<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00220
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 24, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00220

Full Text



1" AbN'E N 22 POTA-PIC (z--I MA1DI 24 DEE 97


j


QUOTIDIEN
i ~1 1 g-. L -- .. ...- I11 --- I i nIIIi imi .


ASOUEIEIUTS:


PAR MOIS Une Gourde


D'AVANCE


DtrAXTKMUIT &a IruRAou-;


Dmwcrzua

CMrt 6z=OeAmt INS.*TrAcIO

RltDACTION-AD~DiINISTRATIONN


All 111 11RO AsC


LE NUMRO 10 CMwrIWw:

La abonnemtenta piune da zer. at de z do cheque
mois et sont payables d'aynce
Los manuucritu I insr~ m305 0s mat pas rgin&U


vro poem* ..p-sWa. .--a_" ia

Pour tout oe qui oonoerne 1'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux on Bonne-Fo.


Li Femm Haitienne

FtiDRATION FMINIISTE

Presque en meme temps que I'Angle-
terre et en 1899. I Danenmark, la No0i-
velle Galles du Said et la Tasmanie
adhe6rrent A la Fde6ration fdministe.
Cest alors que cette Feddration, cons-
titude par le noyau amdricain, augmen-
Ui dta Caonsi nation l anglais et des
adb6sions que nous venon- de voir,
'est alors, dis-je, que cette Fdderation
tint son deuxibme Congr's internatio-
nal a Londres,auquel parent part outre
les Conseils nationaux, lea femines de-
l1gubes, djia Cnumerees, ile la Chine,
du Japon, du Java et des Indes.
A la suite de ce Congrbs, la Nouvelle-
ZUlande s'affilia au movement f6minis-
te, puis l'Italie.
C'est A ce moment que Madame May-
Wryght Iwall vint expias A Paris pour
s'6fRorcer de relier a la grande ceuvre
international les diffdrentes manifes-
tations f6ministes creees et entretenues
on France par le Comitd des auvres et
Institutions fdinistes, celui di CongrAs
pour ramiAoration du sort de la femme
t la revendieation d ses droits, et enfin
par le Contgrs catholique.
Elle y rdussit en grande parlie et put
oblenir que lea deux premiers de ces
Coalits s'entendisseut pour del6guer
aoelques-uns de leura membres Al'ef-
1L di constituer le Conseil national
frmaCaij et obtint aussi qu ce Conseil
'altliAt ao movement international.
SApr6 la Frauce vinreut par ordre do
,.a. It -iAnnublieiiu Araeutiine, IAus-


lab o, on jO0i, I@ Consmol inter-
,rao ualtint son4 Cu Agut A Berlin, it
1 trommvlt conas1iud par dii-nouf Con-
*06snationaux, jesquel dtAiie t les epor-
'ewwIO do prb do dix millions do

D O ooUe Itor do BaboL fidwinine, On
do ed nondn ci il on sa pro-
51Wet Its& 1 O tP@ps. ot cola
*yneymdo Io0*6"i
~~v~1S6 ot fee dsiea fmi-


niins resteront varids et difftrents au gre
des milieux sociaux eux-memes.
Nous avons vu que, en Angleterre,
par example, les reven locations sont
surtout d'ordre ouvrier : ce sont de v6-
ritables syndicate ouvriers feminins d-
ji prdexistants et souch6s au Parti oni-
vrier masculin, qui rdclament le droit
de vote, c'est-a-direle droit ded6signer,
elles aussi, les membres du part ou-
vrier qu'elles jugent les plus aptes A
reprdsenter et a ddfendre les intdrats du
travail dans le gouvernement du Royau-
me.
Je ne veut.pas faine .pan r les fern-
mes anglaises pour I'ideal parfait et il
se joint cettainement A leurs voeux rai-
sonnables et r6alisables des revendica-
tions absolument impossible A agreer,
mais ii est certain que le sentiment
public anglais ebt favorablement dispo-
Ae en faveur de ceux de ces voeux et de
ces revendications que distingue le c6t 5
pratique et positif, et, il faut le dire, la
plupart 4u temps, les demanded des
ouvriers sont au fond justes et fondles
lorsque de facheuses exaltalions et le
progrbs de subversives theories socia-
les ne viennent 'pas compliquer les
questions et aveugler lea reclamants.
Mais ce qui est entendu, c'est que.
en son fond, le f6minisme anglo-saxon,
en Angleterre come en Amerique, est
tine manifestation ouvriere, protege et
clirigde par la noblesse et les patrons
dans les conditions normales des tr;a-
ditions sociales. Autrement, ce fmtninis-
me n'est pas, obtenu le suces facile et
vital que nous avons vu, puiselue la
femme anglo-saxonne, come facteur
social, soullre beaucoup moins que la
grande gdn6ralitd de sea cong-neres
de c 'oppression sdcalaire Oe bfeu-
ccup moins u'elle a boino de dleli-
vrance et a d'n chissment. v
En Allemagne et on Suede, le Con-
soil national de FemPan et lee syndicats
feminins reprdsantnt, au connraire,
deux ortre de prdoccupations distinictes
et ils vivenl dans uun tat d'antagonisme
constant. II faut doac supposed que les
syndicate feminins 4d4j existants n'ont
pas trouv6 dansa e UCons une repr-
sentation suffisndteat peut-6tre aussi
,u celui-ci fait la part trop grande A
I mpbatiquo iddologia. Ea tout cas, ii
et inftreasan do almr malaise o
Allemale oa la personnelld flmiinne


