<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00246
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 27, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00246

Full Text

LUNDI, 27 JANVIER 1908.


PORT-AU-PRINCE (nHATI)


i


Ij


J


QUOTIDIEN


ABONNEMENTS :

PAR MOIs Une Gourde D'AVANCE
DiPARTTMKNT & iTRANGIR .
rrais do poftsc t r. mu.
Pour tout ce qui concern l'Admininstra


RIttDIACTION-ADMi N'STRATION
45, RUE R)UX.;. 4.


LE NUMRO 10


CENTIMES.


Les abonnements partent du ir. et do iS de chiqui
tols et sont payables d'avance
Let m=anticrit1 ins~r4s ou aon Do s*at pan real..


tion du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.
L~ion dii Journal, s'adlreaser ~ Mi:onsli~iur Arth~ur ISIDaORLF'. 4S Rue Roni onr Bonne-Foi.


1 i n r N-r-riMMMW -


Le general R uI risier Exeuolllln ide Jn-JUmI au

ESTEXECUTE Secr6tairerie d'Etat'de la
Guerre

Le Gouveriemnent, in- BLL' ETIN
fori le ue le Gal Meri- Aprcs I'cvacuation de Marchand. hicr.
J a e. par s forces rdvolutionnaires, sous les or-
SieTr JeaiiiS itrit eli lfui- dres du Gdndral Fdlix Cantave, qui agna
te our i l 1i les bois ; cc mnitin. A s heures, le G6nd-
te po ir JaClel Oi Il de- ral JEN-JU U, le chef des insurgs, re-
V l Orian r In S vint. A I ti ,e d'une f,)rce considdrab'c, fii
lvait jor laniscr i re de I ouvcu irruption :A Mirchand.
IVein1eil u Cil faveur de II y rvencontra les troupe; du Gouver-
nement ci6mmandees par les Gdnd-aux FIGA-
cetli qu oln lui avait lid Ro JFAN-PIILIPPE et ANDRE GUILLAUME A
.i t. ;l'aile droite, et A I'aile gauche, par le Ge-
SijIle, paSS- les istruc- 'ne6ral AAyNNUSSE ANDRik, Commandint de
tio ll necessdair-cs 1'Arrondissement de Mirebalais, A la tete
IOI1S IeCSSleS. du toe Regiment.
Le Ge'neral Betrrouet, Apres un combat dscesp&re, le Gendral
e 61 rai B rro et, ,JEAN ,JU.EAU, harceld de toutes parts, fut
coillalldanlt de l'arron- ris ct exdcutd sur la place d'Armes de
SMARCHAND.
dissement de Jactnel se: i a.L
dissellt c Jacmel s Telle a it la fin de cc criminal qui avait
mIit la l r e rcher du voulu replonger la R6publique dans les
Shorreurs de la guerre civi!e.
brigand qui, trouble les ort-au-Prince, le 25 lanvier 1908.
armes it la main, a e Seraire d t de la Guerre ei de la
*7 MCarine par interim.


execute. T. LALEAU.
Ainsi disparaissent PROPOS D'HYGIENE
tous ces feroces despotes -
qui, par leurs menoes et I
leurs crimes ont si souI- YVtcmclts d nllants


vent epouvante les popu-
lations.
Le lugubre episode
de l'Artiboiite touche a
sa fin. Bientot, en eftet,
les troupes du Gouver-
nement occuperont la
ville des Gonaives.


Depuis les temps paradisiaques oh
notre premiere mere, jusqu'alors
chaste, mordit a la pomme fatale, no-
tre condemnation A porter des vote-
ments fut prononcee. Pourtant bien-
16t cette condemnation nous fut dou
ce et bienfaisante. Cela fit vite parties
du progrbs et de ce qu'on est conve-
nu d'appeler la civilisation ; et com-
me le progress et la civilisation vont
vite, des lors le vetement comment
sa course avec eux. II faut avouer que a


