<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00314
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 20, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00314

Full Text
. iuxime Ann Ne, No 318. P)RT-AU-PRINCE ( HAT ) Lundi, 20 Avril 1908









Ie alm

QUOTIDIEN

ABO KNEIRTS : DIRECTED: LE NUMfRO 10 CENTIMES
R OIS Ule Gourde DAVANcE CDlAement 'lagloire,
R MOIS urde DAVANCE Les abonnements parent du Ir et du 15 de chaque
DUPARTEMENTS & STRANGERR : RI DACTION-ADMINISTKIATI )N mois ct sont payables d'avance
rai- Io te el sus. 4), RUL ROUX, 4 Les inanuscrits insures ou non ne seront pas rendus
pour tout ce qui concern l'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux on Bonne-Foi.
r-l I rAellonent au-dessous de 'iindivid'-u AE n France, ajoute I'terivain, nous
AF AUSSE DIGNE ET LA v s'I est attEel, ii saura le priuv oto cosiiteioii coIIcotraie it
.. ( en passant ia une situation supriieu- dignit," 6ccl.siastiquelle tait d'un future
re et plus lucrative, et cela par un a)bb servant table les baigneurs de
simple jeu de d6p'aceinents que nous Vichy, main nous acceton, parfaite-
Le dernier type avec lequel nous'issu, et posez-lui ce problth'-li le pai- nous imaginonis assez. difficilement meat de ie voir tlevier pir la charitW
ons A fire connaissance pour 6, ui- tir de riei, mais de rien ab-soliii ent, parce que nous i'avons pas I'esprit publique. a
r note sarie de considerations sur et d'airiver ntantioins a vivre et it se suftisaimmen fat;onne1 a cette mianiuree La second dill'rrence est le travers
lrt de gagner et de ddpenser l'ar- lirer d'allaire, c'est-a-dire non-seule- d'envisager les closes. que je signalais en comment:ant chez
eat, est celui qui est tgalement inap-, meant A boire, A manger, a so vetir et Je vians d'6crire le nmots: a silualion I'individu latin qui attend un capital
) le gagner et A Ie dtpenser. A se longer, mais encore A amdliorer supdrieure et plus la,-rative a ; ii faut pour d6buter dans le travail, tandis
Ne vous recriez pas, ce type social peu A peu ses conditions d'existence ; que je dise cependant que I'une des que I'Anglo-Saxon a court d'argent
est p) un etre imaginaire ; il exis- vous le verrez s'en acquitter comme conditions de cette superiority est n'hisite pas A chercher dans une oc-
; va ne I'appercevez pas au pri- d'un simple exercise sportif. pr6cis6ment le point de vue lucratif : cupation temporaire, m.me peu re-
sbord, parce quil n'est pas affu- Savez vous comment il commence- :asituationsup6rieureestcelle qui paie lev6e, un moyen de a se cr~er des
de traits nettement distinctifs, tots ra? tout simplement par le corn- bien; elle sera d'aulant sup6rieure resources et de se permettre quel-
ie juif ou le payvan ; il est par. mencement, par 1I, premiere bosogne qu'elle paiera mieux. que entreprise deplus grand avenir. *
l6 n peu pattout dans los soci6tes, venue, non pas dans I'intention de s'y -
daes la n6tre, ii pul:ule. 6terniser. riais dans cell bien 6viden- Cesquelques rdilexions uous per-
Voyez plultt vous-mnme. te de solutionner autant que possible mnettent de degager, au point de vue l i
II est de bon Ion de narguer dis- le probleme qu tement le Mauli, quand il advance unitd. Car, i tautt bion le dir., I point I'Anglo-Saxon et lI Latin. La premi- UU
el principal cause de notre fai- d'honaeurconstant chlez I'Ango-Saxon, re reside dans la nature mmrne de ce
lesse social vient de ce que nous c'est de devoir le moins possible A que je viens d'appeler un point ld'ho- t du PETT LE
avons pas suffisatument l'instinct du autrui, pour ne pas dire lien du tout. neur :ce point d'honneur coiisiste xtrait du P IT LEU
Cbeur6nergique, opiniritre et surtout et de montrer ce qu'll est et ce .t quoi pour le Latin A ne pas accomplir de
instinctde la nrcessit6 salutaire de il a pu arriver come I'effet de sa besognes infdrieures, mntme au ris- Uine pcronne tr~s au courant des cho-
ravailler avec I'espoir et I'orgueil de seule nergie, de ses seils efforts et de que de tendre la main. L'ami latin ses d'lHiti, qui y a vcu de longues an-
te deoir sa situ tion qu'h ses efforts son intelligence individuelle. vous demandera facilement et en tout.' ndes, ct se trouvait encore dans l'ile il ya
ersaonels, ou au moins p)lnt6t A ces C'eat pourqu-i dans les sociAtes dignitd de iii priter dix gourdes pour quelqucs mois, n'a fourni les renseigne-
orts qu'~ autrui. anglo-saxonnes il n'y a pas de )preju- donner a manger aux siens et pour ments suivants qui cclaircnt certain aspects
Oa a tendance a argumenter du g&s sociaux coutlr certain travaux, manger lui-meme ; il refusera de de la situation politique int6rieure actuel-
anque de capital, et c'est une idee ni de disli actions sociales dans I'acte turner pour autant la press du Ma le :
ocierement accrViit e dans notre qui constitute le travail. Cet indivi- tin, et il ne rougira pas de se dire La Rdpublquc haitienne avait proc6dd
ilieu qu'on ne peut rien taire sans du, travaille-t-il, ou te travaille-t-il supdrieur au tourneur, uniqnuement I'an dernier a une conversion d einprunt
eat et que l'ou est 16gitimement pas ? se suftit-il a lui-mome par son parce qu'il porte un nom et qu'il re- qui avat provoque une emission de fAux
mis P pers6verer dans I'humiliante travail?- VoilA, avant lout, laquestior fuse de dicheoir. tires et de fausses chances sur I'Etat.
tude des bras croisds, aussi long- A laquelle I'Anglo-Saxon tient l hon- Le point d'honneur est tout autre Une mason allemande, qui a son siege
mps que quelque bonne fortune neur de r6pondre avec dignity. Quel chez l'Anglo-Saxon. BRUXELLES, aVAit tC implique dans cette
p6r6e oe se sera pas charge d'ef- genre de travail r6alise-t-il ?- cette Un jeune s6minariste d'une origine affaire et mise en demeure de rembourser
tlur la mise de fonds initial, point autre question est absolument d'or- trs modest, et don't les parents ne la valeur d'une parti de ces tires. Com-
dipart de touted entreprise si mo- dre secondaire. peuvent pas payer la pension, raconIe me lle s'y tait refuse, le government
dtp ait-elle. itp C rqui est tres certain, c'est que M. Paul de Rousiers, va trouver un av.it ordonnt la saisie de ses propri6t6s.
isA o veut-on vraiment prendre si l'indvidu lui-meme est infdrieur et jour le supdrieur sulpicien du smi- Cette firme s'tant adressde alors au con-
Prtmier capital, si ce n'est encore ddnud des qualitis suffisantes pour naire catholique de Boston et lui dit: sul allemand, le gouverneent allemand
ttouiour dans le travail ? A la ve- voluer et pour s'dlever de plus en a Veuillez, je vous prie, me garder ici Cdait intervene et avait r6ussi A obtenir on
chacn en convient aisment ; plus, ii vtgdtera Blernellement et por- jusqu'& la fin ile I'annde scolaiie et arrangement A l'amiable. Toutefois, le
P i arrrte plutot, c'est la nature tera ainsi, slon l'ordre des lois na- considdrerJ come une advance I'ar- affairs de la firms srant fort ressnties
atravaii. turelles auxquelles la politique ni la gent que ma famille ne sera pas en de ce conflict avec le gouvernement du
h* compete pas revenir sur le cha- 8egslation ne pourront jamais rien measure de vous fournir ; je le ga- President Nord Alexis, son directeur availt
des prjugs sociaux centre les changer. lapeine de son 6tatd'inftrio- gnerai pendant les vacancies et vous estim que Ic seul moyen de vaincre les
pes rBputes infrieurs; jen rit6. Je ne pense pas qu'il puisse exis- le rendrai. En eflet, les :vacances difficult qui enrayaient sa prosperitd com-
Sasez longuement parle ail- ter de sociologues,quelque accommo- venues, le jeune clerc se rend A Sara- mercia!e stait de renverser le pouvoir ac-
Se dirai siplment que I oh dents qu ils eussent voulu 6tre, pou toga, une station thiermale 6lgante tuel. Cette mason s'est abouch6e en con-
rOgs n'esxistent pas, la ques- rover sn id6al 'ocial favorable a I'&- de I'Est, se place comnme garcon de sequence avec le general Firmin, ancien
rA premier fonds est toujours et leva ion des individus douds de quali- restaurant et revient trois mois apres ministry des Finances et des affairs Ettmn-
rtmt r6solue. Prenez le premier tes inrieres, avec une some assez important geres, ancicn ministry d'Hafti A Paris et
lelepemier Amricin venu, Si, au cotraire, le Iravail en voie por rembourser les advances qu'on chef de la rvolte aui avait dchoou ii y a
qi noble fmille q' t d'accompl met se troupe tre lui avait consenties. I 1six ans. Le g)InfraI Firmi, dans a tome






