<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00254
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 5, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00254

Full Text
MERCREDI, 5 FnIVRIER 1908.


jr kNNF~E, N~ 256 PORT.AU- PRINCE (uuJTz)


j


QUOTIDIEN


ABONNIZENTS:

PAiR moiS Une a ourde D'AV.ALfE
DtPARTRMr5Ihr k& IDTRANCZG


wrais do posts em ons.


C 6le~e exlt DY~ag~cliwe,

RtDACTI(, \'..-4DM iNISTI A&Th )N
45, 1 A vg 4S-


LE NUMIRO 10 CENTImES

Las abonnements patient da Ki. a t rS de chzjue
=cis t asot pyables dsavance
L" muuscrits mw4 o son am at p orels.


P,:r i-ut c,3 qui concerns I'Aminis-tra Lion du Journ:1. .' -.,
,Mupym Aw'. is -ZM MENN MMIC. .. A ; --=-. ,


Mr r ~oi.nsier Ai:hur ISIDORE, 45, Rue Roux cuPonne-F&.
&M m %- zLa.-


sAI > i soumm'; tous an coura.nt, et que pires des spectacles : depuis le coin-
SE U 1 A TI nois adninistratifs important mencement de notre hitoire politiqne
L NATUE SN CA
L A ....I ,,NA !lIUtA et a ceix qui les occtipent, les jusqu'a ces temps derniers, les chefs
it:..laires de ces emplois, ainsi que de notre Etat ont eu A se signaler par
I; ;i;l l eurs qui etn vivent, sont de-i1o scandal de leur vie prive : Pe-
C fo. I .olide le vertis domesti- la predominance, je dirais presquc, touirnd do toute initiative et de tout I tion et Boyer ont eu, pretend-on, la
que. t lbur".'oiss' que j'ai siglnal(d la domination des int6rts adiniiiis- cfurlt personnel. Et come tons ces, mnme maltresse ; tout le long de no-
dans Ile tempfnrament de nos 'femmm; tratifs. per'sonnages so croiont appeals par Ire histoire, le d6steuvrement et le
e.!* 1't-i '. e cui a fail dit' an d.- La measure dans laquelle s'cxor,.> situation a dotinnr Ie ton A leur dvergondage dans les moeurs prices
licA. e tt inar(ia'ab!e auteur des Tha- cotton Ir6dominiance peut mrtne sor- so.-i:c, il arrive que celle-ci se trou- ontmarqudla conduitede ceux :uioc-
ztLr P11-, das noitr, pays, la vie fti vir a in rquer le degr de prosp, -it. ve a la remorque de ceux de ses mem- cupent les sornmets administratifs, et
millu est surto-t vtgt'tative. a sociale de nos villes Lorsque 'ad- br..s qui travaillent le m soins : poiit je crois difficile d'analyser le trait au-
Chase curieuge, cetto vie v6galati- ministrateur des finances,le dircc- I-s (lrets d6plorables de cet 6tat de trement que je ne le fais et de l'expli-
ve, car j 4 suis d'accord avec Fer- teur de) la donane ou autres prposds 3 c ioses et la ferveur des imitations qui quer d'autre facon que par le d6velop-
namd l ibbert et sir :a chose et sur de l'admini-trati'.n snpmrieure font so rdvleut, nous pouvons r6mimorer pement de notre socite dans le sens
I'app Ilation -- cette vie v4g6tative, r.-lief sur les atires, sur les v6ritab!es no- souvenirs classiques sur les a is- du plaisir et de l'inaction.
(t .ist pour ainsi dire, autochtone. el6md it-t sci.ux, vous pa)uvez en course de Massillon sur les ,ices et les Nous gallons voir si les choses chan-
qlue nos femme.; iW'ont importde d" concltu': II h rJiaent quoe la prosp)rit! veruts des grinds.4 gent lorsque, A la place de I'inPdu-
nulio part et'qu'el'es ont tout bonni- lu milien q i yvous obsorvea, i'est La religion vent que l'oisivetd soil cation nous supposons une education
meit trouvde da;s leur corb,.iil-l (e pas gran le. Car je connais tel des la mere de tous les vices: la r6pul- non en harmonies avec les v6ritables
nais;an!e, se retrouva d'a-cord av., points du pays on ces agents admi- sion pour le travail cr4de ainci dans conditions du progres social.
la s..,itiientalite p:assionnelle que d&-, nistratif ( d nt le pas, autant en in- nos families d'administrateurs et de
vetoppe nl elles lI'Oiuatio'i que nous fluence qu'en importance rdelles, aux fo.ciionnaires par un bien-etre appa- LA
crtiiulions ou que cree I'imitation de plantours, par example. rent et qui peut cesser avec la fonc-
la mentality latine, po'r accomplir1 Ceux-ci se tiennent en dehors de tion administrative qui lui sert de lol ] 0 l ][
l'oe~ivl de pe version a laquellk administration et so constituent de source, arrive, quand I'ducation faith
court, peut-Atre so,, insu, touto so- v6ritables dirigeants s3ciaux. )Oi no dtfaut et avec la complicity de I'i,-U d-UUUi UUL
ci14t, come tou'e nature, qui se d &- peut pas fire de revolutions sans education, A favoriser le d6veloppe-
veloppe dans li,4lucaion Ou dans i. eux, et ils en font eux-n-mmes lo plu. I meant ou closion do ious les vices,
