<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00214
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 16, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00214

Full Text

LUNDI, 16 DECEMBRE 1907.


POIT*A-U-PRINCI (usWri)


J


QUOTIDIEN


ABONMEMENTS:

?,R MOIs Une Gourde D.~VaNcE

DAPART1RNT-L &k &TIANGiC.-K


A iRN-DrEv it



RgDACTION-ADNI INISTRATION


LE NUMERO 10 CENTIMES.

Les abonnements parent do zer. et do z$ de chaque
mois et sont payables d'avancec


Trais Jo I 4, iRUE ROi;, 45. Les manuscrite Ins&ra ou non nD sent pas remil.

Pour Locut ce qui concern !'A.inministration du Journal, s'adresser Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.


LANNUAI
Dl

L'Alliance


L'aiiiuaire de I'Aiiiance francaise,--
'enteiils parler du discours-pro-
grarniu annual de M. Georges Syl-
vain, vient de paraitre.
Nous lions de ce c6ts-ci assez bien
dispo~s3 a vivre en paix avec I'Al-
lianco trancaise, apres que son synm-
pathiq le president actuel, M, It l I
lAon .Audain, eut uis les cihoses a;u
point, on disant dans le Pacif'i aleur
du 1!9 Novembre: a ILe (iouvernoetn 'ut
de Son EIxcellence le Pel'sident Nord
Alexis ayant cred ou favoris6 oln er'-
tain noinbro d'oeiuvres profession-
nelles poutr Iar;oos, nou nous som-
mes phlis sptecialement oZcup6s, pour
le moment, de l'tducation profession-
nelle ,I.s jeunes filles s.
Notre ac..ion pourraitainsi s'exercer
simultailanert sur les joeues lilies et
surl sjaunes garcons. Mais l'annuuaire
vient, paralt-il, alt6rerles douceurs de
cette harmonie.
J'y note tout d'abord un e1ger pro-
gris au point de vae de la nod6ration
du language : M. Demolins n'y figure
Pts, ce qui est d6ja beaucoup et qui
Pt3uve une fois de plus combien les
tlorts vont vite; par ce fait mime,
Sales bons ap6tres de 1'6ducation
oglo-saxotnne1, c'est nous qui soIln-
Ies honorCs do cette luanineuse ap-
pelation, sont un peu plus lmLdna-
11 y a mieux : l'Alliance va jusqu'\
r presenter cette annee comme vic-
time: 4 Si I'endurance, proclame son
porte-paroles, se d6montre par le
aombre de coups recus, le ComitLe
haitien de l'Alliance franQaise n a pas
lieu dese plaindre : on lui a fait borne
measure.
Si je ne craignais de voir faux et dc
Paraltre bien mal doue de vouloir ti-
t profit du tort qu'on nous repro-
Ce,je relierais cette moderation inac-
ttomee aux coups recus avec au-
s de precision qu'un effet a,
",. MaltM je n'ai garden de le fire,


SI "7couvie p s, je crois dem&lcr dans lorsque vous
S19IJJ cette sortie qui tient at la fois de I'iri- vetir qu'elle
pie'cation et dte 'exhorlation, que, plu- los peupleset
E, tot que d'obtenir le salut de notre af- permettre de
tranchissement de o< la tyrannie des ruines!
Fra. n iCaise ,e idees francaisesa el en nous conformant L,
Iaux regles tie coalduite que, dans les
tournants difliciles, les peuples corn -. -
me les individus doivent savoir s'ap- n T
no serait-ce que pour ne pas passer pliquer, il vaut bien inieux nous lais-
pour impenitent anx yeux de nos ad- ser absorber, en nous en consolant
versaires et faire renouveler, A notre par le culte opiniatrement conserve
Iour, sur nos chdtives 6paules, et dans d'une ancienne a mere-patrie a aim'e RENSEIG]
le prochain annuaire, la volee de bois alors jusqu'au sacrifice !
vert de I'ani'dernier. L'esprit latin est riche et prodigue l
Pour itre plus manager d'6pithetes de ces consolations sentimentales at
san.,antes, le document de cette an- ii sait souverainement bien apprendre OC>
nie 1'est pourtant pas aussi tendre que a moIrir t en se drapant A la fa-
son auteur eat p.ut-etre voulu le fire (ou espagnole P, avec dans les veux SEMINAIRE
apparaitreetjeveuxyreleverdetresfor- rine vision dernibre de tant do chases
melles et detres injustesaccusations,-- entrevues et irr6alisees Un des mai-
'iu pour Ie inoins soupcons, le tout tres de M. Georges Sylvain parole ail- DIMA,
enveloppd dans un language singuiiere- leurs le mntme language ; c'est Xavier Barom&tre i mi
mert insidieux. Marmier qui, apres une l.ngue ex-
C'est d'ailleurs le propre des latini- ploration sur les anciennes posses- Temp6ratu
sants de savoir A la fois tout dire et a sions francaises du Nouveau-Monde,
demi mot : dans leur vocabulaireima- aujourd'llui anglaises ou am6ricaines, Moyenne diurne
g6, cela s'appelle l'art de bien dire., diti
c'est, A tout prendre, de cette escrime Une consolation rest A celui que le Le ciel a itJ
qu'est faith le fond du a vaste ensei- souvenir du passe afflige dans cetlo nuages fins t
gnement a don't on a la pretention de longue exploration. C'est de trouver, stratus venant
fire la sauvegarde meme de notre in- comme un dernier reflet de notre an- it s'est comply
dependance. cienne puissance, la tradition de la cumulus venant
Quant A nous, il paralt que, en don- France vivant encore dans les villes, Le baromrtre
nant au people haitien, le conseil de sur les c6tes quenous avonsoccupees.
fire un pen moins de culture intellec- C'est de trouver Ca et IA des masses Ln
tuelle et un pen plus, beaucoup plus, de populations qui ont gard6 pieuse- Le daclin
d'industrie et d agriculture, nous I'ex- ment sous un autre regime gouverne- Un physiology
poisons naivement, et avec une insou- mental I'amour de la patrie lointaine par des travaux
ciance que nous ne nous soupcon- d'oi sont venus leurs peres. Kcenig vient de
onions mine pas, a perdre sa na- Mon patriotisme n'est peut-etre la;i r.a;,urante pour
tionalit6 et originalityt6 do sa pliysio- celui de M. (eorges Sylvain, mais je L'hoinme a, pr
none. Je comprends peut-etre mal ot ne ptis mn'empecher de reginber con et de sa constitute
je reproduis pour le lecteur clairvoy- tio Unt si faunebre perspective et c'est devenu ainsi pli
ant on des passages de l'annuaire : Ide totes nzos forces, et en nous ins-j CI'-z beauco
a Le jour oh les temps pr6dits coin- pirant de la veritable pens'-; des al- &videntc dcgdn
plaisainmenl par les prophltes de In il- 'eux, tiie nous essaierons dle l)arr-r la 'commnne cet 6tat
ieur seraient accomplish, que devien- route a des idbes si maiiifestoenent dc gnetrations e
drions-nous, perdus dans la inasse anti-natioitales. Isuilt une d des ioirs asservis d'Ambrique ? J'aime les champs de bataille aussi p&ce. K(vnig en
a Un peu tie poussibre anglo-saxon- bien ddlimites ot les situations nettes '.iccroissement
n. qiii permettent la bonne guerre : les q'i'il attribute en
k Plus notis saurons preserver notre adversair,-s gignent A se connaltre et plexe de I'honm
culture firanCaise, plus nous aurons A connaltre leurs armes respective. les maladies de
ch nce de garder noire physionomie Et Ious avons le droit aujonrd'hui de frequentes ct qu
d'llaitiens {dire a l'orateur et pAdagogue qui nous le plus souvent
occupe : Comment voilez-vous vrai- sur les parois Je
J'ai beau me frotter lea yeux pour ment emp6cher que l'on ne proclame exces de travail,
me persuader qu'un voile ne lea re- a la faillite de la culture francaike *, fatigues de tout,


