<%BANNER%>

BHFIC DLOC UFLAC MELLON



Le Matin
ALL ISSUES CITATION SEARCH THUMBNAILS MAP IT! PAGE IMAGE ZOOMABLE
Full Citation
STANDARD VIEW MARC VIEW
Permanent Link: http://ufdc.ufl.edu/UF00081213/00207
 Material Information
Title: Le Matin
Physical Description: Newspaper
Publisher: s.n.
Place of Publication: Port-au-Prince Haiti
Creation Date: December 7, 1907
Frequency: daily
 Subjects
Subjects / Keywords: Newspapers -- Haiti   ( lcsh )
Genre: newspaper   ( marcgt )
newspaper   ( sobekcm )
Coordinates: -72.2803802891673 x 18.5142993036392
 Record Information
Source Institution: University of Florida
Holding Location: Bibliothèque Haïtienne des Frères de l'Instruction Chrétienne
Rights Management: All rights reserved by the source institution and holding location.
Resource Identifier: aleph - 000358166
notis - ABZ6468
System ID: UF00081213:00207

Full Text

i" ANNEE, N 209


SAMEDI, 7 DECEMBRE 1907.


J


1- QUOTIDIEN..


ABONNEEINTS:

MPR MOIS Une Gourde DiAVANCE

DIPARTZxMNTr & U'rRANGAR
Frala do povte en sue.


C1~lmerit Ilaglcdre,

RPDACTION-ADMINISTRA.TION
4S 4, RUE Rl1, 4.


L4E N C; (tO 10 CENTIMES.

Les abonnr.acens partert de rer. ce du z de chAqG*
msois et sont payables d'avance
LI. aTih uuscrit ink&6uOu DnOn Do *Out pa sromin.


Pour tout ce qui concern 1'Adnministration du Journal. s'adresser a Monsieur Arthur ISIDORE, 45, Rue Roux on Bonne-Foi.
-- -- .. -- I. I L~ "U In II I


~ertiTAMmrn-IA a P larl.o ) qualified d'assassinat
S, f I'excution.... 11 dit a rqui ces homines
k du I'rtsiLdent d'Haiti Ct (qu'ils furent
I(( fisill;s sans aucune forine do pro-
Suc;.s.- .Le journal Cubain fait suivre
te r6cit des commentaires suivants:
S* Nous voyons clairement quesi cet
t itat do closes continue A Hiaiti, les
Le Diario de la Marina de lai i Hlaiiensdevront tris prochiainement
lavane, en rapportant la nouellclo de se preparer A un recencement g(-
ruacution des cinq condamnn~s du 1.i a ncral, a laborer des lois Olectorales
tobre en a pris occasion pour e a-' a et municipales, A 4tablir un systime
Irlrharitablement les Haittens que a national de salubrite et A construire
fils ne surveillent pas I'oroe am4ri- t un r6s'au de belles routes gouver-
tain,il les avalera. e < mentales.
le no saik h nnelle saiace se savent. Nous avons Ie devoir de revenir sur


pour le moment, accominod0s nos ai-
inables avertisseurs; ni non pi)ltiquel-
h acuitd d'appetence, ils conuren-
ent oii'ils excitent cliz ... I'Oqre ;


ces incons6quences du journal liava-
nais. En attendant, il imported que
nous lui fassions observer que grace
a Dieu. aucune lutte electoralq n'a


mais ce que jo sais bien, ce que je provoqu6 clhez nous, jusqu'A ce jour,
Teux dire. c'est qu'en Haiti le citoyen 'ipterventiop de l'Etranger; jamais,
le plus obscur aussi bien que celui aucunne de nos Constitutions n'a por-
qai est le plus en vue est p6nktrd jus- t6 d'amendement nous obligeant A
qV'aux racines de son atre de cette nettoyer nos rues et A organiser la sa-
pens6e que la vie nationele ballot6e, lubrit6 national.
ebarrassee, mauvaise et laide com-j En sommes-nous plus avance6? Je
seelleestetle fut-elle cent fois davan- noe o pretends pas. Mais je veux qu'on
te vaut toujoirs mieux et centt fois reconnaisse que nous n'avons jamais
is, avec le bel orgueil et les splen- sollicit6 et nous n'avons besoin d'au-
didespromesses d'avenirquii aureolent cune tutelle. Nous avons beaucoup
atte vie-lI, vaut mieux dis-je, qu'une faith; il nous rest beaucoup a faire ;
rospArit6 factice plus attribuable A oui, mais, nous lo ferons tout seul,
stranger secoureur.... qu' la collec- a sans atre oblige d'en rien rendre t
vitO indigne avilie et que les faits Cdsar. v
6tOontrent inapte. Nous aimons Cuba d'un trop pro-
A la face de I'Univers stupdfait, les fond amour. Nous surveillons le dOve-
laitiens, en un geste h6roique et san- loppement de la R6publique-Soeur
.l, out d6montr6 qu'lls sont capa- avec un fraternel int6ret, sea angois-
Sdu self-gouverment puisqu'ls ses soot les n6tres et ses joies, nous
t tout seui. onqauis ; is ont db- les partageons. Nous no pouvions pas,
ftotrt et la d6montration conti- en verit6, nous attendre de la part
"S- qa'ils peooent I'exercer, puis- d'un Cubain, mims anmricanisant, ai
I'en depit de mille entraves venues une attitude si tendancieose, a des
,dehora, nous avons pa maintenir predictions si lugubres sugger6es
riatgri4 de note souverainet6, puis- par un ambitieux en ddlire, un nevro-
] !a" lour vint enfln of I'ont vit un pathecomme 1balra s chez qui le mal
Bd'Etat ouvrir rsolument un pro- se manifesto sous forme de folie des
SiolouI centre l'oppression morale grandeurs.
IEtMaOB alli4e sax instincts bas de N'est-ce pas aussi le cas da MoIse
ones. Oui, quelle demonstration Dautant, I'homme au grand sable
"WmG plus concluante de notre que les balls n'atteignent pas ?
i noIas gouverner que Io Pro- Patriotes cubains, Patriotes domi-
4i la Consolidation re6lis6 et inau- nicains, Patriotes haltions, soyons sd-
St 'o rieux
n norveausystm m Itr eon L'Heure nest pas A l'amour ni A la
joie, 6tez lee roses de votre bouton-


