<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00328
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 7, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00328

Full Text




Ann6e, No 332. PORT-AU-PRINCE ( Hirl))


Jeudi, 7 Mai 1908





J


- 7 -


NQUO~TID I E*


ABONNEMENTS : DIRECTEUR: LE NUMI1RO CENTIMES
Mols Une Gourde D'AVANcE Clement Veagloire,
os Une Gourde D'AVANE r Les abonneinmnts parent du ier et du I5 de chaque

DiPARTEMENTS & I'TRANGER : REDACTION-ADMINISTRATION mnois et sont payables d'avance
Frais de post en sus. 45, RUE ROUX, 4j". Ltf nmanuscrits insritds ou non ne seront pas rendus

)gr tout ce qui concerned 1'Administration du Journai. s'ad;-esser A Mtonsi,.ur Arl.hur JSILORY4, 4 Rue Roux cn Bonne-Foi.


HAITI ET L'I NFL E N CE ETIR N NGEllE


Linaptitude patronale des
vis-a-vis des NBgres


Blancs


Lpoiunt de vue tles rapports entre tera entire los deux rac.s huinaines
Ion et ouvrier, il y a antipatlhie en- align6es aitisi c6le A c6te sur le champ
It race blanche et la race noire ; de bataille de la vie.
up d'oeil sommiaire jet sur l'his- L'homme n'est cependant pas tout-
g8nerale et dans n'importe quel A-fait un animal. On l'a dit, il y a en
4 lesdeux ra:es .-s sont trou- lui de l'ange et de la bte ; ii s'agit
o se trouvent encore en contact, de n'8tre pas exclusif dans l'attribu-
oos fire voir que celte antipathie tion de ces d'ux natures: il faut so
protonde, ind6pendante des temps dire que si, come <(bIteo, I'homme,
liex, et par consequent irrd- quelle que soil Ir couleur de sa peau,
liable. est soumis A faction des lois q(ui r-
e n'ai pas arbitraicnranlt choisi le glent les lesoins malrieis, il cst, par
atde vue patronal, dans l'examen contre, soumis conmme ange ti, i
Points de contact entire ses deux ccrt iins )rincipes irtlexibles et in-
ions de l'huinu rit : la dilffrence variables qui constituent la loi mo-
letal actuel de l'une et de l'autre, rale. o
elqu cause qu'on veuille la rat- Pour le cas qui nous ooc.upe, la ra-
Sfdit naltre spontan.ment entire ce blanche, mise au contact de la noi-
I'id6e de subordination. Partout
SO de bin tn re, ne s'est jamais laiss, guide. vis-
ese trouventch et une socitt l c -vis de celle-ci, que par les lois ro-
edarouventea contact, le con- glint les lesoins mal6riels. Ell, n'a
itN Iemet qusocial d late aussi jamais,- tan!6t aar mauvais voulolr,
ide la race dans la couleur, tant6t par impuissanco, toujours part
L dela race noire est done, en
etusqe actuellen ontes- inter-t,- aid6 la race noire d s'lecer.
enti tnfrieur i celui de la race Le devoir de patronage est, en elfet,
e. rai dit I'etat de ces rdces et la premiere, dans l'oidre des obliga-
ces races elles-mmes; on le ver- tions morales, don't 1'exercico s'impo-
'aillears pi s loin. se entire deux socidtds non Ogales pai
0ous mettez en contact deux ra- 1'etat social; et c'est pourquoi le
d'animau, don't l'une sunbrieure point de vue patronal s'est tout de
ltre infBrieure, celle ci disparal- suite r6v616 a notre examen.
oI mIoins rapidement devant Patronner nn individu, c'est done
Plel'efet de la lutte qui sera l'aider A s'dlever,non pas tant en am6-
ltre elles pour la jouissance liorant ses conditions d'existence,
"t des advantages naturels du qu'en d6veloppant et en augmentant
ldu dimat. chez lui les aptitudes g6ndrales ; c'est,
Slies de deux races d'animaux, en d'autres terms, le rendre de plus
meaez deux races d'hommes, en plus apte A devenir A son tour un
e wnrrez pas changer le course patron.
.i aturelles qui r6gissent les J'ai dit, en commen;ant cette Mtude
i Sudr la terre par la Providen- qu'il y a eu de tout temps antipathies
L. doute, les thioriciens et les entire les deux races blanche et noire
Sliotimaes ternelles de leurs il me rest a en convaincre le lecteur
a '4oqueront dans leur ima- par les fails; et pour cela, je vais, aus-
et. principles dlev6s de la so- si rapidement que le permettra l'in-
t ddela fraternity universelles. telligence de ces fits, fair defiler
Sula beau milieu du choc des devant nos yeux les diffdreiits reprd-
st des 6coles, la lutle, tout sentants de la race blanche dans leur
Poer les races animals, 6cla- oeuvre de colonisation et observer


