<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00260
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 12, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00260

Full Text

PORT-AO-PRINCE (MATTI)


A 7 -_ -~__ -i--i-


QVqOTIDIEN

ABONNIEINTS : |DiuazcrEuil LE NUMPRO CINTIMES.

PS Moxza Une Gourde D'AvANC1 Co6Cent Vagloolr'o,
.- .. Let abonuicnents partent 'da :-r. ct du iI de chaqae

DtAlarac u M er & t r a R~DACTION-ADMINISTRATION mvis et sont payables d'a-ance
Wr1"e de po"e on *e. 45P, RUl ROvU, 45. Los manursrits Inasr6 on son n sono pas reas.

Pour tout oc qui conoerne 1'AAr initztration du Journal, s'adresser & Monsiour Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux on Bonne-Foi.
-_ I- _- ---;---- ---- I I --. I I------- I
NE LT T E DE A F IRM IN o muniions que je suis rest dlans I'im-' rit6 pour a plupart ; je ie pouvais
SU ir puissance de rinn faiie ; j'ai pu mrnmine done par refuser des facilities qui m'e-
U1 LLD E A. L J savoir qu'on vous a promise de d6cou- taientoffertes((?) pour mettrefin a leurs
vrir un prdtendu dept d'armes et de miseres et c'est pourquoi le signal ce
Comment PR AR voulait blu r munitions que j'aurais a Brooklin et contract, que je signerais encore si les
CommeInt le PRI .PARC Voulait bluffer d'y mettre la main, etc. Comme tous choses 6taient exactement dans les
le Gouvernement ces renseignements sout en parfaite inmrnes conditions qu'au I2 janvier
concordance ave,: des faits don't je 1905 et que je crua a la sinc6iitd de
-- puis fairelaprouve, et queje crois que mon co-contractant. Ndaninoins, m6me
A propose des derniers vnements que bes accusations que, pour se justifier, i c'est de bonne foi que vous avez par- aprs (!) avoir sign ce contract, j'en
Paym vientde traverser, dus n nouss sommes porte au compete dc ses amis. 16 en vous rapportant i une bande de 6prouvais une i6pugnance mel6e d'u-
ppeli qu'il y a de cela six mois, le pu- SPICULATEURS k.TRANGERS qui ne ne grande mdfiance, et j'ai constam-
Ic s'itait 6mu d'un bruit suivant lequel Saint-Thomas, le ler Juin 1907. cherchent qu'a vider le TRISOR PU- meant tlud6 ( ) son execution sous
onsienr Antenor Firmin aurait crit au A Son Ex. le Pr6sident d'llaiti. BLIC D'HAITI, just au moment oCi dilffrents pr6textes.
hi de rIEtat pour protester centre l'idee sir le vouu manqaez d'argent pour payer; Vers le le mois de mars ou avril, je
a'on lai pr6t ut alors de preparer une ex- Monsieur le President, vos employes et peut-etre mrme pour commencai A m'apercevoir de tout
Edition rivolutionnaire et pour affirmer J'adopte une line d'action absolu- c r6compenser vos yrais amis ; tan- i n plan d'intrigue de M. J. H......
e son patriotism lui dfendait toute en- ment inusita dans la politique iai- dis que d'autre part je soutre dans avec un certain ... i fat on-
'eprise de cette sore. tienne, en pregnant la decision de vous tna dignity de ban H iitien de voir le suite nommu . .. mteme
II nous soovient mine quc le Gnrn&al adresser directement cette lettre, vu Pr6sident d'llaiti me d6noncer ,omn- employ sous ie dIt'uit President
ord en avait parle dans une de ses audien- ma position actuclle de CIHEF DE PAR- me nm'etendant avecM. ... ly.ypolite pour prendre fou le g6nd-
es domminicalts a lctfet de certifier le TI tn exil. Mais il y a plus de deux pour envahir mon Pays, je n'hisite ral Manigat dans Un piege; cependant
igne e la paix dans toute la Republique ans que des gens sans scrupule ex- pas i vous dire et dSmontrerla v6ritB. ma position dc chief de parti voyant
d'tablir que cet excellent dtat de cho- ploitent la d6licatesse de ma situation La machine ouvriere de toute cette soulriir des amis qui ne pouvaient
s nous etait do meilleur augore pour la d'une part, et l'ignorance oh se trou- affaire est un M. J. D. 11., en rapport rentrer en lH:ti que par ine aventu-
>nsolidation de notre credit et la fructifi- ve votre Gouvernement sur leurs me- avec M . .L Gouver- re, m' mpeclia do ,rompre ma cor-
ition du travail haitien. n6es abominables, de l'autre ; pour nement sait-il ou ignore-t-il ces rap- respoidaznce avec lui.
Antenor Firmin ayant donnt un san- continue a soutirer I'argeit de la Rd- ports ? Je n'en peux rien diie : mais Hieureusenmeit vint I'Arret6 du 13
