<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00318
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 24, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00318

Full Text



JDeuxibme Ann6e, No


322.


A


PORT-AU-PRINCE ( H.ar )


Vendredi, 24 Av'ril 1908


J


QUOTIDIEN

ABONNEMENTS :
~ABONEMENTs LE NUMPRO 10 CENTIMES
SMOIs Une Gourde D'AVANCE CDlem eara.t LIagloirE e, CE
....- -- Les abonnements parent du -er et du 15 de chaque
D PARTEMENTS 8& STRANGER : REDACTION-ADMINISTRATIO'()N mois et sont payables d'avance
Frais de poste en sus. 45, RUE ROUX, 45. Les manuscrits ins&r6s ou non ne seront pas rendus
tt M- I --
our tout ce qui concern Ie Administratlon du Journal, s'adrcsser sur Arthilr ISIDORE, 45, Rue Roux cu Bonne-Foi.
swum ----


'LE OLE SOCIAL DE UAL NT

En dehors des pr jug6s somiaux conception du travail, ii repr sente A
Intre les travaux dits inf6rieurs, it nos yeux une peine don't nous avons
at mentionner, au nombre des cau- tendance A nous affranchir le pluset
s qui einpchent de fire de I'ar- le plus vite possible. Alors mime que
t, I'incapacit6 mime de le gagner, nous avons, pour nous y encourage,
coulant des obstacles d'une prepa- la contrainte de la n6cissit6, notre
tionmauvaise, parfois nulle. temperament ne nous dispose pas A y
Onse r6pete quotidiennement dans aller avec decision et i'espoir d'un
e soci6t6 que l'on peut computer avenir meilleur.
alitiens aises et ani ont armrnim i o I .*-o1..-- ,, .~ -- j .a.. .lt.o, .-
leaisance par le travail et i'effort favorables vient se joindre un hasard
0sonnels. Je ne voudrais provoquer heureux, notre inaptitude a gagner
ce sujet aucune statistique ; j'au- l'argent s'en trouve accrue d'autant
is peur qu'elle r6v6lAt la v6rit6 de et notre 'remiere id6e est d'imaginer
ie boutade. quelque entreprise qui, tout A la fois.
Maiscomme, n6anmoins, I'Haitien puisse exempter de 1'effort et consti-
'ant quelque aisance, rara avis, tuer u e source de revenues : on
iste quelque pen, ne serait-ce que achetera .une ou plusieurs maisons
assagBrement et en atiendant que le qui ne nous causeront d'autre p1ine
unds soit mang6 apres le revenue, que d'avoir a en toucher mensuelle-
Ousallons supposed, eu mettant !es ment les loyers ; on bien on se por-
b0ses au mieux et en restant autant tera acquereur de quelques litres pu-
ne possible dans la note honorable, blics qui ne donneront que I'haureux
'il doit cette bonne fortune au bud- ennui de suivre sur 'les quotidiens le
soit qu'il ait d6L ou ministry, ou movement des r6parlitions d'int,5rts
lministrateur financier, ou directeur ou d'amortissements.
buanier. .


est inui I y a mieux : on se trouvera par-
estuile, nest-ce pas, de dire fois arret6 par la crainte des incen-
uecet home ais6, qui n'a pas su, dies on encore par des krachs com-
utrement que nous venons de le voir, me celui qui vient de rapper les ti-
igerquelque argent ; qui, d6nud de trees consolidds, et alors, par un sen--
loyens d'existence n'a pas su s'en timent de prdvoyance aboutissarit aux
ldirer par lui-mme ; it est inutile r6sultats les plus contratres a cetle
ire u, plac6 la tete d'une con- vertu, on mangera petit -i petit le tr&-
1u nouvelle et meilleure et non sor qu'on appr6hende si fort de voir
fu 6 par l'aiguillon de la necessit, s'en aller et nous n'avons qu'a jeter
Oe 'va pas dsormais se mettle at les yeux autour de nous pour en d -
siler.. Je signal ce r6sultat A couvrir mille examples.
iaital argumententd de l'absence Ou encore, et si l'on pout s'imposer
petal pour rester inactifs : il eta- la contrainte de ne pas toucher a ce
on araptoirement quo lorsque d6- cher argent, on le laissera Id faute
A sarvle temperament d'un oi- d'emplois dspouvus de risque.
Sasurvue d un capital represen-
ique tujot
Preenour jours une prime de fu- Et alors of est le profit social ?
Sencouragement.
: st Un r61e analog ue 6
~deigrs 6Ie analogue que jouent Comme corollaire A cette inaptitude,
netgrt divers : I'h6ritage 6chu dans la recette, ii faut computer une
t tiote d' osif, la dot, qui est une gale inaptitude dans la d6pense.
1une faessentiellement franaise, Si l'argent est veuf d'emploi, on ne
iin'es on g6nrale, toute fortu- le d6pensera pas, nous venons de le
linel. pas oe it idu travail per- voir, parcel qu'on ne trouve pas dans1
llthor d'e ses dispositions personelles assez de-
s:dedouteque, d'aprbfsnotre chances heureuses pour reconstituerI


lco capit;)!. Si lp r li-tiaid on lui ltrou
ve quelquio emnp!oi modesernent r6-
munerateur, on c1sivera tout de m0-
me le plus possible dans la depense
en se privant mime parfois du n6ces-
saire. On miniera une existence re-
pliie sur elle-mnim, sans aucune
chance d'amelioralion, A I'abri des
risques inherents a loute enterprise,


