<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00255
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 6, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00255

Full Text
j3IUfli, 6 FnvtRZER 1906.


I" A1?0,N 57P8TA-RIC afz


J


QUOTIDIEN
1.. .


Une Gourde D'AVANCZ


Di*PRT3m3NTo & &STRinG
wrrwa do anit an asw


Dzxzcruux:
C:146mX eXAt M- Sg1F iWe,

RIDACTION-ADMINLSTRATION
49, KWH KOUl, 4S


LE NUMiRO 10 CIM.


Lo abonnementa partcut du ter. ci do I do chsq
mois ct sont payables d'avance
14 iAw uuscrls Inskr ou son m est nt rm em


1- -.


Pour tout oe qui concern l'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rae Roux on Bonne-Fol.


nIotis aLv'OnIs ( Lid examintir la c~iidi-
lion des Ii ii-: d.'Xm&ique. de, .\ Aro-'
Aiiric~li us. Un 6crivain 11(1 u jen
(hint j'ai es.-;,aty derniW-rOineit. do r*'uf-
ter le senilt iiontt cc slijet, voit dans
C'itat act uei dc nos con'lnires amrimri-
cailus ii !c injustice donit il s'est ein-
piress6 de rcidrl, les gouverziemniots
dlfl*2riCaiijs rosiionsables, et 1i1crui


On s- rappelle l'affirmation un pen uii e i'gelit, politique, si elle lur
ij dicieuse, vraie seulement en part, ttait octroyve, serait la seule et iprin-
de M. Justin Montas, A savoir que cipale condition de leur relevcment.
r otre descendance est africaine el Nous avons, le lecteur et moi, as-
f ancaise, affirmation sur laquelle j'ai sez exolorI, At des points de vue di-
* iWay6 de dire mon sentiment dans ve'rs, de milieoux amrricaitns et anglo-
SE'tude sur le tempdramnmt haitien. Au saxons pour ~Ire pi:s ou inoins pn&d-
S-ai, nous sommes dl s Afro-Latins et tf-.s Ido I l iiw na!ii'ti q,1ii les carajc rei-
c itte svnthese est constitute par I'.- sC. JctoiLs un i egarl sit quelques
I, mieuti d'origine influence plus on coins de ceo milieux ocupcts par des
Inoins par la culture et I'ducatiion Aft icains, alin (iua le contrast puiss.,
I tines. se (ldgaergr li lui-mrme et que nous,
C'la n'est vrai pourtant que de la puissions 1); nous rendre compete
Si tiede notresocie6t que les hasards si le inal do t soutl'rnet nos congene-
d i la naissance ont, des le commei- res de l'Uiiuion est politiqueou social.
c Inment, preservee de 1'esclavage oo Au point de vie de cette d6monstra-
rItanchie durant le regime meme. tion, notre propre cas eat pu,i la ri-i
.'est cette parties que la tradition re- gilcur, nous permeltre do condclure :
tresente comma la classes cultiv6e du car nous avois, dans toute sa oleni-1
pays. Nous reviendrons sur elle apr,-' tude, cette liberty politique, et vous
qae nous aurons jete un coup d'0o I allez voir coiement notre situation
Sir I'autre parties, la plus nombreuse, social e s rapproche cependant des ta-
e: la moiti touchde par la mentality bleaux quo nous alions esquisser.
I itine.
Nous n'avons pas besoin de par- Sur la rive droite du Mississipi se
O)arir nos campagnes, ni meme nos trouve une respectable a.ggomrnra-
tanlieues, pour nous rendre cornpte tion do e colored men 9, de gen. de
iaI peu de progress social realise par couleur, nioirs et mulAtres. Nous nous
0os couches inf6rieures : le libertina- placerons Ia p,)ur fair les observa-
;l, l'immoralit6, I'ignorance, I'imprt- tions qua nous projetons.
'oyance, le vol y ont conserve leur
!igaeur d'origine. Rien ne me r6volte Nous savons dejA la cult de l'An-
4at comme de voir asses souvent nos glo-Saxon pour. son home et son con-
lablicists saindigner a la lecture des portable qu'il ne spare pas des prati-
killafitos star notre comptd par qes au moins 6l4mentaires de I'hy-
.plOaM 6terangbres : nous sommes giene ; voyons comment les colored
asoea a voir des cootempteurs dans men don't nous parlons s'6tablissent
mes euxn qul ne nous prodiguent paq dans leurs demeures priv6es :
Bloges, et nos sets amis, A nos
eux, sont ceux qui exaltent ou exa- a Les plus miserables, ecrit un
b'ret nos qualities. Il est pourtant voyageur digne de foi, grouillent dans
rai quo non avons plus de d6fauts les cave- qui leur servent de logis.
te de qualitse, plus de vices que de Dix, vingt, its y couchent sur des
Lrtus, et n le disant, je risque pres- paillasses quo s6parent des loisons
uune lpalissade, puisqu'il est paralleles, dlevdes A mi-hauteur du
vrai qa'il n'y a pas d'autres cau- mur. Un b~e de gaz, solitaire, cligno-
e respoMsables de notre bilan ac- te sous la voilte commune de ces
a chambres s. Lave & grande eau,
rF rtd i bien 6vidente la force plusieurs fois le jour, le sol demure
Peve dea liatloots originals, amide et gras.


