<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00258
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 10, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00258

Full Text

LUNDI, 10 FEVRIER 1908.


jr. ANN~E, N 260 PORT.AU-PRIN CE (uuATI)


J


&BOXIHNINTS:

PAI i ois Une Gourde D'AVANCOE

DfPJtT3MXNTt & TRLNGQUR '


t d te ea ses


QUOTIDIAN


Diancrzua
C16lm aer.t IZlaglcdre,

RPDACTIUN-ADMINISTRATION
45, 1UE vuxC 45


LE NUMeRO 10 CENTIMES.

Les abonnements parent do Ier. et da 15
mois et sont payables d'avance


Los --nuscrils 1nas ou soa na soot p" real@.


Pour tout ce qui concerns l'Administration du Journal, s'adresser Monsimur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.


PLAISIRS El MORALITE


II y a entire plusieurs autres- un quelque chose a apporter, il I'appor-
c6t6 par lequel l'organisation social te lentement ; mais bientut la trais-
amdricaine dill're sensiblement do formnation s'op4re, l'activitd environ-
celle des Anglais : c'est au point de nanto accoinplit son (euvre, il se ietl
vue familial. Ces deux aggloiitrationiis a l'unisson do ses camarades d'ate-
nglo saxonnes se sont bien crces lier, et au Ibout d'un an, il a s'active ,
sur certaines idees fondamentales come les auitres. a
counues, telle que le sentiment pro- Eli bien, ce que I'XiAmicain faith
fond du self-help, la nise en vigueur dans ses faconis tde construire, de
ndividuelle do 1'6eergio, le culte du rafliner ses miaisons, d'organiser
ravail6t mille autres points sur les- ses trains, de rldiger ses journaux, de
quels nous sommes deja plus ou depenser do I'aitgent, de travailler, il
moins fixes. continue tie' l faire el cxkg trant
Ces deux socit~ls sont d'ailleurs in- I'inddpenilance des personnel. (C'stt
imement apparent6es, elles out des pourqiuol, en Artnti(ue, I'inddteon-
apports de motre A lille ; tin s dans dance ftminiile se trouve etre plus
e cas particulier, la lille s'est iing- grande qu'en XAnleterre, et que, au
niee a exagrer en elles les quality.; sein minone de la famnille, la teitlme
maternolles et ce temperament, ex- ou laje.une tille so trouve etre daris
tremement voisin de l'axces, n'est un 6tat de complete autononnie.
as sans avoir frapp6 la plupart des Dans les families amiiricaines, les
bservateurs. gens vivent a cote les uns des autres,
M. Paul Bourget expliquo le suc- bien plusque letsuns avec les autres.0
es croissant des Am6ricains par cet- Ilsmnangent bien la mine table, dit
te stoique disposition de leur esprit t M. Bourget, mais sans que personnel
considdrer come possible tout ce attended personnel. La fille se Ilve ou
qui a'est fail dtjA et a le dopasser ; ils la ferninm quand le pitra ou le maria
visent toujours plus haut et plus loin. vient s'asseoir pour son dejeuner,
* Le g6nie americain, dit-il, semnble son lunch ou son diner.
ne pas connaltre la measure. Les bAtis- Ce simple trait, don't nous venons
e d'utilit6 que ces gens construi- de voir I'origine, explique la fa(;oii
Ut, quand elles sont hautes, sont differente que j'ai dite en commeti-
rop hautes.'Leurs maisons de plai- cant, don't Anglais et Americains pra-
nee, quand elles sont raffindes, sont tiquent les habitudes familiales.
rop ratflomes. Leurs trains, quand ils Cette diffdronce relevee ot expliquee,
omt \ite, vont trop vite. Leurs la communaut6 g6ndrale des senti
rnaux out trop de pages, trop de nents rest sauve. II y a plus de ft-
POvelles ; et, quand ils se mettent tes de fainille en Angleterre tllu aux
d4peQser de l'argent, il faut qu'ils Etats-Unis, mais dins lun comnme
d6pensent trop, pour avoir la sen- dans I'autre pays, los plaitirs, qu'ils
tion qu'ilt en depensent asseze. be pratiquent dans la famille on au
Le8 habitudes americaines envelop- dehors, prennent leur source dans
nt I'Anglais lui-memo, ce module cette vigoureuse santr morale carac-
ique de I'6nergie et de la virility, t6ristique des socilets anglo-.axoin-
Sfont sur lui leur oeuvre d'exagdra- nes. Nous n'avons pas bosoin d re-
on. 9 Une des choses lee plus into- produire, pour on convaincre le lec-
antes a observer aux Etats-Uis, teur, tant de traits de moeutrs rappor-
rit M. Fraser, c'est la m4tamorpho- tds par les 6crivains qui ont w'rit sur1
d'un ouvrier anglais en ouvrieramd- ces socidtds et sur les dllfreoutes fa-
Ban. Cela prend environ un an, pas cons don't elles s'amusent.
pa. Au debut, il est lent ot semble Ce que je veux aujourd'hui, c'est
tranter ; i s'arr6te fr6,ueomment montrer,du cb6t des Afro-Ami ricains,
m cor do travail pour regarder ce du c6t6 de no. coog6nbres noirs et
M PM* autour de loi. S't y a, mulAtres, e contrast, toujours cho-


