<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00216
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 18, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00216

Full Text
in ANNZU, NM e2te


MERCREDI, 18 DECEMBRE 1907. *


J


C)


QUOTIDIEN

ABONIEINITS = DIBCDnua: LE NUMIRO 10 CENTIMi.

PAR MOIS Une Gourde D'AVANCE Cl6mexat IVagloire,
-- CLes abonnements patent da Ier. et da xo de chaqM
DikPARTiMeNT & lIrRANGERa ; RIDACTION-ADMINISTRATION moist et sont payable d'avance)
.rais de posted sn sus. 45, RUE BROUX, 45. Lo manuscrite Inmlr6 ou non a se aot p rea

Pour tout ce qui concern l'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Ronx oo Bonne-Foi.


S nn'paillassons faits avec un sac ile toile
Sreinmpi de Kapok iir.ieiit i merveille. Je
li e dra'ceai pas ici les avanlages du
kapok, co serait retire co que le Matli
toojlours aux aguets des nouveautes uti-
Je serais vraiment emtbarasse ce le., a si lumineuisement expose dans
martin si, pour ecrire mon article, il ses colonies d'il y a quelliies jours.
me fallait endosser I'habit et me met tr Qii'on lie pense point, pour bourrer
en manchettescomme Monsieur de Buf- les i,. illassons au cotton, i la lplume,
fon. Je ne me sens point de di4posi- aun duvet ni a la laine. Ce sont des pro-
lions a ces travaux pyrraratoires. Je me duits plus nuisibles qu'utilcs. A part
borne a des etirages lascifs et conti- qu'ils dtveloppent uiie claleur considd-
nuels de mes membres engourdis el, rable, ils s'imnpr6guent trop facilement
aprds un bout do toilette, c'eet tout cc do I'odcu dtie I'urfte. Qu'on veille a ce
que peut me permettre la paresse exqui- se qui in'envabit tout entier. C'est que, res outre measure, car ils rempliraient
savez-vous, je me suis accord quelques le berceau et pourraient patr ainsi ex-
moments de plus dans la chaleur du lit; poser 1'enfant qui eprouve un perpdtnel
j'ai dormi la grasse matinde. wsoin d'agitation, a des chules ter-
C'est honteux, me direz-vous.- Pent- ribles.
6tre oui. Miis, ma foi, t' ne 1'eit Voici po ir le paillasson.
las talt puisque, pour avoir si bien Au dessus de lui on mettra une cou-
ormi et si bien c~ m'a fait longer au che de toile et non pas le taffetasgoin-
coucheretau sommeil de ces bonspelits md ou la toile circe don't se servent cer-
6tres don't je m'occupe depuis quelques taines mzres pour, disent-elles, retenir
ours, les dejections. Rien n'est plus ditesta-
ble au point de vue hygienique. A ce
S'il faut, comme je le disais derni-' sujet je recommande plut6t les feutres
recent, qe l'enfant s'eindormetout seul absorbants qui sont bien meilleurs en
i fa, quand ii a sommeil, lui ct- ceci qu'ils absorbent toulel'urine qui ne
goil faut, quand il a omeil, lu cater sjourne ni dans les larges de 1'enfant
goritqiene t refuserr. la douceur dties
caresses ou tes chansons d'antan,il faut ni plans les paillassons. Et quand ces
au morils lui accorder cells d'un lit feutres sent bieit imbibes, un coup de
b1u mofaitse lui accord celle dun riue soleil surtout de notre soleil d'Hai-
hin flit, ne lui ofq nt auun risto ue, ti -- sufit bien pour qu'on puisse s'en
d'un lit biygidnique some Loute. servir nouveau.
01 pourrait dire qu'ici ia confection serr hasarnle ps
de la literie infantile n'a jamais ete pri- Si par hasarid,les paillassons ven eent
Se au strieux et cependaut ce nest pas Atre irnpr.giis, ii fauIrait 6galement
U4 le point le monsr important de la les faire s.c-her au soleil, a I'air ou de-
Puriculture. vant le feu avant deleRreplacer an fond
puDriculture s tn's d berceau. Lear intJrieur doit 4tre re-
dlicat a toque lee points do vge entire nouvel6 au moins tous les mois. Cepen-
icats a tous les points de vue entre j'estime qu'll ponrra l'elre moiin
autres quantuA leurd membres, ce setait dane j'estime qu'il ponirra I'tre moin
6oncer un az/ome. C'est cause.de cet- souvent-- tous les ou 3 mois s'il
te delicatesse qu'ils doivent 6tre aussi est fait de kapok.
4ollement couchs quo possible. Leur L'oreiller sera semi-circulaire et rem-
broeau doit 6Lre garner st mOelleuse- pli de ce meme pro.lnit ou plut)t de
Ment matel;tassw r lies bords pour que crin s'il s'agit d'eufants tis nerveux ou
4ns Ieur turbulence, ils ne puissent se tibs impressionnables.
fire aucunr l. Toutes ces prdeautions prices et le
Parmi lea nombreux modrles que j'en b6bt Atant dans son lit entoure ,le son
it (i j vu, je nprfre le berceau de f.r maillot, on le couvrira Il'un lfiJst de
a celui de boir ou dosier parce qu'il cotton ou de lane suivant la tempara-
Pn'ltit mieou de pundaises. ture. On aura soir de.veiller a ce que,
Voiciquels doient lea dispositifs du dans le berceau, ses yeux ne soient ex-
poses i une lumnibre oblique trop vive
Touu foad da beror a on mettra un el quo coux-ci soilet dirrctemoent de-
4=sIa petitL mada.A Ce propoI, des w nt le jour.


