<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00213
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 14, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00213

Full Text

SAMEDI, 14 DECEMBRE 1907.


bw


QUOTIDIEN


ABOMISIMNTS:

p~f mois Una Gourde DOAVANCE

D*1*JLTB5JMUW & tNTRJIG;
Irae 4d postso nMs.


D1 1crmm

Cl6meenat 1Meagloire,

REDACTION-ADMINISTRATION
45, RUE ROUX, 45.


LE NUMtRO 10 CENTIES.

Les abonnements parent du Ier. et du 1d de chaque
mais et sont payables d'avance:
Les manuscrit Ins6r6s on on ao seout a remle.


Pour tout oe qui conoerne l'Administration du Journal, s'adresser A Monsieur


Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux ou Bonne-Foi.


L'EDUCATION D


Dans les grandes batailles de l'tdu-
cation, je ne connais vraiment pas de
papille qui recalcitre avec plus de rai-
hur que les marmots ert couchettes.
Forts de leur faiblessa, ils semblent
comprendre touted la some de pitid
p'on leur doit et, intelligent sans y
oager, c'est sur cette piLt6 meme qu'il
dtayent pour bitir leur empire et
puverner leur entourage. Ils sont a
pm prbs comme les femmes et les roPh
t se figurent volontiers que tout ieur
at di .
Alois malheur a la mere qui se fera
lsujet de ce souverain minuscule. Elle
lasisera, passive, a 1'6miettement pro-
.efsifde toutes ses libertds et ce sera
biMalt sa plus grande honte d'avoir a
tout le temps genutldchir et salamnald-
kr devant la majesty nine de ce su-
perbe empereur nain. Qu'on ne vienne
pas me dire qu'avec le temps tout ren-
rera dans 'otdre. C'est peut-htre ici le
eul cas ou le Temps ne fail pas son oeu-
vre habituelle d'usure. Au coatraire, le
ImI va suivant ie plus triste pronostic
Sn'aboutit en some qu'a I'esclavage
dfinitif des meres par les enfants.
On pourrait pour ainsi dire eu sui-
Ire les lapes jour par jour.
Hier, leu commandments siridnient
Iugosierougymnastiquaient dans un in-
*ortt sans fagon des jambes et des me-
lotea poleldes. Domain ce sera I in-
lgne: maman, rattLcle-moi mon ta-
w', boutonne-moi mes souliers. a
Ps tard leo ordro aesront tacites tant
0d-eviendront implrieux Co sera, sans
dire, a msule presentation du tire-
=L8n ou du dos de robe entr'ouvert
Mnist voir la chair jeure et tendre.
frontt de tyranniques regards rou-
Sde menaces fauves pour la .. .
Wore, des manifestations Denysiaques
u lltenipramen: toujours en erec-
_e &i toates leo consaquencesd'un
il tat de chose at dites-moi si cet
agO(e dea mares par oesenftansonest
r *m feuses roat social I Jo dirai
Bs comment par lu, on macm-
1le develoo sOiaid en oirta d
O. ainigsioaggo@i desedo


