<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00327
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: May 6, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00327

Full Text



Ann6e, No 331.


PORT-AU-PRIjCE ( HMiTI)


Mercredi, 6 Mai 1908


J


QUOTIDIEN

A0 AONNEIERNTS : DIaCTEU a:
R IBCEUa. LE NUMfRO 10 CENTIMES
"o"ls Une Gourde D'AVANCE C0l6XeX ent IVIaglo-ire, I
U r Les abonnements partant du ei* et du i de chaque
DEPARTMENTS & STRANGER : RIgDACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
Frais de poste en sus. 45, RUE ROUX, 45. Lee manuscrits ins6r6s ou non ne seront pas rendus
Xr tout oe qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Rosx o Boane-PoF.
-pr -..I_ _I[II...


rpluoi la Legation francaise fut altanlee

PAR UN FRAN(AIS

La v6rit6 sur les articles de la Patrie a concernant le
Ministre de France


lecteurs ont lu dans notre No de
a lettre que Monsieur le Mi-
eda France nous a fait I'honneur
noes crire, et la protestation de
memobres de la Colonie tran-
a sujet d'un article de Pa-
.nous avons reproduit dans
de jeudi.
est peut-etre tromp6 sur F'in-
que nous avons eue en pu-
cet article de Patrie. Les jour-
6trangers regorgent de tant de
s et de tant de calomnies
t nous que nous nous propo-
wd'en offrir des extraits a nos lec-
P power montrer jusqu'oa peuvent
lre la haine injust fiUe et la mau-
,ibl intdress6e. Aussi sommes-
labreux que cet article de Pa-
it We tel que Monsieur Ca.teron
Ost emu et que toute la Colonie
seait cru de son devoir de se
autour de c celui qui tient as
Sdrapeau de la France. D Voila
US bonnesusceptibilitd patrioti-
vient A point pour justifier
ge centre les mensonge- et les
don't la Presse Etrangore
ccabld6s.
C arteron introduit pres
B. Tancr6de Alcibiade qui a
&aicle de Patrie; ce Tan-
a serait un Haitien t
permettons de croire que
ift qu'un masque- trop
t- 80 ons lequel se d6robe
ubrnave frangais charge de d6-
bopaoeur de la LLgation Fran-
Saei. oCar les Haltiens qui
s routu qui y voyagent seu-
ut ceux qui songeraient
&tr s journal, sont de fa-
connues : personnel en
Alcaw8s Oentendu parler de
e Alcibiade, et c'est plaisir de
treat on se W'est cru malin 1i-
talbiquer an nom vraisem-
t, d'accoler 1e nom du


lHdros de la JErusalem ddlivrde'e ce-
lui du Grec fameux par sa versatility.
Mais cela ne prend pas, cela n'aura
pris que pour les gogos de 1a-bas I
Comment comprendre, en effect,
qu'en France, ce soit un Haitieia qui
reponde A une attaque calomnieuse
centre la Lghation de France de Port-
au-Piince. A cette here ou les jour
naux francais d6versent les plus gros-
sieres injures sur notre people, sur
notre race, sur notre Gouvernement
et sur notre venerable Chef d'Etat, en
ce moment of les journaux francais
nous criblent de tant de sarcasmes et
accouchent de tells 6normites que
nous sommes forces de canclure avec
un de nos amis que les a gens d'esprit
sont parfois bien betes ,, qui nous fe-
ra croire qu'un Haitien A Paris, n'au-
rait pris la plnme que pour d6fendre
Monsieur Carteron et la Legation
Francaise ?
Ce qu'il imported de remarquer, c'est
que centre l'article de Patrie, Mon-
sieur Carteron n'avait besoin d'etre
defendu qu'en France. On comprend
le tort que pouvait lui causer an Quai
d'Orsay et dans I'opinion publique
franQaise les declarations retentissan.
tes de a ce compatriote'n6 en Haiti. a
Mais ici, a Port-au-Prine, la ques-
tion nest plus la meme, car si lU-bas
un francais reproche an Ministre de
France de ne pas savoir reclamer la
protection des canons francais pour
la defense des interets de sea natio-
naux, tandis que tons lea francais de
Fiance, et rmem ceux de la Colonie
Francaise d'Haiti, pourraient etre ai-
gris contre le Ministre indigne qu'on
leur depeint, nous autres, Hitioens,
nous ne pourrions que louer de sa 1I
gitime reserve le Ministre injustement
attaqu6.
Pour tous nos lecteurs, cet article
de Patrie est Ie fait d'un franuais
qui a v6ou en Haiti, qui y a eu oer-


