<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00333
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 13, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00333

Full Text



Deuxibme Annie, No 337.


PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


Mercredi, 13 Mal 1908


J


QUOTIDIEN


ABONNEME4NTS : DIRECTEUR
LE NUMBER CENTIMES
,IR MOs Une Gourde D'AVANCE ClDIReCt U1ra glic r ,
Lcs abonnements parent du ier et du 15 de chaque
DIPARTEMENTS & STRANGERR : REDACTION-ADMINISTi'ATI, N Inois et sont payables d'avance
Frais fle poste en sus. 45' RUE ROUX, 4 I.es inaniscrits instircs ou non ne seront pas rendus

IPour tout ce qui conrernoe 'Adrministration du Jo-ural., adresser 5 ,onsiu.r Arthr ISI'DORE, .45. Rae Roux ca Bonnc-Foi.
__________I~w~._sPle-BLC- ad ~tScssC"+~-L~PCCr-.rr-~ rc-1. Arthu J~IdCfPE -LYP-I.~C-r~ d RcYLe ROI Cu Bonc-


HAITI ET LA'INFL!E\CEI TIIAN(1IIE

LiLN'li- nL IN A1 T iUL DIlS FRAN(AIS


La troisieme priioo do la colori-
ation fra'QCaise en Alt'iiqae part de
convention du 5 AoCit 1890 que nous
0ons vu reconnailre i la France
'immenses possessions, pour s'arre-
r l'aonee 1898. On) pout donner A
tle p6riode la denomination de mi-
laire, et le lecteur va voir si elle est
Uffisamment jusitilie.
I1 serait raisonnable de penser (Iue
Ismillions de ki!ounc res carr.'s po -
sdessans contestation par les Frai-
ais contituaiert u i ein pire colonial
ssez tendu pour ql'unt pcuple, a s-
I enclin d'ailleurs (que le penple-
ancais A traiter les autres de rapa-
s, put ne penser qu'A s'y implants r,
"moins durant quelque temps. En
at cas, et meme en ne perdant pas
Svue le reve obscdant D de r6ali-
Sla constitution d'un immense em-
Pre colonial s'tendarlt a de ses pos-
8sSions mediterrandennes prolon
essur le Niger moyen et le lac
chad jusqu'au fond du Golfe de Gui-
, c'est-A-diire a la reunion de
MIghrie, du Sn6gal, de la c6to d'I-
ireet du littoral dahomden en un
alblo0), il Efit tM facile A la Fran-
de prendre son temps d'une exten-
0on m6thodique de proche en pro-
i d6reu6e de violence inutiles et
killers moins dispendieuse que la
belliqueuse dans laquelle elle
t lani ee.
Mais ii faut computer avec l'inaptitu-
Sl'acetion lente et pacifique que
Savings vue 6tre caracteristique
etomprament francais en matiere
Coonisation surtout.
~Crtes, 4crit Rouire, il n'est guBre
tu qu'on ,11t pu, avec du cal-
P di Sang-froid, Ut n pea de cet-
elatiene qui est necessaire dans
', ains.avec les peoples primi-
alinteair nos bonnes relations
elnt es digne, 6tendre progres-
tnce eOpar rayonnement notre
fl'eitonsolider notre domina-
eette ligne de conduite si


sa go que lous avions adopted au dd-
but cl qu nous avions obeorv(de jus-
(qu'cn 1890.
a Elle nous avait valu 1'amitid et
l'allianc. d'Ahmadou, de Tieba, de Sa-
mory et dusouverain du Didguiray.
Nous vivions en paix avec ces poten-
tats indignecs, et, I'avenir d6ant t
nous, nous n'avions qu'A laiss 'r le
temps fire son eunvre. Quelques- c.oii-
taines d'hornmmes suffisaientA rn ain-
tenir I'oriro dans cet immense irnpi-
re et lo bi'g-:t I (:l no s'l1evait pas-
a dci.x c nt mille francs. On iouvait
se croire revenue aux traIitions o ; ux
procd6s des grand siecle. co o.ni-
sateur.s do notre pays, alors qu'avec
une poignce d'hommes et presque
sans argent, la France dominant dans
les meilleures parties des trois con-
tinents et s'y faisait. aimer des indi-
genes. ,
Non, de pareils proced6s no sont
pas applicables aux Nkgres; il ne fal-
!ait pas tant de manieres et vous allez
voir comment la France rApublicaine
et gendreuse fit de 1890 A 1898, la con-
quete definitive de sa colonies ouest-
africaine. Pour me mettre l'abri de
to.,te suspicion dans la narration des
faits et dans le language, je cede la pa-
role A l'ecrivain francais deja cite:


tires d'E Tat lprotestent ; en vain une rapids de Boussa metne ; on va plus
commission est-e!le nommnie en vue loin encore, et l'on conquiert le Bor-
do. no conrsoevra ain Soudan que les gou.
postes av.in cees, de require 1'effectif Entre teimps on avait brisb la puis
de la colcnne de ravitailleme:.t, de Isance des Dahomnens et faith lear roi
placer, au point de vue politique, le pisonnier. L' souverains indigenes
commandantsupdrienr sous lcs ordres so,/, parlout chasds ; nous detrdnons la
du souverneur. M. Etienne, dans ses naba du Mossi, nou) traquons Ahma-
instructions, a beau recommander dou, qui s'est refugid dans le Liptako,
Sde ne pas se lancer en pay. ineonnu lous inlerverons d main armae dans
a la suite de Samory. M. Jamais a les royaumes du IGourma, du Gou-
beau affirmer qu'il n'y aura dfsor- rounsi et de 'Boussa ; nous faisons fuir
mais plus de guerri au Soudan : la- 1Lns la brousse-le roi du Borgou.
has, dans les hautes vallees du Send-
gal et du Niger, les instructions, les < Au commencement de 1898, nous
ijnctions mdme du ddpartement des n"us tournons centre Babemda, le suc-
colonies sont peu dcouties. E'isan est cesseur de Tieba, nous incendions sa
donn6 d'ailleurs, et la guerre conti- capital, et, lui tud, nous annexons ses
inue do plus belle. ltats A part Samory, ce roi vagabond
SLes op rations no so as rn.idon I's Etats se deplacent sans cesse,
Se ol pas rn il cislc plus en face de nouq un po-
interrornmpues en 189)2. Smoryv est I
interrompues en 189!(It?2. S ll morv est ental niqre qui ose lever la tite. Tout
mr Itass eciob'igd de qitrs'es Etas,. a e(,1o i no- arnns. Tout se tait.
Mais il se d'robe, toujolurs insaisissa- Nos sommrs comp)leteinent les mat-
>1. I1 n qito Iltne conie .ouHo- tt'os danas la vallde du moyen Niger. a
lla rs'i l~ t dt l


