<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00317
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 23, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00317

Full Text
esuxibme Ann6e, No 321.


PORT-AU-PRKNCE ( HAiri )


Jeudi, 23 Avril 1908


C


j


QUOTIDIEN

ABONNEKENTS DIRECTEUR: LE[ N:t! U 10(ANTI\I

I oIs Une Gourde D'AVANCE C1ereXlt N'aglcire, L an IneU parten du td
1-c~s abotini, memns parents du 1cr c't du i d
DIPARTEMENTS & TRANGSR R:DACTION-ADNINlNSTII .\'I'I )N n1is et so!)! pa-vab1i cs'.incc
Frai- de p'ostee sits. 45, RUE ROUX, .fj.


)our tout ce qui concern l'Administration du Journal. s'adresser >nrs&lir


Arthur IS-IDORE, As, Rue R r : r3 1


U\N ASNN IV ER SA IR E A qu'il fut le chantre incomparable de Putis, j'appris lout .soul la prosodio
notri nature tropical. fr;ancaise. Je me siirpris nn ior
Mais un dernier mot. cravonner quenqueuo sltrophls. .i l-
Comment Oswald se fraya-t-il son trouvai parfaites. C'ltait de la iprtten-
OSW ALD DURAND chemin et devint-il un amant passion- fion, je dois I'avouier: -ependant.
n6 des Muses ? I c'Atait aussi tris naturil, m Sans doute il n3quit pokte et'sa pin- n'avaient d'aintre aidmrirate, op moi.
IIy a Jeux an -, L pa 'eille date, le C'etait un vi'rIntblet artistl. II avait ce etait toute marqiade au Parnasse, Mais je n'osai en rien fire. .Ie pour-
Avril 196- tout P'ort-au-Prince minetveiller par les charms d(nt so en venant au monde. suivis mes essais ponriant. Quand je
tit en terre, un home affection- pens6e se rev6tait aussilot (lu'i! ou- a Cepeudant, disait-il toujours, je me pentis de force A narattr, en pu-
de ous un ainant passionn6 des vrait son Ame A ses reveries, on qu'il suis fils de mes oeuvres. Je dois mes blic je n'hesitai pas A tentfAr la renom-
s, I'ade des faits hbroiques de improvisait, 4tendu dans son hanac, success a mes efforts personnel. mhe. Mes premieres impressions fn-
histoire, OSWALD DURAND, qui, SOUS les '"its mnang'uiers de Bizoton- Et, en effect, it n'eut point A son d6- rent accueillies et applaudies.
ses oeuvres remarquables, merita les-Bains, quel(iues couplets d'amour but dans la vie lea moyens come Et c'est ainsi qne de mes propres
tre glorieux die pokte national. A sa griffonne favorite, o, bion, A I'om- beaucoup d'autres, de se fair un ailes je pris mon essor.
tait an virtuose d'une belle en- bre des frais cu~mitiers de Matiani ou nom brilliant dans la literature. Sea cMa reputation atait faite: j'avais :.-
epotique,- doud d'exquises bien enrore tudes pri- quis la protection des dieux (iui n'a-
s et d'une brillante p6entration sous le d6- maires ter- vaient inspire. v
prit. me des s l : ; .. mines il lui LA est tout le m6rile. Une tell. vO-
lstvait plaire dans tous Ic s genres tes palinis- .. ,. ,fallait em- lonte d'action valait bien I'apo(tlhit~se
il cultivait, eut-il a chanter nos tes de P16- ( DraS8er une a laqiuAlle as-ita lIe hardp, lo ton- -
nes verdoyanttes, no planes tionville, c' e i carrier na a-de, quand vint I'hletre de rendre
villeuses, avec les limpides course sti o I df- -. nuelle pour homage A son lumineux talent d'ar-
'ui les t.aver-ent en tous sens bord antes subvenir S tiste.
les fertilisent, nos bosquets chat- dii plus pur es besoins II nest plus. Son souvenir iioi! nol-