S De moins pauvres gitent dans quel-
qlues rues de briques en pente. Con-
tre les fai(;ales sont appendues des
('chlelles en tfr pour fiir I'incendie
iprobable A I'initrieur, de longs es-
caliers mnii ,nt au couloir eci boyau,
qui passe devant le parlor, jus(lu'aux
alpparteinenls mal i)litres di boarding
housc. I)aux pieces puantes, ornees
de cliromos polhtiques, contiennent
gendralement, la premiere, un, pole
minuscule et casse, une table de sa-
pini, une lampe A petrole dans sa sus-
pension, deux ou trois chaises; et la
seconle, un lit de for, un pot de zinc
avec sou bassin stir un trppied de
fonte. A deux series de pateres pen-
dent les loques du couple. On y trou-
ve aussi une malle ornement^e de
clinquant. P
Ce qu'il y a dans le home de 1'An-
glo Saxon, c'est un groupement fami-
lial reguliirement organism ; toute
la vie am[ricaine, cello de la bour-
geoisie et du people, 6volue autour du
marriage ; le citoyen de I'Uuion tra-
vaille pot.r l'dpouse unique, son idole
choyee, comblee, admire. *
Or, le sale taudis que nous venons
d'examiner et que Ihormme de cou-
leur loue dix dollars par inois, est
presque toujours habits par un cou-
ple uni par le concubinage. L'Afro-
Americain a n'attache A 1'engagement
congugal qu'une importance relati-
ve a ; de sorte que, dans les rares
cas ou il tealise l'union conjugale,
celle-ci n'est jamais guere respected.
a Le concubinage est son etat sen-
timental pr6fere a, et au moindre
caprice, apres une querelle futile, ii
abandoned la mbre de ses enfants, et
eux-memes; d'ailleurs sa moitl4 n'est
pas moins tnconstante. a
Les fails-divers des journaux ame-
ricains foisonnent de viols et de mille
tentatives imputables A la lubrioit6,
relev s aucompte des Afro-AmericalDs,
D!s Bcrivains sympathiques A l Njw
se noire, sans uier le f it en lia-j~.
me, out souvent relevd des exagra-
tions dans les statistiques produiee.
Je ne chicanerai pas pour un pm plus
ou un peu moiant dans quelqne me-
sure que cette ohis j i 4 relevte,
elle eat de nature-. Qoa a poasas
manquer de le deporw- a c&rw


un abimeimmense, A inarquerunedis
tance longltemps infranchissable en*
tre ces fideles fils de puritains que
sont les Amcricains et les rejetons
d'Afrique aux moeurs si contraires.
Nous avons assez vu, pour nous ex-
pliquer ce contrast et cette hostility,
combien le temperament anglo-saxon
exerce sur lui-mnme une contrainte
perp6tuelle et une discipline morale
rigoureuse alin de refrener et de sub-
juguer le c6t6 passionnel de sa nature
et d'assouplir presque entibrement
son etre dans le sens de I'effort, da
Stravail et. de I'dnergie.
Nous releverons encore une ou
deux diftTrences remarquables dans
l'etat social et la mentality des Amd-
rieains et de leurs compatriotes afri-
cains, alin de completer notre coup
d'u'il ; puis nous essaierons d'dtablir,
par un rapprochement avec notre pro-
pre etat social, le caractire original
des defauts et des vices don't nous
avons entrepris de fair l'inventaire.
| I 1 _
'Du 'Bulletin official du 'D.partement de la
Justice, nous extrayons ce qui suit, concernant
l'ouvrage de twtre ami Claudius Gantier :
BIBLIOGRAPHIE


M. Claudius Ganthier a bien voulu nons
dresser le premier volume du 'Rculi
des Loiset .Actes de la Rpublique d'Haiti qu'il
vient d'6diter.
Nul n'etait mieux prepare pour mener A
bien une ceuvrede cette importance: avocat
r du barreau de Port-au-Prince, Me Ganthier
a le respect professional des textes ; secrd-
taire-archiviste de la Chambre des deputies
depuis de longues ann6es,it aaiste A la con-
fection des lois et trouve, dans les archi-
ves de cette assemble qu'il dirige avec
competence, les elements mames de son
travail.
La nouvelle publication commence A
I'annie 1887 et finit A 1894 iocntaiveamu t.
Elle sera compliede par an second oltpe
qui embrassera Ia priode comprise earre
1894 et 1904 et qui doit pandtre trs pro-
chainement.
Depuis 886 a part quetqwes pebLca-
ioms prtielles et incompu t.s na lois
dis M. Gather sont resist i ,
Sdus, &ct eSl dam les ho m aou.r0 d E
itAmr.