F 61 A 1 i ollemenil sir de moinlles epaules de
ES LE E'BERCEAU fet meQ, on "sera la 1) e d u self-qov. rii-
MWEt u e.6bralof ot sera .tlaplace de 'iti-
tialive ,priv\ oft seIta la place de ces
rudes lqualits de courage, dei coiliain-
I'individu, de la famille et de la socit t. en soi que loit avoir celui A qui il est
Qu'on y prenne garden II s'installe avec ddvolu d'espadonner dur avec les Coit-
la plus grande aisanze et une fois cet Ire-Temps et de stru'!lle foi'lif'er ; ,1-
esclavage pousse tres avant dans la vie, trance et sans paron ?!
n'attendez pas que le joug se brise, car Mltre, votre enfant -e tiouvera bieri
c'est l'histoire du jeune arbuste a la ti- de cette tutelle tout le temps que le honl
ge crochue... Dieu et la St. Anne vous preteront vie.
L'amour maternel aidant, le concept d-
fecueux de votre rle social (levers lui
C'est d'abord la coutume de hercer vous poussera aux pires extrdmit&s, en-
les enfants dansfles bras *u ailliurs tre autres a I ii agrna*erment contiinuer
pour les endormir, puis cel!e l'ob6ir a sa vie des lunges. Lui se prilassera
eurs moindres voloItes. b6atiliquement clez vous en Seigneur
Je crois savoir qu'en France, les iy- et Roi.
gienistes out bien vite eu raisoin de ces II lit-pourra pas seul prenrle lu pain
habitudes detestables. II est vrai pour- ni se verser a hloire. Vous vous l erez
tant de dire qu'on y croit encore indis- petit a petit son patinetier et soin echan-
pajisable,poirensommeiller les enfarnts, son. 11 sera en~ ptissanice de barbe qu'il
la vertu des caresses dans le lit on bien continuera li se laisser vivre tout bon-
celle plus lytique des chansons d'antan, nement a vos dlpens el d'tire un imber-
tandis que les genoux supportant le b6- bus juveiis tlandemcustode remuoto. Mais
b6 vont et viennent da'nsun movement alors, mr.'re, vous n'allez Ias me piten-
de dodine. Sur ce point, la France ne dre avoir ret~u Idu Ciel Ie seciett de l;
nous d6passe que d'une coudee a pei- longeritAd nominm Matlihjalein. Un
ne. jour ldo)ne, il f ldra bien quitter vote
Eh I bien, vrai, je vous le dis. J'aime lion supeibe et ,pas gtaereux dlutout -
bien la poesieet la musique, mais cells puisqu il vous pluchie pour all.'i
qui ne semblent point faites pour delec- rendre compete, si j'en ciois ces mnes-
ter mes oreilles -- c'est bien domma- sieurs qui rdpondent aux non.; de IPa'l,
ge ce sont la poebie et la musique, Pierre, Iuc et autr'ts, de votre eiinlloi
ensemble discordantes du < dodo ti titi- du tmnips surLi lea teie.
te crabe nan .calalou! P. Savez-vous Eh bien, I ser.it triste dte vous I'a-
pourquoi? parce que si la pauvre man- vouer, vous ia'aurez pas fail man vient a 4tredistraite deces soins-il vaille ; car c'est vous qui aurez ieplan-
lui faut tdre pat fois plus prosaique-elle td parini nous la seiie des ktL es di- t
y sera rappelde ,mpdrativtement par les goit;ntls de veulerie, infestants de pa-
crisde l'enfant quiue voudra pas dormir resse et qui, ap;ts s'eire laisse vivre
sins avoir ddgustd I'tlrange et abstrait mollement, airneit ,Liieux so lai.ser
somnifre au crab# et au calalou. Voila nourir iaaintleu; t, parce que dans les l
done, a priori, les autre occupations mal6riaux de leur construction so;iale, t
du manage en sonffrance, pour le seul on avait omis les pieces (lu courage r
et absurde plaisir du marmot intransi- de la force qu'on puise en soi-mtene
geant qui pretend fair du sommeil un et qui done la foi mninme au milieu ,
travail de collaboration Que dis-jo ? en- des dtsaslres. Its asnt pessimisles et r
core ne joue-t-il dans cet oauvre qu'un ne savent meme pas pourquoi lls ne ,
r61e quasiment passif. peuvent I'dtre que parce qu'il le sout-
Et comment pouvez-vous fire d'un c'est ldu moins ce qu'ils pr6tendent -
pareil 6tre un individu capable de comp- mais ils ne savent pas que I'optimisme
ter sur ses propres forces. S'il vous n'a jamais habit les ames d'acier lou-
faut raider 4 dormir, que ne vous fau- che comme la leur, les Ames d'etres 4d- t
dra-t-il pas I'ider A fire lorsque plus pendants et de dgeBnrrbs sociaux. Ce
tard e1s aspdridao de L'existence se dres- sont eux qui tralneront leur vie dans d
aeront drugs et mnaGaats devat lui ?..- nos cafds ou sans vergogue, faibant le
Dans cotte tte acooa ulmde so pencher pret de leur silhouette aux miroirs res-


iIlcndissants, ils voudront qu'on leir
fasse le cadeau du grog. Plus tard,
qui;ndi ils seront moins....chics, ils des-
cendlront jusque dans nos tavernes pour
que(mander l'ab.sinthe ou le rosat et le
bout de poye infect du bourgeois qui
avait demand son cigare a ses mus-
cles.Et s'ils ne rebroussent pas chemin,
s'ils continuent de descendre, tete bais-
sde, le rapid escalier des degradations
socials, plus tard encore, grice A la
tempcte orageuse et bienfaisante die
Milellus Benoit, ils iront 6chouer sur
le rocher hospitalier de St Vincent de
Paul.
Mt're., je vous en conjure, si vous
ne voulez pas voir ainsi sombrer vos
fil.- et nos fr6res, pr'chez leur depuis le
ierceau, le plus saint Evangile qui soit,
I'Evangile de I'indtpendance du travail
et de I'initiative privee. Quand vous re-
niarquerez chez votre enfant certain
terirlatce au sommeil, placez-le tout
t,'eilld dans son lit et qu'il crie, qu'il
brame, qlu'il vous adresse de ses jam-
lbes, des appeals mimiques et d6sesperis,
demeurez inlratasigeantes et faites-lui
la 6tpon.-e formelle et Oloquente du
l1os. Ifienltt ii s'apaisera, ii se p6netre-
ra de ceci 4 et prendra finalement la bonne habitu-
tie de s'endormir tout seul.
1E s'il s'endort tout seul aujourd'hui,
rlenrain, 1 tins les luttes pied a pied con-
ie les sorts ennemis, il pourra penser
'out seil et travailler tout seul a son sa-
ut. Fort par lui meme, ce n'est pas lui
jui ollrira jamais le spectacle lamen-
table du
lierre obscur qui circonvient un trone
Et s'en fait un tuteur enlui chant I'ecorce.
II sera fail de cette pAte consis-
ante pourvuo du levain de I'dduca-
iont rationnelle qui amplifie lea hom-
nes jiius4q'a ce qu'ils atteignent la taille
Ie ces ,uissants citoyens de I'espece
g6ant social a capable de jeter le bon
not dansn la grande balance des iddea A
*meltre en vue du progr6s.
Dr C. PEARSON.

Pri6re d'aviser 1'adriziistra-
ion de la moindre irrgularit&
Plans le service du e MATIN a
itin qu'il y soil do suite rema e
die.