Dnts, nos sites lienchanrtetus sur I patiiot is're. II so lit ap- rester chlcr et. chaquii ar;nto, ea, 2
chant des csteaux enssoleill~s ou I.i-ez [da(- prinli fir- Avril, tresoi t une o ironi lo-
as les profondeurs de 1:os pai.i- lina, lise z blantie'r. r"e et d'hoinenir ;'t coluiqui setanta ve-
9svallons. Choucoune, C'8:' st dan- nir sa lH diait, dans tin a lieu sul'-
amris il ne lui manquait la note list z Ces sAl- t V "'eliter oC: i, l jnutnessne :
lue ni l'ori- inalild nrcessairte lemands, se i ful adnis Celui qul va mourir, vouS s~luc. ,' jlunec
peindie chaqlue tableau qui se chants pat.; I lr .'il se peai A\enir u tIh:,
roulait a ses regards, lori;que, le oliques, et .- a fcction(ia ue par votre talent note IH;iti n-i;isse
Fl, aux premiers feux du jour, ou vous y tIot.- dans es lett Nos vertus lui rcndront .es droits lo4I, hiap
tMir. par utn boeu clair de lune. il verez lomit tres, les sci- 'ois, pour cncoarager t(or heurcu. \eti.
aitu sein de notre incomparable I'homme, le ences cl lea, () gWn.ratlion
ure, clihechei une inspiration. po6te, le pa- pa vis. Nouvelle! te saints debut, lin ite nue
Vuist, assis tranquil au bood triote q(i o *Je PIe piis Bn~nitant te efforts el ton ascension !...
fnruisseau ou appuy6 conlre let s'atitra IFes- A4sudi.er, rd
'es & entrecroisemnent des sen- time et la ptait ilpour
F-'uris, ii coutait le frisson des symopalh ie, me compl
*_ crayon & la main, dcrivant non seule- te 'Lan, V
z ions de son coeur. Et blen- meut de sre ta h 4 qu'a DE LA
"e t tourn'ait au logis, heureux oomrpXrio- NMbow CONSC(ENC NATI( L
f.it: un petit chef-d'o uvre ve- tea,'maisen doE r, IE I
d oir le jour. core de tous_ che le pa- -
Lt.iJ.e occupait sa pensee au- ceux quisa- Oswald DURAND ron, foidl- En polidque, la pire des situations est
4ae -importe quel sujet qui l'as- ventdansles telais n a 8e- Ie silence des mt&cntents. Les malenten-
t dans ses peregrinations A regions loirO Po6te National ve des dos grettables peuvent devenir funes-
Snos bois silencieux.- II la pre- taines d'Ou- grandsa dci- tes poor an gouvernement, si gouver-
Passage dans sa gracieuse sim- tre-mer admirer le C.alent reel i'ill- vans. La posie fixa toutefois mon nants et gouvemns ne trouvent le moyen
OU dans son opulent grandeur port o,, ii se rencontre. espiit. Je cherchai. dl'e lors, lea boos de fire cesser les m6chantes passions qui
tirts taon honneur sur les cordes Coppdeet Brisson lui ouit teidi cior- auteurs. Lainartine, lugo, Barbier, obscurcissent la virit: et .qui dgarent
t yre toujours vibrant, to jours dialement, confraternellemeni la maina Musset et tous l-. giarals noms de la raison au milieu des int&rets pirticuliers
'e", de chants bien dignes pour Mort, Oswald revit dans tons 1 s litlktature tirajgre. (.ervantes, Shak- cherchant satisfaction au mipris de cc qui
sa beauty native ou rendre coeurs. II a emportl avec lui dars !a spears, Scliller, Milton, excitaient devait constituer le bonheur national. Un
o[" a es vertus l6gendaires, A froide tombe des regrets qui ternis.- en moi Ic feu sac i lors e je mettais confit est un uiat de goerre samn hostility
ld11l. de ees sentiments de mere ront sa m6moire. Ici come ailleuris, une passion ardente A devrer leurs ouvres. On gagne beaucoup A se fire
Son aimera souvent se ressouvenir ceuvres immortelles. coampnadre ; t. alon. i'entenm deviant


