<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00253
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: February 4, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00253

Full Text
- mk sl l A- -


Iv ANNl i, N 2oo PORT-AU-PRINCB (EAn) MARDI, 4 PEVRIER 1908.














QUoTIDIEN

ABONNIIINTS : Darcruxtz LE NUMIIRO 10 CITIES

PAR MOIS Une Gourde D'AVANCE C x16naenxt Magloire,
S- Les abonnements partent du er. et d ri de chaqf
DIARTzmPerzNTf t & tAnu REDACTION-ADMINISTRATION moist et sont payables d'avance
I -
rrail do poste on ums. 45, RUn ROVX, 45. Le manuscrlts Mlr64o o on se seot pas relms.

Pour tout ce qui concern 1'Administration du Journal, s'adresser & Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux on Bonne-Foi.

CE U FA IT L A FEM M E elt je ne saurais mieux linicc ce la- pid de I'intensi d des dispositions au
Sitre quc par cette plnsee de Paul travail.
CEUI FAIT LA FEM M EIiget estimant que les chances les
-- plus comnpltes de bonheur sont, pour (:hez nous, notre tendance habi-
un jeunie horine, d'ttre un Anglais tuelle rapproche les individus du ty-
La second consequence importan- des phdnombies divers qui caracltrisent d1 bonne fdtiille achevant ses 4tu- pe latin et nous croyons devoir mou-
te que j'ai A signaler,- et elle dtcoti- et distinguet le s deux sexes ; et, si ex- des A Oxford, et pour une jeune fille, ler nos femmes suivant I'exemplaire
le naturellement de celte conception qfuis que soit sor style, si protonde d't.lie nee Americaine, d'unr p-re faconnd par les milieux latins. c Nous
et de cette pratiiqle iu flirt,- c'est que et subtle son emotion, si delicate sa ;avant tait forittuine, J0oi pas dans la sommes, a ecrit Stdnio Viucent, de
la femine anglo-saxo~ne. une fois ma- fantaisie, le public, d'un common ac- politique ni dans I'adininistration, culture latine. Toutes nos communi-
ride, dissip- la mneute des courtisans, cord, rejettera son (euvre. Le fait est mais dans les mines, les chemins de cations inter-mentales ne se font, de-
cese e le firter et liquid, en quelque qu'une veritable frenesie de sensua- for ou les speculations de terrain. puis pris d'un siecle, qu'avec la Fran-
sorte, ea habitudes iridispensables de lit6 s'dtait emparde, tout-a-coup, des ce, par les professeurs, par les livres,
Joune Aqle. auteurs anglais et de leurs lecteurs : .e le* par les journaux, parles affaires et par
Cet 8tre pheoaomenal que consti- ce n'dtaient, do toutes parts, qu'his- le le ur veut bien s rape les voyages. Or, si l'on met en regard
tue, plans les socidtes latrines, la fern- toires d'adull;ires, ventures de jeu- point principal de notre ddmonstra- les d6fauts de notre classes cultivee
me marine coirtisee et toujours en- nes fmmins dnmacipees affirmant tion qui est que la situation de la fem- d6fauts qui nous enlizent, helas !
gage dans des affaires d'amour, lour droit A jouir de la vie, confes- me est intiinement lie A celle du dans une inaction mortelle, et ceux
u'existe pas dant les socidl;s anglo-sa- sons de *, lilies V plus ou mlins re- milieu social, ii pourra se rendre ,le l'ducation francaise, on volt que
xonnes : dans ce genre d. inoiide, penties, tableaux minutieux et hardis compete avec nous que si, dans les so- ces defauts sont absolument identi-
c'est une creation social impossible. de la d6pravation des moeurs dans citd.s simpls il est possible et faci- ques. Seulement come nous sommes
De IA, la quietude des maris et leur les c iies hisses d s faubourgs de le d'apercevoir I'tat de d6[endance une socidtd de formation rdeente, ils
confiance illimitle. Londres.n de I'individu- quelque soit son sexe prennent chez nous un relief beau-
Puisque j'ai eu piM:,edemnment i VoilA done, bien 6tabli, le flagrant vis-A-'v de l' elment Travail d- coup plus saisissart.
parler des causes social-s qui ont fa- delit de la tentative naturaliste dans pendant a son tour de I'element Lieu, Comme, dans I'esp&ce, cette obser-
voris4, dans la littdrature francaise, la litteiature anglaise. Nous avons vu dans les socidths compliqu es, ces nation est justifiee En France, en
le devdloppemoen et le success du ro- cormmnt ce genre a fait cole en relations, tout en 6tant moins apparen- d6pit de la dramatique demonstra-
man naturalist, je voudrais, au re- France; vovons comment ii a td tes, n'en out pas moinsla m(ne cons- tion de Brieux, le flirt, et un flirt mal
guard de ce suaccs, placer le tableau accueilli en Angletecr~. M. de Wvze- ance. comprise, et la courtisanerie des salons
correspondent de la littdrature an- wa continue : La forme de Travail, dans ces der- ont protond6mentdiscrddit6 la femme,
glaise. Je suis, sur ce point, servi a K Aujourd'hui, fort heureusement, nitres socictts, n'&tant pas unique, il quelle que soit, au rest, sa situation
rmerveille par une etude sur Le roman cette tievre naturalist a parait faut, pour rendre ces relations plus ap- social. II a paru alors, aux yeux des
anglais en 1907faite par M. T. de Wy- avoir beaucoup perdu de son ianensitd : parents, demeler un peu les corn- Haitiens, de toute necessity d'implan-
zewa et publide dans la Revue des le public anglais, -ainsi que suffi- plications sociales, fair entire elles, ter dans nos salons ces dtranges ma-
ea. Mondes. rait A nous le prouver l'extraordinai- pour ainsi dire, un peu de clair-sem!, niires de I'ancienne mrre-patrie;
.Ou peut y lire ce qui suit, sur une re renouveaude popularit6des romans afin que le fond qu'iI s'agit de distin- c'est notre habituelle facon de conce-
e*rtaiue tentative de naturalism es- de Dickens,-- s'est remis d pouvoirguer puisse paraltre aux yeux avec voir la civilisation.
a4yBe par un group de novateurs an- goeiter des m(uvres traitant d'autres nettet". I est vraiment heureux qu'un fond
lais: choses que des phdnomenes divers qui Je n'ai pas la pr6tention d'avoir, de solid de vertus domestiques et bonr-
Le r6gne des a convenances *, caracterisent les deux sexes ; v et peat- cette faon, assez d6m l les compli- geoises, et aussi, ii faut ledire, la me-
dans le roman aglais, est dcid- tre n'est-cepoint implement par uneatins sociales pour dispenser le diocrit des fortunes, puissent fair
folut bien fiui. II y -a plus de douze rencontre fortuite que la resurrection lecteursoucieuxd'approfondir la ques- resistance et preserver un peu nos
ass que j'ai eu l'occasion d'annon- de la gloire du grand romancier a coin- ion de recourir A des demonstrations families d'une trop dangereuse imita-
cer sa fin, en signalant la substitu- cidd avec le retour des compatriote. de piss savantes et plus complRtes. lais tion. Autrement, que deviendrions-
tion au type traditionnel de l'honnete Dickens au gout des peintures ddcente, jo crois avoir bien precis ce point, nous avec ce spectre du a relief beau-
*.roman anglais ., tel que le connais- ausssi bien dans la comrdie et le dra- savoir que la situation feminine eat coup plus saisissant 2 don't nous som-
saieL et I'appr6ciaient toutes les me- me que dans le roman. Plus ou mons avantag6e au triple mes avertis ? ..
res de famille, d'un type nouveau, le II n'est pas inutile de rappeler qu point de vue du respect, de ia protec-
roman sexualiste, qui d'ailleurs la vente de la plupart des romans de tioniet e indpend dance, selon que
n'avait de proprement nouveau queo Emile Zola est interdite en Angleterro;e artau socia ou plus ou moths de
os nom, et n'dtait, en aomme, qu'une cette measure oblige les lecteurs an- part au plaiir oul
uiute directed de notre roman natura- glais b s'adresser aux libraires et di- part au travail." pl Ios do Xnth ontz ln\ neh
iate, francaia. teurs de Paris qui 6ditent pour cette Ce qui nous permet de d~gager cet- JlIl U I 1U J1
Je citais, a ce propose, quelques clientele sp6ciale des traductions de te proposition que :
li ne significatives d'un article, alors ces ouvrages. Tandis que dans les socidis simple S
recent, de la Ninesieth Century : II rest done toujours vrai de poc- la situation de la femme depend de la
* Qu'un 6crivain anglais,- y lisait- voir dire avec Demolino : l Heureux former dominant du Travail, dans las Void un aStre ca d'adoption etre
on, produiae aujourd'hui un roman pays oi l'on peut impunmoent lais* soceid m oompliqud., ou les former du race enneoiem. II s'git don aigle do-
a tuue pieae traitant d'gubrw 0ohe guaI sertralner le romansasr lestables! a; travaul seot mltiples, eteftuaa#O.s d4- r6, n cptivit depuoe treat am *t