r6cente tentative nouvtllc de soulcvcment
a trouv6 des allies dans le gouverneur des
Gonaives, le gn.iral Jean-Junicau,. qui
devait etre pris et fusillh quclqucs ours
apres, et le corse Giordani, charge de se
rendre a New-York pour y fair fabriquer
de faux-papiers haitiens, csp:ces d'assignats
ui devaient servir aux promoters du coup
c main A payer leurs homes, quittes A
les rembourser en paper ldgal en cas de
success. Mais le Ministre d'Haiti \Was-
hington A r6ussi A obtenir du gouverne-
ment amiricain l'arrestation de Giurdani,
qui est actuellemenl en prison A New-York
L'dchec de ce raid du g6inral Firmin a
soulev ai nonveau la question du droin
d'asile dans Its consulats o tles insurg',
se sont refugies imuirdiatement.
Le gouvernement de Haiti fait remar-
quer A ce propos que la plupart des revol-
tes locales sont fomentees par des 6tran-
gers et avec leur argent, ct que cls chefs
du movement 4tant curtains de trouver
asile dans les consulate en cas de ddfaite,
il lui es: impossible de pour,'o'r avec I'd
nergie necessaire A la. slrte ct et At tran-
quillit: publiqucs, puis.quc its rCvolutioni-
naires sont siurs de l'iIpuinc. C.1L dii:
d'asile entrave a ;solumeint toute rlp;. sion
et favorite la repe'.i:ion de c-. sanai. n:c's
entreprises centre I .:iiuiitle cable. Cc rai
sonnement a dit admitss par le g )uvcrnc-
ment des Etats-Utis et c 'ist ce qui expli-
que que Ie Presidenl t Noid Alexis, par d'-
tcrcnce envcrs cc pays qui rccorlnaissalit
I'entrave apportec parl e idrit d'astlc l'in-
d6pend.ince de la Republiqtp, ait accord,
la vie sauve i tous ceux qui s'ctaient rIfu-
gies au consulate des Etats- Unis.
II faut bien peu connaitre le gouverne-
ment haitien, A ajout mnon interlocuteur,
pour croire un instant qu'il songe A mena-
cer lies strangers ou A violer les consu-
lats.
Au plus fort des troubles de la R6publi-
que, les strangers ont toujours joui d'une
s&uritt parfaite. Seulement, il arrive frc-
quemment que quelques-uns de cos tcran-
gers prennent une part active ou m me
preponderante dins I'organisation de ces
coups de main, ct il va de soi lue dins
ces cis c'est a leurs risques et perils.
Quant aux fusillades annondcecs par les
dernicrcs d6p&ches, ii est incotnttable -ue
si c'est exact, c'est 1.1 une viola-io1: du dirol:
des gens ; nuis i1 taut totitct)i, *, rapie-
ler que c'cst li une qucsion d,:e i vtudc et
qne dans les -poqucs trotiublcs (par cxemn-
pie lors de la Conmmune de Paris ) ces
tails tegreltables ont pas toujouur eit
6vi.es mnome dans des pays plus civilises
que IaitAi.