ABONNIEINTS:


1hAR MOIS


L'ETAT
DES

AFRO-AMEIRICAINS


-II- --- ~___


m


,lm AZ4N3C, No 257


PoRT-AU-PRINCR (sam))






i Et toutes ces lois en maicure partic ila-
trouvables, lorsqu'it faut on les appliquer
ou r6futer I'intcrpretation judaique qu'en
donnent quelques uns de nos homes de
lois qui les posscdent. Les anciennes col-
lections du Moniteur deviennent chaque jour
plus rares; elles se dUteriorent pas le temps
ou l'usage, ou disparaissent par les flames
dans un pays si sujet aux incendic;. Dans
de telles conditions, la promulgttion ne
suffit pas pour fire connaitre les lois. a
Le service que reed A tous M. Ganthier,
en recueillant et en classant m&thodique-
ment les lois, d6crets, arretrs, rc.glements
el tous autres actes publics de ces der-
ni&res annbes, est grand : nous devons lui
en ttre reconnaissants.
Nous avons souvent, dans cette revue,
montrC 12 necessity d'une codifiction se-
rieuse de nos lois. M. Lalcau, Ministre de
la justice, et M Djminiqie, Commissaire
du gouvernement pr"s le Tribunal de Cas-
sation,'ont particu liremint insist r sur ce
point dans leurs derni:rs discour2 de ren
tree.
Ni)us faisons de. lois et 1-s cntassons leI
unes sur le; auTres ; mais ii sc trouve que
quelques-unes se contredisent et que la
plupart ne rdpondent point a nos besoins
actuels ou ne sont plus compatibles avec
les necessitCs de la vie dans les socidte~
ihodernes II faudrait done preparer Ls
voices a une refonte complete de notre 16-
gidation, en commenCant par un travail
analogue a celui qui vient d'tre entrepris
en Angleterre.
On sait, en effect, A qucl point est com-
pliqude et abondante la legislation anglai-
se. Aussi une commission de jusristes a-t-
elle td charge, sous la direction du come
de Habsbury, ancien lord-chancelier d'An-
g eterre, et de I'eminent jurisconsulte Wil-
y Chitty, de codmlier les lois en vigueur
dans le Royaume-Uni. Chaque sujet est
trait par un spJcialiste qui, non scule-
mcut cxp'ique la lPgislation actuellement
en ctat, mais fou;nit un tableau complete
de la jurisprudence affdrentce la question.
On ne pouvait pas raisonnablcnmnt dr,-
mander A M. Ganchier de nous donner un
travail pareil.
LUs difficulties qu'il a rencontr&es, rien
que pour recueillir les nombreuses matit-
res de son riche volume, ne lui permetaient
pas de fire euvre de commentateur. II
s n explique d'ailleurs dans sa preface :
EmportC dans le courant de la vie et
sollicit8 A depenser ailleurs dans la grande
bataille de l'existence, toutes les forces vi-
ves de I'intelligence, eussions-nous vouln,
par goAtI p aesionel, remplir un r6le de
commentateur que nous n'en fussions pas
capable, vu le nombre considerable de ma-
t uriaox recaeillis, classes et qu'il fandrait
fouiller, dissequer et analyser. Nous lais-
sons ce soin A d'autres appelds par leur loi-
sir A fire des ceuvres doctrinaires et di-
dactiques.
Me Ganthier peut toutefois se dire qu'il
a travaill6d rendre plus facile l'o.uvre des
commentateurs A venir en mettant a leur
disposition les matcriaux sur lesquels por-
tera leur examen.
C. B.


-=
L'administration du a Matin *
rappelle aux abonn6s de la Ca-
pftale qu'ils ne doivent rien ver-
ser, abonneoents ou autres
que sur REQUS IMPRIMIS et
signs de M. 1'Administrateur
Pri6re d'aviser r'administra-
tion de la moindre irr6gularit6
dans 1e service du a MATINs
afin qu'll y soit de suite rme4-
die.