ne jouit pas de la m6nme iindlpenlance
que dans les socidtes anglo saxonnes..
En France, le Conseil national s'est
affilid un certain nombre de: soci;tes
parmi lesq uelles les syradicats fkiminiks-
tes de la Bourse du Travail; il se dis-
tingue, en outre, par la participation de
1'6lement masculin. Mais il ya peut-1tre
a m:il auuirer de I'excessif esprit dl-
mocratiique qiii est A 1:i base liu fSmi-
nisme fran tis et qui, par I1. mpris
injustifid des hiirarchisation peut i la
longue fans.er le movement comrne
dija iI l'a faith de presque tout.as les m a-
nifestations de la vie social fran;aise.
On s'occupe minos de vonloir quelque
chlise de ipreci. que le s'assurer Ia par-
ticipation eg le des couches sociales:
on measure uniiformement la pla ce A la
iranle dame, a I'ouvr'ird synllilque et
a I'intellectulle.
En Italie, il n'y a rien d noter dains
le 'Conseil nilional, sinon c.tte ob-ser-
valioi caractidistique d'un dcrivain qui
rappelle, ju.te A propose dii feminisme,
pie I'ltalie est toujours c le mdme pays
latin oh le pater fain lia: derase jus-
qu'ici la famille de tout son poils. *
S'il me fallait abandonner ma tlie-e
et ne plus admettre la subordination
de la femme A la constitution social
du milieu et juger alors le f4minisme
international sur ses r6sultats, je dirais
(ire la colonie anglaise de la Nouvelle-
Zelaande estA l'avant-garde de ce mouve-
ment et queles N6o-Z6landaises lament
le pionaux fernmes detoutes les vieilles
civilisations.
Elles ont, en eflet,conquis chez elles
dle haute main le suffrage politique ain-
si que la suppression de L'incapacite fe-
minine en matibre politique. Jugez plia-
16t : le nombredes votanter qui Atail,
en 18.:i de 00.200. devint. en 18C0 de
108.98 1: en 1899 de 119.15'9; eni 1902,
de 138.565.


imtn ent impose aux deux sexes par les
n6cessit&~ de la vie, mais tres inegile-
,nent facility par les convenances so-
ciales.
Nous avons en Haiti le travers de
donner dans toutes les manifestations
,ii se trotivent proclani s des dogmes
toujours fascinateurs, mais aussi pres-
que toujours faux.
Davant la n4cessite trs r6elle des a-
,neliorationa a introduire dans les con-
lilions d'existence die la feinme hai-
tienne, nous pourrions un decesjours
Atr.1 tenths ,d ta croire en la totite-puis-
sauice des rm,)i;vemeen4s f4min~istm et,
par imitation irre6flchie, essayer d'in-
tro luire dlins notre soci6t les formules
et les points de vue abstraits agifls un
peu partout, le plus souvent inutile-
inent.
J'ai voulu mettre par advance en garde
, )ntre pareil danger et convaincre les
lectiices que l. situation feminine ne
peut etre modifide, en Haiti come ail-
leurs, (ue par la modification prdala-
ble de l'dtat social.
J'espere arriver, par quelques consi-
rations spdciales A la femme haltienne,
a convaincre compltemmnt de cette
verit6 important.

---



METTOROLOGIQUES

Obse ratoire
DU
SEIINAIRK COLLEGE St-NIRTIAL

LUNDI 2) DiCEMBRE


Cette excursion dans le movement I au u T76o0
f6miministe international 6rait n1ces- Temp6ratm 23,3
suire, je pense, pour persuader le lec-( J maximum 32 3
teur, quo la femme, sons oute les l-rne de la
titudes, eat ce quo la faith I'organisation M diurn de mp te 7,0
social. Son sort n'est pas Ie merne Ciel .clair presque route la journey :
partout et est beaucoup moiias enviable qu.lquesStrato cumulos, direction SE,dans
,ans lee pays latins qoe -14tAS lOe paya l ap-midi.

anglo-saxons, au point de vue de I'in- Le brom*re a money un peu daps I
d6pdndance personnelle at de la possi- loir's d'hiwr et pendant a nuit.
biltW delalatte poor rI'istene anifor- R. BALTENWBCK


jo ANNEE9 No 222


YIAoDs 24 DMCEMBRE 1907o


PORT-~AU-PRINCE (RAW))


