<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00342
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 26, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00342

Full Text



Deeuilbme Annde, No 347.


PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


Mardi, 26 Mai 1908


-~-_~CII~l~lll111~11-


c'


J


-~rI.b .


SQUOTIBIEN


-- ---------- --- ---MO
ABONNEMENTS : DIRECTEUR:
LE NUME'RO i ( CENTIKES
PORT-AU-PRINCE UN Mois. G. i. Cl6amexae t M agI)gloixe, 10
DIPARTEMENTS TROIS Mois. a 3.60 --
TRANR........ TROIS M. 6. MINISTRATION Les abonnements parent du zI et do 15 de chaqu
SRkDACTION-ADMINISTRATION
mois et sont payables d'avance
Les manuscrits ins6r6s ou non ne seront pas rendus 45, RUE ROUX, 45.

Pour tout ce qui concern l'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, lRue loux om BIoane-Va.
y--,,, I4Y isP ~ r $ -= Ii I I .L11 _


RIEN DE N


Sous ce titre, un anonyma savant
rientdeproceder un veritable travail
'exhumation fossile, dans le but d'd-
lablir, entire aultres choses et par cer-
tainstextes aussi anciens qu'authenti-
ques que rien de tout ce que nous di
sons actuellement sur l'oeuvre impd-
deuse de r6forme social A tenter, n'est
v4ritablement nouveau et que particu-
lirement Richelieu et Colbert, bien
avant nous, et m6me bien avant De-
Wolios- ce qui est plus grave,- ont
Prch la ndcessitd de subordonner
les t arts liberaux aux a arts meca-
niques. >
(Plus de Deux cents ans avant De-
molins Richelieu, nous apprend
lecrivain, avait fond6 ( dans la ville
quiporte son nom un college rappe-
antpar l'organisation et par le pro-
gramme les actuelles Realschulen al-
lemandes ) ; disons tout bonnement
et sans priphrase que Richelieu avait
CrMeEcole des Roches avant Demo-
ins: le grand cardinal est si aur6old
de gloire que nous aurions vraiment
mauvaise grace de le chicaner pour
lD peu plus ou un peu moins.
Cependantje m'apergois d'une cho-
Setr s nette: c'est que des pays, non
honors de ia bonne fortune d'avoir
euRichelieu et Colbert, out su heu-
e~sement rdaliser organisation so-
enale rv e par eux : soit des groupe-
ments Ailes professions agricoles, in-
dstriet es et commercials jouent le
rle e cessaire d'assises on de char-
Peneet ou les professions libdrales
ai"nt celum n6cessaire, j'en conviens,
td ta un degrd beaucoup moindre,
de 'otif' decoratifs.
'est pas sans quelque peine
i l'fametque Richelieu, qui a accom-
Ieiruvre gigantesque de rdaliser
Site frabnaise et la supr6matie in-
,,o stale du Pouvoir central, doit,
S einidour ternel oi it se repose des
ans exploits par lesquels ii force
h~ dee nos ours encore, 1'admira-
ses enthousiastes compatrio-
'WiI Ct nest pas sans pine, dis-je,
P o o stqater que, en d'autres
.- O' louvre d'unification politi-
pas et6 accomplice et oA le


OU EAU ? terre ou aux Etats-l
SVfaAon qu'il l'est res
E" Ce second point (
crivain de Rien de I
reculer devant la c
Pouvoir central n'a pas 6te fortified le jai essay de 1'an
au detriment des organismes locaux que les fameux grar
particuliers, I'organisation social quels s'adresse tris
continue dans son Testament politique ge reconnaissant d<
se trouve exister pour le plus grand parfois d'inconscien
bien de la force d'expansion de ce decrdpitude et de le
pays. Cependant ces gra
Et combien doit se lamenter le les products nature
grand Colbert de voir que, enrdedpit 1A; s'ils ont essay
de l'omnipotence de ses effortsna .tAutquetellesautris,
6tendre dans le monde enter !a suprd gestionnds par le g<
matie du c6tnmerce maritime francais nation. Richelieu et
et malgre la redoutable protection de grandes choses s
don't il cuirassait la force 4conomi- lesrealiser, parce qu
que francaise,- le sceptre de la ma- se leur avait donned
rine commercial et de la puissance ces choses en son no
navale en gdn6ral, est tenu en des cuper autrement. Et i
mains non francaises et.... n'est pas si, parceque, enfait
pres de decheoir. on ne fait pas les c]
Et alors on est tentd de se livrer A tion; on les fait soi-
une operation d'esprit 'i- ~j;sile et Les societ6s an:
qui .est la suivante. tres peu de Pouvoir:
Si, malgr6 Richelieu et malgrd Col- ne cherchent pas du
bert, la France n'a pas pu r6aliser A son fier, parce qu'elles
profit la supdriorit6 social ni la su- ment disposes A fa
pr6matie economique et commercia- les importaites besc
le,- c'est apparemment que Riche- ce et tant de pays
lieu et Colbert ne reprdsentent pas en ont coutume de chai
eux seuls les conditions d'ex6cution nements de rbgler p
requises pour de telles fins. Je crois Plus de deux ce
dmettre I1 une proposition indiscuta- tentative inructue
ble et je la rdpete pour bien frapper Demolins fonde 1'E
'esprit : pour r6aliser la double Ceu- N sent-on pas la s
vre que nous venons de dire, ii ne Ne sent-on pa la si
suffit pas d'avoir Richelieu et Colbert, et d'eritale dsulta
puisque la France, qui les a eus, qui tiative pre et l'ens
les considire comme de grands hom- at ouvriers actuels
mes et qui incarne en eux les gloires dles ouriers actuels
nationals, n'a pas neanmoins rdsolu, c dimontrer la supme-
malgrd leurs efforts, le problIme vital tive river sur l'
qui se pose encore pour elle. des soci4tes a Pouvc
Ce premier point acquis, il y a en- treints et a l'initiativ
core autre chose A se demander: puis- pde, sur celles A Pot
que des pays, tels que l'Angleterre veloppts et A I'initi,
surtout les Etat:-Unis, semblent avoir treinte?
rdsolu le problem sans avoir poss6d6 treated? i
de Richelieu ni de Colbert, il est a su- Cela, 'affirme que
poser que si ces grands -hommes, au qi Rn ichelieu, ni
lieu d'6tre Francais, dtaient Anglais dent Rolland, ne
on Amdricains, I'organisation social avant les Bcrivains d(
anglo-saxonne n'eft pas 4t6 ce qu'elle ciale.
est et le Testament politique de Riche- L'dcrivain auquel
lieu eot fort risqu6, en plein vingtibme fait preuve de trop
sibcle, de rester lettre morte en Angle- Ique je le souponce


