<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00323
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 30, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00323

Full Text





6mOe Ann6e, No 327.
I -^


PORT-AU-PRINCE ( H-ITI )


Jeudi, 30 Avril 1908


I


J


QUOTIDIEN


ABONNEUIENTS DIRECTEURL

iois Uue Gourde D'AVALNCS CDRlLCTEUR:Xk LEt
Les abonncments partent du r Ci dU Iu J15 dieaque
DapARtEM~i~NS &c ETRANGER IADACTION-ADMNIINISTBt`I'[It )N moist et sont payables d'avance
F~rai~j d- po-zte~en susj. 45, RUE R(-)U, 45- Leb waimlscilt its -- tin r -lotttl)4 k(I(I(J

urtout es qui conoerne l'Administration du Journal, Wadbresser A Monsieur Alrthur ISIDORE, 45, Rue Roux c BO13VC-Fin~
r - - -- -- --. --- --N-W, M-


LES EVENEMENTS D'HAITI

'/attitude de nos repr6sentants- IUs ne prot6gent pas nos
nationaux et s'immiscent dans les affaires locales
Impressions d'un Frangais


oic ce que dit un grand journal pari-
k Patrie, des dc liners dvdnements qui
soulev tant d: coinmentaircs dan la
universelle.
I sujet des graves venements qui
talent en ce moment dans la
blique d'Haiti et auxquels nos
ttants sont activement meles,
nos compatriotes n6 A Port-au-
oce, et de passage a Paris, a bien
Inoqs donner ses impressions.
re interlocuteur s'est plac6 plus
iculierement au point de vue de
ionde la diplomatic francaise sur
uelleil porte un jugement don't
sentendons lui laisser l'entiere
nsabilite.
-seconsidere, nous a-t-il dit, que
nation actuelle en Haiti merite
envisagee au point de vue pra-
0 franais.
ea bien examiner la question
1ne actuelle, on peut dire avec
Sque Mi. Carteron ministry de
e a Port-au-Prince, s'est embar-
Sdas les querelles haltiennes,
que, d'habitude, il refuse A nos
SI Piotes I'assistance et la pro-
ti0o du gouvernement francais ; il
o des rapports mal documents.
OSn ictionnaires ont accoutume
istite, i Paris, A consider
irrprochables tous lea actes
mrement haitien, faisant re-
A lout propose que les lois
k rincipes haitiens 6taient cal-
lt eas lois et les principles fran-
04'OUrd'hui que la personnel
i, eron est en cause avec sa
1 r iniformations changent. II
rut vraliment que les Bvrne-
Itr uels viennent donner un dd-
lOfftiel A ces m6mes rapports.
t IItOsant, au surplus, de son-
tL certain moments de la tour-
UI le, notre ministry pl4ni-
;:wt trelblant un pan ourlui
Irt der touted son tme Ia


beau petit pays d'Haiti ne soit pas
plus pacifique. It a nille charmes in-
soupconnns et nille resources en-
core inconnues.
Nous sommes solrs que M. Piclion
voudra bien examiner bienveillam-
ment la situation des FranQais d'lIai-
ti, 1'orsqu'il connaltra lours griefs et
leurs besoins.


protection du gouvernement francais,
que si souvent il nous refusa. Je veux EVOLU TIrN
bien croire que ses actes aujourd'hui, V LU I
paternels soient dictfs par des senti- U i
ments d'humanitd, mais cela ne 'ex- ET
cause pas d'avoir sacrifid jadis nos in-
t6r6ts nationaux. MEN7ALITE
J'estime e., outre que sans sa fou- _.
gueuse et intempestive intervention
dans les querelles haitiennes, la si- ( FIN )
tuation generale de toute la colonies Parties des classes les luis dlevte,-
francaise en Haiti ne serait pas aussi de la society, ces idles linissent liar
menacee qu'il le dit. gagner les masses, unifiant les aspira-
Je vais jusqu'a me demander si MI. tions, les confondant dans un perpd-
Carteron n'a pas eu I'idWe en exag&- tuel besoin de bien-dtie et de civilia-
rant les choses et en battant la grosse lion. Nous disions aussi qu'Ai nos
caisse, de chercher la satisfaction yt-ux, un seul people posscde ce fond
d'un interet tout personnel. intellectual social. L'Anglais oullle vo-
Est ce la justice des choses qui lontier la vieille ai istocialie qui le do-
veut que notre mission diplomatique mine, car le noble Lord qui siuge aI la
A Haiti si avare dans les questions Chambre haute, a souvent les mnmes
soil morales, soit materielles, doive aspirations nationals que le 'lernier
actuellement gaspiller I'argent fran- des mai ins de la marine royale. (:e-
Cais dans un interet qui n'est pas pendant, cette force national anglaise
n6tre ? i'est pas le fruit de la terrible rdvolu-
Malgr6 les grands sentiments d'hu- lion qui lit inonter Charles ler sur I'a -
mauit6 que l'o: invoque, faut-il cliafaud et dress la troublante sil-
avouer vraiment que cela n'aura pour houette de Cromwell sur Ie ii6ne des
elle aucun advantage appreciable. Starts. Elle est le r6sultat d'une dvo-
Je sais qu'on est prompt A nous lution lente et progressive, que Ma-
dire qu'il vaut mieux dtguerpir d'Hai- caulay fait reinoiter aux temps qui
ti. Je veux repondre une bonne foi A suivirent 1'invasion normande. Aussi,
cette bizarre invite en disant que des le peupla anglais done au monde I'd-
iutlr6ts de toutes sortes ne nous per- ditiai t spectacle d'un progi s constant,
mettent pas de plier bagage aussi fa- au sein de la stability de ses institu
cilement. lions plusieurs fois s6culaires.
De plus, nous refusons de laisser En rdsume, note vigueur physique
si loin et sans soins les tombeaux de, n'est pas en cioissance, en nous; 1
nos anc6tres qui dtaient venus de I'homme moral A part d'honorables
France et qui, a defaut de statues de exceptions se mout en une vague in-
bronze, out encore toute notre vWn6- decision de sentiment et de volontd et
ration. I'liomme intellectual n'est pas souvent ,
Bref ce que nous demandons, c'est ne aux idWes gednrales, aux grades :
que I'assistance et la protection qui conceptions d'ensemble. Cependant, I
s'accordent aujourd'hui, avec tant do ma'gre l'absence d'un milieu d'ordre
fracas, nous soient 6galement don- chez nous et tous les errements de no- I
n6es, car nous y avons droit. tre climax psychologique pour employer i
Je ne veux pas terminer sans dire, le mot de Balfour, iesumant ainsi lesa
combien il eat malheureux que ce influences historiques ancestral, fa- I