I NSEIGNEMENTS
HM IT-OPROLOGIQUES

C0 baervatoireo
DU
SCIMII IAE COLLEGE St-MARTIAL


DI)ANCHE 19 AVRIL

morinimama
Te pra tL r~ ainAR iMU


762 2-"/
2Io,6
32 0


Moywne diurne de la tempErature 250,6
Ciel clair le mtin, nuageux I'apres-mi-
di, covert a 9 h. du soir
A 8 h. Som du soir, pluie r1a,"/"'.
Le baromttre a continue 'baisser I 6gre-
meat
R. BALTINWICK


S Inauguration du Square
Elie Dubois
.(-s deux enitrdes du gracieux squa-
re soInt dtecort'-es do 'ieturs niaturelleset
artilil:,olles repl6sentaituune lyre el les
initi~tlesdu Iranid minii-tre haitietn don't
Ia ,ply-i ',r, m e revit, g'orieuso,en cet-
*O Ilp -- iti.i U i I .1 ,I .,it fait t.mtole dre sa joyeu-
se (lli so pendant (flae la musiiuee
du Iy.v I'dlion 6dclate, en morceaux
exciitt'-s avec une maiastslia reinar-
quale v.
A 3 iutuit',s 13 minutes, le Magistrat
(:oainltunal Vincent, au milieu d'une
assistance cloisie p ononm.':t les pa-
roles suivtantes :
Mesdames.
Messieurs,
le suis heureux dc proc~der, au nomi du
Conscil Communal de Port au-Prince, A
l'inauguration de ce Square p'ace sous le
patronage d'un c:om justement ho::ore dans
hIistoire dc i'l-nseignmncnt en Haiti.
l'li D)ubi., .'nicurc un dLs hommes
vraiment originaux de ce pays,- parce
qu'il est du petit nombre de ceux q ui se
sont athirmes par des acts. Le premier, il
a cumpris l'imnportanceLe dI'icol' et it I'a
comprise d'une ficon toute moderne: c'est-
A-dire que c'est a1 un organisme essential
au devcloppemen: de la Sociti cet au pro-
gres de l'IEtat. En tlet, si 1'Etat s'est at-
tribu6 des foncionsl d'ncsteignemient, ce ne
peut-etre qued dad, e li lttes vues d'evo-
ution social, puilq".- c'est I'enseignemcnt
qui taconne ;, -e:.r.rtioii; clui se suivent.
Avant Elie Dubois, Il instruction publi-
quc n'existai.i e d'un itl on A peince tm-
bryonnaire. Apti' lui, il v avait une orga-
nisation reelle de cc service public en
Haiti,organisation qmi subsiste encore.
Assur6ment, ie 'irai pas jusqu'A dire que,
telle qu'elle est, ceie organisation est par-
faite. le n'ignore p.vs qu il y a bien des
modifications A y apporter, bien des lacu-
nes A v conmb'r ; mats il n'en est pas
moins vrai que c'est Dubois qui, le pre-
mier, a crte et organism. Jamais passage au
minister dC l'ins:ruction Publique ne fut
pl'is heureux ni plus fecond que celui-Il.
C'est pourquo i ous vendrons la me-
moire d'Llie Dubois, c'est pourquoi nous
l'honorons, et en d&nommant cc Square :
SQUARE ELI. DeBOis, nous ne faisons que
marquer notre reconnaissance --une recon-
naissance tardive A un Hlaitien utile, qui
sans avoir &dt un esprit transcendant ni un
adaptateur de theories plus ou noins scien-
tifiques reste, cependant,un home public
de bonne volontd, d'intelligence ouverte tt
de sens pratique.
Et, Messieurs, i tfaut le proclamer bien
haut, c'est de serviteurs de cette espce
que Ic pays a besoin, tout simplement.
M. Laleau, Secietaire d'Etat de
I'Instruction Publique fait en ces ter-
Ines I'eloge de Dubois.
Mesdames,
Messieurs
Le Conseil Communal de Port-au-Prin-
ce, Cn donnant au square qu'il inaugure
aujourd'hui le nom de FANcois ELIE D-
BOI prouve qu'il a le cule des grand hom-
mes et qu'il commence par recompenser,
par des faveurs spiciales, ceux de nos con-
citoyens qui se sont devouis A I'education
de la jeunesse. II a compris qu'il ne devait
pas laisser dans I'oubli le nom du ministre
qui a contribute a jeter tant de gloire sur
le gouvernement progressiste du president
Getfrard
II m'est parriculibrement heureux d'en-
registrer que c'est mon amni, M. Ic Ma-
gistrat communal Stenio Vincent qui, le
premier, a eu I'initiative de cette patrioti.-
que measure.


