<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00238
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: January 17, 1908
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00238

Full Text
VENDREDI, 17 JANVIER 1908.


t' ANLE N 240 POTA.PIC (na


J


QUOTIDIEN


ABONNEURNITS : Dnucwmlt ILE NUM19RO 10 CENTIMES
Plea xOIS Une Gourde D'AVALNCE ~16xxiezat Nltaglcdze, Lea abonnementr partent do icr. ct do ux de chaque
DAPAAT3Mnr.t & ErjRcceml; RtDACTION-ADM jIN ISTI(ATic)N mci et sot payables d'avance
wrmim do nnmA an S*Mew4S7," 45-"1.** = irnts InhIr6s ou con as sot p remis.


Wm w w tran du Jurn,
Pour tout ce qui conoerne l'Administration du Journal, s'ad,


,-:ser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux on Bonne-Foi.
~PP;I r~P. ~D 1IIIYIYI~~- ~-f-g~T ~. IiI


N'OS CflE3HI, S .,F tal exprimA sous formed subvention. I so, puisqu'elle est d'ailleura condam-
NOS CLMN IE DF s lors, n-us nous rfiions une neeo par les faits.
t-range illusion en tmontrant les de- II nous faut, meme a I'avance,
B*S [ L T t I YS Klihors que cons'itiuent Atte institution, vouer une grande sonmme de recon-
ainsi quie cell des t,1graplies et du naissance A l'Etat de tout ce qu'il
!USIET ... R tdlpho e, come dls gages de notre ,pent fire pour nous aider Ai voluer
civilisation. dans le sens de nos destinies reelles ;
Vou.s ptes pas sans avoir sans dou- rents de transport nous fait voir, en 1 est certain quo routes ces admi- mais le deuxitrne siecle que nous alt
to remaiiqudt le peu d'itntlence exer- ce qui concern les busis, la puissa nislra tins no sont .soutenies quo par s vivre doit tre v6ritablement
c6 par I'entreprise des tramways de ce et las resources insoupeonn6es l'tlai arlificitlc du secours bdgktaire, pour nous celui de 'eort fertile e
Port-au-rince sur le nombre et la de l'initiative prive., et non par la force na urelle de notre transformateur, etnonpluscelui d'une
activity; supprmez eel .tai, elias s'6. nouvelle et sterile expectative.
circulation des bus. Au debut de cet- Ma pens6e, en faisant cette compa- activit;supprimeze tai, e 'x ous nvo s rien atted e de
te entreprise, le pronostic 4tait pour- raison, n'est pas que administration croulent come autant de chateaux Nous vos ren n atsend et
tant des plus sombres pour les pro- des tramways eit dui s'arranger de de cartse. l[elsosne autre que nous-mimes et
pri6taires de voitures publiques et ds- facen a repondre touts ces fslc- Nous no serons viaiment dans les nons devons cesser d'agir par d616ga-
jA lea passagers de touts classes for- tions; ii lui serait peut-itre, A I'heure voieS de la civilisatiol qui lorsue Otion pour fire un peu nos propres
uiant de tout temps la clientle des actuelle, hanardeux, au point de vue nous aurons commence a avoir cons- affaires. C'est 1A le seul secret d a
cochers, promettaient, grace aux tram- des be,.dlicus espdrds, de tendre A science que notre puissance agricole, prospdrit6 social des nations vigoun
ways, de se payer une Bclatante re- remplacer completement, ou le plus industrielle et commercial nous met reuses. et respectdes.
vanche centre l'arrogance tradilion- completement possible, les buss. A mime de pourvoir A tous nos be-' -
nelle de la geo t cochere. D'ailleuts, si elle veut bien tccep- soins sociaux de transports, de com- LES
L'altrait de la nouveaut6 dut peut- ter mes considerations pour vraies, munications, assistance et autres
trie, dans les premiers tmp,, faie elle peut trouver dans le nombre des par les moyens purement naturels, l OIbl m
baisser les recettes d s cochers et buss son veritable indicateur : elle c'est-A-dire, pour parler le plus claire- du ol
Ieur inspire do sfiieuscs craintes aurait intlrdt A s'organiserplus sdrieu- merit possibles, lorsque les recettes U
sur la concurrence qui s'annoncait. cement pour la lutte si elle voyait c des tramways ou du chemin de fer, CHEZ LES ABEILLES
Mais pen a peu ces craigites se sont nombre augmenter d'une fagon sen- des tll4graphes ou des telephones
dissip6es et la clientele qte l'on s'at- sible, car ce serait A coup ser un in- auront permits de fire dirctment es( S )
ti ndait A se voir jeter tout d'ua c6te dice respectable que le nombre des 1frais de ces administrations respecti- (UE