I.uris ticons de se conduire vis-a-vis Le noble, nalgr6 I'etat de guerre inces-
des races iinf rieurecs. .S11it le clhaiteau t clihteau, sent, A cer-
Je dis a laces iinftieiires n, pa ce taline minute tle peril commun, la ne-
que lesph6noinines sociaux (pie cesWit tie so rapprocher du noble, pour
je vais tappeler en mainli;ie de dt'- 1-; m .intien tie quelque privilege atta-
monstration ne sont as sp'ciaux a qi. Eit tenanciers, serfs, bourgeois
la race noire et q(u'ils peuvent :tre tr ou\venlt Lans leur mnutuel epanche-
gaalenient relcvis dans la prise de itent un soulagement a leurs multiples
contact de deux races, n'importe les- Imaux.
quelles, du moment qu'elles se trou- Nousarrivonsmaintenarut la troisieme
vent caractLris~es, I'une par apport a i.;oriode. C'est cell e de l'individu-Dieu.
I'autre, par deux constitutions socia- Ici l'homme devient vdritablement l'u-
les in6gales. iid1 social par excellence. Le but su-
Mais je no m'aplpeatirai que sur preme de toute education est son con-
des fafts sp6ciaux i1 la race noire. plet epanorissement au triple point de
Au surplus, je choisirai comme pre- vue physique, intellectual et moral.
inier terrain d'observation le conti- Cette expansion total de l'individu doit
ncnt africain lni-inime, d'abord par- le pirparer selon le mot consacrd, A etre
ce que c'est la (iqe nous dlcotvriroJns IHS sl/ru!/l bfr lifer. Qu'importe d'ail-
lde fails actucls d'un in tL'i t essenttiil. leuts, si cette expansion a lieu, aux d6-
pour le sujet (tue nous al'ordonls (ct l'nts d'uit voisin, mnoins bien outill6
que nous VN''Frro s L'actioln colo( :isatii- 1'onr la lutl! ; ipuisqtue ii n'y a 14 que
ce simulta6e dte plusit-eus fra.-tions le jeo natural et souvent inconscient
de la -rae blanche;-- pace qu, en des forces ili('gales. L'ilddal social an-
suite, nous seross pius iir s de nos lais qui fait une part si large a l'indi-
conclusios lrsqtie nous autros a v\lu, dta s la constitution social sem-
nous tLansipolior da;. le Nouvuan- ble vouiloil envahir le monde. Cet ideal
Monde (q ii Iinou touche pIusii itnmr.- ai gla is pose I'individu fortement appu-
diatineentl, ct (1ue les observations \ sur la faIC iTle, barritire vivante a tout
Ircu illi. s o Afiique noous pernnet- "ipittiIncit d.1 I'Etalt, et dans la com-
t!.tiit (O'utils et de It s instruclif pi&te- iindependan:e de sot home. Cette
ra I lochemenls. position dIe llio'uine ,ldans le monde an-
,lo-saxon, s'explitjut largement par
-- ..=-.-- ----.--..._. son evolution iistorique ; mais mal-
heureusemint pour,les nations r6putees
E U L TE faible, I'iinttprtation scientifique de
certaines grandles lois te la nature,
D E LI N DI V I D U semble appotler une confirmation doc-
triutale A cette mani6re d'etre de l'indi-
vidu. De l a4 reconnaltre une supdrio-
( FEIN ) ritd patent de ce group social sur les
( oir le N d hier ) autres, ii n'y avail qu'un pas a franchir,
La faiblesse considt4ee comme une af-
Avec le moyen-Age que les anglais fectalion de I'organisme, n'a droit qu'A
appellent les ages sombres, le role so- une pilie passag6re de notre part, car
cial de I'individu no spread pas plu.i dans la m6lee arlente des intdrets, tan-
d'ampleur. II luitte la fouled anonyme pis pour les faibles s'ils sont dcras6e I
pour fire son entree dans les classes, ils ne doivent s'en prendre qu'i la na-
les castes, les corporations. Cepen laitt ture, qui s'est montrde maratre, A leur
le fait seul de l'existence de divers guard. L'humanitd comme un fleuve im-
groupes sociaux, souvent opposds d'in- p6tueux, pursuit sa course, debor-
ttlits, determine une vie natiojnale plus dant sur ces iives, ol elle abandonne
intense, un courant d'idees qui prdpla-. les faibles cornme de tristes paves, vd-
lent la gestatioln die nouvelles societ.s, ritables l(chlets de son lit.
an sein (des vieux corps nalionaux de A cette conception nouvelle de la vie
l'Europe. Des sentimen's nouveaux ap- socials, il fallait un nouvel Evangile. II
paraissent : 1'esprit de corps, les prd- a ate formula en Allemagne par Nicks-
juges de classes, rendant dans une cer- che. Soyous durs tel est le dernier mot
taine measure les individus solidaires. do cet 6vangile des forts. Touted notre


* .