(qI;:tit, toijoll'r d.savantagon.x. l-- tes ct utiles, I'dmulation pour tous les arts,
coitmmin-t, i' Saint- Louii m.'-In dit la perfection : laquelle ils furcnt portiscon-
'Patlu Adam, la; police drut ftorner tribuercnt t la gloire et A la prosperity de
tons les lieu. ofi les Iiornm.s de cou- la'nation. Des expeditions milit ires, en dd-
leur avaient pris coutume d'organiser vcloppant sa puissance lui periircnt de
leurs bals, tiNt ilt lii ,ac' !I d/passait fonder des colonies quidevinrent florissantes
la nordnale. cen peu de temps. Le patriotism, la pro-
Et ii ajotuta bite, le ddsintdressement, et en un mot 1'c-
S1 v.ation des sentiments dc Prric'~s lui con-
a Dans I ecs etwp daini l-
tiDates Is dc p ne. dan, les *quirent une conliance sans bornes et nous
Ltiles citrs d p'i>t, 1. allons voir coinbien Is veiinements qui
bals, les soils due p;i ht liett cl suivirent sa mort firent sentir auxAthdniens
plein air. Si la police n'es-t pas notie- la perte immense qu'il avaient faite.
breuse, ell ne n russit gure AI eDm Dos que la cit fur veuve de lriclcs, on
chlr les Cbats de ceC institieiici ue d dlaissa le m tier des armes. Ce fut l'av.ne-
I'ivresse 6peronne. Pt'uyanto, naitv, ent des sophistes et des rhiteurs. Tout le
ob.s :,.e, joviale, ints icontf'ai,!e, cet i monde drait orateur et tout etait pretexte A
passion retvoltt[ la ciasse bl.iULie discours. Les energies s'usaient des ver-
moenle qui paLassa la dvi r. ;i rl." Lo bosi:6s sonores. Tandis que les bavards p6-
se.- app6tiits, a t tice s dl' irrAi tout roraient, le people s'engourdissait dans la
sacil pours accroit nerie ollesse ct l'inaction. Isocrate, Eschine,
travail Incratit. i mi d ,Hyperide, Philocrate, incomparable sertis-
tion offeirusn ta!Ceau typiIt ties seurs de periods fleuries pipaient la foul
tiou, oLir u tableau tlypiiCe es laf gu des merveilles enfantecs par leur
sc e.s d e aegin're, et day i. jn cerveau extravagant. On vit touted une
deinannde pardon uu lecteur. nude de barbares accourus des confins du
.u-_- --o-r- .-- nm i monde venir prendre part aux jeux d'elo-
quence et s'extasier aux discourse des ora-
Undes anisl u Ma'tin o nuseni',ic'larikle teurs a langue doree decrivant les splen-
suivant que nous niiut cpnipreswous di' publier cn deurs de la cite future. Les formes grecqucs
rcmicrciant l'auteur dc tl':t cc qluil cxprim;. d: ellce-mcmes, orgueil et joie des potes qui
flatteur pour nous. ce6lbraient leurs charmes, dscrtaient le fo-
T* yer pour assis:er A ces joutes oratoires.
Sf Ictio Il veut pourtant un personnagequi veil-
Slait. 11 avait cu!tiv aussi I'lIoquence ct sa
reputation ddpaisait celle de tous ceux qui
___ se distinguaient a. la tribune. L'austrrit6 de
sa vie, son amour de la liberty publique lui
La champagne social si courageuscinent avaient soumis le people. Cet esprit refli-
ponrsuivie par le Matin me remet A la mn'- chi, lent dans ses conceptions preparait et
moire quelques souvenirs c;assiques. Le miditait d'avance cc qu il devait dire. Et
lecteur me pardonnera de n'avir pa rdsis- c'est ainsi que pour le railler, Pythias lui
ter au plaisir de remuer aujourd'hui la pen- avait d6clar un jour que ses raisonnements
see antique. sentaient I'huile. Jamais on ne levit biaiser
Le siecle de Pricles A AthcIies marque dans sei paroles ni dans ses actions. Dans
un chipitre gioricux dans l'hintolre de l'hu les jeux olympiques, lorsque Lamachus de
manitd. C'est la fte splendid de l'Intel- Myrine r6cita un panegyrique de Philippe
ligence et de la Pensbe dans la noble cit6 et d'Alexandre, on vit ce homme formi-
des arns et de la libertc, qui bril e de son dable par la parole s'dlever avec tant de
plus grand 6clat. force centre lui qu'il ramona tous les audi-
Disciple et anii d'Anaxagore que ses con- teurs A son avis et contraignit le sophiste
temporains surnomm tinit Ila:cl!igent. PC- 1 sortir furtivement de l'Assembl6e. Aussi
ricdes, apres avoir vaincu le part de Thu- sa gloire et sa c~elbrite rayonnaient-elles
cidide r.sra seul maitre de alaires et op- dans toute la Grce.
posa aux passions du puple une digue qui O Athaniens, disait cet homme sEvre,
sauva la R6publique. Ii consazra tous ses fils d6g6ndrds d'une Patrie autrefois super-
soins A embellir Adhidais d'dIitices publics, be, jusques A quaud continueer -vous A
En mnme temps qu'il stimalait l'ardeur de exalterles faiscurs de phrases. Piatos nous
ses concitoy:ns pour les entreprises honnb- dit de les couronner de rose, de Ia ea-


