<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00261
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 13, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00261

Full Text
JEUDI, 13 FEVRIER 1908.


IN ANNEE, No. 263


J


QUOTIDIEN


AMIULIM'STS

AiR iois Une Gourde 3D*AvANC
DtPTUuYxwm & k rbai:
ml. 4t pon".on mu.


m


Pour tout ce qui onoeme 1'Aivmi"tittration


DUaCrlutI I
Cl6xmenet Meagloiroe,

REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUV ROrU, 45.


LE NUMtRO 10 CENTIMES.

Les abonnements parent da zer. et da 1s de chaque
mois at sont payables d'avance
Los anusmcrit lInrn s oeu non oa snt pa reama.


du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Roe Roux on Bonne-Foi.


VIIGI'INE IMNFAN'TILF dire qu'on les expose de ce chef a traver le doveloppoment do la totM et monte uno garde attentive devant le
IUNllGsN E rINFANTILE itoute la kyrielle des inaux si graves comprimer le cerveau. Cela sufli hien. sommeil de I'enfant et defend I'en-
imputables aux refroidissements. A Pour vous mettre bien on garde, j'ai- trade de la citadelle endormie i I'a-
propos de couveiture trop minutieu- me voas effrayer en vous annon:a'nt nde montante des insatiable.s Patho-
se des enfants, j'ai besoin de me sou- qu'on a plus d'une fois incrimind -- logies !
lever centre un prejngd trop en course sans trop ie raison ii est vrai -- la Dr C. PEA.SON.
Schez nous. compression de la tete dans le jeune
Je ne sais si vous avez jamais bien Age a propos de plusieurs maladies
examined la tte de bdb6s haitinns. du cervoau, entire anitres, l'alina;tion
a Cheaise de flinelle longuo avec En tout cas, le medecin est infini- mental.
, corsage fendu en avant danis toite ment bien place pour vous rensei-
Ssa longueur et nou6 en arribre dans gner l&-dessus at si vous le laissez
a sa moitid suprieure ; robe do de.- parI r,il vous dira que toutesou pres- Et puis quand on a convert l'enfant
s us ouvert an avant seulemaet, et que7outes les fois qu'il veut diriger de ce bouclier de precaution, voilA Li foundation de prix littdraire ofre in-
a nou6e avec rube n a t ceinture. COs son examen de ce c6t, to supplice que brusquement ii s'enrhume, il contestablement des avantages. Ne prdsen-
g robes sent sans mancies. Pous pour sea doigts a toujours 6td d'avoir prendfroid,ildevient angincux.Ons'd- te-t-elle as des inconvdnients ? I Recue
Scopltener,il a deux couches en cu- passer par des quantit6s d'6pais- tonne, on no salt comment expliqter du Ier decembre sest demand si a ces
Slottemerigulaire, une do toile, une sours do /oile ( souvent sordido ) ces accidents et'l'on iproclame tout tondations ne risquent pas A la longue de
a de loa ie et deschaussons de lainue avant de pouvoir enfin toucHer la liaut que pour proteger I'enfant de la contribuer A creer une litt6rature officielle
Voici qui met sous vos yeux Lo mail- parties malade.- Et quelle parties ma- maladie on a profess le culte Ie plus de rendre plus difficile encore la vic litte-
lot aiglais dent jeo vous annoyed ais li lade ?- Le plus souvient, savez-vous large de toutes les sdcuritds, et de raire aux 6crivains vraiment originaux qui
lot angli donije annce que sait 11 s'agit de I'intermina- toutes les propliylaxies. Mti.sce (Ii'on n'aurontpuobtenir les suffrages d'un jury.
description dernierement. ble et absurd Idle ouverte que nos ne sail pas peut-0tre, on pUintI1t ce si ces distributions de prix rendent un
Ma foi ce maillot peut bien rested docteurs de contrebaride, avec leur qu'on ne se rappelle pas c'est lue service inoientand aux cindidatsheureux,
anglais. Je ne souhaite aucunement belle aisance de diagnostic, ne se l'enfant n'est pas seulement un tur- ne contribuent-elles pis A rejetcr dans une
qu il devienne haitien. Son chaud sur- font jamais faute de trouver et que bulent diurne et que parvenu t I'la- ombre plus profonde les quelques autres
crolt de flanelle et de lane convict nous r le ae convict conviction qui ge de 18 mois ou un an, il prou- d'une valeur d ile ou superieure don't le
bien a l'Angleterre qui trimasse, fri- fait sourire l'amour maternel 6mu. ve un continual besoin d'agitation et public continuer.t de ne pas acheter les li-
masse a n'en plus finir et ine serait Eh bien voulez-vous que je vous est aussi un fier turbulent nocturne. vres pirce qu'ils n'auront pu ntre couron-
