<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00301
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: April 1, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00301

Full Text



peuximue Ann6e, No 304.


PORT-AU-PRINCE ( HAITI)


Mercredi, ter Avril 1908


I


J


SUOTTIDIEN

ABONEMNENTS : DIRECTEUR : LE NMIIO CENTIMES

AR mOIs Une Gourde D'AVANCE CeLxmelt agloire, 1
Les abonn.ments partenr du i'r et du 15 de clhque

D PARTE.MENrS & 'TRANGER : REDACTION-ADMINISTRATION mois et sont payables d'avance
raises de poste en sus. 45, RUE ROUX, 5.. L.c.s iimanuscrits ins.rcs t- oi non n on -nrontl as rc. mlu-

Pour tout ce qui concern l'Administration du Journal. s'adresser a Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux cu Bonnr-F-r
,. __ II I__ II II__ I II I I... I I I -... ..I


orieuse Etalde

II y a une annee depuis que le .iCa-
a part sur la sc;nte p)ublique ei
ol, ses redacteurs animds do la
Iavive passion du blieln et de ila
la plus ardente, apporter sa con-
itulion a I'tpuvre de notre ameliora
sociale.
As point oh nous sommes du che-
o nusa nous arriterons et nous
hs retouroeron.s pour consider
el bien a germ4 des semailles que
bus avons lances avec un esprit et
oe perseverance jusqu'ici j.mais de-
entis.
Cites, nous avon,; le droit. envi-
ileant combien iotre tape a did
brieuse et fructueius, d'ouviir no)
e me grande i a'ori,,eil et conlo' to s
tr importancee des Irsu;tdas ac(jlils,
) POuvons, sans prcso)mpt iOln gos-
r lamplilude privu-. dce rios ois01
is et recul-r les ho, izons ,aoxquels
udaient nos premieri- elloits.
En avril 1907,0 le Mali p)aiasa I
ls des appar'etit:,.. i irt' l
It i'avait de gr liidl (ile.... I.i foi d '
' r&Cacteurs dans Iutiliti, de leui
irepisp, d grand. qiI( les espt-
'ces, que de-s ami-s resttss lidles
squ'bujourd'hui concevaient de-
'r pour son avenir.
Mls, ie Matin des sanaissance avait
Uri regard autour de lui, dans la
Set dans la vie social, pour
IWe de grands exempled A suivre,
d'Ordre de marche.
?houVrit que tout le monde vou-
4 ar", maia dequelle vie, grand
-i1S Ja vie strike, inactive et
Idoat vit la matiire inerte.
i'6~tvre national p p6riclitait et
Vlit de pdrir par insuffisance
rtiers.
Lekatin r6solut de vivre, lui, de
ve d'action, de la vie de lutte, de
vie qui, tourmentee, retournie
Ie les terres de labour, est obli-
ddonner tout ce qu'elle Peut et
oe qu'elle doit de products.
Savo s eu l'honncur et la sa-
0 de voir se lever A notre
bab Ia notre poussee une in-
-" e ara4e de recroes desi-


reuses de s'enrc'er sous 1'6tendard du
Travail.
SDe l'dtranger, de notoires profes-
seurs d'dnergie ont applaud notre
initiative. La lutte a fortifi le Matin ;
ii a grand. Le nombre de ses Iidcles
est relativement considerable. Claque
jour, de nouveaux abonn6s nous vien-
nent Ft de ceux qui 6cs la premiere
heure nous encouragerent, pas un n'a
retire sa main de la n6tre, pas un
n'a cess6 de noas dire : ( Je vous sou-
tiens de ma foi; mon coeur et mon es-
prit sont avec vous et, ensemble, nous
edifierons et con oliderons le salut de
la Patrie. v )
A l'action ti 'action
Dja~ les oikeaux de I'aube lancent
aux quatre vents leurn. claironnees vi-
ves pour convier au labeur l'homiie
6vadtd du sommeil.
A l'iction. 1'aclion !
Si vous rencontrez le siuciCt'-t, (i('
ce~vous soit In encour.igillleint p()our
tendi're a tdes biuts uoLle;Mux.
Si voi ; rencontrez un i ecli?-c, quil ce
voU- soit uin avertisseiin*nL d1, vous
'ortili-rr pour emlporter l'ob, Ilacl_ ct
r6iissir quand menlne.
A Action, ;' I';ctioni !
Voili I- raplll (I' 'ince sa- n Lnt I(o n-
pett., ra It, Alatiin.