de ce chef on adnormnmeit march a mode... Comprenant son devoir, ce-
un )eu trop. Ayaut d6butd par le : lui de marcher en avant comme un
simple mouchoir de feuille de vigne, guide sfir et expdrimentd et de ne
Vous .:avez oni I'on en est maintenant. a pas, en plat courtisan, suivre les ca-
.jamais perfectlionnement plus prompt, prices d'un jour du public, I'archi-
et en notre sHicle surlout ii no serait, tecto saura profiter respectueuse-
point exagerd de dire qu'on s'est litt6- a ment des conseils de la science, se
rak merit aprnet6( a (lever l'labille- ( persuader que l'art est dans tout et
ticet a peu pies juI.qu'ai front de c q(ue la Beaut6, entendre, en compre-
I'Art, voire a le poltiser. a I ensible deessa3, n'a nullement be-
Vrai, il eat dts toilettes aux tons soir de millions, de dorures, de ma-
p:'tes et rares qui talent lVs voters I s a, triaux de choix et de somptuositts
plus tendrement inspires. Jo ourinais coutteuses pour illuminer le monde.,
vous dire des sonnets de satin rose Le luxe, coinme la coquetterie f6mi-
truculents et provocants ni plus ni nine, a vraiment I'avantage d'empe-
moins que la llamme 6critc (,u Ipoctc; cher le monde d'etre pale et morose
et j'ai vu dans ce genre des ceitai es en introduisant dans la vie social
de places ;u velours chatoyant, d'o- a le plaisir et le bonheur de vivre, *
d-Llttiet ; en cal I m1ire bleu-bai ,aun, inais son grand inconvenient est qu'il
el de ballades raftolantes, incompre- va s hyperbolisant.
hejn-iblement bigarics, mais joliment .
Ocrites par l'aiguille des i.iolistes, *
cette autre plume de ces autres poe Et si je dis qu'il faut qu'on en fi-
tes nisse, c'est parce que toutbonnement
Evidemment je pense que tout cela c'est effrayant A ce point que ce luxe
est fort bien- je suis progressiste coCteux ( toujours ) et anti-hygieni-
comme les autres- mais malheureu- que ( si souvent ) pousse ses tenta-
reusement je m'aperQois que tout cela cules tincelantes jusqu'aux petits en-
tend a comrprometile uiI p(u1 la san- f'anis, ces 0tres pourtant quasiment
t6 de F'lhumanit4 et brIusquement je iniconscients (lui ne connaissent I'ins-
me surprends AsouhaiterquelouLesces tinct do vivre que par les affres de
fanfreluches & tournent au document leur faim tapageuse de petits goin-
arclihologique ) pour, en rar(liant le fres intransigeants.
costume qui xtravague d'inutilit6s, On a oub!i( B un certain moment
laisser seul debut le vAtement qu'il qu'on habille les enfants pour les ga-
faut, le vetement hygienique. rantir de l'influence des agents ext6-
II faut, en verit6, que mon souhait se rieurs,'en particulier du froid, et non
r6alise sous peine degrandsdangers et pas i our encadrer leur sourire et
il se r6alisera comma en pense Frantz leurs gestes si beaux Si l'adulte re-
Jourdain dans un article superb- d'in- siste parfois aux exigences splendide-
dependance d'esprit oh il a fait tou- ment funestes du luxe, l'enfant ne
cher de la pulpe, si je puis dire, 'e saurait pretendre A de telles enduran-
d.emain de I'architecture moderne. ces et ce serait fort mecomprendre ses
( L'Hygiine impose de plus en plus interits que do lui donner un v6te-
a sa loi bienfaisa.te : l'ignorant corn- ment passementerie outrancierement
g mence a s'en preoccuper et le sa- et pas hygienique surtout.
< vant y pense sans cesse. II est deux fagons d'habiller les
a L'architecte de Jemain aura done nouveaux-n6s : on les envelope dans
c le devoir d'etudier a fond cos qies- le maillot ou bien on les laisse en li-
t tions passionnantes et de placer la berte dans une simple robe course.
I vie de ses semblables trbs au-des- Dans le 2e cas, le v6tement doit se
a sus de la puretdd'une course et de composer de It chemisette de toile,
Slal magnific nce d'lne ddcnration. de la brassiere de laine et de cotton
< En resume predit plus loin Frantz ouverte par derriere, d'un semblant
a Jourdain, l'architecture de demain'de corset, d'un fichu, de la robe, de
, reviendra A la veritdet au bon sens. chauseites de lainetricotees et de con-
t Eile renoncera A un eclectisme in ches de toile ou de flanelle en culotte.
Sdefini et incolore qui prdeeote le Ce v6tement qui convient bien A 5
, inconvenients et l'llogisme de la mois exposerait aux refroldisemenet