Dans nios pays surtout, toutes les fois
que I'enfant dort, il est extrememenl
important die 'envelopper idaiis ses ri-
deaux on m6me dants une moustiquaire
pour le garer delapiqi'iredes noustiques
Avec e(t que ces piqucres ocC sionne-
raient des druptions formidable che2
les enfants du premier a:ge, on ne doil
point oublier que la ti vre paludeonne
sdvit A l''tat endemique dans nos pays.
On devra penser ensuite a renouveler
frqiiemment Fair de l'appartement oO
l'enfant est endgrmi
S'ilest vrai qu on doit le recouvrir soi-
,neujement, il est cependant un exc6s
plans lequel on doit aussi soigneuse-
inen eviter de tonmbcr. En effet, si sous
prdtexte de garantir les enfants des im-
pressions de i'air, on les couvrait im-
mnodirement dans leur berceu, on les
exposerait a des dangers qui, pour n'6tre
pas prccisement graves, n'en restent pas
:noi:is des dangers. Si on les etouffe
sous des"couvertures pesantes on leur
.lonne tie veritables bains de sueurs et
pendait I'dpoque des grandeschaleurs-
si entenses chez nous,- ils ont le corps
jonch6'de rougeurs et de vdsicules sAdo-
rales. La maman s'effraie, pense A uine
maladie sdrieuse et ne salt p is qu'it
s'agit Id du rdsultat d'une pratique vi-
cieus*. Sans medication aucune, ces
eruptions disparaissent. II faut pour cq
qu'on cesse de trop couvrir les enfants.
II est une pratique defectueuse: c'est
cell de faire coucher les enfants dans
le lit fie leur mbre. Ceux-Ia peuvent ain-
i facilement tomber, se contusionner
la tite etOdemeurer idiots ou bien se frac.
turer un merbre. Mais un accident
plus grave peut 6tre au bout de cette
pratique. C'est qu'on peut gidAce d elle,
6totiTfer les eafants le plus aisrment du
mo11de. C'est une habitude extreme-
nent dlangereuse comme on le voit et
qui ne doit point etre prise pendant les
deux prrmires anndes de I'enfance. Les
bebe6 ne pourront partager Ie lit de
leur mereque lorsqu ils seront avances
en Age et lorsque l acide carbonique re-
jet6 par la respiration ne pourra p!us
leur etre nuisible.
Les enfantri ddensent tait d'iiill ix
nerveux, leurs foctionsr accomplishs
sent avec tant d'aclivitl, ilk vivei:l tait,
si je puts dire, qu'ils 4prouvent fre-
quemment le besoin de rdparer leurs
pertes et de reposer tears organs. C'est
powuquot li sommeil lear est i n6aes-


saire. Ils ne sauraient come les adul-
tes,Ase contenter da sommneil nocturne;
il lt.ut, laiis le course des deux pre-
ini' res annees, qu'ils dorment encore
pendfint le jour et il serait de mauvaise
hygi6ne dte les contrarier, comme on le
fait souvent, pendant ce sommeil diar-
ne.
Ntanmoins il ne faudra pas que ce
repos accapare 1'heure de la sieste qui
se fera de midi i deux heures. S'il en
ttait ainsi, on ontrarierait la Qrome ado,
% lai;.,esiLe si Importante dans ren.
f;nce cornme nous le ferons voir dans
un article prochain.
Plus tard Ie sommeil diurne cease
d',tre becessaire et n'aurait d6e lors
pour but que d'empecher celui de la
nuit d'6tre aussi avantageux qii'il le doit
etire. I1 faudra done le supprimer avec
energie en depit des tendances de I'en.
fant.
DOCTEUR C. PARSON




RENSEIGNEMENTS
METEOROLOGIQUZE

Obse xvatoire
DU
'NMINAIRE COLLEGE St-MARTIAL

MARDI 17 DItwCiBa


Baromktre i midi


762,3


T.a minimum 20,9
Tempratu rSimum 32.1
Moyenne diorne de la temperature s ,6
Ciel clair Ie martin, nuruaex p pre-midi.
Le barom6tre est A pen pres staiooaiwr
R. BALTENWECK
T616gramme fundbre
Le %Catin vient de perdre un de ses
agents les plus dvous, M. "CAMur MAR-
CELIN, dicidd aux Gonalves lundi soir.--
Les fun&railles ont eu lieu hier aprts-mi-
di au milieu d'un grand concourse d'amis.
Nous enregistrons cete perre avec nan
douloureuse surprise, M. Cunille Mrlceli
ayanM accept A nous nrnad d'imporuta
service, ds noe appritto et aos


_ I I T j_ __


FORT-AU-PRINCE (uHrn)