qu'ils pre nnent nI notre quotidienne
publication.
Aussi bien, nous sonlmes dispenses
de renouveler aucunt declaration de
principle et noust noe d"vierons jainais
de ia voie suivie juisqu'ici par le jour-
nal an triple point de vue :
10 I)e 1'Informat on : renseigier
le plus rapidemetnt etle Iplus comiiple-
tement possible,sans clercher I 16s;-
ner sur nos peiines ni suI' nos sacri-
fices
'2.o De notre champagne social:
poursuivre avec la plus grande con-
science notre (euv9e de vulgarisation
et de propaganda en ie reculant ja-
mais devant I'expression de ce (ue
nous croyons t re la verite ociale,
'nimtC quiiand iios )roplo-itions iis-
qutent delieiirer loes iddes acquIisPs on
(l'elre libinilianilos p)our notle amiour-
[)i'ropr- ,
:J, I) la p litiqae : cO(n,!r ilu) 'r Ite
lo itles OS i orcs') s a' t n r i itell !'i rttt" ie\ t)
illliloinaile il is('' surm lesI iii(vllO\s VIO-
lt'ris. S t sl-Ccpiltiloes tlo c*oitdiir*'o Ii
s()cittd liaitli miin l'a eanls- ( iyiii ;
coiva'inrie ch.li; i i li e i 'iiiiiait e i t d(i
ng0l l doit n li ity I~\ I at- iitlr l^ q|It
c'iiix (Jui (t4td I li I'. 1 /'or, .Soc( ial-
p tCiliqiue. ; 'n ti n ll i I ', n1Lou- il115spirM'I
c(io si ill lilt'll dot I' i rit c //-'' 'l"I Ur'


'encore sa voie trouvLc, et heurenseiuent
avcc le Caiin don't il developpe de jour en
jour le cadre et le programme, comme
vous avez du le colnstater,-- avec la pre.
ciCuse collaboration de M. Auguste Ma-
,loire, son distingud frere.(i)
.*
Le talent des ]ournalistes cst trds difti-
cile A ddfinir. On a bien dit quelque part
quc (celui qui i en a lu un, a lu les autres.
Le journalislne polltique surtout est, dans
son ensemble, admirable d'inuiilit6 et par-
tois de niaiserie. Certes la pensee de cette



i 'L '
.


A jliO n, mais que cette acliin, o tii uitl I* nips ,'irrIducibleS 'nt
clhacin I'accormnlisse da rs son doijiai- pro,"qcsi 's le.
ne individ, el, co tdornaine prosperera
et la Collectivilt en sera lorte et gr.In-
L'action ne doit atre que social. -
A Action C'est le mot d'ordre etce M. Clement Magloire
sera toujours tout notre programme.meng r
M. Climent Magloire est un de nos dernidre phrase est tout ce qu'il y a de
DEUXI E AE plus grands journalists. Jc crois mmne plus vrai. On inclinerait A croire que ce-
qDEE ANue c en est le premier. C'est trs simple. luiqui ul'a pense et ecrite a visited noire
Entr6 t6t dans la carriere, cet ( Emile de pays et parole de notre journalism. .. po-
-Girardin ) du jounalisme hanticn, comme litique.
Avec ce numdro, le Matin entire dans le denomme quelqu'un, a su tres vite ju- Heureusement qu'il v a des exceptions
sa deuxi.me annde. ger la mentality ambian:e, et de 1A A sa- parmi les journalists ; et je ne m occupe
II ne lui appartient pas d'apprPcier voir quelle forme et quelle lime il de- que d'elles. M. ClIment Magloire est une
lui-mime le chemin jusqu'ici parcou- devait donner a son journal, il n'y avait exception. J'ai essay de le saisir et de le
ru, mais il s'en voudrait fort denepas pas loin. Ce pas fat vite franchi, et le ramasser. 11 est vrai que c'est un peu diffi-
reconnaitre et proclamer la juste part Ai atin naqu-t apres de; essais d'hebdoma- cilc, carj'aidCi aller en tatonnant et en me
qui en revieut A ses abonens et lec- 'daires poitiques dphemLeres que tout le reprenant A chaque minute.
teurs. monde se rappelle : I'Effort,le premier es- Et j'ai constat6 que malgr6 son allure
C'est, en effet, leur constance et sai de journal a genre parisien v que nous d'aventurier d'autrefois qui se bat souvent
leur assidnuit quai;en s'affirmant cha- ayons eu chez nous, en collaboration avec et qui a des duels tres retentissants, ( ce
que jourdavanlag., I'on efficacement M. le maire du jour, St6nio Vincent, la
soutenu par le 16moignage, exprirm6 R&action, le Courrier, et le Moment, essai (1) Et des autres membres du MATIX don't
sous diverges forces, -oe 'intr6t. fructueux d'un professionnel qui cherchaic on connait deja les noms.