- I __ I


I I -- F---- -- -- --- -- --L--- -


I- ~l~L


I -- ----I-~-- -, - rll


215


POIRTAU-PRMNCE (HASTI)


in A~NNME, NO









L'affaire Paradi

Nous recoevons la letIre suivanto que
nous notl; emipressonts de publier,
d1sireux de renseigunr nos lecteurs
sur cette affair(e d'escroqluerio.
Port-de-Paix, !c ii Dccembre 1907.
A Monsieur Clnment Magloire,
Directcuir du ( Matiin ,
Port-au-Prince
Mon cher Directeur,
En r6ponse i votre -d&pche dl -to, nme
demandant dcs renseignements sur le norm-
ni Paradi, arrtei au Cap et amncnd A Port-
au Prince, je crois pouvoir vous donner
les suivants :
Le mois dcrnicr, cc monsieur arrive de
Port-de Paix .' bord du bitt.lua de la li.n c
transa.tl. ntiqu c fr.niq. i -' II ve\n.ir dce touch r,
disait-il, un acomnpt, i.J t dl ., sur
un effect de 23.0(o( fr.niri souirit par lC
Gotverne-nent de II.iti A: on prc., corse
disent les uns, porto-ricain piet:--idnt Ic
autres.
Cet etict avait (.t dciJ o 'i r: .' e>, coin-
merCants de ccite pl.tce qii a\ aicC rit us
de lel ndgocicr, n'iavant pas contiance.
Ver le 22 du nmis ,i c Novciiilre, i pir-
tit subiternct pour Cap-aI IYticnl, par l
steamer l li :garia dc l.a lignc hambourgoi-
se, A la siii- d'uni amie. II pirais sit tlc-
cid t'ti a!l/, .- re~idenc c I ce:te dernire
v\ile.
Quand arrival dt Caip la nouvc:le de l'ar-
rcstation le c*. mnon.ieur, on counprit cc
qu'l \1 v avai 'dce louche! d.ins son dcp.irt
subit de lP:"-de--Pai\, etr "srtout dans le
fait par Ili advance d'avoir d'Ai toiiclhi sur
son etiet un Acompte de 73o dollars.
IVt c'est pour cctte r.isoni qu'o:i a atlir-
mrd que son aricstation avait en licu sur la
demand de l.a L'gition Franq.aise ; car oni
affirmed aussi d'autrc part que cct elfct d-
monsieur Paradi avait Etd ddj. P pa par
I'E at hlaitien.
Je crois que pour prciscr ces renicigiK-
ments, vous pourriez bicn vous adresscr A
la LIgation ellc-mimc.
Avec mes mcillcurcs amities, je demen-
re votre bien devoud,
IH.P.



Ce q'ils vont cherher

Notre excellent confrere Le Soir s'est in-
dign6 de nous entendre dire que les An-
glo-Saxons vont chercher en France a un
peu de haute culture et un peu aussi de
toutes les qualities d'urbanite, d'eligance,
qui caracterisent les Franqais, et enfin le
contact d'une civilisation plus raffinde et
pins luxueuse que la leur... a
Notre confrere ajoute que & le service
de safret6 de Londres envoie des missions
itudier l'organisation et le fonctionnement
de la police en France s. et que a 1'Ambri-
ricain croit devoir prendre le chemin de la
France en vue d'dtudier le mrcanisme et
Administration des caisses d'6pargne. a
Nous feroIs remarquer que a tudier ,
ne venut pas dire a adopter a ; nous atten-
drons done de pouvoir affirmer que Londres
a adopt I'organisation francaise de la poli-
ce et les Etats-Unis le system d'adiuinis-
iration franCais des caisses d'epargne,
avant de ricn attenuer de notre dire, dans
ce seas.

Lire lundi notre article : L'An.
mwaet 10907 de l'AUianc Franaise.


RENSEIGNEMENTS
WMCTIOROLOGrIQUES

C31:3hie ~Ylt% OLt~l r-Oe

SIMINAIRE COLLEGE St-IARTIAL

Vi.NiRELDI 3 Di CEMBREI:


B .ornetre A niidi
minli um
Temppral%'UTsjmaximu--


S62 0
I9.,
32,7


Moyenne diurne de la temperature 26.1
Le cicl cst rest clair toute la journdc
jusque vers 5h du soir. l)irections des nua-
':t;s supIricurs S ; Ldes nu.iges inf&rieurs S-:H.
Elclairs A l'Oue.., ce matin 14.
Le baromnitrc accu e une lgc.re baissc.
LUn p.U l';i:a.:io: si .i'nq'ic pe:nla:t la
nuit.
R. BALTENWECK
Revue du March6
Notre place a : td que'que peu. aniince
cctte semainiu ; une grande mason de la
p'lce Ju d'dposcr son bi'an par suite de
la chute dc son correspondent : la m.iison
M.ilmbcrgt de Hanibourg. Des arrange-
incn:s seront pris, dit--on, avecles intmresses.
Iest tr.insictions ont t, de ce faith, quel-
qu, putt conrar'cr ",;.
La prime pour I'or amcnricain a continue
ti imarche ascend.intc. On avai ait ttcint au
con nunceCI n den lA: scm iine Ics tantx de
-4)8 oo "0 La no ivlle de I'arrivce de F'or
anmc-ricain sur notre place a provoque une
baissc qui nous ramcnait avant-hier a 480
",, miai; t dpuis, on est renionth a .488 ",
taux d'ouverture ce 6matin.
Les titrc- du G.ouvernement ne donnent
lieu :t aucune transaction.
Lt arrivages de la c6te ont etd d 2 00oo
sacs cnviron.
Les cour, drs Traites ont baiss" : on a
faith du Paris-direct At 14 'o escomptc, les
clique sur New-york a 2 "" escompte, a
i 'I 4 dc prime
Les nouvelles revues de 'Etranger ne
sont pa. favorab!es pour le Cacao qui est
dcscendu a Frs. SS !
Esperons que les derniers envois qui sont
Ihien prepares contribuent A arliAliorer la
situation de 1'article.
Port-au-Prince, 14 Dcembre 1907.
Depart
Hier est part pour Jdremie le steamer
Chdruskia avec les passigers suivants :
AssyrusSansaricq, GastonLestage, Petion
Boncy fils, Bichara Zitra, Eugene Marais,
Camille Lavaud, C. Cazeau et enfant, A.
M. Merceron.