vous voyez oblig6de con-
est impuissante A sauver
seulement propre A leur
Schanter leurs propres
a fli d remain.





NEMENTS
rTOROLOGIQUES

ervatoire
DU
COLLEGE St-MARTIAL

NCHE I DECEMBRE


idi
mreinimum
maximum


763,1
22,3
32,7


Sde la temperature 26,1


charge toute la journ(
ilcv6s : cirro-stratus et
du SW. Vers 9 h. du
;tcment couvert de sti
du NE.
est en hausse.
R. BALTENWECK


6e de
alto
soir
rato-


le la race humaine
;iste de Berlin, diji connu
important le Dr Emile
publier une brochure pen
l'avenir de la vie humane.
6tend-il, abuse de ses forces
ution physiologique ; il est
us apte A la maladie.
up d'individus il y a une
erecence des organes et
se transmit ndcessairement
en generations, ii en est rd-
ncrescence gndrale de l'es-
voit la preuve d'abord dans
6norme des cas de cancer,
grande panic A la vie com-
me inoderne. II ajoute que
cceur sont de plus en plus
'elles ne peuvent s'impuier
qua la pression du sang
s v.uisseaux par suite des
, d'activite, de vitesse, de
es sones. II constate en ou-


IL


--


-- -- `---- -~ -1 L- -Ir r- -i-


-~ .- ~- --~---~--- __----- ---- --- -~..L --~-^-.


216


in ANNEE, NO






tre que lestomac de I'homme devient de
plus en plus mauvais, et que les caries ct
pirtes de dents y con'ribuent dans des pro-
portions a!armantes. II en conclut que si
I'on continue a vivre du train que l'on me-
ne dans les pretnduts civilisa ions, il ar-
rivcra fatalemnent un moment, plus pro-
chain qu'on ne le pense, ot Ies suicides
provoquds par I'intoldrance des souffr.ances
physiques scront des faits journalists.
(C pesimisml est sans dou:e exLghri ,
et sous CLIrtains rarports paradoxal, mai.i i
repose sur un fond de vi, itd. II est incon-
testable que, sauf Ils exceptions; l vie hu-
inaine se souistrait au r.'gime et s'abrege o:1
s'a'tere par Lt n*mne. L'honmmwcomiprend
de moins en moins que le plus grand de
ses biens est la santd. II la dilapde A plai-
sir combine ferait un tils de famille imprd-
voyant emn gilspillant des deux miins son
patrimoine. En Cline il y a des prix de
vertu pour Ies gens qui savent s'afiranchir
des maildis.ll strait sIge d'in:roduire par-
tout parcille coutume.