Raww~mm~r~mA i dA


,Mkf/# 0





Nomination
Le GAC DuperW Sylvain est nomin co n-
mandant de a Commune de Corail, et non
des C6teaux, come nous I'avon; annon-
cb hier par erreur.
D6ces
Est morte bier A midi Mn'" V" Saint-
Hilaire Lerebours, n6e ALBERTINE FIRMIN.
Les fundrailles auront lieu cet apr.s-mi-
di.
Le convoi partira de la maison mortuaire
sise rue de la Revolution No 67 pour se
rendre a S' Anne.
Courses au Champ-de-Mars
remainn A l'accasion de la fete de Noel,
auront lieu au Champ-de-Mars, les courses
traditionnellesagr6ment6es de jeux divers,-
dont voici 1'int ressant programme:
A 4 hres. Courses A pieds
A 4 h 1/4 Courses en sacs.
MAt de Cocagne, objets divers.
A 4 h. 45 courses d'Anes.
A S. hres. 3e course inilitaire.
Prix ( objet d'art )
A 5 h. 20 Prix du Champ-de-Mars.
pour poneys. ......... G. 60
A 5 h. 45 Prix de Noel.
Pour chevaux anglais . G. 200
Soci6t6 franQaise de Sec urs et
de Bienfaisance
Les membres de la Socidtd sont prids
d'assister aux fundrailles de
P. GANOT
Membre actif decddd hier soir At 'Asile
francais.
L'enterreinent aura lieu cet apres-mnidi a
3 heures. On se reunira A I'Asile.
Port-au-Prince, le 24 Decembre 1907.
Le Secrdtaire, M. CREPIN
Tribunal Civil
.Audience civil du 23 Dicembre 1907
Le Tribunal a pris si&ge sous la prdsi-
dence du Juge Janvier, qui a prononce les
jugements suivants :
1 Celui qui homologue la ddlibd-
ration du conseil de famille des miners
Tales et Dejanire Tavernier Lebrun Moise.
2 o -Entre Pi.rre fils, Chouloute Louis
et Saint Charles Jean Charles, qui fait droit
A la nullit6 de I'assignation donnee a cc
dernier.
Nouvelle composition sous la presidence
duDoyenL6on Nau qui prononce les juge-
ments suivants :
I 0 Celui qui permet la da me So-
nassamir Meunien de citer son 6poux.
a o Celui qui homologue la ddlibe-
ration des mineurs Amelie Jean, Louis Ale-
xis Gauthier.
5 o Celui qui homologue la dblib&ra-
du conseil de famille des mineurs Filonise,
Blye ct Avicene Tellus Lafontant.
Puis ie siege est lev6.
Feuille adhir6e
La soussignde avise le Payeur de 1'Ins-
truction Publique que sa feuille du mois
de Ddcembre comme sons directrice a I'E-
cole Elie Dubois s'dlevant A soixante gour-
&t a did adhirde.
Port-au-Prince, le ax D6cembre 1907
Vve J. O'CALLAGHAN

Service Hydraulique

L'Administration do service bydraulique
iforme es abounds que 'eau de la source
Pu ace ara itede jeudi 26 coo-
tn-t heures du matin a
S trr d u molr, poor uose do ran.
t rtirme, le4 fINeMm o.907
5.& 1DC CO


Lire dans notre pro-
chain um6ro notre ar-
ticle intitul : Ce que ra-
conte 1'Abb6 Gloux


crelit Finlancier

de France

Nous avons requ le3 pic,s sui-
va.ntos que notre i apartialitt nous
fait un devoir de publier.
Paris, 14 Octobre 1907
Monsieur CLEMENT MAGLOIRE
Directeur du Journil L cMCatin,
45 RUE Roux
Port-au-Prince, ( H iti. )
Monsieur le Directeur,
L'un de mes clients, de votre ville, vient
de in'adresser vore Journal du 23 Sep-
tcmbre dmrnier dins lequel j lis un arti-
cle au sujet du u< Crddit Financier a et de
son Directeur.
Pensant, Monsieur, que votre bonne
foi a etd surprise par les racontars de
unique concurrent jaloux, je m'empresse
e vous Jire que je me tiens A votre dis-
position pour vous donner to,'s renseigne-
mntns que vous juger>z utiles sur la bonne
march du ( rddit Financier et sur l'hono-
rabilite de son Directeur.
Je suis convaincu qu'ensuitc, vous vous
ferez un devoir de detruirc le Ianvais etfet
product sur vos nombreux lccteurs par cet
article crronc, en faisant passer dans le Ca-
tin une note rectiticative a cette mmnie pla-
ce I e conr t- ur v-tr. in .-II abti .l lov-


et mis en godt pour ces premiers titres
qui noOs ont tant flit plaisir; aussi je n
venu pas rester en si bon chemin et je
mieipresse de vous prier d'accepter ma
nouvelle command d'j Titre cdEpargne
de mille francs, sachA maintenant que
quoiqu'il arrive, je n'd mlen i craindre dans
une mason come 1 v6tre don't le prin-
cipl souci est de guider les petits vers
l' pargne.
V. BERGE,
Rue Panier, a Wasmes (Belgique.)