Ic m'er. voudrais, si A cc te occasion, je
!c devais pas exalter la vie et Ic c.iractire
d'Elie Dubois.
Ce fut un home de bien dans toute
l'acception du mot. I1 ut toutc Ies ls a-
lit'ds du cour et de I'lsprit II a ditlui-
lmel e qu'il .1 eu la conscience e dc n'voir
jamais faiti ne injustice a personnel, de
n'avoir jimis coms unli ne ftiblesse. Au
dessus de rout, ii p'aqiit l'amour de la pa-
trie. Cctte pa~.ie. il I'aimait tant qu'il a
fait tous les sacrifies posibles dans I'inte-
rti de son .,grandissemcnt.
La vie de cet home est comme un li-
vre sublime ohi chacun peut venir puiser
quelques vertus.
Adolescent, il nous donne une Ic~on
d'abn6gation : a fe suis n4 de parents pau-
vres et honnites, d it il. A pine age de
a seize ans, je perdis mon pere. Je fus for-
c d'abandonner times etudes pour m' oc-
Sctiper, avec ma n ire des sons A donner
r A quatre jiunnes trertr et scvur;. / ,viLs
L10 J 1'i, (nOr tcofttot, cI"/. J- pjinille v
I)evc niu ionime, par les actes qu'il a .c-
counp' i,, liLIe DubJis nous don ie d s L-
cons dc to :. Is ,e randes vertus, des le-
,ons d indo nptabl. persverance, lorsque,
Sina'grl dLs d'tl:-t.l'>; insurmontab' s, i ta li
op rercr dLi. orm1,-s dils l ia i;stice ; des
lI.ons d' Ll uIiti lor'q1 u'il fit tier les ap-
point.n :nts des tonciti imn.iire publics et
qu il t.i it inug ientir CCeX des tonctionnai-
res de la .lu-tice et de l'l:ns'rtction Publi-
quc: ( dJux sacrt.doces don't I'cxercice est
pdnib!c et qui rclaiment de grades quali-
t's dre !' spit et Ldi ctvur ; ,) de; lemons
d hutnuiti, ilo Iou'ili fait voter la loi sur
1'exercic de droi' de grAce., de com:nuta-
tion dc pines et d'annistic nntl-' des lois
les plus uilLs dans un pays ou Ie princi-
pe est &crit dans le pacte fond.imental. *
...... Ministre des Cultes, Elie Dubois
s'lionore d'avoir fait signer le Concordat.
Est-il ndccesaire de rappeler le grand bien
que fit A la soci2.d hai ienne, ce trai'd con-
clu avec la cour de Rome ') Les services
dclatantscrendus par l'Eglise Catholique dd-
finitiveinent constitute en H1.tit sufti-,Cnt
pour nous convaincrc de I'u:ilitt du Con-
cordat et p')iic donner .ison A:t lie l)ubois
Sd'avoir proud unle ,ati,f.ictioa i:itdricure
indicible, lorsqu' l signa ce trai-' avec Ic
President Getfrard.
SLe plus grand lionnuir que noIus pou-
vons rendret EHlie I)ubois, c 'est i d diede
lui qu'ii fut I'un d,.s ministrcs qui a faith
le plus de bien A 1 I struction publiquc.
I est bon de rappeler que pendant son
passage A la tete de ce IXpartement, il tit
des lois et rtglements concernant l'ensci
gnement supdricur, l'enseignemcnnt secon-
daire, l'enseignemnent prinnaire qui soit en
core aujourd'h,'i des models de nettet-
itt de pr&ision. I1 cria plusieurs &coles.
II tit encore d'autrcs lois dictees par le
plus pur patriotism ct par Ie d&vouement
le plus grand, A la jeunesse des bcoles.
Elie Dubois quitta le pouvoir Ie o1 Aout
1861. 11 avait dejA parcouru une brillante
carrier.
Quelque temps plus tard, en Janvier
1862 il fut nomm6 ministre-resident A
Londres. II y marqua sou sour comme
plinipotentiaire de la R publhquc d'Haiti
en concluant un trait d'amitie, de com-
merce et de navigation avec la It publique
de Liberia. En t864, au mois de Septem-
bre, il alia en France comme Reprdsentant
d'Haii pres de sa Majestd I'empereur des
Francais. NapolTon III et ses ministries ap-
precierent A leur just valeur les merites
rares de notre compatriote.
p Le Gouvernement de Son Excellence le
General Nord Alexis, admirateur des homr.
mes illustres qui se sont devou6s A la gran-
deur de la Nation Hiatienne, a donn6 A
one cole professionnelle de ieunes filles