I r .. I 111111 '' -


Irg ANN EE, N- 248


c


I









au moment de la naissancet. C'est
pourquoi le maillot- iuais le mnailot
modifie,-- est deb-iaucotup preV-frable.
11 advantage les enfants de totes les
favons. Ilne compriime poi:t lenrc c'pV,
n'empechent point qu'ils OcartlMent
leur jeune musculature et Ccontroe les
refroidissements, est un \vilrita le bou-
clier prophylactiqnue. L, voi'i tout
enter: Une cIheinisutte (ti toile e. une
brassiere de laine ouvertes par (der-
riere, so fermant avec des cordons
ou des Opingles et destinds a recou-
vrir la poitrine et les bras ; une cou-
clie de toile et nil ling d(e colot ot
de laine suivant la temperature, cou-;
vrant la parties inferieure du trone at
les membres infdrieurs. Ces pieces
enveloppent la partic imoyelnnoe du
corps et y sout fixes. Les jambes
sont onveloppees par la couchle (qi
les isole et einpeche jpr ainsi) out
frottement de ces parties. Le lanIg
qui doit etre sur li couclie eC t jkth"
sur les jambes r6unlies (t (e'inm.1 :-ia
longueur le pousse au dell des pIie(d,
de i'enr'ant, il doitl tte repli; pour ein-
tourer a nouveau la lartie iiifet ieure
du tronc.
Toutes ces pios do toilette li seiontt
peu serrees et assuj-tties avec des
cordons, plutJt qu'ave(C dts epilegies
Lorsque l'on tient quanri me te i i'eiti-
ploi de ces dernit'res, jinu is trop I'oui
no se pr6cautionntera pou r '3viter (lue
la peau ne soit endoinmag(e. Veillet
A ce que leur pointed Onetrge potaite-1
ment; tout est la. On n'est p,:- satsi
connaitre ces contorsiois patlih.'iqutes
et ces engeueuleues rageuses instanta-
n6ment abolies cbe." les ei(fants p)ar
une dpinglo retiree qui pointait cruel-
lement dans la chair tendie. v J'en
Sai vu un, dit Bouclut, qui avait la
a peau du dos traverse de part en
, part en mneme temps que sa clie-
a misette et sa brassiere. Ce petit etre
, poussait des cris horrible. II rest
,, 3 heures dans cette position ; il cut
, une convulsion assez forte et ce ine
a tut qu'en le dishal)illant qul'on dd-
a couvrit la cause du imal. ,
Et moi-m6me, e;t-ce que je n e fus'
pas appeld it y a quelques inois p)o0r
un decesmalades minuscule qui biti-
mait A coeur fendreet ne d6colerait pas
depuis une nuit, tres vex6 sat:s dou-
tequ'on ne l'eut pas de sit6t soulag ?
Une pingle lui avait espadonn6 le
venture et, escrimeur inexper'imente,
ii s'en prenait au vide innocent en
l'espece et ripostait de toute I'agilit6
de ses pieds inoflensifs et mous.
Que les meres surveillent done les
6pingles avec un soin archi scrupu-
leux. Qu'elles retiennent que lorsque
1'enfant crie obslii'utnent, I'un des
premiers soins a lui donner consist
a le d6mailloter complitement pour
rechercher 1'6pingle barbare.
Mais avant tout, que les inmres m6-
ditent a front pliss6 sur les vetements
hygieniques que je leur ai plus haint
mis sous les yeux, en attendant que
je leur parole du maillot anglais, de
la flanelle et des vetements de nuit
don't la ddfectuosite n'est pas tou-
jours dtrang&re A la pluie de larmes
qui nous dcoeure et tombe, chaude,
sur les froids et blancs cercueils!
DOCTEUR C. PEARSON.

Pri6re d'aviser l'administra-
tion de la moindre irregularity
dans le service du MATINS
afin qu'il y soit do suite rem .-
die


RE'I SEIQNEMENTS
MITEOROLOGIQUES

3> lb F-4 e X- t Os t oc) i X, E k
O) ~s ervati oire
DU
SEMISAIRE COLLEGE St-MARTIAL
VENDREDI 2.1 JANVIER


A )I, Damuli
/T, miniMUm]
'rei~n j ; tU r x~maiimunm


763 ,m/"7
200,6
290 3


Moytnne diurne de la temperature 230,9
Le ciel un peu convert le martin s'est dclai-
rd vcrs 9 h et est rest& beau toute la jour-
nee. Un peu de rosd ce martin 27.
L- bIromeitre assez level samedi soir et
dimnanchc matii, a un peu b.aiss dans la
soirde ct dans la nuit.
R. BALTENWECK
Croiseur frangais
lticr notre port a 6dt salu6 par la batte-
rie du croiscur de guerre franqais. le d'Es-
irees, et so-1 salut lui a dtd rendu par la
battcrie du fort St Clair.
Le d'Estres vicnt de la Basse-Terre. C'est
un croiseur de 3e classes, jaugeant 2.ooo
tonnes et monte par 250 homes d'dqui-
page. II est armn de 14 canons.
Le Docteur A. Caries
Nous avons appris avec plaisir que notre
anii l Dr Caries a etr nomme membrc de
la Scicte dt, M'decine ct d'HyIilne tropicales
de Patis.
Nos meilleurs compliments.
Administration Postale
SERVICE EXTrERIEUR
Lettres recomimandies en souffrances
Mmne II. Guerin, Vve Bonnard, Melle
Eugc'nie Beville, Melle Alcina Colaris,
Melle Ad6laide Monads, Melle Berthile
Tourneaux, Henry Mahler. Cldment ingb-
nicur, Jh C. Alexandre, Michel Francois,
Rosa Fit',er. P. Dclince, H. Desenclos,
Aug. Vaicin, G. Flambert, Jn Jh Dest, J.
B. BadJre, P. Sylvestre Clerveaux.
Port-au-Prince, le 27Janvier 1908.

