<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00344
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 29, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00344

Full Text



DeuxiBme Ann6e, No 349.


PORT-AU-PRINCE ( HAITI


Vendredi, 29 Mai 1908


4


J


QUOTIDIEN


ABONNEMENTS


PORT-AU-PRINCE UN Mois. .

DEPARTMENTS TROIS Mois.

MTRANGER........ TROIS MOIs.


.G. 1.

. a 3.60

. ( 6.


DIRECTEUR:
Cle CenXt 3X-VIagloire,

REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 4.5


LE NUMIRO 10 CENTIMES

Les abonnements parent du Ier et du 15 de chaque
mois et sont payables d'avance
Les manuscrits ins6r6s ou non ne serontpas rendus


om~r tout ca cinni concerned I'Adr'niniistratiof


du Journal, s'adresser k T.'.nsieur Arthiir ISIDORE, 45, Rne Roux on Bonne-Foi.


rou i. -- LA


LES PRETENDS TROUBLES
Dans I'Arrondissement de Jacmel


Des chateaux de guerre sont parties ...

Les causes de ce depart


Tentendais dire: a 11 y a des troubles-
ans l'arrndissemrnnt de Jacmel, il y
ieudu grabuge A Bainet, A C6tes-de-
'er; Brrouet a fusille du monde en
masse. l.e Gouvernement a envoy
bn bateau de guerre pour apporter
es munitions et continue la repres-
ion. )
Deus jours apres, le courier de
tacmel arrive sans aucune nouvelle
extraordinaire. Tout est came lA-
bas,
Lapropagande s'appuie souvent sur
qielque chose, elle veut toujours
donner aux canards qu'elle lance un
air de vraisemblance. Ii y a eu, en
efet, deux bateaux de guerre parties ,
mais ils n'6taient charges que de mu-
nitions... de bouche.
Tout le monde a lu dans le Matin
lerapport de M. Rodolphe Alexandre,
de acmel, sur la famine qui s6vit en
|e moment dans les campagnes de
ictel, surtout dans la section de la
Montage.
~est une section particulibrement
iserable, soit que le sol y est plus
at, soit que les habitants en soient
Oins laborieux ou plus imprdvoyants.
a grande sdcheresse de l'annde der-
r'e a dprouvd quelques parties du
S; et cause naturellement plus de
Mrdanscette section dela Montagne.
is letres que nous avons reques
b irment le rapport de M. Alexan-
i-r. Les campagnards, apres s'6tre
inos d'oranges sfres deviennent
pn ,, puis loitrinaires, et n'en pou-
t plus, pour chercher le soutien
Svillemourante vie, descendent vers
-- enl un exode lamentable et
~suant.Lacharit6 publique ne suffit
a soula ger de si nombreuses mi-
Sest s mneurent d'inanition, dans
Qnlur les galleries, des femmes
"donant de touts petits enfants


auxquels le sein maternal desseche par
les privations, n'a plus une gutte de
lait A donnx:3.
Le rdcit de cet dtat *de choses a
emu le coeur du Pr6sident Nord ; il
fit venir une grande cargaison de
vivres, products de ses champs dans
le Nord; ii en a charge un bateau et
a envoy ce secours au Magistrat
Communal de Jacmel pour etre dis-
tribu6 aux pauvres. Le President de
la R6publique ne s'en .- jQ t1,enu
IA : toujours A ses frais, ii a charge
un autre bateau de biscuits et de pro-
visions alimentaires A destination de
Jacm al.
Au lieu de demander des fonds aux
Chambres, pour soulager la famine,
au lieu de fire dresser des ordon-
nances, qui sous un autre Gouverne-
ment rempliraient plut6t les poches
de deux ou trois et n'iraient pas sou-
lager la souffrance des gueux, le gene-
ral Nord, une fois de plus, repete le
geste don't ii est coutumier ; ii ouvre
sa bourse, et c'est de sa cassette pri-
vee que tombe la rose bienfaisante.
II n'est pas necessaire de louer le
Genedal Nord pour un tel acte, car il
faudrait le louer chaque jour.. Le Pc-
sident de la Rppublique est une
main toujours ouverte; pas de jour
qu'il n'oblige quelqu'un ; pas de
sooffrance qu'il ne veuille sou6,er,
et il est A ce point de vue, plus un
pOre de famille qu'un Chet d'Etat.
Cette bont6 toujours en 6veil du
G6neral Nord est une des causes de la
force prodigieuse de son Gouverne-
ment.
Ses ennemis qui vivent loin de lui
ou sur la terre 4trangere, qui n'en-
tendent et ne veulent entendre que la
cloche du denigrement de parti-pris,
la cloche de la propaganda malveillan-
te, se le representent et le represen-