do chdaqu


m


L


,it* NNEE, No 260


PORT-TAU-PRINCE (iw~Liin


c






chalenr de fiturs et de les conduire hois de
1i cite. Ecoutons Platons, car PIaton est un
sage. Connaisscz vous lIs redoutable, pro-
fits du barbare. Didjt des menaces sinistres
circulent centre vous. Tandis que iino ora-
teurs vous pronlettcnt toute sort de fa-
veurs, Philippe vous guette et sa perfidie
aura raison de leurs forfinteries. Ce que
son or n'a pu fire, it l'obtiindra par ruse :
c'est un home subtile. Vous avcz d&scrtd
les gymnasts pour les cycless d'!oquence.
Illas je prevois ls pires calanit vous ne change de condAite.
11 faiaiit alors l'apologie du patrioti'.me
et du devoir civique. 11 reclamait ardem-
meht des reforms radicales, demandait
des fonds pour l'armement de la flotte et
les, besoins de l'armic Que chacuL fasse
son devoir, disait ii. Nc vous rcgirdLz pas
les uns les antres. Faites violence A vos
natures indolentes Moin, de phrases et plus
de bras laboricux.Le salut de la Patric l'exi-
ge et tel doit etre l'objdt de vos constants
eftlrts;.
On Ie traitait d'etfonccur de ports ou-
'ertes. On sC minoquait det lui. Lc. gcns sc-
rieux le crov iient e(n proi- :. de, acc;s de
Inauvaise liinumur. On ia\ lit ce terrible
braillard. On le disait fou. N'inporte il
s'accrochait aux passants et les forcait de
I'&couter. Dcs qu'il prcnait la parole aux
Assembl&es publiques, chacun .e retirait.
On 6tait fatigue de cette cternelle rengainc.
II ne se dcourageait pas cepLndant. On a
tellement avili I'art de la parole, s c.ri.i:-il
avec amertume, ceart cheri des dieux, que
des barbares ignorants et crapuleux occu-
pent la tribune et sont cou:es, tt mo; jc
suis reject avec m'pris. Chaque jour, il
gourmandait plus fortement lIs passions de
la multitude et reptenait ses tautes avec
plus de vivacit*.
On fit la sourde oreille. Des bruits in-
quetants ayant couru un moment par la
ville, plusieurs projects important degc-
n6rdrent en palabres et la vanity national
fut exaltke par des ddtis imprudcnts jets A
Philippe.
Comme on le voit, Dmnosthcne, le plus
grand des orateuts de son temps ne se
complut pas dans la speculation pure. 11'
precha aussi l'utilitarisme. Tout en avant
le goit des choscs de I'esprit, e'tait aussi
un apo.re des choses utile.. Ce maitre ora-
teur avait conprisquel'iddalisme, cette te rri-
ble maladie des peuples en decad&nce etait
un tl6au qu'il fallait combatire par tous les
moyens.
Pourquoi sa voix ne ifut-elle pas ecouit-e ?
Vous savez ce qu'iI en advint par la suite.
Les Ath6niens vaincus A Chdronde, par
Philippe, roi de macdonienne subirent la
domination Mactdonieme et la race la plus
artiste, la plus affmne fut, 6 misere, subnu-
gute par une poignde de montagnards.
Heureusement que le Matin a I'encontre
de Dkmosthene, n'a pas attend trop tard
pour parler un language si patriotique et
nous taisons des voeux pour que dans un
avenir prochain, il en sorte tous les fruits
que l'on est en droit d'espirer.


-- -~ -


La Banque & 1'Etat
Le oConitur public la correspoadance
6changee entire le Secr6taire d'Etat des Fi-
nances et la Banque, A propose de la corn-
i i ll6 l b


n'ayant voulu, une fois de plus, que tra-
vestir la veritd.
11 reste dtabli qu'apres avoir, dans un
document inqualifiable qu on peut retire
au ~1Coiteur, d:clar6 qu'elle ne consenti-
rait A nous avancer quelque argent que si
l'Etat renongait au Proces de la Consolida-
tion et cela au moment ou elle taisait
qu'elle avait au credit de l'Eat une reutr-
ve de plus de So.ooo dollars- belle a plus
tard manqud A tons les engagements tris
par cl;e, sii.nds par son Directeur. et qui
devaitnt drablir I'accord entire elle et le
Gouvernement.
La Jut ce aya.ui id saisie des dclits re-
proch6s A la BiBque dolt scule d6cider, ili
est bon de le rappeler, si ces ddlits sont
du rcssoit de I'arbitrage.
La Banque a'dtd bicn forces, ces temps der-
nicrs;, de convenir que l'arbitra-ge net put
avoir lien, le c.a .chdant ; qu'A Port-au-
l'riince. Ce-c:nJandt, A son ord;iirc, clle a
ess.iv\' d torturer Ie texte si clair de l arti-

cic i2 dun .dcrct constitutif de la Banque
illc deinande m tintcnant q:c Ile tiers-ar-
bitrc, choisi :A I'ava.ice, sOuit loll.iand uii, da-
nois, sadidois ou norvegicn. Ce serait une
violation inouic d'un texte frmicl et pre-
cis.
Voici l'articlc 23 :
a En cas de divergence sur I'interprta-
a tio des clauses et des conditions de la
( concession entire le ;ouvernement et la
e Banque, la contestation sera soumise A
e dec. aibitres'nommes parole Couvernement
Sct la Socidtd reprdsentant les concession-