MUTILATELIJ
-b-- - -


ayant accord son affectueuse etimne.
Nos sincere c mndoldances ai 1 fainille de
notre regrettC agent aux Gonaives.
Prestation de Serment
Ce martin, a io heures a prcttd serinmnt
devant le T-ibunal Civil, coinnul avocat
du Barreau de Port-au-Prince, MM lFran;oii
Moise, licencid en Droit.
CUremonic des plus simpleiiint impo-
santes oi hle jeune avocat a troave des ter-
mesius mus et loquents pour rehlercinr le
Tribunal et le liarreau de la tfaon cordial
don't ii a ttd requ.
No; compliment; A .I' 1ranCo:s Moise
don't le talent, nouse:I s.:;;11n: :- s rs, sc r'
vlcera bieintt au milieu de s:s IIouveCu.x
contfrrcs oui :e compt-'nt tant d. brill ntes
intelligence.
Dec6s
Les funerailles de CIIRISTIA.\x LOUis MuI:ws,
d&edd ce imatin a 2 heures, A lA ge de 49
ans. auront lieu cet apris-midi, A 4 lieu-
res precises.- ILe convoi partira. de la mai-
son mortuaire, sise A .Mariani pour se rvn-
dre A l'Eglise S:-Anne.
Nos condoldances .' la tfiille diu d-
funt.
Bonne Recompense
II a eit perdu hlitr soir d.iiis Is e, nvirons
du Champ de .\lrsun carnct contenant dit-
ftrents papiers d'afaites.
Une bonne recompense est pronmiue cc-
lui qui le rapporteta au bureau du iCatin.
Courses au Charp-de-Mars
Belle affluence hier aux courses offtrtes
A la population en I'honncur de S. E. le
President Nord. Une gaite bruyante, celle
des grands jour; de match sensationnels
donnaic au Cuhamp-de-Mars, dtcord de dra-
peaux et fanaux multicoloresune physiono-
Les courses dtbuterent par cerle de mu-
lets oi Munarque, de l'dcurie prdsidentielle
affirii encore une fois une graiid_ valour
de courier. Eclaircur (A Hogarth) arrivait
2e battant Mars (A. Georges) de plusieurs
longueurs.
On pass ensuite A la course d'anes ga-
gn/e par Quitte-qa (Agdnor) 2e: Ta oue
( Dicjean ).
Quatre cavali, rs de la Cavakrie presi-
dentielle viennent ensuite piendre le ddpait
sur les superbes chevaux des <'curies de
l'Etat: Sultan inont6 par Amblard prit les
devants suivi par Demon ( Parizot ).
C'est dans cet ordre maintenu pendant tou-
te la course qu'ils arriverent au bu-.
Dans une deuxieme course nulitaire
laquelle cinq cavaliers prirent part, MarL-
chal ( Buteau ) se trouva A la taei de pe-
loton jusqu'a l'entrre de la ligne droite
ou Artibonite admirablement monte par
Duroseau le rejoignait pour gagnmrde deux
longueurs. 3e: Intrepide ( Maignan ).
Le match priv6 entire Yankee-Lad et
Discorde a &te gagne par ce dernier avec
une advance considerable.
Yankee-Lad qui avait cru pouvoir pren-
de sa revanche dans la course des petites
tallies est arrive 3e, battu par Fol Amour
gagnant et PetitGar;on Polisson, deuxieine.
Dans la course des moyennes tailles le
favori du public ChAteau-Margaux ( Duro-
seu) est arriv6second,battu par Union (Ber-
taud ) qui, soni A la tete du pelo:on, con-
setva cette position pendant toute la course.
Le grand favor Gailli-Pelo-on devait
encore etre battu dans le match final par
Plaisir, au G" Labissiere, mieux prepare
que I'annee derniere.
En some, charmante reunion hippique
oi le public fut heureux de s: diverir sans
qu'il se produisit aucun d6sordre. Sou-
haitous que les autres reunions se passed t
de meme et coniplimentons d'avance MM.
les commissaires et les membres du Jury.
Nous r6servons nos appreciations gene-
nrles pour la fin de la saison de courses.


rheAttLe Haitien
On dit grand bien de la fite de demain;
l'cntrain de Messieurs les amateurs fait
presentir un nouveau succes. Encore une
fois nous ne pouvons que nous rejouir avec
le Tliht:re IIafticn de voir son ceuvre de
plus en plus appr&cide ; c'est un achemi-
neinens lent. nlais sir, au trioiphe d'un
pcrsdvdr.int ; et I'on sait si, out ou non,
nous applaudissons : de tel!es victories.
Compagnie des Pompiers libres
Nous avons r, qu du Conmmand.int de 11
Comnp.tginie des Poinp'ers l.ibrcs la piece
s iv.a1te que 'ous publions avec plhisir
Ce t une lettrc-prograincl que le nouveau
Commandant comiptc me:tre execution
avec le concourse du Gouvernementt et de
la population de Port-au-Prince. Nous lui
souhaitons plein success.