neas d'une education non appropride rarement possible, car les ptriodes acquis on originals. ST et F 1 )
ax v6ritable. baesoini social, au r6volutionnaires sont autant do temps Tout ce que je viens de dire A l'&- \ o,.i u antte example oh Ilt 1, .&
premier r.ig desquels it faut comp- d'arrt, pour leurs travaux. C'est par- gard des families don't I'existence de- Jo, EInCore ,ni role dans la mutualit ,
ter la predominance ma.rqude du tra- mi eux que se renouvelle la race des spend, pu'r la plus grande part, des a .l'.i ,lonnt une fois ai une chlatte ,iie
vail, da I'efftrt personnel et deo tout Cincionatus qui quittent, qn nd les fozctions de I'Etat, peut s'appliquer J ,viisMolev6., raconte Hrehm, tn p-t it
manifestation del aptitudee individual occasions lar paraissent favorable, des degrds moindres a cells dent ecuwil .ncoue :aveugle, reSte soul Iti
le. Je m'explique. I leurs ch:nmps pour aller diriger les af- I'existence depend d'une situation toute une nIechie, 1's autres ~tant man, ts
Si nous jetons un regard circu aire fairer de l'Etat, et qui, quand i.s sont commercial ou de l'existence d'une m lgne lines soins. Pour sauvei celui-ia,
dans la sociAth haltienne, nous de- oignds de ces affairs, vont reprn- industrie:car c'est toujours un merm j'ces .ayai done de le contier a notre
eouvrons dans les villes. est dan cha dre leurs travaux dans les champs. bre influent de la famille qui exploile chlatte, qui venait do mettre Lhs pour
eone d'..WltR, nn group de families Or, ces sph res socliles sont incon- cette situation ou exerce cette indus- la premiere fois. Elle rdpondit cori-
bourgeoi-s at g;iia'.etni.tconslitud's testablement plus prosphres, plus vi- tri., et le group familial en vit, sans plktement a mon attente : elle re;ut
et qu itrteildent riprsenter seul vaces qu d'aulres dans lesquelles que chlcnu de sea memb es les avcc tendresse le pauvre orphelin au
Se que nous appelons la so i0l1. Si I'iofluence des particuliers qui s'adon- femmes encore moins que les hom- milieu de ses petits, le rechauffa de son
Dous voulons dtermirner les travaux nent A agriculture on &a industries meas- soil instruit de. mille et une mieux et le soigna, des les premiers
auxquels cette socidtd urba:no pent est moindr, qae celle des ag-nts ad- facons personnelles de se tirer d'af- jolr r, .avc une tendresse toute mater-
vivre et s'enlretenir, nous ltrouvons : ministratifs. fair. f1ejll .4
d'abord, les occupations administ a- Et voyez comment parfois les cho- On conviendra avec peine que de Le mdme auteur rapporte un faith
tives, ensnite le commerce et enl!i ses, en apparence les plus disparates, pareilles situations sont des plus pr6- plus tlrange et, a coup sor, inattendu.
quelques in lulstries vagues. s'enchatlent:sinous consultons le ta- caires et que les femmes, dans de D;ans une ferne d'Angleterre, une
C'est indvita)lement co Iui se ro- bleao comparatif de notre production pareilles conditions, nous suppo- chaite avait mis bas pendant la nuit,
trouve dons touts ls villes do la g6ndrale, nous voyons que ces points sons toujours I'tat d'indducation- el, d6s le malin, elle avait perdu
Rpublique et s'il faut f l quelquies du territoire sont ceox qui stnt le versent plus du c6t6 des vices que sue petots : on avait profit dte a pre-
souvenirs, je vais essayer de le fire plus produ:tifs, c'est-k dire qui ati-' hs vertus ; et c'est ce qui m'a jire absence pour les aller noyer au
Les personnages les plus influents mentent le plus le services adminis- faith dire que les vertus prices elles- loin. La pauvre mere s 'tait fatigue A
de nos v!les sent les agents du per- tratlfaseux-mrmes. n6mes, quand elles subsistent, coI- courir la maison, cherchant, appelant
sonnet administration La chose est si Mis ce n'oest pas encore ce qua je tribuent aussi A fair oeuvre de per- et dol(laot tous les sigoes d'une
Infrale qu'elle a flni par paraltre veux fair ressortir aux euz du lec. version. douleurbien naturelle en pareil ca,
normale: 'elle eat p.ourtant l'indico touear; 1e voice: v grAM .eCllitds que Cwr '61at menial de la soci6d elle.- inais qui, chez les animaux ab.1tardis
do quelque chose de ficheux, qul eat nous ne pouvos puas tatre, pulaque memo se trouve devenir favorable aux prr la domesticity eat souvent beaucoup


- ----~


--2r


-r I ---- ---- ~---


ire ANNEEI No 256


PORT-AU- PRINCE (iWiSi)


