<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00262
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 14, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00262

Full Text

VENDIERDI, 14 FECVRIER 1908.


^-- "H. "* W
ABONNKEINTS : DIzaCrBU LE NUMRO 10 ENTIMES.

PAR MOIS Une Gourde D'AVANCE Clema ent N1lagloire,
PA. .....O_ Les abonnements prtent d lecr. et dae i de chaqua

DiPARTRMITr t& FnTALa : RIEDACTION-ADMINISIRATION moist et ont payables d'avrpce
irals de posts on su. 451 RItU ROUxi, 45 Les manuseritsa Inar6s ou non ma seat pas relns.

Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal. s'adresser A ,Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux on Bonne-Poi.
LA LETTRE D E AI F RMIAiNA L4ger,Minisre d'L.iti A Washington Mai 190W, par lequel une bonne parties
est au couiant des menses de Mon- des exiles furent amnistids tandis
sieur J. D. Hallen. Ce M. Hallen vint a qu'on assurait que prochainement
SAin'.-Thornas, en janvier 1903. avec sortirait un nouvel arrttt& amnistiant
une recommendation pour moi signee presque tout lo monde, moi et trois
R6velations importantes. Le PRAI'PAREA de- de M. F. G. Darrell que j'avais connu ou quatre excepts. Mes amis pou-
nonce ses partisans. i Inague etant descend chez lui du- vaient rentrer chez eux sans entrepri-
Srant les huit jours que jo reslai dans se arinde et ceux qui prdefreraient
cette ile. Mon ami Pierre Frederique, pour des raisons personnelles, rester
Nous avonw promins, dans notre numtro tres influtent et es honor dans ce qui tait rest plus longtemps quo moi en exil, ne pourraient imputer leur
d'hicr, de publer in-extenso, la lettre de pays ; et mon patriotism m'otlige A Inague et qui cut des relations p'us soUllraiicea i mn indifference. Me sen-
M. A Firiin, qui d'apres un correspon- de mcltre tout scrupule de cote pour etroites avec M. Darrell, ayant te it tant dlgag6 de I'obligatioi morale
damn touch, t a une apparence ktrange- fair ce que je crois etre mon devoir. B:ooklin pendant quelquo temps que j'avais de travailler par tous les
ment apocryphe n, parceque nous avions Par une lettre que j'aireCIu3 deNew- avant de venir A Saint-Thomas I'y noycns A fire re:trer en Haiti par
tu leg, noms ds pe'-s:,nnes ql'accuse et qve York, un aini nm'a app.iz qu'un ciatira- avadt vu el av~it i ausd avec lui. lis la force ceux qui ie pouvaient jus-
met en cause M. Antenor Firmin. ger qui a voyage a la ot-au-Prince, en eurent une correspow lance A propose q ('au 13 Mai y rentrer paisiblement,
C'est avec des pieces et des documents Avril dernier. a.-;s.sae que vous avez des moyens d' tction qu'il nous fau- .j romplis toute correspoodance avec
anthentiques quc nous montrerons la four- declar' pilbi iluelment (pie je 'suis en drait : c'cst aitnsi que M. Darrell prit M. 1). llallen. II eut beau mn'crire
berie, la duplicitc et la vaine surface de connivrilce avec Monsieur Roosevelt sur lui de m'adresser M. Hlallen sans letter sur lettre, augmentant ses of-
cet hominc tourmenti don't la raison va- qui doit me pro'0ii~er les moyens avoir corres-pondu A cc su'et avec fres de facility, je n'y repondis pas.
cilia devant les spcndeurs du Pouvoir en- d'entrepIrenlre nl mnouvement en ioi. Vers l; lin de Juin !903. voyant que
trevues dans ses rvcs de grandeur. Haiti.-- J'ai app"is en iacme temps Ce dernier me fit des off es les plus o ne liii rdpondis pas, il ievint en
Les charges publques out mis Antenor que Monsieur (ell'rald Cesvet liait :ivantageuses de me fournir, arines, per-otine a St-Thomas, et me deman-
Firmin a l'abri du b-soin et il a eniraind a Port-au-Prince vers cette 6potque munitions et tout cc don't j'aurais be- da detx entrovues que je lui refusal.
a sa suite des pauvres gens que le travail et qu'll a reclam6 de fortes valeurs soia a un moment donnt ; il sig-a I1 alla alors voir I'ami P. Frdedrique.
honnete rendrait forts et heureux. Cet qui lui auront t6 coinpldeiz, paicc avec moi, au noin de M. Francis Da- qu'il convainquit de ses bones dis-
amant de ruins a pu crder un parti qui que-- cioyiez votus- c'est grAcee a ses ncrman, Io contract du 12 janvier 1905 positions au point d'obtenir de lui
se t encore A son 6clatante vanity. relations it New-York et aux Etat--U- 1u0e je vous adrcsse ci-joint. Piece A. u11a, certain dleire ou promesse de
Nous gallons mettre les chos:s au point, nis, en gndraal, et partilcli.renment Je n'ai personnellement aucune am- cuiit at. (et aiii c(tant venu m'en par-