niere, int zl.ltes vio'lonu; lans le sac et plus les csprits dans notre milieu, est
tquittons la b,,;*uliut v(olptit o!ise pmour h 1- recherche du meilleur mode d'education
(entrtter dalls !, dIans' ls ('(cus e II' u ut doit nous donner Il maximum de rd-
cer'le ds ri;:'!iln f)ri p,:r1' lour p0ros1 sul..ts utils pour notre rapid advancement.
plrt'it.. .. et icui. pirt'is-lpr,'s asubllini 1.s solutions les plus diverse ont etce pro-
_-II __II ___ -- i _-__ x ) poc'S et bicn des pages ont etd noircies
dans ce sens. Cepend.nt au point de vue
S'i T IT pi-.;i:que Li question n'a pas march, par-
S1 11 T k O 11 ce que souvent le point de depart de nos
publicists est pris dans le vide.
DA NS A suivre de pros les diff&rents .crits, on
v vcit une course dch6velde a travers toutes
L A SA L lc civilisations et on finit toujours par
L A R A C4 \vouloir no.us imposer une admiration en-
thlousiaste pour tel Grand people d'Europe
,i d'Amdrique. A notre humble avis cette
Notre socidtd traverse en ce mom nit s i mcthode n'est pas peut-Ltre la meilleure,
pcriode de discussion. I:atiguce dCs liutes pairce qu'elle ne tient pas assez coinpte des
cruelles qui n'ont servi cn sonic qu'A conditions formellcs de toute veritable
rnettre quelques individualitds en mlun're, science.
elle s'ari7te, hdlsi:antc. chercle A d'cmlner )Dans le domaine des sciences positives
par :!ne anals;e sou\cn: profondc, les cau- dJninir un objet avec une precision math6-
scs qui out dcrmini:i notre ,tagna.tio:1 s_- n.atiquc est la condition la plus heureuse
culaire. On estsouvcntrrdcont Me par la Icc- pour ne pas errer A l'aventure. Or si le
ture de quelques bc'l.s pagci de livre ou p;roblkme de l'dducation des peuples ne re-
de journal, oi I'on ddco'uvre une critique vet pas Ics caractres d'une science exacte,
assez documentee, une rel besoin d'ides on peut pourtant sans h6siter lui faire une
fortes et qui soient surrout le rsuil-at d une place, dans le cadre des sciences d6ductives.
observation precise, rigoureuse de. faits. Det.x conditions sont absolument indis-
II y a decela A peine une diz.;ne d'anndes ncnablcs pour la constitution d'une science:
( et nous ne sommes pas le premier A eu Un ob, t gdndral et une mdthode ration-
taire la remarque ). naissiit dans Ie pays nolle. Le but ou l'objet de l'dducation est
un courant littJraire un peu marsain. Un 'dpa.nouissement complete des trois ordres
vent d'amere d6sesperance soufflait sur tou- d: -facultis que 1'analyse faith ddcouvrir dans
tes les productions du momrenr, et c'est 'honince et sa methode ne peut-etre que
sur la note triste qu'on nous entrouvrit I'observation ; puisqu'il n'est pas loisible
les horizonsde notre avenir, dternellement de renouveler dans son exactitude rioureu-
chargds de gros nuages sombres. se, l'expdrience faite comme pour la con-
Ceux d'entre-nous, qui conservaient en- trdler par son identity mcme avec I'expd-
core quelques raves d'un op:imisme re- rience provoqu6e.
jouissant, restaient incertains, inquiets Done strictement I'bducation a pour but
devant cec effroi general, ces elans maladifs le perfectionnement intense de toutes les
de l'Amne natinnale. Sins doute, dira-t-on, facult6s natives d'une race an detriment de
cette sorte d'esprits se retrouve dan les tons ses d6fauts inn6s. II d6coole alors de
meilleures soci6t6s et leur presence mrmr cete definition la necessite d'etudier A food
est toujours le signe d'une civilisation trop le temperament de la race ; en groupant
raffin6e et parfois aussi d'une conception autour de ce point initial toute s causes
trop 6levie de la vie; inais lorsque cette essentielles ou accessoires qui ont contri-
tendance se gnedralise pour devenir une bu6 & la formation de cc temperament. En
note dominant, il faut y voir pltott un suivant une methode biologique employee
6tat mental plus pro-re a enrayer I'dvo- pour I'dtude des temperaments, nous gallons
lution d'uu pays qu'a la fivoriser. Heureu- par une transposition gue nous croyons
segment cette inqiud:ude passimiste a fair logique essayer de prciser les conditions
place i un courant de vie plus intense qui, qui president a la formation du tempera-
nous l'esprons, s'affirmera advantage, ment social.
pour aboutir finalement chez nous 1 un Les influences d6terminantes de la cons-
concept plus rdel du r6le social de I'hom- ti ution du tempErament social soot do
mce. 'plusieurs ordres et peavent fre elsaeeee
Un des problcmcs qui passionnent le sous les tires suivantes: Ethniques, Hir6-


