<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00243
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 23, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00243

Full Text
JEUDI, 23 JAN vi M 1908.


Ift ANN3 N, 245T


4


J


QUOTIDIEN _
-l- r- ....-


3OKUINIETS :

PA, Ptois Una Gourde DAVA.NCE

DdAaTUMZm & &StN GSa
Vial d. post*.an =a.


C16mexa. Neag~coire,

RIDACTION-ADMINISTRATION
45; U ROUX9, 45.


LE NUMSRO 10 CENTIMES.

Les abonnements parent da ier. et du IZ de chaque
mois et sont payables d'avance
Los manuscrito lDr6r6s on son a s*out pai romi.


Driiir t orutia s ticoncernsIAd 1'T"In-mfntration du Journal, s'adresser Monsieur


b .wuw -4


Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.


Hier a deux heures
de l'apres-midi,le Minis-
tre de la guerre a fait sa-
voir au President de la
Republique que les ge-
nirauxAndr6 Guillaume
et Figaro se sont empa-
r6s de la Petite-Riviere
de 1'Artibonite.
Les troupes du Gou-


vernement vont


inces-


s moment occuper la
Grande-Saline qui a dd-


ja fait sa
Ces deux


soumIIssion.
communes


dependent del'arrondis-
sement de Marchand.


S -
ARReT

NORD ALEXIS
PRESIDENT DE LA RIPUBLIQUE
Vu l'article 102 de la Constitution :
De l'avis du Conseil des Secretaires
d'Etat ;
Attend que le bAteau du nom de
* Vortigen armed on guerre, emprun-
tant le pavilion d'une puissance amie
et transportant i son bord on grand
nombre d'exiles commands par le
anmme AiRnmoa FIRMIN, condam-
n6 & mort par contomace par juge-
nmnt do C*onel special militaire de
I'Arrondiqement do Cap-Haltien en
date do 91 Met I90, common princi-
pal author de I'tarrection qul boole-


versa le Pays en 1902, a osd se mon-
trer sur plusieurs points denos c6tes,
entr'autres au Mole Saint-Nicolas, dans
l'intention d'y operer un debarque-
ment et de perpetrer des actes d'hos-
tilites centre le Gouvernement cons-
titutionnel etabli ;
Attendu qu'il est urgent d'epargner
au Pays des actes de brigandage aux-
quels ce navire tente de se livrer :
ARREkr
Art. ler.- Le navire A vapeur con-
nu sous le nom de a Vortigen, a ar-
m6 en guerrp.lequel est au service du
dit Anter or Firmin et de ses parti-
sans insurges dans la ville des Gonai-
ves, est d6clard bAtiment pirate.
En consequence, tout ravire est
autoris6e lui courir sus, A le captu-
rer et A le livrer aux autorites dePort-
au-Prince.
Art. 2. Le present Arete sera
public, imprime et execute a la dili-
gence de chacun des Secretaires d'E-
tat en ce qui le concern.
Doined au Palais National, A Port-
au-Prince, le 22 Jarvier 1908, an 105c
de l'lnd6pendance.
NORD ALEXIS.
(Suivent lse signatures)
-

UN CONSUL
Relev6 de sea fonotions

On nous informed quo le Secretaire
d'Etat aux Relations Extdrieures a
reou de la L[gation am6ricaine noti-
fication que M. Charles Miot, consul
amdricain Saint-Marc, vient d'etre
relev6 de sea functions, pour compli-
cit6 avec lee rebelles.
II eat peut-6tre n6cessaire de con-
seiller aux agents des autres puissan-
ces dans les villes de la R4publique
de faire attention A leur conduite,
car les Ministres dtrangrs, soocieux
de la correction de lours subordon-
ndse a tol6reront pas nous on sonm-
mes certain, les gi-oents uas-
oeets.