sur lai1ulcl nous comptons
no01 du J .aU"Id niinistre Elie IS3
ln donna.nt ce mnlme norm 1 se
publiqui, Ies membres du Cosil
munal d, Po:t-au Prince sont e ai
inm ne sent'inent que Ie Gouvern~
Son l\xcllence Ie President de hl
oblique.
Les d'eves du iLcee en ar,,.
sqIIare qti cimbellit Ie sanctuai~,
'udcs, pouiriont donner uninstat
pcnsce reconnaissnte A la vie zi ', a
si ftceonde d'Elie Dubois.
Appjtlaulis ementu, concert,
tinonado, cordiale reception alS
)penCidant (lue chacun f6licit le
seil (:oiininnal (ui ne ceesei
ler (de embnillisemPnts i lai
dotit I'aspcc t eliaque jour delentl
digilt et plus So'gnIei
Arrivage et D6part
II lr .;t ent;i- !c st. amer Prins
l.:n Ill ,, vcnant dc St Marc avecles
:c suiV.\n ts .
G-' _. Anldr ;Guillaume, Mme
CiniL..i, a ne loseph Durand, Mclle
i : Mme A. Thmiias Christ.
"hl'l.,n. Cliist, GL'Ailal Doiing1eV'
A.\itonio Seni c., NM.1, Mrcie 'aujc
Mn 1. ): icNo.\ i,;r. h; homrmes deSt-
( dc lipigc d'uni b.icLu devant y ret

F :i tran.iit pour Cur.ia-o.- Jaurtd H
11 t.- r. parii d.ins l.i soirie avec It1
,. 'i Cs sUIv\'Vn'.s pour
,'.\,s : Achille Durand, Emile B
Mimec 1 S';no Payant, O)ctamus Pitrre
Cu'. .. :" Mine Marguerite Vaillant,
Lt Mnc Guiseppe Giovinazzo et



Noiuelles Etrangi

Dernieres D6p6chea

NoUV i.ii: ORiAN\s. Les nou
ir,, ucs dc I'A!ndriquc Centrale distot
20 planes tt to indiens ont t tsa
,, Ilondlu.i Jans une embuscade t
)A.: It, in iecns Mosquitos.
P.\'N.M\ I.es nouvelles de
dJ:;c:t 'i. Ic President Reyes est par
l.i Cto e I'Atlantique. Ce voyage te
.aux rineuts d'unc revolution imin
S I-PIl. n SBoiL-,. La nouvelIJ
.tit la tfuite de i prisonniers de ~
de Pelnzt a c ius uin gre seatLgr
I.,s prinnicers tuerent dux dux des
mais la gairdc de !a prison les
tuant 8 tugi'ifs. 3 ont pu se Sauvr 1
p. (-'cutiou continue.
Gor'iiLoMBiR. ot ( Suede ).- Le
Go.taclfq ui avait A board une qu
de per-onnes a sombrd. Quelquas uos
pu itre sauvces. Juspu'a present onaI
8 cadavres.
WVASHINGTON -- Le gouvefn eamtt
cid6 de ne pas accepter l'inviuta
par le gouvernement anglais pOSr
cadre visit Hongkong par s',oi
Sue de temps. On assure que l
ivisera et que chaque divisionvilsi"
ports distincts.
Les cuirasses se rencontrerout !
tar et partiront ensemble poor
Roads.
SANDIEGO / Californie ).- A
faite aux 6quipages des cuirasst s
diose. L'amiral Thomas qul
l'tscadre par suite de la malldiW 4
ial Evans accept au nom de OC
clef en or qui lui a etc ofieriC. L0
ciatious patriotiques ont fait cadLL
miral Thomas d une pede aircb
en or; ces societ6s offrirent "cr
ral commandant le. 4 division






S.cis en or en commimora-
tc !If Iv (n. n ccOtc W ille eCt dc
v041 da I'Atlantique au Pacifiqu.
,O La (6Wr tdr ion de constru;-
"de S a fait publier que si Ies ou-
J wbuex qui s'itatnt mis eni
grlve inawer dernier ne retournent
r g. l avant le 25 avril, tous .s
iDUX dao ay scront fermes. Si cctte
eas aSe cn execution 25o.co0 ou-
r, retU sans travail.
TWAS1ioUWN, La Chambre des repri-
tints "Pi par 199 voix centre 83,
menbU pr tsent6 par M. Hobson
nkacrmostruction de 4 cuirasss
l5u d~ 2 c.UCe pr~vu.