point de mise en nos pays oi' nous dise A quoi cette erreur conduisit Pendant la nuitses mouvemen.s i'oni ns ? Enfin, leur s&juction ne risque-t-
ne voyons la neige qu'en tableaux ou un jour ? de cesse qu'il ne se soil decouvert. Et ellk pas d'exercer une influence fAcheuse
bien parfois un pen plus pricisrment Commej'examinais on enfant, on alors ? sur d'excellents talents. en les cartant des
dans nos verres quand il nous prend se press fort d3 me designer son Voila que s'6croule tout l'dcliifau voies ou ils auraient pu laisser libre course
fantaisie de toaster a la crime fouetate chef en me criant le diagnostic que dago argumentaire qu'on dlevait pour :A u-e originality qui pourrut devenir sa-
o0 au punch aux oeufs. vous savez. Quand j'eus acteve d'en- s'innocenter. I' va done filloir redou- voureuse ? ,
Ce maillot n'aurait pour effect, je lever au dessus du bonnet mes cinq bier de vigilance, et se prdcautionner, Le prix littraires soa-ils ,i encourager ?
perse, que de produire ces ddsagrda- couches de toile ( ouf ) sur le cuir jour el nuit. Les entants lie sont pas
bles eruptions sudorales, point graves chevela je ne vis autre chose qu'une precisdment d'une decence dvangdli- La R.ev.e vient de recevoir, : son enquc-
somme toute, tmais qui effraient les martyrisation purulente et naus6abon- quo et quelque soit !'h ibilletient dans te, une premiere sdrie de reponses d- MM.
mamans parfois au point de donner de du miochepauvret. lequel on les met au lit, on les retrou- Paul Adam. Louis Bertrand. Jules 'Bois,
libre carrier aux fameux diagnosti- C'est que sous couleur de renfermer ve, au milieu de la nuit dans un vOte- Marcel Boulenger, Bouhelier, Renp Boylesve,
queurs du lait passed. Et puisque j'en sa tie ouverte on tie s'6tait pas fait inent qii fi'iso toujours un pu le cos- Emile Faguet, Claude Farrdre, Lion Frapi,
suil la flanelle, pourquoi no pas lui faute d'appliquer un melange (souve- tirne adamesque ; et c'est aini q,'ils F. Gregh, Myriam Harry, Marius-Ary Le-
dir son fait une bonne fois ? rain, affirmait-on) et d nt I'outrecui- s'enrlliument et.prennent froid. blond, Paul Margueritte, Ch. Morice, J.-A.
Tisu de line trs dour, ii va bien dance etait renforcee par la moutar- On y pent rdm6dier en attachant Nau, Peladan, Ch-Louis Philippe. Marcel
Ml enfants n6s avant term, qui sent de un veritable vesicatoire suifo- des couvertures de chaque c6to du Prevost, Rachilde, E. Rod, Jdr6me et lean
par consequent d4biles ; ~ ceux qui, muscado-mmutardeu.v pour parler mtde- lit on on habillant 1'enfant de robes Tharaud, 'PaulReboux,Emile Verhaeren, F.
Peratt tre soupconn6s d'une cer- cine. dle nuit si longues qu'elles permettent Viell-Griffin, E.-M. de Vogul. Les avis
taine faiblesse de poitrine de par la Pourtant I'hygiine estlA lui apprend de lcs nouer au dessous des piedslais- :semblenttrs partag6s, puisque sur lestreize
viciation originelle des parents. A de o'qu'il taut apprendre de bonne here sant ainsi Ie bebe dans une maniere vingt-cinq premieres reponses, ii en est
tels enfants a flanelle se charge do aux enfanti a garder la Ltte nue, car de sac don't l'ampleur ne compromet ( indiquCes en italique ) favorable aux
di.penser une chaleur douce et pro- cette partieest moins f[cile a imlprcs- point ses mouvements. Cgs robes de prix, ;euf d6favorables ; trois auteurs res-
tctrice. Elleconstitue & ce compto un a sionner par le froid que les autres nuit serornt do toile avoc des manches tent dans le doute: ce sont MM. Edouard
v6ritable a blindage de sdcuritds ,. parties du corps. ddpas-ant les mains de vingt centi- Rod. J r6ine et Jean Tharaud, Pladan.
ais quand on en rev6t les enfants N6anmoins, chez les tre- jeunes en- metres enviroa ot 6galemrnt nouees Parmi les opposants, it en eat de vio-
dPt la constitution nest point sus- fants elle sera couverte sans restric- a leur extremit6. lents ; ien est de sceptiques :M. Marcel
Pe', c'St pent-6tMr le meilleur tion : un bonnet de laine avec, par Avec un tel costume, la maman peut Privost se clause dans ces derniers :
o.dn d. fouetter ler nervosit, et dessus, un bonnet de linga assez am- s'endormir quite et tranquille tandis a Qruand j',ctis enfant, dit-il, j'svais un
Sredred f par .trp als U 'est o 1 ples tous lea deux pour na point en- que '1intelligente vigie de 1hygibne vicil once qui voloniers se servait de ce