atr dementi A ses processes at ayant publique. J'aurais pu continue a me ces rapports existent. Memo M ..... est Ma1i 190, p.r lequel une bonne par-
illi compromettre les r6sultats de 'ordre taire, mais les choses vont au point aucourant des menees de M. J. D. II. lie des exil6s firent amnisti6s tandis
fancier retabli et de la stability 6cono- d'exposer notre pays A l'animosite et Ce M. H. vint t Saint-Thomas, en jail- (I'ti assurait que prochainement sor-
que presquereconqoise, nous avons pen- m me a I'hostilit6 .sinon d'un autre vier 1905, avec une recommrnadation lirait un novel arrt6d amnistiant
aller prendre des renseignements cer- pays ttls puissant, mais d'un home pour moi signde de M. F. G. D. prsque tout le monde, moi et trois
ins sw I'existence de la fameuse lettre- tries influent et ties honor dans ce que j'avais connu a Inague 6tant des- ou quatre excepts. Mes amis pou-
truc a de Firain. pays ; et mon patriotism m'oblige cendu chez lui durant les huit jours vaient rentrer chez eux sans entre-
Nour demandames an President de la de mettre tout scrupule de c6t6 pour que je restai dans cotte tie. Mon ami, prise arm6e et ceux qui pr6f6reraient
publique de nous fire l'honneur d'une fire ce que je crois Atre moil devoir. PierreFr6dBrique, qui dtait rcstd plus pour des raisons personnelles, res-
trevue. Par une lettre que j'aireQue deNew- lonzgtemps que moi & Inague et qui ter en exil, ne pourraient imputer
Avec sa bonne grice coutumire, il satis- York, un ami m'a appris qu'un 6tran- eut des relations plus lroites avec lear souffrance a mon indiflerence.
t notre solicitation et ne fit aucune di- ger qui a voyag6 A Port-au-Prince, en ce D. ayant 6t6 A Brooklin Me sentant ddgag6 de l'obligation mo-
cult pour nous communiquer le docu- Avril dernier, assure que vous avez pendant quelque temps avant de ve- rale que j'avais de travailler par tous
uet : moment de duplicity et de nai- declare pubIiquement que je suis eu nir it Saint-Thornas i'y avail vu et les moyeus a fire rentrer en Haiti par
tout ensemble. connivence avec M.................... (1) avait cause auec lui. lii eurent une la forceceux qui ne pouvaientjusqu'au
Surprise de cette condamnation que si- ui me doit me procurer les moyens correspondence & propos des moyens 13 Mai, y rentrer paisiblement, je rom-
ait contre soi un homme come An- d'entreprendre un movement en d'action qu'il nous faudrait: c'est pis toute correspondence avec Mr
nor Firmin A qui I'on attribute Une si Haiti.- J'ai appris en m6me temps ainsi que M. D...... prit sur lui de D. H. II eut beau m'6crire lettre sur
ute puissance cerebrale et une si com- que M. ... m'adresser M. IH....sans avoir corres- cltre, augmentant ses oilres de faci-
te connaissance de toute chose, nous 6tait A Port-au-Prince vers cette epo- pondu A ce sujet avec moi. lit, je n'y r6pondis pas.
rons pensc A demander au Chef de 1'Etat queetqu'il a r4clam6de fortes valeurs Ce dernier me lit les offres les plus Vers li fln de Juin 1905, voyant que
Snous donner copie de la lettre et de qui lui auront te6 comptles, parce- avantageuses de me fournir. airmes, jae ne lui repondia pas, il revint en
>us permettre de la publier. que croyiez vous c'est grAce a ses munitions et tout ce don't j'aurais be- personnel A t-Thomas. et me deman-
Le c;earal Nord y acceda voloatiers et relations a New-York et aux Etats-U- soin A un moment donnd; il signa avec da deux entrevues que je lui refusal.
>us donnons A nos lecteurs cette piece nis, en g6n6ral, et particuli:'eithent moi, au nom de Monsieur Fr. 1...... II alla alors voir I'ami P. Fr6ddrique,
traordinaire. aveo les marcbands d'armes et de le contract du 12 janvier 19l'T5 que je qu'il convainquit de ses bonnes dis-
Nous otfrons large nos colomans A Mr vous adresse i-joint. Piece 4. positions au point d'obtenir de lui
tenor Firmio pour les explicstions qu'il (t) Les noms propres, par une conve- Jo n'ai personnellement aucune am- une certain lettre ou ptomesse de
tid bica nous fournir sur I'icohean- nnee que lectcor appr6cia ont etC bition du Pouvoi, maisje suis le chef contract. Get ami 6tant venu men par-
4 1a cooduie, sees allures lyale, m rplaees pr de oitr. d'un part et beaucoup d'amis souf- ler, je lui fs savoir que j'y 4taIs a bo-
Sde ses moyens et les mlts'-, p d" la wAionr ). fraient avee mot dans un exitl mme 'lament oppose, elt come pour lui