Pointrc-A-Pitre ( Guadeloupe ),
14 jui'let I907.
Monsieur le dirtcteur du
I CrIiit F *t*r d. France -,'


CLII ,Jllgll 5Fl (*' 1 '
Je vou; remercie des que!ques numnihro
que vous m'avez adress6s de votre journal
si intmressant et digne d'etre conna Le Cri-
dit Financier. Je ne m'etonne pas du succcs
toujours croissant rencontre par votre pu-
Sblication. Vous semez aux souffreteux d'i-
i ci-bas I'cspoir a p!eines mains, et -on peut
le dire heureusement bien souvent, la for-
tune aussi
Des Antilles ou je suis. dans cette ile de
SGuadeloupe ignore, h6las un peu trop,
je sens et je rencontre votre action bienfai-
sante. Votre journal est lu et recherche
chez nous p!us que vous ne croyez vous-
meme. Dites done un peu A vos lecteurs
des froides con'rdes que nos pays ardents,
oi0 luit un pur soleil, est d'autant le pays
des r&ees, et que nous sommes d'accord,
Seux et nous dans les memes combinaisons
e t les mncmes espoirs cres par le Crddit Fi-
nancier de brace.
Je vous suis bien reconnaissant de ni'a-
voir accueilli come un correspondent nd-
cessaire dans nos Antilles. Votre aeuvre est
de cells qui doivent se rdpandr, ind6fini-
men:. N'apportez;-us pas, et richesse
.' I N_: J- : --^ -.-


sayd de continue l'agresion : toniours lea
malintentionnds ont etC mis en ddrmte ;
cans trove. leur echine A mesur6 la pous-
siere de l'arene. En cette matinre, comme
dans la bataille qu'il livre A la fortune, tel.
le la lutte de Jacob avec I'Ange, leCr.
dit Financier de France demeure et reste
vainqueur, parce qu'il faut qu'il en soit
ainsi, parce qu'il ne pcut en tire autid.
ment.
En effect. I'institution modele que NOUS
avons fondue ( je dis NOUS tres intention-
nellement ) est la resuhante d'une conti-
nuite d'effons raisonnes et soutenus con-
tre lcsquels rien n,-peut prevaloir. L. Cre-
dit Financier de France, par lui-nIme,
n'est pas un vain mot ; par I'assembUa et
par la fiddlit6 desclients qui le constituent,
il forme in bloc, on rocher indestructible.
Les premiers, peut here. avant tout le mon-
de,nousavons comprise et mis.en pratique la
grande id&e de Mutoalit6 : voill tout no-
tre secret. Les premiers nous avons eu I'i-
dceded fraire s'appuyer les uns sur les au-
tres, des clients de for:une excessivement
inodeste, precque mll, nais don't l'agglo-
meiration a constitu des sommes formi-
dabler. Les millons- ne se comnposent pas
sculement de bullets de mille francs, is
sont aussi fornibs par l'humble sou du.au-
vre I C'est un axi61ne que d'aucuns ngli-
geaient et que nous avo*' su appliques au
milieu de l'indiff&rence des envieux.
Aujourd'hui. conmme toujouJs, le Cridit
Financier Jde France assure des operations de
tout premier ,ordre ; ses combinaisons ap-
preci&es et rdputies sont d'une lo yau t, d'u-
ne sirct,. 5cartant mnme le plus fugitif
soupqon. Ses clients, appel s par dautres
clients, se multiplient et chaque jour aug-
inentent sa force C'est en vain que la bave
haineuse ten:era d e polluer sa reputation
immacule car, avec orgueil. il peut s'appli-
qner les vers fameux de lode c!bre :
.. .et le dieu pou!fltvant ar cuarrtlme,