RENtSFGEI G E VENTS
M1ir 'IOROLOGIQUES

OC la servatoire
DU
S ~MINfAIRE COLLEGE St-MARTIAL

MARDI 12 MAI


jetd d-.s hates vallAes d,? Niger sur la'
fronlire do Siorra-Leone, puis de
Sierra-Leone dans le nord de la R6-
publiquede Liberia, it se taille un em-
pire dans l'hinterland de la c6te d'l-


voire.
SC'est alor.s que, trouvant que les
difficulties a:vcc lesquelles nous nous
ddbatton:s ne sent pas assez conside-
ribles, le lieutenant do vaisseau Boi-
teux et, apris lui, le colonel Bonnier
vont occuper, sans en avoir reCu l'or-
dre, Tombonctou, largissant ainsi
d'une maniere demesuree le ththtre
des operations et le territoire d'occu-
pation dans la vallee du haut Niger.


SAu commencement d'Avril 1890, a Tombonctou lui-meme, qui de-
S/qou est pri., Ahmadou ba'ta, et !e vrait etre, aux yeux des plus exigeans,
colonel Archinard entr e Ie 1r Jauvier leterme de ces tonnantes ventures,
A Niaro, capital des Etats de ce der- n'et plus qu'une tape est qu'un jalon
nier. Son royaume est divis6; une dans une march toujours en.avant.
parties est donn6e A un indigene, De cette ville et de Segou on rayonne
1'autre a un ancien employ des pos- sur la rive droite du Niger: on occu-
tes an Senegal. On jone au Waiwick pe Bandiagara, le Yatenga, puis le
et l'on fait et d6fait dos rois. Mossi, le Gonrounsi, le I iptako ; on
,( Apres Ahmadou, on s'atlaqiee It p6ntre au (Courma, et lc comman-
Samory, et. I'on entame contre lui dant Destenave s'installe h Sai sur le
une guerre d'exterminatio,. Apres la Niger moyen, atteignant ainsi le point
conqu6te de la rive gauche, on veut extreme fix6 A nos possessions sur,
la conquete de la rive droite du Ni- la rive gauche du fleuve.
ger. Bissandougou, capital de Same i On ne s'arrete pas iL d'ailleurs.
ry, est incendide en 1891. iOn descend le Niger, et' en aval de
En vain, A Paris, les sous-secrl- I Say, on s'4tablit & Ilo, B Gomba, aux


Sminimmin
Tern prature-maximum
movenne diurne


;3,6m/*
21 o,O
340 6
250,8


Ciel nuageux dans la matinde
Vers 2 h. de l'apres midi, pluie et orange
au SE et au S.
A 5 h 20 pluie et orage sur la ville.
Petites ondees a plusieurs reprises pen-
dant la nuit. Total : 3I,4m/m
Les eclairs ont durt jusqu'A 4 h. du ma-
tin.
Le baromntre agite pendant la soiree,
reste tres eleven.
R. BALTENWBCK


I'L~~ r_~r- I~h-~YL~Li-j~ijl~iiC~eL~;d~QIPI~Ia-~ Olf.~C r-l~Dll~i~Ciiiii~i~;- ?iiii~h~i-iLi Ci~ C --. -- --~E--~~- -- ~i~-l;~-- -- i=-- ------.~-CXIEI~ -'--C~--- *-LI~---iLLL!


f)