EVOLUTION
ET
MENTALITY


et on metlra le comble a cette sOrie Dans la mulliplicit6 souvent regretta-
d'actes de depression social en pre- bie des doctrines et des theories, cell
nant des dispositions pour d6verser de l'dvolution, ddveloppee par Herbert
sur la tele de ses enfants. au lieu Spencer, rest une des plus heureuses
d'une 6ducatiou virile et sine, le cal- q ncpjtikjd fW w pt.tea =_
faites. ce, interprdte avec un rare bonheur de
vdritp, la march rdguli6re de la vie,
Si le lcteur m'a pas perdu de vue ti travers la continuelle s6rie des esp6-
les quatre sortes de gens que nous cos et des genres. C'est en effef, un cy-
avons fait difiler devant ses yeux, ilt le dvolutif, que rous parcourons, ou
doit pouvoir di;cerner lequel, de ces la vie professionnellement distribute,
quatre types, est le plus utile A I'avan- demaiule 't measure que nous montons
cement des soci6ets. des organisms d(1 plus en plus compli-
Ce nest co'tes pas celui qui, la iuIes. Mais cette constant progression
fagon de genrtillomme latin, sait sou- ne so fait ni par soubresauts ni par
element dense de 'argnt. bonls ; on dirait volontiers qi'il n'a
leinant depensoi, do I'ar- ,nt.
nt pglu la force initial, que d'augustes
Ce n'est pas (Lavantage cilui qui, retouch's pour parfaire son ceuvre
A la fagon du jlif, s it seulement ga- ,lans l'uiitd d'une mati6re qui s'as-
gner de i'argent. souplit, so discipline, en vue de ces
Ce n'est pas enlin celui qui wno Pait transformations successives. Aux deux
pas gagner de l'argent ni le'depenser. )bouts de cette immense echelle, c'est
C'est incontastablement et seule- encore cette mime matiere, qui, d'un
ment colui qui, A la faon du gentil- cotd nois frappe lar sa grandiose sim-
homme anglo saxon, du g rntleman plicit6; de l'autre nou-; 6enerve par sa
sait gagner I'argent par ses efforts, par son travail, jamais en parasite ni s'n degage une harmonies qui apporte
en suce-r, eL qui, tout aussi bien, sait une sublime qeidtude au chercheur,
le ldpenser pour an but util-, profi- voulant soulever le voile, de la
table, tantlt pour I'amelioration de mysterieuse nature. Harmonie quise Ira-
son confortablo on de sa situation per- dut alors par le cri de foi, on ptt
so~nnelle, tant6t dans le seul int rt dun d'enthousiasme de KPLER qui, apres
bien public, dtix-sept annees d'un travail lui permet-
tant de pr6ciser certaines grades lois
q Aimer l'argent pour lui-meme est de la nature, invoque et salue, en upe
un vice bas et repugnant, dit un de fervente pri6re le Maitre des crdatures.
nos maitres ; aimerr pour I'effort Aussi le di.ordre apparent du monde,
qu'il exige et pour le bien qu'il per- aont on parole parfois est le fruit d'une
met do fire est la source des plus hau- observation maladive ou implement
tes et des plus f6condes vertus. ignorance. II n'dclate nulle part. L'dvo-
Et je d(die cette prescription finale lution qui est, en some, la loi de la
A tous ceux qui s'occupent chez nous matiere en travail, apparalt meme dans
d'education l'unitd de l'tre. Prenez l'homme, cette
cellule qui se diversifie toujours,.en
a Faire des hommes aptes A la fois vue de nouvelles functions Parcourez
A gagner de l'argent par le travail et son domnine, de la banale cellule de
a le d6penser largement dans l'intd- revetement cutand au Neurule de Du-
ret public doit 6tre le but le plus ele- rante ; vous ddeouvrez sans peine ette
v6 de l'dducation et de I'6 lucateur I merveilleuse loi de la selection des