Imiiiales et amnbiants uloi 'otcouvent
former I'indivi(d, nlotre mentality; c-
t upe une place sdrieuse dans Ie cone rt
(des peuples amrricains. Si note pro-
gr ts est faible, notre civilis:tlion est
reelle et cetle aptitu(le au .self-Iover-,',
ni'nt qu'on vent prndr ne cornme la
pierre de touche de la capacity d'un
people, nous portrait volontiers i con-
d.iinner bien des nations d'origine cau-
casique.
II y a A peine un demni-siecle, jaunes
et noirs talent compris dans la mrme
I rdprobation gaenrale, an\ vyiil '!e .ir',
ropden coalisd, mais il parait qlu'aux
champs de Moukden, Ie japonais s'est
charge de ldmontrer victorieusenment
la superiority de sa race. Depuis, il ne
teste plus sur la sellette dlu mondite,
que le pauvre negre, ce paria le l'hu-
rianite, qui doit repondre aux accusa-
tions fanlaisistes dirigdes conlre lui.
Pour nous, d'ailleurs, il n'exisle dans
tout ccci q(u'une question d' evolution
historiqiiie et nous nous charierotis de
pi over da s une sc lie d'eliildcs ul,.-
rieuIts notre fu.;on (tl comprent ile le
probleme. Oin nons obje. te, qu'en
noins de i:iiiuiiante ans, le Japonais a
su conIquerir ni e place irofutable et
suitout respecleeau milieu des nations.
Cette objection n'est pas serieuse, car
nous poulrous dlemanlcir, tf il i ini.e
part, oh quanl et conintmnt le Ncgre
a-t-il pu se coi, titluor .'n corps d1 it-
lion indipendante et souveraine ? Ce
n'est pas en Afrique, par exemple, on
les conl 'ition-i msolooiques soprt a'-
fteuisement deteslables. Toute I'iilsoire
ie 1'Abyssinie en fait foi. Que le negus
acluel disparaisse, les vieilles rancu-
nes de royaume a royaume revivront,
car I'homme est le meme partout, avec
son insatiable ambition, sa soif iustinc-
ive du pouvoir. II a fallu toujours pour
maintenir I'unitd de I'Abyssinie des
hommes de gtnie. hMatleureusement
es homimes de gnlie ne sont pa- la[
nonnaie courante de I'humanitd.
Lo Japon est aussi vieux quie la plus
Vieille nation du monde. Avant son
6tonnante expansion actuelle, il a eu
son genre de civilisation, mioins bril-
ante i coup sIr que celui des peuples
de l'Occident, mais qui n'existait pats
noins. Avait dle connaitre la robustes-
e de sei anuees, ses mignons bibelote,

ses porcelaines encombraient les sa-
ons des marquises do monde occi-


-


C,









dental. Done,, iil y ;vitcl z (-,a vic VIC
people 'Orienmiiatiqu:e et amouir(ux
de Ia gloire, Ics getmes ts I'ine civilis i-
tion nouveile (I'I'uIiO c cIrclI tiietw favoi a-
hbe devait faIir'e clorce t Ih :1 iuiier. I )ut
nous, totes hes foik 'iill 11011 0111 lirotIS
opposer a ceux qui I iiu ca1 lormit mtit,
ici et ailleut's, diris l(-pas-; et In pre6-
sent, des hornmes de nit (ra Ice', ili
pourrajefit ligruret' respectablemenet dans
n'inporte quel milieu T'KIuIIope, 1111is
repousserots uv.-c t'.Iicrg te cehle( ,o1-
dlainnationt a prio ri & (laC irc
qui est vrai tie l'IniiviI ei c.t A fortiori
vrai de I'espTce qui doit itonours' rju-
Ii' nit, Im e en ren ini nnmum s ca&ractc'es
i nd i vid u el s.