_ -- -- LII- -----44-- ---~ -- I-----u -- -- --~-~rn I~YT ---- -Clur


I






facile, parce que tout le monde se com-
prend.
Dans une situation aussi embrouilt4e
que celle en presence de laquelle le peu-
pie haitien se trouve, c'cst sexposer, c'est
commettre on tort A la Nation, que de nt
pas dCgager la verits politique du poids
de la propaganda charge d'absnr-
dit6s diplomatiquement calculdes, dc
faux-bruits alarmants et de mensonges ac-
cablants contre les nobles intentions do
President Nord Alexis qui est venu donner
une nouvelle impuls'on & son pays, hat
tianiser son Gouvernement par une po!ti-
que de conservation rationale.
II est boi que le people haitien tout
enter, apprenne que plusicurs journaux
strangers pub!ient des articles accrimonieux
centre notre Nation et principa'ernent con-
le President d'Hahi ; que cc, journaux,
distributes dans toutes les parties du Mon-
de, clament sans pourtant pouvoir allW-
guer des preuves manifestes que les Ne-
gres haitiens se prcparcnt au massacre des
blancs a Haiti, atin de satifaire la haine
de leur Chef qui se revlIe limiitatcr de
Dessalines, que lc Gcndr.al Nord Alexis
ordonne 1'assassinat de tous lis h ti.icn
qui ont des aspirations firministcs. C. qui
est faux et matirielktnent impossible dans
un pays civilise c imme le n6trc, ou le
Droit des gens est positiveinent eta-
bli, oi le droit international est 16galement
exerc6 de puissance A puissance et avec
tout le respect di A des atnities respectives
de Gouvernements
La vdrit6, c'est quc nombre d'etrangcrs
de diff&rentes nationalities residant A Haiti
et exerCant le Commerce ou des operations
de Binquier ont vouc le (ouverneinent pr
side par le General Nord Alexis a une hai-
ne implacable, parce que celui-ci a ouvert
un grand proces sur la Consolidation
des dettes publiques op'.rce par le Gouver-
nement du cynique Tiresias Simon Sam
quitavait pill 1le Trdsor d'Haiti en com-
p:.gnie des membresde son Cabinet minis-
tiriel et ayant pour complies des nCgo-
ciants ct banquiers strangers et les agents
coupables de la Banqne Notionale.
La justice rdprcssivedans toute l'intlgra-
lit6 de sa contpdtence a rendu un arrnt de
condemnation contre tous les coquinsItran-
gers ou haiticns qui avaient vol I'Etat
haitien.
Les contre-bons fraudulei.st.tnnt cmis
ont etc annulled ; la restitution .i Et faite
au Trtsor, de tous Irs iutitcts prilcvs
sur ces contre-bons, aiasi que de routes
lcs sonumes qui avaient .tu iil6galcment
pcf ues provenant de cctte mauvaise con-
solidation, de miktn dc routes les valeurs
illicitcmcnt rctenues par la Banque Natio-
nale au prejudice de I'Etat.
Le Pitsidenw Nord Alexis a categoriquc-
meni rtfus. de contractor des emprunts
avec cl Ilaut Commerce qui se donnait
des r.iitcs tackles sur Etat ct c qui s'en-
clis.ait rapidcinent A 1'.idJe de tells tian
actions.
Les tfonciiionnires et employs du Gou-
Vctrnetncnt .tant pay)ds rCguliieretent cha-
qucmois, il n'est plus laiss6 demoycns aux
banquiers exploiteursd'escompter les fu illes
d'appointementsau taux de40 A8o /. C'dtait
une usure et une immorality desorganisant
les services de administration g6ndrale ;
car lescmploy publics qui etaient obliges
de sacritier leuts mnoluments, constaterent
que de a vils jouisseurs usant de 'in-
tuence gouvernlenentale s'cntcndaient avec
les agioteurs moyennant une prime de 10
as 5 */o et obtenaient lc paimencnt qui
Ctait refuse aux proprtalires de cCs feuil-
les d'appointemnents.
De tels procddes amencreat naturelle-
ment la majority des employs publics a
I'immoralite ; non seulement ils avaient
pedu leaur exactitude aux heures frglemen-