. ~__ -







aux tcufs ( deux ou trois fois par an )
naturellement clairs On lui av.it gliss4
sous le corps quatre ipufs de poule
fdcond6s. Ces qu;tre u'ufs furenit cou-
vis par I'aigle et il el sorit autant da
poussins deux males et leux fetmelles,
qui devinrent dans la suite deux coqs
et deux poules. L'aigle prit tous les
soins nicessaires de ses enfants d'adlop-
tion et, tandis que le pioprietaire cdon-
nait aux poussins les alimnents v,gdtaux
oiit ils avaient besoin, sous forme de
grains et de piAees, I'aigle, A son tour,
leur apportai: scrupuleusement les el6t-
ments aiimaux necossaires a ia ptoge-
tuitiure des uiseaux de proile, et Itur of-
fr'tit tie la chlair tie rat, qui eitait l 'ail-
leurs fort,bien accueillie. La tamille a
vdcu en excellent entente et les oiseaiix
occupant toujours la mrni e cage. I'n
des coqs 0ctant mort, l'autre s'est arro-
gd les lonc-lions de chef dce tribu, et il
lui arrive, a l'occasion, do bousculer
quelqiie ipe l, i 'e d'.loptioni, ,qui
.... I .1 ... ...> ..It i -. [I I I I t l I-