-~ ~-~- IIILIY --- 1. -- I r 1


a













qui Itnarrivc p.a .I tout Ic niotiu ), dan.
Icsquel ii a cu toujours la parties belle
( cc qui arrive encore plus rarcincnt ),
malgrC tout cela, il rest I'esprit le plus
facile, le plus adroit, le plus prrt sur
toutes choses. C'est un excellent assimila-
teur. II n'tgnore rien de ce qu'ont pens6
et ecrit les plus originaux de ce siecle et
des si&cles pr6cddents.
On sent aussi qn'il est un home d'ac-
tion. Donncz au mot toute sa force. Cela
n'empche que ce soit un 6picurien Voila
ui est tris complex. Ecrivain, homme
'action, picurien, je ne sais rtellement
comment me tircr de 1., ct en voulant
vous I'expliquer, il me semble que je le
complique,- pas avec dessein heureuse-
ment.... Ce serait un P'trone au rigne de
NCron, et il aurait ccrtainement le mime
courage hautain devant les fouls ameu-
tles, certain jour de trouble, a pacifier. Je
me figure aussi qu'il scrait capable de mou-
rir aussi itmpassiblement que lui devant un
ordre imperial, barbiare ct incptc.
Je ne sais trop s'il .lime l'amour et la
femme et s'il serait capable d'etre l'Alci-
biade du journalisnme port-au-princicn.
Je n'ai voulu que montrer le cotd intd-
ressant de cette iitelligente figure hiaiicn-
ne, en attendant l'(uuvre maitrcsse qui vicn-
dra, croyons-le. couronncr sa carricre l'd-
crivain ou de politique....
IMARKCAL I.ECOR iS.
Extra t d unic 4ude public e par /cs (( Va-
riCtes .





RENSEIGNEMENTS
METEIOROLOGIQUES

Obalervatoireo
DU
StLINAIRE COLLEGE St-MARTIAL

MARDI 31 MARS


Barometre A midi


764.-/-7


Temperature minimum 18,o
maximum 300 i
Moyenne diurne de la temperature 230,4
Ciel ires clair Ile nainu ; covert apres
4 h. du soir.
Dc 7 h. 4- A 8 h. o5 pluie : I,"m
Rose ce martin ( Icr avril ).
Le barometre est stationnaire.
R. BALTENWECK
Tribunal de Cassation
SECTION CIVIL


fAudienc' du Mardi, x mars 1go8.
Pr6sidence de Mr le vice-President
nest Bonhomme.


Er-


Le Tribunal prend siege A dix heures et
demie du martin et entend les affairs sui-
vantes .
i* Pierre Rigis, demandeur en prise A
partic centre le Tribunal civil des Cayes.
Mr le judge P. Laraque, Rapporteur, don-
ne lecture de son rapport.
l e Ministere Public, Mr Elie Curiel, con-
clut A l'irrtctv.bilit6 de la demand en
pr;se A parties.
o2 Desauguste Pierre fils, centre Augus-
tin Pierrevil. ( Affaire reproduite )
Le Rapporteur. Mr le juge P. Laraque,
lit son rapport.
Le Ministire Public, Mr Luc Dominique,
conclut A la cassation du jugement denon-
ce.
Le Tribunal, audience tenant, pronounce
I'arrt qgu cuas et annule le )epment da


