<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00240
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 20, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00240

Full Text



LUNDI, 20 JANVIER 1908.


JI


QUOTIDIEN


= --


ABOHNKIANTS:

P&i MOIS Une Gourde D'&VA.NC

DiPARTuxxrxT& &t TIuNxGi
irate do poss on sue.


Dixzc'riwa:
C!l6mezix LtvMagucdre,

REDACTION-ADMi NISTRATION
45, RUR RO&7X, 45-


LE NUMtRO 10 CENTIMES

Les abonnements parent du zer. et du xS
mc's et sont payables d'avance


d~ cheque


Lee manuscritvE ins~r6s oU non us sont paU remis.


----


Pour tout ce qui concern l'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux on Bonne-Foi.


LA NOUTVELLE E Q IP E meau A la convoitise des masses igno lu que ce dit 6tre la mime chose par-
LA LL UIE rates ruindes et abeties par les prd- tout ot its parviendraient come
ctedpntes guerres civiles. c'ttait porter dans leur plan infer-
DE Le mercredi 15 Janvier de cette nal.
ann6e, un tbl1gramme fut lance du A St-Marc la delegation eut la sur-
ntn irin nNord par une personnel qui, d'apres risee de voir la vile qui, tout-*'t-'heu-
Snos informations, n'est pas haitienne. re semblait flamber d'illuminations,
Allllor Fimi Jell-J U8 U Ce tldgramme, don't le but e6ait de plongde soudain dans les tdnebres.
divertir l'attenltion du Gouvrnement On avait appris l'arrivde du navire
disait qu'un tremblement de terre de guerre et on faisait l'obscurite,
Un tlgramrme mensonger. Stratag6me. Le gouvernenent avait boulevers6 la ville des Gonaives l'obscurit6 propice au crime pour le
et v avait dLtruit,- fait curiiux- les surprendre dans un piege.
envoie des secours. La d616gation devant Saint-Marc.- maisons et les magasins d'ennemis Le Ministre de la Guerre dslgua
Illuminations et obscurit6.- Gonaives et St. Marc en ar- notoires du Gouvernement. au port l'officier de Marine Hulan.
mes.-- Assassinat du Gal Auguste Piquion.- Officier Le Gal Nord Alexis, sans so prdoc- Les rebelles I'arritWrent lui et les ma-
cuper des sentiments des principles rins de sa suite.
de marine arrCet..- Les dispositions du Gouverne- victims A son endroit, s'empressa C'dtait trop.
ment.- Saint-Marc est prise d'assaut. de ddl1guer les g6ndraux Cyriaque Le Gouvernement pr6venu prit im-
Fin prochaine de 1'aventure. Cdlestin, Secr6taire d'Etat de la Guer- Indiatement les measures necessaires.
S>, re, Villehardouin Leconte, Moatreuil Nous disions samedi que l'opinion
('est au moment ou l~ Gdndral on va rompre la digue, par le brilliant, Guillaume, St Julien Sannon pour publique condamnait les promoters
No-d Alexis croyait tres sincerement I'6clat, le vain prestige don't se pare- porter des secours et un message de do ce movement. La nouvelle equi-
avoir di(c uragd tous les liarti-pris a ra la cause de tous.ces maux. condol6ances A la citie prouvie. 96e d'AntenorFirmin-Jean Jumeau est
toice de tenace bon vouloir au servi- Antenor Firmin, sur le rocher de C'dtait un stratagene des rebelles voude A l'avortement comme cell de
Ce du I'ays, au moment ot, conscient St-Thomas ou d'autres mallieureux qui, supputant le geste de inansud- 1902.
d avoir accompli, en depit de tous les pleurbrent et souffrirent par sa faute tude du Chef dol'Etat, s'en faisaient Les insurg6s peuvent fair la para
obstacles, mille ceuvrez de bienfai- de la misbre, de la faim et de toutes forts pour s'emparer des navires. de comme ii y a cinq ans, avec leur
sance national, il se reposait pour les angoisses, Antenor Firmin que Dieu ne permit pas que la bont6 du fanltme de gouvernement; les I mmes
entereprendre la gu&srison d'autres sa fortune acquise dans les charges Gl1 Nord desservit son Pays et tour- gens qui, alors leur avaient pr~et de
blessures ouvertes aux Ilancs de la publiques met A l'abri -du besoin, lui, nat contre lui. l'agent, peuvent leur fournir encore