se divisa par la force m6me des cho- gens d'affaires et le degr, de notre ac- ves et de rea!iser un bendflce suffl- 11 est temps mainlenant de dire un
ses: une parties se fixa a I'entreprise tivite social augmentetient au point samment r6munerateur pour les capi- mot des quelques experiences qui ont
nouvelle tandis que I'autre accept de rendre insufisants les moyens ac- talistes qui y auront engage leur ar- iet faites par divers auteurs et don't les
de tomber sous la fdruli des cochers. tuels de transport. gent. rsu!tats semblent diamdtralement op-
Pour prdciser, le tramway devint II est bien entendu que ce que je Je sais bien que cllte marque de ponds a tous ceux que j'ai cites.
le mode habituel de transport des viens de dire s'applique A la circula- civilisation n'est pas cell de tout le Le dernier en date, et celui qui com-
gens qui ne sont pas presses, des pro- tion dansl'intdrieur de Port-au-Princ mnonde ; nous sommes accoutumbs A porte le plus grand nombre d experein-
meneurs, de ceux qui n'ont pas A pas- Au point de vue du traffic de la P. C. S. remplacer la reality des choses par ces, est le travail de Mile WXry ( 1905)
ser immediatement a d'un travail A dans la totalte de son r6seau que son Ipur dehors, tout come nous avons lJont la conclusion est que la couleur
un autre*, de ceux qui regagnent contrat actuel fait partir de L*ogAne I'habitude de remplacer la r6alitB des dcs fleurs attire les abeille dans une
chez eux apres la besogne faite ou pour aboutir A l'Etang saumatre, I v sentiments par leurs formiles. proportion de 80 pour cent par rapport
qui ont a se rendre A un travail a une a toute uno autre s6iie de considdra- Nous faisons vraiment I'tllret d'un anx autres motifs d'attraction : nectar,
heure qui lourpermet d'utiliser le car, tions que nous allons passer en re- group d'hommes totalenment incul- pollen et parfum.
eufln, et d'une facon g6ndrale de vue sommaire. tvs qui croiraient lever letir condi- Pour arriver 6 ce rdsultat inattendu,
tous ceux auxquels ii est 6gal de Nous devons auparavant fair une tion personnelle rien qu'en s'affublant ina.lmissible pour tout observateur sans
prendre ce car-ci ou le suivant. remarque tres just a l'6gard de cotte de redingotcs, de hauts-dt forme et idee preconcue, Mile Wery se fonde en
On rencontre assez souvent des ligne urbaine. ,C'est que ce n'est pas de bottines vernies. parties sur des experiences osi les buti-
persoones qui se consolent facilement en singeant les mani stations extF- J'at conscience do ne lien exag~rer neuses allant sur des fleurs nectarif6-
d'avoir manqu6 le car, par I'espoir de rieures de ce qui se faith ailleur. que et jo ne puis oub'ier avoir eu naguere res ne prennent pas le miel qui les est
pouvoir prendre le suivant. nous pourrons dire avoir march dans A rappeler A I'ordre des ecrivains et ollert. Nous avons vu pourquoi ce rd-
Le buss, au contraire,- et c'est ce le sons du p ogrbs. Nous avons des des publicistes qui jugeaient de l'6tat sultat n'a aucune valeur. II n'y a done
qui lui permnet d'exister toujours- est tramways A Port-au-Prince, c'est vrai- intellectual dans nos campagnes par pas A tenir compile de ces experiences.
le mode de transport des gens pres- ment tant mieux, et les Port-au-Prin- le nombre... budg6taire de nos eco- Dans d'autres experiences, I'auteur
ase, de ceux qui ne event pas at- ciens en doivent reconnaissance et les rurales compare les visits des abeille. A deux
tendre; it est aussi un pen celui des gratitude A 'Etat. A cette heure, il rous faut ouvrir bouquets : l'un de fleurs naturelles,
promeneurs exigeants et do tous ceux Ils doivent pourtant admettre qie les yeux sur tout. Nous avous passe I'autre de flours artificielles lea imitnt
auxquel- le plaisir & satisfaire on l'af- ce bienfait n'est nullement le prix de cent ans A agir d'une certaitie facon parfaitement, mais d6pourves de mil
fair A r4gler permit de payer la cour- leur activity social, ruisqu'il est bien qui a consists pour nous A ne fire ou de nectar. Notons que ces deux bound
se ou I'heure evident que cette line ne pourrait les chose que par delegation ; or cette quets eont plad.s, dit 'auteur, aut m6.
ien que ces deun modes concur- fonctionner sano l concourse de I'E- facon est incontestablement mauvai mes eadroits que la veille. Coci et trb