MElRCPEDI, 12 FtVRTEIK 1906,


in ANXEVE,






faire comprendre la porthe de mon tout 6tonne de recevoir de lui une let
opposition, je la liii ripA)tai par lettre tre du 13 Decembre (piiceG bis) dam
le lendemaiin iattin C lui demand.lant laquelle ii mn'annonf(; son retour de
de me r6ponlre. (C qu'il fit en me Port-aiu Prince oi la situation finan-
faisant savoir qu'il allait envo\er au cire 6ait des plus mauvaises, me di.
dit D. H. un contract mystilicateur sant : que partout on parlait do moi
signed de quatre lpr;tentoduts contrac- cornnme le seul espoir d'Haiti. 11 m'of
tants, non design&s conmme lirminis- ft.rit de mrnttro' ma disposition et son
tes, soit: temps et de I'argent, un steamer
SFreddriqute, Maton, A. Foulh, II. a Acadia etc.
Couillon, signiliant : Fresddtique, Ina- Dans cette inmme lettre, onlit Id pas-
ton ( pour mi:toi.s a rotuld II. I). II. sag, sitivant : J'ai trouv6 ici (New-
couillon. C'ktait UIne drole de plassan- York ) une lettro du capt. C.... qui
terie;miais pourvu qu'il nosof fiit point ('tail A Panam'ia quanj il crivait, me
agi de mnon noin ou dduparti ti'minis- disiat q l'il strait sous p)e dan.s cette
te, cell m'itait n6al ; ci-joint la ri'- villt ct qu'il serait content d'agir avec
ponse que in,_ lit Frl"dtdriilqe (t1ii)' !'l) ioi d ns la traduction de votre der-
M.. D. s'en retoairnA A New-York nier livre. .I'attends en ce moment le
sans me voir, mais Ite t7 .Jlillet, il capt. (... *
me lit un telt6gramine ain:i conlcu : (immtn aux Ilttres precedentes, me
a Salini informed L..... everything parlanit ( pIolitiqu,, je ne ripondis
wait letter Kaiona, exlainii ng ( que pas i celle dit 13 L)cemnbre et A. tou-
je traduisis conine suit :, Silini a tes ctlils (qu3 M. D. H.. ti'adr'essa
informc6 I1 .. dI" toute-s tlscho.-s. At- pour ti., )presser d'entreprendre une
tendetz lettret- par K:roia avec expli- expcdilion contte Ie gouvernement
cation. ( piice E. ) IIaitieo.
Eln tfet, j' re(-us d lui-ln; lll u Ite 1lin, jo re.u-,s de lui une lettre du
lettre ilittd lI1 ii 21? Juillet, (dans litli ll- 8 .1lin ( pit'ce1 H ) avec une c )upare
le ii mie dit qlue le dit Sali ni avait d6- de j'lurnal le tout concernant le capi-
o.)uvert a M.................. tout ce (lui tainie (... qu'il ,pense lui avoir fait
s'ttait passe entr lui, I). II. et mo1i d(I tort aupris do moi. En deux fois
en y ainalgaimant Ic iomn de plsieurs it mn'avait paiml de ce capitaine C...,
personnel avec lesquelles je n'ai ja- mais au seul sujet de la traduction de
mais eu de relations- politi(lues di- mon livre et pas autrement. Je ne rd-
rectes ; a lettrto e-st de 7 grades pa- tondis pas non plus i cette lettre.
ges et ne coitient lproibable'incnlt qw lFreslqu'en mt'e temps, je rec(us un
des miensoniges. .!'en iti'ttrai lout de pli du )r A. P. I1.., de Nassau, dans
moPme que c'est Mr I). II. lui-m'infe.' lel Iuel jo tiroiiv.i une longie Ioltre A
tqui se sera inis en relation avcc lui adressoet par Monsieur D.ll... a
M.................... vext de n'avoir pas la date diu 7 n i.s -19W) pirlanit loti'gue-
6te rec,:u par moi dains son dernier mnet dle ce mme capitaine C...,
voyage & St-Thomas. de M. M. .1 .., M... et S... et entin de
A cette lettre, corner aux Ipriiiei- Mr I .., et de Mr 1... Le D. H. s'dtait
tes, je ne ripondis pas un mot. conlIntt de m'envoyerla mi-ssive avec
Toutefois aptrs la publication de quelques paroles de la Bible Cetta
mjon livre, a M. Roosevelt et Haiti ,, letter noe n'tanit pas adrossee person-
dont les grands journaux aminicains ;ie!l tent, je I'ai soumise avec It co-
avaient fait I'Ologe, je reo-us deux let- pic ci-incluse au con-ul g6ntnral d'lai-
tres de ftlicitations 1o Mr J. 1). I ..... ti ai Saint-'llomas, Mr Louis D)inois,
Dans cell du 21 Sopt,,mbre 19005, il ui a lu original et pourra certifier
in'envoya un mianuscrit die sa tradtic- *'Ie la copie est absolument lidele
tion de la preface de ce li re, (ui'il me' ( pi.te 1. )
piiade lui retourner aprts I'avoii exa- Ce qili rdsulte de la lettre du 7 mii
mine et de lui dire ce que j'en ,pense 1903 au 1)r II..., c'est que du mo-
en me proposant de tra luire tout I'ou- menit que Mr D. H... avait su (que Mr
vrage en anglais. Cointue ii n',tail (... 6tait aun porteur de dtpeches
plus question d'entreprise de dtbar- diplomatiques de.... au Japon, ii con-
quement en Haiti et que je n'ltais ( ut I'idde de batir une histoire et de
pas fich6 de voir mon livre traduit I'adapter aux intrigues qu'll me-
en anglais, je lui repondis, en lui di- nait autour de moi depuis une an-
sant que j'avais deja dtonne une auto- nde et demnie, mais ii faut noter qu'il
risation au Capt. ()...... C...... de disait alors que Mr R., avait IA-
prendre en son nom le droit d'auteur, chI le dit capitaine C.,. en espion-
en vue de I publication de I'ouvragi nage sur ma piste alin de connattre
en anglais, aux Etats-Unis, et de ven- rmes plans et de les lui rapporter. II
dre ce droit A un 6diteur, de sort, priait le Dr Il... de me faire savoir
que s'il pensait pouvoir fair quelque quej'dtais dans unoe trapped et ii m'e-
chose dans la traduction, il aurait a crivit un mois plus tard, que le capi-
s'adresser audit Cap. 0...... C. C........ taine (.. n'avait pentre dans mes af-
dont je lui donna l'adresse. Iaires que pour me d6ranger !...
En eflet, ce dernier avait pass A St I Comme je savais que je n'avais au-
''homas vers le t20 Sepitembre et cetle c mie relation polilique aveo ee Capt.
lettre du 21 Septemnbe tie m'etait ()...... C .... C........ qui no s'tait pas
parvenue que vers le 29 du mtnu rnuime occupy Adrieusement de la tra-
mois. Mr C..., peut-etre un autre far- duction de mon livre, j'ecrivi: quel-
ceur, m'ayant exprim5 sa grade a.1- qi.es lines au Dr H..... pour lui dire
miration du livre, et assure qu'il pou- qu'il pouvait tre tranquille sur mon
vait trouver ,n Editeur americain qui compete et je ne r6pondis pas un mot
se chargeAt de le fire traduire en an a Mr 1 ......
glais avec des avantags pour moi, j I1 arrival a St Thomas le 15 juillet
lui conflai cette all'aire de traductio,, 1906 et cherclie a me voir comme il
sans que j'eusse a m'engager avec lui m'avait announce, mais je refusal en-
dans aucun mandate politique. ( Voir core toute entrevue et nele recus pa
la lettre du 21 Septembre et ma rd-, ciez moi. U en repartit confus et
pose, pieces F. et G. ) tldpite, mais il pril league avec l'AMI,
Vers la fin de 1905, quand je cro- lui se complalt a Ie berner depuis
yaJi que Mr D.H. avait renonce a me Juin 1905. Je n'entendais plus parlor
parlor d'entreprise revolutionnaire dle Mr H......., quand j'appris son ar-
contre Ie gouvernement hartlen, je fus' riv6e ci a la fna de l'anane 1906 et,