t


S m


I
i


~r\ror;etrr ;i ;nl~i


76








S6nat
Hier, le grand Corps apres avoir pris
connaissance de sa correspondence et sanc-
tionn6 le dernier procus verbal, a renon-
veld son bureau pour le deuxinme n;,is de
la session. Le meme a 6ctd maintenu. Ce
sont les senateurs S. Archer, president ;
Diogene Lerebours el ThdoJore, Itr ct
2me secretaires
Tribunal de Cassation
SECTION CIVIL
.Audience du Mardi 12 aCai igo8.
Le Tribunal, sous la presidence de Mr le
vice-President Ernest Bonhomme, prend
si&ge a dix heures et demie du main et
prononce 1'arret qui casse et annule le ju-
gement du Tribunal civil du Cap-Haitien
en date du 3 r Janvier 1907, contradictoire-
ment rendu, sur appel, entire Milford Bien-
Aime centre Nativida Jn-Baptiste et Locdan
Jn-Baotiste ;- renvoie l'affaire au Tribu-
nal civil de Port-de-Paix, en ses attribu-
tions d'appel ; etc.
La section civil fait place aux sections
r6unies, presiddes par Mr le Pr6sidcnt H.
Lechaud pour entendre definitivenent l'af-
faire de J. D. Metzger & C" centre les
6poux Vabre. -
M* Etienne Matlon a la parole your de-
velopper ses mioyens de defense.
Le Ministere Pub'ic, Mr Luc Dominique,
conclut au rejet du pourvoi.
La section civil reprend siege ; entend
l'aflaire du sieur Enivin Stephen contre
les epoux iH. Etienne.
Le Rapporteur, Mr le juge Baron, lit
son rapport.-
Me J. Adhemar Auguste, l'un des avo-
cats des defendeurs, est entendu en ses ob
servations.
Vu l'heure avanc6e le Tribunal renvoie
la continuation de l'affaire a l'audience de
jeudi prochain.
Le siege est lev6.
Tribunal Civil
,Audience civilI du 12 Mai i9oS
Le Tribunal sous la pr6sidence du juge
A. St Rome assist du Substitut A Montas
a rendu le jugement suiv.nt:
Celui qui d6clare que le rcqu remnit
an sieur Claude par la dame Caroline Fon-
tus n'est pas un recu de ddpot ma s bien
un recu de prrt d'argent, dt qu'il in'echct
pas d'ordonner l'interrogatoire des faiLs et
articles ni d'ordonner la comparution per-
sonnelle des parties et leur ordonne de
plaider le fond.
.Affaires toujkurs en continuation pour Mar-
di prochain.
Lycius Hyppolite contre les consorts
Allen.
Cazeau Nounoute centre Hdlena Jo-
sepih.
Puis a enrendu les affairs suivantes .
Raymond aine ( personnelle ) coitrt
Edouard Desroches ( Ddfaut ).
Rdnelus Pierre Michel et C. Jear
centre Ulysse Potesse ( Dcfaut )
Mine Veuve Maignan contre les sieur:
Arnoux ( D6faut )
Salim Francois centre Salomon Dac-
carett( contradictoire ).
Ed. Adam contre Madame Stanis!a!
Gauthier ( Detaut ).
Bloind Addlad centre Marius Duro
sier.
a Affair entande renvoyei a mardi prochain
-A. Guilloux frtre aine centre Clemen
Magloire.
Le siege est level.
D-ces
Nous apprenons la mort de Marie Jo
seph Georges Dejoie, decedd a la Croix-des'
Bouquets, hier, A 8 heures du martin.
L'enterrement aura lieu aujourd'hui, i
3 heures de l'apres-midi.
Le convoi partira de la maison mortuairn


sise Grand-Rue ou Republicaine, No. 16o,
pour se rendre a 1'Eglise Metropolitaine.

Les funlrailles de ltari,' Th;rdsa V'ignete,
decddde hier A 5 heures du soir auront lieu
cet apr&s-midi. Le s-rvice furn-bre s-ra ce-
l6brd A la Cathcdrale.
Nos condoldances aix faaills Djoie et
de Valenton.


Arrivages
Ce mnatin est en're le Steamer
dent ) avec Ics passagers s,:ivants
de


Vclinant
venant


Az1ua: Mr L Mayard.
Jacmel : E. Devinie.
Cayes Ch. Dennery et servant.
Macoris : C. Soufran et 2 cnfan's.
Est entree aussi le t Ferdinand de Les-
sepsD venant des Gonaives avec les passa-
gers suivants :
AbbL Le Serre, Mile Claudia Barbot,
Salim Jean, Marcel Dhbrosse; Mr J. S. Da-
plessy, E Rob:rt. Louis Daplessy, Mile
Lydia, Indiana, ct Clhire L-rnothe, Gene-
ral Toute Bon.
'Petit Godye : Mine Philimon Rigaud,
Elie Lamrothe, Prec Picot, Mr ct Mmie O.
Cave, Mile Crminei, Marctllc, Francine,
Germain:', Magdeleine, F&lciane, Anita 'et
iOrelia Cav6, D. Bombace, Mile Elida
MWrentier et enfant. Mine Isa Babonne,
Salomon Constantin,Justin Staco, Armand
Monosiet.
Est entr6 aussi le steamer c BAlivia ,>
avec les passages suivants venant de :
Hlambirg: Mr Burei.
Cap-Haitien : Altagrace Faustin, Revinia
Ilyppoli:e, V. Alexis.


L'ETUDE
SUR ,'LE


Temperament Haitien

k" Le livre iutiitui 1 Etudoe sur le tcm-
rament haitien D n'est pas uTn nici
veaut6 pourt la iibrairio halierneo ;
I'auteur lui-mrme, M. Auguste Magloi-
re a pris soin de le dir,. L, joiu nal
le Matin a ecu la primer de cotte pu-
blication et c'( st, sans doute, po'r Cn
faciliter la con.-ervation dans l1s bi-
bliotheques qu'il a mis en volume
les articles parts dans ce qutotidien
M. Auguste Magloire s'est mis A
6tudier le redoutable prob!ime de no-
Ire rege:nration social en s'inspirant
les idees d'Edmond Demolins et il ne
nous ddplait pas do voir que cet cmi-
nent economiste fait cole chez ious,
6toat nous-mnrne foncierement parli-
san de l'6ducation anglo-saxoine pourt
les Haitiens au lien du systtrne d(pri-
mnant de l'Mducation francaise. Son
livre depasse tout ce qui aetldcrit jus-
qu'ici sur le mmne sujet par rapport
ai Haiti et nous devon; savoir gre6 a
I'auteur d'avoir signal6 le mal et in-
diqu6 le remade. Entraine par les de-
ductions de ses observations, il pro-
clame qu'en Haiti combine en France,
les functions les plus recherches
sont les functions publiques, les em-
plois administratifs et bureaucrati-
ques.
S C'est 1A l'heritage le plus clairqu'a
a laisse aux Haitiens leur anci nnel
( m6tropole et cet h1triPage est rui-
< neux plutOt qu'il ne rend pI ospbee.
W C'est a lui que nous d vons tous
Snos maux presque sans exceptions.
a C'est lui qui croe chez nous 1'avil-
a lissement des caracteres, le m6pris
< du travail, une d6mocratie scandat-
a leuse et absolument nuisible aux
a interets nationaux, meme a l'interet