Cd~lJ --- ---I~~_. ----- r


LI --- -- --- --- -I-


PORT-AU-PRINCE (HAITI)






adage : i Le trop est trop. Si mon vieil. Monsieur le Directeur,
once vivait encore, et que vous vous fus- i
siez adressc a lui, t uchant 1'opportunite Un de nos bons ecrivains trouva, il
et I'utilit6 des prix littraires, gageons y a dn cela 'quelque temps, une ex-
Quil et hoch6 la tcte et rdeptd son adage pression qu i je trouve assez just
tavori : a Le trop est trop. M. Rachille pour taracti-riser votre type litltraire.
s'6elve avec indignation centre le, prix. ;11 vous aplpe!; 1'eiintnt terrible de
a La literature nest pa, un sport, dit-il. notre g endra'ion v. Ds annees out
C'est meme le contrairc du sport, comme pass, I nrfarnt a grand, it a visible-
la riflexion est le contraire de 'action. II meent a;gn6e on rnflexion, mais il n'a
est done parfaitement ridicule de recom- rienr pIedu de son allure turbulente
penser cclui qui rdfiCchiia le premier le et do s.a u a!ignit6 irreverencieuse.
plus vite et le mieux. II convent de tais- Vous continue a porter un doigt ir-
ser les ceintures d'or aux champions de respectueux sur ce que vou?- croyez
boxe. Les prix dits litttraircs... c'est I'tcer- 6tre une fausse idole, vous n'avcz pas
nelle rdclame du concourse des grains d, cesst de lgtiier d'une pirouette de
bld dans la bouteille, tres humiliant~c dedtain et d votre rire ironiqi e el t
pour ceux qui competent, le col allongd. col.'Ie ceux qui pour vous sort des
semblables aux oies ; fort glorieusc pour btonzl/s sans valour doits d'un s'(ldui-
ceux qui rdunissent le troupeau :A coups de salt ILestig xtiieur. lemiarqutiz,
gaules. a M. Ch.-L-uis Philippe s'cn prend j VO hie, que j- nt vous ren b'aine
surtout l'Acad6mie Goncourt ; il se con- Iii rie volts en loiti.
sole cependant : Ic sais bien, dit-il, J' i a Ie sc uleiiien t ameni' fai re
qu'un jour on I'autr., notis marcherons ces i'll 'xio,)s (oi li.santl L l lettro que
sur le venture de ces Messieurs... L'enne- vouls av/ so.i -; )ublier dats voirc niu-
mi donne des sigies de caducite. Notre m iro( d'lier, so'ls la signature de M.
lour s'approche. La peau de I'Acailmie tenor Filnin. M intefanit. que le
Goncourt amuscra bien nos enfarnts. b sort 'viett, uine secondle fois &dI traltir
cct 1 ) |itin^ et que sos amis portent
Les partisans des a Prix sont plus aca- cetli nie et quo ses amis parent
d6niques. Jadis, dit M. Paul Reboux, les s l deil d lurs esp ran ,
JOlPis li)iel, sans porter ombrag, aut
pensions accorddcs anx adeptes des beaux- (.oi Vi inenlt L re t, i vou ati
arts et des belles-lettres assuraicn: A i'Art o voneset tiiui dt, ni vous acri-
ce qui lui manque aujourd'hui : de l'u- t tie jai t5d lirmniniste..le I'ai
nit6, de la discipline, du style. La cass.-tte i d lte n i je i 'ai dan
de Franqois jer, ctlles de Louis XIV ct ,lt de fiout ptolon ie, je ti dans lli-
de Louis XV n'ont pas empichi la proluc- ., t.nC: ct i on onclieuIt de (
tion des chebt-Jd'Tuvre. Pourquoi lnen se- .l .ot introtion ralehent de cva-
rait-il pas de mmiiie pour la cassette de M. a Ii voca pro l orale. I'th.a
itanne ? a t L prix littcdraire;, dit MiI. ion d It cal1t c i et Il pitr't1 olis e
E.-M. de Vog L, ont des heureux sans cet onscieneu.
Ses croyances taielit bien raisonnde ., .j I
nombre ; ils flattent doucement la vanitue vots .I'srlsur e, e lit lles Ilaielit., oit
I" de ceux qui les fondent ; 2" de ceux i2 je ui pas isitt quitter
qui les dcernent ; 3 de ceux qui les re uve mre, ma sur et a ie-
~o vent. I grand'inCre don't je suis I'utiiiue
Pouuquoi ndgliger ce moyen facile de espoir et It seu souiicr, pour ;llt;r
fire plaisir a tant d'honetes gens ?- Une aiux Gonaives mettre ma vie et pJt
objection:nous parait sericuse : ces prix coIns(queti I'existenwc dao ; Or., sqi
exaspdrent la vanity de ceux qui n'en re- me sont uLcltrs., coitnic enjeu da'.s la
Convent pas. Sans doute : mais l'ubjection paitle qui so jouait alors entire IM.
vaudrait aussi forte centre la Leg.ion d'hon- Firmin set ce que j';jlpptelis <. les
neur, centre les ordres, titrcs, distinctions torc(.- contra ires .. A ladebWit:l d'oc-
de toute nature, centre routes les places tobre, j.' pirlis atu si pour 1'exil. .I'ai
honorifiques ou lucratives, qui rdcompen- coilnut la faim, j'ai t16 la proic des
sent le mdrite, la chance ou l'intrigue r'llexions amrres. Toutes It(s ini.sil'es
d'innombrables citoyens dans 1'Etat ; bref, n.'oit p,; ecnt.n. mon Anuei ie ; mais
elle vaudrait centre tout ce qui les heor- qtiland l pus rentrer au Pays, je Ime
mes ont invented pour gouverner I'animal jrtrai bien qu'il y avait celtaiinement
humnain en douceur, autrementqu'avcc des d'autlres lnoyfns do servir sa patrie
coups. Seriez-vous si rcvolutionnaire qne (uii'en friisant la guerre civil. Ma Coi S
de vouloir abolir touts ces industrieuses vibrait intact ecn M. Fi min, je vous
inventions du g6nie social ? I'assuie, mnais jo fus dgouitt, je crois, B
-- -- ...._:_ 1 i pour ja mais de I'insurrection.
Aussi, quand I'autre jour eclata, la
St nalilli-ureuse allaire des (Gonaives, je
I'opoP1ssai toiLtes les l-auvaises sug-
le ll Ud'UH Firmi listl estlioc et ,si A III) certaii mInoment je
me cachai, cc fut autant pour me pr di
-- server des exces (1de z;!le des agents
Nous avions bien avert le cteur t pu- da ouvoir que pours ccliapper aux
bliant, her, Iimportantl de A. naies ( je n prends pas ca mot dans
Firmin, que, par une convenance tact.le- tnases ( j.jiedsx) qui venaiet dans
ment inpprciable, nos avions reuplae bii sells i!J'ir.ieutx) qui venaient i moi m
par des points, les noms des persoea ci et pourraient A un certain, moment me
par des points, les eionis des pcrsonnes ci rendre suspect & l'autorit6.
tces Cela n'a pas suffi A cette cat6gorie rendre suspectt av, auto nsit.
de gens touours prts A nier 'nvid:nce Eh bien: vous avez, Monsieur Ma-
mimre et Ion a et jusqu'a nous gloire, port uute terrible attein-
de dloy au toe m;i foi flrministe en impri- a
S oa mant. la leltro f'hier. N'edt 616 I'im-
Nous 6tions disposes A n'en rien dire, portance de cette piece et la position d,
mais une lettre que nous publions, rcCue de cclui A ui elle est adress6e ce d
fort tard hier, precise lesincertitudes crCes qui en fait un document public, j'cus- A
par notre discretion. se appel6 une infamie la publication
Tant pis. Notre bonne fo ne evn de ce message. Je sais que vos con-
tre mise en doute, nous publierons de- evictions politiques que je no dispute
main la clettre du Pripar avec tous les pas vous porlaient a agir comme vous
noms que nous avions omis. I'avez fait; mais je me demande- et
.D. L. R. Magloire, co serait..... je dis un I
N. D. L.R. ,crimeI- je me demande *i vos ien- Ju