tribunal civil du Cap-Ilaiicen, du 17 jI.t-
vier 1907, contradictoirement rendu entire
DWsauguste Pierre tils tt Augustin Pierre-
vil ;- renvoie l'affaire au Tribunal civil
de Port-de Paix.
3 Frageline Alexandre, contreSouffrance
Louis Charles. ( Atfa:re reproduite )
Mr le juge P. Laraque, Rapporteur, lit
son rapport.
M" Constantin Benoit est entendu en ses
observat ions
Le Ministire Public, Mr Eug. Decatrel,
conclut a la cassation du jugement attaque.
Le Tribunal decide de prononcer, au-
dience tenante, I'arrkt qui case et annule
le jugement du Tribunal civil de Petit-
Goave, du 4 novembre 1907, rendu con-
tradictoirement et sur appel entire Frageli-
ne Alexandre et Souffrance Louis Charles ;
renvoie I'affaire a'i Tribunal civil de Port-
au-Prince.
Vu I'lheur avancde, le s:cge est level.
Tribunal Civil
Audience civil du 31r iCars 9oS
Prbsidence du juge A. St Rome.
Ministire Public : A. Thibault.


Jug:nients prononcdes
S0 Celui qni declare va'ab'.e l conm-
mandenent du dix huit Mai til neuf cent
cpt fait A la requ~te de Midame Veuve Elie
M6nos. nee Rdgina Nelson au citoyen Jean
louis Verit6, et condemn. ce d 'rnier aux
depens.
2 o Celui qui condamne le sieur Sa-
muel H1. Jacobs et la dame Eva A. Tr.~er
A verser au greffe de ce Tribunal une ciu-
tion judicaturm solvi de soixante gourdes
d'Haiti dans les trois jours de la s;gnitica-
tion de ce jugement.
3 o Celui qui rejette une demand
de communication de placard faite aux con-
sorts Dorsainvil, ordonne aux parties de
plaider le fond, condamne Ic sieur Octave
Brice aux d6pens.
AlL're delinitivetnent entendu :
Hloratius Volcy centre Mine J. St Fort
Colin.
Nominations
Nous enregistrons avec plaisir la nou-
velle de la nomination de M. TURENNE CAR-
RIE come iingenieur 6lectricien attache au
D6partement de la Marine.
Notre jeune compatriote, on le sail, est
revenue r6cemment de France, porteur d'un
dipl6me regulier de I'Institut technique de
Roubaix.
Nous ne sommes guere idolatres du par-
chemiin, nos lecteurs le savent bien ; mais
s'ils ne conferent pas par eux-mtines les ca-
pacit6;, ils peuvent au moins les garantir ;
et A ce titre, nous avons pleine contiance
dans les etudes relles accomplies par M.
Turenne Carrie en France.
*
Le Gal Thermo Mondesir a etk nomnin
Commandant de la commune des Coteaux.
Nos compliments.
Le vrai et le faux Calvino
On sait maintenant que le vrai profes-
seur Calvino s'est tu par crainte de se
compromettre. II a dit qu'on lui avait vole
son passport, mais la vCrite est qu'il l'a-
vait donna au Russe Lebedentzeff. qui fut
son collgue A la r6daction du Lavoro, de
Gines.
Du reste, la rddaction de ce journal,
ainsi que plusieurs joumalistes remains,
sauaent que cet anarchiste russe tait A
aint-Ptersbourg, sous le faux nom de
Clvino. Ils dissent aujourd'hui qu'ils se
Sont tus, esptrant que Ia prolongation de
I'quivoque sauverait Lebedentzeff de la
potence.


