<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00321
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 28, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00321

Full Text




peuxibme Ann6e, No 325.


PORT-AU-PRINCE ( Hfin )


Mardi, 28 Avril 1908


;' ~~ ~ ~ ~ '-~lic--n----I-Y .i- ~ I L-,.' '_.'. ______________________


J


QUOTID;IEN


ABONNEIENTS : DIRECTEUR :
I~A D'AV ^1emeLE NUMfiRO CENTIMES
it MOIS Une Gourde D'AVANCE Clement LMagloire, CENTIM
Su U-n- .Les abonnements parent du Ier et du r~ de cheque
DiPARTEMENTS &C STRANGER REDACTION-ADMINISTIATIOIN mois et sont payables d'avance
Frais de post en sus. 45, RUE ROUX, 45. Les manuscrits inseres ou non ne seront pas rendus
oar tout ce qui concern 'Adininistration du Journal, s'adrcosser iiW onssieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roax en Bonne-Foi.


OBSERVAT.

Ala troisieme partie do son analy
i (le Soir du 11 Avril 1908, ) M
Porserna crit coci: ~ M. Aiugust
lag'oire deplore siit.enement I'lta
f''re de note soci6tdet south ,ite so
icheminement vers les progrbs rdels
iais it ne s'arrete pas d la cause vrai
Isamment notre milieu pour fair(
rsoortir Ia cause alterminanle du dd
ar promts pbur les tfavauxi ma
Mis, reproche que nous lui avon
a4ress6 d(jh. s


IONS UTIL S Jo I'a'rais pas voulu Ilore ces q'iel-
S U ques observations sans dire un mot
des ( doctrines sociales quo monr
estimable confrlro declare trop avan-
cees pour itre adaptees au milieu liai-
- ment M. Porsetnna ne s'en est-il pas tien. Je le prie de remarquer que mon
[. apei iiu ? livre s'est pr6cis&enent propo~ do d d-
Se imontrar quo nous aspirons, sous prd-
t Je passe au second reprocJe, celui texte d'une civilisation mal entendue,
n do n'avoir pas f;it ressortir la cause h un 6tat social ohf ls aptitudes in-
;, ddterminante du d6dain proftss6 chez tellectuelles sont aveloppdes exag&-
e nous l'g6ard d.s travaux mnanuels. rdmert et au detriment d'autres ap-
f- J 3 devrais presque dire qu'il y a lieu litudes plus positives et plus immd-
e de passer sur ce reproche, car voyez diatement utiles.
, un peu.
SJ'arua pr'pent l.i doqu tudn. nt l'a- Je comprends done difficilement ce
s bandon qii f:apcent clh z fnoes i'oxer- deroder reproche de M. Porsenna.
ciee de a tfavaux rpu:ts i nforiefxurs Quant A la aleur de ces doctrines
cice d- cc s t i n llac-,naravx r s iffr


moment de son existence qui lui con-
vienne, les resultats les plus positifs
des observations sociales. Mais ce qui
no depend pas d'elle,- que l'dlite de
la society hlaitienne se le persuade,-
c'est, telle line de conduit 4tant pra-
liquie, d'en modifier les consequen-
ces et de les fair heureuses ou mal-
heureuses au gre des volontes.
On n'a jarnais recolte de pommes
sur un poirier ni de poire sur un
pommier.