--' -~- ~CI~-CBC II~ II~ ~ --Y.-C- I


i









etres. Sans doute, 'od, dor- laisse s'assoupir el isparaitre les ton-
maient dans 1'embryon, les gtrrmes qui, dances 6volutives individuelles.
plus tard, en s, ravoillant, vont consli- Nous ne comptois pas cependant
tuer les apparcils si (elicatts du Tout rous eterniser dans l'Mtude de l'6volu-
humais. Mai que daeminde l't-tr,, une lion arppliqune : la nature physique.
fois form, A la nature qui l'entoure ? Not r, lt 6tait de fire remarquer
Et que recoit-il de cette inatlure ? L) la 'iie;Ie ilgiti ps senlement dlans lo
mati6re more ; cr cett. force ie vie ilom.ii ne !e : sentiments et des idles ;
don't le micanisme faith le d.sesp)ir ',s,.'i, -'i la ltalire Ipiysique, le hlu
de nos recherches, it ne la trove qu'en tal tda:sf.r isme de DAWIN, qui veut
lui-mrme. C'est dhans cetintirn- labo- iro'li lu:n iit que I'hommesoit un pro-
ratoire de son economiie, uniqiemnent duit ii sii.
pour les besoins de son mainlien, de l s fl'ctAt. cognitives de l'horen.,
son accroissement, qui'il fait appel a la suiv'nt u i vigoureuse classilication
nature extdrieure, infusant la vie, parn rison e e r importance rcspecli-
degrr A ccAq,'elle lui oitre, erinoblis en reason ,l leur importance respecti-
adegrd Ic qelle lui olre, enuobls ve. Si la co fuse sensation est A la ba-
sant la nature brute, pour la fire con- se de tout contact conscielt de l'6tre
courir a ces fins. human avec le monde exterieur ; dt-
Le voilAi maintenant ce microcosm, perception sort d domine de l
comme on dAi, opli'aut jour et nuit sa ja la perception sort dii domaine de la
come on dt, operant jour .et nuit sa sensibility propre ; puisqu'elle est unt
propre perfection physique. U o armee cementt de difference entire deux sen-
die cellules, travaillt-uses isifatigables, jugsement de ee et deux av
stations. A miesure done qu on g '
accomplissent la noble besogne, avec cette chellolenos el)ats de consciences
une precision q tout le temps q(u'une forco etranegire, facultis present une importance plus
ne vient point roanpirele I bcl quilibre cipitale, jount uin r6le plus remarqua-
de leur puissant travel. ble dl:s la vie inriividuelle et ont met-
Ah si l'homme potivaic toujo:tir me une itifluence decisive sur la socie-
s'isoler de ce qui I'entomue, exn:ainer td Cependant. de l'enfance a L'age miur',
simrplenmet sa nature pliysi(lue, il coin- elles ne se development pas toutes en
prendrtait la noblesse (do ses tins et (e- une spontaniltd de force et d'action.
roulerait sa vie, dan- une I tmnnonie Les plus utiles msme ne sont pas celles
grandiose et sublime. S ui ldoti d 'i'ne qui nous viennent les premieres et bien
action conscience ldans lo monde, il lui souvent, I'une d'entre-elles, se d6velop-
vient par surcroit, le devoir de cher- pe presque aux depend de toutes les
cher a penetrer les secrets de la natu- autres, rompant ainsi, I'equilibre si sa-
re, a ddcouvrir les lois ([ui president lutaire du cerveau.
A son ordonnance. Si c'est i'irmagiation, cette m6moire
A coup sftr, tout hommo ne saurait creatrice, qui prend le pas sur les au-
avoir, cette hiute idde, de la vie et trou- tres facult6s, s'accentuant dans une
ver dans la nature mnme cette severe measure vraiment excessive, oh alors,
1 con d'une morale agissante. Mais c'est une veritable nalalie pour 1'etre
dans toute communaute, il s'6tablit a ainsi affect, st vie se pursuit au sein
la longue et par selection, uu grou- d'une mdlancolique et continuelle reve-
-* _.- -1 U* F ULj iii & 'AXj7 1. IAL% ,.tAAii -
est cle penser et 'agir pour le rest. nerie des homes et des choses. Heu-
En lui, dvoluent et se concentrent les reux, si avec l'age, la plus noire misan-
forces directrices de cel!e communau- thropie, ne vient point 'assombrir ses
td et c'est peut-etre dicheoir do sa si- derniers jours.
tuation de group dirigeant, si, sugges-
tionnd par des motifs quelcoiques, il D'.J. C. DORSAINVIL.
I L -- "" I II


De la Recette

et de la D6pense

Le chef du service du Contentieux, Mr
Overt, ayant eu hier, a verifier un requ,
pour retenues judiciaires que lui muontrait
M. Theophile Brea, charge d'enregistrer


lesrequs de ce genre, s'aperqut que la pice
6tait fausse.
Les signatures du Directeur de la Re-
cetie et du chefdu Contentieux -taient con-
trefaites ; le No d'ordre qui, come on le
verra dans le fac-simild ci-dessous, est A
gauche, se trouvait A droite. M. Overt se
mit A attendre le voleur qui revint dans
I'aprbs-midi. C'ktait un nomm6 Jules Luc
Luczar qui prbsenta A la caisse un requ de
Trcnte et iune gourdes. On mit la main alors
sur I'audacieux filou qui est actuellement
aux ordres de la justice.