Nation par une nude de itoyens dd- Antenor Firmin, ne mddita pas sur Arrivded St-Marc, A la nuit close, d nds rembourr urniotenore
natures, affolds de pouvoir et de jouis- les d6sastres qu'il avait commis, sur la ddldgation apprit fortuitement, pa vre rsor public. Tout sera vain.
sances, au moment of nous souffrons le dangereux example qu'un homme des pAcheurs que la ville dtait en ar-
encore des large saignees faites au de sa reputation donnait, il se voua a mes, que les auxiliaires du Comman- L'energie, la volonte inflexible, la
Tirsor Public par I'heritage de ruine une suite d'intrigues de toutes sortes dant de l'arrondissement I'avaient sagesse et la valeur qu'on :econnait au
et de sang que nous laissa la frasque st son delire aboutit A cette pensee trahi, que les principaux fonetionnai- Gnderal Nord et que ces memes enne-
olieuse d Antenor Firmin aux Gonri- monstrueuse don't aucun haitien ne res de la localitd qui, la veille, ren- mis ont deja 6prouvee, triompheront.
ves, A Petit-GoAve, au Limb6 et A St. futjamais effleurB sans en fremir de daient les plus bas services au Gou- Saint-Marc est actuellement au pou-
Michel, c'est en ce moment que ce repugnance et d'horreur: l'appel de vernement et en obtenaient les plus voir du Gouvernement qui y a instal-
nitlne home n'a pas h6sitde repren- l'dtranger dansnos affairesintdrieures. grands bienfaits, s'etaient faits les 16 le Gendral Camner Jean-Baptiste,
dre son criminal project de rallumer Antenor Firmin a dmis cette idde c',efs de l'insurrection. comme commandant de l'arrondisse-
la guerre civil dans le Pays, d'en- qui n'est pas une idde haitienne: Le Gendral Auguste Piquioi a ktd meant.
voyer, pour l'unique profit de son am- a Nous n'aurions pas A nous plain- assassin. Son fils faillit subhir le me- On peut s'attendre d'un moment A
bition de pauvres paysans A la mort, dre devant la conscience universelle ime sort. Sa fem ie et ses malheureu- A i'autre, A la soumission des Gonai-
de comdamner leurs champs A la dd- d'une intervention dtrangere qui n'au- ses jeunes filles ne purent fchapper VLs.
vastation,de rendreles foyers deserts, rait pas laforme del'annexion violent. a la rage des brigands que par la fuite Le Pays, un instant trouble, se ra'--
de longer dans lea larmes et la de- C'est guide par de tells id6es, c'est dans un consulate. e av ef c lamntle
isolation des m6res, des veuves et des mettant sa conflance en de pareilles Le commandant de la Place, le dquiper des enrages du pouvoirqu'on
orphelins. choses qu'Antenor Firmin vient de chef du Port se trouv6rent, eux aussi, a remis A la raison.
Et voila les seuls b6enflces que susciter encore la guerre civil dans isoles en un instant et assaillis.
cet homme, avec toutes ses lumieres, le Pays. La trahison avait fait son oeuvre, Honneur A tous les officers qui se
veut encore faire choir A sa Patrie. En outre de ces moyensqui jamais, l'assassinat allait s'en suivre si ces sent dis inguds par leur devouement
Certes, le Peuple y trouverait son jusqu'A ce jour, n'entrerent dans la officers n'avaient trouvd A temps, un et travaillent, avec les bons citoyens,
compete si pour lui les desastres ma- conscience d'un haitien, les insurges refuge certain. A empecher le bouleversement pro-
tlriels, I'affaiblissement graduel de la ont arretd de mettre en oeuvre pour A Gonaives, ce fat la mmoe chose. long du pays.
nation, I'ajournement du progr6s et la le succes de leur ca so I'assassinat Ddfection et attentat sur la person- Honte A ceux-lA qui n'ont pas hd-
mise en pdril de la souverainetd na- sur la personnel des autorites fldbles ne du commandant militairo. Ce fut sit6 A vouloir grimper sur des cada-
tionale pouvaient jamais se compen au devoir, le pillage et l'incendie des la meme chose A la Commune des vres et des villes d6vastees pour arri-
ner par lea formules aeduniantea don't villes promise par le f6roe Jean-Ju- Verrettea et les insurg6s avaient rdso- ver quand m6me au Pouvoir..