NOS CHIEMINS DE FER


LEUR VERITABLE FUNCTION


Ceci est une recl.iue et le lecteur
va constater qu'elle est complete ; je
I'extrais, sans en rien rettancher,
d'un chapitre dcrit par M. Paul de
Itousiers sur les chemins de f-r et
leur i6le aux Etats-Unis; cette recla-
me mane d'une important compa-
gnie de chemins de fer, le Great Nort-
hern Railroad ; il s'agit de l'Etat de
Montana, reserve indienne qui venait
d'etre ouverte A la colonisation :
a Installati ns A proximity des che
mins de fer et des marches. Bonnes
occasions pour clever des chevaux,
du b6tail, des moutons et des porcs;
pour cultiver les cereales et les raci-
nes; pour extraire les m6taux pre-
cieux.s et pour vivre dans la parties la
plus saine du continent.
SLe Montana est un grand Etat,
plus grand que tous ceux de la Nou-
velle-Angleterre, et moitie plus grand
que le grand Etat de Minnesota. Le
diagramme suivant des 6tendues com-
paratives donnera au lecteur, mieux
que de simples paroles, I'idee de
l'immensite de cette nouvelle et gran-
dissante republique.
a Superficie
Montana ...........
Massachussetts...
Ohio................
Minnesota.. ......
c Population :- Pour lapopulation,
le contrast est tout au rebours : le
Montana a 160,000 habitants ; l'Ohio
en a 4.000.000.
a Cela met bien en evidence qu'il y
a place au Montana pourplus de gens,
pour des millions de gens.
1 La Grande Rdserve, r6cemment ou-
verte A la colonisation, est aussi vas-
te que l'Etat de l'Ohio lui m6me et
renferme 18 millions d'acres (7.200.
000 hectares ) a choisir pour y eta-
blir des homes ind6pendants, sous la
bienveillante legislation fdd6rale des
terres.
a Le Great Nothern Railroad no WOS-
sede aucone terre dans cette r6gon.


Le seul bendlice qu'il ouisse retirer
du peuplement de la contrde, c'est I
transport des voyageurs et des marchan-
dises, teller que metaux, carbon de
terre, laine, grains, b6tail, chevaux
et moutons.
a Bdtail, chevaux et moutons:
Avec ses 100,000 habitants, !e
Montana est une des plus riches con-
tr6es du globe. II a tout ce qui fait de
I'argent.
Pour montrer comment les culti-
vateurs et les bleveurs acquierent la
rihlesse, disons que le gouverneur
estime i 5 millions de tktes le nom-
bre total des chevaux, des betes a
cornes et des moutons.
& Cela fait en moyenne un troupean
de 32 tetes pour chaque habitant de
I'Etat, homine, femme ou enfant. Les
4 millions de citovens de l'Ohio n'en
possedent gure plus A eux tous. v
.e crois que le lecteur a comprise
clairement : c'est une compagnie de
chemin de fer americaine, le Great
Northern Railroad, qui fait connaitre
a x interessds, par cette reclame, lea
resources, natu element exagerees,
mais rdelles d'un territoire neuf, afio
d'activer son developpement et sa
prosperity, de faeon A rendre lucratif,
le plus possible et le plus vite possi-
ble, a le transport des voyageurs et
des marchandises. *
Lorsque chez nous l'on parole ao
phrases pompeuses du chemin de for
comme agent actif du relevement de
notre agriculture et de notre industries,
il faut que I'on se convainque que le
veritable chemin de fer ne se content
pas de s'6tablir, mais que, ap 6s son
dtablissement, ii doit solidariser in-
timement ses intderts avec ceux des
regions qu'il traverse, de manibre A
atteindre simultandment ce rdsultat
en parties double : augmenter la pro
duction dans ces regions afin d'ao
croltre I'intensite des transports.
a Rien ne montre mieux, dit un ci-
vain, 1'unoon 6troite qui eostxe entire Ia
construction d'un chemi de for A
I'exploitation do trritoire. qa'U trr-