L










admiration doit aller anx indlividiidlitcs
fortes, c'st-a-dire ;'i c,.ux qui tiom-l-
plient, i ceux qui bieit outill6s, viventi
exclusivernent pourt I lutte. s'aflirment
dans le monde, par une vlolnte qu';au
cun obstacle l'arlatle.
Devons-nou; nous plaindrle de cet
ktat social ?Nou, nous ',rpoetdeit le,
thdoriciens de la nouvelle e;cole. Cette
situation du monde W'est p,ts line :;no-
malie. ('est une inouvelle etap' do I
vie de I'hiumanilt. Au cloc sang'anti
des nations succile le choc pacilique
dles iindivi'lus, futnete, ii est vrai pourL
les fIibles, inais en vertu de la grad;iid
loi de l; concurrence vitale. Voltred roit
est tie chl'icter i iprendre pied dans to
group des forts. Votredevoir est de tra-
vailler a 'expansion de toutes vos facul-
tts, par leur culture intensive, sous le
coitrile ld'une voloint, que riei ne doit
fire f.tiblir. L' SAilut des thiibles sear
I',euvre du temps.
Et ce fait, cet tat; dle c rtaires
(;rildes I'lites du Iontde, nl'est pas le
iruit d'unt purt' ccident, collmlle on ise-
iait tenter ide te coire. L'dvolution s'est
faite sultout dans 1'uitore indtellcctuel
et physique. L'hontnme es-t plus pwroccu-
p l de l;1 satislactiton le ses b L'suoi iin-
Inodliats ,lue des cl aian s pI),o ll (ii s ,le
moral speculative. Les lilticultes sains
ces-e, gI'ratidissanitesi t I' I v it nL o, ler'ie,
raccouicissent sa vue et le jettent litns
un terie-A-terre incroyable. D'ailleurs,
le prodigieux dcveloppement dles scien-
ces de la nature a beaucoup contribu6,
a crier cet etat d'aine particulier. I'iit-
terprdtationscienlilique des lois de cette
nature forcdment immoral, a cause du
determinisrne iqui y ji.dside, applitluie
par analogies a la constitution social
tie devrait produire que ce r6sul-
tat deplorable. Maiis enlin ie disespd-
rons de rien ; car it est consolant de
penser avec I'autre, que par de lA les
horizons actuels, ii est tdes horizons
riouveaux off l1'hunmanite pregnant cons-
cience d'elle-mrnine, dvoluera ddlinitive-
ment vers un ideal ineilleur, id(al de
paix, tie justice et d'amour.
Jr J. C. DOHSAINVIL.

ETUDE
S-t'k LE
Temnperamient Haitien

Le Nou.vellisle du 4 Mai a public
une reinarquable, quoique soinmnaire
critique do ce volutm- que la press a
td t un time accueillir favorab!e-
Inent. i1,i dehors de i'appr6ciation des
journaux, nous avons reCu avec plai-
sir les lettres suivantes :
De M. J. DE ARMAS,
du New- York-Hdrald
Port-au-Prince, 27 Mars 1908
Traduction
A Monsieur AUGUSTE MAGLOIRE
Cher Monsieur,
Permettez-moi de vous remercier pour la
gracieuse t que vous m'avez faite par l'en-
voi de votre ouvrage Etude sur le Tempira-
ment Haitien. J'a-ais diej lu et admire ces
articles au moment de lkur publication
dans le 'Watin et je suis vraiment heureux
de les avoir sous la main, r6unis en un
volume de belle forme.
Recevez toutes mes felicitations pour la
grande connaissance de science social don't
temoigne votre travail; pour la clartC et
I'originalit6 de vos points de vue,- pour
votre admirable patriotism qui clate dans
teaotes Ie pages de 1'ouvrage. Vous preci*,


sex les resources ct lcs inoycns de vos
comipatriotes ct miontrcz A votre pays les
voies dlev6es qui le conduiront :t la pros-
peritc et au progress.
Croyez-moi, chcr NMo.nsieur, votre bien
divout6.
Josi DF. ARMAS.
*
I)-: I)ANTiES H LLEGARDE :
Port au-Prince. 8 avril 1908
Mon cher Mag!oire,
Je n'ai pas voulu voun remercier de
vo:re graeicux envoi avant d'avoir parcouru
*l'lEtude suir le tenmprament haitien Je
l'ai lue avcc profit et inftiaiucint de plaisir.
C'est dc la siine et reconfortante lecture.
Votre livre est excitateur d'energie et pro-
voque A I'action laborieuse et utile: n'est-
ce pas le meilleur loge qu'on en puisse
faire ?
Je vous aurais souins- si j'en avaii cu
le loisir-- quelques objections qui me sont
parvenues au course de na lecture. II vous
tait iiiipossibl,, en une mn.itiire aussi de-
licate, de les pr.voir toutes ct d'y rdpondre
d'avancc. l.L, nicnnes, ne portent ailleurs
que sur des points de detail. Sur le fond
nous sonmr:es d'accord. Coinmc vous je
rcc)onna:s la ndce-sirt dune rdforme di.s
nriLturs haiLiennes et comnie vous je la
fais ddpcndre de la r6fornm de I individu.
C'est 1 a grinde ct capitle question ct
c'est1 ala rdsoudre que doivent tcndre tous
nos efforts.
Reccvcz, mon cher Magloire, avec nics
tres sincores compliments, l'assurance dc
ines sentiments d'amitic cordial.
DANTIS BELLEGARDE
*
1)D M. EUGE:NE IlOY
Port-au-Prince, lundi 27 avril 1908
Mon cher Magloire,


lui il gardera, au moins, la position
acquise.
Bien cordialement, mon cher Auguste,
je rp&ete que j'applaudis A ton livre. le
suis avc toi dc c eur et d'A'ne ; au be-
soin, par la plume, p r la parole, par I'ac-
tion tclle que nous I 'etcndons : ene-g que
et social.
I:c.. KRoY.