A1EN SEIGN NMENTS
Mt'rZOB 0 t0 OGIQUES



;AMINAIRt COLLIGIE St-VARTIAL
MECREDI 5 FVIun


Barnluare i midi
tint In i m u in
r~empera Lu retm?; ~az f u


;64 u/*7

30. I


Movenne diurne de !a tempdratute 74o.3
Ciel clair le martin, un p-u nuageux l'a-
pres midi ; couvcr: A 6 h. do soir.
Quelques gouttes de pluie vers 6 h 40
A 8 h. 45 torte averse : 14, ""/4.
Le barometre en baisse pendant la jour-
nad est un peu rcmont6 pendant la nuit.
Q.ielquess tgers mouve:;nent3 sismiques.
R. BALTENWECK
Tribunal de Cassation
SECTION CRIMINELLE
.Audience du fMcrcredi, 5 fivrier 19o8
PrdAidence de Mr le 'Prsident, H. Le-
chaud.
Le Tribunal prend siege A dix heures et
demise du mati ct pronounce les arrits
suivants :
1 o Celui qui ddclare mal fondue lop-
position formne ~A l'ordonnance de non lieu
de la Chambre du Conseil de l'nstruction
Criminelle du Tribunal civil de l'Anse A-
Veau eq\ date du 17 Dkcembre de l'ann6e
expiree par le Dr Alexanire Louis Augus-
te, sur l. pliin:e p:r lui d&p isde centre
les nommds A Og6 Rimbeau, Lucaes et
Gutierez Mathurin ; dit que l'ordonnance
sortira son plein et emaicr effect.
2 Celui qui declare le sieur John
Henri Nathaniel Allen non recevable quant
A pr6sett en sa dmrande de dechdance ;
3 o -- Celui qui dessaisir pour cause
de surete pub'ique, ies juridic:ins de Port-
de Paix, de Saint-Marc et des Gonaives de
la connaissance des crimes commis par le
nommd Antcnor Firmin et ses complices
au course des derniers dvcnements politi.
ques qui ont eu lieu dans ces diverse cir-
conscriptions ; ddsigne la jurisdiction de
Port-an-Prince pour en connaltre, et ce, en
conformitC de I art : 429 Instruciiou Cri-
minelle.
Plus rien le siege est Ieve.
Tribunal Civil
.Audiemce civil da Fifvrier r o8
Le Tribunal a pris siege ; dix heures
sor la presidcnce du juge P. Joseph Janvier
qui a entendu les affairs suivaates :
I G. Fouchd centre les consorts
Months.
2 0 -- Amil s: T'hdopliile ct consorts
centre Petite Rose Jean Baptiste.
2 Cecile Romane contre Schoel-
cher Jean Louis
40 Manton centre Astrel Victor.
So Dr Arnoual centre Mme Ve Cle-
ment Bellegarde.
Puis le siege est lev6.
Les baisers de Kubelik
Jan Kubelik, le cdlebre virtuose, est ma-
rid. La contesse Marianne Szaky-Tzel est
tres jalouse. Mais elle s'enorgueillit de la
gloire de son mari. Aussi s'est-elle d cidee
a ne pas lui fair de scene quand ses ad-
miratrices demandent a l'embrasser. L'au-
tre jour, A Vienne, une jeune Autrichien-
ne de la haute aristocratic, mcrveilleuse-
ment belle, demand A voir l'illustre violo-
niste. La comtesse vent savoir pourquoi.
SBil faith introduire la visiteuse.


-c Pourquoi Ie demandez-vous ?
e Ah I je l'adore, il me ravit.
veux lui demander un baiser. a
Devant cet enthousiasme, la comes
s'est inclinee.
Et maintenant, dit-ellc, c'est une rag
Toutes les Viennoises rdclament la m6
faveur.
Arrtt6
LE SECIRTAIRE D'ETAT
Intdrimaire
Au Dipartement de Untiieur et de
la Police gdntrak
Considrati quoe tout Eat Souverain
le droit d'expulser de son territoire I
Etrangers don't les agissements loi soot pr
judiciables ;
Considfrant qne les men&es des sieu
C. MAC-GUFFIE, THOMAS MAC-GUFFa
MONROE RICHARDSON, sujets anglais, r6
Jant aux Gonaives; et des sieurs RAPHAI
SANCHEz, citoven cubain, ROMERO MONTA
citoyen dominicain, demeurant aux Gona
ves, sont reconnues subversives de l'ord
public, pour avoir pris une part active
l'insurrectiou de l'Artibonite qui cut lit
le 5 Janvier dernier ;
Vu la decision du Conseil des Secreta
res d'Etat.
ARRETE
Art. rer.-- Les sieurs C. MAC-GUFFI
THOMAS MAC GUFFrE, MONROE RICHARDSO
sojets anglais, r6sidant aux Gonaives ;
les sieurs RAPHAEL SANCHEZ, citoyen ci
Sbain, RoMIRO MONTAS, citoyen dominicai
demeurant aux Gonaives, son: expuls6s d
territoire de la Republique et seront en
barquts a b.,rd du premier bateasi en pa
tance p.ur I'Etranger,
Art. 2.- Le chef de la Police admini
trative des Gonaives est charge de I'exicl
tion du present Arrfte.
Fait A Iort-au-Prince, a la Secretairer
d'Etat de l'intrieur et de la Police g6ne
ralle, e 3 Fvrier 19o8, an os5e. de I'Il
d6perflance.
F. MARCEUN.
Fermett.re de la malle
La malle par le s/s ,Alleghany pour In
gue, New York et I'Europe ( via ) JCr6m
et celle pour J&ermie. Santa Mar.a et Ne'
York par le s/s Venetia seront fermres
spir A 4 heures precises
Soci6te fgaaQaise do secours
Mutuels et de Bienfaisanoe
Messieurs les Membresde la Socti~ so
pries d'assister aux fundrailles da RCvrer
Pere JIGo, de6ad, cette nuir, A 1'Asile.
L'emnerrement aura lieu cet aprls midi
3 heures.
Le convoi partira de l'Atile trancais,po
se rendre A l'Eglise St.-Joseph.
Port-au-Prince, le 6 Fivrier x9o8.
Le'Pr/i.de, F. Caistm.
Pour la Commune
Les milingreux de routes sorts, dtala
leurs places et leurs ulceres infe:ts ont ch<
si le superbe pont qui relief les Places d
Pantheon et du Champ de Mars, en fa
du Paais.National, pour s'offrir en spect
cle repugnant,aux passants 6pouvantrs.
Nous signalons ce fait aux agents de
Commune, car 1'endroit est v6ritableme
contained par ces pestilences dangerous
qu'on ne peut eviter, ce point &tant le a
sage natural des nombreux habitants de
haute ville.
Bibliographie
Nous avons retu l'annuaire de lIgislali(
haitienne, contenant les lois vLtes par
Chambres lgislatives e rannee 1907, etc, r
bliC par M* Etienne Mathon.
C'est une publication deont 'utilitC n'e
pas A d6montrer et ce recucil annual dc
- trouver danm utoe le biblieothequ