tires de bureau et s'absentaient inpu- lists des Etats-Unis d'Amerique ou d'Eu-
ndment de leur travail durant des mnois rope, des notes mcnsongcres t I'aide des-
consicutifs, inais ils vendaient un mois qucllesplusieursjournauxdiscr6ditent notre
d'appointcmu nt A plusieurs escompteurs A Gouvernement, reprisentent notre Venrde
la fois. Chef de I'Etat comme un cruel qui reve
Et la loi sur la retenuc judiciiirc etait Ic massacre des blancs et qui n'offre pas
venue :1t'n4u1t!er le double employ des de scuritt A son people. Je demens aussi
vents sinw'iccs et autrcs actes d'escro- 'assertion des intmresses qui accusent le
querie ,ulli d.vratent amener la revocation. President d'Haitt de vouloir fire assassi-
Le (" n nr d Nord A'exis, autant qu'il lui ner les firministes.
a etc polsble a remedi6 a ce mauv.irs Le G6niral Nord Alexis a fait appel aux
tta' dc chos..s. haitiens de bonne vo'onte, a quelque part
Co q,)it-on muincenant toute la haine politique qu'ils aient appartenn. II a em-
dos E rangers, de ces rapaces ag eteurs con- ployC au service de son Gouvernement des
tre lui ? S'ex'.ique-t-on la cause du mrcon- firministes en nombre considerable, tant
tentcnient de cette ci-ttgorie d haTtiens qui dans l'ordre civil que dans l'ordre militai-
sont resids si longtemps vivre des jouissan- re. Beaucoup d'cntr'tux o'nt Ct comblds
ces gouvernementales. a gagner de fortes de grosses faveurs. Cependant it est averk,
sommes d'argent en dehors de tout travail que la forte majoritC de firministes que le
rdgulier et de toute 6pargne lentement,ho- Gouvernement avait employs a des char-
norablement amassee ? Ils sort contre tout ges publiques dans les Departements de
gouvernenent qui ne les favorite ou qui I'Artibonite et du Nord-Ouest, s'est d6sho-
ne tolcrerait pas Icurs vices. Its sont de norde par la trahison sous les funestes ins-
perp6tuelsconspirateurs. C'est dans la con;- tigations de M. Antenor Firmin qui n'a ja-
pira!ion qu'ils trouvcnt leut grand noyen mais eti attire chose toute sa vie politique
d'cxistencc ct q -'ils ob icnnentdes faveurs. qu'un ingrat, un delateur, un traitre domi-
lis LXploitent tous les gouverneiments, en ni de l'ambition du pouvoir jusqu'a deve-
jouant leur r61e de conspirateurs. Aussi its nir annexionniste. Comment voulez-vous
s'enragent de ne pouvoir continucr leur que le people dans la sagesse de sa conser-
mode de speculation politique : la grande ovation et du maintict de son autonomie,
experience d'u Gndral Nord Alexis a con- ne repudie-t-il pas les principles demorali-
trari lesmauvaisespratiques des s(.hevaliers sateurs et les iddes subversives de M. Fir-
Jc I' Usure et de l'Agio. s Les r eenliers min qui pretend A la prisidnce de son
de la 'Priaricationm en sont devenus'fu- pays, en prechant I'assassinat, I'incendie,
rieux ct se rivoltent contre le system 1 hypotheque des dounces, le parjure des
a Ote-toi ue je m'y m.t'te a qui, par un serments defiddlite, le mepris de I'honneur
nouveau decor, kur a fait perdre leur place militaire etde 1l d:gnitd du citoyen? Quoi!
au Solil. Tout 'a,'urellcnuent, its ont es- les firminis!es n'avaient msme pas hksi.e
sayd de tous Ic, moyens pour renverser le d'attenter aux jours du Chef de l'Etat, de
Gouverncmtint : inech.rntes propagandes, cvt illustre Soldat qui couronne sa car-
trahison adminiiitrative et militaire, defec- riere par une oeuvre r6egnCratrice au rele-
tion dshonorante, troubles, complots, vement de la Patrie!
gutrre civil, vains efforts, rien ne leur a Le G6neral Nord Alexis devrait-il se
reussi I croiser les bras et se laisser abattre par cet-
Its concertent maintenant avec les tran- ic tourbe de politicians 6ccrvel6s quel'am-
gers micontents qui les protigent et faci- bition a exhalt s jusqu'a la folie du crime?
litent leur trame, en appelant au protecto- Parce qu'ils ont eti pris dans leur propre
torat, en souhaitant I'annexion de leurpidge et qu'ils sont vic inmes de l'atentat
pays. qu'ils allatnt commettrelaPress. Er rangere
Anncxion !.. 6 pauvrcs fous qu'ils sont incrimine un Chef d'Etat libre et indepen-
Anntxion !... Mais qni peut annexer dant de s'etre venge dans sa ltgitime de-
Hlaii ? Est-ce parce que cerrains haitiens fense !
fou. de l'ambition du pouvoir et dans leur Quelle ironic !...
desespoir auraient souhaiti la perte de Vk-RITAS.
l'autonomie d'Haiti, qu'une Puissance A-
mie en eit profit pour assouvir sa con- -
voiiise par la force et la violence ? La ma- L J U nTI
jorit6 do people haitien se refuse de croire L U f T .
de tels desseins qui ne sel6gitimeraient pas DE
par aucune principle du droit international.E
Lapropagande a invented cette nouvelle L'HOTEL DE FRANCE
alarmante dans l'unique but de nuire au --
Gouvernemcnt ha'tien. En notre quality de Le SCatin annoncait dernifrement com-
journaliste, nous remplissons le devoir de ment le 4 Mars, un infortune garCon de ca-
d6truire cette propaganda, en en dnmon- f4 nomm6 Georges avait r tui A I'H6tel
trant I'absurdit. Car une Puissance quel- de France ou une regrettable bagarre qu'on
conque, usant de violence centre aiti, aurait pu empecher, s'itait produite.
nc l'aurait ainnri.xe qu'apres la destruction Nous ajoutions que bient6: nou; corn-
du Fpiplc hiaifitinjusqu'.ati dernier citoyi. pl6terions notre informnaions par de nou-
Hait i tct:t i sont existence national dans veaux details qui ont tardd 1 nous parvc-
le Nouveau-Monde, par son invariable de- nir. C'est pourquoi nous venons deman-
vise : a Lib'tte ou la mort Notte Ind6- der aujourd'hui ou cn est-on avec cette tra-
uendance Nationale se justified dans les re- gique affaire.
a:ions diploma'iques pleines de correction Ou est le meurtrier ? Pourquoi n'est-il
et de courtoisie que le Gouvernement hai- pas sous la main mise de la Justice? A-t-il
tien a toujours cues avec les Puissances des complies ? A-t-on interrog d des t-
amies de notre Republique. Et il ne s'est moins ? .
jamain produit une minute qui mettait en Autant de questions qu'on est oblige
peril, par aucun attentat politique, la vie de poser A l'Iuspecteur en Chef de la Poh-
des strangers en Haiti. ce qui avait pour devoir de suivre les I
J'cn apptllel la conscience des Rcprtsentants dispositions legalcs ; au Commissaire du
des Puissances Amies,accreditecs prs Ic Gou- Gouvernemcnt, etc.
vernement d'Hait,. Ils ne pourront jamais On ne doit pas oublier qu'un homme
prc uverquedesmenaces de nortont ete fai- a dtd tud. Pcu imported I'humilitr de sa
ies, dcpuis notre Independande jusqu'a au- condition, la Justice doit agir.
jourd'hui, aux Etrangers, leurs ressortis- Aussi, nous esperons qu'on fisse bien-
sants, residant a Haiti. J'oppose le plus t6t le jour sur ce drame sanglant qui cl6-
grand d6menti aux propagandists haitiens tura A l'H6tel de France, les ttes du Car-
ou exotiques qui fournissent aux journa- naval.