_ __


___


__ ~_Sll___
~_Sl
I --- ----- -----LI-


___


_ __ 1 __~ __~I___
______~ ~_


r= -- --- --


PORT-AU-PRINCE (HI~iTI)


tl


------- ---
_ f~______^C__~ _-1 -I~ IZ~-T--==-~T--;==~LI=I~1L=r=L~3






do-physiologiques, Historiques, Mdsologi- loppera versl'.epanouissement de toutes ses
ques, Accidentelles. qualitcssp6cifiques.
Le titre de notre Ctude fait voir de; 1'a- Eni pariant ici des influences hcrcditaires
bord, l'importance capital que nous don- et physiologiques sur la constitution du
nons A la question de race dans le pro- temperament social, nous ne reviendrons
bl&me de l'ducatioi. L'unitd de l'espece pas sur ce que nous avons longuement dis-
humaine n'est pas cho,:. discutable et au cutd ailleurs. II cst evident que nos ataves
point de vue strictcment physiologique, !a vivent en nous, et les causes accidentclles
tecondition toujours possible entire des in- qui rompent souvent la chaine de la sclec-
dividus, diff&rant par certain trais mor- tion familial ne sont pas assez puissantes
phologiques sufirait amplemnmt ~ l'6tablir. pour dtruire complhtement les lois de l'h-
Cependant sous certc uni'c ethnique, appa- rcdite dans l'individu et dans la race.
raissent des caract'res nettcment tranch.s. DOCTEUR J. C. DORSAINVIL.
ui donnent A cha.ue groupcment s con-A SU.
daire, une physionomne spcia'e. En veut- -S :
on un example, on le trouve dans I'anmi- -
quitd meme. II est certain que cctce gran- T
e branch indo-ariace de l'humanic ve- '-
nue des hauts plateaux de l'Orient colo-
nisa toute i-Europe MWridionale. Dle. Dn --
bassin de la Meditcrrane s'Ievrrent deux I IN 83EIGN E I'MrNTS
grades civilisations qui occupent toute MI'ITEO ROLOGIQ ELTS
I'histoire des temps antiques LIes Grcc .
sous le]ur beau cicl, Lqi est com)ni lI r .
transition entire le cli;n.it temprd d'Europe C) _- 1 e i' t c :t .1 j
et l'ardent climate d'Afrijue sentircn: en :"
eux vibrer de bone Ilhurc d. protfods in;- i : .E 0 L '.E St- .~i IA L
tincts d'art et de po.ie qi ue tait nialr lc
contact ave: une nature .crg et belle. \'.:r 6 );Mr
C'est donc sur ce so)l qu .1 p:iine ondu- ,
laient die .splcindids colimen clh.trrge; d'o- ... 63 7 r
liviers, tde sveltes motllr. s on son1 aim- r:nULrm 233 n
ble imagination p'.iti: s dict x, que l '.:xap r:" i:" 11- 30
I'hellne w t)rma a.u caltc de l'airt t 1 ddiuri
l'amour de pa pn.trie. M diue 1: e r.ur 26,5 s
Souv.ii: sir les Lri-.ws sboil.s de Icur Cicl covert loate la journey par des d
grele plainsuite. b aignde par les ondes a- a'nas de stratus venant du N E.
nmercs de l'Architcll ct dc Il. m1nr 0io'ien- I b.Ironi:n;re C mowtd5 beanco:,) dans la d


..... ...- I. ..--- .. .... ... I I.....
ne, les Grecs s'assemblent, ci plein air,
pour hon:)orr leurs dieux, aux mAles ac-
cents de Sophlole, chantant la justice, c'c-
brant l'amour filial, aux rdcits piques
d'H'rodote razontant les imysteres sacres
de la sombre Egyppe.
Le Romaiin, au contraire, lceve dans les
rudes campagnes du La'in of l'on ne dd-
frichait que des cailloux, au milieu d'un
camp retranch6 n'apprit qu'A lionorer Ics
males \vertus qui font le soldat, la va1illin-
ce qui donne la victoire sur les champs de
carnage et lorsque plus tard les necessitds
de la conquete mirent ce dernier en con-
tact avec les mervcilles helldniques, il per-
dit sa vigueur route militaire, sans pouvoir
jamais s'assimiler complttmient la finesse
toute artistique du Grec.
La Gr&ce vaincue vainquit ses farouches
vainqueurs.
De nos jours, sous l'appellation generri-
que de race caucasique: trois grands grou-
pes sociaux se partagent l'Europe. Les dif-
ferences sont si marquees, qu elles appa-
raissent meme dans les caracteres physi-
ques de chacun de ces grands groups so-
ciaux. Ouelle mthode d'dducation pourra
jamais en definitive fondre en un tout
compact la mentality slave et la mentali:
Anglo-Saxonne ? Faut-il jamais esperer voir
l'anglais se depouiller de son flegme sdcu-
laire pour prendre la lIgarete tout enjoude
du Francais, ou l'Espagnol se d6partir de
sa fiertC toute castillanne pour endosser
allure diplomatique et souvent calcule de
l'allemand.
Sans .doute les progress incessants des
sciences ne permettent plus a une Nation
de s'iso!er, de se retrancher, comme der-
ri&re une muraille de Chine ct trouver en
elle-meme les lemnents d'activitr qu'il faut
pour ne point se laisser distance. Et d'ail-
eurs les necessites de la vie international
sont un obstacle invincible A cet isolement;
puisque enfin les brands peuples se sont
onne le r6ie de gendarmes de la civili-
sation. Mais A nos yeux, ce qu'un people
doit conserver intact, c'est le fonds de
qualitis ethniques qu'il possede ; c'est cette
mati&re qu'il doit travailler de facon A se
cr6er une peraonnalitr propre, qu'il d6ve-