RE-NSEIGNEM ENTTS
M ITOROLOG IQUES

Ob ae-aPvatoix o
DU
S3MINAIRE COLLEGE St-MiARTIAL

Mi .h 1(1.1)1 (6 M .lm
Barometrc midi 7 13 '"/:
Ii riii;,i"1 220,2
remaparature iu.ximnumt 33" 3
iinoyeine diurne 2;, ,2
Cicl clair le :nati! ; couv rc t entre 3 I1.
ct 6 hl do soir ; :r's cla.ir r 7 h.
Courozic lt' Iic A:t iJiv'r.s i. p isv's.
lIoaCc cc ;::.r'i i iii.ti
I Le b.ioin -I' in
Un p'u d'a. :. iI _I ni I d.'i Li! jour-
11Ci'.
R. BALTENWECK
Secretairerie d'Etat des Rela-
tions Exterieur'es
P'our que nul In'cn ignore, le Dpart,.-
inent des Relations Exterieures fair savoir
qu'ii a rt ,u de la L.gation Amrincainc dc
Port-au Prince la notification ofticiellc don't
traduction ci-aprts :
LkEGATON AMxtRICA1NE
Port au Prince Haiti.


J'ai pass la journee d'hier a relire No. 270. .?Mai 1908.
ta rdconfortante c Etude sur le tempd- Honorable Ltou s BoRNO,
rament haitienD. Je t'ai si souvent serrd la iire 'tat ,'s ', ots E ,
main, en signe d'applaudissement, dans le Sc'iaire J'Elat 'rJlotions Lxi'itures.
c.urs de la publication quotidienne dc Port au-Prince, Haiti.
cette etude, que je trouve supertlu de re Monsieur,
dire, ici, combien j'approuve, a tous les J'ai rdcim:nnent rctu dJe mon Gouverne-
points d: vue, sans restriction, l'expansion i nIct les l:itiu;C uons sulvantcs
bienfaisante de ces saines idees. Je n'cxpri- u Maintenant que la Ld ition et les Con-
merai que le regret de ne pouvoir, aurant a sulats Amdricains n'ont plus dc rftugiCs,
que je l'aurais disird, t'aider d.ns la patri- ( vLIus terez sa.,uir claireiment qu'aucuni r-
otique cainpagne que tu as entreprise, avec fugid hafiten ne rccevra asile dc vou, ou
deja tant de succs, et qui, certainement, a de vos subordonnc.i.
est appelde A modifier notre concept social. Ceci est communique A votre Excellence
Ton effort ne sera pas vain, j'en ai l'es- avc priere de vouloir bien seconder cette
poir ; puisque des livres tels que le tikn et LIgation, en y donnant publici:c.
un ou deux autres, s'inspirant de la nimine Votre Excellence v.oudra bien agrecer l'as-
doctrine, ont pu atre livres au public et surance de ma haute consideration.
accepts sans provoquer rien autre qu'une ( Sign ) H. W. IFURL SS,
moue retive de la part des fctichistes de A rc r
la culture latine. Nous savons bien, les lAmerica minister.
to ou 12 que nous sommes, et avec nous, Naissance
un group restraint qui, heureusement, Le Deputd Fiddlia jeune a requ une dd-
grossit tous les jours, quel est le but A at- peche lui annoncant la naissance A B-inet,
teindre : la refonte de notre education et d'un tils qui a requ le pr6nom deCFRANCK.
sa direction loyale vers un r6sultat rdel et Compliments aux 6poux Fidelia et mille
pratique plus en harmonic avec la concep- souhaits au beb.
tion moderne de la vie, chez les peoples Tribunal de Cassation
qui vontde l'avant. Arriure les AthIniens C e
En me faisant l'hommage de ton livre, SECTION CRIMINELLE
tu as 6crit ces mots : r mon parrain en Audience du mercredi, 6 7Mai i9oS
science social, mon ami en toutes cir- Le Tribunal sous la presidency de Mr le
constances. Le titre de parrain que Vice president Ernest Bonhom;ne, prend
tu m'octroies genireusement est trop sigge A dix heures et demie du matin et
beau 6tant donnee la valur du filleul entcnd la plainte du Chef de la 7o"e sec
pour que je ne me montre pas fat de l'ac- tion rural de la Commune de Torbeck
copter avec empressement. Oui, je l'ac- centre le sieur Edouard Hall, supplant
cepte, mais avec la conviction que si, en jnge de paix du dit lieu.
science social, excuse la prdtention des Le Rapporteur, Mr le judge Sylvain, lit
ttrmes, il n'y en a pas d'autres,- le filleul son rapport.
a laiss6, derriere sur la route, le parrain ; Le Ministere public, Mr Luc Dominique,
celui-ci se rattrapera sir le terrain de 1'a- conclut A une information.
mitid oit la lutte 6tant plus ais6e pour Le siege est levI.