et toutes lcs autre; personnes du tenoi-
gnage de sympathic qu'ils leur ont donni
A 1'occasio i de la perte tres douloureuse
de leur e'pouse, mcre. tamte, cousine, et
all:e: MARIE AN si ELISALETIr LAUONN\E DLS--
ROCHES, hie Louis dk G(onogu LaIlt/ui',decC6-
dte le I"e Dct ibre courant.
Cap Haitien, le to Decembre 1907.
Service Solennel
Les lFrres de l'Instruction chrctienne et
les Mcinbrcs aciifs de la Societa des An-
ciens I:lEvc des Frcires font chinter un ser-
vice solenncl le lundi, 16 ddceinbre 1907,
A 7 htures cr demie, d.ns .la chape'le d"-
l'Institution St 1 ouis de Go'lz igu pour le
repos de 1'ame du their FrLre Joslni HER-
MANN, des anciens professeurs et des
nmembres honoraires et actifs de la Soc'tt;
dcedits.
Le Receveur Communal
de Port-ati-Prince
Invite lIts (conlilbuabltls qli out
p):>\' t s Iredevantlwo-p p l .qi) t I',inlt'
1'07, c()~ltre des ( (l:ittainces d;i'ivreos
par Monmsieur Chiarles Iarrieux, ai;-
cien perceptctur (do la (:ommune, a si-
prisenter I' illtel communall avec
les dites tquittances.

Le Proces lu
Gal Stoessel

S'T-Pi-TLERSRBOLC 12.- Le process du Gal
Stoessel ct des autres ofticiers gICnraux qui
out paticipd a la defense de lPort-Arthur a
continue aujourd'hui.
La deposition du Gal Kouropatkine cite
comllme telmoin a caus uine grande sensi-
tion. L'ancien commandant en chef de l'ar-
men dc Mandchourie a dIclare que les ja-
ponnis auraienit pu donner I'assaut et pren-
dre Port-Arthur d&s le debut de la guerre;
Les travaux de defense n'6tant pas termi-
nbs, la fortercsee n'aurait pu resistcr a une
attaque vigoureuse, "mais la lenteur des ja-
ponais et la rdsistence de l'armde russe don-
nerent le temps de compldter les ouvra.:s
qui pendant des mois arre3trent I'elan des
assailants *,
La deposition du gal Kouropatkine a dtd
plutot favorable au gal Stoessel ainsi qu'au
gal Fock consider responsible de la ddtaite
des troupes russes A Nauchan et de leur re
traite sous Port-Arthur.


Assoitaiion agricolei

DU
Centenaire
DE
1'Arrondissement de L6ogane


Compagnie des pompiers libres Stance du ier 'Diranche du mois de 'Njrvembre
Le Conseil d'Admninistration de la Com- Le President a ouvert la prbsente stance
pagnie des Pompiers a decide de faire chan- apr6s la constatation reguliere de 1amajoriti
ter la messe annuelle de Requiem pour les et la sanction du proces-verbal de la der-
pompiers d6c6d6s. ni6re seance.
Ctte cerdmonie aura lieu le lundi 23 On procede A l'appel nominal. Divers
du courant A 6 heures et demie du martin membres, qui ne rdpondent point Al'appel,
en l'Eglise Cathedrale. sont- condamnds 1 lamende, leur absence
e n'ayant pas t6 motive suivant lss r6gle-
Remerciments ments.
Monsieur J. B. N. Desroches, ancien Le President en vue du xi Novembre
Ministre d'Hairi A Madrid, avocat et juge prochain, date A laquelle on procede aux cu-
au Tribunal Civil de ce resort, Monsieur rage et nettoyage annuel du bassin des dis-
Clovis Destoches, sous-lieutenant de cava- tributions et de ses canauxd'irrigation arro-
lerie, les families Desroche, Latortue et sant la plaine ; a passe en revue les r6sul-
Valcour Leconte, ont I'honneur de remer- tats obtenus durant I'anne 6coulde.
cier tres cordialement S. Ex. le Gdneral Par ce coup d'ceil r6trospectif, on met
Nord Alexis, Messieurs Raoul Auguste & en relief les diff6rentes contraridt6s naturel-
Pierre Victor,- les membres des Corps lesqu'ont subies les planteursa l' poquedes
judiciaire t eascignant do cette vile semences, et ceci compared A I'avatage agr.