4-I






moins vive. Elle 6tait encore en quite, traire, avec la tranquillity et quelque
lorsqu'un enfant qui la vouhit ro:aler, nourritute, quoique impotent, if no tar-
dUposa dans le panier d'ou I'on avait derait pas a constituer un r6ti pr6sen-
enlev6 les ciatons, une niche do jel- table. Cette charit6 trop usuraire pro-
nes rats qn'il venait de ldrcouvrir. La idaisit sur moi un singulier effect. Le
chatte, revenant au bout Je queliquas soustraire a des coups de bec, pour
instants, trouva ces petits etres demi- pl Is tard, lui couper le con, me parais-
nus et gemissant .uxquils d'abor.l elle salt un acle e bienfaisance A rebours.
pritA peine garde. Fllt se vautie dans Aussi, tout t: souscrivant A la deman-
son panter sans prendri aucune prd. de, je me promise de ne pas ratifier la
caution, mais aussi sans fire aucun conclusion et dle manager on sursis a
mal aux nouveaux occupants. Ceux-ci un pauvre oiseau ddji si cruellem3nt
dais It premier moment, furent-ils ef- 6prouvd.
frayes en sentant si pi, .l'eux l'entemi 4 Mes bienveillanles intentions n'eu-
constant de leur ra e ? Je seR:aii tr6 rent pas l'effet que celui qui en tail
port6 a le croire. Quoi qu'il en soit, 1'objet pouvait esp6rer. II troiva d.ani
its se remirent promptetient et, le be-l enceintee privilegi6e une petite troup
soin leur aidnt lia surmanter une anti- de volailles de race negre don't les coq4
palhie naturelle, ils s.iiirent les ma- ne furent pas plus cl4ments que ne I'a-
melons de la chlatte et commencerent a vaient letsesfrbres. Pourse derobar aux
tdter de b)n app6tit. It nourrice les assailants, il eut l'heureuse inspiration
laissa f tire d'aborl sans colere ; puis, de se refugier dans une niche, assez
eprouvanit pe'it-Mtre quelq( soulage- exhlaussee pour former un certain vile;
ment p;at stilt -1,!. la snicio,. elle y prit cette niche reprdsente le domicile d'u-
plaisir ; bieitut ell.i s'intrcic.sis au ne vieille chienuie setter Gordon, de-
petits ra!'s et, a:v.xt la fit dI, la jomr veoue tOu peu grincheuse. Avec leur
nide, oil s'et.it l j.'t (up A fa ire ellionterie ordinaire, les coqs negres
lear todl iU 1). c jour cllIelesi avait essayerent de poursuivre lefuyard dans
alopt&s. cet asile ; mais probableinent agac6 par
<:e r6i;it estl l t t bi1z ~ ae 'i IcarL tapage, par leurs coup.; d'ailes, la
ne sera f.-iclk .1'en lire un :IU;1a < anialo- clienne intervint, allongea Ia le en
logue emprunte a une sourcee ,ill roei. jetant unaboi menagant qui mit les md.
a 11 y a qluelqit'es anu6es, raiont! MI. chants en deroute. I mo sembla quo
P'. iD.jIrti,0 fenu I'hiotnoralle Marma- I'invalide avait parfaitement comprise la
hluke. Ma.xwel, de Terregles, me mena protection don't il vniait ld'tre i'objet,
A son curie pour me mnol-trer une chat- car, A dlter de cejour, i adlopta le des-
te o'CcuI)ie A clever uric fanillle ,e ju- sous de cette cabane pour demeure; il
nes rats. La challe avail mis bas, que!- se trainuit par la court, tantOt en tilu-
ques sernines auparavant, une portee Lba't, 1d'autres fois A la f trn d ul'un cul-
dte ciiq petits chats ; trois furent enle- dle-jatte, mais il sullisait le la seule ap-
ves et tlids pen apres lear n.iisaince ; iparition des coqs negres pour qu'il ga-
le lendemain on s'aper;cut que la ch itte gnit -on rz- le-chaussde, of ii demeu-
avait rempl:hc.; ses petits pardill par rait prestque toutela journde,couchi sur
trois jeuins rats. qu'elle soignait avec levenutre,tournantde temps en temps la
les deux chats restants. Quelques t6le pour jeter un regard, que je veux
jours aplrs, on enleva les deux der. croire charge de reconnaissance, sur la
lniers chats rUstantl-, que la cli itte locataire du premier dtige, reposant au
reonplat;i A bref Adlai par deux autres dessus de lui.
jeunes rats, et, A I'bpoque ot je les vis, a (elle-ci avait parfaiteinnt conscien-
les jeunes rats, enfer:nds dans une stal- ce du r1le tutBlaire qu'elle remplissait
11 vile,couraienlt jgalement de tons co- aupres de son h6te ernmplu.n et ne s'en
tes, ayant atteint environ le tiers dte tenait pas tine demonstration passive;
leur croi.sance. La chatte dtait absente elle toldraitque le poalat eclop6 picorAt
au moment oti nous entrames dins I'd- dansi son ecuelle place prMs de sa ca-
curie, mais elle revint avant notre dd- bano et dans laquelle elle laissait ton-
part ; elle sauta par dessus I'enlos et joars ldes debris de( p Jin; au contraire,
se coucha dans la stalled ; son strange elle ne soufl'tait pas qute les autres com-
famille l'adoption court aussitot vers imtns.ux le lt cour, chats, volailles ou
elle et se mit A tter. C3 qui rend le pigoon-, s permissent une pareil:e p:i-
fait plus extraordinaire encore, c'est vaule ; elle nti manquait jainwisdo quit-
que la chatte etait gard.,e a I'curie A ter sa ,aille Ipo u les cliasser. (>tte iIn-
cause deses qualitAa particulietement timitd durait depuis q(litlque tein,.;s :d-
d6veloppees comme rati6re. jA1, !orsque je vis un jour dI pIain d;-
Ce nest passeulement avec les jeunes treitni repn;i(l en assez yratn le quan-
animanx que l'on pent constater dtrs tile devant l.h calane et I'ifnvalide, cou-
fails de rmutualiti. ls ualultes out snl,.- chid a sa place ordinaire, becquetatt
vent e:ntre eux dto lon; senitimetlis. ;G. dans le tas avec une visible satisfaction.
iie Chervillo et citi n exemupi remzar- M'ttant inform, j'appris qu'en raison
(quah)!' et typique. c II s'agit, raconle- de la pluie, la gainelle avait &66 place
t-il, d'un veritable acle de chatiti, -lont la veille au so r dans I'int6iieur de aI
l'auleur est un chien, et le b;ntii:ti- niche ; ii fallait done que la chienine
re un simple oiseau, deux etres entire euit voloitairement jete une parties de
lesquels ji n'avais pas jusqu'a present sa patee au dehors. Je voulus en avoir
suppose qu'il plt s'etablir quelques re- le coeur net, et je me placai ea obcsrva-
lations synpathiques. Ils'agitd'un pou- tion, apres avoir fait ddposer 'decuelle
let dont, tout jeune, les rhumatismes pleine dans la cabane. Le coq intirme
avaient si bien atropllid les pattes, quittait sa retraite et; se dressant sur
qu'elle suffisait a peine A le soutenir. ses pauvres pattes deformdes, il s'agi-
C'Gtait un coq et, la jalousie dtant en- tait, allongeant le cou, reclamant evi-
core plusaveugle que l'amour, ses coin- demment sa part. II parait que, chez
pignons din poulailler s'achar',rent sur les betes aussi, charity bien ordonnde
ce pauvre diable, tout comme ii etlt commence par soi meme, car,tant qu'el-
ett en 6tat de leur porter ombrage. Un le mangeait, la chienne n'accordait a
jour la cuisiniere, un coeur d'or, tenant cette mendiciteaucuneattention. Quand
dans ses mains le malheureux tout en- elle etait repue, qu'elle s'etait ldchee
sanglantd, sollicita l'autorisation de et pourlechee, l'invalide poursuivant sa
I'introduire dans lacour r6servde, ajou- pautomine do d6tresse, quelquefois la
taut que, sans cela, les autres coqs le chienne, poussant le vase avec son mu-
tuersaent infalillblement ; qu'au con- L seau, le renversait sur le pavt avec le