DIRECTION G"ae DE LA RECETTE ET DE LA DEFENSE


Mef u de la -Recele et Ole l a Pepene la somme de .... ...
pouw telenue / lciair prauiqu.ee en m fa at Jut Ie. appoinliment$ ai


LESCANDALE
DE
L'HOTEL DE FRANCE

l)Ds inform itions re-ues d'hier annon-
cent que M. )uroc Mon.lai-ir s'est ddrob6
A Action de la justice, s'6taut refugid I St-
Thomas.
C'est denuit, parait-il, que M. Monplai-
sir s'est embarqud, en pasi:int par Bizoton.
II souffrait encore des blessures qu'il avait
reques au course du scandal qui 6clata le
niois derniert A 1'HoSel de France.
N6anmoins nous pensions que le role de
la Justice ne doit pas s'arreter la, la loi
ayant indiqu6 la procedure A suivre en pa-
reil cas.
L'instruction doit se poursuivre afin
que cette affaire soit definitivenent tiree
au clair. Nous le souhaitons p )ur l'hon-
neur de la justice haftienne.



T1& all Y l

REENS EIGN iEMENTS
MEITEIOROLOGIQTJE

01> oe x -r o t o i x e
OGbservattoire
DU
SEMINAIRE COLLEcE St-MARTIAL
JEUDI 23 AVRIL
Barometre A midi 763 2m/nm
_minimlul 220,2
Temperature maximum 310,3
Moyenne diurne de la temperature 25,2
Ciel covert toute la journbe. Direction
S t L 3 V 1 4C ll--
tan, ESE l'apres-midi.
A 4 h. 30. fort grain ; entire 6 h 7 h.
petite pluiefine. Toral : lo,3m/".
Le barometre s'est peu relevt. dans la
soiree et a bais,6 beaucoup pendant la
nuit.
Fermeture de la malle
Les depichespour St-Marc, New-York et
I'Europe par le steamer < Prins Willem III;
seront ftrmtes remain 25 courant, A 3 heu-
res precises du soir ;
-Celles pour Petit-GoAve, Miragoane,
Jamaique, Inague, k w-York et 1'Europe
par le steamer t Sarnia seront fermees
ce soir A 3 heures precises.
Arrivage
Ce martin est entr6 le steamer ~c Sarnia ,
venant de New-York avec un seul passa-
ger : Mr Norgues.
Ce steamer laissera ce soir pour Petit-
GoAve, Miragoane, Jamaique et New-York.
Avis Important
I1 a di perdu dans la nuit du 16 au' 17
Avrilcourantla superdetruie appartenant au
Go' JOANNISMERISIER et qui a eu la m6daille
All'Exposition Communale du IerMai 1907.
Un&.rcompinse de Cdinquante,gogrd.r est
promise a qui la fera retrouver.


oeoitsr em lou ...:........ ................. .... ....................... S en at
S...Sdance du Jeudi 23 .Avril
pout -.-.................... A la seance d'hier, apres lecture de la
eorl-au-trince, le .... .............. ... .................. .. .9 o correspondence et sanction du dernier pro-
ces-verbal, le President du Grand Corps,
Le Charged du service, proclame les membres des divers Comitds
et Commission.
( Fac-simild du recu qui a Wtd contrefait).ommsson
FMlicitons le Directeur de la Recette, tait beancoup dans la triste carriere oi il Priere d'aviser 'administra-
'integre Jn-Charles Pressoir, le chef du trouvait bon de mettre son intelligence de- tion de la moindre irr~gularit6
2ontentieux ainsi que M. Brda qui arr&te- voy6e. dans Is service du MATIN*
ent & temps les exploits de ce Luczar, II y a, parait-il d'autres complices que la afin qu'il y soit de suite ren6.
u jeune home de 27 ans, qul promet- police recherche activement. die.


Nolvelles E


Dernieres D dpch

MELBOURNE 20.- Ce martin ue
sion s'est produite entire deux,
Braybroog. Junction, a pen dl
de cette ville.
Les wagons furent broyes:et bral&h
personnel furent tu6es et 40 fur'