cole au point de vue des rcoltes obtenues,
Association entire reste satisfaite des ef-
forts dtpenses et des resultats acquis.
Des decisions sont prises pour la rentrie
des fonds pour le courage annual du bassin
des distributions et pour le nettoyage des
canaux d'irrigation, desservant les grande
habitations ; ce travail tst fix comme de
coutume au 15 de cc mois.
Le trrsorier est invite dresser ses requs
suivant le r6le des droits d'eau; le Comman.
dant dc la Com mute par Fes officers ru-
raux, prtpos; patr l'Associaiion, en fera les
recouvrem Ints.
II cst dcidd que 1'Association dans son
plus grand complex se rTunira jeudi 14 du
courant, A quatre heures de I'apres-midi,
sans convocation aucune, pour verifier les
livres du tredorier et proc6der A la reddi-
lion des competes du budget 4chu.
Suivant decisions prises par l'Association
en s. derni&re s.ance, le Prdsident fait rap-
p. rt que Mr Clinent Magloire, Directeur
du quotidien a le CatCin come on I'a.
vait (.sper,, acccpte dans les colonies de
*.on joulrn.l I'i1nsLr.ion des proc's-verbauxet
decisions de l'Association, pris dans ses te-
nues, sous conditions proposes de prendre
dix abonnements par les membres actifs, -
qte ce Directtur pour prix de sa bienveil-
lance r6clame le paiement antic'pe d'un tri-
mestre des dix abonnements.
Les membres actifs abonn6s sont invites
a s'yconformer. *S'il doit survenir desdiffi-
cultis dans la publication des proces-ver-
baux de stance de l'Association, jepropose,
repond le membre Justin S4raphin, gendral
commandant cette Commune, lequel a r&-
gulierement obtenu la parole;--de les fair
insercrdans la Revue-Express, journal don't
le directeur accordera 1'accueil d'une sym-
pathie vraimcnt bienveillante A nos proc.s-
verbaux, dtant de ces homes qui prennent
a tache de faciliter le plus possible, le de-
Xeloppement de I'agriculture par 1ensei-
gnement des v&ritables principles agronomi-
ques ;--ccpendant continue-t-il, puisque li
proposition est d-"jA adresste au journal
SIt' tCatin 9 attLndons ses dernieres dci-.
sions ; ce qui est accept a unanimityd P.
L'Association ayant remarqut sar l'obser-
vation d'un membre. que le membre Ben-
lamen Alfred s'est ddplace sans reclamer
aucune au:orisation sulvant les reglements,
le condamne A une amended de deux gour
des.


Divers membres
verse leur quotitd
mains du trcsoricr,
On passe ensuite


urbains et ruraux ont
trimestrielle entire les


au rapport oral.


Il en rdsulte que tout march passable-
ment bien dans les plantations ; la situa-
tion agricole s'ameliore de plus en plus
dans les diffdrentes sections de cttte com-
mune, que comparativement a l'etat latent
de l'a riculture avant la formation de'lAs-
sociation, a son &tat evolutit actuel, le re-
sultat est enorme, ce que confirment di-
vers membres presents, spculateurs en den-
roes.
L'Association A cette occasion address de
vceux de conservation er des sentiment d
reconnaissance A son President d'HoyW
Son Excellence le GCneral Nord'*
President de la RCpublique, a sa DIPe Vt
Courageuse Epouse, M"* Nord -can vo-
tant des felicitations A l'inftigab'l g6aDral
Commandant cet Arrondissement et ass
lieutenants. .
Sensible A cette manifestation, le GP
Labissiere remercie l'association au now
de Ses Excellences le Prdsident d Haiti Ct
son Epouse; en parteant toot ceC
du r6sultat de ses efforts avec le ivA
planteur, Monsieur Achille B nbdictP, 6a
dent de 'Association don't l6 ,oco ~a
toutes sores ne li a jamasi fSa 466
quad ii s'ait des chose pM MlqIaso POe
fit de Ia colectiviti.






Toos les conscillers ruraux sont unani-
as A declarer que la rcolte du cafe, dji.
dfne production assez satisfaisante ne sera
M des plus abondantes parmi les produits
'expor-ation, que le cotton et le cacao au-
ront aussi une situation brillante par la prd-
cocitede leur rdcolte. Quant aux vivrcs a'i-
mentaires, ii est dejA reconnu que I/6,gane
wule, entretient Jacanel, Grand-GoAvc,
Port-au-Prince, Petit-Goave, Gonaives,
aOme Arcahaie et MiragoAne.
Les conscillers de la Grandc-Rivire de
Dessources ct des Cormiers ont dem.mndc
i parole pour dire que l1. recolte s(tr.it
Wico plus abondante chez cur, sa:is les ra-
.ages trop souvent rdptes des rivi&rts
des Cormiers et la Rouyanne.
Le membre Labissicre promet dc fire
son possible en sa quality de Commandant
de cet ..Arrondissement, pour apporter
mrme un soulagement A cet ttat de choses
pisque le Gouvernement riformareur du
neral Nord,dit-il, entreprenant diljA beau-
coup de choses au profit de la communau-
ti ne peut quant a present accorder sabien-
veillantc attention Al 'endiguement de ses
dcuxrivieres. quoique ce sont un de sesd -
sirs les meilleurs, je convict tous les grands
planteurs A accorder leur concours suivant
la sphre de leurs mnovens i 1'amelioration
de c-t dtat de choses afin que l'Associaion
dans son possible aide le Departen'cnt des
Travaux publics dans Ies efforts cvolutits
du Gouvernement.
Le President invite les conscillers A en-
seigner aux habitanrsqu'ils ont pour devoir
d'apporter leur concours individual dans
l'eixcution des decisions qui seront prises
pour I'amelioration de la mauvaise situa-
tion occasionn&e par le vagabondage des ri-
vifres Cormiers et la Rouyanne sur leur
parcours.
Oui, repond un membre, afin qu'il ne
soit point dit par des particuliers don't les
.sentiments sont hostile A tout progres col-
lectifs qu'on contraint les habitants A tra-
vailler pour autrui.
Je voudrais vous entretenir continue le
President, du jardin botanique, mais vu
I'heure avanc6e nous aborderons cetteques-
tion dans l'une des plus prochaines tenues
de I'Association.
Aucun membre n'ayant manifesto le de-
sir d'6mettre une opinion la seance est
lev&e.
(Sign)) : Le President Achille B nddict,
planteur,-N. C. Gaetjens tresorier, M-
Paven. M. M. Labissiere, Justin Seraphin,
B.'Alfred, D. Gddeon, T. Lochard, A-
Louis Demnemnin, T. R. Kernisant, S. Le-
dain,J. N Gaejens, L. Heurtelou, H. De-
siC, M. Dautruche. Jolius Jolicoeur, B
Bercy, Daugustin Dautruche, S. Guiragd
et DIsi1us Noel, les six derniers membres
rumax.
Pour copie conform :
e 'Prtsiden',
ACH ILLE BgNItDICT,
TPlanteur