C osNsr.k\ci7


P17R SiX Ii R A\Ci


CO)PIIAGNIEI I)ES POMPIERS LIBRES
I'Port-au-Prince, le to Dcmnibre 1907.
A la Rediction du Journal c LE MATIN ~
En ville
Messieurs,
I.e civice d'inclndie tel qu'il se fait A
Port-au-Prince oil ce fldau desastreux pro-
mnice si souvcnt ses ravages, mbrite une sd-
rieuse reorganisation qui ne saurait dchap-
per Ai personnel.
Appele au post de sacrifices de Com-
mand.nt de la Conmpagnie des Pompiers
Librei, j'.ii peCnsL tout de suite .1 fire un
suprcrme appel aux homes de bonne vo-
lontd come vous pour m'aider dans I'ac-
complissement de la tache ardue et dili-
cate qui m'cst confide.
La retrme qui s impu-e Uc.&a h. Co, aF
s'etfectucra. El gAice aux Cours pratiques
et thdoriqi.es du Manuel de Sapeur Pdrnpier
de Paris,d de Gynasi e 'Ecole du
soldat sans arme, et,, que, d'accord avec
mon Conseil d'Administration, je vais in-
troduire dans le service, les Pompiers Li-
bres seront, avant longtemps, bien pine-
trLs de clur mission humanitaire et en me-
sure, par consequent, de marcher rapide-
imnt vers le progrLs.
Mais, ma principal preoccup:aion est
d'assurer le plus vile possible les premiers
secours A apporter A la population en cas
de sinistre.
Voici ce qu'il faut pour me permettre
d'atteindre mon but :
1 Construction d'une petite station
secondaire sur le Quai ;
2 0 Construction d'ine petite station
secondaire au cheniin des Dalles, dans les
environs de la Pharmacie St-Louis ;
3 o Acquisition de cinq pompes A bras
avec accessoires, don't deux pour les sta-
tions I construire et trois pour cells du
Poste-Marchand, du Portail Saint-Joseph et
du Morne a Tuf.
5 Etablissement d'un fil special sur
les poteaux t6lephoniques reliant la Station
Central aux different poses militaires,
aux gardens des vannes et a plusieurs
membres de la Compagnie. Dans chacun
de ces endroits, it y aura une sonnerie d's-
larme.
J'ai le ferme espoir que ces projects idont
l'execution contribuera a epargner la ruine
de bien des families aura toute votre ap-
probation et que vous me preterez votre
precieux concourse pour y arriver.
En attendant, je vous price d'agr6er avec
mes remerciements anticups, l'expression
de mes sinceres sentiments,
Le Commandant,
Louis THWART.


'DISCOUR.S prononcd par le 'Dr ,lbert
Gentil, Midecin en chef de I'lopital St-Ale-
xis a occasion de l'inauguration des nouveaux
bdtiments de' I'llpital.
MM. les Stec.taires d'Etat
Monseigne'ur,
Mesdamnes,
.Messieurs,
En ma quality de n:udecin eni clicf de
I'hipital nmi:itaire St Alexis, il me revient
'ihonncur de presenter in ce jour les re-
ilrciIicnts lcs pls sinceres, tant cn mian)
110111 IU'L 'cl CoIuI de LICCS tid'les collabora-
teurs, au Gouverneinent de I.I Rpublique,
et d Iune ftiCon spcciale. toute particulic'r,,
A Son Exc. le General Nord Alexis qui,-
en si peu de tiemps a ttit pour l'lilpital
mi itaire cc q'ie kes geneations passed's a'-
tendaient en vain dc ses prCd:cesieurs. It
faut bien le reconnaitre, sous le irttgile
actual, grice au profond souci que l'illus-
ire so'dat qui a non11 Nord AlIxis p ofesse
pour CCLIux-l qui se consacrent A la dctense
de no re clicrc, lli i, I'llopital mili.aire :1
vu luire des jours de grandeur, d- p uosc-
rite ; et nous, Corps de Sameit et .cp-,on:i.l
dirigiant de cet Etablissement de biefa.i-
sance patriotique, nous avons pu nous re-
jouir de ctte imtpulsion donnde p ir la sa-
gesse de no;s Gouvernants, en voya-it s 6-
lever, au fur et A measure, ccs diver-s biti
ments A l'inauIurationU de~quels noas vous
remercions Secrdtai es d Etat. Monscigneur,
Mesdames, Messieurs, d'avoir bien you-
lu -par votre einpressement A vous rendre
a notre appel apporter l'appui de votre
svmpathique ratification A cctte axuvre.
Ce progress permettra dorenavant a l'etu-
diant en midecine de pouvoir sins inu-
tile d&placement -- corroborer ses etudes
thdoriques avec la pratique indispensable A
illni qui veut aspirer :\ entrer, comp6tem-
ment, dans la noble arriere ou se dtCvoue
le Corps medical, A celui qui devra prendre
remain la responsabiliti de la vie peut-
etre-deses semblables.Lescoursqui vontse
poursuivre dacs cet htablisseitnnt de fa.;oq
encore plus pratique, constitueront une ga-
rantie de plus pour nos families.
Du reste, l'h6pital militaire, de ,a fonda-
tion A nos jours, n'a ett autre qu'un vr.ii
milieu de culture nidicale ou tant de c,1le-
bres mbdecins ont laiss6 des traces si im-
pressionnantes de leur savoir et de leur ca-
pacite. Comme les Jobet, les Dehoux, les
Aubry et tant d'autres, I'H6pital militaire
St Alexis devra un- large reconnaissance 1
mon confrere le Dr I. E. Jeanty, l'intrc-
pide directeur ide l'Ecole Nationale de Md-
decine er de Pharmacie, don't 1'efficace
concourse a permis de rdaliser toutes ces heu-
reuses ameliorations.
Les maladies interns, ici, me seront re
connaissants de n'avoir pas oubli6 en cette
circonstance les bonnts sceurs qui leur pro-
diguent avec tant de dvotmnent les soins
les plus minutieux. Mais ils m'en voudraient,
ces militaires fiddles si jen'adressais, a cette
place publiquement, A Son Exc. le Presi-
dent de la R6publique ainsi qu'au Conseil
des Secrdtaires d'Etat, les rcmcrciments les
plus vifs pour tout ce qui a aet fait en fa-
veur de I'h6pital St-Alexis, oi, aujour-
d'hui ils trouvent tout le bien etre et tout
le comfortable exig6s.
Certes, it n'en faudrait pas conclude que
nous avons atteint I'ideal rAev ; il nous
rest assurement beaucoup a fire ; mais
ce qu'il y a de certain, nous affirmons
d'emblee que maintenant I'H6pital militai-
re St-Alexis peut etre present: comme un
Etablissement de ter ordre don't la Nation
n'a aucunement A rougir.
Je ne voudrais pas terminer sans vous
dresser aussi bien au nomdu corps de san-
te, du personnel administratif et aussi du
personnel de l'Ecole Nationale de Medeci-
ne et de Pharmacie, nos bien sinccres re-