PORT-AU-PRINCE (HAln)


ire JLNNEzq N& 240







important, car il en isulte fque ces
deux places dtaient celles ou lea abeilles
avaient pris l'habitude d'aller ; l'accou-
lumance des abeilles entire done en jeu
pour faciliter les ereurs d'interpr6ta-
lion. Autre remarque capital sur cette
,xpdrience. Mlle W6yylit: a Toutes les
vingt minutes, les deux bouquets sond
changes de place. .
Or, le resultat des obiervalions faites
pendant deux Ileuras sur ces bouquets
t.st le suivant : 17 abeilles sont venues
visitor les fleurs ,:itirelles et y ont rd-
,',ite du nectar; 15 Ialwilles sont venues
\i.itL.r les fleurs atiliicielles et n'y out
I irti recolld, uuisqu'elles sont sains nec-
tar et qu'un I iy a pas mis de miel. Ce
rsuiltat e.t un rdsultat brut, car ii n'est
I a:s donnA connaissance an lecteur lde
re qui s'est passe pendant chaque in-
tervalle de \ingt minutes.
Or, qu',ut conclut I'auleur ? C'et que
l., epr'eiitte I'attlaction darecle des
ioirleurs sur les abeilles et que 17 re-
I easenle cette meme at!raclion pluscel-
le du pa fum, plus celle dn pollen, plus
Scliee Ie I'olo rat. D'ot ce naif calcul de
Mile Wv y :
15 Couleur seule.

17 Coultur parfum pollen
)'oft si 1: represent les causes d'at-
liation autre que les couleurs, 87 p. 100
Seprisentera dans cette experience la
puissance attractive des couleurs sur
les abeilles !
Malheureusement, tout cela ne signii-
tie absolument rien, et ii est facile de
sen ren-ire compete d'aprbs tout ce que
j'ai dit au commencement de cet arti-
acle.
Considerons, en effet, ces deux bou-
qluets places ldes endroits ou lea buti-
ineuses ont d6ej pris I'habitude d'aller
I. veille, et mAme lea jouis prtc'dents,
cornme 1o dit I'auteur. Si les butineuses
arrivent sur le bouquet dle fleurs natu-
relles, elles s'y installment pour puiser le
neclar, et il ne restera a la fois que le
nomnbre voulu d'abeilles ; c'est, cotomne
nous l'avons vu, une consequence de
leur collectivisme organism. Vient-il une
butineuse de trop, elle s'eu va ailleuls
si la place est sufhisamment occupyd.
Si les butineuses arrivent sur le bou-
quet tie fleurs artilicielles imitant par-
faitemnent les fleurs naturelles, elles s'y
posent par habitude, croyant trouver a
leur place habituelle Ics fleurs neclali-
UI-es ; mais elles s'apeicoivent vile
qlu'elles se bout trompees, suon rempla-
cc;es par d'antre.- qui viennent aussi par
I'.rcuultumanace pralabulle, I it pourra
tliaiine y avoir, comnie e e 'ai cunstalt
,iien souvent, plus d'abeilles sur les
I'leurs artiliciellei, mais 4 la maine pla
ce ou ataient les fleurs natuielles, qu'il
a,'en est venu bur celles ci, pendant le
Ainme temps.
Ce qu'il y a de remarquable, c'est
iue MilWe Wdry le constate elle-mtme,
sans s'apercevoir qu'elle decrit avee
soin la cause d'erreur fotdamentale de
son experience. Elle crlit en eflet :
a La pluspart des abeilles se posent
it peine sur le bouquet artificial, elles
s'apercoivent rapideiment de I'erreur
dans laquelle elles sont tombee et s'en-
volentaussit6t : trois d'entre elles n'ont
mAtne faith que froler le bouquet. Mais
j'en ai remarqud deux qui ont visited
comp'etemeit l:i Ileur sur laquella elles
s'etaient posdes, la contournant de tou-
tes manieres, fouillant meme entra les
4tamines, pour ne a'envoler qu'ensuite.
L'une d'eloes, a,,res s'Atre l6oignee un
pen du bouquet, y eat revenue uue fois
encore, come pour bien se convain-
are do son erreur. a


Oin ne peut pas mieux dire I Mais il
a plus. Refaisons Il'x 6rience do Mile
WVIy, en rempl.acant les flurs artifi-
cielles imites avec tant de soin par :
rien du tout.
J'habitue les butineuwes a aller & une
place dkterminbe ou sont les fleurs nec-
tarifures. Au moment oa je commence
I'exp~rience, je retire les flours necta-
riferes et je les Iransporte :a quelque
distance. A ce moment les batineuses
out i choisir centre rien du tout ( l'an-
cienne place oif taait le hou luet ), el
tun bouquet de Ileurs nectarif6res colo-
res, avL'c polletn, oleur, etc, qui so
trouve a ,* e de distance de la J'ob-
serve pendant vingt minutes. Je vois
une buthi use qui arrive par accoulu-
mn:tnce A I'epnlroit oln 6tait le bouquet ;
elle vole de ei de Id, trIs prbs, ne trou-
ve plus Is fleurs qu'elle avait visitlea
sa ; leriiiere tournee, s'envole et s'en
va. O.,ze ruties font de mtme. Pendant
le mime temps, un autre observateur
et pr6s du bouquet de llurs nectarife-
res ; il n'y vient aucune b ilineuie, ce
qui s'explique aisdment, car il n'a pas
encore 16 il4couvert A cette nouvelle
place par les abeilles.
( d suivre )