ou moins gravement blessesj
NEW-YQRK.-- Qn ftr s
pour la mise en libeat6 de-Hairry KL
I'assassin de Stanford White. Le f&icl
r6me est oppose cette mise en li
WASHINOTON 20.- Un nouveau
d'arbitrage a 6td signed entre es Etats-
et 1'Eqpagne.
RoNIE. Le gouveerement Ture a
ne satisfaction au Gouvernrment I
au sujet des dernandes de ce dernier,
tif t 1i'tabliss.ment de bureai ix de pb
italien.
L'incident est considered omme te
ne et 1'escadre ita!icnne qui se prepaI
partir pour Smyrne a requ l'ordre dej
ter dans les eaux italiennes.
CII CAGO 21 A cause d & ai .cm
entreprise tant par le Gouvrineinentf
ral comme celui de l'etat 1Fll1nois~o
les arnachistes, les tribunauo oat retire
cartes de naturalisotion 154 individual
qui il ya des doutes.
NEW-YORK 21.- Le Coisul ginr
Guatemala dans cette ville, a reu on
gramme de la Capitale lui annonnaa
le President Cabrera.vient d'&
un attentat, au moment il rentrait
lais.
Le iPrdsident eut un doilgt em
C,~ toutes les companies de navigatia
suspend 1'escale de la Guavra Acau
ne dpiddmie qui regne dans cettte vilk
qu on croit etre la peste bLbonique. .
WASHINGTON 20. Le gouverneW
americain a dtd avis6 office lementqua
pid6mie se propage dans d'tutres viies
Venezuela.
CARACAS 19 ( via Curama*) .-Lei
sident Castro a public un 4iccrei fer~
le port de la Guayra pour Ij ours ji
ce que le comile d'Hygiene informed I
1'dpiddmie qui s6vit dans ce port.
Les importations et les xportatiofl
font par Porto Cabello.


Cie des PompieIs Lib


Cours d'instructi

Noms des Pompiers qui doi
presenter d la Station centrale
semaine du 27 au ler Mai
H. Pierre L ,uis, co~nsller,
lar Per,.Benoit .Michaad,, RD
andre, Horacius Placid*', Jo
blette, Salomon Paul, I osep
sous-officiers ;'Mourlon HyppolI
Fils Aim6,Montas Civil, LdopWol
re, Charles Roy. e.ie Edmonld,
beau Joseph, Eugene Pioux,
nuel Salgado, Charles Ipnoceot1
rian Andre, Joseph Cl1ophat.l
eois St-Sume, hermonfils J1.
Ldonce Placide, Perduel 'SylvaiA
ry Rich6, Duval Duvallier.
Port-au-Prince, 24 Avtil 908.
Le Commandant,
LoUIS I-


1
C
rt
a


-mom-= 7M


CY ............. -


t
1


(on v4








6mwosthIiee Romulus
vpiStillatear-cduliq Lio r oiste-in-
dustriel,
oi, etrnezi9?ai-lJ d J V cposition fUni
*wle Sint bOtj ; 'ab;s- UO-qi
q d'.AIneiri(Iue )
AnfloCO1 es ciieiit~ elWit A PorI
*.iiflC.O qutw dati l R ir-~; l ~ i
rcc ss, c-d vmt a I'a a lu'

MKarlinl, ah rue Rtptbicaine(G'and'-
p ) ba e No 38, ii IAa dolaY.t-
Sdo Nord.
,fort Pice Avi 1


'TPanarflas !...


Elegants, solide., arrives par le
montrial ,.
Chez M"~ LeIONIDE SOLAGES.
Rue des Fronts-Foris.

Cours de Commerce

A paitir du co nmenceeent du mois
SMaiun course de Commerce sera
vertal'InJtitution St I onis de Gonza-
ue.
Cecour; co:npreniltra lI'tude de la
uoographlie, do la damlyiog'"apllie
machine Acrira ), du commerce et
la comptabilit6 proprement dite ;
sera fait par un professeur dipl6me
('Ec:le Pigier.
]'avise au pib'i.M ( lion trouvera du
rc sal6 frais a 0.80 la
re; more large, 0.70
livre.
ladep6t CADET LUNDI
Rue deo Front.s Forts No. 75.


Electrotlierapie

L'Application tlchnique de l'llectri-
t6 au traitemnint ds maladies, est
Sprocde ratioinrel au plus haut de-
1 de la Science moderne, ct eflica-
1SU"tout dans les af/eclits utriaes,
Acialement 'es Iutdomin ites, les AMd-
ites, Catarrhes. IMeinortlh gies, Dou-
ors, Erosions, Cellulites et AdhiCren-
", Fongosiljs, Slpiigitcs, (varitcs,
iles de fausses couches ou do cou-
ps m1al soignl6es, 1)placements,
lypes Fibrones, etc, ; ct dans les
rtio ons g6nilo-Uinaires spdciales de
1rmme.
e Procie de, c art Pefecion e tacit
I8 la cure de ces affectiolas, est
dcteux : il preserve les malades
angers inhdrenits ( Chloroforme,
et ls suites facheuses si non
rtapr1s I'op6ralion chirurgicale)
oprations chirurgicales prati-
falte de savoir mieux pour soit-l
gatrir ces affections.
eur C. GAVEAU
DECIN, CHIRURGIEN,
dACCOUCHEUR
t6 de l'Universitd de Harvard
(Etats-Unis)
'binet d'Electroth6rapie
51, RUE FIROU, 51.
Port-au-Prin -e
lasltatios et traitements.
Sures B -11 heures du matin
-heao B 5 hrs. ap66B-mldi


Inulaclure de Ta acs

S. T. L,


I'ah~i i d~~ Puss-i~r'cs et IPur'& ~*
tltjic


V\'E:OUS COME SUIT:
-FoT inra No I ( 25cts. les 10 cigores
U 2 0.30 a a 10 L
Suit en detail
Format No 1 0 05cts. pour2cigarcs
a 2 .0.03cts. par iliece
Pourles achits en gros, les de-
bitants obtiendront 1'escompte
usuelle.
Depot :
PLACE GEFFRARD, No 138.