v exclusivement politique, le discrd-
a dit des mteiers manuels, I'attarde-
n ment dans I'ignorance primitive, 1'i-
a ignorance des choses rurales et en-
( fin ce pli fatal laiss8 en nous par
t l1'hlibitude funeste do n'avoirjamais
a regard les choses qu'avec les sen-
t lirents francais et jamais avec le
< notre propre: organisation de nos
a pouvoirs publics et de nos consti-
a tutions civiles, regimes de gouverne-
merit, organisation de l'enseigne-
,t meant national, la direction' gnndrale
i de notre mentality et jusqu'A nos in-
a t6rets politiques ext4rieurs.
q Est-ce bien notre temperament
(I qi nous a valu'tout cela ru n'1est-
e pas plut6t tout cola qui nous vaut
< d'avoir acquis ce tempr.lme.lt. Pre-
< nons g'r de! ) Nous regretton, quie
i'auteui a'it passe sous silence 1'action
de 1;! religion laiss6 par l-s Frann.Qis.
Cornmme rron de, il propose de clan
ger le Iplus totleinent possible de re-
gimre en substituant, tant dans notre
enseigneentc qaue dans notre vie na-
tioitalt, hl-s m6tliodes particularistes
aus min!hlo les commLunautaires.
L'( s-ai cet, ma foi, bon a tenter;
ar, :,.; s un sielo d'application du
(lirnie s\'iys! ncii ui n'a pu ddvelop-
peir on nous 'incII carat1reO, sitnon
( u',i !emil-!) an n *utli ab tAardi, i i in-
'porie de s i.nan l'r si r' llement
it It'y I a ) i ['.fi a Ft'rt 'tl si to salt
social ne r sid p is danis l1 syst:nxe
ang:o-s ixr n, .'est-a- iro, plirtieularis-
te ou self-help. Ce livre est a lice. Nous
le recommainndons Aa la in1itation de
nos 0edagogues et de nos Ihommes
d'Etat.
D. L.


( Mess.gcr Eaangdlique )



U s-- c
Derlieles Dtrag6res

Dernieres D6p6ches


taire de la guerre et au general Bell ,
d'Etat major de l'arme6e am.ricaine,
MADRID.- Le prince des Asturies,
io mat 1907, a 6t inscrit aujordhi
les roles de l'armnue espagnole. La c6r
nie a en lieu dans Ia chapelle royale
Le petit prince portait I uniform de
ple sold.t du regiment du roisn3
C('est a reine elle-mmne qui l'a o
I'au:el oi it a prdtd le serment milit
Le secretaire Guerra et ses college
seront deux mois A l'6cole d'officier
Fort Leavenworth ( Kansas ) apres qu6
iront assister aux inanceuvres des arm
franqa'se et allemande.
On croit que ces officers seront de
tour A Cuba au mois d"octobre proca
[Is y recru:eront l'armbe cubaine quih
vra etre entierement organisee au mos
fivrier au moment du rdtablissemont de
Republique cub.iine.
PANAMA i I. Depuis son arrive icile
crdtaire Taft n'a cessd d'trre en confera
avcc le president Amador, le secrdtaired
atffires 6trangeres, M. Arieb, M. Arango
mninintre de Panama ti Washington,I
Squicrs. ministry des Etats-Unis ~ Pa
et M. William Nelson Cromwell, lec
seiller legal de la commission du Ci
Ces messieurs se sont entretenus de a
breuses ques ions concernant les trait~
1'on desire voir ndgocier entre la Cola
bie, les Etats-Unis ct la Republique
Panama.
EKATERINASLAVA (Russie) 12.- Leqs
sonnier; interns dans la prison du g
vernement se sont nutind; et a 1aid
bombes out tentd d'en faire sauter lesm
r.illcs. Leur tentative a echou. Ungi
nombre d'entre eux ont etd tues0cb
sds par les gardes.
SAINT-PATERSBOURG. I1 est ann
que le roi Pierre de Serbie se rendra
chainement a Saint-PNtersbourg obilt
vera le 15 mai ; il y sejournera a
maine.
MEXICO. Les agissements belliga
des indiens continent A inquiaterleg
vernement.
LISBONNE.-La conclusion du traitd
b:trage entire les Etars Unis etle Poe
a product une bonne impression d
pays.