.L. otel Bellev^^

DtJEUNER DU 14 DICEMBRE
MIDI A 2 HusaUE
Beurre de Copenhague
Gros bouillon de Coq
(Eufs farcis
C6telctte de mouton Macedoine
Pormes de terre saut&es
Haricots rouges en sauce
Riz b'aoc au lard
Fromage


I/a via


Dernieire heurre


AMSTERDAM 13. Le Yacht imperial a ant
A son board lempereur Guillaume est arrive
ici aujourd hui \vnant de Port-Vic'o ii.
( Argleturre ). I.c prince consort Henri
monta A bord di yiclit et esco-ta I'enp. -
reur A un pavilion dressed sur le quai e: on
I'attendait la reine Wilh:ininne; les soive-
ra ns se recdirent ensuite au palais
Odja 13. L..s negocia ion p.ur l.
soumi s ion de la tribu de; 13.iii S ia,;seii
ii'ayan'Jt pas about A la satisfaction ds au-
toritis franqaises, les troupes s.,u Ic conm-
ni.mndmnent du general Liaut v o:t r qu
l'ordre de marcher sur l'ennemi ; tous les
villages reflisant de se soumettre seront ra-
sos et incendiIs.
PARIS I3. Le S6nat continue l'cxamen
de la proposition de la loi modifide par la
Chamibre des Deput6s tendant A assurer le
secret et la liberty du vote. M. Barthou pre-
sida aujourd'hui la premiere reunion du
co1nit2 constitu6 pour organiser le congrcs
international de li route qui se tiendra .1
Paris en 1908.
La situation au Maroc sans cliangement.
On craint la croissancc des inondations
dans la valle du llihne.
On a les mn.mncs crain:c; pour la Charente
o i tous les couri d'eau d-bord-rnt.
Les ouvricrs de la Conipagnie de gaz A
Bordeaux se son, mis en grave.


Acourez a 1Esperance

Cordoniineric
Clarck & Mercier
('i vouis aurez un travail garanti et
soignl, confection de tous genres a\cc
des materiaux de premier choix.
I'dtablissemnent se charge aussi de
fire prendre des measures A domicile.
150, GRAND'RUE, 150.
PORT-AU-PRINCE.


RHUMIBflIU
DiplomB et Medaill
Exposition de Port-au-Prince 1881
Concours Rdgional de Bordeaux 1882
Exposition d'Amsterdam 41883
S d'Anvers 1885
S de Paris a 1889
S de Chicago 4 1893
En vente: 65, Rue Macajoux.
( Boulevard des Veuves )
Purete et natural garantis.


lamiurg American Line

Le steamer a PRB RESIDENT -
venant de St Thomas, San Juan
de Porto-Rico, San Pedro de Ma-
corio, Santo-Domingo, Azua, Jac-
mel, Cayes et Kingston, sera ici
Dimanche 15 courant A midi.
11 partira le meme jour dans la
soiree, pour J6remie, Caves, Jac-
mel, Azua, Santo-Domingo, San
Pedro de Macoris, San Juan de
Porto Rico et St Thomas.
Port-au-Prince, 14 Ddcembre 1907.
G. KEITEL & C0,
AGENTS


-1
,wm
*4m
LMr
%MEN


POURE or
jP. s m .~~L rr jI S Ddcuir v TEu m in e
4. I AR S ua. ssa Lt.aoma.%Pan rWt j tstia6
a


two

too
Z;


LA am r tu e
1&)o~itk N' l itbeen Iui comn-
01(I T ~ II nIL11)1Aj.,jIIIL .)n c .',itcieux pr
fum. Elie conserve I'Mclat et Ia fbchlieur du tei:il, c c'i :, t souverailie
contre le IAX'e, les piqfir'ei d'iin-czet., ct les OrtiIIptons dt. Ip.1 pcau