I I a I I I


--- .. --- -~.-- ----- --


POMTTLACFPRINCR (Rmntl






verse que cette obligation ofi se trou-
vent le.: capitalistes, apr~s avoir 6ta-
bli une liYne, de se tranasfortfer oiI
iiagwiculteurs, 0:1 (levetirs, en mintuIrs,
pIoulr dotimCer 1'cxem nlpe ,ai wix cities et
flire pIr)spdro'r la coimlr6e qu'ilk ont
"uvette. a
Le Imr&~sident do. ia Compl-Iwmo de
Ni. .1. 1 1. Il.l e le'(hka'i'; 41 iro all Min-
liei f ,diimae f.,rmvxt ,;if-l I iijel Ii it se,

110.0 ;i) pouvoitr. iuider i1tilemietnt les
(Il'ols v I'xplil'tiol d s ferm-mi ers.
eLablis tout le lmig du parcours dc la
Voie lcrr~e.
IA0tSqAIC le S-'5 Ce.,i5 lh:I-e,%)IIIItln 14)111
tAdifi crIi a'iteallienit stir le i Inl#1U
ies races d'aauimiaux, les iweitlcures
s -imeicesi et les iweilloiirs pmoct'dtls
d'1veage ci tie cCulture -A employer,
II f ait. comiitrC les r't;siltd1s .icquiis ce
1`1ilc.~i. j -lAaiS iis uad otu t, la vtri-
I.4l~ l~w oll d A mt-
It At : Al [ sipio si l dioi-. -; apStftin ltetirs de
hI M A &.-,, (05colil iolls le toplus
*iat1a~,Z~i-t-, ass i1)1 .110 t a~htd es
tat ije.-if r os i'S p' (venit *ue ,t :altot (lei
I ainreaux Ia tIt.des iW.i -
I ill ct i1 o- li )U%'C'f itl- l-
12)1 liopo Iiii'eti grirtl, trais, soi-
1) It1aneaa. adoi tt~s au chl )at et allr sll
.1 *-llctis onhlier tie, dire queltj dC clia-
- t0, vi kit ie e 1it (e1 0 r si t i a
dm.III.Lt Ii~ li ctiiiii, c* Cst ilpw Ia fe mei

pore.
LtIua f tii,(!, cii CIItend u c-irnoanVex-
toil atiLiP (it ciin ide et; car la a
flelruj, d:a II S lI~)C'occa 'eICe, fl'(xisto iu'C
trtic de ut~cl;iiw, et i i cs~ilttat dIc C's
I' 3' I mud'11 1 .1'i t : s Cst. que es tt.' -
rituires iteut es. ouveirtA la i c''lonisa-
I I t:1* r o lv%,0 I 01 ( 1b i ;kw, I arfois 0:1
moli~i ds (I I V ,,i ailt i ll, ( Ii (e.V Iol cfilent)


-fl:iit I )it 4ti 11Le ad lli l- 'sI'( d11'~ l
Un(ione i\ d Ird'e, it I I I its de tI Io Iv
Etu t ji~lt F side 4id '.ti t.II i U..aplit ii iZeI
[leal ~teitiCrecieat amsta'e de veil-
mltt CUtI'ala~rlientatitoll do ai-sati-
c,' itaijijliale (pIci ent Iha vraie cd I
ristijuti utdo I'el'ort amani(ac'ri n et celle
p ar I a q n Ies F~it s-Unis fo weptut i
ciinsi:nmenttl ir e l'admniration duit l imod
UI11 VO vyagen1r, notis p ahuit d'amn ai
dicaot.teIl do, ctit uicd htot a enuo'ricaiit,
do veimi de lit Compa-iife C/i olo,
MilivwaUke(' ai'il St RAi l iy .lL
coosi: I Ii se cuniuSe une g r.11de
1*41milkie da 11" 0,-0 S.11. (-'ll .10; totiuti'n
c'46 est consacr6 A tinle carte des
ELIatsi-Ilis ; I'autre est partag6 en
dmK parties A ;a'u pri!s tlgAiqes, la pre-
itiiiter, o, o Iio trotiveiit ks heure (ties
trains, la second retuplie des lot.aai-
ges les plus amrnticaiaaes A L'adrcsse
dtes seiz.e Itats ou lerritoirts que roia-
C )4*rc sur son passage le Clhicago,
Milwaukee and St-Pa al Rafilway. P
Lorsque L'observateur veut demeler
Los veritables causes do la ptosp6rit6
sociale am6ricaimo) et d&couvrir les
principaux agents de cette prodigieuso
dvoltition do people voisin,- qu'il
W'a'it garde d'oublier le Chomin do
fI', ct Ill conducteur, j'allais dire
c1eo ligne eondiictrie-e, appeMl Al he
g~ilider danalo d0tldale do ce gigantes-
tileo progr~e.
Pri~r d'a visor l'administra-
tiau do la inoindro irrtlularit~
daas I. s ervice dU I~A~N .
af~ia qu'tl y ~oi% de suite rIM6*D
4)'.