ji Iouvelles Etraiiner


me Derni6res D6peches

ST.PT'rERSBOURG 4.- L'ambassadear
France, M. Bompard,que le Gouverneft
a rappeld est parti cette nuit en touted
te pour Paris. II reviendra seulement po
presenter ses lettres de rappel.
a M. Bompard a demnndu an Mia i
cd des Afaires dtrangcres de Russie, M Iswo
6 Isky, la protection du Gouvernement cm
tre un article injuricux public dans k
Ifs Grashdamin a rddigg par le prince Ms.
toliersky. Le journal a dtd condantai
I 500o dollars d'amende.
EL [l.a dim:ission de .1. Is\wo,-kv es: g
3, ra!cment considdrde c mme in6victa
re n i il n'a pas encore tdc djcidd d'unel
Son11 precise, a qu:l 11momeint il se retires
u PARIS.- Le vice-amiral Touchard aI
nominem ambassadeur de France A Saint 1
i- tersbourg, en replacement de M. Bo
pard.
PARIS 4.- Le Scnat fran;ais a votia
jourd'hui une motion exprimant son ho
reur pour 'assissinat du roi et du pria
i, liri:icr du Port ug l et sa svmpahie po
et le Gouvernenmnt Portugais et la famld
U- royale.
u 1I.: France enverra A1 Libonne une mi
l sio spiciatlc avant .1 s .r tre, le comte d'O
n- T cion, lliniitre de France A Bruxele
pour assistcr aux tuneraillcs royales qi
aurit lieu le 8 ftvrier.
u- LIsBOsNE.- Le ministry de la guemn
connmuniqud aujourd'hui A la presse qae
ie bruit qu'une revolution avait ecla:MtOu
,. to ou ailleurs en Portugal dtait absjlumd
n aux, il n'y a aticune animation ill,#i
militaire ou civil. La declaration dit: Ls
gent ct les valcurs restent ferrmes mdp
les assassinats dc samedi ct les difficult
publiques du pays. On s'est aperqu qi
a- le cadavre du rot ne pouvait pas entm
tie dan. IL ccrcueil qu'on avait prepare poe
w- lui ct Cn attend int qu'on en ait fabriqi
cc un autre on I'a mis dans une biere pa
visoire.
MADRID. En plus des forts ditack
ments de troupes espagnoles dchelonnd
nt It long de la frontier dans tous les ca
ad tres important d'Espagne mais splcil
ment A Barcelone ou les anarchistes et 11
A r6volutionnaires font, dit-on, preuve d'of
activile infa igable, l'armee veille nuit I
ur jour. On dit que le roi avait une assul
ce sur la vie de 200.000 dollars dans
Compagnie anglaise et une autre police
22.000 dollars dans une compagnie dt'A
rance Espagnole.
PARIS 5.-Rente francaise 96. o5
nt Hier la Chambre des Deputds coUait
oi- la discussion de 'imp6t sur It rewaa o
lu s'ajourna A jeudi.
ce Le Senat apres avoir entendu divcrs0
a- teurs don't M. Cl menceau stsoum
project et M. de Freycinet le combia
la vota la reduction de la premiere p dJ
nt de 28 jours A 21 jours et s'ajourna i lc
Cs Le vice-amiral Touchard a C6t ddsi
l comme Ambassadeur A Saint-PCtersb
en replacement de M. Bompard.
La mission franchise charge de
senter le gouvernement trancais aux
on seques du roi de Portugal est co-
les come suit : Le Comte d'Ormesson,1
u- bassadeur A Bruxelles, le Coatre-4a
Percia, le Commandant Schuhumbil
:t officer d'Ordonnance de President .
it lepubblique et de M. GuiarJ, S^3
jA mbMld.


se -





i;erni re-Heure


Le GC'' IU(;i:NE MAGLOIRE, Comman-
dain de l'Arrondissement de la Grande
Riviire du Nord, vient de mourir, des
suilPS de accident qui lui est arriu'd (
'Port-fi -Ptir.
Sets ftindrailles seroln fixees ultWrieu-
rement.
Nos sincres condollances d la famill-
duregrett'ddfiaunt.

giel'"e Transalantiqie


Le steamer frangais
MONTRiAL arrivera
icivendredi 7 F6vrier
au martin et partira le
meme jour, a 5 heures
du soir,pour Petit-God-
ve, sera de retour di-
manche martin et lais-
sera le mime jour dans
la soiree pour St-Marc
et les Gonaives.
Po it-au-Piinice, 6 F vriier 198.
F. M. ALTIERI.
AGIKNNT

A Vendre
.1 I,'LMPI' IME.I1 (,. M.AGLOIRE
I-s :eproduh:1io()ns du grand tabllau
hist ,r.,ue de A. .lAdinou: IUn episode
de lhi ,ataille de Vet tii res.
Prix :P. 2
.I IA,1IL)SION

M i el cl 'IX-"il
P6tion-Ville
J. B. W. FRANCIS
i'N VENTE : 40, RUE FFLIOU,
'or t-aut-Princ-e.