Sn- e ... ...o t. .... T..UL........ ... eI etI esperance uc i avoir rLnneiol pas aou- versait des torrents de lumire.
autd A cct etet. rer le veau d'or, masl 'aisanceet sesmovens Sur se obscure blasphemateurs.
Dans l'cspoir que vous aurez : co ur de qui permetrent A toutes les facult6s et vo- L DUGARDIN.
rdtablir les cho;cs i leur just vdeur, je lont6s de s'affirmer et s'6tendre, en pleine
vous price de croire, Monsieur le Directeur, libertC, au mieux de la gloire individuelle Chez Th Dossous
A l assurance de mes sentiments devouds. et de I'int&ret g6nral, sont dignes de tous Ch z Do
L. DUGARDIN. les reves. Celui qui n'a jamais pensd A la On trouvera des articles de toute frt'
.-- ce,.s-,, ,- -. fortune, voau mirifique et consolant tou- cheur pour lea fdles de Noel et
Wasmes, le 4 Juin 907. jours, qu'il 1Ive la main !... du Premier de oAn
Au Directeur du rdi Financier Mes compliments pour vos ,nouvelles u premier e n.
illustrations. Et tous nmes sentiments de- Saucissons de Lyon et d'Arles
Monsieur le Directeur, vouds et confraternels. Jambon Mont-Vernon.Langues faumde
II y a un peu plus de deux ans, le ha- ORUNO LARA. Fromagep&te grass francais Gruyere,
sard me mit sous les yeux, votre excellent --- -- Suisse extra. Limbour Ca uembert,
journal le Crddit Financier. Je dois vous litQ T6te de Maure
dire que tres sccptiqued'abord, je ne pus ce- oyaut Beurre de Copenhage et H. Baron flls
pendant rt6ister au d6sir de tenter lar for- -- de Bordeaux.
tune en faisint des economies, ce don't je Le success considerable, obtenu dans tous Asperges francalses et amnricales.
me fdlicite aujourd'hui. Apres avoir con- les mondes par le Crldit Financier de Fran- Phospho eacao.Chocolat Meonler. Cat
sult6 ma femme, je me d6cidai A souscrire ce ; la reputation chaque joorigrandissante cao en poudre. de Fdlix Polio.
une combinaison de 7 tires, payables fr 31 de siret6 et de fortune qu'il a su acqudrir Biscuits as3orti4 do .ebvre Utile.
par mois. Je m'acquittai scrupuleusement n'ont point tard6A porterde doubles fruits: Assortiment complete de boubons fie,
de mes paiemcnts mensuels, lorsqu'au r7e d'un c6te, la confiance justifi6e de ses Au Pid6le Berger s.
verscment je tombai malade; tres ennuy6, clients, don't le nombre est arrived au point Drag6es amandep,drag4ee nougathti
je ne vous cachai pas mes craintes de vous de constituer une veritable armee, mais Pralines, pafpilottes, p&tes d*'mapd,
reveler mon etat, mais vous eutes vite aussi, chose moins agr6able, les traltrises fruits crritalliss. Nougat de
fait de me rassurer en m'offrant de sus- et les repugnantcs daloyaut6s des envieux Mnldlimnr.
pendre mes paiements pendant tout le Lorsqu'une institution financire, tres Marronosaglces, fligei dattei,
temps de ma maladie, qni dura 4 mois, en progress djA, part soudain et s'elance A afeitis, prdne
m'informant que je ne pcrdrais aucun droit grants pas sur a route de I'immense for- lendoufls assor.l
aux tirages, ce don't je ne saurais trop vous tune, de tons c6tbs les haines des impuls- Liqueurs assrtles de MAleOlItsBr1.
remercier. sants et des deinaial s'dveilleat ; leur Laftarie et Bardinet.
Aussit6t gueri, je m'empressai de re- bouche, tordue pc 'envie, mAche et re- Sirops assortis : Orgeat, grenadi,.
prendre mes versements mensels jusqu'A mache encore pout la readre, s'il et pot- ftrasea et framb '
complete pavement. Aujourd'hui que, grace sible, plus vmioease ea plaoempoionaee, Uquears assortesa en ll I tt t d
au Crddit Financier de Franc, me voilt en la calomnie qu'eUe s'appr te voitr. Les la maiton Olgrd & ( HOi ~j
possession de mes 7 titles. e e fais un faussetes ct lea mfamias s'accumulemt, er... Champagne:Moet & CbandoD.;
devoir de vous remercier de la facon obli- qoelquefeis. Pon arrive au resultat qu'on .ea fi.
geante don't vous m'avez trait et ) ne avait rev : d4cher qelques clients de la
crams ps de dire que si je posse ua prn- mase. .'
mier pof le iide vaolasc'est A vous qe ,Void 4d* logeops, qe ponr ore- Pvtrirei t -
jee Ides .aige" I;d tila ariv rIU rak. toie, hl e d-r*4 Nmb""*
J'*asedrai dooc minmac-- que fsor. Chi- Wasuw~dtMi s a d : irI dau ah W 01eas ,
tuevie me me-adorim, som *os ma S aMUts stems, til es- aI wot-t aoq Viy-Si 4*
ws. l e e di4e; we ilMam uEM de men:t ipeis.. Ave ne e, oR *a* -a ii.




NOUVEAUTE-BAZ R
LAGOJANNIS
EXPOSITION PERMANENT
136, GRAND'RUE 136.
Vu la transformation du NOUVEAU-
TI" BAZAR et I'augmenlation de SP-
CIA 'I rIS NOUVELLES ainsi quwe
I'arriv6e des articles de tous genr. s
A LA DERNIERE MODE, Mh. Lago-
jannis done I'entr~e libre de son Ba-
zar aux personnel de tout Age, conve-
nables et respectables, atin qu'elles
puissent faire le choix de tout ce don't
elles peuvent avoir besoin. Elles y
trouveront en gros et en detail, A DES
PRIX HOURS CONCOURS !
Cette fin d'annee en dehors des
spscialites : MERCERIE, QUINCAILLE-
RIE PAPETERIE, ]IllELOTERIE, JOUETS
D'ENFANTS, ETC. ETC.
II y aura des Bonbons assortis
gould pas laissd pour adoucir et rafrai-
chir toutes les touches de laRpubli-
que.
Quant aux Joujoux, la joie des en-
fants ( va cd pas pal, r',. )
Nouveautes Sensationnelles.
1o. STgREOSCOPES avcc de ; vues
et panoramas splendides : la gaitt dies
families.
2 LE DIABLE \ ITI;r(;ELTIH. -- :.~ NaLtt
japonaises de hates fantatisiis.
1o.- Cartes l'ostales ut de\ Visite,
5-- Malles amr icaif nt solids et
jolies 6o.- Valii-s dio Voyvas, 7o.-
Eventails td lot s b atl('s as-ordis,
atrap -Rats
Poudre et SAvoi \'il!;il)i, it-Lrc-
teurs le's tac ihes, ,'cs l.)iilois, '1,'. (etc.
Gouttes ,l.'c' ii '1os co'itrC les mndiUX
do dents et d'ort' I, s.
lioime P arl d ))tdour, Alvain z.
ledresseur d'lilabits. Eau de Ileu'rs
d'orangets, Vgcs talet, p e, tc. etc.
Toujours A des prix A la por-
tee de toutes les bourses.
A LA MAhl\IN I E. -.
1.0, (GItANID'ItU : 1:160.
-------