MADRID I --I- Le grand march connu """"" """
sous le nomi de a Las americasD s i fr Trii e du M
qucn-i par lcs antiqna;res a etd presque Trillu e du ( Mati
entircement d:;ruit aujourd hui par un in-
cendie. Les flammes out 6galement con ADRESSE
somim deux cents cabanes en bois dans DeArrondisseent de
lesquelles logeaien-t trois cents families. S. E. le Prdsidsent d'Haii
Ct.lcs ci se trouvent maintenant sans abri .. e,
et sans resources. 1[rdsident,
CATANA'( Sicile ). Un grand nombre A l'occasion de la date de VD
de maisons se sont 6crouldes dans les v;l- prestation de sermant constitution
lages de Milione d'Ammalati de Gruzzi et la population de I'ArcondissemaOl
de Mortaro. Les autoritis organisent des L4ogarie est heureuse de venirj
secours. Personne n'a itd tue. presenter ses respecluenses flid
Aujourd'hai l'Etna a reconmmenc6 a vo- tions, et Vous renoiaveler, une foi
mir d'6pais nuages de fumee. Un torrent core, I'e. pression de sou inaitrwr
de lave s'6chappe du cratere principal. ddlit6 et de son devoueientA 8
ToK o. Les automobilistes ambricains Gouvernement.
qui prcnnent part a la course New-York- Nous no pouvo:s I c _haque 0
Paris sont arrives ici hier. Its sont partis sair6 de Votre avneraent a a pn
ce atin pour Vladivostock. Les automo- Magistrature de I'Etalt. na0serlg
bilistes disent qu'ils ont une advance de de meler le souveniLc des circon
1.200 miles sur leurs concurrents. m6morables dans lesquelles s0oc0
WASHINGTON.-- La Chambre des repre- cet dvdnement d4cisi[ pour lae 0
sen:ants a adopted avec les amendementi du et I'aveni de notre Patri, l,
Senat le project de loi interdisant les pris m6me qlue le pays- tout 8n tia
de courses dans le district'colombia. puisons de nouveau mo0l iti
Profitant de leur sejour'aux Etats-Unis tueuse reconnaissance a
oi ils vienncnt 6tudier l'organisation de Votre Excellence. nt-il
l'arnde am6ricaine, le Gendral Pino Guer- De vrais patriots peauvei Q
ra, commandant en chef de l'armde cubai- fet, rappeler, sans f"mir rn.1
ne, le Commandant Marti et le Capitaine des veux fervent pour q"u'i s
Londro, commandant de la Batterie de mi- produisent plus dans le cous
trailleuses de l'arm6e cubaine, ont rendu histoire, les maux a Or
visit ce matin A M. Oliver, qui en l'ab- laient, a ce moment critti
sence de M. Taft, fait function de Secre- malheureux pays I U8 natO1


MOM










Sprie a passions politiques d(-
,ldesd etl'a"narchie ; des fa c:ions
C~.1 ,' par 1'ambition du pouvoir su
uleve; la represdfitation nation te d -
une elle.-me et incapable da se
oette 'e cor' sur l choix d'un chef;
gauerre civiie enfin arim nt les uns
Outre les autres les citoyens d'une
A" republic[ae, et nettant en pdril
Srepubiqe, ..
'exitlene lSan, l1e notre j- une n itio-
elit6l pj suite de la raprobation una-
sime des puissances dt angers et. de
r id6sil non 'deg iise d'intervention :
daitl spectacle c prdsentd par
euplo hailien I'heure de votre pa-
Alique apparition.
Vous ates alors arrive Pr6sident, et
i're venut, a ramnend le caline et la
onctrle dans les esprits et les ccurs
,n denouant une des crises les plus p.-
illeuses pour son autonomie que le
ays ait jamais traversees. Guiddo par
fotr, sagesse et Votre experience, la
ita o peut auj)urdh'i 6tre fire, en
.eportant se3 regard.t en at riare du che-
ia parcouru a l'abri ,t.i la tutello pre-
aoyante de Votre E\cellence. Des ccu-
ires clatantes et nomb'auses jalonnenit
aroate, qui altestent Votre n6mtitoirc
ouci de teair les pronQsses fJites par
ious au Pays et les 6nergi'ies et p -t-
*,vriants eilorts d6ployds dans la 1n ir-
:he invincible vers de meilleures des-
in6es.
La celebration du centenaire de not, e
ndipendance, prelailnmt par l'exaltIa-
ion de la fiertd nationtale et de la gl'rn-
lear de notre origine politiilue, A Voire
atentoii, depuis realis6e, de remneItre
lux remains de I 'limnent'aidigLne la prd-
iOnd6ranue dans son propre pays, don't.
ecoupable aveuglement des adminis-
rations pric6dentes avait Wtd sur le
moint de le fire dechoir A peu pres eu-
tLrement; larestauration de nos finances
st le relIveme t du credit de la Nation
3rune administration severe et sage,
"a guerre ouverte aux abus et aux pre-
rancations, et la Iid1lite aux eng.age-
anentssouscrits par la Republique ; l'ac-
:rissemnent de notre rich sse ecoinoni-
uageace ia l'elan vigoureux imprid im
S'agiculture,anu commerce et "a l'indus
rie,par la creation de nombreuses voies
errees et exploitationn di nos mines;
ses encouragements acco r-d1s A 'instruc-
lion publique et aux arts ; enrin la
'O.nsicra11ion apportee au prestige hli i-
lien 'EDranger par l'ace. s d'LH dti au
denier congress de It pltix.
Eo vuilI d(j A assez .pour assurer a
Vote Exeellence l'estline et le respect
de 1 p.'stentid d,!i le recul des ages
flurset la Icolnnaissance actuel.ll do
Ses Administr6s. (eux de l'A.rrol'Iisse-
lmeut de LdogAne se funt le devoir, en
le orinel annivers.aire, e Vous enc
!tmoigner leur profonde gratilu e. lIs
rcomin:idp1st res pectueuselinelt, e
tmne temps au bierveillant souvenir
eVotre excellence la promesse qu'Elle
itr avat fite au sujet d'un pout i je-
uFsr la Rouillonne aux portes de leuir
C ef.'?ill des travaux d'endiguement de
la riviAr. des Cormiers indispensables A
l se-uritA des cultures rkgionales, en-
I', dura pose thlIgraphi.lue A 6tablir
'o Grad-GoAve Ils sount heureux de
lionr dresser en terminant laurs feli-
lainoi etleurs remerciemnents pour le
ieulieri diu lieutenant plac6 par Votre
Leele. a leur tte, le general M. M.
bissire A de la rectitude de
tia coluite, de son administration in
tltiget en de son zele, de son activity
,e son cldvouement infatigable a
lr GuvernemeTt qu'i fiit aimer de
pla et plus dana son commnnandement.


La population de I'Arrondissement de'
Le')gatne avec l'expression cordial d.!s
\mux qu'elle forme pour la cons-r v.-
tion de Vo:re precieuse existence, Vo.is
prie d'agrder, Prdsident, l'homma-g de
son profound respect.
(Suivent les signatures).