taines difficulties, a voulu y intdresser L E C U L T E
le Ministre de France, n'a pas rdussi,
et de ce fait, garde une dent feroce a L
M. Carteron. DE I
Haiti, autrefois, et hier encore, sous
le dernier gouvernement, dtait le doux C'est toujours une
Pays, ou de vagues aventuriers, pourq cele qui con
taire fortune, venaient chercher une tv6nements multiple
difficult quelconque avec le Gouver- les iddes don't ces
nementpour r6clamer ensuite la pro- en definitive que la
tection de leur Ministre, et se faire A ce compete, la vie
payer de grosses indemnites en r6pa- A la meditation de c
ration de dommages imaginaires. le mns agitat mot
A cause de la IAchet6 des gouverne- dente confirmation
ments precedents que la moindre me- te entire du mond
nace d'ultimatum faisait ceder, A cau- Les theories s'di
se aussi de la coriplicith indigne de oLent de leus d
certain fonctionnaires Haitiens cor- raincddeidB ent tro
rompus, qui recevaient leur part de la culation. Mai en y r
some alloude A I'dtranger lse, les culation. Mis A y' r
Representants des puissances, sou- voit que routes vieni
Reprsentants des pissanc s, sou- I rue particulitre, inh
vent intdresss, en dtaient arrives A ne' leur apparition. Boh
plus garder aucune measure, et pour elles constituent le
un oui, pour un non, on attelait, on en consulate
allait au Ministere des Relations Exte- ments aconsulter,
rieures ou au Palais, et devant cette rence apparent te
tent de reconstruir
simple demonstration, pour eviter de rtelle d'une nation
plus grades diflicultes, le Gouverne- mdni. Le'une natio
meant d'Haitireconnaissait des torts que haut de son pites
souvent ii n'avait pas eus, et payait... un rdve hgnlien, la
Autres temps, autres moeu-s! Des grouillanto A es pit
les premiers jours de son avenement un produit de son t<
au Pouvoir, le President Nord Alexis il n est pas dans la i
a montrd qu'il entendait rompre avec amplifie, A travers
ces honteuses pratiqu.e, et devant imagination grossiss
son attitude 4nergique, les Ministres A l'ordre du jour, ii
strangers ont compris qu'il fallait y re- l'6cho des croyanc
garder A deux fois avant de presenter un vague recepteur
une reclamation; il faut pour retenir biantes.
leur attention et mdriter d'etre l'objet Est-ce pour rire
d'un rapport au Quai d'Orsay, que la quo Voaire faith pe
reclamation soit bien just, bien fon- U VouaireMa rait en
dee, et c'eat pourquoi, en d6pit de o que obespierre
leura grimaces de circonstance, la tes que laRobuilloie
plupart des ressortissants sont mon- toen. Soul6verons-n
ts centre leurs LAgations et Consu- du lecteur si nous
lats. que le rire sardoniq
Et voila tout justement pourquoi un pressentir le rictus si
francais a attaqu6 la Lgation de Fran- trier de la victim d
ce dans un journal de Paris. coup sar non, car ce
g_-. sons un peu deplais
vouons pour les
Administration du Matin a brands thdoriciens
rappelle aux abonnes de la Ca- frangaise, viennent
pitae qu'ils no doivent rien ver- meant notre faVon d4
ser, aborniTments ou autres est que l'id6e, elle au
qru sur REO USIMPRIMi~8 et nations individuelles
ign do I'4d. A nniJratour suivant Ie tempdram


L'INDIVIDU

etude interessante,
iste A ddgager des
es d'une dpoque,
dv6nements ne sont
traduction en actes.
de l'humanitd ottre
:urieux examples et
em trouve son tvi-
danas histoire tou-
e.
lvent et tombent
dhris 6pars, le ter-
Svague, delasp6cu-
egarder de pres, on
nent d'un dtat d'i-
Brent a l'6poque de
nnes ou mauraises
s plus sara docu-
car sous l'incoh6-
faits, elles permet-
re la vie intime et
ou meme de I'hu-
ce penseur ui, du
tal contemple, en
pauvre humanity,
eds e.t, lui aussi,
emps. Sans doute,
measure. II deforme,
le prime de son
ante, les questions
n'en eat pas moins
:es momentanees,
des influences am-

que nos dirons
ser A Rospierre
ont 6tddansaebleu,
et Marat, cea doeu
re ont ,t6 dans I'ac-
nous l'indignation
avangons encore
ue de Voltaire fait
arcastique et meur-
lu 9 thermidor ? A
s petites comparai-
lantes,- nous I'a-
s mnes des deux
de la Rdvolution
confirmed simple-
e voir. La cause en
issi subit des adap-
s. Ell a 'humanime
aent, les aptitudes