I




t

i


_i __ r ___


Ife~ ANNEE, No 242


M


PORT-AU-PRINCE (HAM)I












RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUES

O- bserra.toire
DU
SMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL
DIMANCHE I9 JANVIER


Baromktre A midi
Minimum
Temp6raturemaximum


763 ,m/m6
190,7
320 7


Moyenne diurne de la temperature 250,9
Cicl clair le martin ; lgerement nuageux
l'apr&s-midi.
A 8 li. et demie du soir pluie, sur Car-
refour, Bizoton, et la Rivire Froide.
A -4 b. ct dcmie du matin ( 20 Janvier)
couronne lunaire iris6e.
Le 13arom&tre est A peu pros stationnai-
re.
R. BALTENWECK
Necrologie
Nous avons announce vendredi, en der-
nicic here, la mort de Melle Laure Che-
vallier, don't les obseques et enterrement
out ci lieu a P1tion-Ville, dans l'apr-s-
inidi.
'Ious ccux qui out connu la regrettee
dcfunie savent combien elle tait d'un com-
merce rgr6able et d'un temnprament doux
ct sympathique. Malgre une santd depuis
longtemps chancelante, elle temoignait
a tous, tt dans les circonstances les plus
divers-s, ui ddvcuement et une assistance
remarquablts Elle s'dtait fait, A P6tion-
Ville, la Providence des petits enfants et sa-
vait charmer defaqon intrressante leurvill6-
g nature ; aus,'i, elle sera universellement
regrctttte a P't1ion Ville ouf elle laisse cer-
taincment un vide dans presque routes les
maisons amics.
Nous rcnouvelons a sa famille les assu-
rances de nos meilleures condoleances.
Un monarque affairs
Mu:suhito, I'empereur du Japon, se 1-
vc de bonne heure, et monte souvent A
chtval J3s l'aube. Aprts un ldger ddjeu-
ner, il se retire au ( gukumonjo son
lieu d'6tudcs et de recherches. LA il recoit
les rapports des ministres, lit les cablogram-
mc.s de 1'&tranger, critique et corrige des
journaux de toute sorte. Les affaires de
l'Etat passent a dix heures du martin. Apres
le lunch, I Empereur assisted A des course,
(t f.iit lui-m~me des questions sur des
sujets ayant trait aux sciences et aux
lettres ainsi qu'aux &v nements politi-
ques.
Un jour il assissait A des exercices spor-
tifs a 1'Eco!e des Nobles. Parmi les con-
currents, se trouvait un grand garcon soli-
dement muscle, qui luttait avec le Prince
Imperial. Ce dernier n'6tait pas de taille a
se mesurer avec son adversaire et ne tarda
pas a Itre battu. Aussi les spectateurs, sa-
chant que l'Empereur 6tait present, s'at-
tendaient-ils A le voir exprimer son m6con-
tentement. II n'en fur rien. Quel ne fut
point la surprise lorsque Mursuhito felicita
le vainqueur de ses prouesses. Luttez,
lui dit ii, fermement, et rbussissez dans
tout ce que vous entreprendrez, comme
vous l'avez faith aujourd'hui. Un jour, mon
fis aura besoin de beaucoup d'hommes
come vous. 0
Administration postal
SERVICE INTERIEUR
Lettres recommandes en souffrance
Emmanuel Desroches, Aramus Antoine,