CORRESPON ANCE

Port-au-Prince 25 Janvier 1908
Au directeur du Journal le Matin
Mon cher Directeur,
Depuis deux jours on public, manide et
remaniee la liste des anciens assistants de
'a clinique du Docteur Audain. Nous ne
connaissons gunre le motif de cette intem-
Sestive exhibition de noms et nous ne vou-
ous pas non plus le connaitte.
S'il est dans le group des anciens 615ves
du Maitre des gens qui veulent couvrir du
titte d'assistant leur proverbiale nuloite on
leur royale ignorance de l'art qu'ils enten-
dent cxercer, nous trouvons de plus qu'ils
manquent de tact, de n'avoir pas pens6 A
consulter les intmresses avant de livrer cette
liste au public.
Nous avons en horreur la cabale et l'in-
trigue et nous pensions bien sincerement
que le titre ne fait pas l'homme et dans le
omaine medical surtout, c'est son sens
clinique, ses rbelles connaissances thdrapeu-
tiques qui doivent lui donner le rang au-
quel il a droit.
A la polyclinique PNan nous avons 6t6
entendre les savantes lemons de Docteur
Audain, nous initier A la science si delica-
te, partant si difficile de l'examen des ma-
lades, et nou cueillir le malheureux titre


d'assistant qui en definitive n'est qu'une
presomption de capacity.
Faut-il done ajouter aux ridicules dejA
si nombreux de l'haitien, ce bate amour
des tires honorifiques ? C'est, mon cher
Directeur, la recente histoire dts gens de
lettres dont les cares de visit font pleu-
voir sur nous la cararacte de tires 6ber-
luants don't parole le Matin.
En tout cas, nous efftions notre nom de
cette listed et nous prions l'auteur d'atre
un peu plus r6servet a une prochiine occa-
sion.
A vous mes meilleurs.
DocteurJ. C. DORSAINVIL.
*
Port-au-Prince, le 24 janvier 1908.
Au Directeur du ACatin,
En ville
Monsieui le Directeur,
lier, je lisais dans votre journal une
note relative auK valeurs a lots du Comp-
toir general de Marseille.
Dans le but de completer vos rens:igne-
menis, je vous envoie en communication
la lettre ci-jointe, avec priere de l'ins6-
rer dans le prochain numdro de votre jour-
nal.
Veuillez agrier, Monsieur le Directeur,
mes sentiments distinguish.
F. S'-Gl-RAUD.

Port-au-Prince, 22 janvier 1908.
A Monsieur BARON
'Directeur du Comptoir Gineral des Valeurs
a lots
Monsieur,
Je vous accuse reception d- vos lettres
et circulaires et vous confirm ma lettre
du 20 Decembre dernier renfermant un
eheque sur France de Frs...........1.I94.56
de lamaisonA. Arhendts
au N IoIo plus un au-
tre cheque de M. J.
Dina de ............... ........... ......62.68
et deux titres Panama
lib6rts aIoo francs l'un...............200.
formant ensemble la
some de mille qua-
tre cent cinquante sept -- --
francs 19.............................. 1.457.19
le vous envoie ce jour, sous ce covert
une autre cheque de Frcs. 504 de la Mai-
son Simmonds, au No 9877, de cinq cent
quatre francs, soldant les mensualites per-
cues jusqu'a ce jour 22 janvier 19oS.
M. Isaac Bacho et Ics demoiselles Bacha
n'ayant pas voulu se d6partir de leur con-
trat avant la reception de leur titre authen-
tique, la some perque d'eux leur a 6:6
retournde.
Ci-joint la copie d'une lettre vous don-
nant les renseignements qui, je le suppose
du moins, vous edifieront pleinement sur
la vente des deux titres libnros a M. Geor-
ges Assept et Elie Hakim.
Je vous prie de noter que je ne reponds
as aujourd'hui a vos lettres et circulaires.
'aurai forc6ment la patience d'attendre une
r6ponse A cette lettre, etant donned que
18oo lieues places entire nous ne me per.
mettent, tres malheureusement, qu une seu-
le voie a suivre.
Il convent toutefois que des aujour-
d'hui, je vous mette sous les yeux votre
lettre, du 13 mai 1907, No 189.
Veui!lez, Monsieur, agrier mes civilitds.
F. S' GtIRAUD.
Mardi nous publierons cette lettre
du 43 mnai 1907, No 189, a laquelle M.
St.Geraud faith allusion, lettre par
laquelle M. St.-Geraud est autorise a
encaisser le montant des mensualites
contrairement a ce qu'annonce la cir-
culaire de M. *Baron, que nous met-
tons sons les yeux des lecteurs.
N. D. L. D.