Spf omme consul general A Port-au-Prince
F Unvlle sec jurisdiction sur tout le territoire de
1li Rpublique d'Haiti.
s p i ne telle nomination &tait attendue
Un convoi des plus imposants condi- avec n par la nom sweet florissan-
sait hier :A sa dernire demeure VICTOR CAS- vte colonic ta lie dans iysm
sGOL don't route apopu!a dlore te colonic talie dans lays.
s I dont toute la population deplore la M. de Matteis est un w e ct distingu6
dispariti onie nbr I'lis -o patriot qui sera A la Ila cor de ceite deli-
sLa crimoni e unebre ta Il glisc t-o cate et difficile mission, et qui tiendra
scph fut emouva.tew tant c cher dfunt haut le prestige du nom italics.
s'ait I.:it ainmr du ClkrG De tres-noble famille napolitaine. il a
Au ciiitiere M. G. Jacob prononci le faith ses etudes au Lyce Alteno Geno-
discours uivanit au noin de la Compagnie vese s, de Naples. II paya ensuite son tri
des Pompiers Librns don't Victor Cassa- but A ia Patrie en servant dans la docte et
gnol fut un des meinbres tfodateurs: brillante artillerie.
Mesdames, Ii alla peu de temps apis dans !a Repu-
Messieurs, bliqut; d'Haiti pour raison de commerce et
Avint que ce cercueil disparaisse de nos y fonda une mason de premier ordre,
yc;ux qui g.rdcnt encore et pourlongtemps augmeanant ainsi l'importation italienne
1'imprts.ion de Ii physionomic respectable pour les articles de oaillerie.
de i'homme de bien qui s'en va aujour- Nous lui faisons done de vives felicita-
d'hui pour :oujours, permettez qu'au norm tions et nous lui souhaitons une longue et
de la Co.ipagnic des Pompiers Libres de glorieuse carrier, nous faisant ainsi 'in-
Port-au-l':ince, je remplisse le triste et im- terprete d'un grand nombre de citoyens
prieux dc:.-oir de presenter A la famille dtablis ici. *
du d'fua: Ino in:r.crts comtp'inents de ILARIO CIACIULLI.
condol.aics ct lui disc que nous aussi, RENSEIGNEMENTS
de l'(V.u'rVi l:imainitiaire, sonmmes profondd- MiTEOROLOGIQUES
nent .prouves par la disparition inatten- -
due dc l1'lioInoI.Ibc figure que fut Victor
Casa 'iIol. Oui! nous sominlc aussi frap-, ae)s&er Bvatoire
pes ct L[ po pul.tion loute uLniicre, car cet DU
hoinmcm, Cct cxunple du travailltur hon-: INAIRE COLLCE StMARTIAL
n'te ct iindp.-ndant, ce mod' ce du vrai
p're Jc ti!ii;c consa.:ra une bonne par- M ERCREDI 22 JANVIER
tie dc soui .xitence au service de la Comn- 8aroietre A midi 762 "/"4
pagic d. lPo)piers Libres de la Capitale. minimum 200,2
A ce ip ":st : .z d dvouencnt et de sa- reirpArat.ure manmum 00,0
crilice, ,oi I. l.aisons son ilo e- A ses con- i3
tcnipor.aii'.; il nous suffit de vous dire, Moycnne diurne de la temperature 2.t1,2
Mcsd inns. Messieurs, qu'il a appartenu Ciel lekgrement nuageux toute la jour-
au Corscil d'Administration de 'lllustre e.
Conlanld.ntnl Beaubrun Roux, de regretted II.lo lun ire i h. du martin ( 23 Jan-
minmoire, et quele nomnde \ic:or Ca sagnol vier ) Rosie
est gravcv en Icttres d'or an lo,:al de la Sta- Lc bnometre stationnaire pendant la