RENSEIGNEMENTs
M TEOROLOGIQI

Cb1servatoir,
DU
SEMINAIRE COLLEGE Stgi

MIRCREDI 22 AVIu
Baroitacre a unidi

Temp6raturei1uiauw r. -
maximum
Moyenne diurne de la tempiratmu
Ciel clair toute la journey jusqu'i
da soir ; covert partir de 7 h.
Qutlqu-s p-tites ondees entire 9k
o1 h. du soir : quAntitt iapp-r:iab.!
EJairs A I'oeucst A partir de 8 h. di
jusqu' A h. d i mna i ; quelques
de tonncrre vcrs 9 h. et demic.
l.e barornmre est stitionnaire.
R. BALTBNWOB
Chambre de Repr6sentau
S,'an *e du A'ercredi 22 .4;'ril
fit r, 1.1 Cli nb111 avant d'iI:a.; i
ordre du iour. nomme une comia
pour vdritir les pouvoirs des d&pu
ID)ratf, Mora.ma Icrnard, Lancelot
Edouard Etienne ct 1). Pinchinat.
comnmi;s;on avait corn'ne prisidenti
S.ivain ct comme rapporteur I
Alex.inlre Bouchertau. Apres I'exam
procCs verb.ux qui turent trouv6s
mes A la loi ilectorale, la commission
clut a la validation des pouvoirs dea
puts qui prctcrent le serment
tionnel.
On pass ensuite a l'ordre du
comportait les points suivants.
I0 Sa c ion du dernier procds vesi
20 Lecture de la correspondence.
30 Formation des divers comrts.
Cet ordre du jour dpuis, la sim
Iev6.
Secr6t-irerie d'Etat des
tions Exterieures
ILe Ptparteinent des Relations
res a 6td avis6 par la Legation A
ne en cctte residence que, selon i
tons du Gouverr.ement Fedr&l, I'
Cotibulaire Anmricaine A Saint-Ma, a
s upprimee.
Secr6ta'rcrie d'Etat do
1'Ag riculture
l.s Conseils comnmunaux de la
que sont avisds qu'a partir do 2i an
les Administratcurs des finances l
conscription tinanciire titndrost I
position la somtne qui Icur es
cha4ue annde, pour la cel6batU
fete national de l'Agricultare,
rer Mai.
Port-au-Prince, a2 A
Avis Importl1a
II a 4t perdu dans la nuith d
Avrilcourant a superde trui
Ga" JOANNISMERISIER et quIa a
I1'Exposition Communa'e do erl
Une recompense de Cinqua k
promise A qui la tera retrouvert


Panamas !..

E14gants, solide, rrir* l
SMontreal a.
Chez M^ LEONIDE SOUIA
Rue des Front "M'








IgvS Esrangles al l aaclre de Tabacs


Dernibres D6p6ches

COsSTANTrOPLE. Le gouvernemeunt
a Iio.euonl d. rcprendre le contr6lc,
les mines de carbon de Eregli ( Asic
I re). Come une comp.gnie fran
%M/de des in r&ts dans ces mines
's par un capital de 1 5 000.000 dc
la prtention de La Sublime Porte a
lieu A un serieux conflict diplorna-
les coucessionnaires'refusent de ven-
nejs Ipropri:e- moins que ce soit au
L gouvernement frangais qui appuie
cprgiquement l'attitude de ses nationaux
notifii au gouvernement Ottoman qu'il
gera une indcmnit! de 2.500 dollars
mr cheque jour de retard dans le r6gle-
eat de cete affaire ainsi que 2 800 ooo00
ium pourcompensariol I la compignie
ssionnrire pour les pertes souffertes
odant les disordres actuels.
LONDRES.- Dans le miinistere d'~tar. on
requ lI response du gouvernement amrri-
ini l'invitation du ouverneincnt britan-
que poor que I'escadrc de cuirai',ds visited
gleterre. i
En remerciant cordia'mnient le gouvcr-
ent anglais, !e president Roosevelt ma-
t que l'escadre ne peut s'arreter dans
an port europeen except, a Malte et
raltar ou elle fera du chlirbon et les rd-
tiotis n6cessaires que le gouvernement
Sisli a si aimablement offertcs.
SDRES. On tclegraphie de Rome
le government Italien a donn6 con-
A la division italienne qui se
ait i partir pur les eaux turques
Sides certitudes qu'offre le gouverne-
Ottoman que 1 Ialie aura les mtmes
ts que les autres puissances en ce qui
ace les concessions postales.
TIFLIS.- L'expdition russe qui p netra
le territoire perse poursuivant une
IdedKourdes se ,rouve dans une situa-
tres critique ; une force superieure de
rdes l'a entoure et prend I'offensive E
tre les russes. Des renforts ont et de -
des.
WILLGEsTAD.- Le consul hollandais a
Guaayra certified que dans cette ville s6-
ne fievre suspect qui occasionne la
nsubitement.Le vapeur Prins Willemn
h ligne hollandaise American a brdil le p
dc La Guayra. A Puerto Cabello on a i
Y) la quarantine contre La Guayra.
EPa T. prince de Sagan, de retour I
t tats-lnis est arrive ce matin A Paris. r
Pnce refuse de r6pondre aux reporters
nes r.meurs de son marriage qui aurait
Slieu aveL Mme Anna Gould.
-"rTEruK BOURG.- Le gouvernement
"ediment les nouvelles publiies par
iquts journaux Etrangers annoncant la
re dlun compl ot qui avait ur
tu k eCzar et les membr de la
~Pt dabk.