R EN SEI GN EMEN M
M -P T IP, 0 R 0 E 0O G I U F. 'S;<~

C> I.), a ct IL c -t i rt
DU
SEminAIRE LOLL GtE St-MARTIAi


4ER(:ttI.!I 2) 9Avi.I.
Harornmtrec i unidi
Sli mall 1111
Tom p~rature 1 axilil u il


7(2 3'"/'"
23", t
320",


Moyenne diurne de la temperature 260,9
Ciel covert Ic martin ; nuageux l'apres-
midi, tres clair apIes 7 li. du soir.
Le barometrc a beaucoup baiss, dans la
soiree.
Un leger movement sismique N. W,
de minuit 8 A mtinuit 12.
R. BALTENWECK
Secr6tairerie d'Etat de 1'Agri-
culture
A i'occasion de la fate national du ier
Mai, le Departement avise qu'il a td expd-
did par les Avisos de guerre Verti.tres et
Centenaire dans les chef lieux d'Arron-
dissements, pour 6tre distribu&, aux Ma-
gistrats coinIunaux de la Rdui'.iiue le
instruments aratoires suiv.ai' y compris
ceux rdpartis dans les Arrondissenents de
Port-au-Prince. Mircbalais et de .asc.aho-
bas.
306 douzaines de mnnchett< ,.
I 2 u hoLus
is8 t liaclcs
161/2 5 a pics
121/2 L H pellcs
4 0 a pines
Tribunal Civil
.Audience civil du 29 ,Avril 9goS.
Sous la Prdsidence du Doyen L. Nau
et en presence du substitute A. 'Thibault le
Tribunal a entendu l'affaire suivante
Astrel Victor contre P. J. Nanton.
lugcmernt rendu.-Celuiqui comment I'lhuis-
sier C.' Lafortrune en replacement de
I'huissier Lucza cmpcchd, pour la reassi-
gnatioi du sieur Marcel Audain.
PrCsidence A. St-Rome.
Jugement rendu (Celui qui recevant la
dame Veuve lohnson opposante au juge-
ment par ddfaut rendu centre elle en fa-
veur de la dame Elise Mevs declare que
la some due par Veuve Johnson est bien
P. 637, rcforme le dit jugement par dd-
faut sur le chef de delai r&clam ; accord
A la Veuve Johnson la faculty de payer
par des versements mensuels de cinquante
gourdes, mais jyu'A d6faut du pavement
'dn terme, la aette entire deviendrait
eligible avec dipens.


.Audience Correctionnellc du 29 .Avril.
PrL'siience du Juge Mo.dcs'tin
L'affiire de Naiib Hanadi contre Rafoul
Chemolly a ct entendue d finitivcment.
-Me LI6ger Cauvin, avocat du pr :nu
victiLe ( Naiip Hanmadi ) a did entendu
en son d_ :loppcment ainsi que MN Deslan-
dL, avoc.it du pr6venu Rafoul Chemally.
Le cicni.sairc du Gouvernement en
Ia perso &: u.. e so Substitut A. Montas a
eti cin'-nJu en ses observations verbales.
Puis Ic sieg est levL.
Tribunal de Cassation
SECTIONN CIVIL
Audience du m rdi 28 Avril 1908
Prdsidence de M. lepresident H. Lechaud'
Le tribunal prend siege A dix heures et
demie du matin et entend les affairs sui-
vantes :
Albert Hodelin centre le sieur Fir-
min Gourdin.
Le Rapporteur, IM le uge (;eorges Svl-
vainl, done lecture de son r'prnort.
Le Mi ni.teire ph'l:, M. Elie Curiel. coi-
clut At la casatiion du jurement denonce.
--Mine Vve Mass.na Rabel, nee Zora
Colon, centre la veuve Redmus Pierre.
M. le juge F. B-iron, Rapporteur, done
lecture de son rapport.
Le Ministere public, conclut 1 la cassa-
tion du jugement dntonc6
Vu l'heure avandce le siege est level.
Information N6cessaire
Insertion demandee:


L'at'aire enten Iue par le Tribunal civil
dePort-au-Prince, A son audience du 27 A-
vril est relative, en effect, : une inscription
de faux.
C'est Vincent G. Maklouf qui s'est ins-
crit en faux contre tn process verbal de
constant dressed par le juge supplant Em-
manuel Blain, du Tribunal de Paix de la
Capital, Section nord, sur la requisition de
J. L. de Picciotto qui a intent au princi-
pal un procis centre Vincent G. Maklouf,
A occasion d'un acte violent et illegal
commis parelui-ci. UN ABONN
UN ABOSS"
Chambre des D6put6s
Stance dAu Mercrcdi 29 .Avril 190S .
Li. sAance s'ouvre par l'election qui av-Iit
Ste renvovye A jour, d'un sous-chef de bu-
reau en replacement de M. Charles Azor,
elu secretaire-rcdacteur.
Les discours prononcds pour recominan-
der les candidates donnent lieu a des
changes d'observations entire les deputies
Savain, A. R. Durand et Bailly. Les can-
didats sont MM. Bristol et Edgard Hyppo-
lite.
Le president d&signe comume scrutateurs
les d6putes T. Desgraves et Duroseau.
L'urne ddpouillhe donne les resultats sui-
vants : Edgard Hyppolite : 39 voix ; Bris-
tol 36, 2 votes blancs.- M. Hyppolite est
done proclamd sous-chefdu bureau de la
Chaimbte des Repr6sentants.
Et la stance est levee.
Arrivage
Ce maiin est entr6 le steamer YVenetia *
avec les passagers suivants venant de :
Cap : St. I. Sanon, Raoul Piquion, F.
Herault, Dr N. Auguste, Ph. Csar, M.
Cesar, M. Nicolas Joseph. Mile Chonton,
N. Cacunt, Mine Augustin, Mme Vve Do-
meck, Darius Magloire, Mile Alexandrine,
1. Chrem.
Port-de-'Paix : Mile Lysie, M. Lucas,
C. Beaufils, Marquez, Joseph Sylvain,
Ldon Poux, Mr P. Elie, F. Premier, Oct.
Premier, A. Charlemigne, Gal J Jadotte.
Gonaives : Mile Soline Guillaurne, M.
Mac-Gufiie, J. Sdda, Elie Salem.
'New-York: Jose Luiz, D. de Castro,
Ant. Mesa.


D6ces
Nous avons rc;u Ie faire-part de la nmort
de M. I. Dumont-Freddrique, Commissai-
re du Gouverncment pre Icl tribunal civil
d'Aquin, survenue Ic 25 courant.
Sinc&es coudoldances aux parents du re-
grctte defunt et particulirement A notre
estimable agent A Jacmel, M. Themistocle
Lafontant.
Gal. A. Firmin
Dans la RIdpublique di'H ti don't on par-
le beaucoup en cc moment, on devient co-
lonel ou gdntral, come en France, on
devient caporal.
C'est a'nsi qu'un jour, le docteur Fir-
miu, clear d '.atfaires de la Rtpublique
d' llaiti, -c' ucli inent chef de I'insurrection
centre .Alxis i, rd, se rend t chLz son
taillcur, ct I '; c inauda un uniformne
de g.ndiral.
Pour 11.i ? ,iln a e le tailleur.
--Pour ni i, t li 1i :i in.
NlM i ... i'.! rror c !e tailleur, vous ne
ni'.., I :. '.- :: it-' vOu-, .icz colonel ."
C.ol.!el 7 M.\ i, s'c ic Fir ni'., niisi
je n'ai l 1nais ete o i.: ...
--out... ous deveLne/z gndeli di pre-
mier coup? 'Lcxclaine ~ taillcur tout ahuri.
t)ui: r p'ique lFi uinn : ch<1 / nous,
on n'aiine pa, n)10ir, Jans les grades su-
lhalternes. ,>
( Liberal )



Nouveiles Etrangeres
i- u

SDernires D6p6ches

NEW-YORK 28.- On craint qu'uneguer-
re latee entire le Mcxique et le Honduras
centre le Guatemala A cause de la deten-
tion du ministry du Honduras par le gou-
vernemett du Guatemala. Acet cffet le
,Mexique a envoyv des troupes A la fron-
Itire.
\V!ASHIINTON 28.- Le Senat americain
a repousse dtlinitivem-nt le project de loi
pour la construction de 4 cuirasses.
LoU NDE 28.-- Ies fundrailles de sir Hen-
ry Campbcll Banncrnann, ex-premier mi-
nistre turciit .celebrcLS aujioud'hui dans
l'Abbaye de \Vcest;iiintcr. lout eI monde
politique d AngIl'crr asdistait A ces fund-
railles. Aprcs la cerdinonie le corps a etd
Idepose dans un train qui le conduira en
Ecosse ou aura lieu l'inhumation.
LisBONNE 28. Les journaux assurent
que le roi Manuel apres avoir prtd< ser-
Sment le 6 mai partira en voyage pour visi-
ter les provinces du Royaume.
MOSNTRiAL 28. Un dboulement de
terre a enseveli la moitie du village fran-
atis de Notre Dame de Salette pres de
Buckingham ( Ontanio ) 30 personnel ont
6td tubes.
ALANSTA 28.- On estine A 350 et
1200 le nombre de morts et blesses cau-
s6s par le dernier cyclone. Plusieurs mil-
liers de personnel sont sans abri.
PARIS 28.- Aujourd hui a 6td c6lbrie
une messe de Requiem pour le repos de
l'Ame du duc de Chaulnes. Un grand nom-
bre de personnages de l'aristocratie fran-
caise, i'ambassade americaine au cori-
plet et un grand nombre d'ambricains as-
sist&rent a la cdremonie. Cet apr&s-midi
S'enterrenent aura lieu au cimeti&re de
Dampierre.
SANTA BARBARA. La flotte ambricaine
du Pacifique est arrivee ce soir ici.
POrTSMOUTH.- Aujourd'bui a eu lieu
une collision en face de l'ile de Wigth
entire le vapeur americain St-Paul et le
croiseur anglais Gladiator ; ce dernier
a 6td serieusement avariC et est rest en