R'NSSEIG NEMENTS
M TEO RO LOGIQUES

OCbservatoi'e
DU
StIINAIRE COLLEGE St-MARTIAl
JEUDI 16 JANVIER


Haromttre A midi
Texnp6rature maiium


-6; "/"'7
190 7
30oo 5


Moyenne diurne de la temperature 25$,2
CieLclairle martin ; le6grement nuageux
i'apres-midi covertt A la tomble de la nuit.
Le barometre continue sa baisse.
R. BALTENWECK
Tribunal Civil
JAudience civil ordinaire du z6 Janvier
Prisidencce du luge A. Sain.-Rome
Jugements rendus :
1 Clui qui homologue la ddlibera-
tion du conseil de famille de It mineure
Marcelle Brisson et ordonne la vente d'une
portion de terrain sis A Bizoton.
2-Celui qui annule un acte d'opposi-
tion du 3 Octobre 1903 et condamne Jo-
sias Carres an et consorts A trois cents
gourdes de dommages intrests en faveur
e DWsil Raphael ;
3u-Celui qui condamne le sieur Geor-
ges Munier payer au General Prosper
Chrisphmnte la some de mille cents gour-
des, montant d'un billet A ordre.
4o-Celui qui declare bonne et valuable
la saisie arret pratiquie sur les appointe-
ments do general Alexis Nord Charles par
1'Institution St Louis de Gonzague.
So-Celui qui valide la saisie opposition
pratiquee es-mains de Mr Marc Boutin sur
les sommes qu'il doitaux heritiers Richard
Allen par la dame Valderine Hector
60 Celui qui condamne A P. 75 de
dommages intertss le sieur Louis Rene en
favor de Vve Tibere Calice Jn Pierre.
Le Tribunal, vu l'absence motive da
resident de la composition do jour, live
siagpe.


Tribunal de Cassation
SECTIONS RtUNIES
Audience du jeudi 7 lanvier 1908
PrEsidence de Mr le President H. Le-
chaud.
Le Tribunal, en sections-reunies, prend
siege A dix heures et demise d martin et
prononce I'arrkt suivant :
Celui qui se declare incoinpdtent pour,
en sections-reunies, connaitre de la prise
A parties et de la suspicion legitimi plar-
suivie par le sieur Pierre R6gis c ntre des
juges du Tribunal civil des Cayce et le
Tribunal lui-ineme, renvoie trurement
et simplement I'affaire deviant la section
civil, appcl e A en connaitre.
Entend ensuite I'affaire de :
L'Etat contre Pierre Anselme, s eques-
tre.
Affaire renvoyee a une autre audien-
ce.
Les s-ctioas-riunies font place I la sec-
tion civil presidee par Mr le vice-Presi-
dent Ernest Bonhomme qui pronounce les
arrets suivants :
1o.- Celui qui declare les epoux Pa-
pilius Lochardnon-recevables en leur pour-
voi centre le jugement du Tribunal civil
de Port-au-Prince, en da:e du 8 Novembre
9 o6.
20 Celui qui casse sans renvoi le ju-
gement du Tribunal civil de Port-au-Prin-
ce, en date du 25 juin 1907, contradictoi-
rement rendu sur appel entire les consorts
Galette et Leonard Jar6me.
Puis entend I'affaire du sieur
Roboarn Gustave centre Villevallex Alex-
andre.
Le rapporteur,Mr le juge Jlr&nie, lit son
rapport.
Le Minist&re Public, Mr Eug. DPcatrel,
conclut A la decheance du pourvoi.
Le siege est levi.
Fernerciments.
M. Ic ged.ral Camille Molierc, ancient
Sdnatcur de la Rdpublique, ainsi que les
families Prudent, Bonaventure, Renaud
Hyppolite, l'auleia Ican lacques, Bruno et
les auwresmemnbres de la fami'.e remnercient
bien sincerement tous les amis qui, A l'oc-
casion de la double erte qu'ils out eprou-
vee en la personnel de
Marie Rose FOR ruNt
Epouse Camille MOLIuRE
et de ce:le de Damise Damier, ont parta-
g6 leur deuil.
Its remercient tout particulirn.meat le
Sup&riur du etit S6minaire, celui de St-
Louis de Gonzague d'avoir beaucoup faci-
lite la tAche aux devouees personnel qui
out tenu A coeur de dresser une chapelle
ardent pour tdmoigner leurs vifs regrets A
l' spouse de Camille Molire.
UIs les prient de croiie A leur profonde
reconnaissance.
Port-au-Prince, 16 janvier 19o8.
Ld6ces
Vous dtes prit d'assister aux funerailles
de MARIE GERTRUDE LEBLANC, decedEe ce
matin A 9 heures,.munie des Sacrements
de l'Eglise.
L'enterrement aura lieu domain martin
A 8 heures.
Leconvoi partira de la mason mortaire,
52 Rue Courbe, pour se rendre A I Eglise
St-Joseph.
De ,a part des families Umony Pition,
VveBion Duloup, de son frre, Mr Elie Le-
blanc et de tous ses autres parents.
-Les amis qui n'ont pas recu de aire-
part sont pries de considered le present
avis comme en tenant lieu.
Les Petits Trois trop others
C'st A New-York, aux abords de la
Boorse, qu'ils eaistnt. LA, le terrain doit.
M corlri de dollars pour en loner rie J