dv










r ("T'SOMiIC11llcs. (I'filtii.-we.,vi;'0 4 11)
1 i I (~r l l 'd4 (lit 4d141 Iils' I i ki Iitl I it i

fl)&e C, at I111ll ot11 p i :a't will- I 40ow j
la Sol)i~ttf, tv ( I ;1 Iii l

1)t)ises, tiCliC' 'e lalN, qlCI u TO
nous I u'l ii ell 41c;, (:IIAm1(:wil 1'1lt



tc! de de n ic miltiiii ;it! oii h if wi"" i"re
Cf-qui (tit b~oulade., Iou;Il'il(.:
mires pradox aes, che I'mi IoN-I-
C')iVictiOll, 111le sorto Ite I-ligioti (114)
1'a u tre .
V'ollRi[,e .a vouli voio d(ius Ic cler'f4
un (les rnelIeuis itiislufells de la ino-
nDalc~lic pouI, I'Ik c4istrictio (I de 18 CO-.
Its~malO 1a-cllineie gde- erriemlltreut (1l'es-
St C'O par I ,M is XI V, I lA3dat. IdiIS W'un
dei~fh-sit'wIt-, 11 travidh AI a erkras~er Fill-
Caine a. IRoIcsjpicrel e, poursuivavat son
idde, chiasst I)ien dos icillles cutlihdra-
les gotli(Ities deae la Vi'clt ci. dtilia la
riisoIn hiurnaine. (C e ui tidt Vinx des-
prit, (Ie peeti cl l lilstl es, illstilict Corn-
batif chI z I'u II, levio 'i I initi Ii iveli sm,
esprit de systs I e 1 i'rn ploi u poiir 'esca-
lade du pouvoir u.iiwz It!0 lic, hi
UlIC ''tiOite COl.k tIIC II C-oil (biix

Clier' (il'! vrainieli it lOs a'i-trop l)de
prosattc alrs, (de imtcs,.(1 'ii>riens, t
tiotre avis, se i.Ioliplent trailctellntiit. II
N1t.1 6cri ye, pa ile r vs~i pn-6c tc C I
tiel veut seulernctit jue I(N s i loes soielit
toujours CIHisOS j'i pl1Lhi homi no CaUs-.
l.-t pensee mnve l e ionide ct par son
cotitinuel 6nonc&, ifiit p-ir coonstituet'
ce courant 'iii doii nouis par-
huins 1cm icreluc ii. Ellesinf5 jliltre pet-
1)eienlet ii e4 vraii, i travels le. couches
socialles, secouranrt les activists entour-
dies, 410111iialit titie olille oi'ieuitation iA
1'6ntriie conlsciente.
( Cepenlant c Ce ut I a t a uilotis a
I160rement 6t cloinntc' de niotree sijj,t. Nous
voulions suivIc,, en uei1 vu1 c rapile A
travers I' iistoirie, la. conllcept1ion 01 1'011
West faite du il~e soc~iAl de I'i1I jvi(iti
Dims ~l'aiitiquiti, ce lactevir lisIparait
dans Ia vie collective lie lI citi.. Au fo-
~um 5 I'Atgora, ii cs, vrai, les cris s6
ditieux de h '1'ciu'oii l('1110111s do Ia foute,
sont I le iroinot Itroe l a j)opuklta le d
I 'orate iir, dii g2ji elal oil (Ii iln aist rat.
1)ouu'taiit Ia ji ifle Vit, 1 u lie vi o iii sOjW-
tive. Soi l ction!) ) LLae e.r 1-t4reiIIte
et sous les .i pp a retic s d'mi e pa itici pa-
tion aiux c1iOses pubh wes, te laWest
que ~t'instrume~it L, i'mibit~iol, de I'fla-
bilet de quetques fortes iridiu li i.s
(111i Irou t Li u Ii cIAl iri Lfvorable A
leur &Aloiion 1) 1At :issi, Lmiicaa'actcire
Jpartici liu' do,. I'll i st oi' ai iqu El
est cellei tll grove de persuliviges
qui vienlnent sur la scene du muonde
jouer lemr ircle, triste ou In-acabre. Les
groups ,ociau ne t temotditerrmiires,
possedanL des int~rtts cormnmuns, des
usages et des coutumes communes n'ap-
paraissent pa- encote. 14'humanitti est
plutOt diviscie en inaitres et esciaves.
Cependant Ia pr.'sence ie ces fortes in-
dividualil,& somblde don ner un dtinivu-
ti Ai I'aftirmation qie lirilivitu a:jou6
uu rdIe restieiht ':iis Ia i e ublique
aux temps diicsills .1 sri r.app. Ilera (plie
ces indjviduaIiti s no C t t'l Iienlkt.ilu'ulic
iiifine rinov'itj ct t iiI.ti3, Ilous
n'envisogeons la quiicstioni qu'I la lu-
miruie de IaI ConICeption a~:tuell e r1e l'i li-
divida.
Dr J. C~. D)OIIA1NV IL.
( La flu d dernainz)