persotmne, consulate sur les movens
(i'Oxfckionvt, iit l'avis doh fire allai-
Icei les deux chieris lur uniC clialte qui-
j'isteiiient, vcriait de o ettre ba'.. On r46
solut W'essiyer et, cii consequence, on
enleva un des chtilons qu'on remplht:.
par ui petit chien. Lt chatte,ayant Wieii
accueill I'intraimger, rent, peu de jours
.l*,rdul stcO1i[i nuriOUi .ssoll (I 'elle trai-
la criiine I epernier, e, bentint, elle
n eni cut plus i'&iimre, car on eut le sol,
aiin uqwils ne souffrisseuit pas, ut.t die
n0ou1 r.ture, tid faite dispaiaitre, I'un
utjrFsi I';auti'e, IOus leour.; fficies 4t1 .1 t.
Vohil Lices petits ciens qui probitent t A
mntrveilte et, seulixiderit n bout d'uit'
iftlitiz tiue, ils etaient tre bien portants;
m lii, chose remar table, iU sein-'
bkiietit Iieauou p plus avaice que
ceux 'qui etaient at v~par lIva ie tiC1-'
rc. Tw'idis ue ceux-ci taient encoir de
gi)- imtauds (1, icula~m tpI u I)t qli'i iis tI
maicitaicitL, les atitres t'tajiitI
"igI k scomune (te ,eunes chat-'.
a rHe t ,oI'th i :u i
Lt ch itto (.111blit I)rt,1111,0 phisir Al. ; les,


teSI, (1l rested IUUonIIe U i -ro -, li.t, t .... .. ............- -- I
buse point doe ses ressout ces natulel- exte ter t.' lesfaki-:tit jou'i, aefs*: Litlqueue.

I) ns : ,t' s l e,.' i. i ,l. je vicens e I -le ci- et, ;, noe po ile o i lem r trits fr'tre
ter, 'adluption, ttait elle:t dee pr u rnti t.t- t t oul a .t it l c.p I.bles ,ie s ssufli-
'tei ellle ; il peut arriver, qoi ue i plt s I; 11 F >le\ ~ ct I es, teI X lx l 1,tl'.i t -. t s il -
rarement.e qu'elle suit pra tilqu e piar ,In. c N ,ie.tlnt so passer' it. tlI ice, tie
mile. L'nite ites amis ,t.oti \ o..l, -,W> 1u on t.o tarida pa- a [ls lon r.
posstdait un perro lu t ri-s ql i t lait l. ,a, l'eecll.hutt 'll flit iincons1 )l ) le "
lep '.renoum ritier le plu, cl.,A ImaL t et le pell, ilt (Ieax ours elle ii itit p.s nil
plus aimtable tie routes les petite- ci-a- Inmi.lent de repo- et p .rctoltt ia l -ll I
tures alanloiinnees. l)n.m le lja lii tie -O i'e lA court au g ier l. l.lint, av it
son maitre, il y avA.it un certain norn- trotiver movenile pei ntrerTlanis lach.-ln-
bre tle rosiers enltoutrds d'ulne hl.tie d e, i(,a Iu Ia iiilnne ;ieri. it les pe-
lil tie ler et de pLnles grimnpantes. 11 lits u i lii ava.ient ttt l.uis~t elit crut
Savait 13 un niId de pinsons que les ,lUe '" lait la chient il qti lii av.it voltd
hiabit.,,ts de la maison, grandls amis ses enft'ants et leva la patte sur elle ;
de touin les anlimaux,tiourrlssatient. 1ol)- mais la vrai- mere eioponlit par m,'i cot p
ly, un per roquet fernelle, fut frapp6 dtes tie tleit. La bataillt, une lois engi, .;e
nomilwreuses visits quo les gens fai- fu soluenue vigoureusementt de pat't et
saient aux rosiers. II voyait qu'on y de- tl'autre ; I'avantage re, ta pourtan! a la
posait des graines et se dleci.la a suivre t c'htte I i prit un des petilt- et I' emnpl-
cet example. Corime il taiti libre, il ta eni triornphe. A peinie I'eut-elle d -
quitt'tS sa cage, imita le cii d'appel les po-te en lieu sur, qu'ell re'viiin po1oir eni
vieux piiisons et apporta aux petits, clierclier uri antie, qu elle ipavitut eg.le-
becquee par' becqude, de sa iropre ini't d emporter, aprs av'oir soutenu
nourriture. L,-s vieux pinsons jugeaient un nouveau combat. 1.e curitux le I';f-
cependant que ces preuves d'afleclioln (,ire, c'est que ce double suct-s ne lui
etAlilt quelque peu energiques ; le toul ina pas la t1te et tu' elle nie cher-
colnnaissant pas ce grand oisjau, ils clia pas a le poussei trop loin. On lui
s'envolerent, effr'aye, et Polly, qui avait pris deux nourissons, ello ent
voyait que maintenant les petits etaient avail piris deux : elle savait fort bie i
orphelins, eut toute latitude pour l;na- son compete, )
nifester ses instincts maternels. A par'- d suivre'
tir de ce moment, ii refusa de renter i
ttans sa cage, rest muet et joua alupis fl l~ vlU'rf(,
de ses enfants adoptifs, les nourrit avec
soin et eut la joie de les voir grandir.
Lorsque les petils surent voler, ils
prirent I'habitude de se poser sur le R12NSEIGNEMENTS
dos et la nulue de leur second mre,
qui se promenait veinent avec ce fardeau.
On peut trouver aussi de bons Samna- O bs -va.toire
ritains chez les mammiferes. Ainsi l'a- DU
adoption de petits chiens par des chattes SE~MINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
est tr6s fr6quente m lgre l'animosite
que l'on so plait, a tort, a reconnaitre LUNDI FvaRIER
comme existant entire ces deux espe- Baromatre A midi 765 "/'9
ces d'animaux. L'exemple suivant en minimum 220,9
donnera une idde. Une chienne epa- Tempdrature maximum 2 9 8
gneule A longues soies, dit le capitaine 3
Marryat, avait eu, d'une seule portde, Moyenne diurne de la temperature 25,9
cinq petits, trbs bien conforms et qui Ciel trs clair toute la journey, sa f
semblaient ne demander qu'a vivre. Ce- quelques strato-cumulul entire Ii h. du
endant, come on les laibsait tous l mAatin et 3 h. du soir.
mere, on craignait qu'elle s6puiast Le barometre continue sa hausse.
sans parvenir a les diever. It paraiesait Quelques secousses microsismiques vers
indispensable d'en sacrifier une parties 1/2 du soir.
pour sauver le reste. La maltresse de R. BALTENWECK
la chienne, ne pouvant se resoudre a L
ce sacrifice, eut 1'id6e qu'on pourrait D66es
nourrir au biberon deux des petits en Nous apprenons la mort de MARIE FELI-
le teant d'ailleurs dans un endroit CiTi MAMUxLA GoxzALks, Vve Louis Cheva-
satirsammumt chaud ; mais une autre lier, d6cddee hier soir, A x heurs t/a.