journey d.:puis 7 h. du matin.
Agitation sismiiuc depuis 4 h du ma-
tin MoivcmIentsniumbrz:ux, mais :res tables
duran: toute la Ijurnce et toute la nuit. Di-
rection S.W.
R. BALTENWECK
Revue du Marche
Depuis sa:nedi dernier la prime a conti-
nuIe monter c: ce jour nous coons fcr-
me .198,95 o'o. Cette hausse cst dCie A la
rarete de l'or amnricain. Plusieurs maisons
de la place en'ont demanded aux Etats-Unis.
II ,faut done s'attendre a une baisse sensi-
ble la semaine prochaine.
Ie/s traires sur France ont etd vendues
centre or i 14 o,'o escompte.
LLs cheques sur New-York ont obtenu
2 oo escompte. Les cheques sur Paris ont
dt& vendus a 2 1/2 o,'o prime.
Les titres du Gouvernement se main-
tiennent toujours.
Les arrivages de la c6te ont stnsible-
ment d-passe ceux de la semaine derniire ;
on a rccu 2500 3000 sacs.
LeCacao estvcendu enEurope A 95/98 Frs.
Le Cfa A F. 40.
Port-au-Prince, 7 Dcemibre 1907.
Fiangailles
Nous prdsentons nos meilleurs vccux de
bonheur aux nouveaux fianc6s LUCIE PAS-
QUET et RAOUL BERNE.
Tribunal Civil
Vendredi 6 CDicembre 1907
Le Tribunal correctionnel a pris sige,
sous la presidence du Doyen Lon Nau
ayant come accesseurs le juge Nicolas et
le supplant de juge Duvet, a prononci le
jugement suivant
Celui qui condamne la dame Amdlie
Ditudonnd A une annie d'emprisonnement
et Cinquante gourdes de dommages-inte-
rts pour avoir commis une escroquerie au
prejudice de la dame Georges Molthom.
Ensuite on a pass l'audience civil sous
la pr6sidence du juge Maignan, et on a pro-
nonc6 les jugements snivants :
Celui qui homologue la deliberation du
conseil de famille des mineurs Lion, Lau-
rince, Maurice et Francine.


2 o Celui qui homologue la delibera-
tion du conseil de famille du mineur Pier-
re Jules Aristhene Philogene Hyppolite.
3 o Celui qui fait droit A 1 opposition
A la vente des immeubles saisis sur la da-
me Vve Moldus Germain par le sieur Al-
bert Lebon, mais accord a la dite dame
la facnltC de se liberer en deux terms de
six mois et d'un an.
Nouvelle composition sous la pr6sidence
du juge Champagne qui a prononc6 le ju-
gement suivant
Celui qui condamne le sieur LUon Ar-
chin a payer sans term ni delai au sieur
S6natus Mond6sir la some de Six cent soi-
xante gourdes.
Puis le siege est level.
Compagnie des Pompiers
Libres
Port-au-Prince, le 6 D&eembre 1907.
Au r confrires G-orqes Jacob, A rchi-
1bhl Blanc, Denis Lan aiis, Arthur A.
sidore. Georges Laroche, Emmanuel
Louis l' Edilard raroche.


En \'Vie,


Chlr2 ; confrires,


Je vous intormee que vous ttes choisis
,our former une Commission ayant pour
nis-ion de vritier l'ctat de fonctionne-
ennt des bouches d'incendie de la ville.
Dans lc rapport que vous voudrez mi'a-
resser le plus tot sur l'objet de votre mis-
ion, vous s;gnalerez les quarters qui sont
cpourvus de bouches d'incendie.
Je compete frmnement sur le divouement
ont vous avez constamment donned la
reuve a l'oeuvre des pompiers libres, sur
otre activity et votre energies.
Je vous renouvelle, chers confreres, l'cx-
ression de mes sentiments tres distingus.
Le Commandant, L' ETHIART.
H6pital St-Alexis
C'est demain 8 D&cembre, la fete de
Immaculee Conception que l'H6pital mi-
itaire S' Alexis celebre, cette annde, d'une
Icon grandiose en conviant les personna-
t6s port-au-princieifhis A l'inauguration
es deux nouveaux bitiments don't le Gou-
ernement vient de doter cet &tablisseent.n
Comme nous l'avions annonce, des par-
lins et mrrraines au nombre ,d'une cen-
line environ ont 6td choisis afin de don-
er un cachet special A la c&r6monie. Q.uils
e s'inquietent pas, ceux qui ne veulent
tanquer A la messe du dimanche A 8 h.
recises du matin, une messe solennelle
:ra chantre A la chapelle de lh6pital et
Grandeur Mg' Pichon officiera, dit-on.
Voici d'ailleurs le Programme de la fete.
1 A 8 heures du martin Messe solen-
elle A la chapelle.
20 B&nddiction des nouveaux bAtimnents.
3 Discourse du Dr I. E. Jeanty, Direc-
ur de l'Ecole 'Nationale de Cdecine et de
barmacie et professeur de Clinique Chirur-
cale iz l'h6pital St-,Alexis.
4 Discours du Dr Albert Gentil, cCde-
n en chef de I'Hdpital St-.lexis.
5o Reception, Musique, Visites.
N. B. Des 6tudiants remplissent pen-
ant l'office les functions de commissaires
honneur.
La musique du Palais fera entendre ce
ur des morceaux les plus rares.
Dans la soirde, de 4 A 6 Visites -
oncert par la Musique Speciale de la
arde du Gouvernement.
Marriage