et donner en memic temps satisfaction aux avec les marchands d'armes et de bition du Pouvoir, mais je suis le chef ler. jr lui iis savoir que j'y dtais ab-
uns etaux autres. munitions qne je suis rcst dans 1'iin- d'un parli et beaucoup d'amis souf- so!inient oppose et comme pour lui
Notre correspondant n'est plus ici pour puissance de rien fai.e ; j'ai pu m- fraient evec moi dans un cxil imm&- fai e comprendre la port6e de mon
voir son deti eleven, mais le Malin lui par- me savor qu'on vous a promise de dd- rit( pour la plupart ; jo ne pouvais opposition, jo! la lui rdp6tai par lettre
viendra pour lui apporter la preuve vraie couvrir un prltendu d6p6t. d'arme.s ct done paa refuser des facililds qui m'6- le lendcmain anatin en lui demandant
qua contirnre la formidable t mortelle de munitions que j'aurais A B ooklyn talent offertes pour mettroelincleurs de me repondre. Ce qu'il fit en me
accusation que nous avons portee centre et d'y 'mettre la main, etc. Coirrtne miseres et c'est pourquoi je signai ce faisant savoir qu'il allait envoyer au
M. Firmin, ou plut6t que le Prtpari a par- tous cos renseignements sont en par- contract, que je signerais encore si les dit D. Iallen un contratmystificateur
t6e conrte lui-meme. faite conc:ortdance avec tes fails don't choses 6taieut exactement danA les signri de quatre pr6tendus contrac-
Saint-Thomas, tle r Juin 1907. jo puis faire !a preuve, et que je crois mwmes conditions qu'au 12 jinvier tants, non d6sign6s come flrninis-
A Son Ex. Te Prsident d'Haiti. que 'est de bonn,. foi qie vous av, z -1tX5 et que je crus A la sinc6rit6 de tea, soit :
A Son E. e Psidet dati. parle en vous rapportant A une band mon co-contractant. N6anmoins, m6. c 'FrEderique, Maton, A. Rould, I1.
Monsieur le Pr6sident, desptculateurs 6trangers qui no cher- me aprbs avoir sigtid ce contract, Couillon, signiliant : Fr~derique, Ma-
J'adopte use line "d'action absolu- chent qu'a vider le Tresor 'Piblic j'en dprouvaisune repugnance mal6e ton (pourmatois) aroulH. D. Hallen
ment iousitee dans la politique hai- d'Haiti, jiiste au moInfl it oh voues d'uno grande om6flance, et j'ai cons- Couillon. C'dtait une drble de plaisan-
tienne, en pregnant la decision de vous manquoz d'argeut poiur payer vos e m- taminme t eludd son ex caution sons terie mais pourvu qu'il ne se fait
adresaer directement cette lettre vu ploys et pent-6tre mtnme poLr I r6- ditlTrenit protextes. po tl agi de mon nom n do dparti fir-
ma position actuelle de chef de parti compenser vos vrais amis ; tandis Vers le mois do mars ou avril, je ininiste, cela in'4tait ,gal ; ci-joint la
on exil. Mais ii y a plus de deux ans que d'autre part je souffro dans na commencai A m'appercevoir de tout response que me fit Frednriqoe. ( Pib.
que des gens sans acrupules exploi- dignity de bon Haitien de voir Ie ;rir- un pl4n d'iintriguo do M. J. D. Hallen ce B.)
tent la d6licatesse de ma situation sident d'Haiti me dcnoncer conhine avoc un certain Piciole qui fut ensuite M, D. Hallen s'en retourna A New-
d'une part, et 1'ignorance oh se trot- m'enteodant avec M. Roosevelt pour nommdSalini, le. meme employ sous York sans me voir, mais le 27 Juillel,
vevotre Gouvernernent sur leurs me- envahir mon Pays, je n'lisilo pas A le d6funt President lyppolite. pour il me tit un tilgramme ainsi concu:
U6es abominables, de Iautre; pour, vous dire et demoutreer 1a vetit6. prendre fo u l g6enral Manigat dans a Saliti informed Leger everything
continuert Asoutirer 1'argent de la R6- La machine ouvriere do tooto cette un pigte ; cependant ma position de wait letter Karona, explaining a oe
Publique. J'aurais pu continue A me affaire est tn M. J. D. Halleu, on rap- chef de part voya t souffiir des amis je traduisis coomne suit : a Salin a
ire, mais es choes vent an point port avec M. Geflrard esvet. Le Gou- quai a pouvaient rentrer en Hiits que inform Leger de. toutes lea choie.
d'exposer notre pays l'animosite et vernement sait-il ou ignore-t-il ces par une venture, m'empecha de rom- Attendez lettrea par Karona aee ex-
Umme & l'hoatiit6 soon d'un autre rapports 9 je n'en pe. x rien dire: pre ma correepondance ,vec lui, plication. ( pi6ce E. )
PS trte puissant, mais daun 'omes masi ces rapport existent. Mdbm M. Houreusment viat I'Arrit6 dou 13 En offet, je rogus d lol-ame Mrm


if* &NN'rE- Nu 2,64


POH f`-W-PR INCE f"ATl)