Nou; apprcn la noa m t de T'ilclM.it t i
CHIiaRY, d:c&dd c: matin .1 P D:lon Ville, ai
I'ige de 56 an;. SLs fundrai Ies auront lieu
dcniain main..
Le service flunabre scra celb:iC A i'l-,,lise
St Pierre, puis on se retra au Cinmtierec
Extdrieur oul aura lieu l'inbhui.rion, eln
passant par Bois-Vern1.
*
Les finlC'..i'"lS de M.\Am-: ELus.uBr Is.A
BELLA MANOOCII, dame MERISIER REGNIER,
auront lieu aujourd'hui a: ; heures de l'a-
pros-midi : Maison mortuaire, Grand' Rue,
No 53.- Le service s:ra cel1br6 l'Eglise
St Joseph.
Nos condoleances aux fnmilles eprouv\es.
Administration postal


Leftres reicomm;ia ndc 'e;en souffjranlife
SERVICE INTi:RILL'R


Edi r,l Damnacs, loseph Alexis, Chs
Emmanuel Kerniza:, I. A. Botdes, Desis-
na Montiston, Stanislas Lubin, Goliath
Monfiston, Rulhiire Bastien, Alencar Jam-
bon,, Gal Pierre Cdlestin, [ dit Toret de
Brou) Mma Florinas Prre Louis, (dite Sor
femme ) Euchariste Louis Jean, Mile Jose-
phine Constant.
SERVICE 'XTi-RII:UR
Juan Mirtin, Joseph P. Pierre, Mmle II.
Gudrin, Manuel Balbin, Eugenie Beville.
Secretairerie d'Etat
des Finances
Par le steamer Prins Willem IV du 12
D&cemibre courant, le Gouverneinent a re-
cu huit mille gourdes en pieces de nickel de
5o centimes ( deux caisses de 4.000 gour-
des chacune ) qui ont 6c: d6birques a
Aquin pour les depenses du service pu-
blic.
Cet envoi est le dernier de la frappe du
million de nickel en pieces de cinquaite
centimes autorisee par le Corps Legislatif.
Port-au-Prince, le 13 Decembre 1907.
Le steamer Praesident
Et entr6 hier avec M. Seymour Faine et
Mme Alesii Eugene venant d. Kingston.
II est reparti dans la sotr&e avec les
passigers suivants pour :
Idrimie : Deput6 D graff, Marco Sylvera,
Mr et Mme Ignacio, Maria Gouzalez, D6pu-
te Miuger, Raynond Mucius, Mine Bazile,
Mile Bazile, Th Prin, Amelie Bancy,
Sceur Constantin, Ney Cayemitte, Sceur
des Anges et Saeur Ste Anne, Phidelia St-
vil.
Cayes : E. Vaval, R. Fr6d6ric.
Snuto Domingo: Melles Gonzalez, Cicilh

Au Petit-S6minaire
Nous rappelons A nos lecteurs que c'est
au Mase du Petit-S6minaire que Mr S' HI-


laire Ada.m done sa grande soirCe, qui est
tixee ;u vendreli 20 du courant. Tout
s'organic :'ctivminent, en vue de donner a
ctte ftc 1:e caractire d'une veritable mani-
fEsta:io:i.
A bicn'ot d'anples r:en;cign:'ments.
De 1'Eau ...
Nou- .upplirons Ie Service IIydrauiq;:e
(tl tairc Il n:c-ssiire alii de soulager un
pC'- l1a 1opulatio.l qui n'en peut plus. Les
prilicip :x qu irinrs de la ville sont prives
d'etu d 'p :, li'er n tiCn et c'est un- dtso-
l. io 1 dii le fiunilles.
t.i Co( nm:,,I!ien peut trouver de quoi rem-
p!ir ses *o:rineatu ct s vo.t ob'fgde de sus-
pc:ilre l'arrosaget des rues oi l.a poussiere
trim.)phie enI :aae uv.intab'es.
De c'eI, nessieurs, de l'eau, s v p.
'ompagnia des pompiers lib-es
Port-au-Prince, le 16 Ddcenmbre 1907.
Aux MII:MBR:S IIONORAIRES
IT ANCIiENS POMPIERS,
En vilie
Chi rs co)ntrce.,' et a.nis,


Co inmie ue .1 ma circulaire du
cotumtllt, je vou ; annl nce que je vou;
vr.i iav c ,:in re'l pl.isir, :\ notre St:
cAntralt., Ie )imnuince 22 du courant,
1 2 Ihlures die apr&.-midi.


.1 du
rtin


A.\c c--spoir que Cvousvoudrez bien rpon-
dre t mino attente, je vous price de rece-
vo'r, cheers confreres (t amnis, la nouvelle
assuranc e de mes sinceres sentiments de
con fratn:rnite.
L,( Con1,inanj'n.
L.ouis ETHiEART.
Champ de Courses
N,,nibrel .is o it ies inscriptionss pour
Ies courses de de!niin ; les orgaiisateurs,
pour evitcr tout rcpro:ch de la part des re-
tard itaires, l:::r "accordcnt un nouveau et
dt nier deili jusqu'A cct apres-midi, a 5 h.
L- programme co;nple: devant ctre imn-
prim dmain. miiatin, les instiptions ne
seront plus rcqaes p.ss" cc delai.
_- : .. __ ..-.... _.---- 1 ........
Tril i ne dti Mati "



La 11te ll 8 D cembre

A l'llopital St--Alexis

Dimaichi dernier, des 6 hueres da nmtin,
le quarter de l'Hoiital militaire ( Saint-
Alexis ), avait pris un air de ftte. Des ori-
flarnm.s;, p;rhi; du bel edifice r&cemment
construi', se rpandaient dans la rue, re-
fldtant au loin leurs cl!atantes couleurs,
comme pourtraduire au dehors les pompes
de la cermionie qui devait y avoir lieu.
C'est qu'on procddait au bapteme et A l'i-
nauguration du superbe batiment devant
servir d6sormais aux course thioriques de
l'Eco!e Nationale de Mcdecine et de Phar-
macie, aux reunions du Personnel ensei-
gnint et da Corps de santd de cet impor-
tant etablissement et enfin au logement
des bonnes sceurs quientourent nos soldats
maladies d'un soin jaloux et empress.
Huit heures sonnent, et la fete com-
mence. S. G. Monseigneur Conan office.
Dans un language l1ev6 et en terms choisis,
il retrace le caract&re et l'utilit6 de l'Insti-
tution et encourage les Medecins du ser-
vice A poursuivre sans relAche, leur oeuvre
de r6organisation. A l'issue de la messe,
on voit sortir de la Chapelle, une longue
suite de couples : ce sont les parrans et
marines don't parlaient les journaux de la
Capitale quel s jours l'avance. Ici se
place, mans contest, la parties la plus attnr
yate de tI Ate. Ls gracises muarrals,'