reste le la sonpoe ; le plus souvent elle e o -- Cc!ui l: pi cond.imae la Banqlei
prenait ldans -. gueule quelques mor- rcstitu-r :. l'E:u la ,omnme de cinquf
ceaux et les laissait tomber devant son cinq mille qua:re vingi size dollars quaw
pauvre. v z- :,ntimnes or a nxricain avec intdrets s
Je pourrais citer nombre d'exemple gau' c:t n cii tri aux d6pens.
analogues j'eii poss6ile tout un vl)- 2 CIlui qui niaintient une saig
Inimle- rm:tis ceux-lA suffisent, je crois, execution ftite sur le sieur Ldon Archl
)our nmoiuiitrr A res leteurs lque les le 4 jinvicrr i9,S.
anirnaux irataliquenlt :omme nous 3 0 Clu qi i annulc dcux jugeinme
on ilu nioins certain d'entre nous la rendus par Ic Tribunll de Iaix section sl
mutuality. centre lc sieur FIrnand Martin en favew
-- -- des sicurs Simmonds fr.,es et condama
Scts dcrniers aux ddpens.
Sl ._l\Ti..i Aleircits entendues
Sa II,. de Pc;ciotto centre Vincae


RENSEIGNEMENTS
MET COROL OGIQUtES

Obhsexrvato ire
DU
SEMiINAI f COLLEGE St-MARTIAL
MARDI 4 FVAIRER



Baromrtre A midi
Iizinimu m
opera t u rcmnimum


76j ."/'"6
19, 4
310 3


Moyenne diurne de la temperature 250,4
Ciel ltgerement nuagcux toute la jour-

Le muiii cirro stratus ; direction NNE ;
le soei strato cumulus, direction S E.
Le baromctre encore trcs; levd, accuse
une te.aence a la ba'sse.
Quelques movements sisniques trcs le-
gers dans I'apres-midi et dins la nuit.
R. BALTENWECK
Tribunal de Cassation
SECTION CIVIL
-.u.Ji..:e du Mardi. 4 fv'rier i9oS
lPrdidcii,:. de Mr le Vicc-Prdsidcnt, Er-
nest Bonhonmic.
Le Tribunal prend siege "A di:. hieures et
demie du matin et en-end lei affaires
suivantt, :
1o limmanuel Keinisan, inandataire du


Makloutf.
2 o Ldon Rivierc centre C. LvonH
& C".
Puis le sieg: est level.
L'esperanto de L'amour
L'autre jour, New-York, a .t cW
brt Ile mari.ge de John Keene, ingnier
amrricain, avcc la signorina Luisa Minim,
ita'iennl e.
I'cnd tlit s pt grands mois, its s'tkies,
rencontres dans des redinions, dans desbak,
dans des fc s Ceux qui les avaient obar.
vs s'dtonnaicnt dc les voir si souvent a
semble sansjamais s'a.Jrsser la parole. Phs
grand fult I'dtonneinmnt quand, leurs fi-
Cailles coninues, cc inutisme persist. Oo
s'aperq;ut alors quc !e future ignorait l'ik-
lien ct que laI fincde ne comprenait p
I'anglais.
-Co:nmne:t pourrez voas vivre ss
vous pirler ? Icur dit-on.
-L'amour a-t-il besoin de mots? Fk
pondit en s:)uriant 1 jcunc Italienne.
I!s apprC::n;I.n': IL,'cpranto pour se inu
riter.
Nc r._ ....