LA


iPI]-U OL Ei


suars bismuthi, invisible, adhe-
reI' t., iinpl, '. ] lb ,', i <'tp "':e
spt'ci;& I1 nat l)()r le-s person-
nles qui vetilentI ivoir tin teint


i i'o I a c ( id' ~son parfum (i~fitat son velo ti[ 1 u1t cmn .ibi, f 1.1 rti Li (i'c lie
~ja Fav orite (it S POLIdui-c s de 'ToilettSc.
a NS C i: 6re Simon,
Fti.scII, I It I doV I' de-i

ioiites Ifbs (fiiait4~s iU ., sesL it'1ii
eStp liu erII*It 'omfiiariI h l 'oilet p i41k-,; cnII.I I ct p.- ~ mvieoII
danies doijit a Iewat (-st d6licate.
Agence Gen6raie et Dep6t pour Haiti

rCX. La. 1Xe~trcopc)1ce
MAISON JULIES LAVILLE
9.7, Ifle du Magwsi'a de I'Etat, 93


LA PHARMACIES

Emmanuel Alexandclr
88, RUK DES MlltA:,LES, SS,
Se recommande pour I'extx:utiop
promple et exact ues ordonnnnc-es i6
n'importe qu'elle hetire du jour ot de
la nuil.
Drogueries, Specialites phar-
maceutiquesextrFmement fratches.
PRIX CONSCIKNCIETJIY.


LA
Moiilenrei Farin


(:elle qui donnr le miller pain.
Qui prudiuit I. l, pli die pain.
Qui done le p.'in It plu. ; )ianc
le plus I ger,
Cl'st la Pillsbury s Best de
Pillsbury Washhbnr F'l;r Mi!s Co
Minneapolis Minr,.
Eru. CASTFIR A. :htrrdrrta'-I


la
I-


*- *
Specialites pour Denil:
Cr6pe,- ChAles de cr6pe,- Voile,--
Etamine de soie, Diagonale, -
Drap Amazone, S-rge,- -


Arnure.


SCachemire, F;ou-frou,--
Satin de Chine, Toile
Nrtionale, Nansouck,-
Grenadine de soie,-
Couronnes Mortuaires, etc.,-


_ __ __ __ i_


I


.


A*#


qlwv








S OCULISTESI..
VERRES BLANCS, BLEUS, FUMiS,
IAUNES, du Dr Fienzal et du Dr Motais.
VERRES BICONCAVES, BICON-
VEXES, PaRISCOPIQUES CONCAVES, Pt-
RISCOPIQUEB CONVEXES.
Assortiznent completdes foyers
VERRES JAUNES, FUMtS, BLEUS,
BLANCS.
Plan et coquille
Sans foyers
Verres blanks eylindriques, concaves
rt convexes.
Assortiment d'axes complete.
Chez A. DE MATTEIS.

Mhapeaux !
Chapeaux!!
Chapeaux I
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSE SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
:oncours d'un chapelier remarquable,
J. JAIME TESTAR, d'installer une
FABRIOUE DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tous les godts et pour tcutes
les bourses.


AVIS

Me F. Capoix Belton, avocat du Bar-
reau de Port-au-Prince, deineurant et
domicilie en cetto ville a I'honneur
d'aviser respectueusement ses clients
de Saint-Michel, Hinche, La Marmela-
de, Terre-Neuve, Anse Rouge, et Mais-
sade que s'Atant retire du barreau des
Gonaivesou ii militait en vertu de per-
mis r6gulierement sign de son baton-
nier, ils auront A reclamer leurs dos-
siers en son cabinetRue Traversiere,
No 41 bi.
II est accord aux parties intlressees
deux mois pour jouir des bendfices
du present avis, faute de quoi, le
soussigne d line toutes responsabi-
lites vis-i-vis de touts personnel qui
peuvent se declarer ayants-droits et
qualit6s vis-a-vis du soussigne, eu
6gard au present avis.

Maison F. BRUNES.
195 GRAND'RUE 195
Dirig6e par

L. HODELIN
Anaiemn m bre de Il Soiw Philan-
hr-pigse d* mUats teUlers de Paris
Vi st de reoevoir un grand choiz d'd.
toem diagonal, casimir alpaca, cheio-
to, ebviote our deul, etc. Recomman-
de pret A sa clientele une
bacoollction de coupes de casimir,
de gtso d fantalsie et de piqu6 do
toub btosul
8pCoaliU de Gostuzm de no-
0o.-- Coupe FranPise, Anglai eot
Amrici. de la dernire portoCIon.
La mahmm eo~lnfcton anr .d Oos-
tuM tumma moh mb bao ar


kA.Iladelliset Co.
3S, Rue du Magasin de rEtat
Maison fond6e on 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravure
Vient de recevoir des articles de par-
fumerie pour les go0ts les plus dffici-
les. Les parfums exquis et rare d'une
d6licatesse peuetrante qu'elle offre A ses
clients sout de veritables petites mer-
veilles.
Les dernibres marques qui charment
le Tout Paris sont chez Matteis :
Son Sourire, Flwora.m, 2*ia, Iddel
Cyclamen, Vidit, etc.
La mason a tonjours ua grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres, parfumeries,
lunettes, montres or et argent, pendu-
les garanties.
Sp6cialites: bagues francaises en bril-
lants a partir de P. 900, alliances Or
18 K anglaises et frangaises sr corn-
mande, Service d'argenterie complete
pour marriages.
Tousles articles vendus par la mai-
son sont garantis.
Achat de diamants, pierres pr6cieu-
ses et vieille bijouterie a des prx avan-
tageux. Dernier ri : Lunettes jaunes.
Contre remise de Deux dollars en
timbres-poste d'Haiti, la Maison Mat-
tlis envoie franc de port sous pli recom-
mandd dans toute les villes de la Rdpu-
blique: Lunettes ou Lorgnons en nickel
inoxydables, selon 'es prescriptions des
Docteurs ou instructions des acheteurs.