Jnis, de la meme
te en France.
obtenu, je prie l'd-
Nouveau de ne pas
inclusion A laquel-
nener, et qui est
ids homes aux-
souvent l'homma-
e3 peoples ont et6
its artisans de leur
eur decadence.
hands homes sont
Is de ces nations-
telles oeuvres plo-
a'estqu'ils sont sug-
6nie meme de leur
Colbert ont essay
;ans etr arrives a
e la nation francai-
del6gation de fare
m, sans plus s'en oc-
ils n'ont pas rdus-
de rdformesociale,
hoses par d61ega-
meme.
glo-saxonnes ont
s publics et elles
i tout A les forti-
sont essentielle-
ire par elles-mdmos
ognes que la Fran-
communautaires
rger leurs gouver-
)our eux.
nts ans D apres la
se de Richelieu,
Cole des Roches.
igniflcation prdci-
cet dtablissement
eaclusif de l'ini-
emble des efforts
de la Science So-
.t-il pas justement
Iriorite de Iinitia-
itiative publique,
)irs publics res-
e privde ddvelop-
ivoirs publics de.
ative priv6e res-

c'est nouveau et
Colbert, ni le pr6-
l'ont pas trouve
e la Science So-

nous repondons
d'6rudition pour
de no pas sauiir


la porter et le sens veritable de I'oeu-
vre social de Demolins et de son
cole ; cependant on le dirait.

BOITE AUX LETTRES


Notre impartialitW nous comma#%e do
publier la lettre auivante, en rposre ~w
discours du Magistrat Communal pro-
noned Ie ier Mai et public dans un de
nos deriiers numdros :
Port-au-Prince, le 5M Mai 19o8.
Monsieur C LMENmT4AGLOI RE
Directeur du -. atin
Monsieur le Directeur,
Le Magistrat Communal de Port-au.
Prince a prononc6 le I" Mai dernier un
discours dans lequel il pretendau ppe-
ler des a idies essentielles, des v6rit
necessaires. *
Vous l'avez reproduit dans votre jour-
nal come une consecration publique de
vos principles socilux.
Que Monsieur StCnio Vincent ait dit-le
dernier mot sur la question social. com-
me on le croirait peut-6tre, l'allure doc-
trinale de ses conclusions, c'est gde qaoi
nous nous permettons de douter.
En vraipartisan de lalibre discussion,
vous avez, des le debut de votre crmpagne,
conviC tous ceux'qui s'intbressent a la
question social, A exprimer de bone foi,
dans les colonns do u( Catin lewas opi-
nions difinitits; nous nous en autetisons
pour vous demander d'y publier las re-
flexions suivantes :
Et d'abord, faisons remarquer, pour vi-
ter toute personnalit, que nous nous rnfe-
serons *ystCnmtiquen nt A prendre etuwi-
dration i la siotrde appreciation d4, boa
vieux people .esp; gle, qui a re tower
dans le discours de notre Maire.e uan ldoite
causerie sur sa chore individualitE. S'i ten
poorrait ttre ainsi, a valeur d'uan it-divers ; il ansit e te
come use icrange autobiogmphie -ver-
bale, service A 1 Armte, oa People,-et aUx
grands Corps de I'Eat.
Ce qui nous interesse personnellema,
:'est la declaration de guerre am dexq
professions librtates qui leariuset cbe
nous : hl Medecine et le Droit.
-Nos sommnes4toudiintS oDroit, o,4Ao
sieur le Direcar noos pronouso 4 ior
position dans le d6bat.