c l)ans Ie cas de partage, les dits arbi-
ta 1:s noniim: ront un tiers arbitre, et lcur
* dc'ciiion sera en dernier resort ; toute
* intervention diplomatique est formelle-
a lmerct interdite ).
Cc que la Banquie dcmnande ne dolt pas
tre ct ne s.r.i pa; accept. I.e ddcret de
l'Assc iblee Nationale *du o1 Septtnmbre
ISSo scra rcspcc'!. II est la lo, des patties.
1I i'i st an- pouvoir de personnel de !e mo-
difier. (,
(2.ua1d a: x /ins du IdpartclcnIt don't
parole Ic l)ircctcur de cct dtablisseiment. clles
sont nlttes : cllcs re tendent qu'A ddcruire
1'i)iluence nt'faste cde la Binque, influence
contraire au Pay;, contraire an Commenrce
na':ional c: stranger, ct uniqueicent bien-
faisante A la Banque scule.
La Banque n'a qu'A s'interroger, inter-
roger les rares personnel que le devoir
profession: l ou l'intcrct obligent A la
dkfcndre........ Ces rares personnel aussi
bien que son for in'tricur, lui rdpondront
sans hesitation, qu'elle n'est gu&re int6res-
sance.
RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES

Ob3se -v-fxtoi re
n 0
.A 1. 1 i ., COLL GE St- 9ARTVIAi.
LiMANCHI: 9 FLVRIER


Baromnatre A midi

Totnpnmnirat minmurn


764 ."/m6
200,0
310,I


Mov,, nne diurne de la temperature 230,7
Ciel tres clair le martin; nuageux I'a-
pres-midi, couvcrt 6 11. du soir.


iniissioui tiet-;1 L picv e pai cetIe-ci sur A 7- 1. 5o pluie et orange : 30, ",'.
papier-monnai en circulation. Le baromtn:re assez fortement descend
Voici la conclusion du D6partement: dans la journde de samedi, remote len-
tement.
Le Dpartement n'a pas repondu A cette Quelques monvetnents microsismiques
dernitre lettre. C'tait inutile : la Binque, dans la journse de samedi.
elon son habitude, or en dehors des fits, R. BALTENWBCK


Arrivages et D6part
Hier est entr Ie steamer Salvador ave
les passages suivants venant de :
St- Thomas : Mile Altima Russi.
Sto-'Domingo : Ption Boisson
Jacm'l : Maximilien et Emmanuel Bel.
lande.
Cayes : Emilien Joseph. Chariot, Hems-
ke, Pa.teur Margron, Seidel, Pres le Rus-
zik et Mel!o, Lassegue, Mine Laraque, Ca-
lixte, Mrlle S. Charles, Euphrasia Lec
blanc, Zdphyr. Rigoire Maurice, Genereux
Geneurope, Oldus Pemas.
er,'dlie : Normil Arphie. Cc;alie Cou-
dette, Ilermance Charles, S. S. Janus, C-
cile St-Vil et bdbb, Aurclis: F6:ix, Mme
Bontemps et enfant. *Ney Cavemitte, Fid-
lia St-Louis ct cnfant, Sylvio fi's, Jules
Preptit, Enim. Vilekdrouin. Th. Prin ct
enfauts, Ursule Germain, Cineus Joseph,
Georgcs Gilsa, Julia Castor, Bouchcr, San-
son, Mmi Sv&re Jo.eph V. Smins
B1riu.hman, Melle Brighm.1n, Corine Caze,
Mcl'e Aline, Fouquct, Cacoris.
lIst cn're aus:.i le steamer 'Prin: IVil-
lcm V avec les passagers suivants venant
de :
'N'ew Yojrk : Commandant Benito Syl-
vain.
St-:1Care : MmIn AndrdC Cameau, Char-
les Sterlin, Mr et Mine Eugene Audain
et 2 enfants, Mine Philippe Ketffer. Pere
Bonneau, Mine Nesida, Elias llabb, Mi
chcl Senise, (jGnral N. P.'Simon, M. I.
Elisde, Julie Larousse; Zina Laroussse. P.
L. Coicou, H Daviella, Baron Claude.
Adrien Div.
II est r,.-irti Ie momir.c jour avec les pas-
sa rs suiv.ants pour
Jflamt'! : l:lury Live!anlt, Directeur de
Ia ILcct-'t ct dipense.
Ct/vs : Dpute Isaac Ldger, Mme Raoul
Lgcr, lo!in Pclissitr, Point-de-jour loseph,
A Bo:inetii et 2 enfants, Mr&osa Daniel,
Melle Claire Charles, Mme F. Simon, C.
Querc0o. Melle Clarisse Dariu .
Pet'it-Godv,' Melle Lise Chlriez.
Curacao : Petro P. Vorgias
Administration Postale
SIRVI(E INTI-RIEUR
Ic'tIr's recomnmandzJ s en roujfranwe
MiirAhil Jeant, William D. Battez,
Chris:i:ian Lucien, Ed-rond Benjamin, Al
cimu T'hiages, Nelia Lifontant, Mine Ner-
vilia Ndrilus, Maihurin Thtodore, Adeile
Ilyppolite. Amtrii, Gulna Alcindor, Mmei
Vve BalthimorVolna, Mini Vve Romenus
Valcriana Evangeliste.
Port-au-Prince, o1 f6vricr 1908.
Chambre de Commerce
La Chambre de Commerce de Port-au-
Prince, convoque son assemblee g~ncnale
pour lundi prochnin, dix dL ce mnois, a
j heures praises de l'apres-midi, au local
situd i l'angle des rues du Quai et des
Csiars, a l'effet :
z1 De soumettre A son approba'ion le re-
glement intlrieur et le budget de la Cham-
re de Commnerce de Port-au-Prince, se-
Ion 'article IS des status ;
2 De procdder A la nomination des
membres qui doivent composer les Cham-
bres arbitrales commercials, industrielles,
agricoles et maritime, prevues en 'article
14 des mcmes status.
Il est donid avis en outre que lecture sera
faite d'un Expo.s de la chambre de commerce.
Port-au-Prince, 6 Fivrier 1908.
I,' 'President de la Chambre de Commerce,
D. DELINOIS.