1 Les fun&railles auront lieu aujourd'hui,
A 3 heures pr&ists dec 'aprts-mnidi.Le con-
Svoi partira de la maison mortuaire, sise .\
SI'angle des rues des Casernes et du Centre
pour se rendre A I'dglise MWtropolitaine.

Notre ami Josue Blain a cu la douleur
dc pcrdrc son spouse, n4e Fran,-ise Fran-
Cois DaY. dcddtde ce m.itin A 5 heures,
rue Penthi&vrc.- Les fundrailles auront
lien cet apre's-midi. Le service fune'bre sera
celbrd. .i l'Hglise St-Anne.
[Les ainis qui n'ont pas retu d'invita-
(ion sont pries dc considdrcr le prtdsen
'ai.s comnine c tenantt lieu.
Nos sincercs cordol6ances aux families
c'proulvi%2s.
Tribunal de Cassation
SECTION CRIMINELI.E
.A-ludi,(ne du Lundi, 3 j:;'rie'r i0oS
P'-lidcnle le M.r le Prdsident 11. Ie-
l.Iaud.
I,- L i i:~;r ial pr\ ni sieg' .A dix hciures et
dciie du itin et pronnce le; .Irre's ,u:-
vants :
r c ('elui qui admict la dimande en
r'nvoi pour cause de suspicion lihitirme
a,.n.1'c p.ir IL: nomtnllnc (t ltu s Sull.'l.a Colntre
Le 1i d'in >truction V. Valni, du '1rib-u-
nal civil de Port-au-Prince ; etc.
2 -- ('ui quii ordonne une nouvelle
iuntorm.)int) d.ins lla p!ainte de la dame
.\l .l'.i ii-.\iIni centre le juge-su ppleantl
CLiv aign.,c A.rn.iuld, de la justice de Paix
Section isud de li capital ; Victor Wil-
iam i et (Georecs Noel.
Puis ei::, id les at.liires de :
I -- l)r Alexandre Auguste centre
l'ordJotnl.,nic de la Chambre du Conseil de
l'Intutr,:ion Criminelle du Tribunal civil
de Nip. s, rLndue en faveur des nommis
OgU lRiniub..iu, Lucres et Gutierez Mathu-
rin.
Mr le Juge Jrermie, Rapporteur, lit sont
rapport.
I.-- Ministere Public, Mr Eugene,Ddcitrel,
conclit au ret de 1'oppoition.
2 -- --- Comnmissiire dui Gouverne-
mcnt pris !e Tribunal de Cas-ation de-
miandeur c.l dessaiilsement, pour cause de
suretd publiquc des ituridictiot> de Port-de-
Paix, Saint Mire et Gonaives de la. con-
naissaace des crimes perpetrds par le noni-
mc Antenor Firmin et ses complies, au
course des recents evdnements politiques
n~isniic d~s rii~~ p~rptr~ pirIc on'