lettre datee du 29 Juillet, dans laquel- expedition centre le gouvernement
le il me d u ledit Salini avait dd- Haitien.
covert au Manistre Lager, tout ce qui Irnfin je reaus de lui une leltre du
s'etait passe entire lui, I). lHallen et 8 Juin ( piece H ) avec une coupure
moi en y amalgamant le notn de plu- de journal le tout concernant le capi-
sieurs personnel avec lesquelles je tair.e Cullen qu'il pense a lui avoir tait
n' ajamais eu de relations politiques du tort aupri~s do moi. En deux fois
directed; la lettre est de 7 grades pa- it m'avait parl6 de ce capitaine Cul-
ges et no content pIrolalblemnent quo len mais au seul sujet de la traduc-
des mensonges .I'en infCrai tout de tion de mon livre et pas autrement.
meme que c'est Mr D. liallen, lui-me- Je no r6pondis pas non plus A cette
me qui sera mis en relation avec le letltr. Presqu'en meme temps, je re-
Ministre d'Haiti, vex6 de n'avoir pas cus un pli du Dr A. P. Holly, de Nas-
6te recu par moi dans son dernier vo- seau, dans lequel je trouvai une lon-
yage & St-Thomas. zue lettre A lui adress6e par Mr D.
A cette lettre, comnme aux preceden- fallen A la date du 7 Mars 1906 par-
tes, je ne repondis pas un mot. plant longuement de ce mme4 capitaine
Toutefois apris la publicaliot de Cullen de MM. Jimen"s. Morales et
oman livre, a M. Rooscveltt et ilati Sanchez et enlin de Mr IRoosevelt et
don't les grands journaux allit'icains de M. Root. l, Dr Holly s'itait con-
avaient fait I'loge, je re:us deux let- tent.t de m'envover la missive avec
tires de felicitations de Mr .1. I. Ilal- qluelques paroles dela Bible! Cette let-
len. Dan-; c-llto du '21 Septeibreu 1905, tre ne nm'etant pas adress6e personnel-
il ui'envoya un manarus-ris de sa tra- leinent, je I'ai sonmise avec la copie
duction de la l~rtace de cc livre, qu'il ci-incluse al Consul general d'Haiti A
ime pria de lui retotLrner apr'-; I'avoir St-Thiomas, Mr Louis Delinois, qui a
examiti6 el de lui dire cc (Iti. 'en pen- lu I'original et pourra certifler que la
se en tme ipr'op.,-sat doi tradiire tout copie est absolument tiddle (pi ce ID.
I'ouvrage en anglais. Coinm iIl ni'tait Ce qui r6sulte de la lettre du 7 Mai
plus question d'entreprise tie dt'bar- )1905a Dr Holly, c'est que du moment
quement en lHaiti et qul~e iet'nti.is pas que Mr D. Hallen avail su que le capt.
facil6 le voir mon livre triduit en an- Cullen ( tait un porteur de d6peclhes
glais, je lui r6pondis en lui lisanit diplomatiques des Etats-lnis au Ja-
qtue j'avais d ja donna uine autorisa- poll, il cou.:ut I'id6e de balir une his-
tion au Capitaine OIlan Clyde Cillen toire et de I'adapter aux intrigues
de prendre en son nom le doit l 'au- qu'il menait autour de moi depuis
teur, en vue de la pulblication de 1'olu- une ann6e et demie, mais it faut no-
vrage en anglais, aux Etats-lUis, et ttr q ('il 'isait alors qne Mr Hoosevelt
de vendre ce droit A unl c.liteur, de avaitlaclih ledit capt C(llenenespion-
sorte que s'il pensait pouvoir fire nage sur ma piste alin de reconrnaitie
quelque chose dans la traduction, il ini-.s pllans et de les lui rappoiter. 1
aurait a s'adresser au dit Capitaine priait le Dr Holly de me fair savoir
Orlan, Clyde Cullen,dont je lui donna que j'etais dans une a trapped v et il
I'adresse. wn'ecrivit un mois plus lard, que le
En eflet, ce dernier avait pass j Capt. Cullen n'avait ptnertr, dans lines
St-Thomas vers le 20 Septtnbre et alfaires que pour me di anger !...
cette lettde du 21 Septembrte ne m'6- (omitne j savais qu(e je n'avais ati-
tait parvenue que vers le 29 du nimee cune relation polititque avec ce Capt.
nois. Orland Clyde Cullen, peit- OrlanC Clyde Cullen, qui ne s'etait pas
,tre un autre farceur, m'ayant expri- mtme occup sdrieusement de la tra-
mia sa grand admiration du li\re. et duction de mou livre, j'4crivis qluel-
assure qu'il pouvait trouver un Edi- ques lines au Dr Holly pour lui dire
teur amrricain qmui se chargeat de le qu'il pouvait etre tranquille sur li1on
faire traduire en anglais aven des avan- compte et je nie repondis pas un mot
tages pour moi, je lui contiai cette a Mr liallen.
affaire de traduction, sans que j'eus- 1 arriva A St Thomas le 15 juillet
se A m'engager avec lui dans aucun 1906 et chercha A me voir corn tie il
mandate politique. ( Voir la lettre du m'avait annonc6, mais je refusal en-
21 Septembre et ma rtponse, pieces core toute entrevue et ne le reCuspas
F. et G. ) chez moi. II en repartit confuse et
Vers la fin de 1K!i, quani je croyais depite, mais il prit langue avec I'AMI,
que Mr J. D. Hallen avait renonce a me qui se complalt a le berner depuis
parlor d'entrep ise r6volutionnaire luin 1905. Je n'enendais plus parler
centre le gouvernement haitien, je fus de Mr Hallen, quand j'appris son ar-
tout dtonn6 de recevoir de lui une let- riv6e ici A la fin de I'annee 1906 et
tre du 13 DIcembre ( pi ce G. bis) qu'il demand encore A me voir : ii
dans laquelle il m'annonca son retour tie russit pas mieux que les deux
de Port-au-Prince of la situation finan- precedentes fois ; c'est vers cette ppo-
cire 6tait des plus mauvaises, me di- que qi'il se concert, d'apres ce qui
sant : que partout on parlait de moi in'Ast revenue, avec le Consul general
come seul espoir d'Haiti. II m'offrait d'Haiti A New-York, pour faire accroi-
de mettre & ma diposition et son re au Gouvernement Haltien que .je
temps et de l'argent, un steamer, suis en connivence avec M. Roosevelt
a Acadia etc. qui doit faciliter ma rentr6e en Haiti.
Dans cette meme lettre, on lit le Certes. apres mon livre Mr Roose
passage suivant: J'ai trouve ici velt et Haiti il est tout natural que
(New-York) une lettre du capt. Clyde M. le Prdsidentdes Etats-Unisait pour
Cullen qui a-tait A\ Panama quand moi de la sympathie plutot que de
it 6crivait, me distant qa'il serait sous I'aversion et d'autre part, j'ai pour
peu dans cetto ville et qu'il serait con- lui une rbelle admiration; mais c'est
tent d'agir avec mol dans la traduc- tout. Je respect trop Mr Roosevelt
tion de votre dernier livre. J'attends pour que j'eusse jamams I'id6e de lui
en ce moment le Capitaine Cullen. demander de me favoriser des mo-
Comme aux lettres prdcedentes, me yens d'agir centre un gouvernement
parlant de politique, je noe rpondis avec lequel il entretient des relations
pas A celle du 13 D6cembre et i toutes amicales ; et je me respect trop
celles que M. D. Hallen, m'adresa pour laisser germer en meo une idee
poer me presser d'entreprendre une il anti-patrlotlque lore mime que le


