( ile de Samos ) s'delve A 1io. La lutte
continue.
St PLTR-SHOURG On d6ment officiel-
Icimnt la possib rupture des relations di-
p!onma inues centre la Russie et la Perse.

C0' des Pompiers Libres


Cours

S, f1l S


d'instruction

Po: piers ,iqi idoivent se
S.'l:ato, central pour la
r ul 5) .Juin


(GoREl;.s .l oHi. consiller.- Denis
Latndai-, Jiliit Ii a lyiond, Jh. Paul,
.w, .s-of/i'-i r,.- AlxiAlexis, Adam
Lotis., Ai. Aitloitn Janvier, Alexandre
I;:-;in rc, Aut luiday, Armand ils,
Auigusteil Tou-airit, Ali'xandro Joseph,
1,opold l'ie'te, .Hcnri Richd, Ldonce
Cyri:le, C:ement Tiazybule, Henry
PaurKoc, Carridleau Etienne Victor,
Louis Salomorn, Victor Prosper, Saint
U;lair Bros, fHelvtius Derville, Justin
Faustio, William Mondesir, o.
-Justin Chery, F.6ix StOoge, camo.
Lisle des pompiers de serve plsdans
la derniere a mino de ?1 i et qui doi-
vent faire le service avec la premfre
es.-ouade de Juin potr DAFAUT D'APPLJ*
CATION :
Benoit MIichaud, Joseph Doublette,
Iloradius I'lacil-. LUoncePlacide,so ew
off./itrs -- O(laviuq Jn-Pierre. Pau-
1uus Pul, Perdriel Sylvain, Raphael
(:amill, Riuffii Champagne, C. Lau-
rellutau, pompiers.
Pot -au-Pl since, 30 Mai 1908.
Le Commoni fa,,
Lour EiTHART








Prodlits lygiiniaes pour la Toilgete


d41o'a.il 1leipidertne auqiiel


.o

*el

elle


LA r T douIrc une'soujdclsso et tin ve
wIuitci iinconiparahle en lIoi comn-
nFeun;iMMld~lt, son d'licieux par-
*'u ii V1 I:le on ye I's t! *t If, A cih-ir du t .i ut c 'i elle est souverainle
(,:,triIc loIit, k~.; lpiel.c; *l'ii;.-.uctes et cs 6rupt~tions ltdi la peau.
bj-:nut'ii, invisible, adhfA-
LA 1N1 im8:alpable,( presp~areee
c ";' M;- iint ponIr les porson-
110. (jui vetilent avoir tin teitit

Akt :' rdo Cirrrne Sirnon,
~a s' itles pt l~in pes
posi;ede .1 un certain degr6
Ii. 5 JIi hr'~ I. K1 et )Ie-i.v&'-aiCt.is de la Crine Simon ; ii
tfst ICIIti'. iII1 !it I II~dG' Jll1 tIid U' la Toilette des enfants et pour les,
datnies donit Ia -C4U e-t dic"Iicate.


Agence G6n6rale et Ddp6t pour Haiti
-A a ML Vletxropole
MASON JULES LAVILLE
93, Rue du Magasin de I'Etat, 93


ARTICLES POUR 1'

Mousseline, Nansouck,
Aumoni&res, Bas, Gants,
Rubans.


'" COM3 IImION

'Couronnes, Voile,
Livres et chapelets,


" A 1'Ange G-ardienX "

Specialite de Deuil
98 RUE DU RESERVOIR, 98.
PORT-AU-PRINCE


IH


ET
R USTA U'R.4AN


BE LLEVUE


Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
Mme- Hermance ALFRED
T66lphone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILITR
DINERS-LUNOCS.
Installation modern et comfortable. Vue sur la mer. Tempdrature
douce el r/gulibre. es Tramways dess.ervent I'Hdtel-Bellevue routes les 7 Minutes
I'PorRIrTt SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de rdception.-Piano.-Gramophone.
Sonneries Eloctriques