---


Nouv eles Etranlgreg


Derni res D6p6ches
I
PARIS. Le Conscil de Cabinet s
reuni ce martin an minisicre de 1'Intdfiw
sous la residence de M. Clemenceaaj
s'est occupy des in;erpellations sur lesi
fires du Maroc don't la discussion doit t
poursuivre lundi. Le Ministre des affair
Etrangeres repondra lorsque tous les i.
terpellateurs auront developp6 leurs-
servations.
Le Conseil s'occupe ensuite de la que
tion des retraites ouvrier s don't I'accord
est itabli entire les ministries des Financa
et celui du Travail.
Hier la Chambre, apres avoir entendu le
discours de MM, Jaur's. Ribot et Delcass
s'ajourna A lundi pour la suite de la dis-
cussion.
M. ct M"" Pichon offrirent aujourd'hui
un ddjeuner en l'honneur de M. Luzzti,
ministry d'Ltat de l'Italie.
Le general de division en retraite Espi.
rert de la Villeboisnet, ancien s6nateur, es
dciodd.
Le Capitaine du steamer Caramanie qui
prit une large part au sauvetage de la Nive
a &t nominm Chevalier de la Legioa
d'honneur.
PARIS. Une ddpeche de l'amiral Phi6
liber,t commandant desforces navales fran-
caiscs au Maroc, announce que MoulaiHafid
est A Chair, A 30 miles de Settat.
Iho JANElIR. La police de cette vile
a rccueilli 6 marines de la fotte cuirasAd
am6ricaine command par le contre-ami-
ral Evans qui avaient deserted ou oublie.de
rentrer A bord vant le depart de l'esa
dre ii y a trois jours. Ils rejoindront la flott
sur un ,apeur charbonnier.
Une depeche rcqu ici de Valparaiso dit
que 1'escadre chilienne qui va A la rencon-
tre de l'escadre americaine dans les eaui
chiliennes, est arrivee A Valdeira.
Le croiseur aSapho- qui etait au long
de la c6te Ouest est actuellement en route
pour Punta Arenas.
Des Chiliens ont affrt6d un vapeur spi-
cial qui partira de Valparaiso pour aller i
la rencontre de la flotte am6ricaine quand
clle remontera le long de la c6te.
ToKro 25. Le gouvernement japon41
a adress6 auourd'hui a toutes les cow
pagnies d'emigration un ordre inte
disant completement l'6migration a@.
lies fawai, sauf pour les personnel quiT
ont deji des parents ; cet ordre a alartj
les companies ct on s'attend A ce qu'il
provoque de violentes attaques contre It
Gouvernement. Le discours du vicom(s
Hay Ashi sur la question de l'imigratiot
u on attendait pour la seance de la Ditt
'aujourd'hui a 6te subitement remis 44
martin au 30 Janvier.
On pretend que cette decision est
au fait qu'on attendait aujourd'hui une
ponse des Etats-Unis au dernier memoranI
dum japonais.
LISBONNE. Un des organes du gouverne-
ment dit aujourd'hui que la tentative qpi
a eu lieu cette semaine pour renverser ;1
monarchie et proclamer la republique en
Portugal est 1'oeuvre des partisans de l'op'
position dont les membres se rendent coIr
te de leur impuissance. Leur but etait d'o*
bliger le gouvernement A remettre A plaI
tard la date des blections.Cette tactique a'P
boutira pas,dclare ce journal, le cabinet maintenant pr&t a remettre ; en vi$gueiC
Constitution et ii ne craint ni les 6ecti1ml
ni le parlement.










Dernirei flelire

D'apr s information
que nous recevons a
'instant, les generaux
Bie n n6 B a st ienet
Grandjean, comman-
dant les troupes du
Gouvernement voient
venira eux desrebelles
6gares dans les bois
qui d6clarent que tout
est fini aux Gonaives.
D'autres demandent
des garanties pour se
rendre a l'autorit6.


La ville des Gonaives
faith sa souiission.