Chainbres garnies
A Louer


S'adresser au No 38, rue de la


oni~.


Rtu-


Joseph Nadal
PORT-AU-PRINCE
AGENT POUR HAITI


DE
JOHN SIMMONSCOMPANY
NEW-YORK U. S. A.
FABRICANT DE TUYAUX EN FER
ET ACCESSOIRES COMPLETE.
I I H i I Ill I _l -

DE
Me Charles Miilery
NOTAIRE PUBLIC
53, Rae du Port ou Pavde, 5'
Heures: 8hs A midi et 2,,s a 5h

LA MASON

J. CORPASCO
Infume le public et ses clients en
particulier, qu'elle a transfer son
Etablisserent de cordonnerit, de la
rue du Magasin de l'Etat, au No 153 d-e
la Grand'Rue, presqu'en face de I'Ad-
ministration des Postes.
Come par le passe, la Maison pro-
met A ses clients, ainsi qu'htous ceux
qui voudront I'honorer de leur con-
fiance, les m6tnes soins et la mme
ponctualit6 qu'ollea toujours apport6s
dans 1'execution des commander.
Port-au-Prince, 23 Mars 1908.


Ftabriant de chausure
Fabricant de chaussures


AM

o w
wo-dC


Produis lygieliiues pour la Toilelte


U2


adoucit P*(pideimrne auquel ella
dOlltliA IUCImti110 Sliij.ISS ett 111 ve-
Li I 14 lo16 j iicompariabiue t; lii com-
flhirri1>2i 0t 5011 (16iCiCitX, par-
furn. ELic conserve I'6hlt t ct ia fiaiclieur dii Leiot, calr clle st souvteaine
contre le hlde, les phittifir d'ije.tes et eruptions de. li peat.
Saitl'; bisuuI I, invisible, adhlt-
LA I i' iI Hi ct:, iiiapallpbic, rt~parda
LA ii S 11ISil'.(ciaLc-melt pour les person-
ii ii2 iq~VuiAaVul' Lil teint
.1 rproch-ible ; son par furn delicat, son veloutih.:t 'un!v iihu.,' faire d'elle,
la Favorite ducis Ioudres de Toilette.


LE


[SAiO SIL4


:1(10, C!-&Ine -Sirnon,
tz k-. d
lIJEI j0-Id3i ~ItJt dtbgi'ti


routes les qualitds Ieijil :azatoi ci p-r- i ,ii'' = C(
est particuliiertinent r'ecoinnviu'nd& pour 1i1Toilet ,e
dames don't la peau est delicate.
Acfence G~nerale et D~p6t pou- Haiti


:i et onur les,
lis et pour les,


.AC la MVeto yol:
MAISON JULES LAVILLI;
')~, Rue du Magasin .e l'E .at, U;


TiERnEnh CONfITtNEEi&
DIE
Port-au-Prince

PREPARATION DES' PEAUX DE NGT-QUTHE (24) COULEURS.
CAPACITfL 5I00 PEA UX All .():1
PRIX DES CHAUSS:IRiKS C(OM E SUI'T :


Chevreau glac:; Boutone;6 ct Lc(:
a a at
Verni et couleurs: a
POUR ENFANTS: .


Banue nalionaie 'aaiti

Confoi'rmnint l atx instru'ctmios (It
Mr Ic Secr'6ljaire d'l tat des Financ'.
o t du Conmme cc, la Banque Natioialit
d'Haiti a I'ltoiineur d'inforiier les in -
tere-sss qu'ils peuvent A partir do cor
jour, toucher A s(s guichets, par an
ticipation. le coupon No 16, echeance
:do ter Juillet 1908, des titres roses cl
Sbleus de ta'Dette Intlrieure
Port-au-Prince, le 22 Avril 1908.
*e Repa
*
17e Repavtiton.


La Manufacture a toujours en ae- Conformement aux instructions (u
p6t un grand stock,- pour la veu'.e Secr6taire d'Etat des Fina;nce ia B.in-
en gros et detail,- de chaussures sn que Nalionale d'lIaili a i'lhonreurd'ii:-
tous genres pour former les int.'i'es6s qu'iils peti-vi.,
HONMmS, FIMExS, ENFAr.rTS t partir de ce jour, se lprtInter i a
Les commander des contuergarnts ses guichets pour toucher une dix-s-lp-
de l'interieur pourront 6tre ex6cutecs time rdpartiion sur les emprunts .sui-
dans une spmaiue a peu prAs vants:
Emprunts du Gouvernemept d Haili
23, rue des FronIta- Forts, 623 olo : 1 o/o inltbrts du ler Mars au
POnT-AU -P&mmc ( Brt? ) :30 Avril 1908 :


poii, Hou,,.: e. ct 1).'/,:t 10 ( D)i." ldes)
a I :~ mC ...:',: 10 0 ( 'cix gde..)
a '.: .: : .Anu,,;; 12 (d uaze gdes)
S. six (gdes)