t.1iit au inoil1 c c f) l:fnt. un Clief d'Etat v1 T T
odieux et d(ltest doe ous. Dans cette E Q UT
croyanco, ils l'atlaq!ueit et sont tout
surprise de la soliditc, de la robustes-
se du chni oqu'on lenr avait repru Les aimables sieurs Corvington,
sent come vermoulu, prtt A choir Sales Vales et Auguste, se di-
A la premiere secousse. Oui la force sant etudiants en droit, ont cru de-
du general Nord n'est pas seulement voir faire assavoir au bon public -
dans le devouement admirable de ses afin que nul n'en n'ignore qu'ils
lieutenants, elle est aussi dans l'a- prenaient position dans un debatdont
mour populaire. Le people connait un discourse du sieur Stenio Vincent,
la bonte de ccur du patriarche qui prd- en sa quality de Magistrat communal,
side A .ses destinies, et les bienfaits strait le pr6texte, et qu'ils disaient,
pr6sidentiels quoique accomplish dans A telles fins que de raison, leurs
1'ombre, portent au grand jour des ( opinions definitives, qu'ils pre-
fruits dtonnants de reconnaissance et naient des conclusions, sur les
d'attachement. 61ranges propos d'icelui qui les ont
Non, le G6n6ral Nord n1 pas be- alarms, parce que les dits propos
soin d'etre loue et si nous rapporte-is ont etd tenus au people et a l'armee,
ici le geste de commiseration patrioti- au lieu de se trouver C dans un livre
que qu'il vient de fire, c'cst pour ou dans un article 6conomique.
montrer comment les rneilleures ac- Le soussignd, avocat d'office du dit
tions present le flane A-la propaganda, sieur Stenio Vincent encore tout
comment les ennemis du Gouverne- meurtri du coup de massue des sus-
ment se servent do tout pous essayer d6nomm6s, expose ce qui suit:
de I'affaiblir Attendu que Vales Sals, Auguste et
La modestie du Pr4sident de la Re- Corvington, au lieu de lire le discours
publique s'offusquera presque A se don't il s'agit, ce qui eut etW plus sim-
voir louer pour ce qu'il estime a peu: pie et plus natural, declarent I'avoir
de chose, )) pour ce qu'il estime son ilu entire les lines, complication d'ail-
devoir ; il n'est pas partisan de la leurs fort inu ile ;
reclame brnyante, et c'est lui fire Attendu que, entire les lignes il n'y a
violence que de denoncer au people que du blanc; qu'on peut par'conse-
ses bienfaits a.i.-qhs. quent y mettre tout ce que l'on veut;
I! se plai A faire du bien sans qu'on s'explique des lors aistment
bruit; il sail que d'autr s bouches que Augusta, Corvington et Sales Va-
diront .un jour sur sa tombne ou fut les aient pu faire dire A Vincent que
entoui son tresor. II sail que le jour celui-ci : orecommande tout uniment
of il ne sora p!us A ct-te place tant de former les 6coles de droit;
convoitee, ses cnnemis eux-mrmes Attendu qu'en reality Vincent n'a
proclameront bien haul son int6glite, pas dit cela; que tous ceux qui ont
sa bont6, sa gen-rosi16. 1. son discourse ( Corvington, Sales
Notre seul mrite, A nous du ,atin Vales et Auguste malheureusement
ceserade n'avoir pas attend qu'il ne ne sont pas parmi ceux-ld, car cayant
soitplus pour lui rendre justice, ce se- de la culture et du bon sens o, ils ne
ra d'avoir ete la voix sincere qui ne savent lire qu'entre les lig ns) ont bien
cesse de le proclumer grand, devan- comprise qu'il s' levait centre la mul-
cant ainsi le jugement de r'impartial tiplicite des ecoles de droit et qu'il
postri arale s'inquidtait, dans un interet pure-
postrit ment social, dle la tendance tres net-
S tement accuse d'en avoir une dans
Administration du ( Matin chaque chef-lieu de jurisdiction; qu'il
rappelle aux abonn6s de la Ca- trouvait que c'etait trop, alors sur-
a tout qu'il n'y avait encore presque
pitale qu'ils ne doivent rien ver- pas d'6coles professionnelles, de fer-
ser, abonnements ou autres mes-eco!es et autres deoles pratiques;
Sur REQUSIMPRIMtSi que la p!ethore d'avocats ne ferait ni
que sur REQUS IMPRIMrS et l affaire desindividus ni celle ducorps
signs de M. 1'Administrateur social;


ooopL


--- C I Y I I rr~Oarane~gd-rrry-;-rHRa~rrr. IbLCI IIC~iPTY ~YO~rY 111 ~ r Cr r









Attend qu'il est vraiment par tr'f,
commode, pour le he)oni. d'u.. ccau-
se, quoique respectable 6tro, di forger soi-ir":n' ;!s n i,., doL
1'attribuer a aulrui (t. .-i;t. : i i d;-
dessus en dinextri l. :i t rii .,ha-
les gloses ; (que cc pr,. c 1, liu dlij',e
du talent do Vails S l:; 'l {:or 0';-, on"
et Auguste, riv6l'e en eux cpiitl.int
de pr6coces avocats..-, --- dCj;' 'I'l'on
voit bien que ccs appi( ti, so):t Iet
passe de devcrir (( rn~uit, s ;
Attend que, ce faisjnt, ils ouit on-
vertement viol6 I'une des p'as ibelles
parmi les lois qu'ils ont formulhes,-
celle de a l'dquivalouce fratn.;i' le ; ,
Attendu, au surplus, que Vincent
n'a pas pu se targuer d'avoir ifnvenelt
quoi quo ce soit, puisqu'il a pris soin
de dire lui-inmee qu'il ne faisait :10.I
& rappcler que!ue'(i i :i s es entiel-
les x ; que, a cet ;a;.r., A:i sl e Sa-
lis Vales et Coivii.gtion pi) ve:.t itre
tranquilles ; que \ViT cenl no ti o ,bl;:ra
leur sommeil par aucuue dicouvoi tt ;
qu'il n'a jamais rien inveniil, et si'tic-
ment, n'inventera jamais riei, tien et
rien,- par mnme des ( iimag;w s vir-
tuelles P, pas tne;ne des a p-opliii es
eschatologiqujes ;
Attendu enfin qu'il est pt:i fiti i.11
indillerent h Vincent que, ,inr.-;s la (, :;
de Corvingtor, Vals Sa.esSas LAt Augu .tec
tout le monde soi; avo'at, (qu. rn-
me pour nlic'ux y d6evelopiir r l; filbrc
juridique, on dorine :iux ;::t'ri i so I
du jus de paper tiimbrd en lbberon,
qu'ils fassent joujou avec des :Ictes
d'ajournementel, qu'onleur coiifeition-
nede petits bonnets avec desc6.iules;
Par ces motifs, il plaira au Public
de faire bonne justice des gricfs donti
font 4tat Auguste, Corvington et Sal6s
Vales.
Dont acte.
IMl Z.
< i