EVOLUTION
ET


Sou mm -un eflet au aeaain en e-le- I c PI V1 111
iDapres mon confrbre, jo suis dou- quel nous les tenons ; j- fais don, re me permettra de dire que ce qui MENTALITE
lment reprochable : o de 'avoir agir ce ddain comome cause. Or, distingue la science social actuelle,
pasi d 6 la cause vraie do notre mon confrere desire quie je dlter don't nous essayons do propagerales
tatsocial ; o de n'avoir pas fait re- mine la cause de ce dedain lui-n- resultats dans notre pays, et les di- II
otir la cause ddlermizant1 du d6dain me ; je trouvo en toute modosti. verses theories socialei q-6i ort etd ( I'oir le No du 24 Avril 1903. )
profess chez nous pour les travaux que c'est an peu exigeant, et si je ~mises a certaines 6poqus de l'his-
manuels. voulais verser dans la rhtoriue j toire gdnerae, c'st que es bases de Si c'est la mmoire, cette imagina-
J'ai & rdpondre au premier repro- crierais A la p4ti'ion de trin,rip : "ofre a ecole sont essentiellement tiq retensive, les consequences s'extd-
che que je me suis efforc6 d'expliquer nous avous peu de gcit pour les in- scientiliques, c'est que l'ensemrble de riorisent et leviennent moins cruelles
notre Mtat social actuel par notre tiers manuels ct nous les pratiquons nos e doctrines constitute incontes- pour Iin ividu. C'ert alors ea socitef
trnmation et le Ieu de con.-ordance, peu parceque nous lcs tenons en grand tablement uno science. cIult d'un orile Cre marqnable, s'61e
4dtermin6 par cette meme formation, d6dain ; nous los tenons en grand Comme toutes les sciences lihysi- iot un grope ,l'hornes ou verbe
Sexist entire la direction g6n ra!e didain pirce qu'on !es pratique peu qies et naturelles, la science social hauL et nore rlant de tout av
Snotre education et les conditions ct que nous y avons peu de goet.... actueli~, gra te aux gernes f-conds ni e sterile athoniance ; nais sans pen-
d'existence de notre socidts. La re- QiP'y a-t-il a dire ,e plus ? deposes pLar Le Play t pousss a mA- Ade profonde et maresse de leur vie.
ehere des conditions du bonheur Mai, mon confrere m'a fait un v tuarnl par ceux qui, a des litres di- Is sont remnants et tapageur4, pu-
ocial est ne iache difficile et malai- ritable proces sur la reherhe d vera d vs, ont horit6 dc son g.nie,-- au vent ficilement captiver I'attetion des
en toast cas tres complex. Cha- causes, car, dans cette mrne parties premier rang d('squelsil faut nommer v eschos a
Ia s'ing5nie A presenter son petit de sa critique, et envisagean.t a l: si- Henri de Tourville, et definitive- priseset acumuies e de cerea
'bniment comme le seal salutaire tuation contemporaine de l'Etat es- mentpo:irvae: 10 d'uno m6thode d'ana- prise.et aezumuies fleur de cerveau;
I travaox de science social deja pagnol et meme de l'Etat portugais ,, lyse; 2 I'une mE'h id d'observation cees n'y troe ez a a fne ca trouble
A0mplis par de puissants promo- it dit qu'elle eat t un effect, uno con- compare; 3 d'une clssification. dont la lgBre transparence ne laisse
8s m'oot singulibrement servi sequence don't it faut chercher la cau- Ce n'est certes pas le lieu de vider rien entrevoir
Wluider d&ns cctte tAche, en:raison so et M. Magloire no I'a'oas fait, c., que un d6bat scipitirquo de cette foreo, Ic donc come danm la nature ph.
SOIBenLace de leurs doonmes et aoes rgrerteM, owr c'edt 6td un en- mais i'tnvite tras increment mon sique, nous docouvrons I'influence
S&ractaelScientiflqae des lois aux- seignement pour nous, c'elt -t6 p'd9 inteoligest conlfrre et les lecteurs avi- la loi d'6volution. Chest en vertu do se.
t ls out about. rationnel. des d' tudes A se rendre compete, & ce principles que sa passe la progression
Ca SUr n tel appui que j'ai fait Je me rappelle copendant avoir di- point de vue, de la valour rBelle de normal des facult6a mentales. II faut
s en 6udiant,.sans iddes pr4con- le peu de prospnrite auquel restent ces a doctrines sociales s, et je me un d4veloppement harmonieux du cer-
si, I'tal de la soci6t6 haltienne. Si exposes les pays a pouvoirs publics port garant qu'ils n'anron! perdu veau, meme si ce ddveloppement
I Mal va tout ce que j'ai r pport6 d6velopps et a initiative privde res. ni leur temps ni leurs efforts et que, s'ex9cute dans une limited trbs restrein-
Smn ivre, il rest & m'en per- treinte ,, et avoir assez formellement par surcrolt, ils auront fait oeuvre uti- te ; en dehors de cet'e rglh. la menta-
er et & determiner, d'autres fa- parl6 de ia decadence et de I'insabi- le pour eux et la so9iete haitienne. litd individuelle s'6flectue dans le seas
ltika on le causes autres que lit6 singulires qui caract6rislont Ito On gigne A fire conaaissance avec d'une inrquituIe morbid et 'on no
i Ique signalees, soit que je pays mili'airement conquerants et qui les lois sociales. saurait alors assisler A cette floralsop
"t rm "BOnues ou que je les aie contrastent si fort avec a '6quilibre a Car enfin il e-t libre A toute soci46td d'une mentality saine et forte, oerame
li d(~i~QUSt mes recherches, je don't font preuve les pays qui font de de pratiquer les conditions d'existen- c'est le cia pour quelques vieux peru
e.t 6f da reproche d'avoir 4td la colonisation agricole et pacifique. ce qu'il lui plait; ii lui est souverai- pies d'Europes.
ies"e;Ur J'ai dit et determine L'etat actuel de 'Espagne s'explique nement loisible d'attendre le progrbs D'ailleurs, cetteth6sadela n6c4 4lt ~ d
Seos notre 6tat social. Com- clairement a ce double point de vue. des esprits pour s'adapter, a quefque I'harmonleetdel'unitddaddvtloppaDet "


-1~-11 ~---


~LI- -~LIYlyC-~~L~--YI~.