p
v

p



1'
ii
fa
li
dt
v
V4





p
se
sa




te
P
gi
ni





cif


da


jo
C
G


Belle et nombreuse assistance ce martin A
la Cathddrale oi I'on benissait Ic marriage
de LAURE PIRON avec M. SAMPIERO GIOR-
DANI. La Musique du Palais a fait enten-
dre ses airs les plus captivants.
Les marines ont Ct4 conduits A I'autel
par Mme Giordani et Me Constantin Be-
nolt.


A l'issue de la cer6nonie religious les
nombreux invites se sont rendus A la mai-
son de Mr et Mme Lagojannis Uranie-Vill,
ou une brillante reception les attendait
On a remarqud pendant le d6fil1 les de-
corations artistiques qui faisaient ressortir
davantage la beauty de I'elegante voiture
capitonn&c de blanc de M. Sydney Paret.
Nous renouvelons aux jeunes et char.
ments Cpoux tous nos vceux de bonheur.


Les evenements du
Maroc

TANGER 5.- D'apres des nouvellcs re-
;ues de Mogador, la tribu des Anflous a
remportt une victoire decisive sur les trou.
pes de Moulai-Hafid,le sultan de Marakech.
Ce combat a eu lieu le 23 Novembre. Les
Antlous ont fait un grand nombre de pri-
:onniers; les tctes de quatre lieutenants de
Moulai Hafig sont en ce moment accro-
checs aux portes de Mogador.
LONDRES 5.-- Les ncgociatons relatives
Sla mise en liberty du caid Mac-Lea.n qui
sc poursuivaient dJpuis uequelue temps n-
tre les autorites anglaises et marocaincs
sont en ce moment suspcndues. II s'agit
maintcnant de determiner I'endroit ou le
bandit Raisouli pourra rfsider aprcs avoir
rclch son prisonnier. Le gouvernement ma-
rocain voudrait qu'il se fxe dans une ville,
ce a quoi le bandit se refuse.

^^otel Belle^^e


D8JEUNER DU 7 I)DCEMBRE
MIDI A 2 HEURES
Fromage ttre de pore Bellevue
Cervelle pane aux petits pois
Saute de veau Parmentier
Filct Mignon salade
Chou sauta au beurre
Harico:s rouges cn sauce
Riz blanc au gras
CEufs au lait
Caf6
Fruits
1/2 Vin

Derniere- here
Dernib re heure


PARIS 6.- Rente : 95.70.
Hier la Chambre terminal la discussion
de la deuxieme section du budget de la
guerre et le chapitre deux ( article 35 A 36)
du budget des colonies pour les troupes
coloniales. Elle vota ensuite le budget des
Cultes et le chapitre 64 bis du budget de
l'Instruction publique relatif A la rdinstal
nation du niinist&re des colonies ainsi
que le budget du ministire des Affaiires
Etrangres.
Elle commence aujourd'hui la discussion
sur la loi des finances qui fixe les credits
inscrits au budget.
Le Sdnat apres avoir valid l'dlection de
M. Catvin dans la Somme, continue les
discussions sur l'elcction des Chambres de
Commerce.
La situation est inchang6e ai Maroc oa
le gnral Lyautey prend ses dispositions
de combat.
Le Setnat vota hier le mode d'dlection
des Chambres de Commerce et reprend s$
ddlibdration sur les propositions de loi
relatives a la reglementation des dCbits de
boissons. La coonne du colonel Branli e,
quitta hier le camp de Martimprey pour
d6truire la mason du Mirabout agitateur
qui prechait la guerre sainte.
Cette colonne rbussit dans son enttr
prise.


__





La Revue
du 15 Novembre contierit la fin des
etudes passionnantes de Lysis sur
rOl!lptrchi e /i tancijre en France; des
articles ,;e ii station iies de Camille Mlat-
claila, sur les Chaple!tes musicales. en
France ; layboit sur let Rfornaoe sco-
lui~rc cit:h en utiiue Rtude qiii -era
tr~s rettlliMaqu6e d liodet-Poitier sur
I'4dacatio, zde la DAmocraiie ; des pa-
ges (lcliciC1stis, du poto F'F. Mazade.
Sul' I(t ;Gah'ade; lc-.,s paga~s serei es el
prof&o.dts ,'t' Ic!i* s -Soitiriis et Grim)zac s
Ile ia IAiscfe, par Jean Finot, ttc, etc.
le premier nhlimnro de Bomnan et Vie
quo I aRecite (ve- gratuilenent A ses
abonririK. coii:ient des nouvelles et ro-
maw, do ict tniolr wdre. A relever:
Paul N'IuFt;cLIItt, Li's jiirs ,iallongent;
une satire ,(12,W ;wi -iiii-isantes stir
les loinmes plitlItios do France,
par Max et A!,!x sc ii; ds soivc--
nils i its stir Icc0!tl nI: I n 1 i re :
Uwe adord ble uio)ri el i. :l;iiidaise, Mtc.
011 s%> Io ", ,r bx t tx (f l it VLI'iit 'at ,
28 fr. par an ( Ics 1ioix Rev~ues comn-