bras-dessus bras dessous avec leurs gentile
comperes, s'cn vont p:r les allies du jar-
dim. Ou'ils sont ravissants A voir ces cou-
p'es disting.,s, cholsis dans ce q'ie Port-
au-Prince posscide d.s plus inarcqants!
C'ect une vraic lignde multico!ore. s'en
allant proc~ ssionn.llnient ; c'cst un iin-
nimen;S: froti- froL .1 ; 'cn plus fitir de jipc;
et de cor-ag.s noiO antt s)us les ra inii
d'un sole5il d- 9 hiii res, t.:npr,' t. r, i *h :-
rensc:e:ci.t par I'oinbe des grands flani-
boyanti c: d &s b.ilin::e;svLrts qui parsem n lnt
l. co"'r d,:J il'Hoptl. On sz dire rei-
C;-
g'csC'in-'n' vers le pa.vilon d'is)letncint et
de ,1A, ., 1 'ddili-e pr'nipal.
L'- clcrgh, inaichant n ete tcde line,
entonne i.ar iin: r\va!le des lhvinnes de gloi-
res ct dic b .ic ion, cependant que la
MusiLqu du Pallis etxcute des imarcli-s
triom1ph.l.s qui'on di:.ait les plus magnilti-
ques d:- son r'pcrtoire. NOus soiniins main-
t. 1n1ant rAe-Lde-l-chau.-, dt nouveau hI a-
timnet., la p.rtie religieuse p:oprelncit
dite .;anit tcrmiirce. LA, danus iicc d.s trois
v.1s L's S:lL. :;,indn: .1 s pour 1.' ,deeption,
sc reiunl-,. It des pcrs o:inage.s' .1fiCi (, cIf2 I
quic 1- GC.iidral Cvriqu:e Celcsti:', Ministre
de 'a G,'erre et Je la Marine, M. l. Mar-
cciin, .Min'ste d-:s FLin.mnc, et du Co:n-
incrc.,c!ha.t:gc pa.r in: di imi Ji por.:cteiile,. de
I'ln'I :i :-, \l. 1 Li. al u, Sccret tire d'Ftar
dc ia J i,-,L,:ce et d-1 I' lstruc:ion Pub'iqu'.
M. P. 'N i nono, Milnitre des Rcla'tions ex
tdrKiures tt ,d i Cui'tc,. M. V. Leconte,
(;ihf du Cabinet pa.ticulier de S. Ex. !e
Pr-,,;dclt de la RKpublique. M. Boigell.
Scvere, Secrl.aire du Conseil des Ministres
ct bicn d'aatrcs figures non moiins remar-
quables parumi lcsq elles se disti nugcnt
des Sdnarturs et des Depuits. Ccs Mis-
sieurs ainsi que nombre de parrains et ma-
raines, torment un ccicle don't Monsei-
gneur l'Archeveque occupe a peu pros lc
centre.
C'est alors qu'au milieu d'un silence
trouble seulement par le chuchotement de
quclques jeunes conmpecs igayant de leur
galan:erie dceente, lcurs fraichei commerce,
s'dlv\e une voix. C'est celle de Mr Ic Dr I.
E. eanity, Directeur de 1'Ecole Na.ion.alc
de MJd.'cine ct de Pharmacie, ct reorga-
nisatelur principal de I'H6pittl St-Alexis. II
proltonce uu discours plein de peascs qui
scra probablement livre A lI piubbiitt.
Dans on p.s;age de cc discourse, Mr le D'
Jcenty s'exprilne A peu pres en ces ter-
mes: -. Saluons le G'' Nord Alexis, ctt illus-
tre et admirable vieillard qui nous a pro-
cure cette paix bienfaisante sans laquelle
rien de bon ne pett s'edifier Saluons cc
vailla:it so'dat qui, par son dnergie, sa
volont6 tenace, a do;l le pays de tant
d'ucuvres unles ct lunianitaires. A ces
paro'es dtnouvantes, expression de la v4-
rit6 la plus pure, le Gal 0. Jeanty croit
opportun d'entrecouper l'orateur. D'un si-
gne, la musique du Palais entonne Ic sa-
lut presidential. Ce discours est suivi d'un
autre non moins beau par lequel le Dr Al-
bert Gen:il entretient I'assistance sur les
choses de l'H6pital don't it est le Mddecin
en chef. Les deux orateurs sont salu6s par
de vives accamatiions. ,
Pais commence la reception Pour Ctre
pl:s A l'aise, les invites regagnent la cour.
t ce sontde veritables parterres de dames et
de jeunes filles rivalisant- A leur insu,
sans doute,- de toilettes splendides au
milieu desquelles circulent de gentils 6tu-
diants en mddecine charges de missio.i
sptciale. Le champagne coulait, culait a
profusion. La musique du Palais conti-
nue de charmer assistance en variant du
solennel a l'enjoud. Et les choses s'en vont
ainsi juspu'a midi pres. Chacun se retire
de l'H6pital en enportant une impression
bien vive, tant du c6r6monial an uquel on
vient de prendre part que de ?'exquie
propreti et de la transformation heoriae