- -- --1 L


ftovlveies Elrangnef


Derni res D6pBches

LONDRES. On announce que le :
rant une armee d'Afghanistans Jai
nom bre est value de 13 mille a 20
a passe la frontiere des Indes se diri
sur Kyber prcs de Landikhotal ou r ,e
taquia les forts de la frontire, mais iu:
poussee et campe en tace de Lanika
Un autre corps serait entrd par lavii
Bazar. Devant cette invasion les tUo
l'Emir Willcoks, qui d6ej avaientm
les troupes mahomntans sont revenue
toute hate pour fire face A la sita
vraiment critique Les t6legrammes ~
frontiere sont soumis A la censure i Si
et on ne salt pas au just ce qui se Cp
LISBONNE Le gouvernement a term
l'enquete ininutieuse qu'il faisait su:.e
ganisation et ramification du sinistre r
plot qui terminal la vie du roi et do pn
mais il se trouve que la conjuration :
tenduc et si nombreux s tnt les person
tlevds compromise qu'on a resolu d
traduire personnel devanu les tribal
L'ainnistie que donnera Manuel II
prendra seulement les ddlits commit
qu'au 30 jaavicr dernier.
CALCUTTA .- Hier la police a d
un complpt indigene ayant ponr bu:
dynamiter lord Kitchener, comommdant
n'ral des forces anglaises et d'autres
tionnaires ang'ais ilev.s.
Les autorit6s craignent que t oo
soit le prelude d'une revolution ls
nente.
LIMA.- Le Gouvernement i 1l
d'une revolution a decide que les
sc mettent iummdiatement enI3 .
la direction des rebelles. Mr rr'
dent de la Republique a doram
dans la caserne et aujourd'hui
heure decida que de nouvell
soient A la recherche des insoUtg~
qu'A present n'ont pas encore <
tr6s. Diverses personnel soupqlJ
et6 arr tees. La tranquillity regB4V
capital.
SAINT P-TERSBOURG. Cet
on a c6lbre le m triage do prim ff
laume de Suide, fils du roi Gustsl
grande duchesse Maria PPauloroo
u Czar et tille du grand duc mP1
drovitcl. Le ina-iage eut lieu rs1
Tsarkoesselo en grande pomp9*


Tribunal Civil
,Audicace civil du 6 Yai 1J
Pr6sidcnce du juge Maigi
Min'strc public A. Thibamt
Me Michcl Ores:e avant demian1..
buna! de fa:ire passer i iffaire Velte
A. Guyot, Me Mnos, avocat de Vel
est oppose : enfin un incident s'est
entire Ics deux avocats, incident qWi
prC d'une heure de temps.
Le Tribunal apres avoir enteadul,
cats a fixd irrivocablement I'affairelm
di prochain.
ELsuite on a passc au role: maisu
affatre ra pu tre entcnlue, lesdenl
rIglemi ntaires trart tpuisles.
L'Inspecteur on chef de l
Police Administrative
Rappelle aux cochers et propritaires
vehicules les dispositions penales des
elements communaux concernat les
tcrncs qui dcivent &ire allumtes &
hIcurcs du soir.
Tout contrevcnant -A ccs dispositions
poursiivi et puni dcs pci-nei prvues.
PAL. CAMEAU





Eleclrothirapiie


'Application technique de l'l'Elctri-
au traitement des maladies, est
procd6 rationucl an plus Iiaut de-
de la Science mnodeCne, et tffica-
surtoutdans les ,/r,'clion.s 1tie'rines,
ialement les Eudonl'tiites, les M1-
,Catarrles, lb'Inuit i lagies, Dou-
SErosions, Cellulitlis et Adli6ren-
Fongosites, Salpinrgitcu, O)valtc s,
es de faus s ca (it l itos onil d.o < tn- '
Un m al SO!W,+,. [),;[,lac' 1,tt :its,
ypes, Fibroiu .is, et', ; et dalnis l's
'tlions gt;ito-Uritai,'es sp.,C'ciales de
mimme.
proc6dA, a part son t'llcacit6
la cure de ces ullactio:-., L-t
co0iteux : il 'prYstrve les inaludes
dangers inhlrents ( (liloroforme,
er et lcs suits fatchuscs' si non
elortapris l'op'ratiuon ctlirtu iu e)
operations cltirugjicales )Lpratli-
faute de savoir imieux pour soit-
guirir ces altectioris.
cteur C. GAVEAU
1tDECIN, CHIRURGIEN,
ACCOUCHEUR
d6m de 1'Universilt de Harvtard
(Etats-Ui.is )
Cabinet d'Electroth6rapic
51, RUE IlEoU, 51.
Port-au-Prince
Consultations et traiternent.s.
8 heures 11 hcures du matin
l2 heures a 5 hrs. apre;-mnidi