Nouveleps PElc'angpers
; iiiihj ild ylj


Derni~res


D6p6ches


sieur Segur Conz-, centre les siCurs Mius PARi 1 ltuit franais out etC tugs 6
et Valbrun Monclher Cali. o b'~.e s dans iun violent combat qui 1
Le Rapporteur, Mr le Jug An.\elme, lit eu li u a.i sud de 1t KAi.ibah Ben Rechid
son rapport.- centre les troulcjip tran.Iiscs et les maru
Mc Michel OrLtce it S ,lon .Mlnos sont cains.
e:ntcndus en leurs observations. Un, ddpclie du Gnu;.I d'Amade req1
Le Minis:ere Public, MrLuc Domininqu, ce soir done des nouvc!les de cet engagp
cona'ut au rje: du pouvoi). menr. Cct ofticier rapporte qu'un- colon
2 Stil Fleurinon et Phlir .i Bru'.us, de troupes commmndL.1 pir le colonel Boe
centre Prophete Jean. tegourd a dic subitemneni a taqute par pil-
Mr le Juge F. Baron, Rapporteur, don- sieurs milliers de marocains pendant qu'd
ne lecture de son rapport.- 'le se dirigcait vcrs Ic sud pour chatier I
le Minis:ere Public, Mr Elie Curiel, tribu des Chaouias ; le combat commend
conclut au rejet du pourvoi. a midi A dure jusqu'a 2 heures, les mal
30 Nelson Arnoux fils, centre les epoux cains devalant des collirics cherchaient i
Auguste Guercy et consorts. envelopper la colonne francaise.
Sur la demand de M'- J. L Dominique Ils ont finalemement 6td repousses a
cette affaire est renvoyde a I'audience de des pertes immense ; pendant 1'enga2
mardi prochain. ment le colonel Bontcgourd a t:6 renfQd
4 Midame Rnmdhse Noel, centre les de deux companies d'n.interie et d'lS
consorts Petit Loute Compare Maximr. batterie d'artil!erie commnande par le c"
Affaire renvoyde i l'audience de mardi lonel Brullaid.
prochain toujours sur la demand de Me Apres avoir repouss6 l'ennemi,.le ,-
JL. LDominique. pes sont rentrees A la Kasbah Ben R
5o Choucouloute Brutus centre le sieur Parmi les tuds se trouve le lieute d
Arthur Pr6vost. Richard du 3e chasseur d'Atrique, 4 sold
Le Rapporteur, Mr le Juge Emmanuel de la 16gion dtrangere, 2 chasseurs d'A'
Chancy, fait son rapport.- qve et on tirailleur Algerien.
Le Mlnistere public, Mr Eug. Dcatrel, Le lieutenant colonel Panard est pa9
conclut a la cassation du jugement atta- les blesses.
qu.-- On croit que les marocains qui ont .*
Vu l'heure avanc6e le siege est lev6. taqu6 la colonne Bontegard sont menmbt
tribunal Civil de la tribu des Mozambas et de cell M
Audience civil du 4 F.vrier 1908 Chaouias.
deuce cvl du 4 Fvr o8 A SEFRA ( Oran ) 21 soldats de Isl
Le Tribunal prend siege A dix heures do Compagnie le la l1gion 6trangqre on
martin sous la prCsidence du Juge A. St dans une violence tompete de neigse*
Rome qui a prononce les jugements sui- s'est abattue sur eux pendant qu'ils e
vants : dalent au fort Hssa.


IC --- --






LISON NE. LCj funerailles du roi et du
price Louis Philippe auront lieu Ie 8 fe-
vrier. Les corps seront exposes dans la
chambre du roi transform ee en chapLlle
ardent',. A partir de demain. Contrairement
au bruit rcpandu, la sante de la reine Amd-
lie cst relativement bonne. Le duc d'Opor-
to, fi-rc diu roi ddfunt s'est installed au Pa-
ais royal ou il restera pendant quelque
temps. La comtesse de Paris, mere de la
reine Amblic est attendue ici.
Lisbonnc reprend peu A peu son aspect
normal. Tous les monuments publics et le
Palais royal sont gardes par la troupe et
par des dctachements de la garde muni-
cipalc.
LISBOSNNE.- L'enquete de la police in-
dique que le meurtre avait 6te soigneuse-
ment prCpari dans la journde de samedi.
Les axsassins s'6taient reunis dans l'arritre
!allc d'un cafe pour disposer leurs plans
conioranuieimnt aux details qu'ils avaicnt
sur l'airivc: du roi ; chacun d'eux fut
as~~,i un post duquei ils pouvaicnt ai-
scmln, tirTr sur suls inembres de la famil-
lefo v,\.t Its tirtrcnt cnsui C :aui ort la vic-
time que chaque adv\.rsaire devait vizcr.
Ceux .uixqucls incomiba L'a aithe dc ti-
rcr I.i rcille Amilie et le prince Miguel nc
r"usssrcnt pas dans leurs descins.
I ui.F\\ ( NouL', I l.col ,. le 1 1.-
p,r .' S.i -lt Cutlib-.rt 1 a bll6C dimali*C'
au I.!.' de l.I Nouv.c!iCe cosse. L' paque-
bo C:vtmiiiiic de la \Wi lie Star line a
sxuv'c 7 ha.):niines de l'dquipage don't le
capiiain :-. 13 hom:nnes ont pdri.
Lts baic.aux de siuvetage du a Crywic a
ont :tit trois voyages des plus periltcux.
LE: HAVR: .4.- Le lieutenant de vais-
seau Verlynde, commandant la d Brctagne t
de.la Compagnie Gdndrale Transatlantique
( ex commandant du a Pouyer Querticr a
de la Cic Franaisc des Cables T66lgraphi-
ques ) s'est noye accidentellement diman-
che soir dans le bassin de l'Eure. Son
corps ent-r.ine par le courant a d6t retrouve
hier d.i le bissin de la Forteresse.
PUNTA DELGADA ( d'troit de Magellan).
La flottille des torpilleurs americains a
passe A 9 heurcs du martin allant A Punta
Arenas.