Banqiue nationale oHaiti

(Conforiinment aux instructions du
Secr6tairH d'Etat des Finances, la
Baique Nationale d'llaiti a I'honneur
fd'itlormer les porleurs de Ponz. de
coupons et. de Boan fractionm ires d-i 1.
Dette intrieure Convertie i' Consolidt'c,
qu'ils pouvent toucher A ces guichlts
une quatrieine rdpartition ( 4e ) de dix.
pour cent ( 10 o/o) sur le montant du
Coupe No 10, centre recus et sur
presentation des Boris.
Port-au-Prince, le IUr Fevrier 1908.

Dr L. Malebranche
Dipl6m6 de I'Institut de M6decine
Colonial de Paris. ex-Moniteur du
Service Ophlal mologiquee dela Fa -ultO,
A I'i6tel-Dieu, et ancien assistant de
Ia Clinique du Docteur Galt-zonski,
Membre de la SociitB de MWdecine
et d'Hygiene tropicales.
IeDECINE-CHIRURGIE
MALADIES DES YEUX
CoNaULTATIONS PROVES : DB 2 a 4 llrs
C(:LNIQUI DI 10 HiURK8 A NIDI
8S, 1RH du Pople, 88.


DOCTEUR A. CARIES
ANCIEN ASSISTANT
EN ME)ECINE ET EN CllitUItGAIE
DE LA POLYCLINIQUE-PiEAN
SI'CIALITIES: VOICES RESPIRATOIlIES
ET
MALADIE DES ENFANTS.
.,.msulations : 7 d 9 h. et 2 ca 4 hrs
123, Rue du Peuple, 123.

Chapeaux I
Chapeaux ll
Chapeaux 1 !
AILLE DE PORTO-RICO
SAC;OUIREZ CHEZ

JOSEf SiN MILLAN
L. i': if f ,r ,titis:t qu:i vient avec le
conc;.i:ts i 'h ipeliere rcinarquable,
M. JA TESTAll d'installer une
F'.A ;QUE DE CHAPEAUX
i'.ACE GEFFRARD
Sn..u 2, CLifl.are du L.ouvre
Po~ir tous le.; gouts t pour toutes


Occasion exceptioniielle

Liquidation d'Articles
l-.T
OUT'I' S P .LA CORD)ONNERIE1
I)iv ': :'-sor!'es de peaux, l1astiques,
tirar':s, (1iillt ts, c s,o s etc; un grand
assottit iiut de fo mnes: sp.cialement
des forms AI,ndricaines don't la com-
nmord'. (c-t incontr stable, et tout au-
tre a.> -: cir1 pour la cordonnerie.
l'rIt ; : i Pri! <.*., 'i I"F viier 1908.
G.".A: B ^BTOLI NI I
1 r7,, i, ii)tt r aie N 4'.v

('or ounierie Nouvelle


G.


B. PETOIA ET SEPE
143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
(hIAUSSURES EN TOfS GENRES
EN DIP6T, POUR LA VENTED


EN GROS ET DETAIL.
Execution prompted des
commander, tant ici qu'en
Province.
Formes a homes; elegantes et
rationelk s.
Chaussur.es de dames ( Dernmire
mode de rees ) et le pluscommode:
chaussures po,,r onfiIas confection-
nees avec descPeaux de toutes nuances
d'une selection et durte irreprocha-
bles, A dos prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquides
Pour chaussures de touts nuances.
-,--- 'l i I I _.
Toulez-YouaprtIcldl
BRAITUITEMEIT
AU PROCHAIN TIRAGE
} i^lON"oBOHSULOT$PANAMAN
dS 10 N"BO$IIDS AIMITS :U
JS^ + ATi I 600.000'
GROS UoLTui 100.000'
Envoyez ce BON-PaRIn
& M. L. .J'ACiAE -. Directr dU
CrTtIrf Pi s airnevuir iln Fr' #.e.
19, rue RozUhouaart, Paris.
7rom
ON E&=


Sacs vides!..


AU ~r~nr.iw~ri~


Sacs vides!..


Entrepot General des Grandes fabriquies
DE CALCUTTA (INDE) DUN K'RQUE (FRANCE) ET DUNDEEI' (AN \;iL.:lr I -i).