RENSEIGNEMENTS
M T ORO LO GIQU ES

O s ervat c toi
DU
SBMINAlIRE CGLLeGE St.- aT


JEUDI 28 MAI
Barom6tre A midi
minimum
Temperature maximum
inoyer.;e
Ciel charge decirro stra'us
tus, toute la journde.
Halo solaire le nlatin.


762,4'/m
23o,2
340 o
diurne 28o.0
et d'alto stra-


Le baromitre est en hau;se.
R. BALTENWECK
Tribunal de Cassation
S~cTION CivILE
,Audience du mardi, 26 Mai 1908
Le Tribunal sous la presidence de Mr le
Vice-president Ernest Bonhomme, preld
siege A dix heures et demise du martin et
prononce l'arret qui rejette !e pourvoi de
Messieurs Pierre et Pdtion Faubert contre le
jugement du Tribunal civil de Port-au-
Prince en date du 8 Octobre 1906, contra-
dictoirement rendu entire eux et la dame
Lorina Pinchino.
La composition du jour entire en siege
sous la pr6sidence de Mr le president H.
Lechaud qui pronounce les arrets suivants :
Celui qui casse et annule le juge-
ment du Tribunal civil des Gonaives en


dute di 7 Fdvricr i907, contradictoire-
ment rcndu en're les sicurs De Lain et
Richa. dio ct l:a damno Vcuve oscph E.
Lbr- ,-n:, rni,,c l'.!hlire au Tribunal ci-
vil de Sa'iit-Marc.
Cc':i qui case ct annulP: 1'o:don-
n.inc-e dele:d rd rr-ndu, le 9 Octobre 1906
p.ar le juIe A. PoIol, du Tribunal civil
.,e Port- .,-Prince em-ru les; consorts Fau-
b'as Gt;:hiier et la da:ne Amdlie Faubert,
renvoie i'affaire d,.vant le juge de rdferd
du Tribunal civil de Jacmel.
Celui qui declare inadmissible la rd-
cusat;oia en masse p:oiosee par cls sie',pr;
A. Ever:;nann Jacqu'n et CO et P. Rigaud
centre Iks juges du Tribunal de commerce
de Port-au Prince declare, lMnzer et fils
non recevibles, quant a present en la rdcu -
sa'ion propose par eux contre le mmea
Tribunal.
La Section civii fti place aux Section>,-
rLunics qui pronotnc,--nt t'arr qui rejette
la demand de John D. Metzger et Co re-
lative A la preuve par tdmoins, condamne
ics dits Johl' D. Me'zger et Co a payer sa:;i
dIlai, par toiites ls voices de droit, mtme
par corps i la dame I). L. Vabre.nde Alex-
andrine Bourgeois et A la dcmoiselle Jean-
ne Bourgeois i.i some de P 816. 70 or
tneriain" avc les intdrtIs icgaux, fixe en
cas Ie non pavement, la durae de la cotn-
traiintc pir corps A une anne, rcjette les
dommniges-intdrets reclaends par John D.
Metzger et Co contre les Bourgeois.
Pius entendent I'affaire du sieur Ulysse
Mondon contre les sicurs Missoni et Co,
Le juge Emm Chancy, Rapporteur, don-
ne lecture de son rapport.
Mcs Solon Mdnos, pour le demandeur,
et J. L. Doaninque, pour les ddfendeurs,
Ssont entendus en leurs observations.
Le Ministere public, Mr Elie Curiel, con-
clut a l'irrecevabilite de la demand recon-
ventionnelle de Masson et Co
Vu l'heure avanc6e le siege est levd.
Tribunal Civil
.Audience 4Ovile du Cercredi 27 aCai 19o8
I.e Tribunal sous la prdsidence du juge
A. St Rome assist du Substitut A. Thi-
bault a cntendu l'affaire suivante :
-L'Etat contre Stecher ( Dcfant '
Le Tribunal sur la demand de Me Bar-
reau, secretaire du conseil de discipline a
levd le siege en signe de deuil A cause de
la mort du pere de Me Borgella Camille.
Fiangailles
Nous avons recu de Jacmel, le faire-part
des fiancailles de Mile LILIA TALUY avec
Mr ALBERT ROUSSEAU.
Compliments.
Arrivage
Ce martin est entrd le steamer cAltai'
;ivec les passages suivants venant de :
New-York. Mr R. Ramirez et fils, WV.
Tonem, Siriaque Cldrid.
Cab-flaitin. -- Mile A. Behrman, M.
Dnrand, Mlle M. Ddcayette.
Port-de-Paixr A. Boutin, C. Charle-
magne, B. Gautier et famille, Mr et Mile
William, L. Augustin, C. Bien-Aime, C.
Sevard, D. Witty et fits, M. Pamphile,
Gonaives.- L. Guilbaud, Melle Barbet,
E. Emile, E. D&sir, Cora Descroit, L.
Philippe, C. Sam, A. Magny.
L'affaire T e:rmaann & Gie
L'affaire Herrmann est d6finitivement rd-
g!ie par suite d'une transaction accepted
par les Gouvernements HaYinen et Alle-
mand.
Herrmannn & Cie remettent au Gouver-
nemen t halien 343 .448.3 dollars en tires
consolidds 6 o/o ancientn 12 o/o ) Le gou-
vcrnement n'a plus A donner les 220.000
en tires, l'dquivalent en espaces du par
Herrman ayant etC admis en reglement de
compete, d'apres accord.