RE N IG; L rI : NTS
M~ 't j.O R LOGT QV 1.S

-) la cryv <^ t o i re
D(U
's.MljAIRE COLL .GE St-.iARTIAL
M.\iaoi 3 MAIt
Raromi. ire inidi 7 62 2"'ul.
Iinilmain 22-,2
Tomp6raturo maximum 320 7
m )yenne diurne, 260.7
Ciel assez clair le matin ; nuageux l'apres-
midi, couvert A 6 h du soir.
Orage et petite pluie A 8 h : o,2"/".
Couronnc lunaire dans la soiree.
Rosc, ce ntin 6 mai.
le baro'nc:re :cste stationnaire.
R 1 ATTEN'PWCK


Tribunal Civil
,.AudicI I-ciVil du ; Mai i)OS
Le tribunal sous aI. prsidcnce du juge
A. St Romo,. ns,:'c d11 Substitut A. Mon-
tasse a rendu Ics uigements suivants:
S Ce!ui qui ordoniie la demoiselle
Svlvia Hvlpoliitc d(- f.iire la preuvc du d-
cc; d'Emilic Gabriel ct ordonne Ie partage
des succession, ct coi iImmIInaut de Chcry
Hyppolite dc;.t comn ci,e etc. etc.
-- C-lui quiordonnc le partage des corn
munau ss ct sucC-L:ssion de la dame veuve
SLodoiska Pierrc, vcuve Maxime Sylvain
Jacques.
Cclui qui declare 6teinte et pdrimut:
l'instance engage par le sieur Usma Faurc
centre le sieur Charles Regnier.
Cc!ui qui homologue la deliberation
du council de finmille de la mineure Maria
Viau.
Cclui qui homologue la dcdlibration
du conscil de fmnillc des miners Maurice,
Paul, et Louis Sni'-i .
Puis entend l'atfaire s,'ivante
S i -. .. % .I :i l '1 ... I'. '. -_


1x. al,,-,L L .. .- LLS Biaimbv c CCIllia[ illlll'l l i rcu -
M. Ultimo Allen que.
Lc journ- oftiJcil a pub!ie samedi un NOUELLr: Co.NlosIl o
arrtdc de S. E lec 'Prsident de la R4publi- Le Tl'ibuLial so..s la presidence du juge
que con fi ant la quality d'haitien A M. Ul- doyen I.. Niu, assi.td du substitut A. Mon-
timno Allen qui a rempli, d is ce but, Ics t.a a rcndu tls juli mi n;s suivantu
formality ldgales. Celui qui a"'toris-' l. dame POtion
Au niomnnt ou la Rdpubiique d'llaiti Moscova A cs'r en lU.ctic centre Ie sieur
est maltraitie par la plus grande parties de Aginor A!lxis
la press etrangere, il convent d'admircr --- Clui qu p ;.'-1 .au sinr LI.on Jean
le geste de M. Allen qui, purement et Pierre Alexis Loui.i Stanislas Augustin de
simplement renonce a une nationality puis- citer dans la forin c it :diai'r,: son ,pouse la
sante, pour prendre part A nos miseres de dame Marie Claire JosIphline Lucaice Coi-
pcuple faible et meconnu. cou.
It nous revient mme que pendant ces Puis le si.c ett level.
derniers evdnements, M. Ultimo Allen D.cCs
s'cst nile aux troupes du gouvernement Vons t pri d'assistr aux fun.railles
pour combattre 'insurrection de l'Artibo- de M" ADA PHILLI, ddccdec cc matin ti 6
nite et n'a pas hesit6 a s'exposer pour le he1 r As, l'ige e m6 ans.
triomphe de la case du gouvernement. I.'entcrremet aura lieu domain matin A
Compliments au nouvel haitien don't la 8 h ures, 1'l:glise Episcopale.
conduite mdritait d',tre note. r ira a aison o:tuaire
Oii se reunira A la maison mo:tuaire
Socie'6 Frangaise de Secours sise Rut de la Rdunion, en ice de la mai-
Mutuels et de Bienfaisance son du Pasteur Fargcau.
Messieurs les membres de la Socidtd De la parties families Phillips et IHanes.
Frangaise ce Secours Mutuels et de Bien- -Aucune imitation n'avant etd taite,
..isance soi.t pri6s d'assister aux funerailles ls amis sont pries dc considre le present
de Madame Vve GASTON GERVAIS, dicedde avis comme en tenant lieu.
Ic 5 mai a l'Asile FranCais.
L'cnterretnent aura lieu cet apres-midi A
l heurcs prdciscs.
On se rcunira A la mason mortuaire l
( Asile Frani uis ) pour se rendre I I'Eglise
Sainte-Anne. --