'timents ne vous or.t pas aveugl6s e
si la pi)ce est auth antique ou at
moins pardotinez-moi- si elle n'a
pas 616 accoinmodde A certain. intd
rets.
P.ardonnez mon emotion, pardoa-
niez la vivacit de mon lang ge ;
mnais n'est-il pas vrai, convenez-en
avec mnoi, q'ie la prIca:tion que vouIs
avez pliso d'ometire ls 11noms et de
les remplicer par des points est fai-
te peour inm m-ttre et nettre tout le
mondl on t.1litricet ? Pourquoi avoir
ro'cust si adroiteimeatl dtes telnoigu
gre qui s'offraient au j g.m'nent pu-
il)ic, si vous n'aviez pis ti I: noImin
des personnel qu'accuso et quo met
en cause Mr Antenor Firmin. Si vo-
tre proe.6d a (l ds Imotif.. qui vous
sent propres, il a I'inconlvteniont d'ap-
pliqlter uno apparence Otranitement...
:porvphe o ia a leltrt doe r Firimin.
.1 n'ai aucnn droit dti no p:!s vous
eroire loyal. Je le suis, moi, loyal, je
VOus. le juror. Vous comprendrrz done
ma franclhis' un p-u brutal et voius
excuserez le fremissement indigne qui
traverse cette trop longue lettre.
Vous avez offert vos colonnes A Mr
'irmin pour s'pxpliqnier. C'"Pt devous
que ji desire avoir d'al)od dles expli-
cationis sur vos it ticencces en porlan'
uno si formidable, et mortelle accusa-
ion centre uin citoycn (qui, politique
A part, mnrite au moins le recpe".t do
ses concitovens. Votre lovaut5 voiis
omni)riandede unon.s (donnor les noms n et
.i vous Ie faritles ot si vowus n'tos pans
iamermti, j., croirai I'oxi-tence et "A
.'ex.a'ituid, do la piece qu', pulblie vo-
rte j.iurnal I alors. .... ptivrtr Dt!-
'Nr Mi Firrnin et mailleutetise Ilaii
(:Cro,< z-inoi mnonsicur, votro .C'rvi-
euir.
S ............. .
FIrimistte ; imai encore plus, pair t?.