Panamas !..
Eligants, solides, reeus par le stea-
mer francais.
Stock assorti et merveilleux.
ACCOUREZ
Chez Mle Leonide Solages.
22, Rue des Fronts-Forts, 22.
PHOTOpRAPHIE

J. M. DUPLESSY
120, RUE DU CENTRE, 120
Travaux soignes de toutes sortes
et de toutes dimensions
Reproductions et agrandissenhents
( Prix moderes )
Cartes Mignonnettes :
SEULEMENT PAR DOUZAINE P.5.
NOUVEAUTES : Papier Plaline ( nou-
veau genre )
PHOTO-SOIE perfec-
tectionnee (diverses-
teintes.) Dernier cr'.
N. B.- Lz Photo sois peut s.rvir &
de charmantes applications de la pho-
tographie :
Sachets, Eventails, Pelotes- D saus
de boites,-Ouvrages d dames, etc.
VE EZ VOI I

Pharmacie F. Bruno
07-419 Ruos &inLrk r mmou.
Sp6oialit6 F. Bruno:
Pou.re puiMantecontred6manelison
prurigo, -ser des pieds- La bolted P.
STO-- -eU_-a--.--e. rem6detMcaMe
contre lo Scc l ds -otFImet t toux
rqaent -, 1 flacon ;P : 1. 50.
Caimtatfffn grrasfff* :r
Nardi t Joedi d.A 9bo e au amte
pet I Den~r.


TAN


'ME


'ALE


DE


Port-au-Prince


PREPARATION DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)
CAPACITY 500 PEAUX PAR JOUR
PRIX DES CHAUSSURES COME SUIT:


Ohevreau glao6; Boutonn6 et Lace pour Hommes et Dame
aa c4 Reommemdndi
Verni et couleurs: c c Recommeads


PoUR ENPANTS: .


. 0 . .


COULIUUs.


10(Diwgd.,

6 aiu(


H AUJNT BELLEVUE


Place du Champ-doaMms
PORT-AU-PRINE.(A.ITI)
Mme Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation moderne st comfortable. Fue -s-ur la mer. -Tempdrature
douce et rdgulihre. Les Tramways desservent I'Htel-BelUvue tos les 7 MinuMt
PROPRIPfTI SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -JARDIN8
Salle de re1eption.-Piano.-Gramophone.
Sonneries Electriques


p
ti

d
d


Table d'Hote


to les jours, de Midi d hew",
d 7 d48 hUre du oir


G.9250


Francisco DESUSE Fabrique de chapeaux
Fabricant dc chaussure --
La Fabrique de chapeaux installed A
La Manufacture a toujours on de- I'Ecole des Arts et Metiers, ancienae*
p6t un grand stock,- pour la vente inent Maison Centrale, sons la raioo
en gros et detail,- de chaussures en social de Vve P. Benoit et: J. C. Gkh
;ous genres pour e < teau a I'honneur d'informer le public
HOMIES, FEMMES, ENFrrs qu'il trouvera en son ddp6t un boo
Lea commandos des commergants stock de chapeaux de paillesu driers
de l'inthrieur pourront 6tre ex6cut6es pouvant satisfaire lea goats em p
plans une semaine a pen prbs. difflciles; malgr6 ceo avastages ae
S ne me maine pe prts. met ses chapeaux'en vented A as pri
23, rue des Fronts-Forts, 23 modique d6fnt touted concurrene.
PORT-AO-PRINCE ( AITI ) La fabrique informed on outre o p
blic qu'elle eat la seule qui e oone
tionne A Port au-Prince et ce, aveo l
LA V U concourse d'ouvribres venues expr
( ANCIlNNE RaVU Ds RKvuXs ) sAment de 'Etranger.
Bi-Maesua La fabrique r6pare ausa toutes uo
ABONNEMENTS : tes de chapeaux. Bon march m
PAR AN, PAR SmEPA SU tionnel.
ratti .,.. 28 francs, 16 fran s-
As- abonaements sont reos dat A V Drd
spo dnl uUq ds Ht. Recusil do Canttqus d4 3al
pour la publique d Hauti. 'Soi -a-
NW gNa dsance d4qo osa! i
go dDvLUolnh drdbIo u


n


DiplO6m de IIeatitut de M4decil P
Colonial de Paris. ex-Monieur du A L A
Service Ophtalmologique dela Facult6,
A I'6tel-Dieu, et ancient assistant do J" M
la Clinique du Docteur Galezonski,
Membre de la Soei6t6 de M6decine
et d'Hygibue tropicales.
tDBCIIE-CuIRu naIBI ANWU
MALADI-ES DEB YEVtUX
CoNSULTATION s PRuN : Es A 4 hrs. sm.eb,
CmnQUms 10 ooa A MIDIm
as, aire as el 8s. a8
4


ArizIA. P. mp.
i. MMAMAT.- l-lWIY


'u1~ D


bM


I -- -- -- -- I I


____


---~- ~- -~ -- --


0


, "t, t?


(


-cl


-v