E e.i ,,s Senato.-iales offert par le prince de Gall"s et ens.lte
A la since de nmrcrcdi, !a Chambre des un bal offer A Buckingar par ler
r,.prCsentants a dia dncteurs MMp P. Pail d'Angleerre. Ce mnatin le Psidenta re
l&re. Adrmiistra;eur des Finances de 1'Ar- u le chef des nussions du corps diploma,
rondissemcnt de Nippne et Candelon Ri- tique, le prcmierministre de Nepaul,ain.
gaud en rmniplacemnent de MM Julc-s Juitin que diverse municipalities. Il assist e.
et anda suite A un banquet oert au Guildhall
Les lan ctida n s t prbblement trm- le lord maire et les membres de la cit6de
f-es lcrti'ni sr t rcbblen nt tcrni- Lod res.
n..s 'aujo:,ird hui par !'d&ection des quatre ir be nm
snaturI de IO st. ier la chambre nomma une comMis.
senator de I'Oust. sion du budget don't M. Berteaux fut now.
a ?sI md president.
SfT-1 Prochaine stance vendredi.
ii i ,<.ONDRES 27. Sir Edward Grey, lese.
h.. ) ..Jl UJ, c:.aire des Affaires dtrangeres a donn ce
soir un diner en l'honneur du President
de la i'publique Franqaise. Parmi lesin.
)erniJrO s r)epo vic.is sC c rouvaicnt, le prince de Gales, k
-- ambassadcurs de France et de Russiet(
LoNDRlE 26.- Au grand banquet doni- Ls members du Gouvernement. IL n'ya
Tn4 en I'hconneir da Prident tFalliircs :tu pas cu de discours.
Pal.is de B1uck';',m, 1. roi E,'V .:rd dance En sori:nt du Ministere des Afires
son toast de b: nveIie a dit qu'il esperait Etrangbres, M. Fallieres est alil assistera
de lout co.jr qie !' '!e:.;e c ~r!ia!e -c' re ia representation de gala au d Covent Ga.
l'Angl'terri et 1A rance: strait permn cn- den Opera ). La ralle ofirait un coup
t. pirc. qu' l:e cr k e ssICre au b:en-':re d'cei! spendide. Au moment ou M.Fal.
et : la pro-perir6 des dcux pays et an li&rcs et les membres de la farmil.e sonten-
inaintica de la p;x gendrale. hM. Fallieres tries dans leur loge, tout le monde s'est
a dit en rdpons- qu'il tait convaincu que levd et 1'orchestre a joud la q Marseillaise
l'.veanir i:e ferait que resscrrer les liens en- Le President est cntrd le premier dans
tre les dUux piys Le-. dicours .ch mgdns la loge royale, derriere iui se tenaientl
" Londrcs en re President Falliercs .et Roi, la Reine, le prince et la princessede
le roi E.oua:-d oa:i a:.tird i'attention de ia Galles et les autrts membres de la famille
presse francais'. Le aTenips, de ce martin royale. Tous les sp.ctateurs ont remarqU
dit qu'l cri qu le o n est venu de que M. Falliercs paraissait tr&s fatigue.
substitur i l'cn:;ente actue!e alliance II est rest silencieux pendant la majeure
anglo- f:an-.aLe, pourvuque l'arme anglai- parties de la representation.
se soit rtorganisen radicalement de fagon Le spectacle se composait de selections
a la rendre capable d'une action dncrgique des P&cheurs de perles ) de Bizet et de
sur le continent. *t Faust v de Gounod. MMries Telbaet
LONDRES 26.- Le President Fall'eres est Tetrazzini qui tenaient les principauxro01
un visitcur tries populaire ; une foule ir- ont chanted d'urie fanon spleridide. Anui;
mense se rassemble partout ou il est pos- ont eiles dte chalcureusement applaudies.
sible de le voir passer et les acclamations A l'issue de la representation, les spectt
qui l'accaillent par:out sont exceptionnel- teurs se sont de nouveau'levds et sontres-
lement enthousiastes. tds d6bout pendant le depart de la fimill-
LONDRES 26 Un grand bil official a royale et de-son hote.
dit donned ce soir au Pa!ais de Buckingham LONDRES 27.- Le Prdsiden: Fallibresi
en l'honneu- d- M. Fllie.. La soi- rega des mains du roi Edouard la grande
rde au Palai; de Buckingham a te croix de l'ordreVictoria. Le Presidentaen-
des plus brillantes. Les hoLes du roi suite decor le roi du grand Cordon de lI
se :ont riuni.; da.s ;a salle du T one, des Ldgion d'Honneur qu'il a dgalement con-
tron-ppettes ont annonce leur entrde dans tfrd A l'amiral Lord Beresford. Apresavou
la salle do bl qui dtait mJgnifiquement requ a l'ambassade franchise leis principal
dacor.:T '- .-- ieurs. Le rei Edouard et la residents de la colonies francaise, le Prs
reinc A\lexandra accomp.ign1e de M. Fal- dent rendit visit aux princesses Louise e
lieres et de la sui;e royale ont d6fild dans Henri de Battenberg pour s- r2endre ensui
toute la sale entire deux ranges d'invites qui te A Portman Square y rendre visit A
Ssalu.,ient respectucuscment. princess royale, puis au palais St-Jame
PARIS 26.- Une ddpche reque icide Tan- of ii fut requ par le prince de ConnaughB
ger dit que l'influence de Moulai Hafid A trois heures en compagnie 4u roi, del
s'etendant de plus en plus couvre mainte- reine, du prince et de la prinqsss de dGal
nant tout le nord du Maroc. Seule la peur les et de la princess Victoria 11 se rend
des reprdsailles de la part des franqais, dit du palais de Buckingham A l'expositiono0
la ddpche, empiche les habitants de Tan- le prince de Galles lui souhaiti la bienve
ger et d'autres ports marocains de se decla- nue, aprs quoi il visit a les d'ffrents Pt
i rer pour lui. villons.
Le Sdnat discuta le project de rachat du PARIS Une dpeche de Tanger dh!
chemin de for de l'ouest et s'ajourna A' que le caid Bagdani, commandant en cenf
Vendredi. des troupes du Sultan Abd-El-Aziz estle
P]2KIN 27.- La ville de Ho-Kord, pro- pleine retraite sur Rabat et que son
vince de Shausi a edt recapture par les me a 6te reduite par les desertions.
troupes .imperiales chinoises. Cette ville GAND ( Belgique ). M Henry F!
etait tomb6e au pouvoir des rebelles, il mann, 1'aeronaute anglais a ext a"
y a quelques semaines. 'jourd'hui avec son aeroplane deux Vro-
DALLAS 27. -La riviere Trinite a baissd de 16oo m&eres chacun. C'est la plus r f-
de 4 pieds au courant de la nuit derniere. gue distance qui ait encore ete COU .
Les craintes sont moins graves. 1cn ligne droite.
MEQUINEZ. Les partisans de Moulai-i LA HAVANE 2,5.- Le maire,,le tr esr
Hafid pill&rent aujourd'hui la maison du le chef de la police, six policemen et tr
Gal Bagdani, commandant en chef des detectives de Nuevapaz, province deIa
troupes du sultan, Ad El Aziz et empri- vane ont etd arr&tSs hier sous iacCUs
sonnerent les membres de sa famille. Ide corruption et de concussion. ,"
BERLIN 27. -- Une complete entente au DALLAS ( Texas ).- O .n esL me L
sujet du Maroc serait intervene entire les moins cent personnel ont etC /s.. s-,
deux governments francais et allenunds. n majority des femmes et des e ian1. ,
PARIS 27. Rente: 96.27. qu'a present les dg~Ats sont Cwa u 2~._.
Hier M Fallieres visit l'exposition de ooo dollars. Dans la soiree q6 e a
Londres. II assist le soir A un banquet que leau continue A monter
qtrel'eu otln i ontr I