--r --


RE N EJiGI EMENT'.
ML1TrOROLOGIQ UES

<0 & a- v-o iv tc i r e
SDU
;EM MAIH CogLL et i : St-FmAPTIAL
MERCRED'2I FLHvilll.R
aruinmtre A imidii 764 .`/`

rmp6raturean 2r*,o0
Mureaximum 320 3
Moyenne diurnTdc la ttemrr.aturc 230.7
Le ciel clair le martin s'est covert gra-
luellement l'apres-midi.
A 6h. o du sor orageetpluie : 36m/m,5.
Le baromuntre sc maintient en hausse.
Quelques movements microsismiques
ntre 6 h. et i h du soir ct vers 3h. du
1atin,
R. BALTENWECK
Navire de Guerre
Ce martin est entr~ un navire de guerre
nglais, le Brillieat venant de Verra Cruz.
.eBrillieat jauge3. 6o, son dquipage est
e 207 homes ; ii est armd de 8 canons
commandJ par le capitaine Robert H.
snstather.
Le siluts d'usage ont 6td changes.
Tribunal Civil
Audience civil du 12 Fnvrier i9o8
Le Tribunal prend sieg' A dix heures
cis do main sous prudence d
ase P. i. iJuvier.


t Atfaires cntendues :
I io Zinn. Larousse con:re (leiri Pr'z,
a 22 Mme Tdlemaque St-Clair contre
- manuel Alexandre et Otiaris Thomas.
3 "Carlois Beis centre laCompaglic p C
S Puis le ,sige est Icvd.
C hambre de Comnmerces
Le Comitd exdcutif du Coonr-s int
national des Chambres de Commnerce
des Associations commercials pour I'
nde i9o0, qui aura lieu a Pragii-s (
dant I'Exposition organise A L ocisiond
Jubild de S. Majestic Francois-Josplh x,
a tenu sa premiere seance sous .pr
dence de M. Charles Voil M Novack
M. Riedide Riedenste oi. Voiti a
sent: un rapport detor au siijet de
Congrcs. qui rJunira les reprCsenltants
Commerce des deux mondes dins i pin
resque et hiitoirlue capitade du 1l',uat
de Bohlmie. La date du Congr.s pour 1.
oatil les adhesions conmenncent .i afluer
est ti\xe p,)our le mois de septcmre 1908.
Fiangailles
Nous avons recu le faire-part Ict fia-
cailics dc Melllc CLAIR- LARRIEUX a.vc M.
PHIILIPPE BRIDGMAN.
Compliments aux heureux fiancL.
Soiedt6 Ph'llharmonique
Noue apprenons la formation d'uii 5,
cit.d 'Phil/brinmniqu e Fraternelle pl;,. ~ous
!.i direction du nmaistro, le DWputI Duro-
scaa, tt tondtc J.sns le but de t:ous pe
tf.ctionner et de ddveloppdr !'ar de h,
musique par des ricrdations musicalcS ;
orimation d'une cole et la crdti :i d'un
A'ler scial ou seront trouvEs j mnor.
CLauIIX de musique de toutes les f :,c des
accessoircs pour pianos et violons.
Arrivages
Ce martin est entrd le steamed t Piz.
dent a avcc les passagcrs suivant \cnant
de:
Cayrs Ad. Strolim.
Sl 'DIoningo : Gutcia.
Le stramier aMontrdal est n:r .ce
Iuliii: avcc les pas agcrs suivant venant
de :
St Marc: Clurlks Miot,Hugo Jug2rscer.
(Go niues : Stcuir Olires,S. H. St Lin,l. IW.
LinfJUll,Mme Ulisna Duvivier,Mcm C. Be-
lotte, Mile Cdlie Louis, Cldmenm Saious,
Mile L. Wcllington, Merlin 1-aro,l-rrkcAc-
tho1uiie, Joseph Phanphaon, Frtre Lous,
Robert Nortz et enfant.
wo mo








des troupes du Gow,
S Tvernem et.a



iopeiles Etraugen


Derni~res


D pdcl


P.\ARi I2.- Icente 96. 87.
Iticr A la Chambre M. Cailloux occ
la tribune touted la stance pour d6feo
le project dJ I'imp6t sur le revenue.
Clnibre s '-journa a jeudi.
Lc S:nat tcrnina la discussion de I
terpellation d M. Fleury Ravarin sor
conlitions d.ns lesquelles le ministry
la Inarien enticd donner la command(
chaudieres destinies ao cuirassd q
Danton s en votant l'ordre du jourf