u'un pied carre. Un marchand de cigaM
Schulte, vient de passer bail ave un pi
pri taire 11 occupera un tout petit c0
ou ii y a just de la place pour deux pW
sonnes, le mnrchand et le client. II pi
cela 7.500 dollars par an, soit plus '
37.000 francs, pour se tirer d'affaire. il
vra vendre 3.760 boites de cigar de Sock
cune, par jour. ct a!ors il n'aura pa; t
r11" un liard. I1 comipte sur le passage qq
on eva'ue A 112 million de personnes 0
jour. Unc fluriste paei encore plus c
Un cireur de bot:es, A Broadway, vers4
jusqu'en juillet d rnier 5o ooo frano P
an pour un pied carre oui poser sa bol)
La construction du metropolitan soutr
rain 1'a dicidd a se d placer. Seulemn,
on lui demand nuin:enant 75.ooo fraudu
et il ne riplique pas, Farce qu'il s'enrichi.
Et tout est dans les memes proportions.
II II --- I I

Nouvelles diverse

PARIS. 25.- Une dep che de :Casablan.
ca reque par la telegraphie sans fil annon.
ce que les troupes franchises ont arr&ti troil
instigateurs des massacres du 3 juillet der-
nier.
Ces individus ont tdc juges par on coo*
seil de guerre.
RABAT. Les nouvelles de Fez annom
cant 1.h proclamation de Moulai Hafid et h
dCclaration de la guerre sainte ont produit
une grande motion parmi la population
de cette ville.
Les mcmbres du gouvernement son trds
inquicts, car ils ont t& informs qu'i
moins qu'lls se ddclarent pour le nouveau
Sultan ; toutes lcurs proprittes de Fez s
ront confisquees.
TANGER.- La fete d'aid Rebir est pass
aujourd'hui sans incident et avec I'accoo
pagnement habituel de c6remonie religieunt
Les fonctionnaires marocains craigne
quc I nmo ion causee par les nouvelles &
Fez ne provoque la deposition d'Abdel.-
Azi/ par la population de Tanger.
VERD'.N o0 Le dingcable a Ville d
Paris qui avail quittd Paris A 9 heures 4S
martin a atterri ici ce soir a 7 heures ; il 9
E4t acclamd par la foulc, l'arrivee de 1'ai-
roncf a dtc retardlc par une lgerre avari,
de machine qui a oblige les adronautes A
s'arr.tcr quelques instants a Valmy.
TOULON I5.- Le Conseil de guerre
charge d'dtablir les responsabilitds de s
perte du croiseur a Chanzy Echoui is
20 niai 1907, dans I'archipel des ChusaU
a d6clare le lieuenant de vatsseau Manger,
commandant de ce navire, responsible de
ce d6sastre.
Cet oficier a et mis en disponibilit
pour une piriode de trois ans et a Et con-
damn6 A payer le coCt du prcces.
MUNICH 5. Le prince regent de B*a
vi-re a r6cemm nt :ommu la peine de a
assassins condamnes i mort et a declad
aujourd'hui son intention de ne plus signgt
de permits d'execution
MlNAs DEL TINTO 1.- Cette ville Ce
menace de destruction parsuite de I'affaiS
sement du sol, de large crevasses se
ouvertes dans les principles rues et4
maisons ont du tre evacuCes par leurs
bitants.
On croit que cet affaissement est dd
prcement des galleries dans cette ptii
des mines de cuvre.
Pans. La seance de la Chambre
deputies aujourd'hui a eulieu sous la
sadence de M. Brisson. Apres lec
du President, la Chambre ddcida d'
crire en tete I'ordre du jour da proet
I'imp6c sur le revenue ensuite visa i
discussion sur les conseils de gurrem.
Le Sdnaa s'est rduni aujour'hi s
pr6idence de M. Briquet, doyea d


111 --






pour proceder i l'1lection de son bureau
d6finitif.
M. Pichon de retour de Midrid est arrive
hier soir A Paris.
La situation au Maroc est sans change-
ment.
Le Journal officiel public un dcret au-
torisant l'echange des correspondences re-
commandees de toute nature ainsi que des
Ittrcs et bites valeur declare grev6es de
rc bjurscment dans les relations entire
la France, l'Algerie et la Martin'que.
Le Conseil de guerre maritime de Tou-
lon, condamna hier le capitaine de frigate
Manger, commandant du Chanzy, reconnu
couplble d'avoir perlu son navire par im-
p1ri ic A trois acs dc privation de son corn-
mandement et I payer frais do procis en-
vcrs l'Etat.
Ies xmurs Augustine quicitrent l'H6-
tc-Dieu hier apras-midi.
Un incendie tr6s violent s'est d6clrre A
1h rue Drouot dans les bureaux de l'Argus
press.
II y a un mort et trois blesses don't un
grieveinent.
Aujourd'hui eut lieu A 1'Acad6inieF ran-
.iise ia reception du marquis de Segur.
Le dirigeable a Ville de Paris est bien
arrive A Verbrun.