FianQailles
Nous apprenons avec plaisir les fiangail-
les de Mile MARGUERITE VALCIN avec notre
ami GASTON TIHEARD.
Crm nliments


Vote d'urgence d'une Emission
de 2.400.000 en billets de
Cinq Gourdes


%U .r.I p ...l.., .o Des l'ouverture de la stance le Cabinet
Tribunal de Cassation au complete prend place aux sieges qui lui
SECTIONS-RtUNIES sont reserves et M. F Marcelin, Secretaire
Audience du mardi, 5 Cai 1908 d'Etat des Finances dtmande la parole.-
A prs un brilliant discours, il depose
Presidence de Mr le president H. Le- sur les bureaux de la Chambre un project
chaud. de loi d'emission don't voici les points prin-
Le Tribunal, en sections-reunies, prend cipaux :
siege a dix heures et demie du matin et Le Secretaire d'Etat des Finances est
prononce l'arr&t qui declare purement et autoris6, des la promulgation de la loi a
simplement non recevable le pourvoi for- faire une emission de billets de caisse de la
mi par Flotte Barbot centre le jugement quotit: de Cinq Gourdes et s'l6evant A
rendu par le Tribunal civil de Saint-Marc 'Deux millions quatre cent mille gourdes, va-
en ses attribut;ons commercials, le 22 leur destine, a couvrir tant les d6pen-
juin 1906, au profit de Manass6 Limage ses faites pour la repression de la derniere
Philippe, etc. insurrection que le deficit sur l'exercice
Puis entend I'affaire de J.'1). Metzger et 1908-1909.-
CO centre les 6poux Vabre et consorts. La r6partition s'exerc.ra par un million
Le Rapporteur, Mr le juge Emm. Chan- sur 1'exercice 1907-1908 et un million qua-
cy lit, son rapport. Ire cent mille sur I'exercice 1908-1909.-
Me LegerCauvin, avocatdesdemandeurs, Its seront rembours6s par le produit de
avant epuis6 toute l'audience, le Tribunal I5.ooo dollars a tirer mensuellement de Ia
renvoie la continuation de l'affaire A mardi surtaxe de 25 o/o prlevs sur less s droits
prochain d'importation reunis et vendus exclusive-
Le siege est levI ment centre billets de 5 gourdes au taux


_ I


Assemble naoH4

Ce matin, 1 dix h:ures, It deux
ches du Corps L4gislatif se ,snt
au palais du Sdnat, en assemblj6
nale, pour entendre la lecture du Ml
presidential accompagnant i'Exposg
ral de la Situation.
Le cabinet au grand completaj
dCp6t de ces important docuimea
Gdneral VillchardIouin Leconte, SeaC
d'EIat de l'Iterieur, prenant contact
le Corps ldgislatif a lu le Mesage deS.
le President de la Rpublique.
M. S. Archer, president de l'assenm
nomma une commission chargeedel
ger la r6ponse au Messige et A1'EE
Cette commission est composee desi
teurs D. Theodore, Calixte Lerebo0
Ph. Curiel ; des deputies D. St-Au
Leconte, Jeannot et Emile Marelin.
Puis la seance est lecve.


Nouivelles Elral


Derni6res D6p6ches

Rio-JANEI.o. Les nouv-'i rera
disent qu'un grand mouvemcnt r6voI
naire a eclat6 au PWrou. Les rebelles
les ordres de Augusto Duran ont c
communication tdlegraphique 1 ACho
capture un train. Des troupes sontf
ydes sur les lieux.
Une grande excitation regne aLi
SLouL. Le Gouvernement
concert avec les fonctionnaires da
Ito resident general du Japon out
menc6 une active champagne contre
belles.
ROME.- Comme l'gglise catho
reconoait pas le divorce et nme
le marriage d'Anna Gould avcf
Boni de Catellaae leW ced
dcidh de se convent 1
pour pouvoir effectuet son
Anna Gould.