I A. de Maitit el Co.
32, Rue du Magasin de I'Etal
Maison fondbe en 1888.
Bijouterie, Orfvrrerio. Gravure


CHAPEAUX HAUTE HOUVEAUTE
Articles de Paris


ll BANQS,


DENTEtALES, I'LEURS, etc.
Prix mno6r6-


* c;clb


Mesdaiws, Ri yoli y ou-
kz avoir de-R clhapeat~x t'r fl-
men, ggjuxit, i la derncir
modsde paris et d bon
Acoourez, 96o Ru Pav6.


Avis Important
Peres et meres de famille, A I'occa-
sion des fetes de fin d'ainne, p I-cz.
ulmme par curiosity, visiter les Ate-
liers de II'col',o es Arts et MNltiers,
avant d';iler ai;!. ,rs, chercher utnrclia-
peau soil pour v,,us, soit pour v4,tr,
bb6. Vouis en sortirez certaincemevnt
emerveill s.
liin favornble accueil vous y atleten
come toujours.

I5otel-IRestaLxurant
ST-JOSEPH
IROPIAIIt:rAIRE : JOSEPH DILSHVII:I E
AVis A MES CLIENTS
F. veillon
Gros Bouillon, a minuit.
V'Mls .ere servi a soulait
Accour~z en foule, clez
JOsEPh1 DESRIVIIRE:S

Avis Inportant
Almansch du Bon Haitien
I ,' liitioni d(t 1)08 oti'e au p)ubliic uine
sominun (1'int'o nations notivelles, iln-
t ,e(ssarntes et i',st u:ctives. :lle otls-
titini' ntre petit elncyclop6dio o)()pu-
laii e, tti, nl odeste, de la vie prati-
(plle Ilaitien tie.
F.N Vi(C i.t S: IMMAIIRE:
\'cr, l'Avenir ( Pens.cs dc quclques c-
crivail:s ) Reziisnincitenci In-i orologiqucs
con;ip s. -- Calcndricr d'iiiti. ( II c-,t
pti t'.cd ~xpresellicnt pour le pays). Ho-
ro c;pcs Polpulation 'latii avec reii-
scignents den:ograpliiquus. Les Evangi-
les des dimanchcs de l'anndc 1908. I cs
Comlniunus de la R publique, et Ports
marchands, etc.- L'.anice'rcligieuse a ren-
seignenents comp'ets sur les cults ca-
tholique ct protestant. o
-- L'annec .colaire -- L'aunec musica-
le L'annce fiiuncire ct conimmerciale -
L'aince judiciaire -- Les volumles et bro-
churs parus dan~ l'ann6c.- L'annce nd-
co'logique. L'annoe maritime. L'an-
nce I'Is'aive Soinmaire de ;oute,. Ics
lois voices par le Corps Lggislatif a -- His-
toire de -'.annce tous les fits importains
v sont relates ) Des conseils aux agr.-
culteurs. Des conseils pour la santc. --
Des pcns.cs. Des proverb-s, etc. etc.-
Des reiwnci'qnLtmentrs precis et details sur
Il chemin de for I'. C. S. ( Ileures de dc
part et d'arrivde des trains, tariffs du firc
etc. ) -Des announces et rdclames de nos
conmerqants ct industries. etc.
Comirnm on Ie voit, 1'Almanach ,da
bon lla tien, edition de 1908, e-t Iui;
intdressant. Tous doivent I'avo ir,
strangers cormn e haitlitns.
Cette addition est prdpar6e par Mr
L. C. I.hrisson.
On trouvera a acheter I'Ananach a
partir du 27 D cembre a lai Parmaci.i
Abel Thdard, 1 i'II6tel de Fr'nice, anx
magasins de Messieurs M. VeltCn et
Lagojannis. _


*IITUITEEEIT
AU PROCHAIN TIRAGIE
lb AONaOmI OTSPAImam

K WiS 5000 W
A voya ce DONPJm3
& N L.t DUGARDUW.PI Dictw dur
O4448 Plaeuwder dk ~.u.
e, r RehecnhmeI, ?rL
N;:;


No e*D I! Noels!.I

A I'occaou dIo titst'C*1(loNoel et du Nouvel An

Les M.aII;Iills de Ia Mteiropole
Vietiui1nl iit (10 I t''ext-ll P ,, '(' l' v'i'ji4n h'.li.i s c Ferdinand de LessepsA

.Ianllholn (1'York Ulre inarque


LeI I i lIcudis
P'ickles ainigais
Oxflumd Drawnvmi


si Saces awdgai'Cs
ISalici-sscs d'O)xtoin t
I'itaica li i
i'oi; vert d'Ecosse
1Ffl :IE*Jes de Cheddar


et CarnbLidge


Titte il' ore.- Plte %;e d( 11,t laiide


:ap res
.\ icluliw; A '&lm iiile


Nou: its
Nougat illeS
Caidall-s ax t(I ki'Allf
A~cidul~s aux I't tills


I i i t V1on-


I rogtses do toutVs sorteS
Fo I n a n) Is
Sa!Jdo I'oidIeainSt


Ieuirre (! l'a1i l det NorImrandie
Qualitil slup it'i'-iure1 t pr i\ t 'as ,n l,'xrts