Un grand principle est le suivanu : Nous tous 1e lEcole, au debut de la yeux des prophities eschatologiques; cc
< La fatality des lois cton n qu c. ct so- 'rcminC.e auttn&, nous avons, en torme d'A- sont des images virtuelles, objcctons-nous
ciales se moque de totce agi.-.tioi struile, vcr:isscmcht i'np*acab!e d.ns l'dtude de Nous avons scrutd le passe.- Nous vou;
de toute phras6ologie pon-itficac >). Auss', 1'cor.o ni:r Po i:i0ue, 't._,t un Cours qui le demandons, Monsieur Vincent : r6pon-
devrions-nous, nou-; coin en.: !i ..j''n us imct en evidence la grande loi que dez-nous scu:!civeit du present cconomi-
les periodes de notre Mairc L.S pocrdr Ldisi' i.oavons'-nomnie.-- a MaitriT Vincent que, voiie de 1'avenir ?
l'oubli du teams. ',:.'ait il feJ -at si bi-n q.'il n'a pas II. CORViNGTON,R. AUGUSTE,
Mais nous avons pensw qu';1 imtaalt:.;aBii- dej o,;s le-rappuler dans son dis-
enfin de dinoncer quelqucs u.i dl c_ ,..: firs; .i is'lin de c1..r cher la cause de VALiS SALt'S.
grettables oublis, qui proven.ut d. Xi):r co;'dtifieci apparnce irriflechiae, il ( Ld fin domain)
meilleurs esprits, peut C t e, parar y en; C .- .,'-.C(.n.ent i dc se'rebjl-er centre le faith, -- -
vent nos energies et n.us arrtc.. d i 1 i r la" dvian de la Conscience -
aiguillage fauss6, toutes es f. qsi'i Nati. ,'ct fai ill-i.c de I'nstruicion, a '
git d'une champagne social lI..:oic:epce de l'Ed ca:ion, e:c, etc.
Pour prevenir le naufrage imminent d'u iE o ;re, on nic s'apcroit-pas et tel- 4 '
ne nationality qui, a notre avis, nc z.ombrc- le est la second minprise qu'en dehors r-
ra pas, de temps en temps, il nait des d, inlunde moral. nous sommes pris dans -M T S
M.. -ie--- po"_se.o -gxran4 obi,,at- 4o'e^ngrenage d'un universe determinism". -.- S..
avec attendrissement ou colere leur ser- On feit de c p:.T voir que le fit dc 'en- M T OROLO OGIQ F.L-
mon sur la Mpatagne.. .. ,- combremen:t des pr fcssio:s lib:rak's 'cst -
Jusqu'ici leT uns 'dertiaicjt des li'vres, pas cause, iais rdsu'taine, --, rsultat > s-'- &, (o5 ,x',
les autres des articles 6conoi:que?, d'au-1 pour employer les terms de M. Vincent-
tres plus timides se content i..-n d se Or, n sc dJonn, pas la pcine de la rccher- DTI
trobnpe'r eux- himcs sans plus fair; M.on- cher, cette vai cause, parce qu'on pre- E .:-. S. RTi
sieur Vinceat, lul, est. un origin .; s voit qu'il fandrait des lors, c. sser d a r2
Montagne est 1'Au:el de la latric son comme c.s Athbns du temps de '1huci-
trvtn-ow~.nesreuit pius. lacoliquea,. .ia- dide des pecratcurs de discours est des LUNDI 23 MAI
tiveC t, sq rduit A deux- b aitu s i i- audite-rs d'ati~o.. ;, i.i-r 24
.v _!e6U A & Jahaureux.c..aux.qux a. so:. C- ic ns! s qui s c vont tous les num 2 r-.6
pas A l'Ecole de Droir ou de Mcdccin:,e ; no e, 1r-ep tre;rmaimum 310 2
20: Bienheurcux ceux qui reinuent.t ks ek.. m:o--- diurne 2503
Cha ,- t a une b~atitid1 sociaL Bien- .1' pa; miux que de mieux faire Cci couvcrt !e m.:vin ; trcs nuageux l'a
heureux les, peoples quine savet qu suer s'i a iux ? )--ils no sont riv6s aa pis nmili ; c'Air 1 9 h. d(-, soir.
S V.ducop, 1 apsolut asset ',ar aucun princpe prime. ,Mas A 3 h. e nie qu.qu-s petitt grains
IY.-01. solutionn dTP.:01dblon1n avant de se doplacer, ils interrog:nt ceux de plid e : o.5 U
Ptante. i .cole CO .- veulent p:scr clhz nous pour des Dans la soiree no.nbrcux clairs a. 1'est
Ferme les Eco de Droit et ausst << our de flmbeaux. Or, qe pcoI- au nord et A I'ouest
"les" ch"evaWx'vapeur p.endrbnt hkur .alop d Le barome.re est rest plus die:v que les
-nsn6s pltines ahuries, eurs hennisse- ciale ? On pairle confusement autour d'eux ejours pr6cdents.
me.nts sti'til ts ,rompront avec brutality' d'industrie, mais eux, its n'ont ni crsdct,
e silenbe sd rui f o r do'nts forces ; cent `i capitaux. On fait miniroiter devanrt leurs R. BALTENWECK