Avis I pjortant

L 'i -o ,c.i Jv,: pt:c,. ,I u l L
coimtcstatioi qui I. d\v llit a'.cc Mi Cir is-
tiSlonl I.,llus, o-!I ll. v% c t //s ad' /ptif a
pns.fin d pui's bicnt(' d:ux ncis, qu'cIncon,.c-
quenic cllc n'ex.irc'c e nc comlplc exerccr
des pour,>ui: l d' u .n niu : :c col t;' lui.
Port au Prince, i)J..c brc 1907.
D lr Fuiinrr: MOUSSIGNAC
-_______-I_______ I

LIGNE HOLLANDAISE
Le S'S PRI N2 SWILLEM III
venant diI Sud, est attend ici lun-
di, 9 courant, et continnera le
rznme jour pour St-Mirc et New-
York.
Por-au-P rince, le 6 D)cembre 1907
GERLACH & Co
AGENTS


~Tr fl8rR11afR --

Lesteamer aFERDINAND DE
LESSEPS Pest attend ici diman-
che, 8 courant. II partira probable-
rient le meme jour a 6 heures
Pour Petit-Gotive, et sera de retour
lmardi 10 pout reparti' le iCfime
lour h 6 heures pour St-Marc et
Gonaives.
Port-au-Prince, 0 Dicembre 1907
F. M. A LTIERI
.m. L'AGENT.
E-,---___ ____
LA
Meilleure Farine
du Monde
(elle q4it done le meilleur pain.
Qi1 produit le plus de piin.
Sui done le pain le p!us blauce et
I pius Igelr,
C'est la Pillsbury's Best de la
iury Washburi Flour Mils Co,-
'*aeappolia Minn.
Era. CASTERA. blrprfsmtant.


- IE- tel-l etestaxxrae t
ST-JOSEPH
( ANGLEDES RUES ROUX ET DU MAGA-
SIN I)E L'ETAT.
Service bien organise.- Repas
A la carte. cuisine excellent.
I I'toPn rTAIRE : JOSEPH DESRIVIPIRE
I -- -III.-- ,sI


Accourez a I'Esperance

Cordonnerie
Clarck & Mercier
OLi vous aurez un travail garanti et
soigne, confection de tous genres a'ec
des maitriaux de premier choix.
I,'etalblissrnent se charge aussi de
i firte pltendre des measures A domicile.
150, GRAND'RUE, 150.
PORT-AU- PRINCE.


Le Docteur C. laveau
MIDECIN,
CIIRURGIEN, ACCOUCHEUR
ET
Electrotherapeute
'Diplum' de I' Unitversitde Harvarrd,
Est de rctour de Jermnie et se tient A la
disposition de ses clients aux m.mes heu-
res de
7 A, i heures martin et
2 A 6 heures apres-rnidi
Port-au-Prince, le 4 Dcembre19o7.

A veAdre
Uu superb cbeval de trait.
S'adresser aux bureaux du Matin.
-- .
LA PHARMACIES
Emmanuel Alexandre
88, RUB DES MIRACLES, 88,
Se recommande pour I'ex6cution
prompted et exacte des ordonnances B
n'importe qu'ello heure du jour et de
la nuit.
Drogueries, Sp6cialites phar-
maceutiquesextremement fralches.
PaIx CONscIurcmNUx.

Francisco Desuse
Fabricant de chaus ures
A I'avantage d'annoncer au public
et a sa nombreuse clientele tant de la
Capital que de la Province, qu'il vient
de recevoir A l'occasion de la fin d'an-
nee, une variote de peaux nouvelle-
ment arrivees ; savoir:
VEAU GLACE, CR.ME, DORK, CHAMPA-
GNE, BLEU, BBURRE FRAIS, VERT
a BOUTEILLE 1, JAUNE, VIOLETTE, JAU-
NE FONC*, MAUVE, JAUNE D'OLIVE,
GRIS, JAUNE a DU VIN a, ROUGE, etc.
La maison a un assortment com plet
pour dames t enfants.
Vnesz voir et vous serze contents.


DENTIF3ICES

Celebres des RR. PP. Benedictins

DE L'ABBAYE DE SOULAC (GIRONDE)


SPECIALITIS ET PRODUCTS


HYGIIN IQU ES


SDe LA MASON A. SEGUIN DR BORDEAUX
SEUL CONCESSIONNAIRE POUR LA VENTE EN GROS

L'Incomparable Elixir Dentifrice
des RK. PP. B4nddictins par son usage journalier assu-
re la sante de la Gorge, de la Bouche et de plus, par sui-
te de la solidity qu'il conserve aux dents jusqu'a I'Age le
plus avancd, il facility le travail de la digestion en per-
mettant la mastication complete des aliments.
S Le flacon se vend: Gourdes 2.00

La Poudre Dentifrice des RR. PP.