Chef d'Etat am&ricain no serait pas
l'homme integre quest Mr loosevelt.
Quand done, soil le Consul g6nAral b
New-York d'accord avec M. D Ilallen
on ce dernier seul vous font dire quo
j'ai une entente politique avec Mr
Roosevelt de nature i exposer l'au-
tonomie de la RIpublique d'Haiti, ils
font une (euvre impie, et dd nature A
aligner d'llaiti la sympathieet I'estime
d'une puissance respectable ; c'est
pourquoi mon patriotism m'a oblige
A mettre de c6to loute autre considera-
tion pour vous adressor cette lettre
,et mettre sous les yeux de votre GoCu-
vernement la conduite diabotique de
M. D. lIallen, un faussaire qui comn-
promet le credit du pays avec de ftns-
ses actions d'une prrtendue Socitst
agricole d'llaiti qui n'existe pas et ne
saurait exister, i)uisqu'aitcune con-
cession rtsiiifireinltett vote par les
Cliambres I~gislative' ni'a 6td ac,'or-
dde a cct home ou a se; complices.
D'autre part, quan, Mr D. Ilallen et
d'autres promettent de fire d6couvrir
au Gouvernement haitien un depot
d'armes et dl munitions que j'aurais
A Brooklin ou ailleurs, ils ne font que
le troinper pour lui soutirer de I'ar-
gent, en faisant peut-ktr, usage de
cerlaines lettres que iueoltlu'un leur
adresse dans I'ezprit de se molquer
t'eux et de leur preitdce un peu de
ce lqu' vous leur donaez A pleines
mains.
C'est done I'lhonnr ur national, I'in-
teri't moral et inattriel, Ie bon renorn
t les finaiices d'laiti lqui comman-
dent de vous tfaire savoir A quelles
gens voits avezi affaire.
.'ai fait inon devoir de hon citoven
et I'avait fait avec conviction, jai ma
conscience d6chargee, quoiqu'il en
advienne.
Veuillez agreer, Monsieur le Pro-i-
(lent, I'assurance de ma haute consi-
dlration.
A. FIRMIN.





RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGlQUES

O>laer vatCoire
DU
AtMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
JEUDI 13 NIEVRIER


Baromktre midi
Tenap6raturelminimlm
)maximum


765 /"mo
190,4
310 3


Moyenne diurnede la temperature 740,2
Ciel clair le martin ; nuageux I'aptes-
midi ; couvert des 5 h. du soir.
A 6 h. quelques gouttes de pluie ; en-
.re 7 h. ao et 8 h. quelqueu petiu grains
par intermittence ; total : o,"/"8.
Eclairs au S W vers 6 h. du soir.
Le barometre en hausse dans la journey
a baisse pendant la nuit
Mouvements sismiques continues entire
3 h. et 5 h. du martin ( Fevrier ) Direc-
tion ESE.
R. BALTENWECK
Les exiles
Hier sont panis pour I'eil, A bord du
steamer francais Montrial, A destination de
St-Thomas : M. Piloxene Midy, Ville-
frrd Toussaint Noel, Charles Germain e
Andrd Dqourouette ; A board do 'Prm


sident, A destination de Kingston MM. SC.
mour Pradel tt Constantin Vieux.
A board de ce dernier navire se tr
vatent 14 exiles pris A Jacmel. Le
dent d'Hlati leur permit de rester dam
pays. Ont benlic de la cleinence
dcntielle : MM. Annibal Hilaire, St
C. D. Noailles, Montryvil Beliot, L.?.'
Muzac, Alex. Joseph, Aurflien Joseph. ,
Ont'prdf&rd continue pour I'exil: MM.'p.
ricls I.afontant. Vernet lasmin. AccQ
Lcmaire. Illcnri Labidou, F. Monplaisir, I
Delbeau et Alcius Lapicrre.
Arrivage
Hier est entrd le steamer holl&a
'Prins Maurits venant des Cayes avec la
passagers suivants :
II. Anglade p,'re, Clenent Viaud, Lac
Labastille, Fredtric Castel, Melle Alia
Dennery, Mine Vvc Vigne, lorace For.
cind, Durantin Victor, Edgard Cassis, Ele,
lcron Deroler, Delermc et 2 enf.nts, U1.
timine S.abaya, Ernest Ledon, Alphon0
Benjamin. Etienne Su'ony, Esope Darbou-.
sa, Fraucinz St Luc. JLimon Mirsan,
Claude, A. Alexandrc et elnfat, Marth
Durnayer.
D6p rt
Hlier est part le steamer Pr:sijlnt avec
les passagers suiva.its pour :
Kingsto : J Brtil, S. Pradel, C. \ieux,
A. Duncombe, Mr et M'ne J. Blstiny,
Mine E. J. Simirmonds ct 2 enfaiun Mr t
Mine R. C. Hlusscy et un enfant, Mme M.
Lewis. Mine P. J. Pierre et un enfan,
Mme R. Gayle, Mclle I1. Alexander, Mik
A. van \ aterschoodt
LE Cri-ne des R6v ,lutionnaires
Lcn mt d'otdre Itait I'incenJhic
Nous lisons dans un n" de la ,L:ntervw
des Cayes, du mois de Janvier, I'entrefile
suivant :
ECHO DE JiRELM E.
SI1 nous est revenue que deux incen
4 out &elatd t Jrc. rnie, I'un le 26 D'c
bre dernier, a dtruit la maison de
a Aug. Garoute, situde tout pres du
a tail, I'autre, le 2 courint, a io heures
a martin, a brult comp"lrement la mases
i de Mine Vve Eiug. Laraque, qui ver
I* :1 pine d'tre azIctvee. Quelle eir
t coincidence ? Ie 27 Decembre dera
* c'6taiti l tour Jes Cayes, le 30 celui
* Port-au Prince, et !e 2 est cclui dU
* Marc. Si nous 6tions quelque peu su
* titieux, nous verrions dans ces acc
, le pronos:ie de quelque catastrophe.t
Eh bien, ce n'etait pas une itr
coincidence, ct ii n'4tait pas besoin d'
superstitieux pour pr6voir une catasi
II est aujourd hui manifeste que des
criminelles et ignorantes, obCissant
glement A une consigne infernale et
chiavlique, allumaient ces incendies
exciter I'esprit du peuple et donner le
gnal, 1'annonce de 1 insurrection proc
SEt c'est parce que des forcends v
s cmparer du Pouvoir per fas et nefA
faut que dts families soient aujo
sans abri et sans foyer.
People, miditez et jugez I
Les Rivolutionnairel, voill I'ena
D6fendez-vous I
Punrrailles
Monsieur et Madame Julien Bayard,
infants. et les autres members de
mille ont la douleur de vous fair
la mort de
dI JJEANJE LESINSKA MASISE
ducCdec aujoumd'hui a 2 heures du
Et vous prient d'assister A ses tf
qui auront lieu cet apres-midi A 4
Le convoy partira de la mason
si.e Avenue Dessalines No 36 pour
dre I Elise St Joseph.
L esam i sont preds de comtidrf,
tnt avis eomme uone invitation.