mille esclaves de fer 'dt d'acier, boulever- -" n '
seroat dtefopd yn come, ,wo.iS campogne;' i innnn In nnQl'aux voux de I]
vierge; ,pour en.tirer des richesses im- (( P )) Vous refaisiez l'In
comminffsuribl5s 'D I '
( Votre proletariat s'atonise, meurt d'i- Vous oavez fait la C
nanition devant la violation de la loi de A Dessalines en vou,
l'dquivalence fraerinelle ; *'hatien perd On ne vous a pas
.dan.s.upe regression effrayante, .sa part de S. E. L GEN RAL NOBRDALEXIS Rpter du Hros 1
,.causibilit dins la -Prod-uction general ;
i'Etranger,.ccupe toutes les avenues de no P.esident d' Ha (i) Mais devant l'Etrai
,tre activity social Pr ident d' aiti Quand people V
Croyez-vous que Monsieur Vi-cet qui 11 comprit, admirV-
s'len 6mnqut,. pepse A l'organis tion syndi- Que Vous diriez au
ale ,-.i:Nogn.- ..I,.est,particularist. ., 1 .- '**
II recommande tout uniment .de f1- i n'eait d-one pas
mert les-coles ,de :Droit ,.renipis de dde- .Je ne sulii cf u'n rtveur, un passant qui s'arrte, 11 n' dait done pas
.liscpS' nowibreux quji's o":u.e11cat :' Igarde c dt : c'est grand et tire son chapeau... On ne retrouvait pl
classsS nobreux q s co cen ga vit ps lotta
former une classes ); ct voilA que rendus ia J'ai vu lo flamboiment tragique de la Cr6ee, n n t de lop
I'agricaltur.e, les..activits de quatre-vinat -Volcanhumain, j'ai dit c'estgrand Jai di, : c'est boau Au front do ce pal
jeunes gens prdpatent un monde pacific et ,
ggp^g,.;d~i, lendem.ains de sticcos, u.e vie Oh1 voyc z .Huit cents noirs, op6a.nt la retraite L'Etrarger salua, c
ijatif if.e iti bienheureuse d. l'Avenir A travers vihgt-mille frangais, 1 : vil tioupeau Nos uames out pleur
.quli 41ultime:, aboutis-antde, civilisaLion I Ds escelives tronant avec la baionnette Se sentirent le droi
e'g6sine!! -! La masse des hdros invaincu-, quel tableau Cent ans apres, Ca
,. qe: q :a,,.tit Monsieur Vjni lt,, -ou
,4.. iQips ce qpe tous ceux qui; ont,, une Do2ralines; tenant u.-e torche enflamme Ne pouvant pas off
ualtre .idu:boqspns,4. lu- eatre les li- Sur uni caisson'de poudre, electrise l'armee Aux vaillant forger
gnes de son discours. n ,n !OUi, d'utevoix, fai't co serment : *Nous mourrons tous! ,I Vous avez, retrouv
S". .Stn cn pas ivent en Fait que Mil-huit-c
Sparlant- daAtres ayaient dit de m. me IOh voyez Culbutait les vainqueurs de l'Europe,
avat lui- et la, 1geade menacerait de s'ac- Lorsq.ue mort, de toutes parts, les envelope, V.us avez accompl
6^diter- sit4eepovaitt.q E1unique ma- Its passent a travers la mort... People, a genoux Mais rien ne vaut (
Aiir~ d'envisagefrun.sujet aussi s6rieux. .. Et 1'Histoire, dema
Or, et.voici, Monsieur le Directeur, ce II En rappalant comr
quc nous VQolIoos signaler A, attention de
M. Vins .nt ; on 'qu boutit. des corclu' Excelleince, je suis un rveur qui s'arrkte, S'&crtra : Gloire, h
SOn se.ale d'sabord oublier qule ernco-r liegardte et dit : c'est grand et tire son chapeau. Qui dans les coeur
brement- des professions est en reason di- Jo vous :-i vu pareil au heros de la Crete, Qui retrouva souda
recte de leur puissancc remJuneratrice ; Jal J'ai dit c e'est grand J'ai dit : c'est beau Des H6ros endormi
c'esti 1pourtaut une loi .conomiique de la .
pids grande portee' et de I'applicaion ila Co n'iaUit pas un fort qu il Vous fallait defendre, Releva, repetant le
plus .couranues. Nul n'ignore qu'actuelle- C'etait le Pays meme Et nous avons senti L'Ame national avi
ment la profession d'avocat ne procure pas ..-- Et qui, gardant en I
mme aix plus puissantes tntes :jurudiques (1) Cette piece fut derite le 10 Mai de l'annde derniere pour &tre Dans sa vieillesse,
uane rmundration compensatrice de leurs dite A 1'ouverture de la representation de la Crete-A-Picrrot au
efforts. Palais National.