Table d'H6te


towu kujoura, domldidt4wsursa,
do 7 A 8 howurs*eleir


aL
I);

*


n ~ 'C- -L


Panamas !...
1Eldts solide-, arrives par le
A Montreal a.
(Chez M:- LE()NII)D: SOLAGES.
,'. Ia, l.e d.s [.ronsts-Forts.
Lx M-iison d'Jnpx-)tation
O o-- se Xaltl1oxti
I'o t-a u-Prince
40, RUE PONNE FoT, 40.
A anonce A ses nornbreux clients
qu'elle s'cst nouvellernent assortie
d'une grandA quantity de Chapeaux
pour homes en tous genres, formes
I'aniana, Canotiers.
Tous lc- cliap.uux portent I'adres-
se de la mason.
VENTE EN GROS ET EN DETAIL
Pi IBELOTS de tous genres en bron-
ze et fri crisal ;
; I hands assortinmeiits de LAMPES et de
PENDULES de tuits genres; de BIJou-
TEIIIE, dei LUNETTES et d'ARGENTERIE
de la Mai-on Christofle.
Beainx cadeaux de fian;ailles.
Grands assorliments de Pots d fleurs

LA.
Meilleure Farine
du Monde
Celle qui donne le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc et
le plus leger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washbucn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Era CASTrER. RIAp rtant.
IUqYI ---
Demosthline Romulus
Distiilateur-liquoriste-in-
dustriel,
DipldmP.;:;zAida, d I'Exposition Uni-
verselle de Saint-Louis ( Eats- Unis
d'AmMique )
Annonce A ses clients tant & Port-
au-Prince que dana les autres locali-
tes, qu'il a transfdrd sa maison de
commerce sise ci-devant a l'avenue
St-Martin, a larue Rdpublicaine(Grand-
Rue ) halle No 38, non loin de la ga-
re du Nord.

Chapeaux I
Chapeaux I
Z Chapeaux 11
PAILLE DR PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec Is
concourse d'un chapelier remarquable,
M. JAIu TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffelr de Louvre
Poor tons 1- goetr *ot pour toutm
les boaru s.


--- _-__- ____-


Mason F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 196
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancien membre de a Sc. 'iet PhiA
thropique des mattres taiieurs de Pol
Vient de recevoir un grand choizt
tofles diagonal, casimir alpaca, ch*i]
te, cheviote pour deuil, etc, ecompcM
de particuli remeut a sa clientele m
bele collection de coupes de caaimr,
de gilets de fantaisie et de piqui do
toute beauty.
Sp6cialit6 de Costumes de no
ces.- Coupes Francaise Anglai it
Amdricaine de la dernigre perfdcti
La mason confectionne aussi de Co
tunes militaires, habits broft
dolmsans, tuniqus, habits au
r4s. to eto, de tous gnrdes.

EMILE ROCOUBT
Consignataire des fabricants de Ua
chines f coudre r Singer et Wh&
eler Wilson v de New-York.
Machines A pedale et & main d'u
bon march exceptionnel.
Jdrdmie, 11 Ma 190m.

Dr. John Seetulsingh
Diplom6 du New-York lastitat d
Sciences,
Diplom6 dt Piladelphe Optiarl C
leIe,
lMembre dipl6m6 du Allumini AsM
citation,
Membre du Psycholopical SocdO
de New-York,
Membre du Hygienic Institat
New-York,
Membre du Hatha Lop's HiDb
temple, de I'Inde.
Le Dr Seetulingh offre se urVi
professionnels au public d'Haiti.
RUB DRS PHILO8OPH3S.- JfI

Francisco DES
Pabrioant de oha&utVL'
La Manufacture tO*a" 0"
p6t un grand stock,t- par S
en gros et dtall,-- de ob
tos genres pour
Houmm FlBa., BIFAWrg
Los commander des W |
de l'int6ri*r pourront trais
deas on e AseOasi p Pl*
90, mrue da
POW-A.u mW. (0