c:











cdrdbial, a 'est pas nouvelle dans la scien-
ce, Ellea Wt1 soulenue par d'eminents
penseurs, iTaine, Ba3lne, i tin, Id,,
etc.... Taine et l1 im's atlirnent que
" le progres de I'intelligg ice Ium nine,
" croitavec son pouvoir d'unilication...
" Les trois quarts ,'ts gints nous 1lit
le premier en quelques lignes nunancees
d'une ironie transcendanie, preiient
" les conceptions d'ensemble poum des
" speculations oiseuses.-- T t pis
" pour cux.- Pourquoi vit une na-
" lion ou un siecle, sinon pour les
" former ? On n'est completement
" home que par Ia. Si quelqtue itbi-
' tant d'uie autre planMte descenditl
" ici pour nous demander oi en est
" iotre epb6ce, il faudrait lui montrer
" les cinq ou six grandes idees
" que nous avons sur I'esprit et
" le monde. (ela soul lui ionnetllait li
" measure de wotre intelligenco1. Et
1'dmninent peiiseur lE pacgtol liitim's,
ajoute : 'lus uine intelligence est e-
' levwe, moil s lle a d'idecs, parce-
" que en peu d'idtes ulne intellig(nc (
" supirieure embirasse ce ue id' tii s
" plus bornees, rpal tissent .-Ju1 dle
" notions en plus grand noinbre... Les
" homes de genie ne se distinguent
" pas par la gratdle abondance de leurs
" id6es ; il n'en retiennent que (luel-
" ques unes d'out cornmme d'un centre
ils embnrassint le monte.
Avons-nous besoin de dire que ce
des(quilibre du (developpernent cotne-
bral, nous le notons souvent cl(ez
I'Hlaitien ? E ce sens, il ne repond
pas toujours au type noimnal que nous
avons essay d e tracer..... Notre IIe-
thode d'6ducaliou suivant le mot de
Fouillde, consid6re le cerveau du
jeune home comine un nagasin a
remplir et non un organe A fortifier.
Pourtant le manque d'un long passed
d'efforts intellectuals chez ce tout jeu-
tie people, nous cornmnandait des ine-
nagements dans la reclherche du mieux.
Nous aunions d(i nous oriented, vers
une mithode d'tducation plus conlor-
me a notre ttat mental. Suggestioninos
pai les apparences teluivoques d'un re-
sultat qui n'est pas sincere, nous avons
cru p'dpa er une arnme tie savants
alors tqutle nots creons avee ani, une
classes d'hornimes inconsisl.ints et vaiins
qui sont une torce ('inecltit potj n0tlre
reel advancement. De la, une perpetuel-
le agitation, un coltinuel fioissement
,l'i ttilrls particulicirs que tes esprits
superliciels prennent pour.des signes
evidentls d'une vie tnationale.
1'lhaitien. a u'i ,sicle de vie publiique
et pendant ce sitcle, nombreuses sott
les causes q(ui sont venues contrariet
sa selection naturelle. Le temps lui a
manque positivemeut- mialgre la gra-
ve accusation d'incapaci it active qtui
p6se sur lui pour I'acquisition tde
cotte puissance c6rdbrale qui sert d
base Ai la l entalit. Son imagination
vive, sa memoire heureuse lui ont per-
mis sans doute de posscder des con-
naissances 6tendues sur u group
donnes tie fitls ( Histoire, Belles let-
tres ). Mais dans I'ordre logique, quanl
& coordonner ses ides, en tire
toujours des deductions raisonnables ;
passer du domaine de la speculation A
celui de la pratique, se crder surtoul
une mentality propre base sur les dtu-
des ant6rieures, ii y a 1A, osons le dire,
une sore de gymnastique A laquellk
ii n'arrive p is toujours i p'ier son es-
prit. Trop souvent, it demeure 1'echc
de tout ce qu'il a lu. II a la manie des
opinions Loutes faites. II suftit qu'une
pensae soit signee d'un grand aulteur,
pour qu'il nous I'impose, en vertu d'u.


ne applit-irt oim vu f lo ntI)O~ cl. be F
aIu1SSi *a flinit) dos ii C per-(
itetuel I)Csfiti (le s'{ipp'lyi'rslit' tinl gI'aidi
nom 'lds societies ou des$ leitres, come
si I'oni I6t f orcerriceil Oi li (Viccop-
ter une opinion mOUeI1 Oi'l erpolnflnet
qu'cile ser; ii le Katint ou deo Leihriitz.
(C:e te abl t-iice de pe isonwIii ii6IC p-vil*
que tltriuiii i'uinit tie fonrctiovis d InoS
faculty i id-, t itales et dans la itiiue
de Ia vie. citie des bommos de circons-
Lances ut nion des Iiornmes de pririti-
pes. La pr uve de tus ce QUe nous
avow, dd t peuIt se faire par lkule des
(tlIVIes (de )enseie de no 3 compatrio-
les oCi tl'o cliercho parfois ea vain l'i-
dthe malIre-,se de la composition. Si
I'cen.vie a tine )ortde phlilosophyque,
I'autemr est Ovotulionisto ou positivisie
colvnuciu au seuil de son iivre pour,
tomber lplus loin tinns toutes los cx igd-
rations d'uii spiritual isc A uoatance.
I)ans '0oi-drie social, les coLnit SC 4110 kS
(le cco dcveoppeinoiit partilel 'o .-rit
lie ptro iljisoiit 1p 1.4 [OIlS tilles FA
clieux. l L-ab.eince Wti~' ijo(da la Vie
j)syclij lie 1) aticularise los tewln ce
et les coljiictic)ll. I1' t e s Vc ii t os o a-
les q~ui dievraient t tre u i i v o s eI I ei n ui i
acceptees ne trouvenit pIa- de cowcSit.s'it.1
L)r J (G. DORSAINVIL.