'IILUY~~-YY~~-.. --g -- --- 1-.-- 42r~-- YI II


Tribunal Civil
,4udi' nce civil dat Lundi 2 2 ai Iro
Le Tribunal sou; la presidence dujup
A. Champagne, as:;s' du Substitut i
Tih:bault a rendu 1. s jugements suivn:.:
-- Celui qui ordonne le partagedess,:
cessions et co;nmiunautd de feu Murv;
Fder.e.
Celui qui adac-t la deinuide en 6
vorce du sicur Demosthene Sam.
,Affaire en continuation :
-Michel Velten contre A. Guyot,
Puis le sitege est lv6.


Stranger refusant de Vous rendre,
d6pendance d'Haiti !

r,.ie-A-Pierrot dans votre ame, 1
s revecut un moment!
vu, tenant la torche en flamme,
e tragique serment,

nger profdrant sa menace,
)us vit, superbe, resister,
nt en Vous I'antique audace,
ssi : c Je vous fais tous sauterl

mort, l'h6roisme des Peres
lIs un Chef d'Etat tremblant,
Or, au lieu des couleurs fires,
is l'infAme drapeau blanc I

omme ii fit i Vertieres !
aient tant ie profonds soucis,
t encore d'tre altieres :
poix, c'6tait Norcd Alexis!

rir dds fetes riomphales,
ons de notre liberty,
ant I'attitude ancestrale,
ent-quatro en nos cceurs ft fAt gl

li d'autres sublimes chosis,
d'avoir refait l'orgueil perdu,
iin, dans ses apotheoses,
nent Vous nous l'avez rendu,

onneur au Vieillard heroique
s a fait refleurir la fiert6,
ain l'attitude stoique
s dans 1'Immortalite,

ars gestes glorieux,
lie et meurtrie,
Lui la foi de nos Aieux,
a su rajeunir la Patriel
CHARGE SOBAU


e
s
.


Chambre des Dput6s
S-ance du Lundi 25 Ma 98
Aprds la validation des pouvoirs du
put6 Zephyrin, la sanction d'un~ o
verbal et le depouillement de r
pondance, la Chambre procade aux j
tions s6natoriales.
Son: 6lus :
Tour le 'Departement du Nord le g,
ral Derosin Vincent alni, en "
ment du sbna:eur Davilmar Thdodre,
'Pour le Dipartement du Nard-Oust:L
citoyens G. Bouchd, Moreau Micheleti
sdnateur F. Moise; les deux premiers,
ernplacemirn des s6nateurs Colas et Chi
pagne.
Pour le Departement de 'Artiboniite:
senateurs Robert David et Salomon 0
Baptiste ; les citoyens Andrd Guillaume
Davilmar Theodore en remplacementdh
Sena-eurs E. Cindas et Viau.
La suite des d!ections est fixed ae.
dredi.









Avis
LCr C6a!fcers de la mason A Ga-.
oet C dclar6e enfaiit, son in-
se t, Cfner oiu s- fai"oe -pre-
ter a psndic provisoir,, soussi-
dan t, a ai de quarante jours, :t
dan, tre le.ur titri e da Crdances
Aen fire le ai6pot au Greffe du
,,na l dj .om H .erce d:e ce resort,
a finsde leu.' 6rifi,:ation.
Jirmie, le 21 Mai 1908
Le Syadic provisoire,
CII ENIER AUDANT



Nouvelles El ranlgres


Dernibres De6pches

LODRES 24. Le President Fallihrcs
va dJcaiun :i Londrcs po.'r rendre au
iEdouard et aux divcis minembres de !a
,:. rovale ic., vis:.ts qu'il en a r.g.el
Paris. Le 'ro'Iranmne des 1 es q',.i vont
'ir lieu rvie le deJsir du roi Lioui;d
:;ecivoir le PrI'sidc.t die la Rcp .,b .--.:e
aisl; avec ;),l".s dIe disti t on o..
M. Faliiircs tr verse:a la lManchl; A bo d
Scroiseur cuiri.s. <( Ldon Ga:nb:tta a
Ii sra escorti d'une flotille d- con.r-,
qilleurs. En arrivant A Douvres cc navi-
ii'.i cntre Jeux co'onnes fortie s de
Snavires de g terre places sous le conm-
andement de lord Charles Beresford.
Ceue force navale compreudra la flotille
irassee de a ~iManche. La pren.mire esca-
fe de croiseurs .t une division de centre
Oi.ieurs ; tous ces navlrLs salueront de
res d'ar:illrie le passage du croiseur
Oais.
A son ddbarquement a Douvres Mr Fal-
res sera rcqu par le prince de Connaught,
frre d'Edouard VII et par M. Paul
Ambon, l'ambassadeur de France. Le
oyage de Douvres A Londres se fera dans
"Q3go du roi la gare Victoria.
LePresident Fallieres sera regu par le roi
!douard, le prince de Gallcs et les mem-
esdu cabinet. Pendant les 4 jours qu'il
e:era en Angleterre, M. Fallihres assiste-
i une scrie de f&tes organisdes en son
nneur et it echangera des visits avec
Pacipaux personnUages du royaume.
P"Ris. 24 La vislte proje:6e du Roi
0otard en Rius;ie provoque une grane sa-
nfction dans route la France, en raison
conditions dans lesquelles doivent se
ire ces viites entire les chefs d'Eras fran-
ais,anslaiset ruse. Ce: change de poli-
ts est consiJere coinim e equivalent a
U triple entente pour le main:ien de la
raixdu monde.
CuANtLL 24. Le Cheval Medeah
lecurie Edmond a glgne aujourd'hui le
ix de Diane de 70o.oo francs.
ST -PERSBUQti; 24.- Un train de voya-
,Frs a deraiUie er, pr^s de Penza, ville
!t ta.ussie cntrale, 12 de ses occupants
VAsw H s et 30 autres bless6s.
z AS ro, 24.- Mardi prochain seralan-
arniden ( New-Jersey, ) le cuirass6
,~dr Michigan le premier des na-
nSericans qut ne sera armn' que de
~ia gros calibres.
r6taire .d'Etat Rootirccevra mar-
liquedidi," ue ddputation de la Repu-
e iberia charge de lui demander
nes et appui dans les nombreux ennuis
0 essent d'assiger cet tat.
i t ason'it :officielletment que ie Libb-.
srs oatlnent sarns defense en face des
Sriaton. aon dernier ennui lui vient
U "Umatu de l'Angleterre, lui de-