mrs de Commerce

tr du commencement du mois
n_ ours de Commerce sera
tInstitution St I ouis deGonza-
COur comprendra l'6tude de la
he d. la dactylographie
Is derire), du commerce et
pabilita pro recent dite
ttiar uin professeur dipl6m,
ft. a u


p



d
d


. T.L.


Amricaitns eln paquets de 10 cig;res
a Labri des pousaieres et Puretd ga-
rentie
VKINDUS COMMa SUIT:
Format N* i 0 2 cts. lea 10 cigars
2 0.30 a a 10
Soit n dd1iil
Format N i 0.0clAs. pour cigars
9a O.Bets. par M -i o
Pour les achats a groa, les d6-
bitants obtlendront 1'esoompte
usuelle.
D6p6t:
PLACE GEFFRARD, N* 138.

Chambres garnies
A Louer
Sadressr au No 38, rue de la Rfu-
Sian.
*-- --
Joseph Nadal
PORT-AU-PRINCE
AGENT POUR HAITI


JOHN SIMMONS COMPANY
NEW-YORK U. S. A.
FABRICANT DR TUYAUX EN PER
rT ACCR88OIRaS COMPLUTS.

ETUDE
DE
M* Charles Millery
NOTAIRE PUBLIC
53, Rue du Port ou Paude, 53
eoures : 8' & nidi et 2" & ~A
AI '--- '
LA MASON

J. COBDASCO
Inf.rme le public et ses clients.eo
particulier, qu'elle a transfdr6 son
Etablissement de cordonnerie, de la
rue du Magasin de I'Etat, au NO 153 de
a Grand'Rue, presqu'en face de I'Ad-
ministration des Postes.
Cornme par le pass, la Maison pro-
met A sea clients, ainsi qu'Atous ceux
ai voudront I'honorer de leur con-
c e, m6mes sons et la meme
Moactualit6 qu'ellea toojours apport6s
tans I'efcoution des eommandee.
Port-au-Prince, 23 Mars 1908.
t ...


Francisco DESUSE
Fabrioant do ohaussaure

La Manufacture a toujours en d6-
p6t an grand stock,- pour la vente
n gross et d6tail,- de chaussures eo
Dus genres pour
HOMMas, FaMMus, ENIrAiTS
Lea commandos des commergants
le l'int6rieur pourront btre executes
laas une semaine a pen prba.
23, rue des Fronts-Forts, 23
POwT-aU-PaINCIG ( *AIT'


Le


MIE
oll


LA


fum. Elle conserve I
centre le hale, les pi


adoucit I'6piderre auquel ella
done une souplesse et un ve-
loute incomparable en lui com-
fcUt aic muniquant son d6licieux par-
I'dclat et la fralcheur du teint, car elle est souvoraine
iqdres d'intseites et les eruptions de la peau.


sans bismuth, invisible, adhe-
LA Irente, impalpable, pr3par6e
LA lspcialement pour les person-
ni s qui veullnt avoil un teint
.arprochlble; soin patfum d6licat, son veloIat out contribud a faire d'elle,
la Favorite dcs Poudres de Toilette.
it l ase de Crrne Simon,
g1 1t incipes
L E l|s ,i, n'.i' de x 'llygille
o. e o; ll c rain dgre6
toute s les qualit.-l i t'iis les et ipre trv;a I'ic' d I a (1 i ne 4 Stuon ; il
est particulireinent rec)innnindd pour la Ttiltltte dt!Ls enfan;ts et pour les,
dames don't la peau est delicate.
Agence G6nerale et D6p6t pour Haiti
.A. laL 3It t t'opole
MAISON JULES LAVILLE
93, Rue du Magasin de I'Etat, 93
I -- -

TANNERIE CONTINENTAL
Di


PREPARATION


Port-au-Prince

DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)COULEURS.
CAPACITi 50C PEAUX PAR JOUR


PRIX DES CHAUSSURES COME SUIT:
Chevreau glace: Boutonn6 et Lac6 pour Hommes et Dames 10 ( Dix gdes)
a a a a Recommandle 10 (Dix gdes.)
Verni et couleurs: a a Recommandle 12 (dcuzegdes)
PoU ExPANTS: . . . 6 six (gds)


Banue national d'Haili

Conformement aux instructions de
Mr le Secretaire d'Etat des Firianc s
et du Commerce, la Banque Nat~onale
d'eaiti a i'honneur d'informer les in-
tdrersss qu'is penvent a partir de ce
jour, toucher sea guichets, par an-
timpelloa. e Oripon No 16, echeerace
do err tSdllet Iudte Utres roses
blendo Ie a Delte itorieur
Port-au-Prince, le 22 Avril 490.