ON TROUVUERb
A 1'Imprimerie C. Magloire
Les Billets de la LoterI e
DE L'ECOLE DES SCIENCES
APPLIQUEES
Tirage du 5 Janvier 1908, definitive-
ment fixd au ecr Mars prochain.
Prix du Billet : 4 gourdes
Bt isia,-f .B------l" --....^..."

DOCTEUR A. CARIES
ANCIEN ASSISTANT
EN MIEDECINE ET EN CIIIRURGIE
DE LA POLYCLINIQUE-PEAN
SPIE:CIAIITES : VOIBS RESPIRATOIRES
ET
MALADIE DEI ENFANTS.
C .)ultlalions : 7 d 9 h. et 2 d 4 hrs.
123, Rue du Peuple, 123.

Le soussign6 avise le public et le
commerce en g4niral qu'un Re(;u
s'6levant A P. 6. 51 et A lui de(ivre en
faveur de M-me V- A. L. Gousse par le
Cointeitieiix ( Recette et De)pense ) en
ce.te ville 6tant adire, ii le ddciare
nul et non avenue en attendant que
duplicate lui soit delivre.
I'ort-au-Prince, le 23 Janvier 1908.
L ON FfLS,


*UEIflRAII
Diplome et Medaille
Exposition de Port-au-Prince 1881
(Concours R4gional de Bordeaux 1882
Exposition d'Amsterdam a 1883
d'Anvers < 1885
de Paris a 1889
< de Chicago 1893
En vente: 65, Rue Macajoux.
( Boulevard des Veuves )
Puret6 et natural garantis.


Vient de paraitre
A. 'Imprimerie C. Magloira
Un 'Mot
A
M. ANNIBAL MONTASSE
PAR ALAIN CLERIE
Une Gourde
En venlc da l'mpmerimer C. Malloire
et d la Societd Biblique et des Livres Rd-
ligicux d'Haiti.

Industrie
MANUFACTUBIeRE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Fau '- rls.. cravates, manchettes, che.mise
Ecole des Arts et MIVtiers.


Frfolaqe ,e Gruyere
VERITABLE EMMENTHAL SUISSE
TBEIS FBAIS


Chez


JULES LAVILLE
A I A MITRUPOLE


93, RUE DU MAGASIN DE L'ETAT, 93.

ouapea"x 11
Chapeaux t

ChapauChapeaux
Chapeaux 1 1 I
rAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

IOSE SAN MILLAN
Le coifi.ur artiste, q;(i vieiit avec le
concourse d'un chapelier remaiquable,
M. JAIME TESTAR, d'installer une
FABR QUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tous les gots et pour toutes
les bourses.

Francisco DPESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en de-
p6t un grand stock,-- pour la vente
en gros et dktail,- de chaussures eo
tous genres pour
HOMES, FEMMES, ENFANTS
Les commands des commercants
de I'intirieur ponrront etre ex1cut6ees
dans une semaine A peu pr s
93, rue des Frot.its-Forts, 23
POTT.-A-P~1nCT ( HBAITI )

LA PHARMACIES
Emmanuel Alexandre
88, RUE DES MIRACLES, 88,
Se recommande pour I'exdcution
prompted et exact des ordonnances A
n'importe qu'elle heure du jour et de
la nuit..
Drogueries, Sp6cialit6s phar-
maceutiquesextr6mement fratches.
PRIX CONSCIENCIEUX.


Profluits Hygieniqp s pour la Toilette


VAN


adoucit l'6piderme auqael elle
,r ;;i:- ^ V donine une souplesse et un ve-
A lout4 incomparable en lui com-
,."...:.- muniquant son d6iicieux par-
fun. Elle conserve l'6clat et la fraicheur du teint, car elle est souveraine
contre le 1iale, les piqr'Ces d'insectes et les 1 eruptions de la peau.
cotr le a-:, 2 -". .. lessans bismuth, invisible, adh6-
rente, impalpable, prdpar6e
LA :' sp6cialement pour les person-
v -. .. 7 nes qui veulent avoir un teint
krpnroclhable ; son parfuin dElicat, son velout6 ont contribute A faire d'elle,
la Favorite dcs Poudres de Toilette.
& base de Crnme Simon,
SprdparS selon les principles
LE iIles plus scrupuleux de l'hygibne
.,- possede A un certain degr6
toutes les qualities bienfaisantes et pr&ervatrices de la Creme Simon ; ii
est particulierement recommand6:pour la Toilette des enfants et pourles,
dames don't la peau est delicate.
Agence G6n6rale et D6p6t pour Haiti
-A- la VM4etxr op>ole
MASON JULES LAVILLE,
93, Rue du Magasin de l'Etat, 93


ENTREPRISE
: DE
Pompes fundbres

S'adresser a Vve LI ON GABRIEL pout'
avoir le joli Corbillard noir dite Cen-
tenaire.
No 2, Rue Ru Cagloire _Ambrois,, No 2.
On trouvera aussi des chaises A
louer pour enterrcmnnts, marriages,
ftes etc.
S'adresser aussi dans la Rue de I'En-
terrement, chez Mr DAUMEC BOYER.