LOLA


DE

KINGSTON


IACNISH'S KOLA PURE
'CNISH'S a IRON BREW a
En Vente
SCatinat Fouchard
R.u du Centre

A Vendre
bloo depuis 90 degrds et Tafia, 20
14 Iia lstitut Pastlur.
lOtation Coustard, Per et Mer-
I4riaon n grande quantity.
S'ADRESSER A
Witty freres
ILS AiGNTS REPRESENTANTS
Rue des C6sars, 2.


Trmslanatlaftill

Iteamer Ferdinand -'e Les-
Sest attoliiot 'It-au-Pritiw
reii8 Mai rIr:! It. I! paritir I t,
Iejour, It.' 5 lue'i suit iotIr
Gonai1ves )
W-lau-Pfince, 10: iiiIr(


Profits fly iel ui pour la Toilette


Recoenu=ar46s pour &
R UnIiMoE- BhiK, IR% DOU C
POUDRE VBUOUTE
CR ME l$ visage pt ded inaluw
I SAVON UUJ.IU" lapudu___-
:-. sm O. S1r, 6, tab e Sa t s mPa 4a1lera Wmtatoan6


0

Irh


I


PREPARATION DCS PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)
CAPACITY: 500 PEAUX I'AR JOU
PPRIX DES CHAUSSUIRES-COMME SUIT:


COULEURS.


Chevreau glac;u; ;%uionii d t I.acd p1our 3Hommes et Dames 10 ( )ix gjes)
c a it RecommandEe 10 (Dix gdes.)
Verni et coulours: a 4 Recommandlc 12 (dcuze gdes)
PouR EPNANTS: . . . .. 6 six ( gdes)


ETUDE
DE
Mt Charles Millery
NOTAIHE PUBLIC
53R, Rue dit PorP ou Paue'e, 53
Heures : 8s A midi et S-" 5 1:
_- - .. -_ -- ++' .


SOCULISTES!..
VERRES BLANCS, BLEUS, FUME s,
JAUNES, du [r Fi.uzal et du Dr Motais.
VERRES BICONCAVES, BICON-
VEXES, ,PRISCOPIQUES CONCAVES PE-
RISCOPIQUES CONVEXEFS.
Assortiment complELdes foyers
VERRES JAUNES, Fu.MES, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille
Sans foyers
Verres blancs cylindriqr4cs, co',.vc:
ot convexes.
Assortiment d'axes consmpets.
Chez A. DE MATTE1S.


CordonD lerie Nouvelle

.L B PETO I
143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS GENRES
EN DE*PT, POUR LA VENTED
EN GROS ET DETAIL.
Execution prompted des
commander, tant ici qu'en
Province.
Formes & homes ; Ol"gantes tl ra-
lionnelles.
Chaussures tie dames ( DJernijre mo-
de. de Parisi ) et le plus commode :
chaussures pour enfants confection-
n6es avec des Peau.- de loutes nuances
d'una selection et dui6e irrdprocha-
bles, A des prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquides
Pour chaussure de touted nuance.


A ELEGANCE

CORDONNERIE.


'1
c



.3
t


AM.


Chapeaux !
Chapeaux 11
Chapeaux I
PAILLE DE PORTO-RICO
A(CCI)UlIIZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Lo coiffetu t'is!e, qui vient avec le
concourse d'lI lihapclier remarquable,
M. JAIME TE-''AR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Saion de Coiffure du Louvre
Pour tous les got~ts et pour toatem
:ea bourses.


,'AGENT.
F. M. ALTIERT


42, Ri]Cic- ,., I Flons FOrTs.
( 1.\iUSSUBE'i1E N L If:I'oV. 'XOUU RLA VENTE
I'. Olkjit iUdt. ct '*i1aXconri-
1-.31a111) i i~ ( 'W e' aol x j tC4'
Chiiassuvus tic Ou iio ft a tueL cih-
vail tOLlji-;hiI Io10t CO (11il '0 1v de phis
n1ouvealix.
Formc )nti~ricaiia, el ffrimnqaise pour
M~lessieui s ; n~icls cr cIiklmdeM.
Pour les oenfa lf ', le 1p1 uSAIi..
TravcIiIlsolide cxxccutd avec
des pea ux de prcniiEeremarique.
Assurance de .vnm~d riabais.
PAtes, Cirages et Liquides

L IVTl;ion dl'Trnpc~rri1icnl?



d'i-i i gr m 41 (It iilitt- o (.' 2 te m


I)U 101ITIPS VIIs tOItos (geni-eS, foijue-s
P m -i a, 11IcI(IS.
Twuis Io licti~atix pmtent l'adi'e-;-
4e doe Iki nimst).
VENVNr* EN GROS VCT EN 1DfTAI,
BIBEILors do toii--- genrcs- en br~on-
ze et, n cristal;
Grar.i i1,1.4 assoirt im (-i I< do LAM PES (I t I
PENIJIAC&d tows gonvc-s; de Bnuo-
'r v 'ti, d(1 LUsF'TV:S, et d'AIGENTERiIE,
kc lit Nhi so ii C :ii'vlo ie.
BLtcux ca-deaux (1,,! imiaaitltes.
Gratids (issortiwjt'iw s de P~ots d lit uirs.