tion C. nIrale, coimme un d-s inltiittcuis et journey, est r.montb pendant la nui:.
executturs de cttte bA.tisse qui tlit i'orgucil R, BALTENWECK
de la Compag.ie. R. BALTENWECK
Aujourd liui, honorable 5t rirette con-, Tribunal Civil
fr'rc, au i:onient ou nous, vo humbles
re, au oent ou nous, v umbes Audience civil du 22 Janvier sous la
succe:al nous c rf.onsh un apcel gietan- prshidece du luge P. Jh lanvier qui pro
ral a tou- les meilnbrts honoranct s et an- none les jugements suivas :
nonce les jugements suivants
cicl. poml icrs, au moment oil nous comp- I, Cclui qui declare bone et valuable
U!0o11, it'.pt Sur vos salutaitcs consells
Sv salsaisic arrCt pratiquCe centre les mains des
poaU est.ycr ide faire reprendrei A la Com-tiers-saiais qui se reconnaitront ddbiteurs
qupag co, crite, morainsesion giVantes ue envers le sieur Georges S6journ6.
que vos contemporain s et vous, vous lu i o
az d e, la ort,effyabe rait 20 Clui qui reqoit la dame Claircina H-o-
coavietre pr araler io effro vs fritracin appelante du jugement du Tribunal
sc victim. p Nour prlerdrtons touts, ous it de Paix de l'Arcahair rendu le r3 D6cem-
sa victi'i c Nouw perdrions toute esperan- ro
ce s il ne nIo.s 6tait res'c le souvenir de bre o6 nte
l u Affaires entendues :
votrei glorieux passe: Nous y pui;erons no- Louis-Charl t son
Ire consolation et notre enseignement. I cile Louis-C Edmsnd Dessert.
ne de osCsfti.ents d Racine Ain6 et Edmond Dessert.
r, coinineit ge de nos sentiments de R I
rer,:s et der profonde graitude, noui Les consorts Revolu Poyot et Pro;per
vouLs otiro.is cUt e modest couronne. Puis l sie est le
'uie Diu, dn sa iicorde, vouss le est lev
inspiter eI s'-,cr',t d' njecter dans nos cceurs Tribunal de CGssatiol
le baumne de votrc Cons'ance et de votre SECTION CRIM NELLE
Pcrs&evrance.
-Nous renouvcluns A la famille l'expres- Audience du Merrrdi, 22a lvier 1o90
sion de nos yinpathijues condol6ances. Presidence de Mr Ie President H. L-
chaud.
Le Tribunal prend siege A dix heurm es
S dcie du martin et pronounce les arr6ts
sualnts :
I Celui qui rejette, come meal
fond, le pourvoi du sicur Vilada Vilsaint,
La nomination du Consul G6n6- contre le )ugement du Tribunal correction-
ral d'Italie dans la Republt- nel d'Aquin, en date du 27 ftvrier de l'an-
que d'Haiti nte exparce, rendu coatre lai au profit des
Nous extrayons de la e Scinilla Electri- consorts Jacsaint Jer6me ; etc.
ca *, 'NO du I5 Dicembre s907, I'entrefi-1 2a Celui qui declare le Commnis-
let suivant concernant notre ami M. Al- saire du Gouveruement pr6s le Tribunal
fredo de Matteis, don't la nomination an civil de Port-au-Prince purement et simple-
poste de Consul d Italie a t6: saluee avec ment non-recevable en soo pourvoi cont~t
joie : ie jugement da Tribqna civil du dit lies,
*Parle 'Bulletin official d'ltalie nous avoat ae date du 9 DIcrmbre deranade deolge,
appris que M. AzaIo s MAr a cA rendu par contumace ena faeur de noran-