Brochure
Nous avons recu une nouvelle brochure
de M. Annibal Montasse qui continue la
series de ses etudes religieuses.
Cette brochure traite la question de la
suprdmaie du Pape et de I'unitl de I'Eglise
et est edit&e a l'Imprimerie Amblard.
Nos compliments et nos remerciments
a l'ardent et infatigable exCgete.
Cercle des Etudiants
Un paquet a &te remis en nos bureau
a cettc adresse.- Priere de Ic r&clamer.



o uvelles Etrangeres


Dernieres


Dd6pches


MADRID 12.- (Soir. ) Le gouvernement
announce officiellement aujourd'hui qu'il est
n complete accord avec le cabinet de Pa-
is et que celui ci ne lui a nullement de-
and6 d'envover des renforts au Maroc.
PARIS. M. Edouard Lockroy, l'ancien
ministry de la marine est en ce moment a
'agoni ; il est Ag6 de 70 ans.
PARIS.-Le prince Eitel Frederick, 2eme
is de l'emperenr Guillaume qui vient de
epr&senter I'empereur Guillaume aux obse-
ues du roi don Carlos de Portugal s'est
arrte ici en retournant A Berlin. II a passe
a matinee a visiterles monuments, no'am-
ent la tombe de Napoleon eir aux Inva-
ides Le prince Eitel est parti pour Berlin
;et aprcs-midi A 2 heures. II a declare avant
on depart qu'il regrettait de ne pouvoir
ester plus longtemps. On croit qu'il a &te
blid d'ecourter sa visit par une d6epche
e 1 empereur.
Lk HAVANE.-- Tont le monde croit que
e Gal Pino Guerra, le chef de la dernicre
insurrection, sera nommi chef de I'armee
cubainc 1'exception toutefois de la garde
urale qui restera sous le commandement
u general Algendro Rodriguez. Le bruit
court que des tronpes americaines occup-
eront d'une faCon permanent les ville de
hahia Honda et Guantanamo. On croit
nue la presence d'un rCgiment de cavale-
ie americaine dans chacune de ces villes
ontribuera au maintien de la tranquillity,
ipr6s la reinstallation d'uu gouvernement
national.
NEW-YORK 13.- Les concurren:s de la
course automobile New-York-Paris, par le
ltroit de Behring, sont parts hier ma-
tin 1 ir heures Is du Times Square *
au milieu d'une affluence dnorme. Six
voituressont parties pour la course; sur ce
aombre, ii y en avait trois frangaises, une
talienne, une allemande, et une americai-
ne. Les voitures franqaises dtaient une de
Dion, avec M. Boucier Saint Hauffray, le
pitaine Hans Hansen et M. Antran. Une
otobloc avec MM. Godard, Hui et Livier;
ne' Sizaire-naudin, avec MM. Auguste
Pons, Deschamps et Berthi. La voiture
ialience itait une Zust, avec Antonio
karrglio, Emilio Sitori et Henri Haa2a;
ar la voiture allemande, Protos, se trou-
aent le lieutenant Kceppen Hans Knape
t Ernes Maas, enfin la voiture amdricai-
ae etait une Thomas, avecseulement deux
Voyageurs, Montague Roberts et Howard
Brinker.
. N .*ES.-- Le paquebot a Florida s, du
loyd italien, aant a son bord 112 a s
A destination de New-York a aDor
soir, au moment on il sortait de son
ok, le paquebot a Perseo r de la Com-
nie g6odrale Italienne de Navigation.
dtrer a could; mais II n'y a pas eu
victims. A
Toe IS. Aptis des d bats pion-


ndes qui durerent six heures la Chambre
dcs reprdsentants vota le budget A une m1a-
joritn de Io2 voix.
QU ENsTOwn ( Anglettrre ). LL sta-
mer anglais a Merc&des de Larrinaga ;il-
lant de Galveston A Manchester a signal
qu'il avait sauv6 I'equipage du voilier char-
bonnier amtricain Edward I Berwind *
qui allait de la nouvelle Orleans Phila-
delphia ; le voilier a Edward I Berwind a
est connu aux Antilles ou il transport le
carbon.
LONDRES. Ies suffragettes continent
leur agitation devant la Chambre des
communes.
COPENHAGUE. L'action du Falkenhing
a mis fin ; la crise financikre.


PARTS. Rente fanqaise 96. 70
I.c Conseil des ministries s'ct rduni ce
imtin A I'Elysde sous la prtsidence de M.
l:.llires. La majeure parnre de la sdance
a d c: onsacrde A 1'exami-n de It question
tits retraites ouvricres ; M. Viviani fut
chal~ig de r6pondre aux questions qui se-
ront poses au Scnat ct i la Clhambre.
Le Conscil s'occupa cagilh ment d.,e travaux
dc la commission snatoriale et de l'en-
quitc sur la liquidation dcs bicns des con-
grig.ttions.
Aujourd'hui la Chanibre continue la
discussion de l'impot sur le revenue.
M. Cruppi s'est rendu cet apres-midi au
conservatoire desArts et Metiers o6 if visi-
ta les divers services.


Le Gindral d'Amade ttlegraphic qu les
troupes bivouaquent A Dar Ould Fathma
sur le territoire des Ouled Said; aucun in-
cident A signaler.

AVIS
Je soussigyn, Peseur A I'Expor-
tion & la Douane de ce Port, fais sa-
voir au public et au Commerce qu'a
partir tid 15 du courantje nesigne-
rdi plus Normil Colas, inais P. Augus-
tave Colas avec le meme paraphe.
Jacmel, le 12 f vrier 1108.
NoImii. COLAS


30 jours seulement



AU PUBLIC!