vnt : Le Srnat approuvnt le durations Aux Cayes, 5 Fvrier 1908. Comrne c'est une bonno occasion O
do l.ouv.rn-ment passe A l'ordrc du jour.
M.M. Merlct, alministratcur de ;colonies, Mortsicur *i"ir tous les posses-eurs dl Piano
M.- Mt, d, d I .;s vous recomnmandons a eux pour
et Sigmnann, inspecteur adjoint des colo- J-os VOUSon JENNEY :,reuoiniad, S i eux pour
eSigJOSEI von JENNEY I. rparation et 1'accor- lag, des leurs.
nies, sont nommes Chevaliers de 1. LUgion ,abrus vous faisons tI(. c,::li;limn1tsd
d'Honneur. Fricn ordeur de Piao: t reconnaissoique vo\ s utls artiste.
Le Geansal d'Amade -tedgraphi.e uc o Io.avis que vos nouLS aZ onoy
rroupzs occupent h Kasbali d Ouled Sai-i Nqavcz envoy# O
groups occupent la asbahr Nous cerlilloIs que vous avez rt- "''ltit viai et C'(.st 3u"ntnd a varitay,
Les blessesdu croiscur ta eannc dArc ar et a ccord6 nos pianos A nolre a, ubic de ofil Ps t
oignes a Gibraltar vont mieux. pa itee Ma ,. sfaction.a,.,asti,.
PARIS l Des nouvelles rceacs par Ils atainti mangos par les vers c0 le:. Matla c, hl I.(al,, Mll le
grae sills fil du Gal d'Amade, comn- ll eanis 6tait dans un mauvais <(lat Aitaud, Seil.d h Stro, Jih Neptun, e A.1
nandnt en chef ies troupes fr.inqLiscs au and Vots avez pris l'engagoment yVv F. e, Vve Br r., Vvo Idouard
Maroc dclarcnt qu'il a occipd Casbah des de les r6parer. Hall, Vv A. Brown Seurs de St Jo-
oled Said sarfmfsistance et a ravag6 les Ap s la reparation ils 6taient corn- seph de Cluny, Antoine Ferrer, Luc
environs. Le Caid de Mzab a fait sa sou- me des Pianos neuft. Labastille.
mission.
TETOUAN II.- Lt.S ouvriirs postaux
mglais, fran;ais, allemands et espagnols 30 jlO 8sNlcppliept
lilant A Tanger distant de trente cinq mil-
es ont dt& attaquds et toute la correspon- ----
ance 6crite en arabe a 6t6 vode.
TANGER to.- Des nouvelles rescues de A U P U RI
biat annoncent que l'armCe du sultan
bd El Aziz est part pour Fez. *
SAINT-PiTERSBOURG I I.-- Le retrait des
roupLS turcs du territoire persan A I'Oucst ---- -
le Tabiiz et l'esprit plus conciliant mon-
r6 par la Porte ont produit ici un bon cf- Si vous voulez jouer de votre piano avec plaisir et que le s )n d
et.- On considered que rour le moment trument soitc agrable et doux, appelez
I n'est pas n&cessaire de prerdre de nou-
clies measures de precaution centre les Mr. Joseph von JENNEY
urcs aux fronti&res de la Perse ct il est DE NEW-YORK
robablk qu'cn attendant de nouveaux dd-
eloppemen:s, I'envoi de troupes de I'inte- Le spfcialiste poputjaiie et bion coinu, le renonindm. accord.ur, IrpdIaltetl- et
ieur le la Russie tc du Caucase sera aban- !fabri)Tcain de Pianos et d'Orgnos da NewY-York et de la Ilava 1i, Ilui, s'r la d'-
nne. rnande de (pludsipes per'sonnes s'est d6dido(d visitor I'intitlcsaieil popUulation J
De tout cela on doit conclude que la si- I'ort-au-l'rince et a lui ofliir los services de sa profession.
nation rtant d&ciddment meillcur. a tous On le trouvera i l'H6tel Bellevue oif ii ne sbjournera quele tctimps p
s points de vue, la demonstration de 60. nl.'essaire ;i liver les travaux qui lui seront con is. .
o hommes que la Russie devait fire Ce sp&cialiste, expert en son art, 6tabli A New-York, No- 8i. 87, 89
aura P.a lieu. 12C5me rue, depuis 1888 ; ct Z ia Havano au Prado, Nos 95, 97 depuis
PARIS Ii.- On a appris ici aujourd'hui 1889, a une pratique de beaucoup d'annA.es ce qui garanlit et recomman-
e le traiti d'a-bitrage entire la France et de son travail. -
:s Etst-Unis qui a 6-6 signed hier A Was- Mr. Joseph v ) N JENNEY dispose d'un maidriel pour
ingon par Mr Jussetand, Ambassadeur accorderet rjlpar:i.r les pianos qui yaut au moins P. 2.000 .
France et le secretaire Root suit de trcs dollars.
res les conditions des conventions simi- II est I'unique sp cialisle rdparateuic et fabricant doe .
ires ddja faites par la Franceavcc 1'Angle- pianos a.:tuellemtent on Haiti. -4 "
rre, I'Iralie, I'Espagne et Ia Hcllande ; la
ule difference rtant dans la ratification 25 ans d'eapdrien-'e el de prauqttue
ui sera faite par le S&nat amcricain et Ic Tous les Iravaux garanis pour cinq a(<. t
ariement franqais. Le trait dispose que Les pianos accords garanlis potr un an. -
rutes les questions et difficultis qui pour-
int surgir entire les deux puissances se- -
)Mtsournises au tribunal d'arbitrage de la
aye quia 6t6 6abli en 1899 a exception COnd ltioos Sp6ciales
s matieres qui toucheront A l'intrest vi-
let 'indpendance honnur des deux Toutes les comin*ndes reques dans les trois pr'-
ys aussi bien que des questions affec- mier jurs partir deoeltte date, pour rdparatious de
at es int6ras des antres pui.sances. pianos, d'orgues etc, brnilicieront d'une reduction de 10 o sur les
iRSE mLre dII. MPr Fruno anien pre- prix que Mr VON JENNEY demand d'ordinaire a ses clients.
ier ministry do Portou l et sa famille
i 6taient arrriv6s ici la nuit derniere
nt parts ce maiin pour GAnes par le Profitez de l'occasion
in de 7 heures 22. Deux detectives les
it accompaguns. Mr. Jh. von JENNEY fera une visited annuelle dans les nrincii,.,l, villP.a ri il I