C]alln |l)ll o \ilO I' Devr llX I l,:I'lt NAY EI" 1 IMS
QLA IITI' -; SUPEIilEUiES -- PiiX I)i'FIANT TO'' TI (:)N(:iltKENCE
Agence G6nerale et D6p6t pour Haiti
AL la Vitetxro pole
MASON JULES LAVILLE
93, lRe du Magasti de l'Etat, 93


A


N'A CHE TEZ PAS


Satns


Lcs aerniliers lnouveaultes recus pnar la Maison

-j.4C98, RU =- DU IIE~lSERVOIR 98. AZ i J
98, RUri DU RtSERVOIR 98.


L'





N


G


E


La Maison no vend l qe des articles de premiere qua-
lit, et a des urix nodWres.
On y tr-uvera: (:lhapaux g.trnis cloche pour dames
et lilleltes ; Cipotes 1) rcloie,. et 1e4guins pour enfants ;
V>,ilette. ; Mit.ines ot (';:urt-; 'T.taretas et TafTetaliue ; Sou-
liers pour bb.s ; Etoflfes poui Dames & GarConnets ; Den-
tt.lle.-, Bas, (iCaui-settes, Rubans, Eventails, Formes de
(:hapeaux, Fleursi-, Garnis peau mousqu(taire, Tulle Illu-
sio;i, Eil:hl rp *s pour elnfi't's, etc, etc.

Articles, pour Maria.e et preniiere
Cotmilunllion.
Bel assorlimentt do Parfininerie
JOU ETS!!! I'oupes lines ~i Iou",s I.s irix ; Chemiin-de
for cirmolnicoes ; Bate,.utx a hilice mnc6a biques; Tambours,
Trompette.4 Vio'nlw, PiafRi-, Boites pourarbre do NoIe, etc.


Visiter


G

A

R


D

I

E

N


4


A


Petitls Sairiv~issonr s de Lvonoi






OCULISTES!..
VERRES BLANC., BLEUS, FU.MkS,
JAUNES, dilu r Fieuzal et du I)r Motais.
VERRES HICONCAVEs, n CON-
VEXES, PERItSCO(PIQUES CONCAVES, Pi-
RISCOIIQUES CONVEXES.
Assortiment completdes foyers
VERRES JAUNE-, FUMIES, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille


San.s foyers
Verres blancs cylindriquw.s,
et convexes.


CO ncaves


Assortment d'txes complies.
Che: A. DE MATTEIS.

Chape:lix
ch apea p:! x !
cll apeaux1

PAILLE DE PORTO-RICO
.A;C)I'I IEZ 1itI:I:

JISI S St\ M IiA N
[.** ,iiM l'.' : I'E i- vo, \,i.-, ,t ,I v c le
concourst ,1 s ,'i :i. 1'"'" q,"t '-ittable,
M ..J.iMI : "l F 'l' .{-A 111'i'!'-t h !' e. o


FABR:QUE


DE CH-PEAUX


PLACEF: GEI'VIARD
& b'(o7Jre'dafl~ou cre
Polr 'y. Nis I V tt pour toutes


Cordonnerie cNouveile


G. B. PETOIA ET
143, GRAND RUE


SEPE
143


G( AND.I) ASS)TIM NT I) ( :IIAUSS
DE TO"'U;S G ENS IEI. \ IEN I) ')T, I')O
VENTE EN (G1R)S E1T I)TAIL.
Execution prornpte des
commander, tant icl qn
1'interieur.


UItES
Il LA

'"a


( fcctlion () i-s ch t.(iU :- t!'ret- vec les
meiliitirs soins. Toiours o forces
elgitantes tant A hoinuie qu'A femrne.
Les dernieres creations de
Paris !
PAtes, Liquides, (irages pour chaus-
sures do toutes nuances.
Conventions de vente convenables.


Maison F. BRUNES.
195 (GRAND'RUE 195
Dirigee par

L. H0DELIN
Anien inembre de la Societ4 Philan-
thropique des maitres tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'd-
tolles diagpnale, casimit alpaca, chevio-
to, cheviotepour deuil, etc, Recomman-
de particulierement A sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beauty.
Sp6cialit6 de Costumes de no-
oes.- Coupei Francaise, Anglaise et
Americaine de la dernibre perfection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes znilitaires, habits brode
nanas. tuniquee, habits oar.
M eto *to, de toe grades.