mandant de se donner un meilleur gn-vc r
fneinenr.
DALLAS ( Texas ) 25.--- La riviere T!-
nite a debordk, causant de grands doni.;:L-
ges dans son immnediat voisinage.
LONG-BRANCH ( N. Jersey ). Le :.a-
tnr t Semino'e v de la Clyde Line .',
vcnant de Santo-D-:mingo et autres p rs
des Antilles est a la c6te pros de Peas:at
Point ( N. J. ). La mer est came. II u'y
a aucun dag r pour le present. L'accid. n
est du a l' ntcnsitd de la brume. Les ba-
teaux de sauvetage de Point-Pleasant et de
Manasquan se rendent aupres du steamer.
Un vapeur de la Compagnie de sauve'age
Merrit Chapman est dans le ,-oisinagn
du Semino'e pret A tenter le renflo.emrient.
LISBONNE.- La mason royale est assid-
gde par ses creanciers Les journaux de
Lisboone sont remplis de lists de cr6an-
cicrs. Cctte situation embarassante est due
au fait que depuis 1'assassinai du roi et du
prince royal, la Corn n'a rien requ sur la
nouvel.e listed civile qui ne rour.a tre ap-
prouvde qu'apirs qne celle du Roi Cailas
aura dd contr6ide
PARIS 25 Rcn:e 96 90
Havre. Ca 'ipccle I-Iti Cip-Ricines3 60
SPat-g.,nia ; est arrive.
Le i'r.-ident de li Rcpublique qui:a
Paris ck-' ,nlatin pour Tn re'-;. Le pri's'd, n
arr:" ,)i vrcs .A I Io du soir er fu,. re-
qu p -- 1 in ie de ce!te vill.j qli lui 'ou-
hi.:a la bi:nvenue.
A a Ch unbre aj;ourd '.:i, M. Cailleaux
continue le d:scours sur l'imp6t sur la ren-
te. On dit que le midistre pooer-i la ques-
tion de confiaince au norm du cabinet tout
enrier sur cette question.
Les g6ndraux Bail!ond et Lyau:ey sont
arrives A Bondenib.
M Ruau s'est rendu hier a Toulouse oil
il visit l'exposition agricole.
M. Cruppi prdsida hier l'assemb'e de la
socidtd maternelle Parisienne la Pon ponniere.

ITUDE
DE

Me Charles Millery
NOTAIRE PUBLIC
5,, Rue du Port ou Pavie, 53
Heures: 8hs A midi dWi -' ^
Archives de Mcs. Madiou, Servinccnt, Car-
r6, P. Frtd6rique, Solages et Rosemond.
~--
SE-6 X -,1-YRes.axra xt
ST-JOSEPH
( ANGLEDES RUES ROUX ET DU MAGA-
SIN DE L'ETAT. )
Service bi.n orgarni.s.- eop-s
SI.a csrto. -.- ciwin.e Qe Ueo





CORDON N ERIE.

42, Rae des Froits-Forts.
CHAUSSURES EN DiP6T.POUR LA VENTE
Promptitade et soin aux comman-
des tant ici qa'on province.
Chaussures de Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Former ambricaine et franCaise pour
Messieurs ; 61gantes et commodes.
Pour los enfants ie plus l'aise.
Travail solide exbcute avec
des peaux de premi.re'marque.
Assurance de grand rabais.
PAtes, Cirages et Liquides


HDENTIFPICES

C6lebres des BR. PP. Benedictins

I' DE L'ABBAYE DE SOULAC (GIRONDE)
S' It| SPECIALIT'S ET PRODUCTS HYGI NIQUES
iDi- LA MASON A. SEGUIN DE BORDEAUX
." SEULJ CONCESSIONNAIRE POURLA VENTE EN GROC
Co ,
SLIncomparable Elixir Dentifrice
-. -- des RR. PP. B6n6dictins par son usage journalier assu-
S.. re la santd de la Gorge, de la Bouche et de plus, par sui-
rI...l- te do la solidity qu'il conserve aux dents jusqu'A l' ge le'
:'.II I plus avanc, it facility le travail de la digestion en per-
'""mettant la mastication complete des aliments.
SLe flacon se vend: Gourdes 2.00


La Pouire Dentifrice des RR. PP.

s' i '1 ins s c*,t 1e prkcicux auxiliaiei de l'Elixir, La
iie(I lS ~ Boite s vend : Gourdes 1.25<

1 a PlMe I)enlitrice des RR.
..crnmploye seule on
,TI BLI. IBee l tinS concurremment avecl'E-
i 'E i IRE -Rp i lixir. La Ili petit module so vend Gourdes 1.50
,. .L I ..... .I .a Blite Gra;d Module se vend Gourdes 2.00
Les autres Produits Hygi6niques de la Maison SEGUIN sont
bp j* a- dh3cirente exit'a-fine a LA MADONE ; la Bolte Grand
OUZ Modjle: Gourdes 3.00; Modble moyen : G. 2.00.
Eau de uinine, pr6cieuse pour stimuler le cuir-chevelu et
Ea de Quinine, enlever les pellicules.-- Ie flacon : G. 2.00.
l i lao centre les gerures et la duret6 de la pea-,
l1rin 1 lyais le flacon : G. 1.00.
Eau de Colggne lenitive extra-fine; le flacon petit Modele : 1.50
Eau de Coogne leniive le flacon moyen: 2,50
le flacon : 1/2 litre 5.00
Pour les commander ep gros: s'adresser A 1'Agence G6n6rale
et d6p6t pour la R6publique d'Haiti
laa x ,it-tar-opole
MAISON JULES LAVILLE
OS, Rue du Magasin de lEtat, 93