qu'a subies I'rtablissem-nt grAce ala bien-
veil fante nergie du D, I. E. Jeanty et de
ses digncs collaboratcurs Nous ne tcrtni-
nerons pas cc compzc-rendu sins fire une
indismr'zi&on. DansI ;r-ii on a vu
une trenltaillne d'htc mnc. travcrser le champ-
de-MAirs et se diri!Zr x'ers i1iO)ttl par Ia
lRue st-Hoiio( "C'tait Ic perToinnj de
I'Elok* Na: ion .tW de cle person-
ci midlcalet aiJmi:ii-;!rr: if d. I'll6pit.ciS -
Itx's1k rvL1.1 ie ilioe(l I'horch as-
shieir au diln..-IL d 11 i ]Ui Llcir a &6 ooqert
par leC >!~i,\ di~: d.la Guerre
ell .eillui,,g d iinraltio 'ct paur
1*1 )LI1S~cI-o ici i C' xMr le NMinistrc
de Lt Gucrre dte'i 11 Uw. c'at',emion quil por-
te A cetPripi ir. Pr [en.
Cou rag( men t -Ln ii c ce dc doneI r aux
cli ticiens d% I'llopital, ii ne fait que pro-
lit I' 1Ltdvre tie rde 5ritim entreprise par
le Pr .,iden: No:d A. Isx~s por It! plus grand
bicii de ses Sold it --, %-ra s, Ser%-i!CUri Se la
P.1 lic E.L", fl pA II en nic temp3
ctitrancr Ics Alcd2c:i!vi : se donner encore
plus U ie I I.:1 -,I dipC d ptq)I)!1cc Irur dCvoue-
1!lnt ut C1 lr1*!1 ,A .-,!,-' 1_,;~ ~ :Z:fiqu,-par des
mH ii lfcs~at jons a m i cordi 1':s ? Enfin, le
\1inii tr a aC:c pa:' It'1c.11 per:-nneI A I'lfo-
~ti ii :1 1 Ch-mi coula dIenouveau
~vcc des t o bo.-i propris. Le pu-
1 11,-, averti depu i Ic le in, arriv.i en
T1r.m1 d nom're pou r .bs!Icr an concert que
dcvait domner hi iusiqlue spf2ciie de la
Garden du (Gluvcrili-mcnt. Le concert con-
tinua toute l'aprK-mnidi juSqU'A sept heures
prs,. EAt l'oln se rtira cn ri'p.t-ant que c'-
tait trop 16t fimi.
.x. sYsrTANUT.


vl .,Vtel ,

D ia EuNER
VT )I


IAJ 2 1FUCESMBRE
A 2 1-LURES


B-urlc de Copcnhague
Bocut sial au chou
Cotelette dce mouton au reason
Languc ee veau au jus
C-roitte aucc balance
II.aricots rougis in sauce
Kiz b'anc au lard
Cretpe Cdlestine
caf6
Fruits
1/2 Vin

NOUV AUTE-BAZA
LAGOJANNIS
EXPOSITION PEIIMANENTE
1,43, GRAND'RUE 136.
Va la transftormation du NOUVEAU-
Ti' BAZ H et I'augmcntation de SPE-
CIA IffAS NOUVELLES ainsi que
I'arriv6e des articles de tous genres
A L4 DERNIPRE MODE, M. Lago-
j-innis done I'entrde libre de son a-
zar aux persouces de tout age, conve-
nables et respectable, afin qu'elles
Ipuissent faire le choix de tout 0o don't
elles ptuvent avoir besoio. Elles .
trouverontt en grs et en d6tlil, ADE
PRIX HOURS CONVCOURS I
Cctte fin d'ann6e en dehors des
spicialitis : MERCERIE, QUINCAILLZ-
IIIE PAPETERIE, BImIELOTERIE, JOUSTS
D'ENFANTS, ETC. F.TC.
II y aura des Bonbons assortis
.qoutd pas lais.q. pour adoucir et rafralf
chir toutes les touches de laR6publi-
(Iue.
Quant aux JouJoux, la joie des en-
fants ( Ca ed p'is pal4 ea. )
Nouveautes Sensationnelle".
o. STIRAoscoPES avec des VIWA
et pano amas splendidos : la gat d
families.


11




W I- -'-------- --


t LE DIABLE VOLTICCUR. 3o Nattes
japonaises de haut-s fatntaisies.
1. Cartci 1ostaIos, et dto Visitin,
5o., Nfa\l!eg anit'-ricaino-, solides.; ot
jolies (* V;ali~s (esdoVoyges,7.
Eventajl it' C t()utes I boaIitQ tsSO.ttiM
trap R;-, t.
poti'J re et S t'vo ,iN.l P l r ri H

(jvjn ) ar.~ ti I1 ~I r ,- ;~I ez.
I~e(IC'~st~uI ~IhE;,1 A."! II f lotiirs
TQ-,3joL.Ls Ade3 pm cri vt,c de tnrUt-!s 1 pS b ou.-ses.
A LA M.ii0N ..I.UiA,
136ic,, G3AN1)'PUF I3J: 13J.