merciments'd'avoir bien voulu rehauser
par votre presence la ftte de ce jour, date
que conservera I'histoire qui parlera de la
haute protection que le Gouvernement du
Gnl3ral Nord Alexis a su accorder a la
science humanitaire.
Nous remercions galenmcnt les autoritis
tant civilcs que nlilitaires qui nous temoi-
ignut leur sympathie par leur presence,
s.ins oublier les iracieuses marraines et les
obl;geants parrains qui nous ont pr .leurs
concurs cn cettecirconstance. Nous adres-
sons aussi no; si.ictrcs remerciments au
( Icrog qui a bien voulu participer A cette
t;te, tt tout particulireinent A S. Gran-
deur Monseigneur 1'Archevteque.


Aux Pompiers Libres

Les Pompiers sont avists que la
Mlese O410 I~ l IEM pour les
coilifl'Prs dl ec'di aura lieu le lun-
tli, 2. I)icemibre courant A SIX
HEURESTR3ISPR1' IS ES du
illtlill.
i:. counsejiience, ils doivent se
r,'t1ir :L' la Statioji Centrale cc jour
ai 5 Ietures di nmatin.
)I'ribre de se rappeler que le ser-
vicet seira chlaint exactemneit i l'heu-
re indique, lieure qui n'est pas
cclle des anntes pr&cMdentes.
Le Conseil d'Administration.


Avis Important

PTrc ot m;*ras de fainille, A l'occa-
sion des f6tAts de fin d'ann6e, passed,
Itrcne par curiosity, visitor les Ate-
liers de 1'Eole d&s Arts et MNetiers,
avant d'aller ailleurs, chercher uncha-
peau soit pour vous, soit pour votre
bVbe. Vous en sortirez certainement
6merveilles.
U n favorable accueil vous y attend
come toujours.
. ..- I-- III---"
NOUVAUTE-BAZAR
LAGOJANNIS
EXPOSITION PERMANENT
136, GRAND'RUE 136.
Vu la transformation du NOUVEAU-
TE-BAZ \ K et I'angmentation de SPE-
CIA .II ES NOUVELLES ainsi que
I'arriv6e des articles de tous genres
A L4 DERNIERE MODE, M. Lago-
jannis done I'entree libro de son Ba-
zar aux personnel de tout Age, conve-
nables et respect;bles, alln qu'elles
puissent faire le choix de tout ce don't
elles peuvent avoir besoin. Elles_
trouveront en gros et en detail, AdS
PRIX HORS CONCOURSE 11 !
Cette fin d'annde en dehors des
sp6cialites : MERCERI, QUINCAILAr
RIE PAPKTERIE, BIBBLOTERIE, Jouegr
D'ENFANTS, ETC. ETC.
II y aura des BonbLns Ml.@rS
gould paa laissd pour adoocir et raraf-
chir toutes les bouches de laR6pabMi
que.
Quant aux Joujoux, la jole des -*
fants ( Ca ed pas pald Go. )
Nouveautes Sensationrnl "
lo.- S rtaoscoPas avec deos V
et panoiamas splendides : la ge del
families.
*2 LE DIABLE VOLTIGEUR. So NattZ
japonaises de hautes fantaisis*.
-o.- Cartes Postalea at de VYsitW


I_ ---- -




_ _ I I__ _ _I


p.- Malles am6ricaines solides et
jolies 6o.- Valises de Voyages, 7o.-
Eventails de toutes beaults assorlti,
strap-Rats.
Poudre et Savon Naftalone, destrne-
teurs des ta:lhes, des boutots, etc. elc.
Goultes 6leclriques contre les Inaux
Sddenits et l'oreilles.
Hopile P ,irli di Dotoniir Alvnrez.
ledressuur d'habits. lIau de tleiir-:
d'oraIngers, V('g6tale, pure, etl,. etc.
Toujours & des prize A la por-
tee de toutes les bourses.
A LA MAIsoN BLEiUE,
1:0, (,IIANI)'RUIE 1:;.


lmhuIrg Amri lin

Le stea;ier a Schwarzburg *
partira ce soir pour Petit-Go:i-
ve, St-Mare, Gonaives, Cap-Hai-
tien, Port-le-Paix, Puerto-Plata,
St-Thomas et 1'Europe.
Port-au-Prince, 18 D4cembre 1907.
G. KEITEL& CO,
AGENTS

Fraiciseo Desuse
Fabricant de chaussures
A I'avantage d'annoncei au public
et A sa nombreuse clieintle tant de la
Capital que de la Province, qu'il vient
de recevoir I'occasion de la fin d'an-
n6e, une varidtA de peaux nouvelle-
ment arrivees ; savoir :
VFAAU GLACE, C(RaflE, DOiE, CHIAMPA-
GNE, IBELU, IKURRE FRAIS, VERT
a BOUTEILLE 0, JAUNE, VIOLETTE, JAU-
NE FONCE, MAUVE, JAUNE D'OLIVE,
Gals, JAUNE a DU VIN D, ItOUGE, etc.
Lamaison a un assortment complex
pour dames et enfants.
Vene: voir et tcou serez contents.