dem Pompiers Libres

Course d'instruction
'ms des Pon.picrs qui doivedt re
ent d la Station cenlrale pour la
ine d fO au "25 Acn it.
A. Blanc, conseill, Demeuran
anc, Joseph Borgera, sous-officiers,
race Milfort, Labon~ I ouis, Emma-
el Loais. Antoinlo JLnivi rt, Amule
uduv, Auguste Toussaint, Bona-
lux Bienaim-, Il'iumann Chancv,
anooiii Mirville, Justin Dorsainvil,
g'aui Jeudi, lon Foutaine. Micll
r, Georges Magloire, Nestor Mi-
l, Octiviu. Jn-Piorre, Po.ul6us
1l, Hdlippe Dalva, Ilonaud Duval,
meant Laurenceau, Victor Canlave,
oine Josaphat, pompiers.
ort-as-Priace, 20 Avril 1908.
Le Commandant,


* S


Louis THIEART


A Vendre
cool depois 90 digr6s. et Talla, 20
(res.
ro,,6 lastiiut Pasteur.
p!oitation Coustard, Per et Mer-
on.
Lira on en grande quantity.
S'ADRESSER A
Whitty fr6res
SEUIa AGENTS REPRaE9SN rANTS
2, Rue des C6sars, 2.


Chapeaux i
Chapeaux II
PPIll it PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

OSAN. MILLAN
COi S date, qui vlnt avec 1I
JAIJkt liter ronarluable,
"tP AR d' sIItaBr moe
.l4UIl DE CHAPEAUX
LACL GEFFRARD
Sal Cefrem des Lowesure
LS bes go0ts at pour tbotes


CI*lbres garnies


A Louer
Sn, r1 A N 88, rns de Ia


RIdu


Iannfactre de Tablace

S. T.L
Am/ricain' c0; i aquets do 10 ci-;.ics
a IVabri des iiousbieres el Puroci: q;'-
rentie
VINIWUS COME SUIT:
Format N" 1 0 25cts. les 1 Ocighres
2 0.30 i 10
Soil en ddtail
Format Ne 0 0cts. pour 2cigatre
I 2 0O3ctst par libce -
Pour leas ch0tsen grrs, lea d6-
bitants obtiendront 1'escompte
usuelle.
D p6t :
PLACE GEFFRARD, No 138.

Panamas !...
El*gants, solidec. arrives par le
4 Montrdal a.
(! (Thz M"' I[.ONIDE SOLA)C.A S.
lRue (tids Fronls-Fori- .
-- II 7 II I -
Joseph Nadal
PORT-AU-PRINCE
I AGENT POUR HAITI
DE
JOHN SIMMONS COMPANY
NEW-YORK U. F. A.
FABRICANT DE TUYAUX EN PER
9T ACC88OIRES COMPLITS.

ETUDE
DE
Me Charles Millery
NOTAIRE PUBLIC
51i, Rue du Port ou Parvie, 5"
Heures: S1'* midi et "s* 6 5

LA MA13ON

CO DASCO
lufirmno lo public et ses clients cz
particntlier, qiau'lla a transfilt' son
Etablis-4inilt de cordonneri-, do la
rue du Magasin do I'Etat, au No 151: di.
la Grandl'Rue, presqu'oen face de I'AJ-
mnirnislratio ti' es Postes.
Comme par 1o Ipass6. Sa Maison pio-
met A ses cliiintl, ainsi qu' tous ceux
qai voudront I'honorer d. leur con-
ance, lea memes soins et la urne
ponctualit6 qu'ellea toujours apportl
d"os 1'ezecution des comnmaodes.
Port-ao-Pric"eq, 21 aers 1008.
--f --- B---^^ rrA ^^ ^ A ^

ORATUITENEIT
H J AU PROCHAIN TIRAGE
d 10 i 011BONS IBr AMAA
/GROS LOTS ,o oouu


S i, rue Rochbhoua-tr ?Ira.
\ @irde- e
***'* *-**
fiti ,~ rr "


Pr adils Hygieniupes pour la ToeIteI "

. %. . ., a




1 1,1donne une souplee e 5n
4 Jr. ^ ONT 0^ uolb -e M-rtia. PAMZ no Ir Ig
""----------

adoucit o dpidero e au 6 1lla
"L"A I n B 1 i lout6 incomparable en lui coM-
..muniquant son d6licieux par-
fum. Elle conserve I'eclat et la fralciheur du teint, car eile eat souveraine
centre le hale, les piqtpies d'inii~ites et les eruptions de la peau.
.- sans bismuth, invisible, adh6-
iLA t rente, impalpable, prparp.
LA spcialement pour les person-
,i nes qui veulent avoir un teint
.1tiprocli la Favorite its .iou(le'.- de Toilette.
a 'base de Cr6me Simon,
L p1 parw* selon les plincipes
E les plu. scrupuleux de 'hygi'ine
S4- t possidl A 1n certain degr6
toutsles Its qoinlitl-s i 'ti intes et e )r rv.itric.'s de la lCreme Simon ; iI
est particulikrezenit r*.coitnu:iidd pour IL Toilette des enfants et pour les,
dames don't la peai e:'- Ajjenc Gen rale et D6p6t pour Haiti
AI la 1M4etrpciole