I LI~QB R C~ I I -~J~Cls ~PP~-~----" -I~L~IILRI -~WLC~BBslgSIIIIDIIIIIIIIIIIIIIPI~ -_~









,, mais encore arrive 1'eau est
iefnat I o0 pieds au dessus de son
i .enor tl. -' G pe even: midi unec
;i da pot Texas and P-cific rail-
:, s'es elondrie. Sur ls quinze hom-
Ss' roavatient. Six ont 6te noyes.
WAi so- L'ambassadeur de lFance
euss rand pttiront le 15 Juin
rChiagO, cu i ls assisteront aux sean-
de onvn:ion national rdpublicaine.
Snombreux projects ont diabords pour
f aier das cette ville, ol ils resteron'
Sla veille de leur depart pour Fran-
i aura li 1 25 Tuin.
: ,.hi s G 28. --- Lc cuir.ass
Pierre le Grando est a la cite dans
G. de Finlande press de Rdvel. Son
nt est creve; ce.endant si le temps con-
une~are favorable on pourra croit-on,
iLoNDs 28. La Banque d'Angleterre
:6duit le taux de son escompte de 3 a
ademi pour ceC"t.
CON0STnATIPLu 28 Les habitants de
1ede Samos son:; en rebellion centre le
.:e et le goucrnemelit de F1ile depuis
ours. Des rcn-r:ontres sanglantes entire
people et les t-oupes sc sent produites
vIy capital: dIe lile. La gendarmerie
,a,: avoir iit cluse commune avec les
L:., Lai;.ise de cctte r-.b lion st.ra't
Seaun conlit ire e- i* gouvrernement Ko-
siz Etfrendi t i Se6ni. Des renforts de
..;:. sont p:Ltis de Smyrne pour Sa-
Os.
SAI\T-PRTERPrDURG.-- Un monument ai
memoire des oi'ciers et marines moris
oslabataile de la mer du Japon les 27
28 mai 1905 a et inaugure aujour-
hi avcc gnrnde pompe.
MaMuLLE 28 Le cholera a fait son ap-
uiiion dans !a province de Pangasinan et
si dans I province de Capiz.