LISBONNE. Les changemcnts des por-
te fCuilles ministeriels ont Std si nombreux
aujourd'hui qu'il est impossible de fixer
d'uue manic:re certain les titulaires de ces
porte feuilles. La I :i urtialeet la suspension
es garanties constitutionnel les furent procla-
mees.
Hicr l'cx president du Conseil, M. Fran-
co s'csr, dit-on, rdfugi6 sur le croiseur an-
glais uouille A Cascaes, A quinze miles
ouest dc Lisbonne. Le roi Manuel qui lors
de l':tssassinat du roi et du prince heritier
avait &t bless A la face et a un bras, va
mieux.
La censure tlh6graphique continucra jus-
qu'. njuvel avis.
La vile est calme.
St P ETERSBOURG. Cinq mille hommes
ont et6 envoyes de la parties Nord du Cau-
case la frontire turco-persane. Cette
concentration est due A I'attitude aggressive
des turcs envers les persons.
ROME 4.- Le come de Turin rep rsen-
tera le roi d'Italie aux funirailles u roi
de Portugal.
Le < Quebec ,venant des Antilles est
arrive aujourd'hui.
La Chambre continue auiourd'hui la dis-
cussion de l'imp6t sur le revenue.
Aujourd'huiau SenatM. Pichon prononca
le nmem discours qu'hier A la Chambre au
sujet de I'assassinat du roi de Portugal et
de son fils
Le Senat continue ensuite la discussion
sur la reduction des periods de reserve et
trritoriale.


CGle '"Transatlaatilue

Le steamer frangais
MONTREAL est atten-
du jeudi 6 F6vrier cou-
rant.


Port-au-Pr ince, 3
F. M.


At!
gqrcu


F6vrier 1908.
ALTIERI.
AGENT


DOCTEUR A. CARIES
ANCIENT ASSISTANT
EN MEDECINE ET EN CIIIRURGIE
DE LA POLYCLINIQUE-PEAN
SPlCIALITES : VOIES RESPIRATOIRES
ET
MALADIE DES INFANTS.
Consultations : 7 d 9 h. el 2 d 4 hrs
123, Rue du Peuple, 123.

Chfap ltix !


Chapauxaux !
t AILLE DE PORTO-RICO
At(;: OUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
concoi1rs d'un; chapelier remarquable,
M. JAIME TESTAR, d'installer une
FABRIQIIE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Slon de Coiffure du Louvre
P'onr 'ous los goAts et pour touted
lis biurses.

Occasibn excepliontlelle

Liquidation d'Articles
ET
OUT1LS POUR LA CORDONNERIE
I)iversessortes de pe lux, dla-tiques,
tirauls, ocillets, clous, etc; un grand
assortiment de formes: sdtcialement
des former Amricain" don't la com-
modil e.-t incontestable, et tout au-
tre acccs-soire poui la cordonnerie.
Port-au Prince, 4 Frvrier 1908.
G. A. BERTOLINI
147, RBut Rdpublicaiae. 7 17.

Cordonnerie Nouvelle


G.


B. PETOIA ET SEPE
143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS GENRES
EN D*P6T,. POUR LA VENTK
EN GROS ET DrTAIL.


Execution prompted des
commands, tant ici qu'en
Province.
Formes A homes; dlegantes et
rationelles.
Chaussures de dames ( Dernire
mode de Paris ) et le pluscommode:
chaussures pour enfants confection-
ndes avec des Peaux de routes nuances
d'une selection et durae irrdprocha-
bles, & des prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquides
Pour chaussures de outs nuances.


Les autres


DENTIFRICES

Cdel6bres des RR. PP. Ben6dictins

DE L'AUBAYE DE SOULAC (GIRONDE)
SPECIALITtS ET PRODUCTS HYGIENIQUES

DE LA MASON A. SEGUIN DE BORDEAUX
SEUL CONCESSIONAIRE POUR LA VENTE EN GROS

L'Incomparable Elixir Dentifrice
des Rlt. PP. B6nddictins par son usage journalier assu-
re la santd de la Gorge, de la Bouche et de plus, par sui-
te de la solidity qu'il conserve aux dents jusqu'A I'Age le
plus avance, il facility le travail do la digestion en per-
rnettant la mastication complete des aliments.
Le flacon se vend: Gourdes 2.00

La lPolidr'e Dentifrice des RH1. PP.
I (Bjlictitjis est le prcciiux auxiliaitie de 'Elixir, La
Site se vend. : Gout d#.s 1.25

La PItle Denltirice dates HB.