Cie" G" TraantaUl

Le steamer Ferdinand
seps est attend & port-
vendredi 8 Mai courat. II

Gonaives et les Petit-GoAve.
Port-au-Prince, le 5 I a lo
L'AGO NT.
F. It. A


'du jour.- Ces billets seront i1
paper rose ct diviscs elu 2. Sr, tu
ooo gourdes ciacune. Ils sroa I,
mat moindre que celui desbiole
meant existants. ls seront
ddldgud du ddpartement des i
menmbre de!a chanbre des'co
Direct ur de Ia Recete ct de l3
L'iurnce demnandee par le
d Etat des Finances cst vote par r
bW.e tt la seance est levee.
Espdrons, maintenant que le G,
ment a officiellemnent manifest 7sm
tions que les propagandistes arrive
prcndre combien leurs malveilla
6td criminelles et absurdes...
Nous reviendrons d'aiHeurs sur
tant discours du Miniitre MArceri
-









V.

!tccrottlera~ie


tApplicationl teI- fl10:t
al traiteni( nt (1( t~~
de la SciI"f'''' .
surtout dans s') I ,
laleifent iS 12tI~t)111l itc'l s M ol
Catai 010-S, 1IIia 0'Iig.shu
ts. rrosionf, (:4i1 i) S V-
Foijgosit, S" 11, 11 1,',, 1 c v i I s.
de faus,; ys a;t, his on de (ou-
1al soi,3 ic ,I p acom 1,
Fibrot-iies, etc. ; ct dans les
IM 6no- Urtiat~'a .'s spiciales de
me.
PW A part :on efflcacit4
curee te ccs s I fections, est
wou~teux ii pirceu.vve- It s rnalades
* dangers inhi~ueiit:s ( .hi0orotfo me,
A2ter et ICS Silikc, ';(.C;~~zrk
imortapris I N j ,dtI o~ c-laiirnle)
uX op~rration- hrllWlo ) a
,aIes faute do Satv(ii W!IX p0110M. soit-
isant gu riV' cc5 alIt o 'ii-..
Doeteur C. GAWEdZ1 ) T
M E E Ci N C H- I R U R S IIE
ACCOUCi]:'.' ii
Dipoldine' de 1'Cwbr,Y :!a. *-* ie 11a r co
(Etat -i i .--
Cabinet d' pe!.eothl: aps

Port-aU-1Yitc'e
Consultations et tniiternen1.s.
Dec8 heures dI iieil-res du mati,
,Do 2 eures a 5 jr rprcs midi

A I'vinilec
eUX buss Vi.ur A l e.1i 1i'cn tMt.
POur les corlditilwjs, ',adresset- aux
reaux du NU,: ,z

Chambiles!~r~nc
A Louer
S'adresser wt A'-) r -e de la Rtlu-


A VenHIre
Alcool depuis !JO ai( 5s ut 'fjlij. 1,0
ProeW 111[ls ,t tut ', ii
Exp1oitation (:ousIii Ip, per etl(r-
Mron.
i vraison en, gi arile quanait8.
S'ADRESSER A
Whitty freres


b]ULS AGENTS niEPRP.SENTAN'TS
2, Rue des C0sars, 2.


Produits yo ieuni i r la Toilet!e


m'a



~iz


*



b.
-S
*1c.


ado.o&ic i'tpj. n n i mi au cquel t!141
LA Idwixtiv- une ouwpl~se et un ve-
iout6 tincompar:4e bl en Wi com-
uriquantc son d~iicieux par-
fum. F'lle conserve I'Oc!at et Ia friatlheur du teint. car e!lk( ,st souveraine
contire le luidl., IeS i;I 1 o.tesetlesZ a' Ys*au.


LA .0!1 j;

11 o* soio:'. u f d
LouToit le


rC

.1 liF! I `

est part iculi,reniulnt recoaiunand6 poouc
danmus *don" I p.:nes ~ia
Agcrice G6ncral e et Ddp6t pcur H;i'i

MAIS0j-N JULES LAVILLFE
3, Rue dcu ,MigAin do I'E~et, 9


~n in 011..
ja~
I'I~ :':'~
III ~Is
ii
Ii. 1''';.


N:aN Ca-Pri.iie


PREPAPAllt0 D I S PEAUX K ViNGT-QIA T (RE 24)
G "P I A C I'iA'AIUN IAB JOUR
.P1fIV DES ;IWA LRS(>.4 Ef~IT


C1he-vTreC-. .3i gacs. : .*

Vc,.rnii et ~..*
POUTsixi, I
Po'if~ [Na~ '.T~ I.. ,, .. 55 x C ~'a;';


ETUDE
DE

Me Charles Aillery
NOTAIRE PUBLIC
S53, Rte du Port ou Pavie, 53
treSj: fcs midi et A 5 5 hs
.lr~ -- B*II~


OCULISTES!


ERRES BLANKS, BLEUS, PUM, s
du Dr Fieuzal et du Dr Motais-
ES BICONCAVES, BICOK-
P ISCOPIQUES CONCAVES, Pt-
UES CONVEXR.S.
Ient completdos foyers
." S JAUNES, FUMES, BLEUS,
Plan et coquille
S' Sans foyers
V arres cylindriqus., concaSes
SOrtimnt d'axes compclts.
(Chet A. DE MATTEII.