Le soussign6 porte A la connaissance du
blic et des autoritbs de tout ordre, qu'il
iact enlev6 dans la nuit du 16 Jan-
Sderfriton chev.l de grande taitle,
OS poil rouen, dtampp des letres A. P.
- Ayant une large cicatrice faite en
ck au poitrail. II promet une bonne rd-
Pms e i celui qui leretrouvera.
Port-au-Prince, Ie ii F6vrier 1908.
GiRARD VIEUX.
il a-I ll1 siox- I

MIEL I)'AVRII
P6tion-Ville
J. B. W. FRANCIS
EXN VENTE: 40, Rue F*FRoU,
Port- au-Prince.


occasion exceptionnelle

liquidation d'Articles
ET
TI1LS POUR LA CORDONNERIE
Di versessortes de peaux, ldastiques,
'ants, oeillels, clous, etc; un grand
sortiment de formes: spdcialement
s former Amdricaines don't la com-
oJitl est incontestable, et tout aa-
e acccssoire pour la cordonnerie.
Port-au-Prince, 4 F6vrier 1908.
G. A. BERTOLINI
147, Rue Rdpublicaine, 147.


I


[ 'i n~:;-


jrotirra eniVLLp IM nhtJLIJUIIJ t U


plus, pour les r..paraions et acor des T.. ..... 1 ULj.; Iw lU lilt U
I'us, poui'r les r,'parlioins el l'accord rdes Piioans.-- Si dlails CJ It' vill ii tiouve ulie trettriirn, de souscripteurs, il vi-
.-itera Port-au-Princo une fois par an come ii failt Cuba oil ii a 800 aboun u4. M'. J..IIJNNEY no reviendra id
que s'il peut comptor d'avance sur un certain niombr, d'aho-nl1.., Par.n- qua sonl teinps .et tri4 pris.
4 mois do voyage 4 mois de s6jour h N.ow-Yo,.k I mni- A la Havano, To'I'te l'atine occup6e.
NOTE.-- M von JENNEY ne viskite., ucinne famille, sans qu'au pr(aIlabh il ait 6 nverti par tl6phone ou
par un ordre &6rit et sigua.- L's addresses !,,'es-aires doivent ctre inidiquOtds ave la dorni re precision.
Mr. von Jenney rieoit des commander le, pianios. [I fournil l.s ,nrqaues les plt renomnndes. II est agent de :
TIE VON JENNEY STANLEY Piano mfg. Co N.Y. TIlE VAN JENNEY PLAYER Piano Co N. Y.
STEINWAY & SONS NE\W-YOQK THE BAYER Piano Co NEWI-YOllK
rTHE IBARCKHOFF CHURCiH ORGAN Co Pomoray Opio
I'orl-au-Prince, 10 Fevrior 1908.
Tle von Jt nney Stank y mfg. Co. New- York et la Ilavane.
fE f Pour plus amples reitseignc.ment s'adresscr it Mr. Jenney, II6tel Bellevue, T6ldphone No 220.
SN. B.- Les Pianos et Orgues sont examines GRATIS.


Tous les travaux doivent 6tre pays en or ou en paper avec le chan-
ge au taux du Jour.


I_






Erani chem enxt

A L'CtLGANCE
D. FERRARI,
Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance du public,
particulierement de ses nombreux cli-
ents do la COte et de la Capitale, que
I'6tablissement a un stock incalcula-
ble de chaussures pour homes,
temmes et enfants, en tous genres,
et que, malgre l'offre de cinq pour ceut
sur l'achat en gros (5 0/0) fait un ra-
bais exceptionnel sur les prix.
L'btablissement se charge de faire
preudre des measures a domicile.
Tuujours : Soin, exactitude, ponctualite
42, Rue dos Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCE (HAITI)


DOCTEUR
ANCIIE:N


A. CARIES
ASSISTANT


EN: N DEI IEC IN..' L : ,:LlNi K I'A


MALADIK DE:S l.'ANTS.
(:ji'ultalioLs /a(f It. et -2


h rs


123, Rue du Peuple, 123.

Chapeaux !

Chapeaux!!
ChapeauxI !
FAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUltEZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coifliiur a;rtslt:., jqui viit1t av<(C Ie
coucou'r d'un clhl;liap lier, rntWI r;'i q tbi e,
M. JAIME 'TESTAl, d'installei uine
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLA:E GEIFF'RAID
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tous les guits et pour toutes
les bourses.
-- I~ l .. .. .- _
I-1otel-1 estaxxranat
ST-JOSEPH
( ANGLEDES RIUES IIOUX KT DU MAGA-
SIN DE I.'.TAT.)
Service bion organise.- Repas
& la carte. cuisine excellent.
PROPRIITAlnm : JOSEPHI DESRIVIIlRE