Cordonnerie Nouvelle

G. B. PETOIA ET SEPE
143, GRAND'RUE, 143
PORT-AU-PRINCE
CHAUSSURES EN TOUS GENRES
EN DEP6T, POUR LA VENTE
EN GROS ET DETAIL.
Execution prompted des
commands, tant ici qu'en
Province.
Formes A hommes; ~14gantes et
rationelles.
Chaussures de dames ( Derniere
mode de Paris ) et le pluscommode:
chaussures pour enfants confection-
n6es avec desPeaux de toutes nuances
d'une selection et durbe irreprocha-
bles, A des prix avantageux.
Cirages, pates et liquides
Pour chaussures de toutes nuances.


Accoureg a lI'Esperan c

Cordonnerie
Clarck & Mercier
Oh vous aurez un travail garanti et
soigne, confection de tous genres a~ec
des matdriaux de premier choix.
L'Utablissement se charge aussi de
faire prendre des measures A domicile.
150, GRAND'RUE, 150.
PoRT-AU-PRINCE.
. I, N' I .


SofmnAVI PS
AVIS


CR. s.


Les numeros suivants sont sortis au
tirage des obligations 5 0/0 qui a eu
lieu le 21 courant :


No A.
C.
a B.
G C.
a D.
D.
a D.
a A.


118
4
94
58
101
52
19


Ces coupons d'obligations deP.orlOO
( cent dollars ) chacun sont rembour-
sables au pair A la baisse de la Com-
pagnie, contre remise des titres
Le Conseil d'Administration
r e Prdsident,
G, SCHWEDERSKY.


,I c.- ----- - -


C;)

=0S








F'ra rx chki exm erxt

A L'ELCGANCE
D. FEItRAI I,
Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance o u public,
particulierement de ses ne;n rbi-: .. cli-
ents de la C6te et de la Capi:i 4qu
I'6tablissement a un stock it. : ila-
ble de chaussures pour homes,
femmes et enfants, on tous genres,
et que, malgre l'offre da cinq your ceui
sur l'achat en gros ( 5 G/0 ) fruit an ri
basis exceptionnel sur les p ix.
L'btablissement se charge de fair(
preudre des measures f domicile.
Toujours : Soin, exactitude, ponctualit;
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCi (If AIT!i
PHOTOGRAPHIC

J. M. .DUPLESSY
120, RUE DU CENTRE, 120
Travaux soignsiis de toutes sorts
et de toutes dimeiosions
Reproductions et agura (lids .I;innl s
( Prix ino i:s )
Cartes Mignonnett3s :
SEULEMENT PAR DOUZAINE P.5.
NOUVEAUTAIS : Papier Pllatine ( nou-
veau genre )
PnIOTO-So1iE ITprfeC-
tectionnoe ( diverses-
teifc es.) I)crnie r cri.
N. B.- La Photo soie pent s rvir a
d( charmantes applications die la pho-
tographie:
Sachets, Euentails, Pelotes- D ssus
de boites,-Ouvrages d ded.n s, etc.
VENEZ VOIR

Tibere Zephirin Bell
Fabricant do chaassures en tous
genres. Pour Hcmmes, FA'm 'EC et en-
fants.
Place de la Ccoix-des-Bos .a .-..
SPfCIALIT t :
P ANTOUFLMSk TLJ J:

Fabrique de chapeaux
La Fabrique de chapeaux install6e &i
1'Ecole des Arts et M tiers, ,cncienne-
ment Maison Centrale, sous la t raisoi
social de Vve P. BenBoit et J. (;. Gui-
teau a l'honneur d'informer le ,public,
qu'il trouvera en son d6p6t un tbon
stock de chapeaux de paille supyrieurs
pouvant satisfaire les goits les plus
difficiles; malgre ces avantages elle
met ses chapeaux "en vente A ur prix
modique defiant toute concurrence.
La abrique informed en outre le pu-
blic qu'elle est la seule qui en confec-
tionne A Port-au-Prince et ce, avjc ic
concourse d'ouvrieres venues expres-
s6ment de l'Etranger.
La fabrique r6pare aussi toutes sor-
tes de chapeaux. Bon march excep-
tionnel.