B"n6dictins est le pr&cieux auxiliaiie de o'Elixir, La
Boite se vend : Gouides 1.2.,

La IPa^te Dentitrice des RR.
PP. BenDidictinsest employee eiile ,1ou
W mic~mw M* Pconcurremmnllt ave l' l*-
lixir. La Iloilo petit module so vend (ourdes 1.\)
"Z"= La Bolte Grand Modele se vend Gourdes 2.00
Les autres Produits Hygieniques de la Maison SEGUIN sont
Poudre de Riz ,adhfrente extra-tine LA MADONE ; la Boite Granid
Moodble: Gourdes 3.00; Modele moyen : G. 2.00.
Eau de *inine precieuse pour stimuler le cuir-chevelu et
Eau de Q n e, enlever les pellicules.- Le flacon : G. 2.00.
Glycerine anglaise contre les gerures et la duret6 de la peau,
S lse flacon :G. 1.00.
Eau de Colone niti etra-ine; le flacomn pt Mole : .
le flacon : moy 2 litre 5.00
le flacon : 1/2 litre 5.00


Pour les commander en gros:
et dep6t pour la


s'adresser A 1'Agence Generale
Republique d'Haiti


MASON JULES LAVILLE
98, Rue du Magasin de L'Etat, 93


Specialites pour Deuil:


Crepe,- ChAles de crepe,- Voi
Etamine de soie, Diagonale,
Drap Amazone, Serge, -
Armure.






a4

A
0%d
V


Cachemire, Frou-frou,-
Satin de Chine, Toile
National, Nansouck,-
Grenadine de soie,-
Couronnes 'ortuairs, eto ,


--------- -- se


5 lax 1%Ttror>PoAe






Port-au-Prince, le 2 Decembre 1907
an 104m" de l'Independance.
Le Conseil Communal
DE CETTE VILLE
Annonce au Public que la criPe de
la ferme de la Boucherie, pour 1'an-
nee 1908, aura lieu A I'H6tel Commu-
nal, le mercredi que l'on comptera,
onze Deembre courant, a deux Iheu
res precises de l'aprns-rnidi, confor-
mdment A la loi du 6 septembre 1870
et aux conditions qu'ello dtablit dans
son article 6.
L'adjudication ne sera dMlinitive
qu'apres le vote du Conseil admettant
la caution prdsentee par l'adjudica-
taire.
En cas de rejet de la caution et de la
non presentation d'une nouvelle cau-
tion de la part de l'adjucataire provi-
soire, il sera procedddans la huitaine
A une nouvelle cride do la susdite
ferme.
Fait a l'il6lel Communal les jour,
mois et an que dessus.
Le Maqistrait Communal,
STE IO VINCENT.
I I
La
Redaction dii Matin"
Offre d seslecleiur les ilei.c ctvloi res
A quoi tient la supdriorit6
des Anglo-Saxons.-
A-t-on int6r6t A s'emparer
du Pouvoir?
DE
EI)MOND DEIOLINS
Au pri.x de Quatre Gourdes chaque
EN VENTE A L'IMPRIMERIE DU Matin.


Dr L. Malebranche
l)ipl6me de I'Institut de MBdecine
Colonial de Paris. ex-Moniteur du
Service Oplitalmologique dela Facult6,
A I'llttel-Dieu, et ancient assistant de
Ia (Cliniqute di Docteur Galezonski,
Meinbre de la SociA~I de Mddecine
et d'Hygibne tropicales.
MEDECINE-CHIRURGIE
MALADIES DES YEUX
CONSULTATIONS PRIVEES: DE 2 A 4 hrs.
CLINIQUE DE 10 HEURES A MIDI
83, Rue du Peuple, 83.


AVIS


Ml1 F. Capoix Belton, avocat du Bar-
reau de Port-au-Prince, demeurant et
domnicili en ceelri ville a 'lhonneur
d'aviser respectueusement ses clients
de Saint-Miciel, Ilinche, La Marmela-
do, Terrp-Nuve, Anse Rouge, Jean-
label et M:aissade que s'Wtant re!ire- du
Iarreau des Gonaives ofi il militait en
vertu de perinis rt'gulierement signed
do son bAtonnier, its auro-it a r6-
,l;nmer leurs dossiers en son cabinet
Iue Traversibre, No 41''.
II est accord aux parties intdressdes
(leux miois pour jouir des 1I6nfices
du pritsent avis, L'ute de quoi, le
soussign~ ddcline toutes responsabi-
lites vis-a-vis de toutes personnel qui
peuvent se dclarer ayants-droits et
qualitds vis-a-vi- du soussigne, eu
6gard au present avis.


- --- ____


TANNERIE CONTINENTALE
DE
Port-au-Prince


PREPARATION


DES PEAUX DE VINGT-QUATRE (24)
CAPACITY" 500 PEAUX PAIl JOUR


PRIX DES CHAUSSURES COME SUIT:
Chevreau glacet Boutonne et Lace pour Hommes et Danme.
S9 K < Recommandde
Verni et couleurs: a Recommandje
POUR ENFANTS . .


COULEURS.


10 ( Dix qde. )
10 (Dlix gdes.)
12 (douse gdes)
6 six (gdes )


H '.A BELLEVUE

Place du Champs-de-Mars
PORT-AU-P RIN E.(HAITI)
Mme Hermance ALFRED
T616phone, 220
APPARTEMENTS POUR FAMILLE
DINERS-LUNCHS.
Installation moderne et comfortable. Vue --sur la mer. Tempdrature
douce et rdguliare. Les Tramways desservent I'Hdtel-Bellevue toutes les 7 Minutes
PROPRIITf SPACIEUSE, S'OUVRANT SUR DEUX RUES
PROMENADES -JARDINS
Salle de reception. -Piano.-Gramophone.