RENSELGN -EMEN rs

M bser'-~O)(r, tc ii i eL~
Cc ~> looa t,- r- %r F- t c> i x- fa
DU
SIMINAIRE CCLLCGE St--M.AfRT:AL


LUNDI 27 2VRIL
Barometre A midi
Te rat unninimumi
Temperature maximum


762 Inp/-

320,0


Koyenne diurne de la temperature 25U,6
Ciel assez clair le martin : n-ageux l'a-
pres-midi ; couvert apres 6 h. du soir.
A 7 h. 25 pluie : 8.3"'n'.
Arc-en-ciel A 6 h. ce martin, 28 Avril.
Le barometre est a peu pros stationnaire.
Agitation sismique de 9 h 56 A io h1 I1
du soir : Direction S ; avec une lIgere
composante vertical.
R. BALTENWECK
Chambre des D6putes
Stance du lundi 27 4Lvril
La Chambre forine une commission pour
la verification des pouvoirs du deputd An-
toine Simon tils.
Le rapporteur de cette Commission, Mr
le Diput6 Sturla Poulle revient avec un
rapport concluant A leur validation. Le de-
pute A. Simon fils prete le serment cons-
titutionnel.
On passe ensuite A la lecture de la cor-
rfspoindance qui comporte une -4ettre de
Mme VveAug;Piquion demaadant a la Cham-
bre une rente viagere et une recommanda-
tion du secretaire Archiviste de la Chambre
en faveur de Mr Charles Azor come secrd-
taire-r6dacteur en remplacement de M. La-
valiere Cadet.
Le deputd Edner Hyppolite sollicite les
suffrages de ses colleagues pour Ed-
gard Hyppolite. Apies lui le d6putd A.
Sambour recommande chaudement son an-
cien camarade de bureau : Charles Azor
qui travaille A la Chambre depuis pres de
quinze ans et prie ses colleagues de vouloir
bien rdcompenser le merite et respecter la
hiirarchie.


Les huissiers dis:ribucnt des bulletin ;
Ics ddputs Samibour ct Ilyppolite sont
choisis cominni scrutateurs.
L'urnc depouillce, li majority est obte-
iue par Mr Azor avec 42 voix. Mr :dgard
livp olite cn avait28, Me idJmond l)upoux
6, B-,itol I, 'ix bulletins b! an0 cs it I bulle
tin nul.
L'ordrc du jour de la prochaine seance
allait ,C rc proc iamn q juand Ie d`putc Sa-
vain demand dc proczdei irmmddiatement
au remplcclment de Mr Azor. Le President
de 1'Asseemble renvoie cCtte election i la
seance de mercredi.
Cs, t N. 1risrol qui a 1L recoaiinimnd
:a cc:e chlirge par hi. Ganthier.
Tribunal Civil
_Audience du lundi 27 ., iil.
Les vacancies de iL'Sues ayant pris fi ,
Messieurs s Jule s du tribunall civil ont
sideo hier.
ous la prdsidenc: Jd,:A. Cihamlpag.tc et
en pr ,sencc dL sub titi A. l. 'T ibault, les
attaires suivantes ont tcd cntcnducs :
-Lcs consor:s 1. Riviere conire lI vyu-
ve Paschier I.e ,p ;-- Florvil N.u Lt con-
sorts centre JIoseph Valrius;--Ics ljdrilicis
Louisinidor Je-n contle Moise D)autant ; -
Vincent G. Maklouf centre J..L. -te Piccioto.
Inscription on i ux )
Le tribunal a ensuitc reni' i donnan-
ce qui rcnvoio ies epoux Del)cmos-ene Sam
a audience publiquc du IS Mai prochain.
( Divorce )
Les aftt.rcs suivai.1tc o0:t : c ecntamin es ; it
renvovec :
'i ,,ne ,au iin x'erit coOntre Aristide se
distant 1'nb.K t ; Phiilippc Curicl centre
les succersion1 cot COlllunautl e Fusicen De-


pe-tre.