PHOTOGRAPHIC

J. M. DUPLESSY
120, RUE DU CENTRE, 120

Travaux soign6s de touts sorts
et de toutes dimensions
Ileproduc tions et agrandissements
( Prix Imo'drds )
Cartes Mignonnettes :
SEULE1MNT PAIL DOUZAINE P.5.
NOUVEAUTIS : Papier Platine ( nou-
veau genre )
PHOTO-SOIE perfec-
tectionnde (diverses-
teintes.) Dernier cri.
N. I.-- La Photo soie peut s. rvir A
de ciarniantes applications de la pho-
tographic :
Sachets, Eventails, -- Pelotes- Drssus
de boites,-Ouvrages de dames, etc.
VENEZ VOIR 1


I I
.1Ira nchermernt


A L'IEGANCE

). FE RIIIARI,
Fabricant de chaussures,
Porte A la connaissance du public,
pairlic'l' ;rtl.'nelnt de ses nombreux cli-
enrts de la (:te et de la Capitale, que
il'tab!issemrent a un stock incalcula-
ble de clhaussures pour homes,
temmes t enfants, en tous genres
et que, malgre l'oifre de cinq pour ceul
sur l'achat en gros (5 0/0) fait un ra-
bais exceptionnel sur Its prix.
I,'atablissement se charge de fair
preudre des measures a domicile.
Toujours : Soin, exactitude, ponctualite
42, Rue des Fronts-Forts, 42.
PoI T-ATT-PRINCe (HAITI)


kr I nald sco


Desuse


Fabricant de chaussures
A I'avantage d'annoncer au public
et zi sa nombreuse clientele tant de la
Capital lue de la Province, qu'd vient
de recevoir A I'occasion de la fin'd'an-
rie, une varidtk de peaux nouvelle-
ment ariivees ; savoir :
VEAU GLACI, CREk.E, DOItI, CIAMPA-
(NE, ILEU, IlEURRE 1FAIS, VERT
SIHOUTEILIE JAUNE, VIOLETTE, JAU-
NE FONCi, MAUVE, JAUNE D'OLIVE,
GRIS, JAUNE f DU VIN 1, ROUGE, etc.
Lamaison a un assortment complex
pour dames et enfants.
Venez voir et vous serez contents.


Meilleure Farine
du Monde
Celle qui donne le meilleur pain.
Qui produit le plus de pain.
Qui donne le pain le plus blanc et
le plus leger,
C'est la Pillsbury's Best de 1
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
Minneapolis Minn.
Era. CASTERA. wAprem"es .


COMPANIES P. C. S.

Tarif des Passagges
En vigueur A partir du i e Janvier 1908.
"-- -- ;- ....... ; "- ;- I


W

H
0


STATION S


Dep6t Central A Gare du Nord. ......... ....
Gare du Nord ......... ... .. ............ ..........
Arc de Triomphe... .... .... ... .. ....... -
C hancerelles .. .. .... ....... .... ...
D rouillard ...... -. ...........
Carrefour Vincent ... ..... ..
Sarthe .......
Etoile ......... ......
Cazau ....
CROIX-DES-MISSIONS
Papcau
Goureaud.....
Flcuriau ...... ...
Chateaublond .
Tabarre.
Carrefour Marassa...
CROIX-DES-BOUQUETS .....
Savannc blonde........
Pont-Bcudet
La Morinitre
La Serre.
Vaudreuil...... -
Drouillard Grande Plaine
Coustard
Merceron.
Joincau Petite Place
Hatte-Cadet........
THOMAZEAU ......
Dalmand
Pont Mongars.
Manneville.. ....
Etang SaumAtre....


ALLER




r *


010
01 45
0 15
020
030
030
030
0 30
0 40
0 40
0 50
050
0 50
0 50
075
075
0 75
1 00
1 00
1 10
1 20
1 40
1 40
140
1 80
1 80
1 80
200
200
2 00


0 20


25




50


075


ALLaE-tRirrou\
I


090
020
035
055
055
055
056
070
070
090
0 90
090
090
1 35
1 35
1 80
1 80
200
2 15
250
2 50
250
250
325
325
325
360
300
300


40




90






40


N. B. Lc tarif dut passage entire deux stations de premiere et de deuxilr dcasse
est dgal A la difference entire les prix de la gare du Nord A ces stations. Entre deux
stations consacutives de mLme z6ne le prix minimum est de P. o. o



TANNERIE CONTINENTAL
DE
Port-au-Prince

PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24) COULEUS,.
CAPACITY] 500 PEAUX PAR JOUR
PRIX DES CHAUSSURES COME SUIT:
Chevreau glao6: Boutonne et Lac6 pour Hommes at Damw 10 ( Dix gd)
a Recommeadd. 10 (Dis gd.
Verni et couleurs: Recomman~.dd 12 (delu
POURENFANTs: . ... . . 8 ,i (O
Si "


Diplo-m et M6dal1M


Exposition de Port-au-Prince
Concours R6gional de Bordeaux
Exposition d Amsterdam
d'Anvers c
de Paris
t de Chicago


1881
1888
1883
1885
1889
im8


En vente: 66, Rue Macajoul.
( Boulevard des Veewe )
PuretU t nature1garantul.


Accourez Ia' iseri

Cordonnerle

Clarek & Merier
OC vous aurez on travail garsatl
soigno, confection de tons genre ar*(
des mat6rlaux de premier choXi.
L'6tablissement ome dharel a l
fair prendre dos mouore IA dold"
150, GRAND'RUE, 150.
PoZi.AU.PIMeOU -


__. __ __.


I