-*S3t tel-T1estatujLrazE t
ST-JOSEPH
( ANGLEDES RUES ROUX ET DU MAGA-
SIN DE L'ETAT. )
Service bien organis6.- Repas
A la carte. cuisine excellent.
PaolwnrATAm : JosuPa DESRIVIERE


' A. d Maitis el Co.
32, Rue du Magasin de l'Etat
Maison fondee en 1888.
Bijouterie,. Orftvrerie. Gravure
Vic. t d e i 'tvoir ides af ticles de par-
tumeric poi-r ic:s gofls ies plus diflici-
:es. Les p ix!.: tn'u! eu ci rares d'une
i:-lic;a ( clients south dc vdritables petites mer-
veill's.
Les dernitres marque-' qui charment
;e lout i-aris sort chez Matteis:
Son Sourire, Floramye, Trdfoli, IdWt
Cyclamen, Vivitz, etc.
La maison a toujours un grand as-
sortimeut de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries,
lunette,, montres or et argent, pendu-
les c.iranties.
S,,cia i.it::: bagues fraCVaiases en bril-
an !A pirtlir de P. 200, alliances Or
If Ka ..li.."es et fr-aninais- sur conm-
mnr -. ,vic, d'ar eteri~ omrnplet
Pour ms ;-riages.
'ToLI ar articles veduis par la mai-
S on 0.-, gardinlts.
A, -a:t ..- diaiant! iiurres pr'cieu
C-, tl -t ie Lb;outerie Ia*des prix avan-
..i.x. D ,ii:r ri : Lunsttls jaunes.
C(~.re reai;.-e de Detx dollars en
tiraLt---poste d'Haiti, la Maison Mat-
t i ernvce franc de port sous pli recom-
mandd d:ms toute les vitles de la Repu-
blique: Lunatte! ou Lcrgnons en nickel
o, ;t .h.,.s, s 'c-u s :r es:'itio:-s des
_t'. a juruc;o s deachtieire-s


* OCUISTES!..
VERSES BLANCS, BLEUS, FUMAS,
JAUNES, du Dr Fieuzal et du Dr Motai.
VERRES BICO-PCAVES, BICON-
VEXES, PRISCOPIQUES CONCAVES, PE-
RISCOPIQUES CONVEXES.
Assor.imnent completdes foyers
VERRES JAUNES, FUMES, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille
Sans foyers
Verres blancs cylindriques, concaves
et convexes.
Assortiment d'axes complete.
Chez A. DE MATTERS.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

,LI3. )DEL w
Ancien membre de la Societe PLilan-
thropique des mai:res tailleurs de Paris
Vient de xecevoir un grand choix d'd-
tefles diagonal, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
de particuliorement a sa clientele une
bele collection de coupes de casimir,
do gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beauty.
Specialite de Costumes de no-
ces.- Coupes Francaise, Anglaise et
Amdricaine de la dernibre perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits oar-
r4. et*o etc, de tons grade.


TANNERIE CONTINENTAL
DE
Port-au-Prince

PREPARATION. DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEUIRS
CAPACITY~ 500 PEAUX PAR JOUR
PRIX DES CHA USSURES COMME SUIT:


Chevreau glac6; Boutonnd et Lac6 pour Hommes et Dames


Verni et couleurs: a (
POUR ENPAmNs: . .


S LA

Meilleure Farine
di Mon de
Celle qui donLe le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui donne le pain Ie plus blbue e'
le plus leger,
C'est la Pillsbury's Best d 1'
Pillsbury Wasbburn Flour Miis Co,-
MinDeapolis Minn.
Ern. CASTFRA. Re;rrni,t


1o0( DixI


c RecommaendI 10 (Di<
a Recommandis 12 (d . . *. 6 fe s


) SGRATWrUI
AU PROCHAIN TIRAGZ
a- '
de 10 PBONiS A IJTS PANAMA.
~' '~'/F'G~ 10ii Oa8f
600906
cc 13')-PI.hjc


S ......t.Ia... .
4l?- -


Imp. C. MAGLOIRI

45, RUE Roux, 45
TELEPHONE.

Journaux; brochures, billets

marriage, cartes de fiancaille

Orogrammes, affiches, et to

autres travaux de ville.

Billets d'enterrement et cart l

de visit a la minute.

H TRAr BELLEVUE


Place du Champs-de-Mars
PO Rr-AU-PRINCE (HAITI)
M",e lHermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINE RS-LUNCHS.
Installation moderne et comfortable. Vue -sur la mer. Tempdrature
douce et rdguliAre. Les Tramways desservent I'Hdtel-Bellevue toutes les 7 Mint1
PROPRIPTPT SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JARDINS
Salle de reception. -Piano.-Gramophone.
Sonneries Ilectriques

Table d'HAte u jo ur, de mdi4 a hs .,,
de 7 d 8 4 ures du soir


-~a