Viennent d'arriver
PAR LE FRAN(AIS DE CE MOIS,
Chez


Vincent G. lkaM0ou
81, Rue du Magasin de 'Etat, 81 et
4, 6, 10, Rue Traversidre.
Casimir francais de premier choix. -
Diagonale.- Chemises couleur et
blanches. Chaussettes et has fil.-
Jupons de sole.- Eventai!s de fantai-
sie.- Ceintures pour homes et da-
*8es.- Bretelles, Descente de lit. -
Flanelle par aune.- Chapeaux laine
Pour homes & Dames. Chemiset-
tes.- Cannes. Parfumeries assor-
ties.- Faux-cols & Manchettes.- Sa-
tins et autres EtoIres.- Machines A
eoudre de I et2 falls. Champagne.-
Vina rouge par gallon et par caisse.--
Vin blanc par caisse.- Vinaigre par
gallon.- Moutarde.- Olive.- Froma-
ges gruyere frangais, pAtes grasses
ranaises.-- Biere Imperial & Iem-
beck, Biscuits Lefevre Utile.- Huile
CGalve par gallon et par caisse.- Fil
de toute quality pour machine de 40
S.-- Provisions americaines.
Vente en gros et on detail
A uN P11X )tOAi*


A LILEGA111


ak r; catt chaussure-,,
POrt.0 14 ruOlmaissanceC dU 'tii~
~,~r'ic~lli ~ da sses tdS8 nombmw(tx(:i
*'iats de. L i( eL de ]a Capit,4'. *,u1
I'e~tabts, isrit a un stock inca!c-1a
Wie dt) c,11k.-isures pour hoin m's.
t"IIIItAIS "t enfdunts, ell tonz t
et q1;i(i, m,,Ign6 I'offivt do c* t *e Ar I~e
sur i'rf:;.e ~s(5c,.))fit un x*4
basis oxc'e-,tioiin.1l su!r Ii's pri .
L'#tabho.-se-rnnIt so charge de faiht
preudre des smews:ires A do;nicie.
Trotsours : Soin, exactitude, poni-tuahlte
42, Rue des FrLonts-Forts, 42
PORT-AII-PRINCE (R 'TTI

Y-9: 6 t e I IF 0 S t~ -X I- Jr XX t
ST-JOSEPH
( :NGLEDEAIL UE5 IROLX El' 1W NIA(;A-
Service bhion or-qanis6.- Bepas
6L la carte. cul1sine excellente.


Cordon nIerie Nouve lie


G.


B. PETOIA ET
143, GRAND'RUE


SEPE
143


GRAND ASSORTMENT DE (:HAUSSURES
DE TOUS GENRES EN DEPtI'T, POUR LA
VENTE EN GROS ET DETAIL.
Execution p n;ompte des
commander, tant ici qu'a
l'interieur.
Confection d.s chiasrisllres avee les
m-illeurs sins. Toujours former
61Cgantes tant a hoinme qu'a femme.
Les dernidres creations de
Paris I
PAtes, Liquides, Cirages pour chaus-
suieCs de toutes nuances.
Conventions de vente convenable...


Accourez a 1 Espraince
Cordonnerie
Clarck & Mercier
Oh vous airtez un travail g. ranti et
soigniE, confection de tons genres a\ec
des mat6riaux de premier clioix.
l'6tablisseminnt se charge arssi de
faire prendra des miiesures A domicile
150, GRAND'RUE, 150.
PORT-AU-PRINCE.
-itltI

RHUM-BARAlU
Dipl6om et M6daille
Exposition de Port-au-Prince 18S1
Concours R4gional d, Bordeaux 1I*2
Exposition d'Amsterdam 1883
d'Anvers 1885
a de Paris 1&889
a de Chicago 0 18',
En vented: 65, Rue Macajoua,.
( Boulevard des Veuves )

Puret6 et natural garantis.


Produils Hygieijtques pour la Toilette



CRIME .51
POUDRE- JAaoUC
"ON


adloueit I'piderme auquel elle
-'-4




L donne une souplesse et un ve
loutd incomparable en lui com-
muniquant son ddlicieux par-
fuln. Ei! ( onsv '.' f'i r;tl -lcu r du teirt, car ode est souveraine
'c ; i .'il, ;s ii ,*: ;i c*: t I.!s eruptionss de la peau.
sans bismuth, invisible, adh6-
S1 rented, impalpable, prepare
sp.cialement pour les person-
WIes qui veulent avoir un teint
S.. ,,'!, lt Ill ;e ,,,, |;(ipm lt!:,, i. ot. son ve!om to nt contribu6 A faire d'elle,
Sha Ia-;e de Cr6me Simon,
LI ltla:t selion les principles
Lvi.It les sctupuleux de I'lygiene
luhIls I i. OSe(IC Ut' certain degree
Suiile I t_'s itSi,;> Si :;l'e i I.e Le eLv iii,: s e la Crmnie Simon ; il
q Mt paltic:; nt r n u )or ia Toiluete des enfants et pourles,
n s ilnl la I t-.i e.
Agency Generale et D6p6t pour Haiti
.A. la V1Citropole
MASON JULES LAVILLE
,;, lhue tiv Maya.sin de l'Etat, 93
II_ I I- I