mis Christian Rigulus et Marguerite Ms.
tin.
Puis entend I'affaire de:
Jules Schama en suspicion l6gitiaM,
contre le jige A. Valmt, de l'Instructia
criminelle de ce resort ; le sieur JosI
Sasson, intcrvenlnt.
Mr Jdrmie, Juge Rlpporteur, lit ,on rap
port.
Me L ger Ciuvin est entendu en ses oh.
servations pour le dcmandeur.
Le Ministcrc Public, Mr Luc Domini.
que, conclut au rejet de la demanie *
suspicion legitimc,
Le r6'e diant 6puis,, le siege est level ,
Valeurs A Lots I
Nous mettions dernierement le public i-
garde contre les manoeuvres financitres co
chdes asscz souvent sons le voile des ft
meuses operations dites de Valeurs A Lo.
A la suite de norre cri d'alarme, M. DAe
gardin, directeur du Credit Financier, s'et
empress de nous fire parvenir les rensei
gnements r.6cessaires pour fire le jour su
les operations qu'il dirige, renseignemenat
que nous n'avons pas hesit6 A communi
quer A nos lecteurs.
Aujourd'hui, c'cst le a Comptoir gean
ral des Valeurs A lots qui, apres avolf
parait-il, fait encaisser bon nombre de mew.
sualitis par son agent general, M. St G&
raud, adresse A ses clients une retentisanN
circulaire pour nier la valeur de cs veril
men's et cng.ager les portcurs de boone fat
dans la voic des procs.
N1'est it donc plus permis d'avoir coo
fiance ? Nous reviendrous, aprksenqu6e'
sur la n.1:ure de cos operations du Comp
toir GnCr.&l de Valeurs A Lots, dirigd pei
M. Baron, de Matrsille.
Nouvelle Brochure
On announce l'apparition a 1'Imprimna
J. Verrollot d'une brochure due la pl1
me de M. F.rna.d Dennis et intitul e
Banquet' c't I'lprunt de ;o millions.
L autLur nmoutict les lcponsabilitds do I
Banquc, .In mni:c' temps qu'i! signal
grands services rendus au pays par le G'
neral Nord Alexis, que le patriotism Is
plus aidcnt aninme dans routes ses gda
reuses cntrcprscs.
Marriage
Avant h.er, A 7 h ures du martin, s
milieu 'iune belle et nonmbreuse asistsan
a ,t1 bdni, a la Cathlidra!e, le mnariage d
Mile Louise LLREBO'RS avec Mr Stipha
DENNIS fil.;.
Les naric ont 6td conduits A l'autelp
Mine MI. Caze et Mr Frderric Marcelt
Out quote : Miles Christine Dennis avwt
Mr lten6 Lerebours, Mile Claire Dea
avec Mr Albeit Legitime.
Nous renouvelons aux jeunes epotnx ~
meilleurs vceux de bonhtur.


compagnie P. C. 3.

AVIS

Les numdros suivantf sont sorties A
tirage des obligaliois 5 0/O qua a s
lieu le 21 courant :
No A. 118
C. 4
a B. 94
G. 58
( D. 101
D. 5S
A. 10
Cos coupoosd'obligations deP.
(cent dollars ) chacun sont remp
sables au pair l la baisse de 41 C
pagnie, centre remnio dea lre 1
Le CoaUI d'*dptEUsturtion
S PC, S K .