Si vous voulez jouer de votre piano avec plaisir et que le son de l'ins-
trument soit agrdable et doux, appelez
Mr. Joseph von JENNEY
DE NEW-YOR K
Le specialist populaire et biea coniu, le renomin6 accordetr, r.dparatctur et
fabricant de Pianos et d'Orgues da New-York et de la Ilava:ie, qui, sur la de-
mande de plusieurs personnel s'est decide A visiter I'interessan'e population (~:
Port-au-Prince et A Ini offrir les services de sa profession.
On le trouvera A l'H6tel Bellevue oO il ne sejournera quele temps /
necessaire a liver les travaux qui lui seront confi.s.
Ce specialiste, expert en son art, etabli A New-Yoik, N" ,8i., 87, 89
12.~mne rue, depuis 1888 ; et a la Iavano au Prado, Nos 93, 97 depuis
1889, a une pratique de beaucoup d'annees ce qui garanlit et recomiinai-
de son travail.
Mr. Joseph VON JENNEY dispose d'un materiel pour ----
accorderet reparer les pianos qui vaut au moins P. 2.000
dollars. :
II est I'unique sp&cialiste reparateur et fabricant de
pianos a.:tuellement en Haiti.


25 ans d'eipdrience el de pratique
Tous les travaux garatlis pour cinq a,,.
Les pianos accords garantis pour un an.


Conditions Speciales

Toutes les commander rescues dans les trois pre-
mier. jours a partir de cette date, pour r6paratious de
pianos, d'orgues etc, b6nificieront d'une reduction de 10 oo sur les
prix que Mr voN JENNEY demand d'ordinaire a ses clients.


Profitez de l'occasion


Mr. Jh. von JENNEY fera une visit annuelle dans les principals villes oft ii pourra computer 100 abonnes ou
plus, pour les reparations et I'accord des 'Piao.s.-- Si dans cetto ville ii trouve une trentaine de souscripteur.,, ii vi-
sitera Port-au-Prince une fois par an comme il fait & Cuba oft ii a 800 abonnds. Mr. J. JENNEY ne reviendra ici
que s'il peut computer d'avance sur un certain nombrA d'abonnds, parce que son temps est trts pris.
4 mois de voyage 4 mois de sjjour i New-York 4 moii A la Havane Toute l'annee occup6e.
NOTE.- Mr von JENNEY ne visitera aucune famille. saos qu'au prdalable il ait e6t averti par tl16phone oa
par un ordre 6crit et siguna.- Les adreises n6cessaires doivent etre indiqudes avec la derniere precision.
Mr. von Jenney rcoit des commander de pianos. [I fournil les marques les plus renonmees. II est agent de :
THE VON JENNEY STANLEY Piano mfg. Co N.Y. THE VAN JENNEY PLAYER Piano Co N. Y.
STEINWAY & SONS NEW-YOQK THE BAYER Piano Co NEW-YORK
THE BARCKHOFF CHURCH ORGAN Co Pomoray Opio
Port-au-Prince, 10 F6vrier 1908.
The von J nney Stanley mfg. Co. New-York et la Havane.
SPour plus amples renseignement s'adresser A Mr. Jenney, H16tel Bellevue, T61dphone No 220.
N. B.- Les Pianoi et Orgues sont examines GRATIS.
Tous les travaux dolvent 6tre pays en or ou en paper avec le chan-
go au taux du Jour.


-c- -- IYCY --







F'ra nclhemen t

A L'tLEGANCE
D. FERRART,
Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance du public,
particulierement de ses nombreux cli-
ents de la C6te et de la Capitale, que
I'6tablissement a un stock incalcula-
ble de chaussures pour homes,
ted1mes et enfants, en tous genres,
et que, malgr6 l'offre de cinq pour cetu
sur l'acbat en gros ( 5 0/0) falt un ra-
bas exceptionnel sur les prix.
L'&tablissement so charge de fair
preadre des mosures a domicile.
TsfIours : Soin, exactitude, ponctualits
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCZ (HAITI)

DOCTEUR A. CARIES
ANCIEN ASSISTANT
EN MEDICINE ET EN CHIIIRUlGIE
DE LA POLYCLINIQUE-i'EAN
SPICIAII'I'S : VoIEs ESPIIATOIIES
ET
MALADIE DES ENFANT'S.
Consultations : 7 d 9 h. et 2 c 4 hrs
123, Rue du Peuple, 123.



Chapeatux

Chapeaux 1
Chapeaux !
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSI SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
coscours d'un chapelier remarquable,
M. lJAx TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tous les goats et pour toutes
le bourses.

I-Xdotel-ItestL-auLxranmt
ST-JOSEPH
( ANGLEDES RUES ROUX ET DU MAGA-
SIN DE L'ETAT.)
Service bien organise.- Repas
A la carte. cuisine excellent.
PROPRIlTAIRR : JostPu DESRIVIl:RE

Fabrique de chapeaux
La Fabrilque de chapeaux installee B
I'Ecole des Arts et Mttiers, ancienne-
ment Maison Centrale, sous la raison
social de Vve P. Benoit et J. C. Gui-
teau a I'bonneur d'informer le public
qu'il trouvera en son d6p6t un bon
stock de chapeaux de paille superieurs
pouvant satisfaire les goats les plus
ditticiles; malgre ces avantages elle
met ses chapeaux en vente & un prix
modique dtflant toute concurrence.
La fabrique informed en outre lepu-
blic qu'elle est la seule qui en confec-
tionne & Port-au-Prince et ce, avec le
concours d'ouvrilres venues expres-
aement de l'Etranger.
La fabrique repare aussi touted sor-
tea d chapeaux. Boa march6e xcp.
tieooel.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'KIUE 195
Dirig e par