face de Yarmouth. Le St-Paul,
proue endommag6e et se trouve aru
tiilse pres du < Gladiator .

VENTE D'OBJETS MOBILE
SAISIS
ch3z M 1 V eBarnaveLesp

En exJcuiion d'un jugen;: -1
le ITrbun.il civil de Port-au-Prince i
huit Fevrier de cette annie, nc~
il scra procede au domicile de
Vve lharnave Lespiuasse, Rue Feron
vant Rue dis Miracles No68 le
que l'on comptera douze mai
i dix heures du matin par
d'huissier a la vente 'au plu, offranl
nier encherisseur des objets mobilier
vants consistent en.i petite tab!e r
bois de sap peinte en rouge; U s
table A manger en bois de ch≠ Ut
se'ier .n acajou; trois verres a boi
verre A champagne; Un fruitrer; Uah
Uu sucricr en mtial; quatre chaises,
trois en line ct une tL1 rtoin; Uml
cc .::icricaine ay.nt deux plateaat
jcu de poids; qua:rc dodines dont
line c-t trois en :oti'; LUn petite
bois de clihne, trois pieds pour pota
Un cabaret en inmtal, I' lit imi
lit cnn fr; Un .atlas; 'Une able
lette 2i glace avec dessus marbre; Us
eau en porce'ane; Une armoire en
Une grande lampe sans cheminc.
Lcs sus-dits oqjets ont &t saisisik
quote de Monsieur Altxandre BratM,
pridtairc, demeurart et domicili e,
au-Prince, sur Madame Veuve
Lespinasse, propri6taire demeuran
micilie A Port-au-Prince.
La vente se fera au comptant se
de folle enchere, et ce pour ob
ment de la some die Trois
cinq gourdes, treize centimes,;
judice d'autres trais.
Port-au-Prince 30 Avril,


Electroihranp


L'Application technique de !
citL au traitement des maladie,.
un procedd ratiolntiel au plus hauf
gr6 de la Science moderne, ete
ce surtout dans les affections ut
specialement les ludom6trites,!
trites, Catarrhels, H6morrhagies
leurs, Erosions, Cellulites et Ad
ces, Fongosit6s, Salpingites,
suites de fausses couches on Ue
ches mal soigndes, DNplace
Polypes, Fibromes, etc,; et daro
affections gin'to-Urinaires spfaI
I' homme.
Ce proc6dd, A part son e
planss la cure de ces afef0%o
peu cotteux : it pr6serve8
des dangers inh6rents (
Ether et Fes suites facb ,
la mihrt ap&r l'op ration,
aux operations chitrrl
qubes faute de savoir miiiPOI
disant gu6rir ces affectionS,

Docteur C. GAE
MEDECfN, CHIRU EI, j
ACCOUCHEOR
Dipldmd de l' Universiti e ^-
( Etats-UniS) ,
Cabinet d'Electro~r ;
51, RUE FtROU, '
Port-'auMPd'









Service Atlas
-
14 rpeur V par-
66 .15r6Sinie, Jacmwel,
Oe Soir pour J6 1
A prtoaet New-York, pregnant la
Ile, frt et passage rs.

,malle pour I'Etirangr par 1A va-
pr INS EITEL FRIE-
RIC11 ( vi .lJ6ernie ) sera fer-
las Poste, k 6 heures pr6ci-
droi'r.
eu-Prince, 30 Avril 1908.
ERRMANN & C,, Agents.

Notice


A prominent American Ianu-
turing coilcernI wants a repr'e-
mative familiar with the dry
ods merchantsaan l \vwho can ear-
aside line, visiting regularly
large cities. Conitnissiom on lv.
te references ra.barig : liiilt liv
Idresponsibilit\. \\rilet Io rnome-
y Advertising, -1irnswick ,111lil-
ng, New-York City., Inited Stal-
Cof America.


Maison F. BitJNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par
r--- a 0 I
L. HODELIN
Ancem membre de la Societd Philan-
des maltres taille'Ars de Paris
'ientde recevoir un gra-id ;hoix d'6-
i diago'ale, casimir al:>aca, chevio-
cheviote pour deuil, etc, IclcommI n-
particulibrement A sa c~eni'l, o ne
hc1ectlion do coupes :it caiimtr,
gilets de fant:.isie et d4e piqlui de
beauty.
8Pcialit6 de Costumes de no-
SCoupes Franaaise, Anglaise et
wca n de la dernidre periection.
Slison confectionne aussi des Cos-
W militaires, habits brodds
Mlang. tuniques, habits car-
'tc sto, de tous grades.