A VENDRE

A a r. Li;E. AIAri.', ('fVA .f
,2,2, hr :: i'tto o u [)I;,-; \1 IRACLE'-;
LIQUEURS SURFINES
B c n bcns e t gA teau-: stip6riaurs


Fraincisco hesuse
Fabricant de chaus ,urcs
A l'avan;,., ,l' ,intnce,-, an public
et A i s. nbrou. o clio t;'-, plant do la
Capital que de la I'roviict1, tli'il vient
de recevoir a I'occasiol de la lin d'an-
n6e, une vari'tt t e )ceaulx nIouvelle-
ment ai ivds ; savoir :
VEA GLACO, CRni:ME, DORn:, CHIAMPA-
GNc, BLUL, BEURRE FRAIS, VERT
BOUTEILLE .JAUNE. VIOLETTE, JAU-
NE FONCIf, MAUVE. .AUNE D'OLIVE,
GRIS, JAUNE a DU VIN r,, I1OUt;E, etc.
Lamaison a uni assortilnent coinple
pour dames et enfants.
Venez voir et tous sere: contents.

Viennent d'arriver
PARl LEFRANCAIS I CE CMOIS,
Chez

vincent G. Mlahloul
81, Rue du Mag i in de l'Elat, 81 et
4, 6, 10, Rue Traversihre.
Casiinir francais de premierchoix. -
Diagopale.-- Chemises couleur et
blanches. Chaussettes et bas fil.-
Jupons de soie.- Eventails de fai:tai-
lie.- Ceinlitres pour homes et da-
mes.- Bretelles, Descente de lit.-
iPanelle par anne.- Chapeaux line
Lour hoins & Dalles.-- Chemiset-
as.- Cannes. Parfumeries assor-
Utes.- Faux-cols & Manchettes. Sa-
tins et autires toffes. Machines a
cudre de et2 flls. Champagne.-
Vins rough, par gallon et par caisse.-
Vij bla.c ipar caisse.- Vinaigre par
on.-- Montarde.- Olive.- Fromna-
ges Kru ;-re franqals, pates grasses
franctaises.- Ilibre Imp6rial & Lerm-
beck. Biscuits Lefevre Utile.- Hulle
dOlive par gallon et par caise.- Fil
de toute quality pour machine de 40
6i.- Provisions anmricaines.
Vente en grs ct en d6tail
A UN PRII MDot


Fl'raachellexent

A LELt GANCE
I). 1T"R.Al f,
Fabricanat e chaussures-,
Porti. I.L. co"l naissalnce d-i public,
parti.:,nii;'.r. :.aent dc ses nombrei x cli-
,iuts de Ia C6te ot de la Capitale, que
I' 4ta Is..-;,~ent a un stock incalcula-
le dede ci;ssur.es pour homes,
fenlinrfi et enfaints, en tous geures,
et q;ip, malgj- l'oiTre de cin! pour ceua
sur l'ac-iat en gros (5 0/0 fait un ra-
bais exceptionnel sur les prix.
L'ktablissement se charge de fire
preudre des measures A domicile.
Toujours : Soin, exactitude, ponctualite
42, Rue des Fronts-Forts, 42
PO)T-AU-PRINCE (iJAT rI)
Iml- i i--- ---__
IE- C tel-l estau.irait
ST-JOS EPH
(ANGLEDES RUES OUX ET DL MAGA-
S IN 1) L.ETAT. )
Serrvic- b:o- orqanisO.- Repas
A la c;.rt.e. -- cuisine excellent.
PiioPiiiT'ie.\i i: .l)SI-o i DISRIVllRE

Cordlonnerie Nouvelle


G.


B. PETOIA ET SEPE
143, GRAND'RUE 143


GRAND ASSORTMENT DE CHAUSSURES
DE TOUS GENRES EN DEPOT, POUR LA
VENTE EN GROS ET DETAIL.
Execution prompted des
commander, tant ici qu'A
l'intArieur.
Confection des chaussuires avec les
meilleurs soins. Toujours formes
414gantes tant a hominne qu'A femme.
Les dernieres creations de
Paris !
PAtes, Liquides, Cirages pour chaus-
sures de touts nuances.
Conveinions de venle convenables.


Accourez a 1 Enperance

Cordonnerie
Clarck & Mercier
Ou vous aurez un travail garanti et
soignt, confection de tons genres alec
des mattriaux de premier choix.
L'etablissement se charge aussi de
faire prendre des measures A domicile.
150, GRAND'RUE, 150.
PORT-rAU- PR INC.

RHUM-BAfR&UIJ
Dipl6me et M6daillu
Exposition de Port-ai-P'rince 1881
Concours RIgional d- Bordeaux 1882
Exposition d'Amsterdarn 1 883
d'Anvers 1885
de Paris a I8
< de Chicago u 481l3
En vente: 66, Rue Macajoux.
( Boulevard des Veuves )
Pttret6 et natural garantis.


Produlls ilg ieiques pour la Toilette




POVORE-VLOT~-
- - - _-- -- ------
~~~' 3.33035.srrs, Rlnbsui St-Xatia. WI lSlt Y 4s3LuAw 1e6 5mltstIoa6

tIiir i Li(~14 61.iiie a juel lle
LA _______________
u~ i rrO1111,PaiL eti- 11ul i com -
iiiuiiiqiuaiit S4 illi)i iC X par-
uln. Elie a f 4!i icii ,zr dii teillt, ca 1l. t'.4 souveraine
Coittit I; I ~ p !' i ri e in c'risiblent, ad I p l
LA imp alW. C.*

ila FarIVd L' ill 1'owilves do


~~~Ld C, I T ~c
J;Ii~ It r i {N:
[ IL I,- I; Ii -Z S', I t'I1.
toutes Ih C!I
idamots (~d Id jI.. .olC4. Ii:t
A-i n cte G6,nElralo et D6p6t pour

M~flA* TS ,O' N JU-LTES LAVILLE
!).), Ibse di MaflasiL de l'Etaii, 93


LA PRHAIRMACIt.,


I II =in

:~: \ ; "'