SACS sp6ciaux pour


CaU~s tries


Caf6s ordinaires


Cacaos
Les Types Courants constamrnment en Stock par balls de 400
depuis 20 centimes or jusqu'd 30 centimes or pour la grandeur
liire tiSxll0 centimtntres.
Poids de 1 3/4 livrcs jusqu'A 2 1/2 livres.
Sacs sur mnodeles et sur types des acheteurs.
Prix A forfait pour livraisons mensuelles francs port de dtbhrquem
si on I desire, Droits pays.


sacs,
rkgu-


out et


AV 1


A l'Imprimerie C. Magloire est issolte oS IL it'l
est dissou~edt'pis Vlet~


Les Billets de la Loterie
DE L'ECOLE DES SCIENCES
APPLIQUEES
Tirage du 5 Janvier 1908, difinilive-
ment fixed au ler Mars prochain.
Prix du Billet : 4 gourdes
Un Quart de Billet I Gourde.
LISTED DES LOTS GAGNANTS:


1
'2
10
50
100)


gros
lots
lots
lots
lots
lots


lot de
de
de
de
de
de


o0o
100
50
20
10


.1.000
1000
500
500
1.000
4 000


ENTREPRISE
DE


Pompes


funebres


S'adresser A Vve LBoN GABRIEL pour
avoir le joli Corbillard noir dit Cen-
tenaire.
No 2, Rue ACagloire AAmbroise, NO S.
On trouvera aussi des chaises &
louer pour enterrements, marriages,
f6tes etc.
S'adrewtr aussi dans la Rue de 'En-
trrement, chez Mr DAUMNc BOYVR.

L. PHARMACIES
Emmanuel Alexandre
88, RUK DES MIRACLzs, 88,
Se recorpmmnde pour 1'ex6cution
prompted et exacts des ordonnances a
n'importe qu'elle here du jour et de
la nuit.
Drogueries, 8p6oialit&a phar-
mao.utiqquoSextrAmme-nt fratlche
Pfti Co isaIsclIsul.


Le sousSigrl eni eCst IO
Port-au-Prirce, le 27


f: "'1 *" Sz~ ie


.1 i I ivilt I,


9I'.
1ur.
108'.


A. I EIT IIN
--- -_ -- -

Srane Loterie
DE LA
LIGUE MARITIME FRAN4A!SE
Gros Lot: 200.000 fcs.
575 Lots Gagnants
Le Billet: 20contlimres or amdrricain
II rest 12J) bi!lltl s a v' l,.'.
Le P'rsident lde li rti: !i l'Ia.iti,
J. I.AVILLE.


Changement d adresse

Tib6re Zephirin Bell
Fabrica-t de chaussures
Avise ses nombreux clients qu'il a
transfrd so: ditablissement daais la
Rue Tiremusse, facade Nord de la
Place de la Croix-aes-Bossales.
SPICIALITC :
PANTO UFLJS .M TTLES
-- -N
Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures

La Manufacture a toujours en d6
p6t un grand stock,- pour la vented
en gros et d4tail,- de chaussures en
tous genres pour
HOMES, FEMMES, E4PANTs
Les commander des commwrcants
de l'intAripur pourront tre ex#cute6
dans une femaine & peu pres
23, rue des Fronts-Forts, 23
POUrT-A-PANCs ( BAIT )


Conditions avantagenses


S'adresser A JULES LAVILLE
AGLNT ET DI'POSITAIRE GIfNli:RAL


C- I





F -x'a r'x cAxem e *t

A L'LEGANCE
.?. FERRARI,
Fabricant de ohausures
Porte a la connaissauce du public,
particulierement de ses nombreux cli
ents de la C6te et de la Capitale, que
1'6tablissement a un stock incalcula-
ble de chaussures pour homes,
temmes et enfants, en tous genres,
et que, malgre 'offre deo q pour eui
sur l'achat en gros ( 5 0/0) fat Ua ra-
bans exceptionnel ser les prix.
L'etablissement se charge de fair
preudre des measures a domicile.
Toufours : Soin, exactitude, pesstit
42, Rue des Fronts-Forts, 43.
PoKT-AU-PlINC (HrrITI)

Vienntent d'arriver
Chez

Vincent Makhiloul
Sl, ;iac: da Mgas ,4it de, I'Elat, S1 6
4, 6, 10, Rue Traversiere.
Casimir frarjnais de premier choix. -
Diagonale.- Chemises couleur et
blanches. Chaussettes et bas fil.--
Jupons de soie.- Eventails de fantai-
sie. C(eintures pour hommes et da-
mes.- :Hetelles, Descente de lit.
Flanello Iar aune.- Chapeaux laine
po.Ar hoinmes & Dames.- Chemiset-
tes.- Cannes. Parfumeries assor-
ties.-- Faux-cols & Manchettes.-- Sa-
tins et aut es Etoffes.- Machines A
coudre de 1 et2 flls.- Champagne.-
Vins rougo par gallon et par caisse.-
Vin blai: par caisse.- Vinaigre par
gallon.- Moutarde.- Olive.- Froma-
ges grt:y're francais, pates grasses
'frascaises.- Biire Imperial & Lem-
beck. Biscuits Lefovre Utile.- Huile
d'Olive par gallon et par caisse.- Fil
de toute quality pour machine de 40
A 80.- Provisions am6ricaines.
Vente en gros et en detail
a ItN PvRX MOD*W*
.. .. I'---- -. -- I
H- otel-Restau rat
ST-JOSEPH
( ANGLEDES J.UES ROUX ET DU MAGA-
SIN DE L'ETAT.)
Service bien organis6.- Repas
A la carte. cuisine excellent.
PROPI irAIrK : JOSEPH DESRIVl"ItE

Fabrique de chapeaux
La Fabrique de chapeaux installee A
1'Ecole des Arts et Mttiers, ancienne-
ment Maison Centrale, sous la raison
social dc Vve P. Benoit et J. C. Gui-
team a I'honneur d'informer le public
qu'il trouvera en son d6p6t un bon
stock de chapeaux de paille sup6rieurs
pouvant satisfaire les goilts lea plus
difficiles; malgre ces avantages elle
met ses chapeaux en vente a un prix
modique defiant toute concurrence.
La abrique informed en outre le pu-
blic qu'elle est la seule qui en confec-
tionne & Port-au-Prince et ce, avec le
concours d'ouvrieres venues expres-
s6ment de l'Etranger.
La fabrique rdpare aussi touted sor-
tea de chapeaux. Boa march excep-
Utionnl.