tribune ldu Matin

DISCOU'RS prnonce' par Mr Atlthur
Bir, llagisbrat Cnomnunal de Tiftion-Ville
""* dde a jIi- du icr Mai.
Citoyens agriculteurs,
Chaqioe ann u, r pareilie date, vous etes
ns icsi par i'cf et d'une prescription
ansitutionnmele pour c6l6brer la fete de
icue, de celte bonne terre inepuisable
Ominous porte e nlous nourrit et qui, plus
ld, sera noire sepulture en empruntant
lOscorps un len:secmencement nouveau
7dnes generations venir.
Ecettc fte est veritablement la gran-
Iei!e national, car cette terre a bu le
r de nos aieux confondu avec celui de
0soppresseurs et, depuis, nous ne cessons
Iafeconder de notre sueur.
,Cpendant, citoyens agriculteurs, le r&-
tat ne rdpornd pas jusqu'ici aux efforts
iens. C'est qu il ne suffit, ni de ces cf-
1sni de notre bo)nnc voloint pour aug
Iter le rendemcnt du territoire natio-
'; il fault surtout savoir se mettre A la
a"Uer des exige.nces toujours nouvelles
meiece et des proc6dds de culture.
Jeme ht de dire que le reproche ne
tauxatent pas, toyens agriculteurs, car
tku elements supdrieurs de la nation
es aeppartient de diriger vo-
,,r et vos bas dans la culture m6-
,,e .e nos tetres.
"st de qul1 vOus appartient essentil-
'iusfot .ralse ce snt les conditions
nique dobe s b e la propagation et A la
tre, er ons efficaces procedes de
asfigurel .e rang de ces condi-
e. -e maintien de la paix public

stendan ie nieux, concitoyens agri-
rWr fIter mertei done de vovu ex-
IerIer orille & ceux qui vien-,


nert vous promettre months et mcr :1!, s
Sn cherchant a vous entrainer dans a r"-
vo2te et I'anarchie.
Rdsistez-leur 6nergiquement et n'.akbn
donnez pas, pour courier A des luttes in-
scr'nses, vos armes p.icifiques qui sont lcs
inmtruIments de votre- art elev6 ct qui seuls,
en creusint les sillons de vos champs,
peinvnt assurer la prospiriti nationa!e ic
le biL-n- re de vos families.
Criez avec moi, citoyens agriculteurs :
Vivee le Pis dcnt Nord Alexis, regenera-
terr de la Pa.r c.
Vive l'Agriculture
Vive le Paix !
Vive le Travail

VENTE
PAR CONVENTION SPECIAL

E,' v.crtu d'une obligation hypotlhd-
c.ite passe au rappott de Me Klber
Vilmen'y et son college notaires A
Port-au-Prince, en date, du onze janvier
mil neuf cent tep!,enregis!ree A Port-au-
Prince le douze j:rnvier mil neuf cent
set, folio 4-98,/99 Vo C-ase 1973 du Rt-
giltie 11 No 3 des actes civils,
II scri proceld le mardi deux juin
mtil n-'f c, ;t hnit, en l'elude et par le
mnir.i.-ore tde Me Kleber Vilmenay, no-
t:Lirt a Port-au-Prince, sisp rue du Cen-
tre, a la vente au plus offrant et der-
nier enchdrisseur d'un bien de trois
quarts de terre, situd sur l'habitation
a Piemont Z,section de Martissant, com-
mune et arrondissement de Port-au-
Prince, bornee savoir ; au nor>i par le
reste de la propri6te et feu Cl6ment
Lafontant, au sud et A l'est par feu Cld-
ment Lafontant et a l'ouest par le che-
min de la Grande Ravine, suivant pro-
c6s-verbal d'ar-ntage de Jules Dodfeuil
Rimpel, suivi de son plan en date du
dix-neuf juin mil neuf cent six, enre-
gistre.
Tel d'ailleurs que cet immeuble se
pursuit, comporte et s'dtend.
La diue vente se fera sur la mise a
prix de teux cent quarante-neul gour-
de.- quarantc-un centimnes P. 21.9. 41
A la requ6te, poursuite gt e!eiclo
da sieur Charles Mevs, proprietaVre, ,il-
meurant et dornicilid A Port-au-Prince
oft il 'dit domicile au cabinet de Me
Luc Th4ard, son avocat conslitut, rue
du Centre, No 113.
CENTRE
le sieur Tindgilles Saint-Gilles Jeudi,
propridtaire, demniurant ct domicilie
sur l'habitation Piemont ), section de
Martissant, commune et arrondis'eme;it
de Port-au-Prince.
Pour plus samples renseignement.,
s'adesser a Me Luc Th6ard, avocit
poursuivant ou A Me K!tb-r Vilmenay,
notaire, ddeositaire dlu cahier des char-
ges.
Port-au-Prince, le 29 Mai 1908.
Luc THEART, Avocalt



KOLA
DE

KINGSTON
MAONISH'S KOLA PURE'
MACNISH'S < IRON BREW '
En Vente
chez Catinat Fouchard
Rue du Centre


LI
CSi
ia,

c~
)Id~a:
ec~f

e~E~


L


Produts ly q es polr Ia Toflette



Va faa daVlege t ds min
a o i 4 p

3- ;- ~~iPi. llflUCI1 ;IhhYj





..?~'st., ~ ~~'A~. donnj e u ne so1p em'itett1On6
5Wae -nSc -
It- son .Llicieux par
a~ c' donno uui sopes etUn
-' i. o-Ad iicmiaal enli o
-O~ -aw ~uiiaAsnd~cexpr


uIn --I *-* :1t, O:~i do 0:it sjuveraine
Ic it?:. Ul~jO.s de la peau.