PP*. eneddici nis c-t s n,.,,,,,;, ~,.Vll o.
..E lixir. aI.;il,,ite petil n.odu!le -- vend' Goun Is ..- o
jla Boite Grand Modle -e ventd (;ou des 2.00
Produits Hygi6niques de la Maiscn SEGUIN sont


Poudre de Riz adhr'enrte extra-fine a LA MAADONE ; la Boite Grand
MOodile: Gourdes 3.00; Modele moyen,: G. 2.00.
E u de Quinine, pr6cieuse pour stiImu(-rI le cuir-chevilu et
Ea de Qunine,enlever les pellicules.-- Le flacon : G. 2.00.
Glycerie an raise corntre les gercures et la duretA de la peau,
crine anga le flacon : G. 1.00.
*il extra-fine; le flacon petit Module : 1.53
Eau de Cologne lenitive extra-fin le flacon pmoven: 2.50
le flacon : 1/2 litre 5.00
Pour i -trnm aTrdeI en aros: s'adresser A 1'Aaence G6nerale


et ddp6t pour la


Rdpublique d'Haiti


A. la IdE6tro pole
MAISON JULES LAVILLE
93, Rue du Magasin de l'Etat, 93


ENTREPRISE
DE
Pompes funebres
S'adresser A Vve LEON GAaBRnL pour
avoir le joli Corbillard noir dit Cen-
tenaire.
No 2, Rue MCagloire Ambroise, No 2.
On trouvera aussi des chaises A
louer pour enterrements, marriages,
fetes etc.
S'adresser aussi dans la Rue de FEn-
terrement, chez Mr DAUMEC BOYER.


LA PHARMACIB
Emmanuel Alexandre
88, RUE DES MIRACLES, 88,
Se recommande pour I'execution
prompted et exacte des ordonnances k
n'importe qu'elle here du jour et de
la nuit.
Drogueries, Sp6cialit6s phar-
maceutiquesextr6mament fraichef
PanX ConscIumCUmx.


Changement dadresse


Tibere Z6phirin Bell
Fabrica,.t de chaussures
Avise se. noimbretux clients qu'il a
transferd son dtablissement dans la
Rue Tiremasse, facade Nord de la
Place de la Croix-aes-Bossale~ .
SPiCIALITi :
PANTOUFLES MULES

Francisco DESUSE
Fabricant deo chaussures

La Manufacture a toujours en d6-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et d6tail,- de chaussures en
tons genres pour
HOxMMx, FzxMMS, ENPANTS
Les commandos des commergants
de I'interinur pourront 6tre exdcutde
dans une iemaine A peu pres
23, rno drs Fronts-Forts, 23
POKT-Au-PRINC ( Ari )


-- --


--


I


I








-t : &; A.' IU (1u 7 Ma s W / R s I, l uoe en Iw .
Fabricant de chaussursa, Bijouterie, Orf6vrerie. Gravure
Porte A la connaissance du public, Vient de recevoir des articles de par-
particulitrement de ses nombreux cli- fumerie pour les goats les plus diffici-
ents de la C6te et de la Capitale, que les. Les parfms exquis et rares d'une
I'6tablissement a un stock incalcula- d6licatesse p6idtr. nte qu'elle offre A sa
ble de chaussures pour hommes, clients sout de v6ritables petites mer-
temmes et enfants, en tous genres, veilles.
et quo, malgr 1'offre do cinq pour ceui Les dernieres marques qui charment
sur I'achat en gros (5 0/0) fait un ra- Ie Tout Paris sPont chez Matteis:
basis exceptionnel sur les prix. So. S ounrve, Floramye, Trdfoli, Idel
L'Btablissement se charge de fair Cyclames, Vwits, etc.
preudre des measures a domicile. La mason a toujours an grand an-
Toujours : Sow, exactitude, ponctuW sortiment de bijouterie, argenterie,
42. R:w. des Fro-,ts Forts, 42. bibelots de tous genres, parfumeries,
S. es ro lunei:es, montres or et argent, penda-
\ '':ZA'^-P C : lea garanties.
-- p4iiou.is: baguoa ifrangaite a& b I-
Viennent d arriver parir, de P. OO,
IS X anglai .ra et f s otl .
Chez made. Service d'argentere
pour mArinages.
Tousles articles vendas par la sa
VUDr. m Rlllulll son sent garantis.
Achat de diamants, pierres pr4cibe
81, RaLV d(a Mclta tin de l'E tat, 81 e sea et vieille bijouterie des pnrx avam
4, ; 10, T,.aersire. tageux. Dernier cri: Lunettes amm.
4, 6(, u, 'Itue Tlersitre. Contre remise de Desx denw
Gasimir fran;ais de preulier choix. timbres-poste d'Haiti, la Maison Mayi
Diagonale.- Chemises couleur et idas envole franc de port sous pli recom-
blanches. Chaussettes et bas Bi.- mandh dans toute les rilles de la rp-
Jupons de scde.- Eventails de fantai- blique: Lunettes ou Lorgnons en nleM
iae. Ceintures pour homes et da- inoxydables, selon lea prescriptions dw
mes.- Bretelles, Descente do lit. Doctcuers ou in'tiUctions dve acheteuar
Flanelle par aune.- Chapeaux line
poAr hommes & Dames.- Chemiset- -"- "-- -
tes.- Cannes. Parfumeries assor-
ties.- Faux-cols & Manchettes.- Sa- 11L LI STS L ..
tins et autres Etoffes. Machiqe- & l lu l S
coudre de 1 et2 fits.- Champagne.--
Vies rouge par gallon et par caowu.- VERRES BLANCS, BLEUS, FUMiS,
Van blanc par caisse.- Vioa~reo par JAUNES, du Dr Fieuzal et du Dr Motais.
gallon.- Moutarde.- Olive.- Froma- VERRI S HICONCAVES, BICON-
as gruybre francais, pAtes grasses VEXES, PERISCOPiQUE CONCAVES, PA-
ranqaises.- Bibre Impdrial & Lem- RISCOPIQUES CONVEX:S.
beck, Biscuits Levre Utile.- HUe Assortient cormpetcd-s foyers
d'Olive par gallon et par caisse.- Fil
de touted quality pour machine de 40 VERRES JAUNES, FUMES, BLEUS,
& S0.- Provisions americaines. BLANCS.