L A 1-' J{A MIACI I

Eml1-tipl latinelir
88. rITe DES MIRACLES, 88,
Se recomlni j poll'. io
procripte ot i r410;Lrtt w in cs ai
ifiiiip~'te iju 1e hc & dU jCuF ct 'J.
ha iuijt.
Drogiaeries. Specialito-s pkar-
rnaceuti-iues 1i r e-t-zll t-iwur eIit ,r-t' i:,hes.
PRT% (CONSCI&NCIC?'fx.


LA
Meilleure Farine
du Monde
C:elle qui donne le meilleur pain.
Qui product le plus de pain.
Qui donned le pain le plus blanc et
ie plus leger,
C'est la Pillsbury's Beat de la
Pillsbury Washburn Flour Mils Co,-
.Minneapolis Minn.
Ern. CASTERA. Repr sentant.


Specialites pour Detil:
CrOpe,- Chales de cr6pe,- Voile,-
Et.amine de soie, Diagonale, -
Drap Amazone, -- S-rge.- 4
Armure.


( 'achemire, Frou-frou,-
Satin de Chine, Toile
Nationale, Nansouck,-
Grenadine de soie,-
Couronnes Mortuaires, etc.,-


i== --- --- -- -=Z=







MUTILAA


* OCULISTES!.. Ta A. de 1i elt Co.
VERRES BLANCS, BLEUS, PUMd.S, 3', Rte du Magasin de l'Etat
JAUNES, du Dr Fieuzal et du Dr Motais. M.iison fondee en 1888.
VERRES BICONCAVES, ICON- Bijouterie, Orf6vreri#. Gravure
VBXES, PIRISCOPIQUES CONCAVES, PI-
RISCOPIQUES CONVEXES. Vient dle recevoir des articles de par-
asoPIQUe cO e fiimerie po'ir lei goilts les plus diflici-
Assortiment completdes foyers les. Les pat fums exquis et rare- d'une
VERRES JAUNES, FUMaS, BLEUS, delicatesse pein6tr.ante u'ella offre A se,
BLANCS. clients sout de veritables petites mer-
Plan et coquille veilles.
Les derrnires marques qui charment
Sas foyers ie Tout Paris sont chez Matteis :
Verres blancs cylindrques, concaves Son Sourire, Floramye, Trdfolia, Ideal
et convenes. Cyclamen, Vivitz, etc.
Assortment d'axes complete. La maison a toujours un grand as-
Chez A. DE MATTEIS. sortiment de bijouterie, argeuterie,
S- bibelots de tous genres, parfumerids
lChape lunettes, montres or et argent, pendsu-
Chapeaux : les garanties.
Chapeaux !! Spfcialitds: bagues francaises en bril-
lants a partir de P. 200, alliances Or
Chapeaux 18 K angliss et frncies sur co-
umande, Servicef d!'argentArie complct
PAILLE DE PORTO-RICO ,our manages.
ACCOUREZ CHEZ Tousles articles vendus par la mai-
,on sonit "arantis.
JOSfI SAN MILLAN Achat do dinmants, pierres prdcieu-
ses et vi#eiile lI:outerie a des prix avan-
Le coiffeur artiste, qui vient avec( le taeux. Dernier ri : Lunettes jaunes.
concours d'un chapelier remar(qable, Coitie rermise de Deux dollars en
M. JAIME TESTAR, d'installer une tinibres-poste d'Ilaiti, la Maison Mat-
FABRIQUE DE CHAPEAUX t6ix cnvoie franc de port seas pli recom-
PLACE GEFF'RARD mmnlth dains toute les villes de la Rtpu-
n de Cif rblique: Lunettes cu I.orgnons en nickel
Salon de Coiffure du Louvre inoxydablep, soon 'es prescriptions des
Pour tous les gobts etourur toutes seocteur o' inltructi s des acheteurs.
lea bourses.


AVIS

Me F. Cap)oix Bellon, avocat du Bar-
reau do Port-au-Prince. denienrant et
domicilid en cette ville a I'lionneur
d'aviser respectueuseinent ses clients
de Saint-Michel, HinelCl, La Maimlia-
de, Terre-N-4uve, Anse I oueo, et Mais-
sade (que s'tant retire du barieau ldes
(onaivesoi' il militait en veitu de per-
mis itGulir ietnent sigii', de son halton-
uier, its auro it A rdclatuer leir's tdos
siers en son cabinetRue Traversibre,
No 41.L->
II est accord aux partiesinlthessces
deux mois pour jouir des bendifices
du present avis, fi.ute de iqui, It
soussignd decline loutes e-ponisal)i-
litRa vis-A-vis de toutos piersoiines qui
peuvent sd d6clarer ayants- Iroitt et
qualitdi vis-a-vi- diu souss gtl, eti
6gard au present avis.

Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Ancien membre de la Societd Philan-
thropique des maitres taillcurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'6-
toUles diagonale, casimir alpaca, chevio-
te, cheviotepour deuil, etc, Recomman-
de particuli6rement A sa clientele une
belle collection de coupes do casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beauty.
Sp6cialite de Costumes de no-
oes.- Coupes Francaise, Anglaisa et
Amdricaine de la derniere perfection.
La mason confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits oar.
rm. eto eto, do tous grades.


Panamnas 1..
EIgrants, slides, recus par le stea-
mer fra.nc.ais.
Stock assorti et mervlilicux.
A(:(:OUIIin-Z
Chez M':' Leonide Solaces.
22, Ilue d.s: Fronts-Forts, '2.


PHOTOGRAPHIC

J. M1. I)UPLESSY
120, I'UE )DU CIENTIRFc. 120
'rrtvaux soignds de toutes"sortes
et de toutes dimensions
Reproductions et agrandlissements
( Prix modtdrs )
Cartes Mignonnettes :
SEULE-.MENT PAR DOUZAINE P.5.
N)UVI:AU'TI;S : Papier Platine ( nou-
veau genre )
I'HOTO-SOIE perfec-
tectionnde ( diverses-
teintes.) Derniercri.
N. I.-- La Photo sole peut s. rvir A
de charinantes applications de la pho
tographie:
Sachets, Evcntail,. Pelotes- D-ssus
le boitf.e,- Oura,,l. s de dames, etc.
VENEZ VOIR 1

Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES IGALITE ET FEROU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Pouare puissante coitredemangeaiso n
prurigo, sueur des pieds- La boite P. 1
Sirop antiashmatique, rembdeefficace
centre les acces d'asthme et lea toux
rdquentes le flacon ; P: 1. 50.
Consultations gratuites :
Mardi et Jeudi de 8 A 9 heures du matin
par is Doctoer. N. THaMAs.


TANNERIE CONTINENTAL
DE
Port-au-Prince

PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-OUATRE (24) COULEURS.
CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
PRIX DES CHA USSURES COME SUIT:


Chevreau glac6: Boutonnd et Lac6 pour Hommes et Dames
C a c Recommandde
Verni et couleurs: c c Recommandle


POUR ENFANTS: .


10 ( Dix gdes
10 (Dix gr.
12 (douzme gd
6 six (gdes)


ET
H ,A -] BELLEVUE
RESTAURANT
Place du Champs-de-Mars t
PORT-AU-PRINE.(HAITI)
Mme Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
hbstallation moderne et comfortable. Vue -sur la mer. Tempdrature
douce et regulibre. -Les Tramways dessertent I'Hitel-Bellevue routes les 7 Minutes
PROPIlIUTE SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -JARDINS
Salle de reception.-Piano.-Gramophone.
Sonneries Plectriques

Table d'Hote tou les jours, de midi d heures,
de 7 d 8 heures du soir
-------- ---"


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toutours ein 4e-
p6t un grand stock,- pour la vente
en gros et d6tail,- do chaussures en
tous genres pour
IHOMMES, FEMMES, ENFANTS
Les commander des commrnrcrants
de I'interieur pourront etre executes
aans une semaine A peu pres.
23, rum des Fronts-Forts, 23
POKT-AU-PRINCl ( HAITI )

LA REVE
( ANCIENNE REVUE DES REVUES )
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS:
PAR AN, PAR SEMESTRE
Halti .,.. 28 francs, 16 francs*
,es abonnements sont ,ecus dana
les bureau du a Matin a seul agent
pour la R publique d'Haiti.

Dr L. Malebranche
Dipl6me de l'Institut de Mddecine
Coloniale de Paris ex-Moniteur du
ServiceOplitalmologique dela Fa'ultd,
A l'H6tel-Dieu, et ancien assistant de
la Clinique du I)octeur Gait zonski,
Meinbre de la SociAt6 de Medecine
et d'Hygibne tropicales.
MtDECINE-CHIRURGIE
MALADIES DES YEUX
CONSULTATIONS PRIVEES: DE 2 A 4 hlrs.
CLINIQUE DE 10 HEURES A MIDI
88, Rue du Peuple, 8N.


Fabrique de chapeaux

La Fabrique de chapeaux installed A
I'Ecole des Arts et MWtiers, ancienne-
ment Maison Centrale, sous la raison
social de Vve P. Benoit et J. C. Gui-
teau a I'honinoIr d'informer le public
qu'il trouvera en son ddp6t un bon
stock de chapeaux de paillesuperieurs
pouvant satisfaire les goats les plus
difliciles; malgrd ces avantages elle
met ses chapeaux en vente f un prix
modique dfdiant toute concurrence.
La fabrique infoi me en outre le u-
blic qu'elle est la seule qui en conlec-
tionne A Port-au-Prince et ce, avec le
concours d'ouvrieres venues expres-
sOment de I'Etranger.
La fabrique rdpare aussi toutes sor-
tes de chapeaux. Bon march excep-
tionnel.

A vendre
Recueil de Cantiques de Noel
Suivi de Neuvaine pour honorer I
Naissance de Jesus, et des pratiques
de devotion pour la Quarantaine.
(24, Dscembre au 2 F6vrier )
Prix : P. 1.57 franco.
A LA LIBRAInIE A LA ( MUSES )
J. J. M. MANIGAT.- Cap-Haitien

Industrie
MANUFACTURItRE NATIONAL
Julien Desroches
INDUSTRIAL
Faux-cols, cravate s W, ~wCCheiiC
st caksors'
J1901 d9 ari ft meW"*


1 0