Prinre d'aviser l'adrninistra.
tion de la moindra irregularity
dans ls service du *MATIN3
afin qu'il y soit de suite rem6,
die.


c
* Nouvlelles irailire


SDerni res D6p6ches
S TASN:R 8. Une ddpeche rescue par
Stldgraphie sans fil announce que le gC
" d'Amade, conmdandantles troupes fran-'
au Maroc a reoccupe Scttat, la ville n
Scaine situde A 70 kilomet:res au sud deCa
sablanci qu'il avait deji occupee !e -c
deinieJ lots de sa premiere expedition
tre les Chaoqias.
BORDEAUX .- M. Joao Franco, I'
premier ministry du Portugal, arrive
hier avec sa famille, a passe la journey d
t 'appartement qu'il avait retenu A l'hotel.
a rdpondu aux no.nbreux journalists v
nus pour le quesfionner, qu'il avait d8
nt'.iv~t ct abandoned la politique. Il
ensuite price ses visiteurs de le lais.:r se
avec sa douleur.
S \V.WxsiimsNrox. 0; anno: ceL que .l rido
Scuirassde de l'amiral Evans ne retLra p
sur les cotcs du Picitique, inis qa'e
pousscra sA croisiere ca Extrcnme-Ori
et peut etre ntcine autour du mo:ide.L
- department de la marine se refuse pour,
Moment A confirmer aucune des sup
e tons relatives aux mnouvements fL:urs
Sla flotte. Cepend.nt les efforts des .autori
Sde Manille pour reunir un asize grand
nombre de c ialanJs pour le ravitaillen
en carbon de vingt quatre grands navir
de guerre permettent de co:nprendre q
Sla fotte se rendra A Cavite au course de l'l
prochain. Cent t-ente ciniq mille tones
carbon accumnuldes pend.nt les deux de
niers moist se trouve.lt maintenintl Cavi
D'un autre c6th le stock dc charboa qui
trouvait a Honolulu a dtd considlrabk
ment augment ,
SEATTLE.-- La ligne pour I'exclal
des orienaux du nord de l'Am&riquevi
J'adresser un m6moir.e a.l congre; dei
dant des lois immediate p)ur I'exc!u
des japonais, des cordens e: des chinois.
SHlSA\(;AT.-- Des canonnieres cliois
de la douane on: s;'isi un vapeur ]1ioni
charge d'armes et de munitionis d-: gs
Sdcs:inees aux rI'volutionnaircs chini,);
vap ur Irait A l'ancre densleseaux ch'inoi
e en vue de Macao. II a cdi escort lusi
SCanton par un croiseur chinois et 3
nonnicres. On dit que les japonais ont
test contre cette saisie.
PUNTA ARENAS 8. Les cuirasss a
ricains sous le commandment de I'ia
Evans accompagne; de la flottille-de
pilleurs ont quittC ce port ce martin.
LISBONNE. ies obseques du roi Chl
Set du prince heritier Luiz, ont te c
Sbrces ce martin : l'Eglisc Saint-Vinc
s Un cordon de troupes avait t i place
la route du convoi fundbre. II n'y a
Saucun incident.
LONDRES.- Un service religieux 0o
sist:.ilccr Ic roi, la reine, le prince de
les et !us autrc.s membres de la
royale a tc ccltbr5 aujourd'hui a la
drale Smint-lames. Pendant la cir6
Sales navires de gu.rre de tous les portL
e ritimes portaient leur pavilion en
BIHLLIN.- En rtponse A I'appel
a gouvernemcnt allcmand par le sulita
Sel-Aziz pour la suppression de 1'
tion d'une parties du territoire rt
par les troupes franchises, il a eth r
quc les questions marocaines devaient
traitees conformdmnent a l'entente d'
ras ct que Ics partisani du sultan 'o
- etaient ps conforms. En consCqiei
sultan dcvra adrcsser son appel A t~fi
signataires de la Conference et non
S'Allemagne seule.
PARTs 8.--- Rente : 96.50.