surv,,nus dans l'Ar4bonire
Le Rapporteur. Mr le juge L. Denis,
donne lecture de son rapport.
Le Minis:ere Public, Mr Luc Doinini-
quc, conclut au d6ssaisissement des juri-
dictionsde Port-Je-Paix, Saint-Marc et Go-
naives pour les causes ci-dessus 6nonc6es.
3 B. Dupuy, centre J. Nathael
Allen.
Mr le juge Georges Sylvain, Rapporteur,
lit son rapport.
Me Constantin Benoit, pour le defen-
deur, est entendu en ses observations.
Le Ministere Public, Mr Eungne D6ca-
trel, conclut a la d&cheance du pourvoi
Le r6le 6puis6 le sicge est lev6,
tribunal Civ 1
.Audience civie du 3 Jevrier 19o8
Le Tribunal prend siege A dix heures
du martin sous la pr6sidence du juge St Ro-
me qui a entendu le huis-clos des poux
Hector Denis et passant A 1'audience publi-
que il a rendu 1'ordonnance qui renvoie
les dits 6poux A 1'audience publique du dix
Fevrier 1908.


Affaire entendue.
Alcxandre Brutus centre Mme
nave Lespinasse.
Affaire entamee.
Horatius Volcy centre Mme
St Fort Colin.
Puis le siege est levi.


Vve Bar-

lonathas


Le roi est mort,
Vive le roi I...

Derniers renseignements sur
le.s dvnements
LI'aUONM, 2.- Le conseil d'Etat a pro*
,lam.n .auourd'nhui le prince Manuel. ri
de Pl',ori.il, cin reiiplacmient du roi Cha
Ies 1' et d u prince h iritier, Louis Pililip
pe, aassinv hier.
ArO-s ;avoir procl.tirn roi le prince Mil
nucl, Ic premier ministre, Franco a anno
cL ,In intnti ion d'a.lopter les measures ai
pluI, riourc-.ces pour dcraser tout mouo
nIllnt insurrectionn',l. II a en outre dec&
rd que la Ch.vibre des Pairs allait Cm
convoqutc pour reconnai re le nouveM
roi et lui preter le serment de tidcliti.
La. marine ains i i que les troupes de tow
tes Ic villi, de ga.irni-on ont d6iA pre:6 It
serment d'allidgance. Le nouveau roi l
contimir la dicaturc.
Le Gouvernemenet a public une d&clan
lion, Jisant que les 6venements d'hie
n'ont flit qu'accentuer les sentiments no
narchiques, tant parmi la population civil
que dans I'armde ct que la discipline a
I esprit des troupes sont admirableme
inebranlables ; c'est par miracle que k
prince Manuel a &chapp A a mort. So
blessures que l'on croyait d'abord etre g.
ves ne sont que Itgeres et elles scroa
complement gudries d'ici p:u de joan
L'asssasina du prince Htritier et du roi
a plonge dans le deuil tout le Portugal.
L'aspect de Lisbonne indique la sincds
douleur qu'dprouvent tous ses habitants.
Les dpeches reques de tous les coin
du royaume indijuent un sincere regret
elles permettent de croire que les autoritK
peuvent computer sur l'appui du people.
II semble des maintenant que cet :vore
ment a produit un effect diametralemet
oppose : celui qu'en attendaient les mewrV
triers.
Ona dtablil'identitd du principal rgicdl
C'est un nomm6 Manuel Bulca, institntl
dans une cole primaire, ancien sergent am
regiment de carvalerie. II a 6tC pr-ccps
dans une famille de cette ville pend,
huit ans. II 6tait age d'environ )o Ua.
Les deux autres regicides tuns par la
lice ont ert reconnus. Ce sont des eiuE
y6s de magasins don't I'un s'appelait AUr
do Costa. Les assassins qui sant en prif
observent on silence stolque. La polio.
pursuit son enquete et on announce dM
que I'arrestation de personnel 6minentes
etre prochainement oper6e.
LISBONNE 3.- Le premier minister .
Francoa d6missionn6. Un nouveau cabia
a d6t former sous la presidency du coatn
amiral de Amaral, membre du part pr
gressiste.
La dc'mission de M. Franco a produit
un bon effect ; son maintien au pouvoira-
rait conduit le pays A la revolution.
L'ensemble du nouveau cabinet est liUb
ral A tendances monarchiques.
L'infant Manuel, deveno prince hasriiI
,a etd proclam6 roi sous lenom deaanidl.


3


Bulletin Officiel
Nous avons re;u le dernier uU
( Novembre-D&cembre ) du 'Bulletin
,i/ Jd Du partement de la Justice qui s'6i
A 'lmprimerie Aug. A. Heraux.
Ce numero content different jugeame
et arrcts rendus par nos tribunaux ; des .
tes bibliographiques sur les ouvragesd
Mcs Ganitlier et ernand Dennis ; la sI
de l'drude sur les droits des enfants nature ,
par Me Ldonce Viard, etc.


PORTUGAL





L'opinion ginerale est que des modifi-
cations ininsterielles s'imposeront des
apres les funbrailles du roi et do prince
hiritier qui auront probablement lieu le to
fevrier.