Paulustin Paul, Lcon fils, Thimothde Ro-
land, Mirabeau Ethdart, Etienne Celestin,
Commandant Germain Lanon, NMme Lo-
zama Germain, Mme Adele Hyppolite,
Mties, Luce Ligondi CIcilia Renfoit.
Port-au-Prince, 20 Janvier 1908.




j Dipl M
Diplbme et Medaille


Exposition de Port-au-Prince 1881
Concours Regional de Bordeaux 1882
Exposition d'Amsterdam < 1883
( d'Anvers C 1885
S de Paris C 1889
4 de Chicago 1893
En vente: 65, Rue Macajoux.
( Boulevard des Veuvcs )
Purete et natural garantis.
-- III -. ["


ofmiagnie P. C. S.

AVIS

Les ilntlresst's sont ; vises que
la misse en rouleaux des numeros
pour 'ainortissenient des obliga-
tions 5 (10, par tirade au sort, s'ef'-
fectuera le mardi, 21 courant, ;'I
10 hrs 112 au siege social de la
Compagnie, sis au Champ de Mars,
No 56.
Port-au-Prince, le 17 janvier 1908.
Le Coneil d'Administratiia d. la
Comnagnie des Chemins de / i de la
P. C. S.
Lo President,'
Schwedersky.

r*
Le Public est prevenu qIu'a par-
tir de cette date, jusqu'A nouvel
ordre, le dernier train dps tram-
ways laissera le Champ-de-
Mars A 8 HEURES UN
QUA RT.
Port-au-Prince, le 17 janvier 1907.
LA DIRECTION.


Avis

BANQUE NATIONAL D'IIAITI
Par decision du Conseil d'Adn i-
nistration, et pendant l'absence de
Monsieur Ch. Van Wijck oblige de se
rendre en France pour raison de san-
te, Monsieur Paul Santallier est nom-
m6 Directeur par interim et signera
en cette quality.
II sera assist par Monsieur E. De-
visme, d61egue special du Conseil
d'Administration, qui est autoris6 A
signer, come Secretaire du Conseil,
toutes pieces g6ndralement quelcon-
ues, conjointement avec les Chefs
e service competents.
Port-au-Prince, le 46 Janvier 1908.
Le Directeur,
CH. VAN WIJCK.


Era ra.chkecal ent

A L'tLEGANCE
I. FE UMAI I,
Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance du public,
particuiiererment de. ses nombrucux cli-
ents de Ia C6te et de la Capitale, que
l'etablissement a un stock incalcula-
ble de chaussures pour honmmes,
femmes et enfants, en tous genres,
et que, malgr6 l'offre de cinq tour ceul
sur l'achat en gros (5 0/0) fait un ra-
bais exceptionnel sur les prix.
L'etablissement se charge de fair
preudre des measures A domicile.
Toujours : Soin, exactitude, ponctualite
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PRINCE (HAITI)

PHOTOGRAPHIC


J. M. DUPLESSY
120, RUE DU CENTRE, 120
Travaux soignes de toutes sorts
et de toutes dimensions
Reproduclions et agrandi-seinents
( Ftix moderes )
Cartes MIigncnnettes :
SEULE1ENT PAR DOUZAINE P.5.
NOUVEAUTEIS : Papier Platine ( nou-
v.au genre )
PlIIOTO-SOIE perfec-
tect ioni, (< divc' ses-
tein tes.) Dernier cri.
N. I. -- La Photo soie peut s rvir A
de c i~; mantes applications de la pho-
towr:q ie :
Saoc, I s, Eventails, Pcloles- D ssus
dc binelc,-Ouvrages de dames, etc.
VENEZ VOIR