-~ rr. '0,r i r nIp-41e, pr6parV e
t S jticTis;onitiot pour Ics person-
: U' f qufi Verd t aVCoir un teint
0! L iii.irc d'elle,
ia F1' ;it~: do Cre-ae Simon,
4, ~: ;; lt i m l principes

to u Le S- G Simn i
est)'lii Ic Mo iTt0 elifaw:at et pour les,
dames donti la pUatJ u. 1...c
Aga6nc- D.ne i c' D-p6 1;r pouu, EH Iriti

,, 4I,, 4


mTAANI 0IT CONT-iHBLWI ALE

D FE




PRETPARAjtT!IY x D17 PL~4tI 1:i 'I2!fT-QLJtTRE (24)COULEURS*


Vente de
leurs, pour


;s chaussures
Hoc rnre :;, D e cs e:
( Bo;: TO *.'-E, I'C


En gros et :,n detail pa


S -jOSEPH
(ANGLEDES 1'i-ES BOUX ET DU MAGA-
SIN DE L ETAT. )
Service bicm oranim..-.--- r7e.p:-a.s
Sla crrt --. cuT-uine n:o --0lear:ifn7i.te.-._.
l': lOE .:
rt- -- r



OORDONN 1P.IE.
E. EP;]E
42, Rae des Fronts-Forts.
CHAUSSURES EN DEP6T,POUR LA VENTE
Promptitude et soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame forme et It.e-
vail toujours tout ce qu'ii v a de plus
nouveaux.
Formes am6ric;-ine et fr -ncai-e pour
Messieurs ; tl6gantes et commnodos.
Pour les enfants le plus'. !'aise.
Travail solid exetcute avec
des peaux de prermiire mar qus.
Assurance de grand rabais.
PAtes, '3irages et Liquides


: o:.vze .u-g'-c6, Verni et cou-
E: fants.
A:TlQ-UE ET LACIK )
usr toutek i ilpuiblique.

ETUDE
DE

Al Ccharles gillery
NTOTAI'RE PUBLIC
53, Rue j,, Port ou Pavde, 53
Heures : Sbs sA. midi et 2as 5 s
Archives de Mes. Madiou, Servincent, Car-
rd, P. Frdd6riquc, Solages ct Rosemond.

Avis
e e( Crannce'rs de la maison A Ga-
veau et Co diciar-e en failite, sont in-
vie A se pr6dsn'er ou se fair repre-
senter, au syndic provisoire, soussi-
gn6, dans Ia d,:ai do. quarante jours, A
lui rcrnettre le-rs ti rete de3 Creances
oa A cin fair; 1;~ dA6t au Greffe du
Tribunal d. :cornmmere do ce resort,
anu fins do !eur' verification.
Jer6mie, le 21 Mai 1908
Le Syndic provisoire,
CH NIER AUDANT


IilPI ---- -I-- ~PCIIC~ i' i ~-~-- -u. I 'YI1










Akz TNTFLLENiIQNT t i


Yacht tioll lrando rapidity, amicnagicl eftill
cornplet et p),-,,fait l. Priy todti6.

Chaloupe cuv 2( 0i (1,, It, 1/2 ehelvaux- arjeur .y ma~chi-
0 c_111 .2ir) n LkaIn.


Chaloupe-croiseur d2
ne au milieu, 2 cylindres isoled de 3
sur les cotes.


pio.l. cabinet, 2 cylindres
5 l ch--va ix-vapeur, machi-
chevanrx-vapeur, machine


Chaloupe-croiseur 38 peds, cabinets, 20
vapeur, machine A
management complete.


chevaux-
gazoline,


Q
M

F-


ARTICLES POURO 1


NTansouck,
Bas, Gants,


Li


0
0








If)


COMMUAlO
Couronnes, Voile,
ivres et chapelets,


A l'Ange G reardienx "
Specialite de Deuil
98 RUE DU RESERVOIR, 98.
POiT'-AU-P.RINCE
*'- rA -H= -s- ^ ^ ---.- ^ ji j /

PrSTAURAAT
Place du Champs- e-Mars
PO A- If.'PA .PR'i OCE (HAITI)
Miite Ilermanece ALFRED
~t16phone, 220


AP P A I 'd"I-V*E'W-lT`


rPOsUR FAMILLE


Inst atlawion ,nodc')et Icnf 'xe. --- Pu1ae s~ue la' r. --- Tcyn dratu.re
douce et r4'gulilre. --i Ircsroiauis I ho i-B'1kvur to.es les 7 Minutlc
PROPRIlT1P SPZi'I' f 1 S'O'UVRA.NT SUR DEUX RUES
PROMEAD~ -JAIRDINS
Say e d.? 7certion. Pialio.-Gramophone.
So3anneries Plectriquex


Table d'IH oto


toau les joturs, de. midf d 42 heurc,
7 d7 E 4 vor 4Z ~


Imp. C.