93, Rue du Magasin de Etas, 93
MAISON JULES LAVILLE




TA NNERIE CONTINENTAL
DR
Port-au- Prince
toulusI~R cllllii;.ij~i'lrri~lltO~ t l~f ;i~r.L~'(cS(~l r~o io i
es I;~~tcuiir' lltgrtl(.gya)111bPOU'i ggggC lselat tpotte


PREPARATION


DES PEA1IJX DI. VINGT-QOATRE (24)COULIEUIS


CAPACITi y-,.J PEAUX PAR JOUR
PRIX DES CUA USSfUnKS CO.'ME SUIT:
Ghevreau glace ; Boutoiu:i et L.C'" p tir Hommes et Dames 10 ( Dix des)
a f a Rec.mmandde 10 (Dix de.)
Verni et csoleurs: a Reoomamandfe 12 (dousfdea)
POUR NANTS: . ...............................
---


ARTICLES POUR I"


COMMUI


Mousseline, Nansouck, Couronnes, Vo.l0
Avlmoni res, Bas, Gants, Livres et ohapeltot,
Rubans.
"** A l'dmxSge Caieard l


Sp6cialite de Deull
98, RUE DU RESERVOIR, 98.
PORT-AU- PRINCE


VIA'S DE BORDER UX


M6doo vieux, c Gallon . .
St Est6phe ( du lux. ). le Gallon . .
ohtarpagne, par caisse et en detail.
Chez G. Cordasco
SGRAND'RUE, ( Ouest ), 136.


a


P. 3.50
G,,-ca.


I -- --- -' -- -~ --- ------- --- --- ,-...-~ .-- -1-~ ,~ ~... ~ ..-~-..,--,., _


I I


k


*.






Au dernier cri!\ MACHINES A COUDRE "SINGER"
FABRICATION DE CHAUSSURES
Dn ~PRRAR


A I'bonneur d'annoncer i ses n orn-
breux clients de la Capitale et de la;
province qu'il vient de se translhrer dte
a Rue des Fronts Forts, avec son mnCne
stock de chaussures, a la Grand'Rue
au N -153 avec l'inscription ci-dessus.
Les clients seront toujours servis
dans les memes conditions ; c'est-A-
dire avec les 5 o% d'escompte sur la
vente en gros ; sans oublier les mi-
mes soins et la meme exactitude.
La Maison se charge toujours de fai-
re prendre les measures A domicile.

L'ARTISTE

F. S TINES
Bien connu du grand public, se met
a la disposition de tous ceux qui vou-
draient conserve, eir des portraits
artistiques d'une resemblance parfai-
to, les traits de parents ou d'amis a;f-
fectionnes.
M. F. STINES reproduit les portraits
les plus ablm6s, les plus deteiores,
triomphant de I',puvre devastatrice
du temps auquel it arracle avec le
plus grand succes, la beauty et la gra-
ce des physionomies qu'on crovait
disparues A jamais.
Adresse: Rue PavIe, en face la Phar-
macie Ewald.

A Vendre
Dans la rue Bonne-Foi ou Roux,
une mason a 6tage confortablement
installee ayant : au rez-de-chaussee,
3 grande pieces et galerie ; et A l'd-
tage, cinq chambres spacieuses. Cour,
communs, bassin.
S'adresser A nos bureaux pour tous
renseignements.


I A. 8lallls et Co.
82, Rue du Magasin de l'Etat
Maison foindee en 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravure
Vient de recevoir des articles de par-
fumerie pour les gouts les plus diftici-
es. Los parfums exquis et rare.* d'une
46licatesse p6n6trante qu'elle otfre A sea
clients south de veritables petites mer-
veilles.
Li; deraibres marques qui charnient
Ie t'mt Paris sont chez Matteis:
S Sb ourirst, Fliraye, 2Tr fa, Idial
Cyclameu, Vwsz, etc.
La mason a toujours un grand as-
U artimtet de bijouterie, argenterie,
kbelots de tons genres, parfumeries,
lunettes, montres or et argent, pendu-
le garanties.
SpdelitU : bagues frangades en bril-
laut. A partir de P. 900, alliances Or
18 K anglaises t frtnaais sur corm-
mambe, Srvice d'argenterie complete
Wr marlages.
Toss ls articles vendus par la mai-
seo -net prtis.
Aclatde diamants, pierres prdcieu-
ae et vieill bijouterie des prix avan-
tages. Dernier cri: Lunettes jaues.
Control remise de Deux dollars en
tibres-poste d'Haiti, la Maison Mat-
tois eavoie franc de paer sous pli recom-
mandd dans toute les villes de la R6pu-
bliqe: Lunettes on Lorgnons en nickel
iloeydabls, salon lae prescriptions doe
Doteaura en Iaatrwctiooi des achetours.