IDe-fLcnoSilhe lle, Roin ihis

d trilri el,
,jj;11, H,,,e' t tFll bi)OStiiOflUu-
V'eis.tlf'l Jr So l((. SoilId i (

Anilm i -* (.1101 tant A Port-
at PIA10 j +11- 'IL1n-; 's aticS ls locali-
II' *s, ttCCt ja iv. l iuiiA Ii:en
t .ai'tii a ut'(l)iq 1)icaine((;rand-
Iltit ) luallo >& 2V:', it l1i 3ii !.t ga-
Il du Nvrd.
Port-au-I'illnco, le 2--) Avril '1908.


adoucid I'.pilorrnw auquel ella
LA doJ4n49 d-iii uio iujplosse et Um vn
loAL irxoaiJIUrabIe en Iui corn-
muni(Itiant scm o ddicieux par-
fum. V'le, conserve I'c' t ie I a ftiaicheur da teitt, car e~le est souveraine
contdrc le ii~ie, les pi(ci-Lo~-.i i' Oiii-octs et Ic (u .. d c la pau.
I ivsnb'. aIam
LA IdIIJIiuhIlkAIInk sii~i~ r v1U l-Pi-son-
1 ( i vt ueiIt avoir un tcjill
so I d ; -O iia ifiun ~lca son velo u.t owioi -me i faiir, td'elle,
Fa vo-i ite- di-s dmIi.e Toil(dte-.
AI cd: Cir me Simon
zs o: iA 14S M I i nj L

t-uutes Its (Uali te'sbWit r;ti:;~i r ites et Lit ai i n Crt:,10 simonl 1
est p)ariiculihrurinnt l,'cifl tnmnd6 our la Toilet!e dt *s eim Cm is et IIu' IV,-:
dames fbont I. 11aul est d licate.
Agence Gn6rale et D~p6t pour Haiti

M.&ISON JULES LAVILL1E
93, Rue du Magasin de l'KtEt, 93
LT~i. _.I -- I MCI-
-J*T kNNE8IE CO.Nm TINEJ AtE-.jx
It DE
Port-aiu -Prince


7


I


I


i









LA MASON

J. CO1l0I)ASCO
In 'jrlle h- publi <.\ s-: u'bn s i c
partic ulier, < 'I I' 31 t .-,'ii *
Etablissomenit rue du MagaLiin {i l' ;It t, ai N" 1 1.,:i,-
la Grand'ltue, ipiesqu'en l'f.- <1 I'Ad-
minuistrationl des I'0-tc-s.
Come par le p.s.s'-a, l; MNii.-:i I. U
met A ses clients, ;aisi ts1'' t(w ,,c r'tXi;
(jai voudront I'onorer do It-ir (con-
tialicei ls lin61u-s; soimis ut e i 1it'i
ponetualitt (qu'ellea toujoursI I a-ppol(t '
dans I'exCcution des commarndes.
Port-au-Prince, 23 Mars 1908.
I -,
LA
Meilleure Farine,
(d Mfonde
Cell qui donnet I, nciiieurr paiu.
Qui product le plus do pain.
Qui done le pain le plus blanc et
le plus 16ger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn IFlot Mils Co,---
Minneapolis Minn.
Ern. CASTEAA. Rz,~rse t nir, ,
.... -- o_ o_________ ~ ;- .p.-'-
Francisco DESL E :.
Fabricant di chaussuros
La Manufacture a toujuurs en a&-
p6t un grand stock,--- pour la youte
ou gros et detail -- :0 chaussures un
tous genres pour
HOMES, FEMMES, KNPANTS
Les commands des co.mraer'antF
de l'intrieur pourront etre ex"cut6es
dans une semaiuna a peu pres.
23, rue des Froats-Forts, 23
PORT-AU-PRINCI ( HAITI )

Panantas ...
EICaganrts, solid;I,I a'triv('ts par le
L< Montrial .
Cihez M\ LI: NII)1: S( I).A.S.
Rue des Iro ilts- hFor!..

Tibere Zephirii Bell
Fabricant de chaussures
Rue Tiremasse, tacade Nord de la
Place de la Croix-des-Bossales.
Annon ce a ses inunl)reux clients et
au public qu'ils trouvotiout chelz lui
un assortiimenit complete do :l;:hussu-
res pour dames, homes ct enifaints,
confectiornees avec des materiaux
de premier cltoix.
La maison s'occupe aussi de toutes
sortes de reparations.
SPICIALIT :
PANTOUFLES MULES

Redaction du "Matin"
Offre d seslecteurs les Trois Volumes
EDMOND DEMOLINS
Au prix de Librairie
Francs 3.50 ou P. 0.70 or.
A-t-on inter6t
a s'emparer du Pouvoir
A quoi tient la superiority
des Anglo-Saxons.--
L'Education Nouvelle
EN VrNTI A L'IMPRIMERIE DU Main.