i7e Repartilon.
Conform6ment aux instructi ns du
Secretaire d'Etat des Finances, a Ban-
que Nationale d'Hiliti a I'hionneurd'in-
former les intdressds qu'ils peuvent,
A partir de ce jour, se iprsenter A
ses guicliets pour toucher une dix-sep-
tiWme riparlition sur lea emnprunts sui-
vants:
Emprunts du Gouverneaept d Haiti
0 o/o : 1 o/o Inter6ts du ter Mars au
30 Avril 1908 :


P' nmprunts dt G ouvernement d'taiti
. ,, o ; /I2 ojo irnthrts di te r Mars au
:30 Avril 1!08, conlre re:u et sur pid-
si-itation de bons.
Iort anr-Piince, le 22 Avril 1908

18e Rdpartition.
Conform6ment aux instructions du
Secrtlaire d'Etat des Finances, la Ban-
que Natiooale d'Habti a J'booearr dqt
former les intdreass qu'lsl peuvent,
A partir de ce jour, se presenter a sea
goichets pour toucher one dix-huiti-
me rdpartition sur lea emprunts sui-
vants :
Emprunts du Gouvernement d'Haiti
0 o/o : 1 olo interets du ler Mai au
30 Juin 1908
Emprults du Gnuvernement d'H. iti
3 olo : 12 o/o intdrets du ler Mai au
30 juin 1908, contre reeu et sur pri-
sentation des bons.
Lea porteurs sont aviae qu'ils doi-
vent preseAner un recu pour chaque
repartition.
Port-au-Prince, le.2 Avril 1008.


Produils ifyen lipes pour lToa iltte





"1m aM.BTSI abU ,*UOAS i .IMSiw
am| ft MXUM ~a88brteZIA= oftoUadl


---- -- ------- ~-i ----i_-C-_






Au dernier cril
FABRICATION DE CHAUSSURES
D. FERRARI
A I'lhonneur d'annoncer a ses norm-
breux clients de la Capitale et de la
province qu'il vient de se transfer de
la Rue desFronts Forts, avec son m&rne
stock de chaussures, d la Grand'Rue
au N* 153 avec l'inscription ci-dessus.
Les clients seront toujours servis
dans les memes conditions ; c'est-h-
dire avec les 5 */o d'escompte sur la
vente en gros ; sans oublier les me-
mes soins et la meme exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re prendre los measures A domicile.
.- -_. .. ..
L'ARTISTE

F. STINES
Bien connu du grand public, se met
At la disposition de tous ceux qui vou-
draient conserver, en des portraits
artistiques d'une resemblance parfai-
te, los traits de parents ou d'amis ;af-
fectionnrs.
M. F. STINES reproduit les portraits
les plus ablin6s, les plus det6iior6s,
triompliant de l~'(uvre devastatrice
du temps auquel il aTrache avec le
plus grand succes, la beauty et la grai-
ce des pliysionomies qu'on croyait
disparues A jainais.
Adresse: Rue Pacee, en face la Phar-
macie Ewald.

A Vendre
Dans la rue Bonne-Foi ou Roux,
une maison a etage confortablement
installed ayant : au rez-de-chaussde,
3 grades pieces et galerie ; et A 1'6-
tage, cinq cliambres spacieuses. Cour,
communs, bassin.
S'adresser A nos bureaux pour tous
renseignements.
---s

SA. de Malleis et Co.
3?, Rue du Magasin de l' tat
Nai-soti loitlee en 18,.
Bijouterie, Orf6vrerit. Gravure
Vient de recevoir des a, ticles de par-
fumerie pour les golts les plus dillici-
les. Les parfums exquis et rares d'une
d61icatesse p6n6trante qu'elle otire A ses
clients sent de vdritables petites mer-
veilles.
Lea dernieres marques qui charmeut
le Tout Paris sont chez Matteis :
Son Sowrira, Floramye, Trfeia. Iddal
Cyleimen, Vivit, etc.
La mason a touours un grand is-
sortimeut dc bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries,
lunettes, miotires or et argent, pendu-
les garanties.
Specialitfs: bagues franuaises eu bril-
lants a pirtir de P. a00, alliances Or
18 K an laises et francaises sur com-
mande, Service d'argeuterie complete
pour manages.
Tousles articles vendus par la mai-
son sont garantis.
Achat de diamants, pierres precieu-
ses et vieille bijouterie t des prix avan-
tageux. Dernier cri : Lunettes jaunes.
Contre remise de Deux dollars en
timbres-poste d'Haiti, la Maison Mat-
tdis envoie franc de port sous pli recom-
mandd dans toute les villes de la Repu-
blique: Lunettes ou Lorgnons en nickel
inoxydables, solon les prescriptions deo
Docteurs oa instructions des aebheturs.