MAGLOIRE


45, RUE Riox, ,45
TELEPHONE


Travaux Typogjaphiques en tous genres.


Panamas !...
Elegants, solider arrives par Ie
< Montrdal .
Chez M", LEONIDE SOLAGES.
Rue es Fronts-Forts.
.,= ----- --- =----~----- -l ~- --
.La M.1aison d'Tmportation
cO reste 3tal loxni
Port-a u-Prince
40, RUE BONNE-FOI, 40.
Annonce A ses nombreux clients
qu'elle s'est nouvellement assortie
d'une grande quantity de Chapeaux
pour hommes en tous genres, formes
Panama, Canotiers.
Tous los chapeaux portent 1'adres-
se de la maison.
VENTE EN GROS ET EN DETAIL
4BIBELOTS de tous genres en bron-
ze et tn cristnl;
Grands assortiments de LAMPES et de
PENDULES de touis genres; de BiJou-
TERIE, do LTUNE'r'S ct d'ARGENTERIE
de la Maison Christofle.
Beaux ,odeaux de fianrcailles.
Grandys assvrlirmcnt% de Pots J fl1:,ir".


LA


Celle qui dones le mAilleur pain.
Qui product lk plus de pain.
i don-le oe pAin 'e plus bla,.be-. e
le plus 1lger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbnte-y Wiashb:urn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minr. *
Epr. r T' ,74 .L lc L ,i; i -. C.


D6mosthene Romulus
D is tillate ur-liq uoriste-in-
dustriel,
DilpJ-:~'-U ,i"tdailld d I'Erposition Uni-
vcrsclle de Saint-Louis ( Etats Unis
d'Amdrique)
Annonce A ses clients tant a Port-
au-Prince que dans les autres locali-
tes, qu'il a transfer sa maison de
commerce sise ci-devant A I'avenue
St-Martin, a larue Rpublicaine(Grand-
Rue ) halle No 38, non loin de la ga-
re du Nord.

Chapeaux t

Chapeaux 1

Chapeaux ll
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSI SAN MILLAN
Lo coiffeur artiste, qui vient avec le
concours d'un chapelier remarquable,
M. JAIME TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tous les go0ts et pour touted
les bourses.


- --rr rut ----- I -- r --pC~9r I


Diplome
Sciences,
Diplome
lege,
Membre


du New-Yoik Institut d4
dt Piladelphe OpticalCo
dipl6me du Allumini Ass


citation,
Membre du Psycholopical Soci
de New-York,
Membre du Hygienic Institut 4
New-York,
Membre du Hatha Lop's Hindw
temple, de l'Inde.
Le Dr Seetulsingh offre ses sevi
professionnels au public d'Haiti.
RUE DES PHILOSOPHES.- JRtMIEf

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures

La Manufacture a toujours en
p6t un grand stock,-- pour Ia &e
en gros et detail,- de chaussres
tous genres pour
HOMES, FEMMES, ENFIATS
Les commands des commerIF
de l'int6rieur pourront etre elicO,
dans une semaine A pen prbs.
23, rue des Fron tsF or j
PORT-AU-PRIHCx ( AIT) j



GRATUITEN
AU PROCHAIN R1
/ do 10 NoPBONSA LOMSPi

GROS LOTI
SEnvoyez Ce BON-PRbI
M 31. L. DUGARD-N' D, re'P
Credit vistn licr de.
9, rue Rochechou I
A d-esse


Chaloupe, 22 pie
Bateau croiseu 50 pieds e longeur sur 11 de
elargeur, 3 pied. 3 pouccs tirant
d'eau. 10 nre(ud a l'heure. I'xceptionellament spacieox, grand
pont pour promenades, W. C., Side. Po;!'e!, clrnbre de toiletet,
rffri(grateur, cliambure, etc, 20 chIvatox, machine a Globe~ en par-
fait tat. Plancher ec. C',d:e, iv&I- on ci.jvre, mAts et voiles auxi-
liaircs n'ayant jamrais ~orvi, lu!milre dlec'triqit, etc.
Le pproprietaire a voyvac,, sui, c(o bateau de New-York5 Bar Harbor.
S'adresser i FERNANDO STINES, soul reprdsentant du commo-
dore Geo. WA. Mover.


Mousseline,
Aumonieres,
Rubans.


Maison F. BRUNES.
195 G-RAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODElII
Ancien membre de la Societd pjh
thropiqve des maitres failleurs de Pai
Vient de recevoir un grand choixd
toffes diagonale, casimir alpaca, chevi.
te, cheviote pour deuil, etc, Recom'mn
de particulibrement a sa clientele l
belle collection de coupes de casimi
de gilets de fantaisie et de piqu
toute beauty.
Sp6cialit6 de Costumes de no
ces.- Coupes Francaise, Anglaise 0
Amdricaine de la derni6re perfectioe
La mason confectionne aussi des Co&
tuames mrilitaires,, habits brodo
dolm ns, tuniques, habits car,
c"-j e:t, sto,; de. tos 'ra;ea,.

EMILE ROCOURT
Consignataire des fabricants de ms
chines a coudre ( Singer et Whb
eler Wilson D de New-York.
Machines A pddale et A main d'u
bon march exceptionnel.
Jdrdmie, '11 Mai 1908.

Dr. John Seetulsingh


--


-- --- i'


II ;''" a --