La Maison d'Tmportation
Oreste Ballo i

Port-au-Prince
: 1, RU BONNE-FOI, 40.
& ses nombreux clients
oefst nouvellement assorlie
ande quntit6 de Chapeaux
rmlesen tous genres, former
'UsCanotiers.
mais peaux portent I'adres-
iE EN GROS ET EN DETAIL
a't iUde toalo genres en bron-
I a assortiments de ILAMPES et do
f, de tous genres; de Buou-
otd TUNrLTEs et d'ARGENTERIE
lit0n Christophe.
dtsaux de flangailles.
"tltiments de Pots d fleurs.


A Vendre
Oeux Ihuss FI LCIIT Oin hon 6t;lt.
Pour le-; condition:,. s.'ad4ie -
bumeaux du Matin

A V dnldrc
Alcohol deplis 0O degr6s ct Tali t 20
degree.
Proc-d6 Itistitut Pasteur.
Exploitation Coustard, Per et :II. r-
ceron.
Livraison en grande quantity.
S'ADRESSER A
Witty freres
SEULS AGENTS REPRIESENTANTS'
2, Rue des C6sars, 2.

Cordonnerie Nouvelle

G. B. PET01A
143, G-RAND'RLTU., 143
PORT-AU-PRP INC :
CHIAUSSURES EN TOUjS GENRES
EN DEP)T, POUR LA V.NTE
EN GROS ET DIrAIL.


Execution prompted
commander, tant ici
Province.


des
qu'en


Formes a homimes ; 6lgmaites el ra-
tionnelles.
Chaussures de linese( IDernibre, mo-
de de Paris ) et le plus commode :
chaussuires pour enfants coifetction-
nfes avec d. s Pcaua. de loutles nuances
d'une selection et dur6e irr6procha-
blos, A des prix avintaeitix.
Cirages, paies et liquid.iis
Pour ctJthussurc. d. loult-, iuani s.
LA MASON

J. CO I IIASCCO
Inf)i t1e lc public .s o- (c!i lnts eln
parli Etabli-;scient do co:'dirin l'ri', do la
rue du Mag-asin de l'Etat. a i No 153 de
la Grand'Iue, presqu'en face de !'Ad-
minirslration des IPostes.
Comme par le pass, la Maison lpto-
met ses clients, ainsi (II'dtotIus ceux
qui voudront I'honorer (1d Iaurc con-
fiance, les mnenes soins et la mtine
ponctualitd qu'ellea toujours appoirt6
dans 1'ex4cution des commaldos.
Port-au-Prince, 23 Mars 1908.


Fabrique de chapeaux
La Fabrique de chapeaux installee a
I'Ecole des Arts et M6tiers, ancienne-
aoent Maison Centrale, sous la raison
social de Vve P. Benoit et J. C. Gui-
teau a l'honneur d'informer le public
qu'il trouvera en son d6p6t un bon
stock de chapeaux de paille superieurs
pouvant satisfaire les goats les plus
difficiles; malgre ces avantages ellc
met ses chapeaux en vente a un prix
modique d6tiant toute concurrence.
La fabrique informed en outre le pu-
blic qu'elle est la seule qui en confec-
tionne A Port-aurPrince et ce, avec le
concours d'ouvribres venues expres-
sdment de 1'Etranger.
La fabrique rdpare aussi toutes sor
*es dr ci'apeauQ. Pji rtrr<'hA xt'e: -
.. -T


DENTIFRICES


dles IHR. PP. Benedictins


E l.I'.'lA i. il.E S L,'IAC ( GIHONDE)
SPf i..ti.S Ei PRODUCTS HYG1 NlOUES
i,: LA \AlsoN \. SEGUIN DE BORDEAUX
S i OES O;NN\AIRE POURLA VENTE EN GROB

L'Incomparable Elixir Dentitrice
do0 1111. PP. lhnidi tins par son usage journalier assu-
et la Fmttde de la Gol dle la Bouche et de plus, par sui-
le (i1 t o'iidiIti' ( i'l 'oniseirve aux dents jusqu' I'Age le
l ;.u; .AvacC.e it fcu'ii!o i1 travail ,io la digestion en per-
Intll'1 ttl i I u -' ica io c n .pl;ie di s aliments.
Le lalon s! vend : Goutrdes 2.00


i.La PEi.de D)elifrice des Hl. PP.