Fabrique de chapeaux
La Fabrique tie ichapeaux installde a
l'Fcole des Arts et Mitiers, ancienne-
ment Maison Centrale, sous la raison
social de Vve P. Benoit et J. C. Gui-
teau a I'honneur d'informer le public
qu'il trouvera en son dep6t un bon
stock de chapeaux do paille superieurs
pouvant satisfaire les gouts les plus
diftlciles; malgr6 ces advantages elle
met ses chapeaux en vonte a un prix
modique d6flant toute concurrence.
La fabrique informed on outre le pu-
blic qu'elle est la soule qui en confec-
tioune & Port-au-Prince et ce, avec le
concourse d'ouvrieres venues expres-
a6ment de 1'Etranger.
La fabrique r6pare aussi toutes sor-
tea d4 chapeaux. Bon march excep-
U-.Of


SMaison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirigee par


L. HODELIN
Ancient membre de la Societd Philan-
thropique des mattress tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'd
totles diagonale, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de 'articulibrement A sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beauty.
Specialit6 de Costumes de no-
ces.- Coupes Frangaise, Anglaise et
Americaine de la derniere perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits car-
r6s. etc otc, do tous grades.


= -- II II I- I
Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures

La Manufacture a toujours en de-
pot un grand stock,- pour la vente
un gros et d6tail,- de ccaussures on
tous genres pour
IIOMMES, FEMMES, ENPANTS
L.os cor mlmades des co0lmlltI .'alit
do 1 irttri-u~r pourront etre etdcut6ecs
dans uuo semaino a pou pres.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINC K( HAITI)


Cordonnerie e Nouivelle


G. B. PET01A ET SEPE
143, GRAND'RUE, 143
'PORT-AU-PRINCE
(ClAUSSURES EN TOUS GENRES
EN DEPOT, POUR LA VENTED
EN GROS ET DETAIL.


Execution prompted
commands, tant ici
Province.


dos
qu'en


ForneAs A honmmes; Le6gantes et
rationelles.
Chaussures de dames ( DerniBre
uode de Paris ) et le pluscommode:
chaussures ponr eiifants confection-
ndes avec desPeaux de toutes nuances
d'une selection et duree irreprocha-
bles, A des prix avantageux.
Cirages, pates et liquides
Pour chaussures de toVtes nuances.
I I---- --
LA PHARMACIES
Emmanuel Alexandre
88, RUB DKS MIRACLES, 88,
Se recommande pour l'ex6cution
prompted et exact des ordonnances &
i'importe qu'elle here du jour et de
la nuit.
Drogueries, Spfcialit6s phar-
maceutiquesextramem pt fratches.
Puz Comeamnssom.


Sacs vides!..


Sacs videst


Entrepot G6n6rGrl des randes fabriques

DE CALCUTTA (INDE) I)UNKERQUE (F~ANcE) ET DUNDEE (AtuLrrET
SACS sp6ciaux pour Caf6s tri6s
Caf6s ordinaires
Cacaos
Les Types Courants constamment en Stock par balles de 400 W
depuis 20 centimes or jusqu'A 30 oentimes or pour Ia grandeur
liere 65x140 centimetres.
Poids de 1 3/4 livres jusqu'A 2 1/2 livres.
Sacs sur modules et sur types des acheteurs.
Prix A forfait pour livraisons mensuelles francs port de d6barquemeMt
si on le desire, Droits pays.
Conditions avantagenses.

S'adresser A JULES LAVILLE
AGENT ET DIPOSITAIRE GINIRAL



TIANNERIE CONTINENTAL
DE


Port-au-Prince


PREPARATION


DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS,


CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
PRIX DES CHAUSSURES COME SUIT:

Chevreau glac ; Boutonn6 et Lace pour Hommnes t Damws 10 ( Dix0&
a* c Rec sommand6 10 (Dix e
Verni et couleurs: a a Recommand de 1 (douuz.
POLR ENFANTS: . . .. 6 Six (


ltambturg American Line


AVIS
Nouvelle Itin6raire du steamer a PBAESIDENT en vigiW
a partir du' mois de F6vrier 1908.


St Thomas... ..... le
San Juan de Porto Rico .......... '
San Pedro de Macoris.... ......
Santo Domingo..... .. ................
Azua .... .
Jacmel. ..
Aux Cayes... ..
Port au-Prince...... ..
Kingston...... .. ... ....
K ingston ...... ..... ............ ............ ...............
Port-au-Prince...... .. ..
A ux Cayes. .. ..... ................ ... .... ... .
Aux Cayes... "... ..
Jacm el ..... .... ....... .. .. ....................
Santo Domingo....... ... .. ..
San Pedro de Macoris.... .. ................
San Juan de Porto Rico...........
St Thomas... ..


de
64



it




"


chaque
'6
(6

9'
66
96
it


is
99


mois.
64

~6

Is
66
6f
4


of
64
c6
4'


Excellence occasion de voyages pour New-York viA Kingston par ce ot
Les passagers trouveront sur cette line tout le confort qu'ils peuvM
rer en dehors d'uoe 6conomie notable sur les prix de-passages par U
mers partant directement d'ici pour Kingston.
Ils trouveront A Kingston communication avec lea superbes steamer
Wilhem August @, lP'inz Sigismund*, a Prinz Joachin a, a Prim EWtO
diicli 0, steamers qui peuvent facilement rivaliser d'614gance et de
avec les plus grands steamers trans-atlantiques.
Port-au-Prince, le 10 F vrier 1908.
G. Keitel & Go,
AOGNTS.