Consulat du Br6sil


Nous enregistrons avec plaisir le choix
qui a 6ti fait de notre excellent ami, M.
Alfredo de Mattis, consul d'Italie, come
consul intdrimaire du Brisil A Port au-Prince.
Ceute nouvelle distinction est le rdsultat
du tact (: de l'intclligence jpcpns6s par
M. de Matteis dans ses fonctions consulai-
res.
Nous lui prescntons nos ftlicitations.
Inspecteur de la Police
Ie Gener.a Paul Camactu qui a d'I:j oc-
CIu e les niin es tonctions, on 1901 a
td intaOle I .u eau LC nra d la Police
en rein plaemni et du Gal 11. NManigat.
Le Gal CamneCau a ddi fail os prcuv.
co ime l o inm n a di ,i-,voir et it noinna-
lion a tcd bien accueil ie par la population.
Tous nos compliments
Nouveaux Ponts
L'exemple dc la mason Simmonds que
nous signalions ici a etd suivi.
Nousapprenons, en effet, que deux nou-
vcauxponts en ter et nmaonnerie vont Stre
construits a l'angle des rues Fcrou et Eu-
gene Bourjolly.
L'entreprise est contide A notre ami
Mombrun E!ie qui n'est jpas : son coup
d'essai et don't les travaux sont de verita-
blesmerveilles d'dlegance et de solidity.
II nous revient aussi que le gouverne-
ment est venu en aide A l'initiative privde
afin de permettre A l'entreprise d'etre rapi-
dement terminde.
Encore un success pour l'initiative priv6e
et la bonne volont! .
Nomination


Par commission de S. E. !e President
d'Haiti, M. LUonce Brouard a et6 nommb
comptable a administration des Finances
de St Marc.

A Vendre
Deux buss FELCHT en bon 6tat.
Pour les conditions, s'adresser aux
bureau du Matin


-- I C ------I -- -~--r---~ I ---


Priere d'aviser l'adfmiisU
tion de la moindre irrAfol
dans le service d lMATJI
afin qu'il y soit de suite
die.
= =-------------
Service Al1as

Le vapeur aVE ETl e
quitt New-Yotk, merrredi
pour lo Cap-Haitien, Poft-del
naives, est attend ici et
Aai. II partira probabenmenI
soir6e pour Jdr6mie, JOaciseL
Marta et New-York, predant I,
fret et passages.
*


La malle pour I'Etrar
peur PRINS EI.
DRICH ( viA JerB
mee a la Poste, venda
6 heures precise di
Port-au-Prince, 27 At
F. HERRMANN & CG,


rigo&'


Boluvelles Erant

Derni6res D6p1ches

SSIMA 26. Une force combine
troupes britanniques, et indigenes e
formation en ce moment. Le gon
nmcnt pense envoyer cette forcepoU
tier les tribus fanatiques qui dernim
envahirent et mirent a sac plusieun
g.s sur la fronwiere de Pespawuz.
On announce que plusieuls militia
ganistans se prdparent A sejoindre aI
les don't le total s'eleverait o.ooo000
ries. Les autorites sous les ordres de
mir I'Atganistan n'adoptentaucune
re pour enrayer ce mouvemcct qui trod
Ssrieusement le gouvcrnement de llno,
W\ASIIINGTOv 26.-- M. Sluiara priq
on project de loti la Chambre des Re
sentants proposant que les r-stes duij4
ne ,) soient cnlcves dc la basic dela H
lie tt quC lcs cadavres des umrins qia
trou'vent dans la coque di: navire sa
cntcrres.
Sr-PLrTinsoui;, 26. L-: general L
vitchl, gnralisime des troupes russes
Mandchourie lors de la gutrre russo'
naise est mort aniourd'hui.
Niw\V-YORiK 26.- Un ti6g'ramme :
aujourd'hui dans cct:e ville it adr.ssed
Tlhodore Shonts announce ia mortsn
A Paris de son beau-tils, le duc de Chid
1On se rappelle qu'il y a peu de tpem
cel dbrd das cette ville le nuariage d
avcc miss Th6odora Shonts.
NEW-YORK Le cyclone d'hiersu:
deats de la Louisiane (Mississipi) etA.
nm a durd 12 heures et a fait de tris
ravages.
On compete pros de 200 mortus
bless, tous noire en parties.
A Purvis Mississipi ) 8 sur 200
sons sont resteese debout. L-:s vill
Amnite en Louisiane, Accalltun, Mica
Sct Winchester 'en Alabama ont et
Sp!0tement ddtruits ; beaucoup d'aatret
etd bien Cprouvcs.
MOBILE. Le village de Fort D iD
-:e dd-:asti hier soir par le cyclone.
NEW O(RLANS. Les communiCa'
tlitgraphiques avec les Euts au S".'
gol t sont trcs; difticilc;. Les :rainsquil
ivent apportent dc ttrribles nouveiles
ces regions. On croit que le noolMoi
victims de ces pays s'levera iplu
Scentaines.









j!A,1aisofl d'ImPoltation
Ore9te J3&1ciri
Port -a u-Pt'iflce
40, RUE BONNE-L"Ol, 40.
S0nonce d ses nombricux clients
s'est notivel lernemlt assortie
e grrand'3 qu-tltittdo Chapeaux
bsr hommes em ts erti's, toun"es
Wgrga., Ca nolier,;-s
yobs les chap)eauxs portent i'cdres-
de la niaison.
FVETE EN GR0 S r E 1)N I)E'TAI1,
1 'LOTS de tous gonrrs en bron-
en;- cristal
*sods assorti meI t s d [.vLr Es et de
WIO7LES de toiS g'2[1'C8; de Br. wu-
Wsz, de LuNEITL.S- et d'AIRGENTERIIE
Ila Maison Clhristoplw'.
Beaux cadeaux d( tiancaloj
Grsiads assortiowict> sic Pots c! fleurs.