i(I "li. i "S '" l :x : xiliaite ole I'Elixir, La
S l i '.ti

)(kill illice des Iti




Les autres P ro-Ju Its I y,:i n T u e;; d e I M,,ii sn SEGUIN sontll
0o u d g:. 1 i 0MN; kil t(' 1 1
~l:~!i C: : --t!. .-, 3.:~(K); Mmliltl- mrioven : Cr. 2.00.
E a u d r Pe P i n i n eL : I Ii i t V l e C ui r (- c h ievelu e t
GlyeerimVe anglaise colIC les ;geI'r L'uS eet[a duret de Ia peau,
Ie Ilacon : (. .0IM.
Eaui de C_:eolo e ,itive extra-fine; le Iflac an petit Nod;1e : 1.50
E e flu cnOw oven: 2.50
le flacon : 1/2 litre 5.00


Pour les cornmandes en grcs: s'adresser A
et d6p6t pour la Republique d
:*1-01 1%/ tropol(c


b10.. .0 01al


1'Agence G6n6rale
l'Haiti


MASON JULES LAVILLE
93, Rue du MAWain, i l' Etat, 93


T ANNERIE C ONTINE TILE
DE
Port-au-Prince


P I E P A F % I 0


)N DES PEAUX DE VI GT-QUA4TRE (24
CAPACITY 500 PEAI X PA .IJOUR
PRXL DES CHA USSURES COMME SUIT:


) COULEURS.


"hevroau glac6 ; Boutoni!' et Lac6 potir Hlommes et Dames 10 ( Dix gdss)
a a Recommandde 10 (Dix gdes.)
Verni et couleurs: < a Recommandie 12 (dcuze gdes)
POUR ENFANTS: ... . . 6 six (gdes)
I-


AL XIEN I


ALEXINE I


Etos-vous surmend, ftligu'. g bouqud > ?
No vo:is seatez-vous plu-; dl'drergie, (d volont6, de vigueur ? ?
Mainqtiez-vous d'app6tit ? '?
Ce nouveau medicament prcconis5 par los s-(inmit6s medica'es du mode
entier i'a .j;mais cunI d'insc oini ilad:i;'s d-i Foie, le i)i: I te, l; ( itto, I' -e: :z' na, le It ina' isme. sont
gu6ris par -on emploi.
Jamais d'insucc6s ?
Se vend dans toutes les Ph-rmnacies

D6p6t G6ndral : Alb. DESMARQUETS
21. RUE Rou PORT- A-PRINCE


I I II I -,, __
: -- _~---- -' ..-;L--~~~-- -- --- --- -- --- --__~~~ ____ _~ ~1 _r~_ _~ _I ~ C _~___ ~_ ~~ I Y I 1


( ".". llikhres








Atelie ers
DE L'ECOLE
Des Sciences Appliqtles
:es ateliers soni aujouid'lrui t;uffi--
sammstit outillps pour ofntriir c trs sei
vices au public.
IN aIcc4tj)teni t des tr;ava lix del Vv'go,
Ajustige, 'oni (At MerurClUSe t. 0
L A


tilt s iou-de,
(:'le T 1 11010ll"'itA
I hli Pro a.4'J l J(taLe pIn u':IsI'I de 4ili,.
Qui d&wnle pain !o ic I
It a iPlusi* d

miuudAPolis Mz'iu.


Chapeaux !
Chapeaux !
Chapeau


xl!!cpr


PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concourse d'un clapelier remarquable,
M. JAIM~ TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tons les goits et pour toutes
lee bourses.


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures


La Manufacture a toujouis en de-
p6t un grand stock,- pour la venutY
eu gros et d6tail,- de chan: -.uros er
tons genres pour
HOMMus, FEMMES, ENPANTS
Les commander des commereants
de l'interieur pourront Atre ex6cutAes
daus uue semaino a peu prbs.
231. rue des Frouts-Forts, 23
'PK r-aU-PRINCS ( HAITI )


Panamnas !...
Elegants, solides, arrives par
a Montrdal ,.
Chez M"*l LEONIDE SOLAGES.
Rue d-s Fronts-Forts.


Tibere 26phiri Bell
Fabricant de chaussures
Rue Tiremasse, facade Nord de la
Place de la Croix-des-Bossales.
Announce A ses nombreux clients et
au public qu'ils trouvoront chez lui
un assortment complete de chaussu-
res pour dames, hommes et enfants,
confectionnees avec des mattriaux
de premier choix.
La maison s'occupe aussi de toutes
sortes de v parations.
SPCIALITI :
PANTOQFL8 MU LESC


.JosephliiNadal
P)I''ot-UI 'iIt.N(iE
AGiP.RN'[ 101:11 If A-il]
I) E
J OfN r IV M : N S COMNI P AN Y
rN 1) ,,-'1, f'X E F.K!.


ETUDE~
DE


NOTAILIE PUBL;I (:'
-111 -"


H-cu: s : .:,- a nr-~,i .tL :.*1 '


KOLA!
DE

KINGSTON
MACNISH'S c KOLA PURE :
MACNISH'S t IRON BREW o
En Vente
chez Cali-iat Fouchard
Rlf,' du Centre

Demoslliene Romulus
Distillateur-liquoriste-in-
dustriel,
Dipld6m et medailld d l'Exposition Uni-
verselle de Saint-Louis ( Elats Uni.s
d'Amirique )
Annonce A ses clients tant A Port-
au-Prince qtie dans les autres locali-
t6s, qu'il a transferd sa mason de
commerce sise ci-devant ;' l'avenuii
St-Martin, a larneulepubicaine(tGrand'-
Rue ) halle N" 38, non loin de la ga-
re du Nord.
Port-au-Prince, le 2 Avril 1908.