VER TE
PAR CONVENTION SPECI[LE

II c, ,;a : ,,: d.. le ven ire ii vingt net1 l
rm ti 'ou: : tl at .,Is heur3s precise de
Ii' pr.: mi ii, e 4 i'Inde et par le minis-
itree 1 Me KI Lb v Vilmeii.y,notaire, de-
frnCirmit lu-: ,liu Centre, NO 94, 1i la
ve te o'aa 111 (,!il'ant et dernier enc:h,6-
ri St: 1. :
D'u.e piec e de vingt catre.u,; dxe terre
extraits de l'habitation a Santo situee
dans la plain du Cul d(:-Sac, dans la
premiere section des Vat eux,Commune
de la Croix de-s Bouqu, ts, arrondisse-
ment dee Poit-au-Princt, t ensemble les
usines qui en dependent, moulin, su-
crerie et autres constriuciions, laquelle
piece de terre est borne, savor : au
nord par Monsieur Siladin fils, au sud
par le chemid de la Croix-des-Missions '
a aedette, A l'est par le chemin qui con-
duit A l'habitation i Segur, a et a l'ouest
par les terrains de la grande case de
la dite habitation ( Santo o, tels d'ail-
leurs que ces vitgt carreaux de terre
se poursuivent, s'etendecnt et se com-
partent, avec appartenances et ddpen-
dances, saus aucune exception ni reser-
ve :
En vertu d'une obligation hypoth&-
caire contenant clause de vente par voie
parade, rapporteelpar Me Astrel Laforest,


et son college, notaires A Port-au-
Prince, le seize Octobre, mil neuf cent
sept, cnregistr'e et signifide; sur la
mi-e a prix de mille six-cent-quatre-
vingts gourdes, outro les honoraires
de l'avocat poursuivant et les frais,
soit. G. 1. 680.
A la requlte de Monsieur Cadet Gra-
tien, agissant come administrateur ld-
gal des biens de se, enfants mineures
Marie et Esther Cadet Gratien, proprie-
taire, domicilid et demeurant A Port-au-
Prince, ayant pour avocat, avec dlectiou
dte domicile en son cabinet, Me Michel
Oreste soussigne, demeurant A Port-au-
Prince, Rue du Port, No 105;
Contre Monsieur Alexis Mdna~4i pris
come administratear I~gai des abens
de la mineure Anna Alexis, saftfille,
propri6taire, demeurant et domicili 6
Port-au-Prince.
Pour plus amples renseignements
voir le cashier des charges d6pos6 chez
Me Kleber Vilmenay.
Fait A Port-au- Prince, le 25 Mai 1908
MICHEL ORESTB.-
S. ..-- I I I
A Vendre
Deux buss FELCHT en bon 4tt.
SPour les conditions, s'adreser aus
bureamd du Matin









ATTENTION L..


Yacht moderne a vap-ur, 175 pieds; dessin et construc-
tion remarquables, grande rapiditA, min6nagement
complete et parfait etat. Prix modern.
Chaloupe rneuve, 20 p)i ds, 4 1/2 chevaux-Napcur, machi-
ao pe ne Fernaat Monakan.

Chalou e-crois-eur 26 pieds, cabinet, 2 cylindres
loupecroise r de 5 chevaux-vapeur, machi-
ne au milieu, 2 cylindres isolds de 3 chevaux-vapeur, machine
sur les c6tes.


Chaloupe-croiseur 38pieds, cabines, 20
----d -,p --is ur vapeur, machine
management complete.

Chaloupe, 22 pieds, 8 chevaux-vapeur, double


chevaux-
gazoline,

cylindre.


Bateaun croiseur 50 pieds de longueur sur 41 de
larger, 3 pieds 3 pouces tirant
d'eau. 10 nceuds A l'heure. Exceptionnellement spacieux, grand
pont pour promenades, W. C., Side-Board, chambre de toiletet,
refrigerateur, chambres, etc, 20 chevaux, machine a Globe v en par-
fait 6tat. Plancher en cedre, rivets en cuivre, mAts et voiles auxi-
liaires n'ayant jamais servi, luminre 6lectrique, etc.
Le propridtaire a voyage sur ce bateau de New-Yorka Bar Harbor.
S'adresser a FERNANDO STINES, seul repr6sentant du commo-
dore Geo. W. Meyer.


ARTICLES POU1R I'

Mousseline, Nansouck,
Aumonieres, Bas, Gants, L
Rubans.


ii


0
0









Cl)



Cl)


COMMUNION

Couronnes, Voile,
vres et chapelets,


" A 1'.An.-gCe GardcieXX

Specialite de Deiil

98 RUE DU RESERVOIR, 98.

PORT-AU-PRINCE


Redaction du "Matin"
Offre d seslecteurs les Trois Volumes
DE
EDMOND DEMOLINS
Au prix de Librairie
Francs 3.50 ou P. 0.70 or.
A-t-on int6r6t
s'emparer du Pouvoir
A quoi tient la sup6riorit6
des Anglo-Saxons.-
L'Education Nouvelle
EN VLNTE A L'IMPRIMERIE DU Matin.