Vente en gros et en detail
A UN PRIX MODKnE

3-3t otel-. oestai.uxira -nt
ST-JOSEPH
( ANGLEDE, !M'E.SI IOU.\ T D)U MAGA-
SIN DE L'ETAT. )
Service bicoi organise.--- Repas
6 la c.rto. -- cuisine e-cellente.
PROPRIlTAIrFK : JOSjI:PH I)I,SRllVIIEIE

Fablrique de cliapeaux
La Fabiique de cliapeauix inistall6e a
1'Ecole di,; Arts ct Mt'-tiers, ancienne-
ment Mai--on Ccntra'l, sous la raison
social de Vve P. Benoit et J. C. Gui-
teau a l'honneur d'informer le public
qu'il trouvera en son ddp6t un bon
stock de chapeaux de paille supdrieurs
pouvant satisfaire les gouts les plus
difficiles; malgr6 ces avantages elle
met ses chapeaux en vented A un prix
modique ddfiint toute concurrence.
La fabrique informed en outre le pu-
blic qu'elle est la seule qui en confec-
tionne i Port-au-Prince et ce, avec le
concours d'ouvrieres venues expres-
sement de l'Etranger.
La fabrique rdpare aussi toutes sor-
tes de chapeaux. Bon march excep-
tlonnel.


Plan et coquille
S.arts foyers
Verres blancs cylindriques, concaves
couvexes.
Assortiment d'axes complete.
Chez A. DE MATTERS.


2t~htisc4l F.


5R UINES.


1 ( GRANI)'HUE 195
Diriggdo par

L. HQODELIN
Ancien membre de la Societd Philan-
thropique des maitres tailleurs de Paris
Vient de rectvoir un grand choix d'-d
tofles diagonale, cas:mir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particuliSIement a sa clientAle une
belie collections de coupes de casimir,
de gilets de- fantai;:ie et de piqu6 de
toute bcaute.
Sp6cialie. de Costunies de no-
ces.- Coupcs Fr.~nui-se, Anyglais et
Amdricaine de la derniire nertection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits oar-
r46. etor to, de toes grades.


TANNERIE CONTINIENTALE
DE
Port-au-Prince

PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)COULEURS
CAPACITY 500 PEAUX PA'l JOUR
PRIX DES CHAUSSURES COME SUIT:
Chevreau glace; Boutonnd et Lacd pour Hommes et Dames 10 ( Dix ad


Verni et couleurs: a
POUR ENFANTS: .


. . 6


LA
Meilleure Farine
du Moni
Celle qui done le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc
le plus leger,


Cwst la Pillsbury's Best
Pisbury Washburn Flour Mils
Minneapolis Minn.


de Il
Co,--


Erv. CASTEBA. Rel ggnjwoflo


Ip1 C.


Recommandle 10 (Dix gds4
a Recommandie 12 (douze g14
. 6 six (gd;,


VOUS TROUVEREZ:
CHiz II. BONHEUR
10, A cvnue Ducoste, 10
Cartes postales au bromure d'argt
glacdes, sujets amoureux la serie
5 carts. . . .. P.
Actrices, pailldtdes, lumineum
la carte . ..... P. 0O
Le Restaurateur de la santl. 1
bolle de 201 pilules . .. P. 61
L'enveloppe de 25 pilules .. P. IS)
Pour la province le Port en sus.


AIAGLOIRE


65, RUE RoUX, -15


Jourrntaux, .brochultres, billets de

marriage, cartels dI fiancailles,

urogrammes, afiches, el tous

autres lravaux de ('irle.

Billets d'enterr emn t et caries

de visit at la mmiute.


ET
ANSTA ,. BELLEVJE:
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRINCE (HAITI)
Mme Ilermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation moderne st comfortable. Vue --cur la mer. Tempdraturs
douce et r6gulire. Les Tramways desservent I' lAtel-Bellevue toute les 7 MiWJN
PROPRIfTf SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de reception. --Piano.--Gramophone.
Sonneries lectriques


Table d'HBte


tosa Us jourx, d- omidi 4 A heuree,
de 7dA8 hEurs. dwduofr


- I ---


)\