LA


Emrninauel AIleandtre Meilleure Farine


8* liU DES MIRACLES, 9S,
So eofIra~. 'CA)
prottipte *.vt exacte tls; ordl; ii.. li. s 4-!
[I'imnPortt. 1 0.l1.2 I fr i ds I. t Ja.
Ia nuit.
Drogueries. SlpttciaU tLA; phar-
macaBUti Q U e rix Co !;-ti I g i ,L ';*uoif!;s.
PRIX :N,;~~;vrrW


deti -1onde
(:Cele qul do.-ine le pi-"Jv 'ain.
(Qui produit le plu, tid o
Quii donne Io pain 1 i banc a et
Ic. pIus l ger,
(?est la Pillsbury'. ;.3(-. ude Ia
~'ilis-bury Washburn fVro'uuz. \: Vl Cg,-
Mi'ineapolis Minri.
EFrn. CA.4TF IRA.r~sc~it~r


N'A CHE TEZ PAS


r'I1
SlIts


Visitor


Lea deriieres nlo veauls rescues par la maison
A98, RUE D RGERVOIR 93.
98, RUE DU REISERVOIR 93.


A


L I


A


N


G


E


La Maison ne vendi pie tesa:rticles do preminire qua-
litt Pt A dIes nhix mo(Ur,'s.
On y trouvera: Cl;upe.ix garnish c(Lioche pour dames
et lillettes ; C:Ipotes I)'reioiio- ~et BiWuins pour enfant ;
Voialettes; 111iaires id G sot- ; T'flratas et Tafetalilke ;Sou-
licas pour bb6z; ; flo i ,s 1:,; Im-es & Gatreoiuietss ;Den-
telles, Bas, Chlalssettes, I'9;ab cAa', Eventaik-, Formnes do'
Chapeaux, 'leur,-, Gatrs ji.'.u muumisquAaiire., Tul:e 1l1u-


Articles pour Mf&riafe et prcniifre,
Commu IIunion.
Bel assorlineni de Parfuinerie
JOUETSM!! Pouples fines A tous les prix ; Chemiuis-do
for circulairez; Bateaux it h6lice mti~rtitue.4 Tamblotirs,
Trompettes, Vinlonro, Pianoqs, M)ites pourarbre de Noell, etc.


C

A

R

D
I


E

N


I








g OCULISTESI..
VERRES BLANCS, BLEUS, FUMiS,
JAUNES, du I)r Fieuzal et du Dr Motais.
VERRES BICONCAVES, BICON-
VEXES, PERISCOPIQUES CONCAVES, PI-
RISCOPIQUES CONVEXES.
Assortiment completdes foyers
VERRES JAUNES, FUMES, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille
Sans foyers
Verres blancs cylindriques, concaves
et convexes.
Assortiment d'axes complete.
Chez A. DE MATTERS.
-- -- -
Chapeaux !
Chapeaux I
Chapeaux l
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ


i
I
I
I


JOSE SIN MILLAN
Le coil'ir ;:iei.- q.ii vient avec le
concour's d'1,n 1chq) .ler remarqr,.able,
M. JAIME TF-'ETAl, d'mi :taller une
FAB i UE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour toi.s les goits et pour touts
les bourses.

AVIS

Me F. Capoix Belton, avocat du Bar-
reau do Poort-n -Prince. derneurant et
domic-ili6 eon cet,1 ville a I'lionn eur
d'aviser rs'siretu(1IeseilenI stes clients
de Saint-Miclhel, Hinche, L.a Marmela-
do, Terr,-N -nAve, Anse lRouge, et Mais-
sade que s'6tant retire du barreau dies
Gonaivesof i' i ilitait en vertu de per-
mis rg' ti iiretment sign de son biaton-
nier, ils auro At i irclamer leurs dos-
siers en son cabinetRue Traversiere,
No 41 b'is
Ii est accord aux partiesinteressees
deux mois pour jouir des b6enfices
du present avis, fiute de quoi, le
soussign, decline toutes responsabi-
lit.4 vis-i-vis de toutes personnel qui
peuvent se declarer ayants-droits et
qualitea vis-&-vis du soussiga6, eu
dgard au present avis.

Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

LI HODELIN
Ancien membre de la Societd Philan-
thropique des mattres tailleurs de Paris
Vient de recevoir un grand choix d'd-
toflei dia-onale, casimir alpaca, chevio-
te, cheviote pour deuil, etc, Recomman-
lde particulierement A sa clientele une
belle collection de coupes de casimir,
de gilets de fantaisie et de piqu6 de
toute beauty.
Speci;.it6 de Costumes de no-
ces.- Coupes Frangaise, Anglaisa t
Amdricaine de la ddrni6re pertection.
La maison confectionne aussi des Cos-
tumes militaires, habits brod6s
dolmans, tuniques, habits oar.
r. to eto, de tous grades.


S A. de lleiset Co.
32, Rue du Magasin de I'Etat
Maison fondre en 1888.
Bijouterie, Orfevrerie. Gravure
Vient dle recevoir des articles de par-
fumerie pour les gots les plus diffici-
les. Les parfIrms exqvis et rares d'une
iel6icatesse p6ni6:rxite qu'elle oelre A sea
clients south de vdritables petites mer-
veilles.
Les derni6res marques qui charmeni
,e Tout Paris sont chez Matteis :
Son Sourire, Floramye, TrdfHa, Idd
Cyclamen, Vwitz, etc.
La mason a toujours un grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries,
unettes, montres or et argent, pendu-
les garanties.
Spdcialitis: bagues frangaises en bril-
ants a partir de P. 200, alliances Or
18 K anglaises et francaises sur com-
mande, Servi-. d'acrgenterie complete
1.our marriages.
Tousles articles vandus par la mai-
,on sort igarantis.
Achat de diamants, pierres precieu-
ses et vieille bijouterie a des plx avan-
tageux. Dr;riier cri : Lunettes jaunes.
Contre i emise de Deux dollars en
timbies-poste d'liaiti, la Maison Mat-
toi- ev-nvoie franc de orl sous pli recom-
un:,ndd dais; toute les vi[ies de la Rdpu-
blique: Lunmttes ou Lorgnons en nickel
inoxydables, se!on'es prescriptions des
Docteurs ou instructc.ns des acheteurs.