La Chambre hier, apris avoir entendu
le discours de M. Jules Roche contie l'im-
p6t sur le revenue s'ajourna A lundi.
Le Senat renvoya la suite de la discus-
sion de I'interpellation sur les chaudieres
des cuirasss a mardi. M. Clemenceau rc-
,ut ce martin le vice-amiral Touchard, nou-
vel ambsssadeur A Saint-PWtersbourg.
Une bande de marocains attaqua Ic
camp d'Elmekki ou bivouaquaient nos
troupes.
Le gtndral d'Amade telgraphie que nos
troupes rcpoussent I'attaque en poursui-
vant l'ennemi jusqu'a Serta qu'ils trcuv4-
rent en ruines. Nous avons eu 3 tues et 14
blesses.
Une explosion de chaudirre eut liu a
board du croiseur cuirasse a Jeanne-d'Arc #
qui se trouvait devant Rabat. II y a 14
blesses, don't 5 grievement.
ST.PiETRSBOURG.-- Un second procCi
des officers du yacht imperial a Standard*
qui, au course de l'Ntd dernier s'6tait dchouc
sur les c6tes de Finlande a 6td ouvert au-
jourd'hui. Le premier procie avait donned
lieu i des conclusions centre ces ofliciers,
mais sur leur appel, le verdict avait etd an
nule.
ToMss ( Sibrie ) Des bandits ont re-
cemment entraind deux serpents de la po-
lice rurale a Cheromkhovo, ou ils les ont
assassins, puis mutilds leurs cadavres. Des
troupes ont e6t cnvoyees A leur recherche.
PARIS.- Le general d'Amade dit dans
une dcp6che rescue ce soir par le Gouverne-
ment, qu'il a eu trois tues et vingt quatre
blesses dans son dernier engagement avec
les troupes marocaines. Le combat com-
mence dans la nuit du 5 ffvrier a durb 2
heures. Les troupes franqaises on fait preu-
ve d'une grande endurance quoiqu'elles
aient Ctc constamment harassees par I 'n-
nemi don't on ignore les pertes. C'est la
tribu des Mozamba qui a le plus souffert.
PARIS 7. Une d6peche de l'amiral Phi
liberty, commandant des forces navales fran-
caises au Maroc announce que quatorze ma-
rins ont &d6 blesses dans un accident sur-
venu dans la chaudirce du croiseur Jeanne
d'Arc *. Ce navire est parti pour Tanger
oh les blesses sont mis A l'h6lpital.
TANGER.- Le caid Henry Maclean qui
depuis sept mois dtait captif du bandit
Raisouli est arrive aujourd'hui A la ldga-
tion ang'aise. Quoique vieilli, I'ancien
commandant de la garde du sultan parait
ttre en bonne santd; il dit qu'il va se
rendre A Rabat pour y rejoindre le sultan
Abd El Aziz.
PARIS 7.- On announce que M. Borm-
pard, ambassadeur de France A Saint-Peters-
bourg a Wtd rappeld sur une plainte du gou-
vernement russe disant qu'il t6moignait
une sympathie excessive au pani de la r&-
forme et qu'il employait son influence A
emphcher la France de fire de nouveaux
prets I la Russic.
PARIS 7.- Un service religieux orginise
par la famille d'Orleans A la m6moire du
roiCharles et du prince hiritier duPortugal
ia t cel6br6 aujourd'hui dans la chapelle
bistorique de la Compassion, A Neuiily.
Cest dans ce;te chapelle que se trouve
le tombeau du duc d'orleans, fils aine de
Louis Philippe. Le duc de Chartres reprd-
sentait le duc d'Orleans. Parmi les person-
nes prrsentes, on remarquait le come de
Sousa Roza, ministry du Portugal A Paris.
La messe de Requiem a 4t6 dite par le cu-
r6 de la chapelle.
PAIus 7.- M. Clemenceau, president do
Conseil des ministres a accord a I'Auto-
club de France l'autorisation d'organiser
l course du grand pjix et cell des voitu-
retts sur le circuit de Dieppe. La munici-
palit6 de Dieppe a 6galement donna son
@cod tememet.


60 ours seulement



AU PUBLIC!


Si vous voulez jouer de votre piano avec plaisir et que le son de 1'ins-
trument soit agreable et doux, appelez
Mr. Joseph von JENNEY
DE NEW-YORK
Le specialist populaire et bien connu, le renomme accordeur, r6parateur et
fabricant de Pianos et d'Orgues do New-York et de la llavane, qui, sur la de-
mande de plusieurs personnel s'est d4cidd A visitor I'intdressan.c population de
Port-au-Prince et A lui offriir les services do sa profession.
n le trouvera A I'H6tel Bellevue of0 il tie sejournera quelo temps
ndcessairc a livrer les travaux qui lui seront confins.
Ce sp4cialiste, expert en son art, 6tabli A New\-York, No- 85, 87, 89
1253ine rue, depuis 1888 ; et A la [l.ivane au Prado, Nos 95, 97 depulis
1889, a une pratique de beaucoup d'annit;e ce qui garantit et recoinmanr --
de son travail.
Mr. Joseph VJN JENNEY dispose d'un materiel pour
accorderet rdparer les pianos qui vaut au moins P. 2.000 -
dollars.
II est l'unique specialiste reparateur et fabricant de
pianos a tuellement en Haiti. ..--_.


95 ans dl'epefrience cl de pratique
Tous les travaux yarantis pour cinq ars.
Les pianos accords garantis pour


Conditions Speciales


unt an.


Toutes les commander reques dans les trois pre-
mier jours a partir de cette date, pour r6paratious de
pianos, d'orgues etc, benilicieront d'une reduction de 10 "o sur les
prix que Mr voN JENNEY demand d'ordinaire A sos clients.