0;, o I "2 ,. i(I 1 'M ar-;au
:it Avi in ri -, j.n:r. rt .t s-,nr re-
lP i ,it l'iii Ii "2"2 Avril i1!08


1te Rdpartition.
Confornm4met aux inst actions da
Secretaire d'Etat des Finances, la Ban-
que Nationale d'Huiti a l'honneur d'in-
former les interesses qu'ils peuvent,
A partir de ce jour, se presenter A ses
guichets pour toucher une dix huitid-
me rdpartition sur les emprunts sui-
vants :
Einpr unts du Gouvernement d'Haiti
0 o ': 1 o!o initietLs du e r Mai au
:30 Juin 1908
Emprur-tf du (;Giul,cm neient d'll,,ili
:, olo : 12 o,'o iritneits du eir Mai au
30 juiin 1908, centre Ire(',i et sur pit-
sentation des boi.s.
Les poit eurs sont avisds qu'ils doi-
vent pties.c.nter un reQu pour chaque
repartition.
Port-au-Prince, le 22 Avril 1908.


i___e


sc~- I9ldP~-C-- I-~~----.1 --


mw- m


~~---- -~


4









Au dernier cri! MAkCHINES & COUDRE
FABRICATION DE CHAUSSURES
Da tERRARI


JL. L AZI'-J J r
A I'honneur announcerer a ses inoi-
breux clients de la (Capitale ct de la
province qu'ilvient do so trantfst('t"er (d
la Rue desFronts-Forts, avec soin Iin'lc i
stock de chaussures, d la Groind'J-uec
au No 153 avec l'inscription ci-dessi-:.
I.es clients seront toljours sei\'is
dans les moines conditions ; c'est-a-
dire avoc les 5 o/o d'escompte sur la
vente en gros ; sans oublier lIs me-
mes soins et la meme exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re prendre les measures A domicile.
L'ARTISTE

F. STINES
Bien connu lu gral ilublic, ;c mncl
a la disposition de tous ceux (ii vou-
draient conserve, en des po:traits-
artistiques d'une rrsscnmblance r t lf'ai-
te, les traits de parent ott d'atiis ;t-
fection es.
M. F. STINESI rICproduit !cs point Iritss
les plus abim6s, les plus detntiorcs,
triompliant de I'4euvre dtvasta!rice
du temps auquel il atrachlie a vec le
plus grand succs, la beautA et la grat-
ce des piysionomies qu'on croyait
disparues A jamais.
Adresse: Rue Pacde, en face la Plha,'-
macie Ewald.

A Vendre
Dat.s la rue Bonne-Foi ou Rloux,
une maison A 6tage confortablement
installed ayant : au rez-de-chaussde,
3 grande pieces et galerie ; et a l'e-
tage, cinq chambres spacieuses. Cour,
cominuns, bassin.
S'adresser A nos bureaux pour tous
renseignements.
-- .-

A A. le I alti' is l Co
3~, Rue du Magasin te It,'Ktat
Nlaisoi l1ou,(iee e'i 1,-:-..
Bijouterie, Orf6vrori.. G cavuro
Vient de recevoir dls at it:le:; de ,par-
fumerie pour los goAts \L., plus diftici-
les. Les parfums cxqTais et rare .d'une
delicatesse tp6entraute qu'elle otfie i ses
clients sout de vritables petites :.er-
veilles.
Les derniere3 marques qui char n:.:-t
le Tout Paris south chez Matteis
Son Sourire, Floramye, Trdfolia. Iddal
Cyclamen, Vivitz, etc.
La matson a toujours un grati !-i
sortiment do bijouterie, acgenterie,
bibelots de tous genres, parfumerieos,
lunettes, montres or et argent, pandu-
lea garanties.
Spicialitis: bagues francaises eu bril-
lants A partir de P. 200, alliances Or
i8 K anglaises et franCaises sur com-
mande, Service d'argenterie complete
pour marriages.
Tousles articles vendus par la mat-
son sont garantis.
Achat de diamants, pierres precieu-
ses et vieille bijouterie a des prix avan-
tageux. Dernier cri : Lunettes jaunes.
Centre remise de Deux dollars en
timbres-poste d'Haiti, la Maison Mat-
tdis envoie franc de port sous pli recom-
mandd dans toute les villes de la Rdpu-
blique: Lunettes ou Lorgnons en nickel
inoxydables, selon les prescriptions deo
Dooteurs on instructions des achteours.