BkmosIhe"l(h l Floinuus
Distillateur-Iiq u o riste-in-
dustriel,

d'Ame.Yique
Annonce it sc-.-; clie~iit, t-timt Ai P,)rt-
CPrince quo d&mI-; hiai-' t al'c 10-dli-
R, qa'il a traAiit ,i'-r, -, a if IS ii de
nimerce sise cr1 v.iiit *t I en;
-Martin,A I ( "~kW1 I li tn&.((raqd'-
ae ) halle NS- 3s. n, loit, celapa-
I da Nord.
Port-au-lPrince, Ic le2 Avil 1908.


Srs de Commerce

apaitir du commencement du mois
Maiun course de1 Commerce sera
rl'l'Institution St I ouis de (onza-
cours co:nprenlrla 1'6tude de la
graphie, do la da;ltvlogriaplie
ahine t derire ), iu coin ii, rce et
la comptabilite p ;oIireuentt dite ;
era f.it par un pi ofosseur diplline
I'Eccle Pigier.



Wanue nationaie a'Haiti

Po orinmeent aux instructions de
I Se:rdtaire d'[:tat des Finances
do Come ce, la Banque Nationale
tia l'hnneur d'informer les in-
Sss qulils PeIuvnct A partir de ce
voucher a ses guichets, par an
?.Pn, le coupon No 16, 6ch6ance
bI Juillet 1908, des titres roses et
de la Dette Intdrieure.
-au-Piince, le 22 Avril 1908.



I DE PARAITRE
L'IIPRIIERIE DU "MATN "
ETUDE
S LSUR LE
lIperamient Haitien
AUGUSTE MAGLOIRE
DUX GOURDIES


A Vendre
Alcool deluis 90 dgres et Tali t20
d gres.
Proc Idd Intitit Pasteur.
Exp'oiatlion : iCoistard, Per et Mt-r'-
CtI onl.
Livi i-o on o grande quantilt .
S'AIDRESSER A
Whitty fr6res
SELLS AGENTS REPRESENTANTS
2, Rue des Cesars, 2.


Cordonnerie Nouvelle


143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINC:E
CHAUSSURES EN TOUS GENES
EN DIPOT, POUR LA VENTK
EN GROS ET DETAIL.
Execution prompted des
commander, tant ici qu'en
Province.
Formies hoA mm es : 6l0-'antes et ra-
tionnelles.
Chaussuies e (indme ( :)ers( ritrc mo-
de de Pari ) et le pluIs commode :
chaussures po. r ejft';itts confeelion-
ndes avec des l)eaut, de /Iuotes tuiances
d'une selection et durde irr6procha-
bles, des pris avantageux.
Cirages, pAtes et liquids
Pour chaussures de toule., nuances.

LA LIAISON

J. COH DASCO
Inf)rmne le public et ses clients en
particulieic, qu'ele ;t tbraIt1ns r1 son
Etablissement do, cordonnerip, de la
rue do Magasin de I'Etat, au N" 15'1 d,
la Grand'Rue, presqu'en face de 1'Ad-
minisltration des Iostets.
Cominie [)at le pass, la Mais-on pro
met at ses clients, ainsr ,[u'a tous ceux
qui voudront I'honore d.1 leur con-
fiance, les memes soins et la rr ,me
poncttalite qu'ellea toujours apporties
dans 1'ex6cution des commandes.
Port-au-Prince, 23 Mars 1908.


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures

La Manufacture a toujours en de-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et detail,- de chaussures en
tous genres pour
HIouss, FEuMMs. ENPAr.TS
Les commander des commercants
de l'int6rieur pourront Atre ex4cut6es
dans une semaine a pen pr s.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRTNCE ( NHART

Pantamas !...
Elegants, solidez, arrives par le
a Montrdal *.
Chez M*l" LIeONIDE SOLAGES.
Rue des Fronts-Forts.


DENTIFRICES

C(el4)res des RR. PP. Benedictins
DE L.'AiiBA Y DE SOL:LAC (GIRONDE)
SPECIALIZES ET PRODUCTS HYGINIQUES
IJi LA .MAIStN .A. SEGUIN DE BORDEAUX
SIeULL CONCESSIONNAIRE POURLA VENTE EN RQOS

L'Incomparable Elixir Dentifrice
des RR. PP. Bindedictins par son usage journalier assu-
re la santd de la Gorge, de la Bouche et de plus, par sui-
te de la solidity qu'il conserve aux dents jusqu'A I'age le
plus avancd, il facility If- travail de la digestion en per-
mettant la mastication complete des alirnents.
Le flacon se vend: Gourdes 2.00

Lt Poudre Dentifrice des RR. PP.

1t ii 'dictill est i c pri cieiux auxiliaiic de l'Elixir, La
llS oite se vend : Gourdes 1.25

La I. 11e )Denftitrice des RR.