A La kANCE
--O I II ... .. -,J


CORDONNERIE.


42, Rue des Fronts-Forts.
i C(HAUSSURES EN DEPI'T,POUR LA VENTE


Promptitude et soin aux comman-
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame forme et tra-
vail toujours tout ce qu'il y a de plus
nouveaux.
Former amdricaine et francaise pour
Messieurs ; le6gantes et commodes.
Pour les enfants le plusA l'aise.
Travail solide ex6cut6 avec
des peaux de premieremarque.
Assurance de grand rabais.
PAtes, Cirages et Liquides

Chambres garnies
A Louer
Sadresser au No 38, rue de la Reu-
nion.


--.--.~ ---


'T'ous sesmodL tlc
taIlt eln magaiMI*
tes voiuluresc4 geur.
lui Permetteul4chaw
sei Ious leS DiaA mb
nie s pltUs jile


et I ;i.u 1,. ic e s,.- pri. c--t accessibl- A toutes les boirses.
ITooI, I i,,-:-.mnI'ts Ili .i tLrou eraienit p,:s A so cliausser dans le ias a
.;ront :.i.~l 'i's -ian-s cs 2 houres par un article fait sur measures.
N. I --, Lai son pta1) ch'lrumser, saii, pren;lre les measures, les perna pi
re )p ,ut' l .s'y r''tdr e.
11 sultit dI lui einvoycer une cliaussure allant bien, ou sinon lui signaler ia
d6Jl'a Ut-.
Ie. haui .-sues 'ai pris l1 s obsi v.tions fournies.
l.a fa,'cLltt ,~I rt,,rt est perrise dlans les 2i heures aprBs la livraiuon.
les ch:l;iissulks unt ett p1o'te s ou ie sont pas a I'dtat complete de neuf eUtsefre
rigiou ciuscm.il~t etuseees,.
La maison defie toute concurrence, et envoie franco pi
vince.
AVIS.-- Li, Maisoi a nouvellement recu un assortment income b
peau : veau verni, viche vernie, viche noire, veau satin, kangaroo, e,
glaces noil, jau:ies, cihamp.tgnes, rouges, etc, etc. 1
Vente en gros et en details
Les clients tiouveionut a partir d'aujourd'hui toutes sortes de ofojniw
pour coldontierie 5 les Inix ex,-ssivement r6duits. -
Ces pi ix exc'ptiontels le sont obtenns que parce (qu la mason ne ft p
:es all, ies 'lwci; liilct'l-ment avrc les Ifa-!iiques de peaux et de fournituam, d
Etat-'iJins :telcl, ue: tiraits, itillets, I;, ets, clous, elastiques, fil pour npchin
et l.our co. loll iers.
Machines A coudre Singer"
Pour ,corndolni drs, tailleurs el couturieres. Demander catalogue t ien
f la liaison acceple toutes les commanelea qui lui sont faites en ce quno
Lne la cordonierie.
On y trouvera des emirignes, pour ihomines, femmes et de toules P+t1
travailles avec ui gr' rl soin. a Coupe excessivernent Kodass P.
Avis aux marchands de chaussureO
A Pat tir ie ce jour, la Maison se charge d'executer les commsnd6n 4
surcs qui lui seront faites avec un grand rabais de prix.
Dernaniler reiseigneiae:tiLs cet regard et le catalogue qui vous
franco.


Au dernier cri!
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A l'honneur d'annoncer A ses nonm-
breux clients de la Capitale et de la
province Qut'il vient de se transfer de
la Rue des Fronts Forts, avec son rnme
stock do chaussures, d la Grand'Rue
au No 1.:3 avec l'inscription ci-dessus.
,Los clients seront toujours servis
dans les mWmes conditions ; c'est-a-
dire avec les 5 o/o d'escompte sur la
vente en gros ; sans oublier Ifs me-
mes soins et la meme exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re prendre les measures B domicile.


L'ARTISTE -

F. STINE
Bien connu du grand pib& a*
a la disposition de tous ei
draient conserver, en des P
artistiques d'une ressemblanc"
te, les traits de parents on d
fectionnes.
M. F. STINES reprodoit le0
les plus abtmds, les plus
triomphant de I'oeuvre devw
du temps auquel il arrac'"h*
plus grand succes, la beaulowdJ
ce des physionomies q'OOP
disparues & jamais.
Adresse: Rue Pavie, Ce -,
macie Ewald.


LA MASON NICOLAS CORDA-
157, Rue Republicaine, 1- 7.


jil Itilli i(I~ P l. til



4-c oA
C7>1 r j -v


I

I


(O