Revu8P Cimmerciale
DE LA
Maison Haag Frbres
DU HAVE

14 Avril 1908.
Caf6.- Les semaines se succedent et
se ressemblent. Un came plat conti-
nue, sans changement pour ce qui concer-
ne le marched a terme, avec une tendance
de baisse pour le cafe disponible, notanm-
ment pour les sores de Haiti. La campa-
gne de baisse a tait tres mauvaise impres-
sion A l'intr&ieur, et si elle n'a pas entrai-
ne une offre A terme, ce qui est encore
heureux, elle a rdJuit la demand au mini-
nium pour le disponible.
L'arme que lesbaissiers employment de pr&-
ftren:e est le mensonge ; qu'il soit raide
et iuivraisemblible, ii en reste toujours
quelque chose. Ainsi les estimations de la
recolte actuelle ont 6te levees de 2 mil-
lions dernierement, sans raisons plausi-
bles, de mnme qu'on a promise une rcol-
te extraordinaire pour 1908/09, sous la foi
de quelques correspondents A qui on avait
faith la lecon. Les dementis aussit6t donn6s
sont rests sans effect. On ne veut pas de
hausse, ni mnme un maintien des prix.
Personne n'a de stock ; pourquoi ne se ran-
gerait-on pas du c6:0 de ceux qui promet-
tent le bon march a bref delai?
La campaign centre la valorisation con-
tinue aussi de plus belle. II faut seule-
ment s' tonner qu'il y ait encore des
prddit. Evidemment, L'ecroulement de l'o-
peratio haussire du gouvernement de Sao-
Paulo plairait A beaucoup. On y tient
done, et on pbrore A son propos, bien
que chacua soit convaincu que ce krach
ne viendra pas. Mais 1.r consomma'ion
proprement dite, qui touche l'article en
achetant quelques sacs A la fois, a une au-
tre mentality. Elle prend pour v&iti abso-
lue tout ce qu'on lui raconte, surtout si
cela vient d'un port de mer. C'est pour-
quoi nous disons plus haut qu'il reste
quelque chose de tout mensonge lance
centre la hausse di cufC .
Voici nos prix de terme :
Avril fr. 41.75, Mai fr. 41-75, Juillet
fr. 41.25, Sept. fr. 41, Dec. fr. 41, Mars
fr. 41.
La statistique du mois de Mars est de,
nouveau tout a fait satisfaisinte. La dimi-
nution du stock mondial est encore accen-
tuee, et compare 16 or2 ooo sa:s A 5.
495.000 sacs soit en moins une difference
e 553.000 sacs centre une augmen-
tation de 277.000 sacs en 1907, une dimi-
nution de 53 5.000 sacs en 19o6et une dimi-
nutionde 293.000 sacs en 1905.
Cependant les cafes doux ont augment
cette annee de 98 ooo sacs, alors qu'ils
avaient diminu6 en 1907 de i1.ooo sacs.
Pour le cafe Haiti qui nous occupe tout
specialement, cette augmentation des sor-
tes auxiliaires est fort compromettante ;
elle augment la lourdeur qui regne dans
l'article et les sortes comprises dans les cates
doux ne peuvent s'y soustraire.
Nous ne donnons pas de cotes aujour-
d'hui pour les cafes Haiti, parce que les
transactions sonttrop peu importantes pour


entrainer 1'dchelle des valeurs Aussi exis-
tc-I-il, en dehors de quilques vendeurs a
tout prix, des maisons qui tachent de sou-
tcnir le march et qui quelquefois y r6us-
siscnt. A co6t de ventes a tres bon marchL
nous en cotons aussi aux prix donnas la
derniere fois, et meme A des prix l.gcre-
ment plus Mlevdi. On a pu fair ces bon-
nes rali.a!ions toutesles foisque I int&ieur
s'cst in:ir.rsse A u lot, c'est-1-dJre lors-
qu'il y a cu ordre.
Disons qu'on a fait dis Go:'uvcs tride
Herrmann tni beaux A fr. 56, mais au.si
d'autres lots a fr. 57. On a aussi connu des
ventes de cafes machine epierre a fr. 47,
come a fr. 49 d s Jacmel nature a fr. 46/
45 192, Cap A fr. 43. En tout cas, il re-
gne une grande irregularit6 concernant les
valeurs du Haiti, par le fait meme que
quelques receveurs de consignations, bais-
siers par contagion, n'ont pas confiance
dans I'avenir ct vendent A tout prix.
Contrat 1n 2 tried : rapproch&s, fr. 50.-
/5o 25 ; six dcrniers, fr. 51.25.
A partir du premier Avril 1909, on aura
ici un niarch rA terme sur une base ,lar-
gie. On adminttra A la livraison les cafrs
Haiti trids dais le pays d'origine.
Voici les conditions
c Haiti tri6s :
D (a) des Gonaives ou de St-Marc, avec
une prime de 11 francs.
< b) du Cap-Haitien, Jacmel, Petit-GoA-
ve, Miragoane et Port-au-Prince, avec une
prime de 8 fr.


I1I


U .L2_. d


DE:


(c) Cayes, Jerdmie et Aquin ou touted
autre provenance d'Haiti avec une prime
de 3 fr.
En outre, au point de vue du triage.
ces caf6s seront assimils au Santos a par-
tir lu good, et jouiront de la m, me plus-
value de classemeut que les Santos, indd-
pen.arnmment des primes de provenances
indiqubes ci-dessus. Tout caf6 classant au-
dessous du good sera refuse. L'arbitrage
de c,'s caf6s sera fait str &chantillons pre-
leves en detail par les Docks-Entrepbts.
c Les pierres seront rofactionnees sous
une franchise de io d&cas par sac. Les
Haiti tries contenant plus de
100 grammes de pierres par
50 kilos seront refuses. -
Pour ctre livrables, il faudrait donc que
le triage soit exc.ssivement bien fait.
La fin i domain
n "-. ~ ~-- ,,,q.R--. -..