Joseph Nadal
PORT-AU-PRINCE
AGENT POUR HAiTI
DE
JOHN SIMMONS COMPANY
NEW-YORK U. S. A.
FABRICANT DE TUYAUX EN FER
WT ACCESSOIRES COMPLETE.


La Maison d'Importation
(O3res ee BE3alloani
Port-au-Prince
40, RUE BONNE-FOI, 40.
Annonce A ses nombreux clients
qu'elle s'est nouvellement assortie
d'une grande quantity de Chapeaux
pour hommes en tous genres, forces
Panama, Canotiers.
Tous les chapeaux portent I'adres-
se de la mason.
VENTE EN GROS ET EN DETAIL
BIBELOTS de tous genres en bron-
ze et en cristal;
Grands assortiments de LAMPES et de
PENDULES de tous genres; de BIJou-
TERIE, de LUNETTES et d'ARGENTERIE
de la Maison Christofle.
Beaux cadeaux de fiancailles.
Grands assortiments de Pots d fleur..

Panamas I...
El6gants, solides, arrives par le
4: Montrdal v.
Chez Mile LEONIDE SOLAGES.
Rue des Fronts-Forts.


BIERE! B RE !L..
La meilleure, la plus avantageuse
est cell des
GRANDE BRASSERIES REUNIES
DE MAXIEVILLE
Socidtd au capiltl de 3.500.000 fcs
Cet!e biere est sans rivale, Brune
ou Blonde en caisse de 24 litres.
O; la troupe au prix de 6 dollars la
caisse dc 24 litres ou at detail.
Chez L. de Gassion,
A COTA DE MADAME G. SERRE
Et au Bar de la Poste, GRAND'RUE
Vis-d-vis la Poste

A Vendre
Alcool depuis 90 degrds et Tafia, 20
degr6s.
Procede Institut Pasteur.
Exploitation Coustard, Per et Mer-
ceron.
Livraison en grande quantity.
S'ADRESSER A
Whitty fr6res
SEULS AGENTS REPRESENTANTS
2, Rue des C6sars, 2.
L .


Meoill e u~iri


LA
A r_
h c~r ine


duI Moude
Celle qui dornae le melieur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui dorine le pain le plus blanc et
le plus leger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Hpdetst.


Demosthene Romulus
Distillateur-liquoriste-in-
dustriel,
Dipldme et.medailld d 'Exposition Uni-
tU,;V'ee dae Saint-Louis ( Etats- Unis
d'Amdrique)
Annonce A ses clients tant A Port-
au-Prince que dans les autres locali-
tds, qu'il a transfer sa maison de
commerce sise ci-devant A l'avenue
St-Martin, A larue Rpublicaine(Grand-
Rue ) halle No 38, non loin de la ga-
re du Nord.

Chapeaux 1

Chapeaux !

Chapeaux l
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Lo coiffeur artiste, qui vient avec le
concourse d'un chapelier remarquable,
M. JAIME TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tous ls goita et pour toutes
les bourses.


Maison F. BRUNs
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HOEULIN
Ancien membre de la Societ po
thropique des maitres tailleurs de
Vient de recevoir un grand choix
tofles diagonale, casitair alpaca ch
te, cbeviote pour deuil etc, Recop
de particuliRrement ii sa clentle
belle collection de coupes de cail
de gilets de fantaisie et de piqu
toute beaut".
Sp6cialit6 de Costules d
ces.- Coupes Francaise, Anglai
Amdricaine de la derniere perfde
La mason confectionne aussi des 0
turne s militaires, habits bro
dolmans. tuniques, habits
r4a. eto etc, de tous grades.

EMILE ROCOURT
Consignataire des fabricants dei
chines A coudre < Singer et Wi
eler Wilson > de New-York.
Machines A p6dale et A main'
bon march exceptionnel.
Jdrdmie, 11 Mai 1908.

Dr. John Seetulsingi
Diplomd du New-York Institut
Sciences,
Diplomd dt Piladelphe OpticalC
lege,
Membre dipl6m6 du Allumini A
ciation,
Membre du Psycholopical S~ofd
de New-York,
Membre du Hygienic Inslitut i
New-York,
Membre du Hatha Lop's Hind
temple, de l'Inde.
Le Dr Seetulsingh offre ses 8wv
professionnels au public d'Haii.
RUE DES PHILOSOPHES.- JIR~I

Francisco DESUSSE
Fabricant de chaussurse

La Manufacture a toajours oil
p6t un grand stock,- pour Ita
en gros et d6tail,- de chaussssf
tous genres pour
HOMES, FEMMES, E rNFAT
Les commanders des commerf
de l'int6rieur pourrout 6tre ex81c
dans une semaine A pen pr6s.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AI-PRIa (rI i

SVoolBoDe-otWO

,'^ 6RATUITrfi"
AU PROCHAIN TIRA
de10o ONNSIaLOfSP

B~6ROS LOTSC
E y Envoye.ca BON.P g-
C Sd dt L l .Waneier e -
f 9, rue RochechOirt, a

~jies.e


-- I~1~B~IIIIIPIIIIIIII~plqglk~~L4.


i s= I I -L