Profitez de l'occasion


Mr. Jh. von JENNEY fera une visit annuelle dans les principles villes oi il pourra computer 100 abonnes ou
plus, pour les reparations el I'accord des 'Pianos.-- Si dans cette ville il trouv6 une trentaine de souscripteurs, il vi-
sitera Port-au-Prince une fois par an comme ii fait A Cuba ofi ii a 800 abonnds. Mr. J. JENNEY ne reviendra ici
quo s'il peut computer d'avance sur un certain nombri d'abonrds, parce qua son temps est tr&- Ipris.
4 mois de voyage 4 mois de s6jour a New-York 4 mnis ait la Havane Toute I'annee ocrupee.
NOTE.- Mr von JENNEY no visitera aucune famille, sans qu'au pr4alab!e ii ait 6tL averti par tl16phone ou
par un ordre derit et signd.- Les addresses n3cessaires doivent etre indiqudes avec la derniere precision.
Mr. von Jenney recoil des commands de pianos. Il fournit 1 :s n2mrques les plui ren'om,ne.s IIt est agent de :
TIE VON JENNEY STANLEY Piano mfg. Co N.Y. THE VAN JENNEY PLAYER Piano Co N. Y.
STEINWAY & SONS NEW-YOQK THE BAYER Piano Co NEIW-YOitK
THE BARCKHOFF CHURCH ORGAN Co Pomoray Opio
Port-au-liince, 10 Fevriir 1908.
The von Jtnney Stanley mfg. Co. New-York et la Havane.
c Pour plus amples renseignement s'adresser a Mr. Jenney, Hl6tel Bellevue, T'Ilplione No 220.
N. B.- Les Pianos et Orgues sont examines GRATIS.
Tous les travaux doivent 6tre pays en or ou en paper avec le chan-
ge au taux du Jour.


Aux Cayes, 5 FvFrier 1908.
Monsieur
Joseph von Jenney


Fabricant, Accordeur de Pianos et
d'o rgues
Nous certiflons que vous avez r6-
pare et accord nos pianos A notre
parfaite satisfaction.
Is 6taient mangos par les vers et le
mecanisnie etait dans un mauvais 6tat
quand vous avez pris l'engagement
de lea reparer.
Aptbs la reparation ilt 6taient com-
me des Pianos neuf.s


Comme c'est tne bonna occasion
pour tous les possesseurs do Piano,
nous vous recommntndon i A eux pour
la reparation et I'accordage des leurs.
Nous vous faisons nos compliments
et reconnaissons que vous etes artiste.
I'avis que vou- nous avez envoy
6tait viai et c'est un grand advantage
au public de profiler de votre presen-
ce.
Dme Malherbe Pressoir,P. Iabastille,
C. Mallebranche, Mme Ledan, Mile A.
Artaud, Seilder, Strohm, Jh Neptune,
Vve Fage, Vve Beuyer, Vve Edouard
Hall, Vve A. Brown, Sceurs de St Jo-
seph de Cluny, Antoine Ferrer, Luc
Labastille.


Biin e nalionale dlaitl

Conform6inent aux instructions do
Secretaire d'Etat des Finances, la
Banque Nationale d'llaiti a I'honneur
d'informer les porteurs de Pons de
coupons et de Bons fractionnaires do la
Delte intdrieure Convertie & Consolidde,
qu'ils peuvent toucher a ces guichets
une quatrigme rdpartiion ( 4 ) de dix
pour cent ( 10 o/o) sur le montant du
Coupon No 10(, centre recus et sur
presentation des Bons.
Port-au-Prince, le or Fvrier 1908.


1!









IXra rcl ement

A L'LEGANCE
I). FERRARI,
Fabricant de chaussures,
Porte A la colii:;asa:ce du public,
particulieireient de ses joflnbrLrlX cli-
euts doe a Cute et de la Capitale, que
'ltaublisstineut a uii stock incalcula-
ble de chaussures pour hotliles,
telmnes et enfants, ei tous genIres,
ut quo, inalgr6 l'olfre de cinq pour ceut
sur l'achat en gros ( 5 0/0 ) faith un ra-
bais exceptionnel sur les prix.
L'6tablissement so charge de faire
proudre dos mesures A domicile.
Toulours : oin, exactitude, ponctualiti
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PCRT-AU-PRINCK (HAITI)

Vien eiit d'arriver
Chez

Vincelt G. MakhIlu]I
S1I, Ia 4'e ,Iu .11asia de l' ltat, ,'S e
t /0, I R e Tr'' av( si'c( e.
(asisniiirtailla< is de p ijc i Cerchioix.-
D)iagonale.- Chlemises couleur elt
blanchlos. (hiaissettets ct bis fil.--
.lup)ons de so)i'. l I- ventatils de l;antai-
sie.- (Ceintures pour liuomines ct da-
ines.- Ilretelles, Iesiceite de lit.-
Flanelle par annc.-- (C:iape.aux line
poutr I)lllllo es D ints (.;oiCtiset-
tes.-- (annes. Plarfutinrii,-s assor-
ties.-- Faux-col:; & M\.lii;hltllc'. .- Sia-
tins et autreis otlfes. Maciiiies a
coudre de 1 et' Ills.- (:llialip.. teii.-
Viins rouge pa).r gllon (;t (par caisse.-
Vin blanic par clisse.- Vi'iaitrc par
gallon. Moutare.- ( ive. ionia-
ges tteisl ',e t'lati;ais, tes s-
trane;aises.-- IliBre litnpi ial & I.eu1n-
bteck, liiscuits .Ltc: vre Utile.-- Iiiile
d'Olive par gallil et |pot- caisse.-- FiV
de toute qItalitt |)(ir ila.clii tic t)e 40
A SO.- 'ro vi ionls ailin 'i ica ii.'s.
Vente en gros et en detail
A UN I'RIX MODI)KE

I-3I e t el es t xakr a xI t
ST-JOSEPH
( ANGLEDES HUES ROUX ET' DU MAGA-
SIN DE L'ETAT. )
Service bien organise.- Repas
a la carte. cuisine excellent.
PROPRI*TAIRI : JOSEPu DESRIVll1RE