MACHINES A COUDRE "SINGER"

Machines a main, a deux Ils is jput t1l.jiurs el ctutulritre.s avee base
en for l ac'Ecessoiic s comlplcts bi-in d.itCo,'*,s. Pri .. .. 8 dollars
Machiri- A main, avec base oln blois, (. c 4nve tites, ;icossoi'res
plisseri i ;' lbroder, Itr. 61gantes. P ix. . ... 1: dollars.
:La ni*r;n-. iieux dtIt oride. Pri.c . . 4 dollars
Machitn us a p6dales, pour cordoniiier. I'ri . dollars

En vente : 134, GRAND'RUE ( Ouest ).

G. CORDASCO
t I -- I -


KOLA


DE


KINGSTON
MACNISH'S KOLA PURE a
MACNISH'S 4 IRON BREW .
En Vente
chez Catinat Fouchard
Rue du Centre


| OCULISTESI..
VERRES ULANCS, BLEUS, FUMES,
JAUNES, du Dr Fieuzal et du Dr Motais
VERRES BICONCAVES, BICON-
VEXES, PARISCOPIQUES CONCAVES, PB-
RISCOPIQUIs CONVEXES.
Assortment completes foyers
VERRES JAUNMs, FUMSs, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille
Sans foyer.
Verres blanes cylindriques, concaves
et convexes.
AssortimenI d'axes complete..
Chez A. DE MATTERS.

A VENDEE
Boi vin de Bordeaux
chez Alexis Benoit
63, RUE BONNE FOI.


Cordonnerie Nouvelle


t, D, ISF0y^V
B. PETOIA
143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCEI
CHAUSSURES EN TOUS GENRES
KN DEiP6T, POUR LA VENTE
EN GROS ET DkEAIL.
Execution prompted des
commandos, tant ici qu'en
Province.
Formnes A homes; 616gantes et
rationelles.
Chaussures do dames ( Derniere
mode de Paris ) et le plus commode:
chaussures pour enfants confection-
ntees avec desPeaux de toutes nuances
d'une selection et durde irreprocha-
bles, A des prix avantageux.
Cirages, pates et liquids
Pour chausaures de touted nuances.



S" ATUITEEENT
A Y AU PAUO.CJHAIN TIRAGEI



'g ia 'I d
5..T 0 .000

.h, z" N" A
S-P a t I .- L OUrl t do I a la. c
tc-~~lfC~ii: 1 TSso, |o


H rA NT BELLEVIUE

Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
Min lHermance ALFRED
TwdaphM, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Insallalon modere a comfortable. pue -sur la mer. Tempdrature
doce et riCC re. -Les Tamways deservent I'Htiel-Belletv loutesles 7 Minutes
PROPRITEt SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
SailU d4 reception. -Piano.-Gramophone.
Sonneries Eleotriques


Table d'H6te


w les fows, de midi d 9 heurv.,
de 7 48 heurw du .ir


A Vendre
Alcohol depuis 9) do'grs etTftt
degrds. I* at
ProcdiAl Instittit P'asteur.
Exp'oilation CouItard, Per et
COtOe r .14
Livrai-on en griinlt, quantity.
S'ADRESSERI A
Witty fr6res
SEULS AGENTS RE'PRgSrNTA.s
2, Rue des Cdsar, 2.

Malson F. BRUIN
195 GRAND'RUE 19i
Dirigjs par

L. HODELIl
Andien membre de la Socie
thropique des mail-rs tailler de
Vient de recevoir un grand choh
toules diagonale, caui.uil alpaca, cl
te, cheviote p urt uti tC, tc, Keco
d*e particulieremetr t sa clientele
belle collection de coupes de
le gi!rt- de fantaliie et de piqui
toute beauty.
Sp6cialitd de oCostumes de
cos.- Coupes Frwirais-, Anglaiz
Amdricaine de la di rniere peo
La mason confectionne aussides
tumes militaires. habits br
dolmans, tuniqui-3, habits
r6a. *tc etc, de toes tradap.

Fabrique de chape
La Fabrique de cliapeaux i
I'Ecole des Arts et 1Metiers, ae
ment Maison Cent ale, sous l r
social de Vve P. Ienoit et J. C.
teau a I'honneur d'iiformer lepl
qu'il trouvera en Fonr dpp6t v .
stock de chapeaux de paillesur.
pouvant satisfaire lIs goofs les
ditficiles; nfigt- cts ;anvotges
met sCs c modique defiant tojte coicUrreoDCt
La labrique inft. ine en outre I
blrc qu'elle est la suile qui en
tioine a Port-au-t'rince et ce, I
concours d'ouvritres venu expis
stiment do I'Etrar,','r.
La fabrique r6pa e aussi to0tet
te de heapeaux. Pon marcM u
tiovael.





E3. SEPE
42, Roe des Fionts-Forts.
'CHAUSSURE8 EN DEP'T POUR LA
Promptitude et solm aux
des tant ici qu'en pirvince. 8
Chaussures de Daie forme i
vail toujours tout ce tqt'il a dj
nouveaux.
Formes am6ricaine et franfCais
Messieurs ; (~Igantes et c0 "
Pour les enfants le plisA l'ai8
Travail solide ex6cut6
des peaux de preinibre
Assurance de grand rabai-
PAtes, Cirages et ~qtt


1 _