X(OLA


.. { PETOiA

143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PIIN :E
(HAUSSURES EN TOUS GENRES
KN DiP6T, POUR LA VKrNT
EN GROS ET DkTAIL.


Ex6cutlon prompted
conmmandes, tant ici
Province.


DE


KINGSTON
MACNISH'S KOLiA IPU.E:
MACNISH'S a IRON I:FWV I
En Vente

chez Catinat Fouchard
Rue du Centre


des
qu'en


Formc-s homes ; l1.;antes et ra-
tionnellts.
Chaussures dce dames ( Dernire mo-
dfe de Paris ) et Ic plus corminod( :
clhaussures porr enf.ails confe-ction-
ndes avec des Peauv. de (oueles nuuances
d'une selection et durie irr6procha-
bles, & des prix avantageux.
Cirages, pates et liquides
Pour chauuures de toutes nuance.


A, L'ELEGANCE

CORDON NEBRIE.


1 F 1 tk lts IForts.
I -1 I t- E i I \ 1jj 1,iC U I i taI LA V ENT F.




V Fkltmv- ,:,u, i cdviai.o ft1' Jan(;ise pour
Messieuxis ; 614&ganter el commodes.
Pour nf c'if;anls ,e plivsh 1'aise.
Trpvn1ii slide exE~cut6 avec
d'-'s p.C:x de pronl Iflarque.

I~~~z~, ~irae-~ et Ldcruiri(cs

T.,i PM isof d'Irnnortnation

Po, -e wi-Pitw
W,-r BONN F:- F(), 10.








ze et ciwii 'cin-
(ran mid rirmiite'. (lEo CLAiuStpteu
I'INaL'i.inni-d tltt ton s ge nirvs ; tie 13iou-



SoEI'UI, dt. 1;S (1 (1' UCF TAI
\l'-N1'- Id M IN C. 11 OSis.:oj LN1) tA11

11 iuvl ( '(-asI,,do to n 'Pon son febron.
ze et en cvi4!a,
-" ~------ ---de


D(l)Ie osll'iene Romulus
D)istill. telur-liq uoriste-in-
dustriel,


d'A a
A1 w1 (1; I clclf* fin~at At Poll-
:a~~~~~~~~1 ( lilt, Ia lsaiies I*ai
:I-\ari PI l~ ii.-:,IAN ai1atift-slc(( a h~rd-

Iaue ) li;dwc N- t: t iii loin de h Ia.a-
F0C III. Novd.
Poi -au !~uac'leI 25 A vi-il 1908.


Chapes:ix I
Chrrlitpeaux!!I

Chapeaux 1!1
PAILLI DE PORTO-RICO
A4:':. ()I!AZ -CHEZ

JOSE S.AN MILLAN
Lo coiffeur artikte, qui vient avec lo
concoiirg d'un r.hapacr rt-mnarcuable,
'M. JAIME T1ESIAR, d'intal!er uno
FABRIQUE DIE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARBD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour toas les gofits et pour toutes
'es bourses.


M-W


"901


ki'd L !-' U~ S


-e
^
k-


"I'
:-7


6om






I


LA MAISON

J. COIIt)ASCO
Il i.l't Ie 1< 11p blic .t',so.-, cliie tls el
particulier, qlu'elle a trliisfti ( s()I
Etablissement de cordonlnerie', de la
rue du Magasin de I'E:tat, au N" 153 de
la Grand'Rue, presqu'en f;:ce de l'Ad-
ministration de(s Iostes.
Comme par le pass(l, la Maiso-n pro-
met ses clients, ainsi lqu'Atluis ceux
qui voudront I'lhonorer de leur con-
tiance, les mrnes soins et la rueme
ponctualit6 qu'ellea toujours apportts
dans 1'execution des commandos.
Port-au-Prince, 23 Mars 1908.
LA.
Meilleure Farine
du Monde
Colle qui donnt le rneilleur pain.
Qui product le plus de pain.
Qui done lo pain le plus blanc et
le plus l6ger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Era. CASTERA. Reprisentant.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en de-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et d6tail,-- de chaussures en
tous genres pour
HOMES, FEMMES, ENFANTS
Les commands des commergants
de l'interieur pourront 6tre ex4cutees
daus une semaine a pen pres.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PoaT-Au-PRINCC ( HAITI)

Panamas !...


Elegants, solides, arrives par le
a Montrdal ..
Chez M"- LEOINIDE SO(LAGES.
RILe des Fronts-Forts.