Tilere Z plhirin IBell
Fabricant da chaussures en tous
genres. Pour Hommes, Femmes et en-
fants.
Place de la Croix-dles-Bossales.
SPPiCIALITti :
PANTOUFLESMULES
--3
Fabrique die chapeaux
La Fabrique de chapeanix install A
I'Ecole des Arls et Mdtiers, ancienne-
nent Maison Centra!o, sous la raison
social de Vve P. IBenoit et J. C. Gui-
teau a 1'honneur d'informer le public
qu'il trouvera en son d4p6t un bon
stock de chapeaux de paille supdrieurs
pouvant satisfaire les goits les plus
difticiles; malgr6e ces avantages elle
met sts chapeaux en vente A nn prix
niodique defiant toute concurrence.
Ia fabrique informed en outre le pu-
blic qu'elle est la seule qui en confec-
tionne A Port-au-Prince et ce, avec le
concours d'ouvrieres venues expres-
sement de l'Etranger.
La fabrique rppare aussi toutes sor-
tes de chapeaux. Bon march excep-
tionnel.

EC otel-RFestauaranat
ST-JOSEPH
( ANGLEDES RUES ROUX ET DU MAGA-
SIN DE L'ETAT.)
Service bien organis6.- Repas
A la carte. cuisine excellent.
PROPRIATAIRa : JOSBPH DESRIVIERE


I A. ue altteis et Co.
32, Rue du Magasin de I'Etat
Maison foende en 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravure
Vient de recevoir ('S :ticks de par.
fumerie pour les gofut s les lus diffici.
les. Le!- parfums exquis et rates d'un
dlicatesse pien6trat~ti iu'elle olte A seg
clients sout de v.ritaaleys petites mer.
veilles.
Les dernieres marques qui charmeat
le Tout Paris sont chez Matteis:
Son Sourire, Foramye, Trifolia, IWt
Cyclamen, Vivitz, etc.
La maison a toujours un grand a.
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tcus genres, parfumerie,
lunettes, montres or et argent, pendu-
les garanties.
Specialitds: bagucs franrcaises en bril-
lants A partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et francaises sur com.
made, Service d'argenterio complete
pour manages.
Tousles articles vendas par la mai.
son sont garantis.
Achat de diamantr, pieries pricieu-
ses et vieille bijoutceie L des prix avan-
tageux. Dernier ri : Luni tcs jovnes.
Contre remise de Devx dollars en
timbies-poste (v'i iti, a .\i;isoin Mat-
tdis evoie franc e p- ft Iv 'c. I li jecom-
mandce dans toute les villas (e la Repu.
blique: Lunettes ou Lorgvor.s en nickel
inoxy:i;abes, selcn les -rce, rirtions des
Doct.;ur ou ins ucioeis di-.s a-heteurs.



OCUiLISTES!..
VERBES BLANCS, BLEUS, FUMES,
JAUNES, du Dr Fi uzcli et du I)r Motais.
VERRES BIcoNCAvrs, BICON-
VEXES, PERISCOPIQUF_. CONCAVES, Pt-
RISCOPIQUES CONVEX S.
Assortment completes foyers
VERR ES JATTNES, FUMIES, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille
Sans foyers
Verres blancs cylindriq-,es, concaves
et convenes.
Assortiment d'axes comrpl-s.
Chez A. DE MATTERS.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'TUE 195
Dirig6e par


L HODLEJ
Ancien membre de la Societd Phtlan-
thropique des maitres tailleurs de Paris
.Vient de recevoir un grand choix d'd
toffes diagonale, casimir alpaca, chevio-
te, cheviotepour deuit, c. Recon.man-
de particuliArement a sa clij ntle une
bele collection de coupes de casimir,
de gilets de fanl;isie et die icu de
toute beauty.
Specialit6 de Costumes de no-
ces.- Coupe, FranCaise, Anglaise et
Amdricaine de la dernirre perfection4
La maison confectiOnne aussi des Cs-
tumes militaires, habits brodes
dolmans, tuniques, habits oari
rs6. etc *to, de tous grades. i


- Munn