- qu'il demand encore A me voir : ii
ne ruussit pas mieux que les deux
precedentes fois ; c'est vrs cette dpo-
que qu'il se concert, d'apres co qui
m'est revenue, avec le.....................
.........................., pour faire accroi
re au Gouvernement Haitien que je
suis en connivance avec M. ...........
qui doit fa iliter ma rentree en Haiti.
Certes, apre-m on livre a Mr Roose-
velt et Haiti il est tout nature quo
Mr .. ................ ........... ait pour
moi de la sympatlhie plut6t que de
l'aversion et d'autre part, j'ai pour
lui une rdelle admiration ; mais c'est
tout. Je respect tropi Mr .............
Spour que j'eusse jamais I'idse de lui
demander de ine favoriser des mo-
yens d'agir cmotro un gouvcrnement
avec lequel il entretient des relations
amicales ; et je me respect trop
pour la:sser germer en moi une idle
si anti-patriotique lors mnt'on quoe Ic
................................ ne serait pas
I'hlom ne inttgre quest M. ............
Quand docn soit le..................
........,...... d'accord avec M. I). H...
ou ce dernier seul vous font dire que
j'ai une entente politique avec M.
.. .......... de nature a exposer I'au-
tonoaie de la RItpubliqu A d'Hlaiti, ils
font une euuvre impie, de nature A
alienerd'llaiti la symlpathie et I'estime
d'une puissance respectable : c'est
pourquoi mon patriotism m'a oblige
a mettre dte co6t toute autre conside-
ration Iour vous adresser cette lettre
et In-ttre sous les veux da votre Goii-
vertnement. la condnite diabolique de
M. J. D. II......, un faussaire qui com-
promet le ci'dit du pays avec de faus-
ses actions d'une pr6tendue Socidtd
agricole d'llaiti qui n'existe pas et ne
saurait exister, puisqu'aucune con-
cession r'eguliitremnent vote par les
Chlambres Legislatives n'a 6t accordee
;A cat fhomme on A qes Acomlic


' St-Marc : Albert Labrousse, Mme Vy
Diogene Narcisse, Mine Vve Pinchir
Tiletnaque Edouard. Alfred Dupitosn
milie Gr&ce, Henri Labrousse, Pere Bi,
neau.
Le steamer Salvador est pani dimt.
che avec les passagers suivants pour
Prmnic : Mr et Mme 1h. Btesh,
Sylvera, Mine Ahrendts, Melle Dijon,
Caycmitte, Annacilia Racine, Mmne
Cjaude, Mme Lanixa Castor, Sacur
Anges, Scur St Vivien, Mme C~cile En.
me, Sylvio tils.
Caves : T'r, mise Francois.
Sto-'Domingo Pre Felix de Mania
Emiliano Alcola.
Sgo-de Cufia A^rstnio Domtn1 uez,
cia Coicou, Domingo PWralta, lice Be!
ji.mni, Miguel Angcl de la Roche, Bapti.
Petit, Louis Josepi, Felix Colon.
R ENSEIGNEMENTS
MhETEOROLOGIQUES

CObse irvatoire
DU
SEtMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
MARDI II Fi'RIER


Baromatre I miidi

T bmptrature maximum


320,6


Moyenne diurne de la temperature a6*,j
Le ciel trr.s clair le martin s'est couven
graduel!ement I'apres-midi.
Vers 6 h. du soir, nuages orageux auN.
Eclairs au N. et N. W. depuis 6 h du suir
jusque dans la nuit.
Couronne lunaire.
Le baromi.re cn baisse assez Fr e dam
la journde s'cst releve pendant la nuit.
Mouvements microsismiques noinbreu
mais faibles, dans la soir6e et dams la no~
R. BALTENWECK