ETUDE
DE

Me Ciharles Millery
NOTAIRE PUBLIC
53 R e du Port on PaU',e, 53
Heures : mnidi et '2' a 51-'
Archives de Mcs;. M.Ildiou, Scrvincent, Car-
re, i'. l"('Fri('(Idri qu Soliges ct l oscinonl.

NTIFIICES


Celebres des RR. PP. Bene dictins

DE L'ABBAYE DE SOULAC (GIRONDE)

SPCIALITES ET PRODUCTS HYGIlNIQUES
DE LA MAISON A. SEGUIN DE BORDEAUX
2
SEUL CONCESSIONNAIRE POUR LA VENTE EN GR1OS

L'Incomparable Elixir Dentifrice
des RR. PP. BIneddictins )am son usage journialier assu-
re la sant6 de la Gorge, de l;i louch li t de plus, par sui-
to de la solidity qu'il conserve atix qI!cll ji.S(lu' lI'age le
plus avanc6, il facility le tr;tvail dte la digestion en per-
mettant la mastication compl ote des alinencts.
Le flacon se vend: Gourdes 2.00


La Pouthre Dentifrice les 1111. PP.

Bene'dictins est le pr"'i- oux aixiliUaim2e de 'Elixir, La
loite se vend : Gourdes 1.25


jp B(n -I Imployco seule ou
*-c1OP .tlol :ri en inent avec l'E-
lixir. La ut '(i:) it. modo;e se vend Gourdes 1.50
La Bolte Grand Modle so vendd Gourdes 2.00

Les autres Produits Hygieniques de la Maison SEGUIN sont
Poudre de Riz adh6rente extra-fine a LA MlADONE ) ; la Botte Grand
Modloe: Gourdes 3.00; Modele moyen : G. 2.00.
prcieuse pour stinmuler le culr-chevelu et
Eau de Quinine, enlever les pellicules.- Le flacon : G. 2.00.
Gly rie anlaise contre los gercures et la duret6 de la peau,
Glycerine angle le flacon : G. 1.00.
Eau de Cologne lenitive extra-fine; le flacon petit Modble : 1.50
Eau de Cologne lenive le flacon moyen: 2.50
le flacon : 1/2 litre 5.00
Pour les commander en gros: s'adresser A 1'Agence G6nerale
et d6p6t pour la Republique d'Haiti
A la 3Mtropole
MASON JULES LAVILLE
93, Rue du Magarin de I'Etat, 98


La~ PAW Deuliiriee d res Bt








Francisec DESUSE..,4


Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en de-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et d6tail,-- de chaussures en
tous genres pour
HOMES, FEMMES, ENFAN'rS
Les commander des commerQants
de l'intbrieur pourrout tre exacuteas
dans une semaine h peu pres
23, rue des Frouts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCe ( UAJIT i

Tibere Zephirin Bell
Fabricant de chaussures
Rue Tiremasse, facade Nord de la
Place de la Crix-des-Bossalc.
Announce A sos nombreux clients et
au public qu'ils trouvoront chez lui
un assortment comiplet (de (h.i;us-su-
res pour dames, homnmes ,t enfants,
confectionnees avec des inateriaux
de premier clioix.
La mason s'occu)e aut-si d.i toWtlns
sortes de reparations.
SP tIAiAiI l::
PA.NTO- AFiS -.. -J '.

Redaction du "Matin"
Offre d seslecteurs les Trois Volumes
D E
EDMOND DEMOLINS
Au prix de Librairie
Francs 3.50 ou P. 0.70 or.
A-t-on int6r6t
s'emparer du Pouvoir
A quoi tient la sup6riorit6
des Anglo-Saxons.-
L'Education Nouvelle
EN VENTE A L'IMPRIMERIE DU Maltin.

Joseph Nadal
PORT-AU-PRINCE
AGENT POUR HAtiTI
DE
JOHN SIMMONS COMPANY
NEW-YORK U. S. A.
FABRICANT DE TUYAUX EN FER
ET ACCESSOIRES COMPLETE.

La Maison d'Imrportation
O3reste taE1llorni
Port-au-Prince
40, RUE BONNE-FOI, 40.
Announce a ses nombreux clients
qu'elle s'est nouvellement assortie
d'une grande quantity de Chapeaux
pour hommes en tous genres, formes
Panama, Canotiers.
Tous les chapeaux portent I'adres-
se de la maison.
VENTE EN GROS ET EN DETAIL
BIBELOTS de tous genres en bron-
ze et en cristal;
Grands assortiments de LAMPES et de
PENDULES de tous genres; de BIJou-
TERIE, de LUNETTES et d'ARGENTERIE
de la Maison Christofle.
Beaux cadeaux de fianCailles.
Grands assortiments de Pots d flours.