NouveHlles EtraBng0res

Dernieres D6peches
L.NDRES 3.- On announce que la flotte
anglaise de l'atlantique actuellement a Vi
go a requ l'ordre de se rendre b Lisbonne
pour surveiller les &v6nemAints.
BERLIN.- L'empereur Guillaume vient
d'annoncer que dortnavant la inarche fran-
caise t Sambre et Meure serait joude par
les musiques de ses regiments.
WASHINGTON 3.- Le bureau mdtcorolo-
gique a enregistr6 un ~1ger movement
sismique entire 6 heures 16 ct 6 heurLs 17
miin.
PARIS. Rente fi.tian.i 96 4;
Aujourd'hui a 1Li Cli.bicb des deput5s,
M. Pichon prononga un dis:ours flItrissant
et r6prouvant I'assassinat du roi Carlos et
de son fits, et envovint ses condolantces
6mues A la reinc Ainmlc t .' la t.n illc
royale.
La Chambre cont:inI.a c:isjaitc La discus-
sion de l'impot sur Ic rcv.wnu. M. Pelletan
continue son discours.
De violentes tempetLts en Roussillon et
sur la MediterranCe o l'on redoute des
desastres.
M. le St Aulaire t,igraphie que le cal-
me regne dans les ports inarocains.
M. Ottnu, procureur general, premier
president honoraire de la Cour de Cassa-
tion et d6cdd..

ie Transatlantini

Le steamer frangais
MONTRIAL est atten-
du jeudi 6 F6vrier cou-
rant.
Port-au-Piince, 3 Favtier 1908.
F. M. ALTIERI.
AGENT

Occasion exceptionnelle

Liquidation d'Articles
ET
OUT1LS POUR LA CORDONNERIE
Diversessortes de peaux, B6a-tiqites,
tirants, oeillets, clous, etc; un grand
assortment de forces: st4cialement
des forms Amdricaines don't la com-
modit6 est incontestable, et tout au-
tre acccssoire pour la cordonnerie.
Port-an Prince, 4 Fdvrier 1908.
G. A. B ERTO LI NI
147, Rue Rdpublicaine, 147.


Grade Loltrie
DE LAL
LIGUE IIARITIME FRANAISE
Gros Lot: 200.000 ofs.
575 Lots Gagnants
Le Billet: 2icentimes or a rricain
I1 reete 190 billets d vesdre.
L* Pr6sldent de ia section d'llaIti,
J. LAVILLE.


AVIS
La socidt6 Monfleury fires & (.ie
est dissoutedepuis le lor janvier i!,08.
Le soussigne en estle liquidate ur.
Port-au-Prince, le 27 Janvier 1908.
A. BERTIN

DOCTEUR A. CARIES
ANCIEN ASSISTANT
EN MEDECINE ET EN CHIRURGIE
DE LA POLYCLINIQUK-Pi.AN
SPtICIALITIS: Votas RESPIRATOIKES
ET
MALADIE DES ENFANTS.
Consultations : 7 d 9 h. et 2 d 4 hrs
123, Rue du Peuple, 123.

Chapeaux l
Chapeauxll
Chapeaux 1
I AILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
La coilTur artiste, qui vient avec le
concours d'un chapelier remarquable,
M. JAIME TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tous les goats et pour toutes
les bourses.

GRANuE


Loterie Franoaise
De 1'Orphelinat National
des Chemins-de-fer
Nomenclature des lots tous payables
en argent.
Un gros lot de 200.000 fs. 200.000
1 Lot de 50000 50.000
1 Lot de 20.000 20.000
2 Lots de 5.000 10.000
10 Lots de 1.-000 10.000
20 Lots de 500 10.000
1.000 Lots de 100 100 000
1.U35 Lots repr6senlant Fcs. 400.000
Ces billets sont vendus A la pharma-
cie Ldon Gustaves au prix de G. 2.

Cordonnerie Nouvelle


G. B. PETOIA ET
143, GRAND'RUE,
PORT-AU-PRINCE


SEPE
143


CHAUSSURES KN TOUs OeGNRE
EN D P6T, POUR LA VINTB
EN GROS ET DETAIL.
Execution prompted des
cormmnd"e' tant ioi qu'en
Province.
Formes a homes; 6legantes et
rationelles.
Chaussures de dames ( Dernire
mode de Paris ) et le pluscommode:
chaussures pour enfants confection-
n6es avec des Peaux de toutes nuances
d'une selection et duree irreprocha-
bles, B des prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquides
Pour ahaueaure de totes neanesa.


BEtmU
E.dI
MU AU U


DENTIFRICES

(YCilbres des RR. PP. B6nedictins
DE L'ABBAYE DE SOULAC (GIRONDE)
SPECIALITES ET PRODUCTS HYGI~NIQUES
DE LA MAISON A. SEGUIN DE BORDEAUX
SEUL CONCESSIONNAIRE POUR LA VENTE EN GROS

L'Incomparable Elixir Dentifrice
des RH. PP. Bdnedictins par son usage journalier assu-
re la santd de la Gorge, de la Bouche et de plus, par sui-
te de la solidity qu'il conserve aux dents jusqu'a l'Age le
plus advance, il facility le travail de la digestion en per-
mettant la mastication complete des aliments.
Le flacon se vend: Gourdes 2.00

Ila Poudre Dentifrice des H1R PP.

BenedictillS est le preci ux auxiiiait de l'Elixir, La
Boite se vend : Gourdes 1.25


La Pate Deilitirice


ties


RR.