C %,U .. ....AAI.. ..ta t "I"u 5I Tribunal Civil
D'autre part, quand Mr H...... et Tribunal Civil
d'autres promettent de fire decouvrir .Audienc' civil du Luni to Fdvricr 190
au Gouvernement haitien un ddept Le Tribunal prend siige A dix heures
d'armes et de munitioms qiue j'aurais du main, sous la presidency du lou
a Brooklyn ou ailleurs, ils ne font quo Champagne qui a enteddu les affairs sai-
le troimpr' pour lui soutirer de Far- vantes :
gent, en faisant peut-etre usage de Io Mme Hec:or Denis centre son pooz
certaines lettres que quelqu'un leur 20 S. M. Pierre centre Joseph Geffrard.
adresse dans I'esprit de so moqiier 3 Dicimus Cadet centre la Veuve Bea-
d'eux et de leur prendre un peu de brun Roux.
ce que vous lur donnez A pleines Nouvelle composition.
mains. Sous la presidence du Juge St-Rome,
C'est done l'honneur national,l'inte- Atf ire cn'ambe.
ret moral et materiel, le bon renom Les consorts Legitimus Biamby conts
et les finances d'Haiti qui comman- Emmanuel, Claire Byamby et consorts.
dent de vous faire savoir a quelles Puis le siege est lev6.
gens vous avez affaire. Audience civil du rr Fevrier 9od8
J'ai fait mon devoir de bon citoyen Le Tribunal prend siege di heures
et I'ayant fait avec conviction, j'ai ma martin sous la prrsidence do juge A. St Re
conscience d6chargde, quoi qu'il en me i a ren l emen suiva
advienne. me Tu a renClu les jugements suivants :
aiennlez r Mr Celui qui ordonne le partage do
Veuillez agr~er, Monsieur la Prtcsi- communaut6 et succession de feu D-
dent, I'assurance de ma haute consi- pro Barbancourt.
ralion. 2 o Celui qui declare tardive Is
A. F-IRMIN. nonciation de Mie Vve Aistde Blain
communaute de son mari ct la con
au paiement de P. oo en faveur de la
me Nathalie C.sar.
3 0 Celui qui nomme on autre
pert en replacement, du sieur Victor
Departs sagnol ddc6d, pour le partage d'un ca
Dimanche est part le steamer '3Caontrdal oe terre. l m l
avc'c les passagers suivants pour : 4 Celui qui condamne le sieur
avc ls passages suivas pour lime Chaptini A: paver au citoyen St
Gouaives: C. Gentil, lustin Dbjoie, J6- Hilaire la somine de quare cent soi
r6me S:-Lois Alice In Philippe, Llumn- neufguordes, don't deux centvingts p
na Plissier, Ultima Duvivier, Ccilke Ma- enorain ricain etlai difference en
hoti~re, Moliere Mathelier, Mine EJ. Sup- national d'Haiti.
police, Assfille, Salim Jean, Antilia Chate- -- Celui qui condamne le
lain, Mine Diogne N. Bazile, Lubin Ma- Pierre Paul Dorsainville A payer A Me
yard, Amtlie Clestin etenfant, Robert. ois Valirius Caillet la some de P.
orz et infant. 1 60 Celui qui declare le citoyn o






co'as Bruny, non recevable en son action,
rjette tons se moyens fins et conclusions
Ct le condainne aux dipens.
Affaire entendue
Almira Tatein centre Aug. A Heraux.
Ipus le siegc est lev6.
Tribunal de Cassation
SECTION CIVIL
Audience du Mardi, 11 ievrier 19oS
Presidence de Mr le Vice-President Er-
est Blkhomnme.
Le Tribunal prend s:-ge 1 dix heures et
J:enie du martin et entend les afriires sui-
Wantes :
Io Nelson Arnoux tils contre les
!poux Angeste Guercy et consorts.
Le Rapporteur, Mr le juge F. Baron,
onne lecture de son rapport.
Me Michel Oreste, pour les defendears,
st cntcndu en ses observations.
Ic Ministire Public, Mr Eug. Decatrel,
onclut A la cassation du jugement dinon-
e sur le le ier moyen du pourvoi.
2 c Philippe Brigemann, demandeur
n suspicion lggitime, con:re le Tribunal
ivil de Jcdrmie.
Mr Ic juge F. Baron, Rapporteur, lit son
apport.
Le Minist&re Public, Mr Luc Domini-
uc, coiclut i ce que le Doyen Pascal G.-
on':c s'ibstiendra de conn iitre de l'affaire
e la naison Henri Blanchet centre les mi-
eur' L.')uis Caze ; et, en outre, au reject
e la suspicion t6gitime soulev6e contre
out le Tribunal Civil de J&ermie, apte A
omnn.i re de l'affaire.
Lc siege est level.
Chambre de Cc mmerce
:.i.:,,bres al bit ralcsd J la Chatnbre dC CoIn-
nt e Je Port-au-'Paline.
On ippiendra avec plaisir que I'asseim-
Ice gendrale de la Chambre de commerce,
culie lundisoir,dixde ce mois, a, en ver-
u de l'article 14 des status, ainsi com-
^c >ses chambres arbitrales :
Chainbre arbitrale commercial :
D'lEnuery Dejoie, Henri Jones, David
lanc\. Fernand Coupet. Etienne fis.
i. ,,,, arbitrale in, uslrille, ct d a ricol'
'Ian1rrde Auguste, William Hepple,
lcxandre Villejoint, Em. Dreyfus, N. Le-
no0 lie.
Chambre arbitrale maritime
H. C. Staude, Georges Sejournd, R.
erlach, R. Kavanagh, Edm. Helmcke.
Ces Chambres arbitrales ( art 7-E )
ont appel es s rAgler, sur la demand des
nteresscs, les difficultds ou diff6rends sur-
'enus dans les questions commercials, in-
lustrielles, agricoles et maritime.



ouvelles Elranigeres


Derni6res D6p ches
PARIs to.- Reme 96. So.
Le A Prins Willem III est arrive au-
Wrd'h ui.
A la sance de la Chambre, M. Jaures
ose la question au Gouvernement sur les
ttaires du Maroc. Apres la riponse de M.
ichon, la Chambre declare l'incident
los. La Chambre aborde ensuite 1- dis-
'ussion sur la proposition relative aux sta-
aus politique des ofliciers et soldats de rd-
erve et la. rtinmgration de M. Reinach
Omme officier de reserve.
Trois besss du croiseur a Jeanne.d'Arc
o" deddh. M. Crppi s'est rendu a
mentctres o0 ii visit Idcol profession-
e. M. Roau vista aujourd'hui l'expo-
ion d'rgriculture InsgtUie sn Courn la