"SINGER,"


Machines 6L main, i dcix li!s pour tdu0;oraiI's et Ci clu(4e avec base
4,11 fIt' l.(.I ;wC ?.SO~irts c~umplut's Mbeji dt~cuI P rix *8 dollars
iVIn;l Cii ~..; A mai ri, ve c basel oii bois ii c c u~ivl ll ift>. atc.c~ 8i o iIO5s
[Pw U P rIi t t e ', I l s c~i xt~ s ~. . . . I .? d o lla rs.
1\1:i : A p a p ales, pouri. cor'dotiio. I'iX.. .... dollars
En vonte : 134, GRA&N D'RUE (Ouest).
G. CORDASCO


KOLA


DE


KINGSTON
MACNISI-S KOIA PURE
MACNISH'S i IRON BREW )
En Vent.e
cliez Catinat Fouchard
Rac du Centre


OC ULTSTESI..
VERRES t iLANCS, BLEUS, FUMES,
JAUNES, du Ir Fieuzal ct du Dr Motais
VERRES BIGON CAVES, BICON-
VEXES, PARISCOPIQUES CONCAVES, PE-
RISCOPIQUES CONVE\X S.
Assortiment completes foyers
VERRES JAUNSs, FUMAS, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille
Sans foyers '
Verres blancs cylindriques, concaves
et con mex's.
Asso;driment 'l axes complete.
4:hez A. DE MA TTEIS.

A VENDRE
Bon via de Bordeaux
chez Alexis Benoit
63, RUE BONNE FOI.


Cordonnerie Nouvelle


G, B. PETI A
143, GRAND'BUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS GENRES
EN DlI1'OT, POUR LA VENTE
EN GROS ET DETAIL.
Execution prompted des
corinnandes, tant ici qu'en
Province.
Formes A homines; 61gantes ct
Sationelles.
Cha ,ssurues d, ldames ( Derniere
mode de 'ari.s ) et lc plus commode:
chaussures poir e infants confection-
ndes avec desPeau dte toufes nuances
d'une selection et duree irreprocha-
bles, A des prix avantageux.
Cirages, pates et liquids
Pour chaussures de routes nuances.
---- ~.I-- --------
i-"oi^ z- participer
: tIDy1TEMEiNT
AU PiCGiHAi"U TIRAGE
i LIi3LrOT'S PANAMA
-: ""/ oi'iT f E80,000',
-..^e ,, O0 0 "" '


13, uc 3chcLcLoaart, I-aris.
.- -es., .


He-A -u BELLEVUE
II f ISTA '1A NT BLL V
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
Mie Hermance ALFRED
T61lphore., 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation moderne et comfortable. Vue -sur la mer. Tempdrature
douce et rdgulikre. -LesTramways desservent I'Hdtel-Bellevue toutes les 7 Minutes
PROPRITl SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -- JAIDIN3
Salle de riception.--Piano.-Gramophone.
Sonneries lectriques


Table d'H6te


ious les fours, de midi d 2 heurps,
d. o 4 8 heiree t ianir


A Vendre
Alcool depuis 90 degr6s etTd&-
dogres.
Procdd49 Institut Pasteur.
Exp!oilation Coustard, Per etiJ
ceonil.
Livrai on en grande quantitY.
S'ADRESSER A
Whitty fr6res
SEULS AGENTS REPR*4ENTAnS
2, Rue des C 6ars, 2

Maison F. BRIUNff
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancien membre de la Societtd Pb
thoypique des maitres tailleurs de P
Vicnt do recevoir un grand choizi
toties diagonal, ca.n-irmi alpaca, ch~
to, cheviote p;ouri eedl, etc, Ree00o
:ie partic.uli,3re/.nt i sa client~l
bele collection d coupes de casi
toute beauty.
Sp6cialitd de Costumes de
cos.- Coupes Fran;aise, Anglais
Am6ricaine de la derni6re perfe
La mason confectionne aussi des
tu anes militaires, habits b
dolmana, tuniques, habits
cMa. et etc, de to-t rcrade.

Fabrique de chap
La Fabrique de chapeaux in
I'Ecole des Arts et Metiers,
ment Maison Centrale, sous la
social de Vve P. Benoit et J. C.
teau a 1'honneur d'informer le
qu'il trouvera en son dbp6t un
stock de chapeaux de paille supdr
nouvant satisfaire les golts les
aifficies; malgry ces avantages
cmet ses chapeaux en ventes on
modique defiant toute concurrerfl
La fabrique informe en outrele
blic qu'elle est la seule qui en
tiornne a Port-au-Prince et ce, aI
concours d'ouvrieres venues
stment de l'Etranger.
La fabrique repare aussi tout"
teo de chapeaux. Boa march
tio nel.


A LLEGANCE,

CORDONNEBIE.


421. Rac 'e Fr
CHAUSSURES EN DJPOTIT0 U
Promptitude et soi i
des tant ici qu'en provi ce C.
Chaussures de DamezfrmI
vail toujours tout ce qu yl y
nouveaux.
Formes amrricaine t fr
Messieurs ; 6l1gantes et_
Pour les enfants le pl s r*A
Travail solid
des peaux de preZ' -d
Assurance de grand
PAtes, GirJmge