17P. I "ilitilest miployYe seule ou
't'i .l.. "ieneli n .t vec l'E-
**,2...,, a M lixir. L.a lii'e petit module so vend t;ouitles 1.50
La Bolte Grand Mod.le se vend ;ourdes 2.00
Les autres Produits Hygi6niques de la Maison SEGUIN sont
Poudre de Riz adhArente extra-fine a LA MADONE 0 ; la Botte Grand
OModele: Gourdes 3.00; ModlAe moyen : G. 2.00.
u de Q ii pr6cieuse pour stimuler le cuir-chevelu et
au de Qunine, enlever les pellicules.- Le flacon : G. 2.00.
Glyerine anglaise centre les gerres et la durett de la peau,
cerne an ase le flacon :G. 1.00.
Eau- de Cologne 16nitive extra-ine;le flaconn pIetit : odle :1.50
le flacon moyen: u 2.50
le flacon 1/2 litre 5.00
Pour les commander en gros: s'adresser a 1'Agence G6n6rale
et d6p6t pour la Republique d'Haiti
.Af. la 1VItropole
MAISON JULES LAVILLE
93, Rue du Magasin de l'Etat, 93


ENTREPRISE
DE
Pompes funibres
S'adresser a VVC LioN GABRIEL pour
avoir le joli Coibillard noir dit Cen-
tenaire.
No 2, Rue .!Cagloi,'e ,Anbrois,, No 9.
On trouvera aussi des chaises a
louer pour enterrements, marriages,
fett s etc.
S'adresser aussi dans la Rue de rEn-
terrement, chez Mr DAUMacc BOYER.


LA PHARMACIS
Emmanuel Alexandre
88, RUB DES MIRACLES, 88,
Se recommaude pour l'ercu tion
prompted et exacte des ordonnances A
n'importe qu'elle beure du jour et de
la nuit.
Drogueries, Sp6cialt6s phar-
maceutiquesextrememept fratches
Patz CouNsmmcrimM.


Accourez a 1 'Espranic
Cordonnerie
Clarck & Mercier
Oh vous aurez un travail garanti et
soigne, confection de tous genres a\ec
des materiaux de premier choix.
L'6tablissement se charge aussi de
faire prendre des measures a domicile.
150, GRAND'RUE, 150.
PORT-AW-PImMCE.
-U
Francisco DESUSE
Fabricant de ohaussur.e
La Manufacture a toujours en d6-
p6t un grand stock,- pour la vented
en gros et d6tail,- de chnogusrer e
tons genres pour
HOMES, FaMMus, ENFANTS
Lea commands des commereanta
de l'intdrieur poorront etre execut-~
dans une iemaine A pen prs.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PoST-,oU-PRIaCe ( AITI )


- e~rr r-






IE7ra x-i cla e inxext

DA L'LEGANCE
&,. E;K iI


Fabricant de chaussures, :' ]ijoutlJ, rIv~,Vel. LvLVU
Porte A la conrais-a:.;e d. public, Vient de recevoir des articles de par-
particuliirement de s, s nomrbrcux cli- fumerie pour les gotlts les plus diffici-
ents de la (Cot c. de: i i:apiti-lt, que les. L,-s pa.rlms exquis et rares d'une
1'6tabiissemonit a un .;k i icul- licatesse pnletrante qu'ellee ofre ses
ble do chlau.,ures ipur hommes, clients south tde v6ritables petites mer-
temmes et enfants, en tous genres, veilles.
et que, malgr6 l'ollte de cinq pour cent Les derni6res marques qui charment
sur l'achat en gros ( 5 0/0 ) fait un ra- le Tout Paris sont chez Matteis:
basis exceptionnel sur l's pix. Son Sourire, Floramye, Trdfolia, Idtal
L'btablissemeut se charge de fair Cyclamen, Vivitz, etc.
preudre des measures A domicile. La maison a toujours un grand as-
Toujours : Soin, exactitude, ponctualite sortiment de bijouterie, argenterie,
42, Rue des Front-Forts, 42. bibelots de tous genres, parfumeries,
42, Rue des Fronts-Frts, 42. lunettes, montres or et argent, pendu-
PoePT-Av-PRINC (H AITI) lea garanties.
--- -- Spdcialitds: bagues francaises en bril-
Viennient t'arriver lants A partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et frangaises sur com-
Chez made. Service d'argenterie complete
pour maniages.
SToiusles articles vendus par la mai-
i l G. Ml ll~oul ~son sont garantis.
Achat de diamants, Iierres pricieu-
81, iRae .d Ml'ut (,' l'ai,, ,s' e es et vieille bijouterie a des prix avan-
Traverre.tapgeux. Deriticir i : Lunettes jaunes.
4, 6, 10, iue Triaveesire. Centre re.niise de Deux dollars en
Casimir fran(;ais de premierchoix.- timbres-poste d'Haiti, la Maison Mat-
Diagonale.- Chemises couleur et tdis envoie franc de port sous pli recom-
blanclies. Chaussettes et bas Ii!.- mannde (dans toute les villes de la R4pu-
Jupolln de soie..- iventails de fantai- blique: Lunettes o;u lorgnoins en nickel
sio. (Coiiture;s pillar hoinmers et da- inoxydables, ,-elorn les prescriptions de,
mes.- Blretelles. I)Des erite de lit. Do.- *: tr on iirnt uctiuois de:s acbeteurs