Panamas !..
Eltgants, solides, recus par le stea-
mer francais.
Stock assorli et merveileux.
ACCO(UIIEZ
Chez M1 Leonide Solages.
22, lRue des Fronts-Forts, 22.


PHOTOGRAPHIC

J. M. DUPLESSY
120, RUE DU CENTRE, 120
Travaux soignes de routes softes
et de toutes dimensions
Reproductions et agrandissements
( Prix modrrds )
Cartes Mignonnettes
SEULEMENT PAR DOUZAINE P.5.
NOUVEAUT S : Papier Platine ( nou-
veau genre )
PHOTO-SOIE perfec-
tectionnde (diverses-
teintes.) Dernier ori.
N. B.-- La Photo soie peut s.rvir &
de charmantes applications de la pho-
tographie:
Sachets, Evnlails, Pelotes- D. sau
de boites,-Ouvrages de dames, etc.
VENEZ VO1R I

Pharmacie F. Bruno
67-119 RUES tGALLITf ET PEROU.
Sp6cialit6s F. Bruno :
Pou.tre puissantecon tre d6mangeaison
jrurigo, sueur des pieds- La boite P. 1
Sirop antiashmatique, remade efficace
:ontre les acc6s d'asthme et lea toux
rdquentes le flacon ; P: 1. 50.
Consulttions gratuities :
Mardi et Jeudi de 8 & 9 heures du mating
par 1e Docteur. N. Tomas.


TAN


COM
DE


TINENTALE


Port-au-Prince


PREPARATION


DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)
CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR


COULEURS.


PRIX DES CHA USSURES COME SUIT:


Chevreau glace6 Boutonn6 et Lac6 pour Hommes et Dames
a a Recommandds
Verni et couleurs: a 4 Recommandds


POUR EmjANTS: .


. . .


( Dix gdes
(Dix gdes.
(douze gde
six (gdes


H 'T U BELLEVUE

Place du Champs-de-Mars
PO RT-AU-PRINE.(HAITI)
Mme Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LU NCHS.
Installation moderne et comfortable. Vue -sur la mer. Tempdrature
douce et rdgulire. Les Tramways desservent I'H6tel-Bellevue toutes les 7 Minute
PROPRIIPTIE SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -JARDINS
Salle de rdception.'-Piano.--Gramophone.
Sonneries lectriques


Table d'Hbte


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures
La Manufacture a toujours en de-
p6t un grand stock,-- pour la vente
en gros et detail,- de chauisures en
tous genres pour
HOMES, FEMMEs, ENFANTS
Les commands des commervants
de l'interieur pourront 6tre ex6cutees
dans une semaine B pen prbs.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PHINCZ ( HAITI)

LA REVUE
(ANCIENNE REVUE DES REVUS )
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS:
PAR AN, PAR SEMESTRE
Haiti ,.. 28 francs, 16 francs'
aes abonnements sont recus dana
lea bureau du a Matin a seal agent
pour la R6publique d'Halti.

Dr L. Malebranche
Dipl6m6 de l'Institut de M'decine
Coloniale de Paris ex-Moniteur du
Service Ophtalmologique dela Faculte,
A l'H6tel-Dieu, et ancien assistant de
la Clinique du Docteur Galezonski,
Membre de la Societd de M6decine
et d'Hygiene tropicales.
MtDECINE-CHIRURGIE
MALADIES DES YEUX
CONSULTATIONS PRIVAES : DE 2 A 4 hrs.
CLINIQUE DE 10 HEURES A MIDI
88, Rue du Peuple, 88. ,


tous lea jours, de midi d 2 heures,
de 7 d 8 hurea du soir


Fabrique de chapeaux

La Fabrique de chapeaux installed A
I'Ecole des Arts et Metiers, ancienne-
ment Maison Centrale, sous la raisd
aociale de Vve P. Benoit et J. C. CGl
teau a l'honneur d'informer le public
qu'il trouvera en son ddp6t un bod
stock de chapeaux de paille superiear
pouvant satisfaire lea gotts les plus
difficiles; malgre ces avantages ee
met ses chapeaux en vente oun prix
modique d6flant toute concurrence.
La fabrique informed en outre Iepu-
blic qu'elle est la seule qui en confic-
tionne A Port-au-Prince et ce, avec le
concours d'ouvrieres venues expres-
sement de I'Etranger.
La fabrique rApare aussi routes sor-
tes de chapeaux. Bon march excep-
tion nel.

A vendre
Recueil de Cantiques de Noel
Suivi de Neuvaine pour honorer *1
Naissance de Jesus, et des pratiUqu
de devotion pour la Quarant nela
(24 D6cembre au 2 Fdvrier )
Prix : P. 1.57 franco.
A LA LIBRAIRIE A LA9 (MU83S 8
J. J. M. MANIGAT.- Cap-Haltie"

Industrie
MANUFACTURIERE NATIONALS
Jullen Desroosm
INDUSTRY M E
Fau-wcls, oravaeus, mjehamek""
W atra-p ed
feelf doarts at Nun


---