La letlre e Guillaume II
Au premier lord de l'Amiraute

l.es dspiCces nous oit relat der-
, i;tremeniit I'icidenit aluel avail dol-
n6 lieii une letir' de I'elemperettr d'AI-
lemegnie i Lord T'woedImo11li.
Voici iin c :ompte-retndu qutie 10no
extravons d'un grand journal pari-
sien, doe celtt affaire qlii a ett port e
A la Chamnbre des Lords.
La salle est magnifique : le prince de
Galles si"-- au banc de reversee face au
president, le lord chancelier Loreburn ; 'e;
pairesses, les ambassadeurs remplissent les
galeries ; en foulc, les deputds, micon-
tents du maigre discou s de M. Asquith,
se present :I la barre ; ceux d'citre qui sont conseillers privds se sont assist sur
les marches du ntrne. l.ord Twcedmouth,
q.ucvlque p-.u .emu d'appareince. c'cxprinie
linsi :
a J'apprcnd que plusieurs memibres dc
< cette assiemb le ont l'intcntion de mie
Squestionner au sujet J l'attitude ex raor-
m dinaire adopt:e par la presse ces joirs-.'.
SJe previens ces questions t, cxposant les
a faits suivants
a II est exact que n.irdi, io t.:.rier, i'ai
< rtqu une lettrc de Sa Miajetc i:npcriale
1 l'empercur allemand. Cettc Icttre !'cest
parvenue par le courier ordinaire. C't-
r tait une Icttre privre et persoinnllc ;
a elle 6tait conue en termes trcs amnicaux
a et sins tfion. AprKs I'avoir rctuc, je I'ai
N com:ilunliqude .: sir Edward Grc\ qui
t convint avec moi qu'elle devait ,tre con-
a sid&dre come une lettre privde et non
q officielle. En consIquencc. jeudi 20 ft-
a vrier, j'ai rcpondu A Sa Majeste impd-
Sitale l'empereur d'Allemagne, dans le
a meme esprit, c'est-A dire en terms ami-
a caux et sans facon. Tout ce que je puis
A ajduter, c'est I'assuran:r :t1 Vo Sei-
gneuries que je crois que l'a:titudc adop-
tee par moi tait la bonne et qu'elle
tcndait vers ce but que nous poursui-
< vons de provoquer une bonne enter te
Sentre I'cmpire allemand ct nous-mc-
a mes. P
Cette derniere phrase 6tait atteniue de
M. Asquith, mais le chancelier a laiss .:
.. .1 "


ord Tweduth le soin d appr,,uv.r sa Derni6res D6pab
propre conduit. De i es D
Lord Lansdownc ne laisse pis passer cct- LONsDHS m o. Dans son article e
te approbation ; son discouri est un ichet- '' ce main, le a Times c
d'oeuvre de diplomatic. On ne pouvait plus' clangment remarquable qui s'eM
habilement s6parer la cause de lord Tweed- dans I'atti:ude des parties politiq
mouth de celle de I'empercur, .iin que ricains a l'6gard du President
les critiques adressces aux miniitrei ne : de si politique. Cc journal dit
portassent pas jusqu'au souverain ; on ne recompense de ce dernier poor rl
pouvait plus 6elgamment joindre aux cri- tcenu sa politique centre tous s
tiques une lecon sur les droits et lei de- rcs est la victoire personnelle hII
voirs des ministries en correspondence avec mnarquable qu'un home pu'bl
les souverains rangerss : mais remportde.
Des faits regrettable, bien plus que public a0 u La o Ge atr
certain journaux, sont responsible; de pubne auourd hui une:expi
incident auquel lord Tweedmouth a fait pa une personne autorsrda
allusion declare-t-il tout d'abord. rappe- souleates dans les ccrclc
plant aux ralhtes le premier lord de I'A mnEats Unis de M Berlin. C
miraut6, et it continue ainsi: des E ats Uns Berlin C a
concernaicnt en ricn la
c II apparat chacun qu'une lettre de Hill, dit journal ; ell
ce genre est la contre-partie des commu- lenent de ce que selon toe I
nications que peuvent changer verbale- ce diplomat ne posede p s
ment un grand souverain tran ger et un pouvant lui permettreders
ministry anglais, mais nul ne me contredi- gnement les Etats-Unis. L'
ra quand je dirai ue c.s correspondances le etait que le prestige L
ne doivent se produire que dans des cir- pourr.it souffrir si lear tsmb
constances tout A fait exceptionnelles. i uSn rtait pas i anmee de
SIi serait intolerable que des lettres train de mason le rang IlC1 *
officielles diment enregistrees et accessi- pent parmi les autres nations.
bles A qui de droit se sup-rposissent i II r1sulte de ces explicatiobBw -
des documents extra-officiels inacc.:ssib!es, tensions de 'ecmperear pio is
non enrcgistr6s, enfouis d in les archives crainte que la fortune de .
scrttes dun mnistre. Je ne dire pase pm ug- rmee pas de sotenir k *
gb6rr quedes exceptions ne soientpermi es. tats-Unis e Allnmsgnl .