.t I + IS 1I eiS t elnmplovye seule ou
d. il olls-llff 1 elmenllt avecl'E-
rJ i. TIpr c.i Rst PP lixir. I.a Iloite petit inodi le se vend Gourdes 1.50
t. ,P,, a lIa Boite Randnd Mod;le se v end ('( urdes 2.00
Les autres Produits Hygitniques de la Maison SEGUIN sont
Poudre de Riz adh rente extia-tine a ].A MADONE ; la Boite Grand
M lodile: (;oirdes 3.00; Mod&le moyen : G. 2.00.
E uprcieuse pour stimuler le cuir-chevelu et
Eau de 1uinlie, enlever les pellicules.- le flacon : G. 2.00.
Glycrinean centre les gerures et la duret6 de la peau,
e rine a a1Asl.e a-on : (,. 1.00.


Eau de Cologne lenitive extra-fine; e flacon petit Modile : 1.50
lau de cologne leflacon move: 2.50
le flacon : 1/2 litre 5.00
Pour les commander en gros: s'adresser A 1'Agence G6n6rale
et d6p6t pour la R6publique d'Haiti
^A ILa Vetropole
MAISON J'JLES IAVILLE
93, Rte du Magai.in de l'Etat, 93



TANNERIE CONlINENTALE
DE
Port- aii -PHri nce


PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS.
CAPACITiE 500 PEAUX PAR JOURl
PRIX DES CHAUSSURES COME SUIT:
Chevreau glace; Boutonnd et Lace pour Hommes et Dames 10 ( Dix gdes)
a a a < Recommandle 10 (Dix gdes.)
Verni et couleurs: a* c Recommandle 12 (douze gdes)
POUR ENFANTS: . . . 6six (gdes)


ARTICLES POUR ire COMMUNION


Mousseline, Nansouck
Aumonieres, Bas, Gants,
Rubans.


, Couronnes, Voile,
Livres et chapelets,


" A. l'Ange Grarx-diex "
Specialite de Deuil
98, RUE DU RESERVOIR, 98.
PORT-AU-PRINCE


Y


El 1-, 7--7 t- t aZ- -,,









Au dernier cri!t
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A I'honneur d'annoncer h ses notn-
breux clients de la (apitale et de la
province qu'ilvient de so transf6rer' de
la Rue desFronts-Forts, avec son min'ne
stock de chaussures, d la Grand'Rue
au N 153 avec l'inscription ci-dessus.
Les clients seront toujours servis
dans les memes conditions ; c'est-h-
dire avec les 5 o/o d'escompte sur la
vente en gros; sans oublier les me-
mes soins et la meme exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re prendre les measures a domicile.
------ -
L'ARTISTE

F. S TINES
Bien connu du grand public, se met
A la disposition do tous ceux qui vou-
draient conserver, et des portraits
artistiques d'une irestsciblaii~ce larfai-
te, les traits de parents ou d'anis af-
fectionnes.
M. F. STINES reproduit les portraits
les plus abinms, les plus d6t6iiores,
triomphant de I' 'tuvre d6vastatrice
du temps auquel ii arraclie avec le
plus grand succes, la beauty et la gni-
ce des physionomies qu'on croyait
disparues A jamais.
Adresse: Rue 'avude, en face la Phar-
macie Ewald.

Ateliers
DE L'ECOLE
Des Sciences Appliqu6es
Ces ateliers sont aujourd'liui suffi-
sammsnt outilles pour offrir leurs ser-
vices au public.
l1s acceptent des travaux de Forge,
Ajustage, Tour et Menuiserie.

LA
Meilleure Farine
du Monde
Celle qui done o nmeilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc et
le plus e1ger,
C'est la Pillsbury's Best de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. C&ASTERA. Repris ,ta~i.

Chapeaux I
Chapeaux I
Chapeaux I!
PAILLI DI PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JO& S SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concours d'un chapelier remarquable,
M. JAIME TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tous leas goats et pour toutes
Ie bournl.s


Joseph Nadal
PORT-AU-'IRINCE
.AGNT POUR HAITI
)DE
JOTIN ST MMONS COMPANY
Ni\\.--YORK U. A.
FI'AI:' ,A \"T DI TUVYAUX EN FER
ET A(.<:E.SSImES COMPLETE.

ETUDE
DE
Me Charles Millery
NOTAIRE PUBLIC
53, Rue du Port ou Pavde, 53
Heures : 8s A midi et 2" A i 5h
----- -- u

KOLA
DE


KINGSTON


MACNISH'S KOLA PURE
MACNISH'S IRON BREW
En Vente
chez Catinat Fouchard
Rue dt Centre


OCULISTESI..
VERRES BLANCS, BLEUS, FUMES,
JAUNES, du Dr Fieuzal et du Dr Motais.
VERRES BICONCAVES, BICON-
VEXES, PiRISCOPIQUES CONCAVES, PA-
RISCOPIQUES CONVEXEC.
Assortiment completdes foyers
VERRES JAUNES, FUMIS, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille
Sans foyers
Verres blancs cylindriques, concaves
el convenes.
Assortment d'axes complete.
Chez A. DE MATTERS.