Flanelle par aune.- Chapeaux line
poir ihounes & I)a.rnm C:hemiset-
tes.- Cannes. -- Parfuneries assor-
ties.- Faux-cols & Manchettes.- Sa-
tins et autres Etoffes. Machines
coudre de 1 et2 lils. Champagne.-
Vins rouge par gallon et par caisse.-
Vin blanc par caisse.- Vinaigre par
gallon.- Moutarde.- Olive.- Froma-
ges gruyere francais, pates grasses
francaises.- Bire Impdrial & Lem-
beck, Biscuits Lefevre Utile.- Iluile
d'Olive par gallon et par caisse.- Fil
de toute quality pour machine de 40
A 80.- Provisions ambricaines.
Vente en gros et en detail
A UN PRIX MoDIkRf

E-I otel-=Itestaurx- ax t
ST-JOSEPH
( ANGLEDES RUES ROUX ET DU MAGA-
SIN DE L'ETAT. )
Service bien organise.- Repas
A la carte. cuisine excellent.
PROPRIiTAIRE : JOSEPH DESRIVIl"RE


Fabrique de chapeaux
La Fabrique de chapeaux installed &
1'Ecole dos Arts et Metiers, ancienne-
ment Maison Centrale, sous la raison
social do Vve P. Belloit et J. C. Gui-
teau a l'honneur d'informer le public
qu'il trouvera en son dep6t un bon
stock de chapeaux de paille superieurs
pouvant satisfaire les goats les plus
difficiles; malgre ces avantages elle
met ses chapeaux en vente a un prix
modique d6flant toute concurrence.
La fabrique informed enputre le pu-
blic qu'elle est la seule qti en confec-
tionne a Port-au-Prince et ce, avec le
concours d'ouvrieres venues expres-
asment de l'Etranger.
La fabrique r6pare aussi toutes sor-
te@ de chapeaux. Bon march excep-
tionnel.


SOCULISTESI..
VERRES BLANCS, BLEUS, FUMES,
JA'NES, du Dr Fieuzal et du Dr Motais.
VERRES BICONO..VES, BICON-
VEXES, PERISCOPIQUES CONCAVES, Pl-
RISCOPIQUES CONVEXES.
Assortirient comp'etdes foyers
'VERRES JAUNES, FUMES, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille
Sans foyers
Verres blancs cytindriques, concaves
et convexes.
Assortiment d'axes complete.
Chez A. DE MATTERS.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancien membre de la Societd Philan-
thropique des mattre tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'6-
toffee diagonale, casimir alpaca, chevio-
to, cheviote pour deuil, etc, Recommin-
de particuli6rement A sa clientele une
belie collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beauty.
Sp6cialite de Costumes de no-
ces.- Coupes Frangaise, Anglaise et
Amdricaine de la derniere perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brode6
dolmans, tuniquen, habits oar-
r4s. eto tao, do to=s p. 4.


A. de Mallts cl Co.
32, IRue du Magasin de 'Etat
Maioii fondee en 1888.


Chevreau glace : Boutonn6 et Lac6 pour H


Verni et couleurs: a
POUR ENFANTS: .


. .


LA


Meilleure Farine
du Monde
Celle qui done le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc o'
le plus leger,
C'est la Pillsbury's Best de! k
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,.
Minneapolis Minn.
Ern. CASTFRA. -e-r,.:..at


1m. ,. Cc.


(ommes et Dames 10 ( Dix gdo)
c Recommandle 10 (Diw gda)
a Recommand6e 12 dousee g.m
. 6 sixG( Qu


VOUS TROUVEREZ:
CHEz H. BONHEUR
10, Avenue Ducoste, 10
Cartes postales au bromure d'armet
gilaces, sujets amoureux la a9rie 6
5 c s. . .. . P. 1.75
Actrices, pailldtdes, lumineumes
la carte .. .......... P. O.
L.e IRestaurateur de la sante. Ia
boine de 201 pilules. ....... P. 60
L'enveloppe de 25 pilules .. P. iMA
Pour la province le Port en Sus.


-MAA GLOIRE


B I 5. R tBo X, 45
A 'IPfl(Nr.


Jou'Lnaul.. broch ures, billets de

maria e, crtte. ,,de fiauncaille8,

Drogra n mes, affiCches, et tow

autres trav,,;ux de ville.

Billets ('enterre'ement et caries

de visible d lia 'minute.


ET
H lKST- BELLEVUE
Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-PRnINCE (HAITI)
MIne Hermance ALFRED
Telephone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation moderne et comfortable. Vue -ur la mer. Tempdratur
douce et rdgulirre. Les Tramways desservent I'H6tel-Bellevue toutesles 7
PROPRIITEI SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de reception. -Piano.-Gramophone.
Sonneries tlectriques


Table d'Hbte


os lee jours, de dmidi d 2 h eres,
do 7 d 8 here du soir


TANNERIE CONTINENTAL
DE
Port-an-Prince

PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS.
CAPACITIr 500 PEAUX I-AR JoUR
PRIX DES CHA USSURES COME SUIT:


___ _1