Josephl )ad:f1


)1:.


J O N 11 N il NM N ,' (M P \P Y
N EW- K i 1' z A.
FI'AnRueANT11,T i: .v N Flk

.. rr~P-icsmullrrhu-4- Cl


FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A H'linneimr (i'anwiIhncovl.'ta stC-S 011-
brenxI cmlient.A dts la ( Capit:iiU ct te !it
Lovit!*o (liu'il vicuiI dese, t tinCrev ode
ILI R cifels Ie''oa ts-J tts. aV(( 'S ll e llw-Lie
ao ,1). ,ve ('is li la~ui(-(i~C
CIS Ciitutit- s Ollt ut tOU 1Ll FS e 1V
(14115 les IntIlies Co'ituiti"i CcSi
V(. l1 tf2 it 1 .b> *l k.
us W-- l timCimc exatct ituide.
1 ~ l-) -aM Ii4 c charges t IOLIl, sde fai-
re 4 ''ieid1itc !tesurcs Li-.'(domicile.


L'ARTISTE

F. S TINES
I:ien coniu (lu grand public, so m.t 1
a la (ispo,-ition do tous ceux qui vou-
draient conse trver', eni des portraits
artistiqlues d'une resemblance partf'i-
to, les tl'its dle parents ou d'amis if-
fectionnes.
M. F. STINES reproduit les portraits
les plus abim6s, les plus detetiores,
trioimphant de l'oeuvre d6vastatrice
du tenmps auquel il a,,'achie a vec le
plus grand succs, la beaulte et la gri
ce des plivsionomies qu'on croyaii
dispUaues "a jamnais.
Adresse: lue Pace, eni face la PJhar-
niza'tie Kwald.

Maison F. IRUNES.
195 GRAND'KUE 195
Dirig6e par

L HODMELi
Ancien membre de la Societd Piilan-
thropique des maitres tailleuts de Paris
Vient de recevoir un graiad chtoix d'6-
toftes diagonale, casirnir alpaia, chevio-
te, cheviote pour deui!, etc, Recoamran-
de particulierement A sa clicutrtl une
belle collection de coupes do casimir,
de gilets de fantaisie et do piqu, de
toute beauty.
Sp6cialit6 de Costumes de no-
ces.- Coupes Franeaise, Anglaise et
AmBricaine de la dernimre. perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits car-
r4s. eto eto, do tous grales

Ateliers
DE L'ECOLE


Des Sciences Appliquees
Ces uteliers sont aujourd'liui suffi-
sammsnt outillds pour offt iit leurs ser-
vices au public.
Ils acceptent des travaux de Forge,
Ajustage, Tour et Menuiserie. L


ARTICLES POIR Ire

Mousseline, Nansouck,
Auronieres, Bas, Gants, L
Rubans.


COMUmNIy

Couronnes, Voyj
ivres et chapel1a


" A l'AnZUe Garid-clien "

Spiecialite de Deuil
98, RUE DU RESERVOIR, 98.
PORT-AU-PRINCE


_ --- ,,


A LEXINE l


ALEXINE I


I-:tes-vous- ~-urinetie, fat iglet, '( 1)0 LIIIuO
Ne vo,i- -, ut,-Vou- ,J) It'tI4.Cei'ioo di,& volontW, de vigueur ?
Sl-I--'1 U;l SiI1i'tLt 'joi r pa res sorrmites niddicales du moo4
Les imiiilto's 1i oI aI)lV a ('oiItto, I'E'2z&rna, le rhlurnatisme.soo
U 11 181, StA (Ill Citlll.


Jamais


d'insucc~s


Se vend dans toutes les Pharmacies


Dep t-


General : Aib. DESMARQUETS


1. H~U: ll)cx -- 1'UflT-AU-I1)I1NCE


ai 11. I


MAGLOII1


STLfSPHONE

Journaux,. brochures, bullets

kariage, car-tes de fianvaille

Irogral ares, affiches, et to

nultres travaux de ville.

Billeis d'enterrement et cari

de visible d la minute.


E'T
i.'5T T',R BELLEVUE
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
Mnme Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation moderne et comfortable. Fuesur la mer. -T-2
douce et rdguli.re. Les Tramways desservent I'Hdtel-Bellevue tout~el
IPROPRIIfTI SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RU .
PROMENADES JARDINS
Salle de rdception.-Piano.-Gramophone.
Sonneries Electriques
Table d'H te tous les jours,de mWdi d heTwrm,
Table d'Hbe 10 7 A8s h-t du s ar


- YI I-I- I~d y -I ~LII ~-II Ilsll I


j


i


I