A VENDRE
Bon vin de Bordeaux
chez Alexis Benoit
63, RUE BONNE FOI.

Fabrique de chapeaux
La Fabrique de chapeaux installee a
1'Ecole des Arts et M6tiers, ancienne-
ment Maison Centrale, sous la raison
social de Vve P. Benoit etJ. C. Gui-
teau a l'honneur d'informer le public
qu'il trouvera en son dep6t un bon
stock de chapeaux de paille supdrieurs
pouvant satisfaire les gotts les plus
difficiles; malgre ces avantages elle
met ses chapeaux en vente a un prix
modique defiant toute concurrence.
La fabrique informed en outre le pu-
blic qu'elle est la seule qui en confec-
tjonne a Port-au-Prince et ce, avec le
concours d'ouvri6res venues expres-
sement de l'Etranger.
La fabrique r6pare aussi toutes sor-
toa do chapueau. Bon march excep-
tlo6al,.


I A. de latt1is el Co.
32, Rue du Magasin de l'Etat
Maibon folnlee en 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravure
Vient de recevoir des articles de pai-
fuirerie pour ls gouts les plus diflici-
les. Les paifums exquis et rares d'un
delicatese penetraiite qu'elle offre A ses
clients sout de vYritables petites mer-
veilles.
S ces derni6res marques qui charment
le Tout Paris sont chez Matteis :
Son Sourire, Floramye, Trfolia, Iddal
Cyclamen, Vivitz, etc.
La mason a toujours un grand as-
sortimeut de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries.
lunettes, montres or et argent, pendu-
les garanties.
SpIcialitss: bagues francaises en bril-
lants a partir de P. 00, alliances Or
18 K anglaises et franaaises sur com-
mande. Service d'argenterie complete
pour manages.
Tousles articles vendus par la tmai-
son sont gatantis.
Achat de diamants, pierres pr6cieu
ses et vieille bijouterie A des prix avan-
tageux. Dernier cri: Lunettes jaunes.
Contre remise de Deux dollars en
timbies-poste d'Haiti, la Maison Mat-
teis envoie franc de port sous pli recom-
mand6 dans toute les villes de la Rdpu-
blique: Lunettes ou Lorgnons en nickel
inoxydables, selon les prescriptions de,
Docteura ou in-tructions des acheteurs

Chaimbres garnies
A Louer
S'adresser au No 38, rue de la Rdu-
nion.


6RATUITEMENT
(^ ,; Voulsz vocparrlieper
J ,rf ,TBOTNEH T
SAU PROCHAIN TIRAGE
S IO 10 N BON'S LOTS PANAMA
ey|n 500.0000
GROS LOTS 00oooo00
LE-*;v;(oz P c.-o 1 :0'-i1! : M
aL L. UAIDLA.:, i.reetr tdU
~ ,'' liit rnii,, i, d .
,1-9, rue l.cchecl-ouat, l'aria.

.tm^BhI o


Maison F. BRIU
195 GRAND'RUE I
Dirigee pMr

L. HODELII
Andcen mnembre de laS Sec
thropique des maitres tailleurs 4
Vient de recevoir un gdrad
tofles diagonal, casim ial
to, cheviote pour deuil, etc
de particulierement i sa clim-
belle collection do coupes d
de gilets de fantaisie et d
toute beauty.
Sp6cialit6 de Costumes
ces.- Coupea Francaise,
Amdricaine de la derni&re
La mason confectionne aussi ds
tumes militaires, habits
dolmrani. tuniques, habib
r6s. eto eto, de tons rades.


A LELEG-Inq

CORDONNERIE.
3a. IEBa b
42, Rae des Fronts-Forts.
CHAUSSURES EN DEP6T,POUR UA
Promptitude et soin aux a
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame forme et
vail toujours tout ce qu'il y a
nouveaux.
Formes amdricaine et fran
Messieurs ; elegantes et
Pour les enfants le plus& l
Travail solide exzcutj
des peaux de premiere
Assurance de grand rabai.
PAtes, Cirages et Li

Redaction du "M
Of/re d ses lecteurs les Trois V
EDMOND DEMOLINS
Au prix de Librairis
Francs 3.50 ou P. 0.70 or.
A-t-on interest
A s'emparer du Pouv
A quoi tient la supein
des Anglo-SaSonl-
L'Education Nouv 4
EN VENTE A L'IMPRIMERIBI E


HW^ BELLEVUE
RKSTA URANT
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
Mme Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LIUNCES.
Installation moderne et comfortable. 7we 9r a mer. --js
douce et r4gulihre. -- Ls Tramways desservent I'attel-Bellevus totWa
PROPRIMTI SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RO
PROMENADES JARDINS
Salle de r ception. -Piano.-Gramophon.
Sonneries Electriques


Table d'li6te


ftew Ids fours, de MUdWA 4 I howe
do 74 8 h~res du seir


II -, __