Si done des confidences ontet
sont des iiitentionis amicalcs quita
tees et jesuis loin de dire que dl
seen resister; mais je tens Apoitr
cipe : des communications de cetu
ne doivent pas creer une situaiti"
natique difftrente de la situation
tique que cr cnt les documents
Je suis heureux de voir losI
mouth signifier son assentimenat j
cipe. Je passe donc pour ac~c
Icttre en question n'a pas e
moi su ggrn. s
a Ce genre de correspondamce
pcu n dehors tA l la rigr-v *
d..voirs. Si ces correspondanc ser
sidr ces d'un carac:'re privC, eUas
c:ie traities come telles. Je
qu'A cite occasion le noble 1ord
son propre secret ou n'ait laia ln
le trahir pour lui. Le caractere
conserve la corespondance cha
le celui du vernissage.
t, Le resultat etait des plus r
tousccux qui deirent voir de bo-m
iions dt.ibltes en:re l'Angleterre a
iniagni doivent regretter que l'i
soit pioduit.*
Sur cette lecon de diplomatic, h |
ciit dCJ se terminer, et la discipline
lc wennt tout entitr eit 6ei adminM
naiis lord Rosebery, l'enfant perdau&
i liberal, alors que les consideratimd
trt national dominaient tout le ir
a saisi l'occaA,ion de satisfaire ane
rancune, ravi de rapper sur le T2i
ennemi,l'ancien premier ministry, mu
ciliant pour un jour avec le patil
clialleureusement 6pousu la cause
ITw\edmouth. Lord Rosebery a a
1'entente cordiale kls paroles 6q
auxquelles 11 nous a accouturmC ,
Nos amis d'aujourd'hui peorl
nos ennemis de demain. L'4r
dle, c'est la nation allemande.
ncz pas la nation allemande conm
le gouvcrnement de Berlin ne
plus resis er a la pression de son
.'incident est clos.


Nouvelles Elrat


I











H ET BELLEVWUE
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)

Mme Hermantce ALFRED
T61lphone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation moderne et comfortable. Vue --sur la mer. Tempdrature
douce et regulibre. Les Tramways desservent l'HOtel-Bellevue toutes les 7 Minutes
PROPRIITR SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de rdception..-Piano.-Gramophone.
Sonneries .lectriques


ious les jours, de midi d 2 heures,
da 7 -i hR sLa ..1M *Si*


Imp. C.


MAGLOIRE


45, RUE Roux, 45
TLLEPHONE


Journaux, brochures, billets de

marriage, cartes de fiancailles,

Programmes, affiches, et tous

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et caries

de visible a la minute.


.,A
Meille) re Fariit
da MoXtad,
(:C'11. iiI donnio Ic meilleur pain.
t ii i ,n t Iin t lns de pain.
Q .1 ~ .ts eI pain le plus blanc ei
le plus 4!.-',
C'est t.L Pillsbury's Best de la
Pi!lbbor Wv-shbura Flour Mils Co,-
Minonea ,Lis Minn.
'- 4 .C TERA. Revrsenanit

La
Reidaction du "IMatin"
Ol/J,' d scs lecteurs les Trois Volumes
DE
EDMOND DEMOLINS
Au ptix de Librairie
Francs 3.50 ou P. 0.70 or.
A-t-on inter6t
A s'emparer du Pouvoir
A quoi tient la sup6riorite
des Anglo-Saxons.-
L'Education Nouvelle
EN VENTE A L'IMPRIMERIE DU Matin.


OCULISTES..
VERRES BLANCS, BLEUS, FUMRS
IAUNES, dii Dr Fieuzal et du Dr Motais.
VERRES BICONCAVES, BICON-
VEXES. PERISCOPIQUES CONCAVES, PE-
RISCOPIQUES CONVEXES.
Assortiment completdes foyers
VERRES JAUNES, FUMES, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille
Sans foyers
Verres blancs cylindriques, concaves
et rcnvenxes.
Assortiment d'axe.s complete.
Chez A. DE MATTERS.

LA MASON
Dessens & Maugey
10, Rue des Piliers-de- Turelle
BORDEAUX ( FRANCE)
Offre A ses nombreux clients d'Ha'i-
ti un stock considerable de marchan-
dises de premier choix, A un prix dd-
fiant toute concurrence.
Pour tous les renseignements s'a-
dresser a Mr Henri Bonheur ( AGENT)
Port-au-Prince.


A Vendrctb
Une demi douzaine de noules pour
sucre-d'orge.
S'adresser au No. I.t de 1'avenue
.loln Bio\wn.

Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES tGALITE ET FEROU.
Sp6cialites F. Bruno :
Poutare puissante centre d6mangeaison
prurigo, sueur des pieds- La boite P. 1
Sirop antiashmatique, remde efficace
centre les aces d'asthme et les toux
requentes le flacon ; P: 1. 50.
Consultations gratuites :
Mardi et Jeudi dej8 & 9 heures du matin
par le Docteur. N. THoMAs.

Dr Robert R. EWALD
CHIRURGIEN-DENTISTE
Diplmr6 du ( Philadelphia Dental
College and Garretson' s Hospital
of Oral Surgery,.
Menbre diplm6r du ( I'hiladelphia
School of Anatomy ,
I)e retour a Port au-Pirince announce
a ses clients en particuier et au pu-
blic en general lu'il se tienta leur dis-
position.
Meme adresse :
7, RUE AMIRICAINEI:.
e, face M. Eg. de Lespinasse, baanquier.

Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODEL
Ancien membre de la Societd Philan-
thropique des maitres tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'6-
tolfes diagonale, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particuli6rement A sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de pique de
toute beauty.
Sp6cialit6 de Costumes de no-
ces.- Coupes Francaise, Anglaise et
Amdricaine de la derni6re perfection.
La mason confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits car-
r6s. etc etc. de tons grades.


Fabrique de chapeaux
La Fabrique de chapeaux installee A
I'Ecole des Arts et M4tiers, ancienne-
ment Maison Centrale, sous la raison
social de Vve P. Benoit et J. C. Gui-
teau a l'honneur d'informer le public
qu'il trouvera en son dep6t un bon
stock de chapeaux de paille supdrieurs
pouvant satisfaire les gouts les plus
difficiles; malgre ces avantages elle
met ses chapeaux en vente a un prix
modique defiant toute concurrence.
La fabrique informed en outre le pu-
blic qu'elle est la seule qui en confec-
tionne A Port-au-Prince et ce, avec le
concours d'ouvri'res venues expres-
sement de 1'Etranger.
La fabrique rApar, ansssi tnntes sor-
teB do chapeaux. Bon march *ecep-
QluaOuIl.


Chapeaux I
Chapeaux I

Chapeauxl!
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vienta*v
concourse d'un chapelier remarqu,
M. JAIME TEST4R, d'installer U
FABRIQUE DE CHAPEAdIJ
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tous les gofts et pour tot
les bourses.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours
p6t un grand stock,- pour la
en gros et detail,- de chaussures
tous genres pour
HOMES, FEMMES, ENFAirT
Les commander des come
de l'interieur pourront etre ex6M
dans une semaine A peu pres.
23, rue des Fronts-Forts, 3
PORT-AU-PRINC ( HAITI)


a A. e Matleis el ci
32, Rue du Magasin de l'Eiit
Maison fondee en 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravui
Vient de recevoir des articles det
fumerie pour Ics goats les plus diffie
les. Les parfums exquis et rares d'i
d6licatesse p6netrante qu'elle offre wi
clients south de vdritables petite. mo
ve ll~.s.
Les dernier es m irqbues qui charrim
le To,,, P ,. CI sOnt c h- Matteis:
Son Sourire, Floratmy. ire/otsa U
Cyclamen, Vivitz. etc.
La mason a toujour, un grad,
sortiment de bijouterie, argepita
bibelots de tons genres, parfoumr
lunettes, moutres or et argent., p.
les garanties.
Spdcialitds: bagues francai~P"fl" ie
lants a partir de P. 200. alli"At,
18 K anglaises et francaises uerfC.
made. Service d'argentene c0 l
pour marriages.
Tousles articles vendus par a.*
son sont garantis.
Achat de diamants, pierres p
ses et vieille' bijouterie A des pm i1
tageux. Dernier cri: Lunettes j ,
Contre remise de Deux W
timbres-poste d'Haiti, la Mais o
tdis envoie franc de port sous pl11
mandd dans toute les villes de la
blique: Lunettes ou LorgnonseD
inoxydables, selon les prescription "
Docteurs ou instructions des aqhhW

Tibre Zephirin
Fabricant de chaussUres
Rue Tiremasse, facade Nord l
Place de la Croix-des-Bossal2 I
SPIGIALITe:
PANTOUFLr S Mt"


Table d'Hote


I

4;cc's.-,~


_L I ~L1


_ ------ ~ __ c