Dernitre Heire

Par un Arr6t6 de S.
E. le President de la
R6publique, public par
les rues de la Capitale,
les ports des villes de
St-Marc et des Gonal-
ves, en rebellion con-
tre le Gouvernement,
sont d6clar6s en 6tat
de blocus.

N6crologie
Nous apprenons en ce tmomenlt l. mort
de Mel' L.v;RE CHEVALLIER, d&cIdJe ce ma-
tin A PNtion-Ville.
Nos meilleures condoleances A safamille.

L'administration du s Matin
rappelle aux abonn6s de la Ca-
pitale qu'ils no doivent rien ver-
ser, abonnements ou autres
que sur REQUSIMPRIMIS et
signs de M. 1'Administra teur
... ---
Avis

IhNQUE NATIONAL D'IIAITI
I'ar decision du Cnieil d'AAItni-
nistration, et pendant I'absence dt
MonsieLir Ch. Van Wijck oblige de .se
redre en France pour raison di san-
te. Monsieur Paul Santallier est nom-
me Dirocteur par interim et signers
en cette quality .
II sera assist par Monsieur E. De-
visma. dAl4gup special du Conseil
d'Admini.ktration, qui eat autorise6
signer, comme Secretaire du Conseil,
toutes pieces ge6nralement quelcon
ques, conjointement avec les Chefs
da service competent.
Poit-rauPrince, le 16 Janvier 1908.
Lr Drcdteur,
Ca. VAn WIUCK.


Compagie P.
AVIS


C. .


Les int6ressis sont avis6s que
la mise en rouleaux des numtros
pour l'amortissement des obliga-
tions 5010, par tirage au sort, s'ef-
fectuera le mardi, 21 courant, a
10 hrs 112 au siege social de la
Compagnie, sis au Champ de Mars,
No 56.
Port-au-Prince, le 17 ja'vier 1908.
Le Conseil d'A dministralion de la
Compagnie des Chemins de fer de la
P. C. S.
Lc President,
Schwedersky.
LA PHARMACIES
Emmanuel Alexandre
88, RUE DES MIRACLES, 88,
Se recommande pour l'ex6cution
prompted et exacte des ordonnances A
n'importe qu'elle heure du jour et de
la nuit.
Drogueries, Sp6cialites phar-
maceutiquesextr6mement fratches.
PaRI CONSCIaNCIEx.

Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en de-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et d6tail,-- de chaussures en
tons genres pour
HOMiES, FaMMas, ENPIATS
Les commandos des commergants
de I'iuteriour pourront etre ex cut6es
dans une semaine B peu prbs
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCE ( HAITI )

CHAPEAUX HAUTE NOUVEAUTE
Articles de Paris
RUBANS, DENTELLE* FLEURS, etc
Prix moderes


It.


Mesdames, $i vous you-
1. avofir des chapeaux rwai
ent fgtaxts, 4 &la derstrs
mods ia Pari of4 box
mare.
Aro roir9, 96. Rue PaV6.


Sacs vides!..


Sacs videsl..


Entrepot Gen(eral des (;randes fabriques
DE! CALCTU''r.A (INUDI) 1)L;UNk l iQ L'l: (FIt.ANCE) ET DUNDEE (ANGCLEFERRE).


SACS sp6ciaux pour


Cafes tries


Caf6s ordinaires
Cacaos
S,, Le.'I types Courauts constamrnrient en Stock par balles de 400 sacs,
depui. -0 certimes or ju ;qia': 30 centimes or pour la grandeur regu-
liier t..xl 10 centimhtres.
Poids de 1 3/1 livres jusqu'i 2 / 2 livres.
Sacs sur modules et sur types des achetenrs.
Prix A forfait pour livraisons mensuelles francs port do dcdarquement et
si on le desire, Droits pays.

Conditions avantageuses
S'adresser a JULES LAVILLE
AGENT 1ET I)IPOSITAIRE Gl NIERAL


ENTREPRISE
DE


Pompes


funebres


S'adresser A Vve LEON GABRIEL pour
avoir le joli Corbillard noir dite Gen-
tenaire.
NAo 2, Rue ACagloire Ambrois', No -?.
On trouvera aussi des chaises A
louer pour enterrements, inariages,
fetes etc.
S'adresser aussi dans la Rue de l'En-
terrement, chez Mr DAUMEC BOYER.