Machines A main, A deux iIs pour taillhuirs et coulurieres avec base
en f-r et accessoires comlelts biden dt cou:-s. PI'. .8 dolr .
Machine.; A main, avec base en bois e-t caiveirtlres, accessoires A
plisser e.l li roder, ir:.-s ,lSgantes. I x. . . dollars.
'ILi Ei0n '-, .. inieux tlS oide. P .c . . .14 loll r.
Machiines a pedales, pour cordounier. Prix.. .. ; dollars.
En vente: 134, GRAND'RUE ( Guest )
G. CORDASCO
Immm m .. .


KOLA


DE


KINGSTON


MACNISH'S KOLA PURE ,
MACNISH'S a IRON BREW a
En Vente
chez Catinat Fouchard
Rue du Centre


OCULISTES ..


VERRES BtANCS, BLEUS, FUMiS,
JAUNEs, du IW Fieuzal et du Dr Motais
VERRES BICO.NCAvs, BICON-
VEXES, PARISCOPIQUBS CONCAVES, PA-
RISCOPIQUES CONVEXES
Assortment completes foyers
VERRES JAUNas, PUM*S, BLZUS,
BLANC8.
Plan et cqquille
Sass foyers
Verres blanco cylindriques, concames
el convexe*.
Assortiment d'axes complete.
Ckez A. DE MATTERS.
Ho6tel-r-Ie steauLtrarnt
ST-JOSEPH
( ANGLEDES RUES ROUX ET DU MAGA-
SIN DB L'ETAT. )
Service bien organis6.- Repas
A la carte. cuisine excellence.
PaoPRIATAIrn : JosaPH DESRIVIERE



H )RO TA UIIA NT B


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures

I a Manufacture a toujours on d-
p6t un grand stock,- pour la vented
en gros ot detail,- de chaussures en
tous genres pour
Hommas, FEMEmS, ENANTrs
Les commands des commercants
de l'iuttieur pourront tre executees
plans une scmaiue A peu pr6s.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINC ( EAITI )

Cordonierie Nouvelle


Gt. L. PETOIA
143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS GENRES
EN DAP6T, POUR LA VENT2
c EN GROS IT DiTAI.
Execution prompted des
comrynandes, tant ici qu'en
Province.
Formes homnmes; le*gautes e i
rationclles. '
Chaussures de dames ( DerniArc
mode de Paris ) et le plus commode:
chaussures pour enfants confection-
n6es avec desPeaux de routes nuances
d'une selectid6, et durde irr6procha-
bles, A des prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquids
Pour chaussures de routes nuances.



ELLEVUE


Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
Mine Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNNCHS.
Insallation moderme t comfortable. Vue --sur la mer. -Tempdrature
douce et reguli&re. Les Tramways desservent l'HOtel-Bellevue louesles ls7 Minute,
PROPRIPTE SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de reception. -Piano. -Gramophone.
Sonneries Electriques


Table d'H6te


wus Ids jours, de Midi d 2 heur.3
&. 7 d 8ewures du soir


Dr Robert I{. EWAI
CHIRURGIEN-DENTISTI
Dipl6md du Philadelphia
College and Garretson' s 1a
of Oral Surgery..
Membre dipl6m6 du Phila
School of Anatomzy.,
I)e retoul i Port a.u-Pirice
a ses clients en puaticulier etu
blic en gntral ,qu'il se tientillel
position.
M6me adresse:
7, RUE AMIRICAINE.
en face M. Eug. de Lespiwam",

Maison F. BRU
195 GRAND'HUE 1l
Dirig6e par

L. HODELIl
Ancient membre de la SocieU
thropique des maUtrs tailleurs
Vient de recevoir un grand chok
tofles diagonal, ca.- in. alpaca, d
to, cheviote pouI deuil, etc, Recoa
de particuliorement I sa clientil
belle collection de coupes de cai
de gilets de fautaisie et de pipq
toute beauty.
Sp6cialit6 de Costumes do
ces.- Coupes Frant;aise, Angl]1
Amdricaine de la derni6re
La maison confectionne ausuid d
tumes militaires, habits bld
dolmans, tuniques, habits
rds. eto etc, de tons grade.

Fabrique de cha
La Fabrique de chapeaux
I'Ecole des Arts et aM4tiers,
ment Maison Centiale, sous sl
social de Vve P. Ienoit et J. .
teau a l'honneur d informer le
qu'il trouvera en son d6p6t ua
stock de chapeaux de paillesu
pouvant satisfaire Ies goAts l
difficiles; malgre ces avantage
met ses chapeaux en vented i u
modique defiant toute concarr
La fabrique infoi me en outl
blic qu'elle est la seule quieDo
tionne A Port-au-Prince et ce,
concours d'ouvrieres venues
smnent de l'Etranger.
La fabrique rdpare aussi
teo do ehapeaux. Boa marcm
ti10nel.


A L'ELEEGAii

CORDONNERIE.
32. RSFrsP
42, Rue des Fronts-Fos


CHAUSSURES EN DkP6T,POUR "A
Promptitude et soin aux ea'
des tant ici qu'en province.
Chaussures de Dame formseJ
vail toujours tout ce qu'il Y
nouveaux.
Formes americaine et fr
Messieurs ; 616gantes et
Pour les enfants le plus
Travail solid ex6cuo
des peaux de proewmi
Assurance de grand r5
PAtes, Oirags *t


_ r_ _~


-


I