L HnOnELIN
Ancien membre de la Societd Philan-
'hropique d.s mattres tailleurs de. Paris
Vi:.-vt de recevoiz uu grand choix d'd
toilets diagonale, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particuliremenit A sa clientele une
bel e collection de coupes de casimir,
de gilets de fautaisie et de opiqute e
toute beauty.
Spdcialite de Costumes de no-
ces.- Coupes Francaise, Anglaise el
Amdricaine de la derni&re perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans. tuniques, habits car-
r#a. etc etc, de tnis rader.


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures

La Manufacture a toujours on dd-
p6t un grand stock,-- pour la veute
en gros et ddtail,- de chaussures on
tous genres pour
HOMMES, FEMMES, ENFANTS
I.es cominande.: des coirnici;ai!ts
do I'lmntritur I ouirront etre ext'cuti's
dans une smriaine A peu pr6s.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCm ( HAITI)


Cordo nerie Not veile

G. B. PETOIA ET SEPE
143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS GENIRES
EN DEP6T, POUR LA VENTED
EN GROS ET DETAIL.


Execution prompted
commander, tant ici
Province.


des
qu'en


Forces A homes; 61gantes et
rationellcs.
Chaussuies do dames ( Dernitre
mode de Paris ) et le pluscommode:
chaussures pour ef.ants confection-
nees avec des Peaux de toutes nuances
d'une selection et durde irrdprocha-
bles, A des prix avaintageux.
Cirages, pates et liquides
Pour chaussures de toutes nuances.
Si n- -- -
LA PHARMACIES~
Emmanuel Alexandre
88, RuI DiK MIRACLES, 88,
Se recommande pour I'execution
prompted et exact des ordonnances A
n'importe qu'elle here du jour et de
la nuit.
Drogueries, Sp6cialites phar-
maceutique extr6mement rachbes.
Pamt CoNasacnoI .


Sacs vides!..


Sacs vides!


Entrelpo't Gen rI des Gran(Ies fabriques
DEL (:ALCUTI'TA (ISDE) DJUNKEiQUE: (lFRANcE) a~r I)UNDEE (AxGLFquoI


Cafes Vries


SAGS speciaux pour


Caf6s ordinaires
Cacaos
Ie.s Types Couti ants constamment on Stock par balles de 400 M
depuis 20 centimes or jusqu'A 30 centimes or pour la grandeur L
liHre 65OTxl10 centimetres.
Poids de 1 3/4 lives jusqu'a 2 1/2 lives.
Sacs sur inodelcs et sur types des acheteurs.
Prix A forfeit pour livraisons nensuelles francs port de ddbarqueme,
si on le desire, Droits pays.
Conditions avantagenses.


S'adresser A


JULES LAVILLE


AGENT ET DI'POSITAIRE GINIRAI,


TA NN IE CONTINENTAL[
DE

Port-au-Prince


PREPARATION


DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEUIS.


CAPACITY 500 PEA UX PAR JOUR
PRIX DES CHA USSURES COME SUIT:

Chevrclau glacA; HBoutonu el L.ac- pour Hommes et Dames 10 ( Ditsc
a* a 4 Recommandde 10 (Dix
Verni et couleurs: a a a Recommande 12 (deou
POeJR ENFANTS: < . . 6 six (


Ha'Lmbur'g American Line


AVIS
Nouvel Itineraire du steamer a PRA.ESIDENT en vlI n
a partir duo mois de F6vrier 1908.


St 'homas............ ....... le 3
San Juan de Porto Rico. .. 4
San Pedro de Macoris.... 6
Santo Domingo........... ........... 8
Azua.... 9
Jacmel........ II
Aux Cayes... 12
Port-au-Prince..... 13
Kingston...... ..
Port-au-Prince..........
A ux C ayes... .............. ....... ............................ 19
Jacm el ...... ... ............................. ........... 21. .
Santo Domingo.... ........ 3
San Pedro de Macoris.... .. 24
San Juan de Porto Rico.. ...... 26
St Thomas.... .. ...." 26


de chaque mois.
t( 96'&a


94 i
4 (a If


99 46
96 cc
'' a a'
'' '' 4d
4 4 a


Excellent occasion de voyages pour New-York via Kingston par ce t
Les passagers trouveront sur cette ligne tout le confort qu'ils peuventj
rer en delors d'une Cconomie notable sur les prix de passages par I
mers partant directement d'ici pour Kingston.
Ils trouveront A Kingston communication avoc lea superbessteamers
\Viliem August s, Plrinz Sigismund*, c Prinz Joachin a Prinz tEit
dill c steamers qui peuvent facilement rivaliser d'616gance et de I
avec les plus grands steamers trans-atlantiques.
Port-au-Prince, le 10 Fdvrier 1908.
G. Keitel & Co,
AGENTS.


___~~____ ~-~__