Voici la composition du nouveau minis-
tere hollandaise :
MM. Hemikerk, PrIsident du Conseil et
ministry de l'lntirieur. Marces van Swin
dereu, ministry des Affaires Etrang&res,
Melisen, ministry de la Justice, Bevens,
ministry des Ponts et Chausjees. Talna,
ministredu Commerce et de l'Agriculture,
le Indral Sabron, ministre de la Guerre,
Kolkman, ministry des Finances, Idenhlrrg
ministry des colonies, Wentholt, minis-
tre de la marine.
LISBONNE 10,- Les corps du roi Carlos
et du prince heritier furent transports
cet aprts-midi de l'Eglise Saint-Vincent
a leur permanent lieu de repos voisin de
celui des membres de la maison de Bra-
gance.
LONDRES. Une bande de suffragettes
fit cet apres-midi une demonstration de-
vant la Chambre des communes ; elle ten-
ta de pdn6trer dans les couloirs mis fut
repousse par la police ; 19 d'entre-elles
furent arretees.
BERLrN II.- La politique du Gouver-
ment franqais au Maroc fut discutec au-
jourd'hui A la commission du budget du
Reichstag. Le secretaire n'a que les gou-
virnements europ&ens 6taient de l'opinioni
que l'Allemagne avait ponrsuivi une fausse
politique au Maroc ct ajouta que l Fran-
ce par ses actes dins ce pays ne fait qu'ap-
pliquer les termes de la conference d'Al-
gisiras.
WASHINGTON io.-Le Secrdtaire d'Etat
Root ct l'Ambaisadeur de France M. Jusse-
rand ont sigae aujourd'hui un traits par
lequel tout diffrend pouvant survcnir en-
tre la France et les Etats-Unis sera soumis
A un arbitrage. Ce trait, devra etre sou-
mis a l'approbation du Senat am&ricain et
A cclle du president de la R6pablique fran-
caise avant de devenir effecrif. En atten-
dant les termes en sont secrets.
On croit savoir que ce document en
accord avec les recomrmandations de 1
conference de la Hayc qui voyant qu'il Ii !
ctait impossible de red:ger un traitt g6i-e
ral d'arbitrage pouvant rec.voir le consen-
tement de routes les grandes puissances vo-
ta une resolution invitant ces dernieres a


Reine. M. Berard, ancien sous-secr taire
d'Etat, depute radical, cst nomms Scna-
teur de 1'Ain
M.l Peyron, ancien directeur gn:.iIl de
1 Assistance publiqne, est dec&d6.
LISBON:E to.- Les corps du roi et ua
prince hririier sont encore exposes dans la
Cathedrale de Saint-Vincent. Les cercueils
seront fermns ceite aprts-midi et portes au
Pantheon.
LOSNDRS.- Le roi Eldouard s'est rendua
A Brighton pour y faire une cure d'air n.3-
cessitde par un mnal de gorge persistent.
BORDEAUX. L'ancien president du con-
seildes ministres du Portugal, M. Franco,
a qui tC Bordeaux pour Marseille.
COPEN.HAGUE.- IL y a une panique fi-
nanciere A Copenhague causee par les em-
barras de deux Banques.
LA HAYE. La reine Wilhelmine a ap-
prouvie le choix des nouveaux ministries.
Le president du conseil est M. Heemskerk,
ddputd du dernier cabinet qui dniissionna
le 25 janvier la l suite de l'echec diu
budget de la guerre.
PARIS.-- Rente francaise : 96.70.
Le Conseil de Cabinet s'est r6uni hier
soir au Ministere de l'Intrieur sous la prd-
sidence de M. Clemenceau ; ii s'est occu-
pe de l'cxpidition des affaires courantes.
Hier la Cha nbre des D puts vo:a l'a-
journement du projetportant reintegration
de M. Reinach dans le cadre de la L.gion
d'Honneur.
Un incendie s'est declare hier soir au
ministire des Colonies; II a pu tre rapi-
dement Cteint par les moyens don't dispose
ce Ministcre.


faire des arrangements sp6ciaux entire elles
p(.r le r4glement de lcurs ditffrcnds rar
arbitrage.
MARSEILLE. Quand M. Franco et sa fa-
nil'e sont arrive's ici un,-u foule immense
les attendait a la gare. l)Ds leur descent
du train its olt ,cd envi onn6s d'agents de
police qui le o:t acco:npagnrs jusqu'a
I entree de I'h6:el Terminus.
M. Franco c.t imn diate n, :t ttre
d ins son apparittnent. On croit que l'an-
ci'n dic:ateur compete sc rendre en Italic.
LONDRES.- Une dpZchlie de Lisbonne
dit qu'avant d_ mourir, Ic prince heritier
de Portugal avait reussi a veng6 la mort de
son pore. On sail. en effet, qu'avant de
timber le prince Louis Philippe avait de-
charge deux fois son revolver sur les rdgi-
cides.
On vient de dde:ouvrir qu'une ball trou
v&e dan la blessure d'un de ces derniers
est du mrme calibre que le revolver du
prince.
WASHINGTON.- Une convention postal
franco-americaine a d d signed aujourd'hui
par Ic secretaire d Etat Root et l'anbass.a-
deur de Franc: M. Jussurand.
LIMA.- 3 voyageurs out did tuds ct
vingt autres blessds dans une collision qui
s'est produite samedi aprs-mii i cn're un
train de votagcurs et un train de m -clhan-
dists sur le ( Perolian ccn:ral iailwiavy
\W. SHINrGTON. Le Sn.it da.is a. sdan-
ce d'aujourd'hui a ent,:nIJ un caind dis-
cours de M. Aldrick de (hodc land, prd-
sident de Ia. cownmission d&-s finances A: l'p-
pui du proje doe lo' qu'it .1 p.csentc en
vue de rctgementcr Its tcniision. dc billet
de banquet tn cas de crime liniancicrc. A la
chambre la comniissioa: naval a dciddc
par 13 voix centre j d: reconmminder la
mise en clihanti-r en 1908 ddeux cuiras-
ses d'Escadre type Delavyir, an lieu de
quatre cuirassts come le demandait le
president Roosevelt.