A. ae Mattlis e Co.
32, Rue du Magasin de l'Etat
Maison fondue en 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravure
Vient de recevoir tes articles de par-
fumerie pour les goilts les plus diffici-
les. Les parfums exquis et rares d'une
d6licatesse penetrante qu'elle of're A ses
clients south de v6ritables petites mer-
veilles.
Les dernieres marques qui charment
le Tout Paris sont chez Matteis:
Son Sourire, Floramye, Trdfolia, Id4al
Cyclamen, Vivitz, etc.
La maison a toujours un grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries.
lunettes, montres or et argent, pendu-
les garanties.
Spe'cialitds: bagues francaises en bril-
lants A partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et francaises sur com-
naride. Service d'argenterie complete
po:,r j.I- ages.
Toui les articles vendus par la mai-
Achat tle diamants, pierres precieu-
,,es et vi,'ille bijouterie A des prix avan-
tageux. Dernier cri : Lunettes jaunes.
Contie remise de Deux dollars er:
tinmbtis-poste d'Hlaiti, la Maison Mat-
t,,,. etncie franc de port sous pli recom-
manl4 .l !nts toute les villes de la R blique: Lunettes ou Lorgnons en nickel
iinoydables, selon les prescriptions des
I(Dctours ou ir.structioils de:. actie.eurs


--- -I r- --- -

SOCULISTES!..
VERRES BLANCS, BLEUS, FUMES,
JAUNES, du Dr Fieuzal e't du Dr Motais.
VERRES BICONCAVES, BICON-
VEXES, PfRISCOPIQUES CONCAVES, PE-
VISCOPIQUES CONVEXES.
Assortiment completes foyers
VERRES JAUNES, FUMES, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille
Sans foyers
Verres blancs cylindriques, concaves
el convenes.
A ssortiment d'axes complets.
Che? A. DE MATTEIS.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancien membre de la Societ Philan-
thropique des mcatres taillurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'A-
toffee diagonal, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particuli rement A sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beauty.
Sp6cialit6 de Costumes de no-
oes.- Coupes Francaise, Anglaise et
Amdricaine de la dernibre perfection.
La mason confectionne aussi des Cos.
turns miLitaires, habits brodAs
dolmOan n tuniquea, habits oar-
rim to to, 40 toss rad.-.


TANNERIE CONTINENTAL
DE
Port-au-Prince

PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS
CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
PRIX DES CHAUSSURES COMME SUIT:

Chevreau glac : Boutonn6 et Lace pour Hommes et Dames 10 ( Dix gde)
a a a Recommandde 10 (Dia gdn.
Verni et couleurs: a c a Recommandie 12 (douse gdg
POUR ENFANTS: ... . 6 si (gd


LA
Meift,- re Farine
di Monde
Celle qii done le meileur pain.
Qui pi'vduit 5o plus de pain.
Qui (d -;-', Ic( pai.n le plus blanc et
le plus 1,:er,
C'est : Pillsbury's Best de lb
Pillsbu:."1 'v burn JI'tur Mils Co.-
Minn : .. :(A litnA,.
i ASTRA ;*-,/aentat


I11p. C.


VOUS TROUVEREZ:
CHFZ II. BONHEUR
10, Avenue Ducoste, 10
Cartes postales au bromure d'argeot
glacUes, sujets amoureux la s6rie do
5 cartes.. ........... P. 1.75
Actrices, iaill&tces, lumineuses
la carte ....... .... ) 0.50
Le IlRstaurateur de la sant6. L
boife de 201 pilules...... .. P. 6.0
L'enveloppo de 25 pilules P. 00
Ilour la province le Port en sus.


MAGLOIRE


45, RUE Roux, 45
TILIPHONE.


Jotrnaiiux, brochures, billets de

mariafqe, cartes de fiancailles,

progranmmes, affiches, et tou

autres travaux de ville.

Billets (d'enterrement et cares

de visible d la minute.


H A 4.A [ BELLE VUE
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
Mme Hermance ALFRED
T616p~ho-, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILIAR
DINERS-LUNCHS.
Installation modern et confortale. Fue ur la mer. Tempdrawure
douce et rdgulire. Les Tramways desservent I'Hdtel-Believue toutes l 7 MieWe
PROPRIPTF SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de reeption.-Piano.-Gramophone.
Sonnerie t1leotriques

Table d'Hbte o w'", "* u***
&7 A Bood sM


_ __ __ __ I _