-4


G


Cordonnerie Nouvelle
. B. PETOIA ET SEPI
143, GRAND'RUE, -43
PORT-AU-PR SINCE
(:IAUSSURES EN TOUS GENRES
EN DEP6T, POUR LA VENTE
EN GROS ET DETAIL.


Chapeaux !
Chapeaux !
Chapeaux !
'AILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SiN MILLAN
Le _tilfwjur' artists Qui vint avec le
concours d'un ch-apolier roinarquable,
M. JAIME TESTAR, d'installer une
FABRIQUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRAIRD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tous les gofts et pour toutes
les bourses.


ON T O OUVER
A l'Imprimerie C. Magloire
Tat<- 11il ,... J m 1i Tl lA^-.X


Execution prompted des es e ~d la oitlerie 1
commands, tant ici qu'en DE L'ECOLE DE.S SCIENCES
Province. APPLIQUtES
Formes A homes; d16gantes et r
rationelles. Tirage du 5 Janvier 1908, definitive-
Chaussures de dames ( De niare meant fixd au ler Mars prochain.
n:ode de Paris ) et le pluscommode: Prix du Billet : 4 gourdes
chaussures pour enfaints confection-
nees avec des Peaux de toutes nuances
d'une selection et duree irr(procha- DOCTEUR A. CARIES
bles, a des prix avantageux.
Cirages, pAtes et liquides ANCIEN ASSISTANT
Pour chaussures de toutes nuances. EN MIDECINE ET EN CHIRURGIE
DE LA POLYCLINIQUE-PiAN
SP1,CIALITI1S: VOIRS RESPIRATOIRES
Accore alsI MrMALADIE DEs ENFANTS.


Cordonnerie
Clarck & Mercier
Oh vous aurez un travail garanti et
soigne, confection de tous genres a\ec
des mat4rtaux de premier choix.
L'6tablissement so charge aussi de
faire prendre des measures a domicile.
150, GRAND'RUE, 150.
PoRT-At-PMIaC.


Consultations: 7 d 9 h. et 2 d 4 hrs.
123, Rue du Peuple, 123.

Industrie
MANUFACTURIIRE NATIONAL
Julien Dearoches
INDOSVTREL
Faau-r-eoLa, e.n.'mttw mnfahttte s 0CkmS
Ecole des Arts et M6tiers.


I -- -, 5 _


E







TANNERIE CONTINENTAL
DE
Port-aun-Prince


PREPARATION


DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEURS.


CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
PRIX DES CHAUSSURES COWIME SUIT:


Chevreau glac6; Boutonne et Lac6 pour Ifummes et Dames
a ( Recommand&e
Verni et couleurs: a c c Recommandee


PoUn ENIPANTs .


* 0 *


10 ( Dix gdes)
10 (Dix gdes.)
12 (douse gda.)
6 six (gdes)


SImp. C.

45, Ru
74 .--t


Journtau., broe tires, billets de


man.iage,


ctfl1 Ce


( I f


fiana illes,


,prograti.mmnes, atfiches, et tous
aLt res travaux de ville.

Billets d'entecrrem ent et cares

de visible la. minute.


I "IT EILEVUE
Place du Choi.:,.:'-r ,-Mars
PO R r-AU -PRIN CE (HAITI)
1r


Mlle llermanIce ALFRED
T6l6phon., 220
APPAITTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
lrntallation moderne et comfortable. Vue sur la mer. Tempdrature
dou'e el rguli~re. Les Tramvy.R desservent Vl' el-Bellevue routes les 7 Minutes
PROPRIfTI SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES JAR-DINS
Salle de rdception.-Piano.-Gramophone.
Sonneries ]lectriques


Table d'Hote


LA
Meilleure Farine
du Mound.
Celle qui donne le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc e
le plus e1ger,
Cest la Pillsbury's Best de !l
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis If un.
Era. CASTERA. Reprdeunant


I--
--I-~--


3F:Vran rcxi exmx exnt

A L'E'LEGANCE
Di. FERRARI,
Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance du public,
particulibrement do ses rnimbreux cli-
ents de la CGte et de i~ (:;,itale, que
1'4tablissement a un stock incalcula-
ble de chaussures pour hommes,
temmes et enfants, en tous genres,
et que, malgre l'offre de cinq pour oetu
sur l'achat en gros ( 5 0/0) fait un ra-
bais exceptionnel sur les prix.
L'6tablissement se charge de fair
preudre des measures A domicile.
Toujours : Soin, exactitude, ponctualit
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PORT-AU-PJRINCa (HAITI)
PHOTOGRAPHIC