Service Hydraulique

L'Admiiiistration du Service Hi tlraii-
lique intorme ses ahonnris que la par-
tie noid de la villo sera prie'de d'cau
demain jedi .seulemet, ainisi que la
parties sud ( au-dessus ) de la rue du
Centre, pour cause de diverse repa-
rations urgentes.
La rue I'avee est la ligae de d6mar-
cation.
Port-au-Prince le 12 Fdvrier 1!W08
LA DIRECTION )


C' G1' Transalantique


Le steamer MONT-
REAL partira jeudi 13
A midi precis pour Port-
de-Paix, Cap-Haltien,
Porto-Plata, St-Juan de
Porto-Rico, St-Thomas
et le Havre,
L'AGENT
F. M. ALTIERI.
-- I I
A Vendre
A LIMPRIMERIE C. MAGLOIRE
D 's reproductions do grand tableau
historique de A. Madiou : Un episodee
d e la bataille de Ve, tires.
Prix : P. 2


Port-au
G.
147,


Prince, i F6vrier 1908.
A. BERTOLINI
Rue RJpublicaine, 147.


'1Villa-11ll sion


MIEL f)'AV IIL
P6tion-Ville
J. B. W. FRANCIS
I.: VENTE: h), Il lE Fl.R u,
I'ort au- 'riic('.


ON TROUVERA
A 1'Imprimerie C. Magloire

Les Billets de la Loterie
DE L'ECOLE DES StIENCES
APPIIQUl-ES
Tirage du Janvier 1!)08, definitive-
ment i.ed au ler Mars prochain.
Prix du Billet : 4 gourdes
I;n Quart de Billet : I Gourde.
LISTED DES LOTS GAGNANTS:


1

'O
.0)
100


gro.
lots
lots
lots
lots
ilos


lot de
do
(itc
det
de
de


510
100
20
410


G. 1.000
1000
500
1.000
1.000


LA
Meillemur Farine
du Monde
i:tlle qui do:,l e le l meilleur pain.
Qui pro :.ii' 1io plus de pain.
QUi donne 1, pain le plus blanc et
ie plus 16ger,
C'ebt ia Pi lsbury's Best de la
Pillsbury Waliburn Fiour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Ern. ('ASTERA. Reprrd.entant
II I -- I-- --
La

Redaction du "Matin"
Offre d ses lecleurs les Trois Volumes
DE
EDMOND DEMOLINS
A-t-on interet
A s'emparer du Pouvoir
A quoi tient la sup6riorite
des Anglo-Saxons.-
L'Education Nouvelle
EN VENTED A LIMPRIMBRIR DU Matin.
Au prix de Librairie
Francs .50o ou P. 0.70 or.


Occasion exceptionnelle

Liquidation d'Articles
ET
OCT1LS PIUR LA CORDONNEIlIE
Diveresssortes de peaux, 61astiques,
iriints, ceillets, clous, etc; un grand
;asortiment de forms: sp6cialement
'-,s forms Amdricaines don't la com-
ino lit est incontestable, et tout au-
tre acccstoire pour la cordonnerie.










F'ra ra clx erx e mit

A L'ELEGANCE
1i. FERRARI,
Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance du public,
particulitreineint de ses iioinbrttux cli-
ents de la Cote et de la Capitale, que
I'6tablissement a un stock incalcula-
ble de chiaussures pour homes,
ternmes et enfants, en tous genres,
et que, malgr6 I'offre de cinq pour ceut
sur l'achat en gros ( 5 0/0 ) fait un ra-
bais exceptionnel sur les prix.
I,'tablissement se charge do faire
preudre des measures a domicile.
Toujours : Soin, exactitude, ponctualite
42, Rue das Fronts-Forts, 42.
POHT-AU-PRINCe (HAITI)

DOCTEUR A. CARIES
ANCIENT ASSISTANT
I:N M1IE)ECINE T N (:CH1 liYt1E'
DE: I.A PL.YV(LI.NI'IE'-1' .AN
S'-ECI AL.iI'';S : VMS HESI'IRATUImES


tI ,l u St!' v ; Itj !) h tet 2 a 4


It iS


123, Rue du Peuple, 123.

Chapeaux I

Chapeaux1!
Chapeaux t!
FAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUUIEZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le cuiflte r ,trltste, lui vmieiit av'ec le
couicou r.- d'i clha ler irenarquable,
M. JAIME TESTAlIs &d'iltaller ulle
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE tGE FFlARD
Salun de (oiffure du Lotu're
Pour tou les gootts 't pour toutes
les boulres
- _J _-, .. .
]H tel-T4 ttsI eG t -i 3ra t
ST-JOSEPH
( ANGLEDES RUES ItOLX ET DU M.AGA-
SIN DE L'ErAT.)
Service bion organis6.-- Repas
A la carte. cuisine excellent.
PROPRIATAIRH : JOSEPHI DES.RIVILRE
4= ___ __ _
Fabrique de chapeaux
La Fabrique de cliapeaux install a
l'Ecole des Arts et MettIers, aucienne-
menut Maison Centrale, soua la raison
social de Vve P. Benoit et J. C. Gui-
teau a I'honneur d'informer le public
qu'il trouvera en son d6p6t un bon
stock de chapeaux de paille supdrieurs
pouvant satisfaire les golts les plus
difficiles; malgrt ce advantages elle
met ses chapeaux en vente & un prix
modique detiant toute concurrence.
La fabrique infortne en outre le pu-
blic qu'elle est la soule qui en confec-
tionne A Port-au-Prince et ce, avec le
coucours d'ouvrieres venues expres-
s6ment de 1'Etranger.
La fabrique r6pare aussi toutes sor-
tea de chapeauL. Bon march ezocp-
tionnel.