A Vemlire
leux. buss l.A: H:CT 1o1)0n (1'aIt.
lPour les conditit, :>-, .s'adir'-set" /liix
bureau du Malin


A (t derI ie1 (ri!
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A i lion)tneu d'an tr er 't ses 110111-
Lbrux clients de la Capitale et de Ia
provir ce qu'il viant de se tiansferer de
la Rue (tes Fronts Forts, avec son me6me
stock de chaussures, d la Grand'Rue
au No 153 avec I'inscription ci-dessus.
Les clients seront toujours servis
dans los mEmes conditions ; c'est-A-
dire avc les 5 o/o d'escompte sur la
vente (:n gros ; sans oublier lIs rne-
mes :roins et la irnme exactitude.
l.a MaisN-on so charge toujours de fai-
re prendre les rnesures A domicile.
=--- ---~- '
L'IARTISTE

F. S TINES
l icti co( lri' ( dlu grand i)pillic, so met
a la disposition do tous ceux qui voi-
diraienrt cofrl.rvrl, eI (des portraits
artistiques d'une res.semblancc parfai-
to, les traits de parents ou d'amis af-
fectionn6s.
M. F. STINES rcproduit les portraits
les iliis al.li ns, le(s plus d6tirior6s,
triompha lnt d. l'ceuvre d6vastatrici-
du teinps aiquel ii arracihe avec I
plus grand succes, la beauty et la gira-
ce des physionomies qu'on croyai
disparues A jamais.
Adresse: Rue Pavde,en face la Phar-
macie Ewald.
a Ealtgl


3S, fue du Magasin de I'Etai
Ml i-on foaid6e ens 1838.
Bijoutorie, Orf6vrerie. Gravuri
Vient de 1~if voir it' s articles de pai-
suinelie poar' les gets los plus diflici-
les. Les parf.ams exquis et rares d'unc
dliicatesse pin6trante qu'elle offre a ses
Jients south de v6ritables petites mer-
Vc'ili;s..
T 0 1 11.
-.si- der-nires m .!rques qui charmenQt
',e out Paris sont chiez Mateis :
Son Sourire, Floramye, Trdfolia, Iddal
Cyclamen, Vivitz, etc.
La, m ^, o a touojaur un grand as-
sorl.ia- nt tit bijouterie, argenterie,
bibejrlts de tous genres, parfumeries,
lunettes., moatres or et argent, pendu-
les Fgavantie-.
SpM.cial, .: bagries fraagaises en bril-
lanLs A partir de P. 200, alliances Or
18 K angilises At franaaises sur com-
mande, Service d'argenterie complete
pour marriages.
Tousles articles vendus par la mai.
son sont garantis.
Achat de diamants, pierres prdcieu-
ses et vieille bijouterie A des prix avan-
tageux. D.cr.ier cri : Lunettes jaunes.
Contre remnisa de De-I.x dollars en
timbres-poste d'Haiti, ia Maison Mat-
tdis envoie franc de port sous pli recom-
mande dans toute les villes de la R.pu-
blique: Lunettes ou Lorgnons en nickel
inoxydables, selon les prescriptions des
Docteurs ou instructions des acheteurs.


A Vendre
Alcool depuis 90 degvi (s elTot
(leg 'Os.
lit'oc6de Institut Pasteur.
Ex'oi):tioinil ioustaird, 1.rci
cet on.
IA ra i, on cn giai doe quarntit6.
S' ADRE,SEBP A


ia, '20

L Al--


Witty freres
SEi.uts AGE];NTS RIP IISE~NTANT5;
2, Rue des C~sars, 2.

LA.
Mei'lleure Farjow'
dC1 .1Aoade
Cculhb qi) (I.1U 10 n1iIleur pain
Qui e } l' p! 1 US de k'in.
Qai u:~i c p~s bauc et

C'est la Pillsbuiry's Best do la
Pillsbury W'~as1;V'rn 5>ei Mil Cuo~-
Minneapoii3 Micro.




0 1 )I j
(41WJO Z I'll! i,
P(J~l1iIe *:I Ga,,lslrs.


Maison F. BRUNES,
195 GRAND'RUE195
Dirig6e par

L. I000ELUI
Ancien membre de la Societ, Phi
thropique des maitres taillers de po
Vient de recevoir un grand cho4di
totles diagonale, casimir alpaca, che,
. te, cheviote pour deil, etc, Recom
de particuli6rement sa clientdl a
beile collection de coupes de ca'd
de gilets de fantaisie et de piqa
toute beauty.
Sp6oialit6 de Costumes de a
ces.- Coupes Frangaise, Anglaise
Amdricaine de la derniere periecti
La maison confectionne aussides
tumes militaires, habits brod(
dolmans,. tuniques, habits c
r6s. etc eto, de toss grades
---m
Ateliers
DE L'ECOLE
Des Sciences Appliqu6es
Ces ateliers sont aujourd'hui u.,
sammsnt outils pour offrir ieursse
vices au public.
Ils acceplent dos travaux deFor!
Ajustage, Tour et Menuiserie.


LALEXINE I A\LEXNE I
Eies-vous surmen6, fatigue, ( bouqu- P ?
Ne voz-vou plu d'nergie voa se, do volont6, de vigueur ??
Manqacz-vous d'app6tit 9 ?
Ce nouveau mtndicament preconis6 par les sonmmites m6dicales du m,}s
enter nia jamais eu d'insuqces.
Les maladies d i Foie, le jiiabete, la Goatte, I'EIcze:a, le Rhumatisme.so0
guIkis par son emploi.
Jamais d'insuccOs ?
Se vend dans toutes les Pharmacies


D'p6^t


General : Alb. DESMARQUETS


21. RUE ROUX PORT-AU-PRINCE


TA 0NWHERE C TI NE iTCNALE
DE
Port-au-Prince


PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)
CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
PRIX DES CHA USSURES COME SUIT:


COULEURS,


Chevreau glac6: Boutonn+ et Lac6 pour Hommes et Dames 10 ( Dixgd
a c( Recommandie 10 (DiM g'a.
Verni et couleurs: r Recommandie 12 ({ouzgI
POUR ENPANTS: . . i6 (


ARTICLESt OUR Ie


COUMISIII


Mousseline, Nansouck, Couronnes, Voil
Aumonieres, Bas, Gants, Livres et chapelet
Rubans.
A l'Ange Gardie1 "

Specialite de Deuil
98, RUE DU RESERVOIR, 98.
PORT-AU-PRINCE