J. M. DUPLESSY
120, RUE DU CENTRE, 120
Travaux soignds de toutes sortes
et de toutes dimensions
Reproductions et agrandi soments
( Prix moed4r7 s )
Cartes Mignonnettes :
SEULEMENT PAR DOUZAINE P.5.
NOUVEAUTES : Papier Platine ( nou-
veau genre )
PhOTO-SOIE perfec-
tectioialeic ( diverses-
teinles.) Dernier cri.
N. ID.- La Photo soie peul s. rvir B
de chain mantes apllictions de la pho-
tographie :
Sachets,- Evenlails, l'loles-- D sts*
de boitese,--Ouvrages de dames, etc.
VENLZ VOIR

Tibere Zejpliiirii lcell
Fabvicant de chaussurde en tons
genres. Pour Hommes, Femmes et en.
fants.
Place de la Croix-des-Bossales.
SPICIALITI :
PANTOUFLESMULES

Fabrique de chapeaux
La Fabrique de chapeaux install b
1'Ecole des Arts et Mletiers, ancienne-
ment Maison Centrale, sous la raison
social de Vve P. Benoit et J. C. Gui-
teau a l'honneur d'informer le public
qu'il trouvera en son ddp6t un boa
stock de chapeaux de paille supriours
pouvant satisfaire les golIs es plus
difficiles; malgre ces avantages elle
met ses chapeaux en vente A un prix
modique defiant toute concurrence.
La fabrique informed en outre le pu-
blic qu'elle est la seule qui en confec-
tionneo Port-au-Prince et ce, avee le
concourse d'ouvrieres venues expres-
sement de I'Etranger.
La fabrique ripare aussi touted sor-
tes de chapeaux. Bon march except.
tionnel.
I-3Cltel-1CBtesteauarant
ST-JOSEPH
( ANGLEDES RUES ROUX ET DU MAGA-
SIN DE L'ETAT. )
Service bien organise.- Repas
a la carte. cuisine ex cellente.
PaOPrltTAIsR : JosKPK DESRIVIRE


Assortment
Chez A


d'axes compt, s.
DE MATTEI8.


Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODBELIN
Ancien membre de laSociete Philtoa
thropique des mattress tailleurs de Pa r
Vient de recevoir un grand choix dl
toffes diagonal, casimir alpaca, cheviOr
te, cheviote pour deuil, -tc, Becommau
de particulirement A i clientlh uee
belle collection de coupes de casinmit
de gilets de fantaisie et de piqu6
toute beauty.
Sp6cialit6 de Costumes de nQ
0ss.- Coupea FranCaise, Anglaisa 1
Amdricaine de la deruiere yperfrctie
La maison confectione aussa des
tUzmes militaires, babits br
dolmans. tu qiques, habitat
rw. Wto to, d toas gradM.


M AGLOIRE


E Ro x, 45
Tr:f .i IONE.


tous ks jotrs, de midi d t hures,
d. 7 iA8 h,"-(e du soir


AU PROCHAIN TURAGE


CR05 LOTS 60 k.
En voys ce 3ON-PRIa3
U. L DUGIAnDI, Dmrocty du
Ortdit sinsneger ofse Ps
to, "m ROobehmmzt, Pmuf
horn
Aa-es.e


I A. de allttis el Co.
32, Rue du Magasin de I'Etat
Maison fondue en 18i8.
Bijouterie, Orf6vrerie. Grav
Vient de recevoir des articles de
fumerie pour les goAts les plus dif
lea. Les parfums exquis et raiet, d'u
d6licatesse ptintrante qu'elle oflie A
clients sTut de v4ritalies petite t
veilles.
Les dernibres marques qui charmeat
le Tout Paris sont chez Matteis :
Son Sourire, Floramye, Trdfolia, IdM
Cyclamen, Vwvitz, etc.
La maison a toujours un grand as
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumerie,
lunettes, montres or et argent, pends.
les garanties.
Sp6cialitis: bagues frarJ!aises en bril.
lants a partir de P. 200, alliances Or
18 K an laises et francaises sur cog.
made. Service d'argenterje complia
pour manages.
Tousles articles vendus par la ma,
son sont garantis.
Achat de diamant, pierres prccics.
ses et vieille bijouterie a des prix avua
tageux. Deriiier t ri : Lunettes jaunes.
Contre remise de Deux dollars te
tilubls-poste d'llaiti, la bMaison Mal*
ttis envoie franc de .ort sotS pli recom.
manid darns toute les villes de la Rdpw
blique: Lunettes ou Lorgnons en nickd
inoxydables, selon les prescriptions do
Docteurs on instructions des acheteun.


| OCULISTESI1..
VERRES BLANCS, BLEUS, PUN
JAUNES, du Dr Fiet:zal et du Dr Mot
VEBRE S BI(ONCAVES, BICO
VEXES, PARISCOPIQUES CONCAVi8, i
RISCOPIQUES CONVEXES.
Assortiment completdes foyer
VERRES JAUNES, FUMiS, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille
Sans foyers
Verres blancs cylindriques, concaWc
et convexes.


----- ---