Fabrique de cliapeaux
La FabrnUtue t c li)capaux iiistaIlle A
I'Ecole des Arts etl Mltiers, anlcictllie-
ment Maison Centrale, sous la raisoni
social de Vve P. Benoit et J. C. G(ui-
teau a l'honneur d'iniformer le public
qu'il trouvera en son d6p6t un bon
stock de chapeaux de paille superieurs
pouvant satisfaire les goits les plus
difficiles; malgrte ces avantages elle
met ses chapeaux en vente A utn prix
modique defiant toute concurrence.
La fabrique inforne en outre le pu-
blic qu'elle est la seule qui en confec-
tionne & Port-au-Prince et ce, avec le
concourse d'ouvrieres venues expres-
s6ment de l'Etranger.
La fabrique repare aussi toutes sor-
te de chapeaux. Bon marcbe excep-
tioanel.


l A eI atteis et Co.
32, Rue du Magasin de 'Etat
Maison fondue en 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravure
Vient de tcoevoir iles ;i tiles de pai -
fuiaci'ie pour les goals les plus dliffici-
les. Les parofnts cxquis et rares d'une
delicalesse ipitranite cu'elle ofire h ses
clients south de vtritables petites mer-
veill ats.
Les 'lerni6res marques qui charment
Ie Tout Paris sont chez Matteis :
Son Sourire, Floramye, Trdfolia, Idal
Cyclamen, Vivitz, etc.
La mason a toujours un grand as-
scmriment de hijouterie, argentcrie,
bibelots de tous genres, parfumeries,
lunettes, montres or et argent, pendu-
les garanties.
Specialitis: bagues francaises en bril-
lants A partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et francaises sur com-
matled, Servicc. d'argenterie complete
pour mniriages.
Tousles articles vendus par la mRi-
son iso t :.arantis.
Achat de dianiants, pierre-s pricieu-
ses it vi-ille bijouterie u des prix ava;-
tageux. Deritier cri : Lunettes jaunes.
Cnitre rermise de Deux dollars eni
timbies-poste d'Haiti, la Maison Mat-
tlv- nvoie franc de port sous pli reconi-
mi;n lf dans toute les villes do la R.dpu-
bilique: Lunettes ou Lorgno fs en nickel
i'' la les, sekon les prescript-ions dlei
SDocteurs ou instructions (e-* :)achetr: */'s


^-i O)CL1,ISTES!..
VERRES ILANCS, BLEUS, F(JM S,
JAcL'UNI., du l)r Fieuzal et du I)r lotais.
VERP ES UICONCAVES, BICON-
VEX r.:s, 'PE:.SCOPIQUES CONCAVES, PE-
RISCOl'IQUES CONVEXES.
,Assortiment completdes foyers
VERPRES JAUNES, FUMES, BLEUS,
ULANCS.
Plan et coquille
Sans foyers
Verres blancs cylindriques, concaves
ct convexes.
As.ortiment d'axes complets.
Chez A. DE MATTERS.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L HODELIN
Ancien membre de la Societ Philan-
thropique des mattress tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'd-
tolnes diagonale, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particulibrement a sa clientele une
bele collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beauty.
Specialit6 de Costumes de no-
ces.- Coupea Franaise, Anglaise et
Ambricaine de la derni6re perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6a
dolmans, tuniques, habits oar-
r". eto eto, de teas grades.


VOUS TROUVEREZ:
CHEZ 11. BONHEUR
10, Avenue Ducoste, 10
Cartes postales au bromure d'argent
g;la t'cis, st jets amoureux la St', ie dI
Scartes.. ........... 1.75
Actrices, pailleles, lumiinenses
la carte ..... .. 0.50
I.e IPestaurateur de la sant6. I.a
boite de 201 pilules........ P. 6.00
L'enveloppe de 25 pilules .. 1.00
Pour la province le Port en sus.


PREPARATION


DES PEAUX


VPonisi-vni hartk
G RATUITEMM~
AU PROCHAIN TIRAQI
dq 10 N- BONS LOTS PANIAM

OROS [OTS 6I0MA
Envoyoz CA !)ON-i'RIVGE
& M. L. DUGARDLN, Ibi I-ctr ,4
CrofiL ii e& t'it a cr -ie i'rags.
19, rue flo nheuhouawt, PaL


DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS


C:APACITI" 500 I'PAUX PAR JOUR
PIX DES CHA USSURES COMMEI SUIT:


Chevreau glace: luutoinu cet Lac ,potin IfuHinmes ci Dames 10 ( Dixgdu
< 4 Recummandn e 10 (Dix gdi4
Verni et couleurs: c Reconaiandle 12 (douzeglu
POUR ENPANTS:.... . . 6 Six (gd


I11). C.


MAGLOIRE


45, RUE IRoux, 45
T1 P IP1ONF.


Journau.a' brochuress' billets do

inafriage, cartes dc e fiancailles,

urogramnnes, affiches, el toum

autres travaux d(e ville.

Billets d'enterrement et carter

de visit d la minute.


Hfc7 BELLEVUE
KSTA Ul NT ELLE
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
M""1 Ifermance ALFRED
T61ephone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation moderne et comfortable. Vue --sur la mer. Tempdrature
douce et rdgulibre. Les Tramways desservent l'Hdtel-Bellevue touts le 7 Mfi
I'POPRII.TP. SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de rdception.-Piano. -Gramophone.
Sonneries Electriques


Table d'Hidte


ltow lox jour*, de midi 4 4 hears,
do 7 48 hev#. dwedrA


TIANERNsIE CONTINENTALE
DE
Port-au-Prince


I II~_I -


-M