Maison F. BRUNES. 1Sac videos!
195 GRAND'HUE 195 S c 1 0t


Dirig6e par


1 1 Uflflfim


Sacs videsi.,


Entrepot General des Grandes fabriques


L3 [liL jrm "1 I I): CALCUI'ITTA (snE) l)I DNKERIIQE (F'RACCE) ET IDIUNDE.E (ANGLEntR3I)
Ancien membre de la Societd Philan- S
Ti. l &IAOdo P* t.4 z SACS sp ciaux pour Cafds trid


utrtupque aet m(tre.s; mme*cra ucs ae r-a
Vicnt de recevoir un grand choix d'd
tolles diagoinale, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particuliriement A sa clientele une
bel f collection de coupes de casimir,
do gilets de fantaisie et de piqu6 de
touted beauty.
Sp6cialitd de Costumes de no-
ces.- Coupes Frangaise, Anglaisa et
Amdricaine de la derni6re perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brodes
dolmans, tuniques, habits car-
r6a. etc etc, de tous grade?.
u ----- -
Francisco DES SE
Fabricant de chaussures


La Manufacture a toujours en de-
p6t un grand stock,- pour la veute
en gros et d6tail,- de chaussures en
tous genres pour
HOMES, FEMMES, ENFANTS
Les commandos des corn mrcaut:
de l'inttrieur poui'root tre ex6cut6es
dans une sumaine a pau pres.
23, rue des Fronts-Forts, 2:3
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )


Cordon erie'Nouvelle


G.


B. PETO1A ET SEPE
143, GRAND'RUE, 143
IPO T-AU-PRINC [
:IIHAUSSURES EN TOUS GENRES
EN DEP6T, POUR LA VENTE
EN GROS ET DE'rAIL.


Execution prompted des
commander, tant ici qu'en
Province.
Fornnes A homes; 614gantes et
rationelles.
Chaussures de dames ( Derniere
mode de Paris ) et le pluscommode:
chaussures pour entants confection-
nies avec desPeaux tie toutes nuances
d'une selection et duree irrdprocha-
bles, A des prix avantageux.
Cirages, pates et liquides
Pour chaussures de toutes nuances.

LA. PHARMACIES
Emmanuel Alexandre
88, RUE DES MIRACLES, 88,
Se recommande pour I'ex6cution
prompted et exacte des ordonnances A
n'importe qu'elle here du jour et de
la nuit.
Drogueries, Sp6cialit6s phar-
maceutique extr4mement fratches.
PaMI CosanMseCUx.


Caf6s ordinaires
Cacaos
Le.s Types Courants constamment en Stock par balles de 400 -@
depuis 20 centimes or jusqu'a 30 centimes or pour la grandeur rip
liHre btxllO centimetres.
Poids de 1 3/4 livres jusqu'A 2 1/2 livres.
Sacs sur modules et sur types des acheteurs.
Prix A forfait pour livraisons mensuelles francs port de dtbarquementg
si on le desire, Droits paves.
Conditions avantagenses.

S'adresser JULES LAVILLE

AGENT ET DIEPOSITAIRE GENEItRALI


TIANNiERIE CONTINENTAL
DE

Port-au-Prince


PREPARATION


DES PEAUX DE VINGT-QUATRE


(24) COULEURS.


CAPACITAT 500 PEAUX PAR JOUR
PRIX DES CHAUSSURES COME SUIT:

Chevreau glace; Boutonne et Lac4 pour IHommes et Dames 10 ( Dix gMlj
Sa a Recommandie 10 (Dix gdiQ
Verni et couleurs: s a c Recommand'e 12 (douer gd
POUR ENFANTS: .... . . 6 .ix (gdrs


Hanlmburf Aitnerieui Line


AVIS


Nouvelle
A partir du


Itin6raire du steamer PlESIDENT en vigueur
nois de Fevrier 1908.


St Thomas...
San Juan de Porto Rico.
San Pedro de Macoris....
Santo Domingo.....
Azua....
Jacmel....
Aux Cayes...
Port au-Prince.....
Kingston ......
Port-au-Prince...... .
Aux Cayes... ..........
Jacmel... ......... .... ..
Santo Domingo....
San Pedro de Macoris.....
San Juan de Porto Rico..
St Thomas...


16


3
4
6
8
9
II

13
17
19
21
23
24
26
26


de cheque mois.

i i ( (



tI It 6



'' i 'i
" "( "(
.< *'
ii it f


Excellent occasion de voyages pour New-York vid Kingston par ce at0e 4O
Les passagers trouveront sur cette ligne tout le confort qu'ils peuvent
rer en dehors d'une economie notable sur les prix de passages par lea s80
mers partant directement d'ici pour Kingston.
lUs trouveront A Kingston communication avec les superbessteamers
W\ilhem August *, Prinz Sigismund,, Prinz Joachin s, a Prinz Eitel-
dricih a, steamers qui peuvent facilement rivaliser d'616gance et de 01
avec les plus grands steamers trans-atlantiques.
Port-au-Prince, le 10 F6vrier 1908.
G. Keitel & Co,
AOGENS.