Tibere Zephirin Bell
Fabricant de chaussures
Rue Tiremasse, facade Nord de la
Place de la Croix-des-Bossales.
Annonce A ses nombreux clients et
au public qu'lls trouvaront chez lui
un assortment coinplet de c(haussu-
res pour dames, hommes et enfants,
confection nes avec des materiaux
de premier choix.
La maison s'occupe aussi de toutes
sortes de reparations.
SPICIALITI :
PANTOUFLES MULES

Redaction du "Matin"
Offre d ses lecteurs les Trois Volumes
EDMOND DEMOLINS
Au prix de Librairie
Francs 3.5o on P. 0.70 or.
A-t-on int6ret
A s'emparer du Pouvoir
A quoi tient la superiority
des Anglo-Saxons.-
L'Education Nouvelle
Ex VKNTR A L'IMPRIMERIK DU Matin.


Joseph Nadal
lI 1--A U- h 1 IN '11
A(;FNT I' H : it AITlI I lF

JOHN SIMMONS COM PANY
NE\\V-VtItK U. .. A.
FAHRICANT DU TI'VYAUX EN FI':ER
ET ACCE(SSOIiES COMPLETE.
_. ..........- ....... ..
AZ dernier cri!
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A l'lionneur d'annoncer a ses nom-
breux clients do la Capitale et de la
province qu'ilvient de se transf6rer de
la Rite dtes Fronts- Forts, avec son mrnme
stock de claussures, d la Grand'Rue
au N 1:53 avec l'inscription ci-dessus.
Les clients seiont toujours servis
dans les rnmes conditions ; c'est-i-
dire avec les 5 ) d'escompte sur la
vente en gros ; -ans oublier les mr-
mes soiis et la ineime exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re prendre les measures a domicile.
L'ARTISTE
F. S TINES
BIien connu du grand public, se met
A la disposition de tous ceux qui vou-
draient conserve, en des portraits
artistiques d'une resemblance parfai-
te, les traits de parents ou d'amis af-
fectionn6s.
M. F. STINES reproduit les portraits
les plus abimes, les plus d6etriorts,
triomphant de l'muvre devastatrice
du temps auquel il arrache avec le
plus grand success, la beauty et la gri-
ce des pliysionomies qu'on croyait
disparues a jamais.
Adresse: Rue Pare, en face la Phar-
macie Ewald.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODI LIN
Ancien membre de la Societd Philan-
thropique des maitres tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d' -
toffes diagonale, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particulierement A sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beaut6.
Sp6cialite de Costumes de no-
ces.- Coupes Francaise, Anglaise et
Amdricaine de la dernibre perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits car-
r6s. eto eto, de tous grades.


Ateliers
DE L'ECOLE
Des Sciences Appliquees
Ces ateliers sont aujourd'hui suffi-
sammsnt outilles pour offrit leurs ser-

vices au public.
Ils acceptent des travaux de Forge,
Ajustage, Tour et Menuiserie.


ARTICLES POUR I"r


COMMIUON


Mousseline, Nansouck, Couronnes, Voin
Aumonieres, Bas, Gants, Livres et chapel
Rubans.
A lnge G ardien "

SplcialitB de Deuil
98, RUE DU RESERVOIR, 98.
PORT-AU-PRINCE
l-- I III [


BLEXINE \


ALEXINE I


Etes-vous surmen6, fatigue, a bouqu6 v ?
Ne vous seatez-vous plus d'6nergie, de volonte, de vigueur ??
Manquez-vous d'app6tit ? ?
Ce nouveau medicament preconise par les sommites medicales du moon
enter n'a jamais eu d'insucces.
Les maladlies du Foie, le Diabete, la Goatte, 1'Eczema, le Khumatisme. soo
gueris pa' son emploi.
Jamais d'insuccOs ?
Se vend dans toutes les Pharmacies

D6p6t G6n6ral : Alb. DESMARQUETS
21. RUE ROUX-PORT-AU-PRINCE


Imp. C.


MAGLOIRE


45, RUE ROUx, 45
TIL.PHONE


Journaux, brochures, billets
marriage, cdrtes de fiancaillel
Drogrammes, affiches, et tow

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et cart

de visit d la minute.


H1TAANT BELLEVUE
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
Mme Hermance ALFRED
T614phorne, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation moderne et confortable. Fuesur lamwr. TWf.dk0
douce et rdguli.re. Le Tramways deaservent l'H6I.l-Be.evue toWe.sI
PROPRIETY SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de rdception.-Piano.-Gramophone.
Sonneries lectriques


Table d'H6te


owUs legourjo dow aidi A howd,
de 7A8 hour" du s..


4