Sonneries lectriques


Table d'H6te


G.2.50


i Ap eMaleio se Go.
32, Rue du Magasin de l'Etat
Maison fondue en 1888.
Bijouterie, Orf6vrerie. Gravure
Vient de recevoir des articles de par-
fumerie pour les goCts les plus diffici-
les. Les parfums exquis et rares d'une
delicatesse pe6ntrante qu'elle offre A ses
clients sout de veritables petites mer-
veilles.
Les dernibres marques qui charment
le Tout Paris sont chez Matteis:
Son Sourire, Floramye, Trdfofia, Iddal
Cyclamen, Vwitz, etc.
La mason a toujours un grand as-
sortiment de bijouterie, argenterie,
bibelots de tous genres. parfumeries,
lunettes, montrea or et argent, pendi-
les garanties.
Spdcialitds: bagues francaises en bril-
lants & partir de P. 200, alliances O0
18 K an laises et frangaises sur com-
mande, Service d'argenterie complete
pour marriages.
Tous les articles vendus par la mai-
son sont grant's.
Achat de diamants, pi rres precieu-
ses et vi.:iIle bijoitterie A. de prix avan-
tageux. Derrier 'ii : Luncttes jaunes.
Contre reminje d: Dc'x dollars en
timbres-poslte d'lia'ii, la Maison Mat-
tdis envoie franc de port sous pli recom-
mandd dai:s toute les villes de la Rdpu-
blique: Lunct-es ou Lorgnons en nicke;
in iixydabe3s. 4elon les prescrip1io,4C des
DrI'teuros ou instructions des acheteurs.

Panamas !..
Eltgants, solids, recus par le stea-
mer francais.
Stock assorti et merveilleux.
ACCOUREZ
Chez M' Leonide Solages.
22, Rue des Fronts-Forts, 22.


OCULISTES, ..
VERRES.BLANCS, BLE5S, FUMIfS,'
JAUNES, du D)r Fieuzal et du Dr Mi;tais.
VERRES BICONCAVES, BICON-
VEXES, PtRISCOPIQUES CONCAVES, PE-
RISCOPIQUES CONVEXES.
Assortiment completdes foyers
VERRES JAUNES, FUMIS, BLEUS,
BLANKS.
Plan et coquille
Sons foyers
j 'errcs blancs cylindriq tl.?, coicaLces
ct convexes.
Assortment d'axes complete.
Chez A. DE MATTEIS.

Chapeaux
Chapeaux!!
Chapeaux Il
PAILLE DE PORTO-RICO
ACCOUREZ CHEZ

JOSI SAN MILLAN
Le coiffeur artiste, qui vient avec le
contours d'un chapelier remarquable,
M. JAIME TESTAR, d'installer une
FABRIQUE 'DE CHAPEAUX
PLACE GEFFRARD
Salon de Coiffure du Louvre
Pour tous les gotts et pour toutes
lea bourses.


A vendre
Recueil de Cantiques de Noel
Suivi de Neuvaine pour honorer la
Naissance de Jesus, et des pratiques
de devotion pour la Quarantaine.
(24 Decembre au 2 Fevrier )
Prix : P. 1.57 franco.
ALAA IBRAIRIE A A MUSES I
J. J. M. MANIGAT.- Cap-Haitien.

Fabrique de chapeaux

La Fabrique de chapeaux installed a
P1Ecole des Arts et Metiers, ancienne-
ment Maison Centrale, sous la raison
social de Vve P. Benoit et J. C. Gui-
teau a I'honneur d'informer le public
qu'il trouvera en son ddp6t un bon
stock de chapeaux de paille superieurs
pouvant satisfaire les goilts les plus
difliciles ; maligr ces avantages elle
met ses chapeaux en vente a un prix
Inodique deliant toute concurrence.
La fabrique inltorme en outre le pu-
blic qu'elle est la seule qui en confec-
tionne a Port-au-Prince et ce avec le
concourse d'ouvribres venues expres-
sement de l'Etranger.
La fabrique rtpare aussi toute sorte
de chapeaux. Don mairclih exception-
nel.

PHOTOGRAPHIC

J. NM. DUPLESSY
120, RUE DDU CENTRE, 120

Travaux soigincs de toutes sortes
et de totes dimensions
Reproductions et agrandissements
( Prix mnoddrds )
Cartes Mignonnettes :
.EULEMIENT 'PAll DOUZAINE P.5.
NOULVEAUITES : Papier Platine ( nou-
veau genre )
PIOTO-SOIE perfec-
tectionnde ( diverses-
teiintes.) Dernier cri.
N. B.- La Pihoto soie peuit srvir &
de cll:iaimailts applications de la pho-
tographie:
Sacheis, Eventails, -- Pelotes- D,ssus
de boiles,--Ouvrages de dames, etc.
VENEZ VOIR I


Francisco DESUSE
Fabricant de chaussures

La Manufacture a toujours en *d6
p6t un grand stock,-- pour la vent0
en gros et detail,- de chaussures n
tous genres pour
HOMES, FaMMaS, ENFA8TS
Les commander des commQrCantS
de l'int6rieur pourront 6tre eiacntbe
dans une semaine A pen prbs.
23, rue des Fronts-Forts, 23
PORT-AU-PRINCe ( HAIT )

LA REVTE
( ANCIENNE REVUE DES REVUZS )
Bi-Mensuel
ABONNEMENTS :
PAR AN, PAR SEMESTBU
Haiti ,.. 28 francs, 16 francea
.Oes abonnements sont recos dars
les bureau duo Matin seul alm
pour la R6publique d'Halt.


tokl wI Jour, de midi 4 4 S hra,
d. o7 48 heist. du.wr